Navigation – Plan du site

AccueilNuméros54TerrainsAlter ego en terrain connu

Terrains

Alter ego en terrain connu

L’imaginaire ethnique et géographique du chercheur et des enquêtés sur la base d’un terrain oudmourte
Alter ego in an explored land: The ethnic and geographic imagination of the researcher and the interviewees on the basis of an Udmurt fieldwork
Alter ego в изведанной земле: Этническое и географическое вообрежение исследователя и интервьюемых на основе полевой экспедиции в Удмуртии
Alter ego tuntud maal: Uurija ja küsitletute etniline ja geograafiline ettekujutus välitöö alusel Udmurdimaal
Valentin Châtelet
p. 245-278

Résumés

Cet article est le retour d’expérience d’un terrain effectué en Oudmourtie entre janvier et février 2020. L’auteur s’attèle à expliquer en quoi les entretiens et la communication ont été difficiles. Il revient sur le contenu d’entretiens semi-directifs et des analyses de dialogues et de comportements qui ont entravé la communication. Il revient sur les images de l’étranger et d’autrui au sens large véhiculées verbalement par les personnes interrogées. Il élabore une brève typologie de la classification des étrangers visibles et des personnes présentes dans les villes de Russie et méprisées par la population urbaine pour leurs origines ethniques, paysannes ou étrangères. Enfin l’auteur revient sur les degrés d’humour et la perception du rire et de la moquerie en sociétés russe et oudmourte.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le présent article est né d’une frustration ressentie lors de travaux de terrain effectués à l’occasion d’une récolte de matériaux pour mon mémoire de master 1 sur les Oudmourtes et leur mouvement national. J’explique en quoi cette frustration découle de ratés dans la communication entre mes interlocuteurs et moi-même, ainsi que des imaginaires véhiculés par chacun sur autrui. J’analyse les interactions, réactions verbales et tentatives d’humour au prisme des imaginaires personnels, ethniques et géographiques.

2Entre le 21 janvier et le 21 février 2020, je me suis rendu pour la première fois en Russie. L’objectif de ce voyage était double : d’une part, j’étais mandaté par mon université afin d’effectuer des travaux de terrain sur l’état du mouvement national oudmourte à Iževsk. J’avais pour cela prévu une série d’entrevues avec des activistes linguistiques, des personnalités politiques et culturelles associées au mouvement national. D’autre part, j’étais désireux de découvrir un pays aux cultures multiples, dont j’avais appris la langue, étant par ailleurs féru de poésie russe.

  • 1 Je traduis ici l’expression « глубинка / glubinka » littéralement « la profondeur » ou « le méandre (...)

3L’article s’arrête sur les difficultés de communication et d’intercompréhension rencontrées lors du terrain. Les questions que j’aborde sont difficiles à traiter, car elles me renvoient à la fois à mon propre positionnement de chercheur d’apparence non européenne, sur un terrain politisé où je désirais interroger le fonctionnement de la mobilisation ethnique des Oudmourtes sans susciter d’attention particulière et aux positionnements perçus par mes interlocuteurs. Ces positionnements ont découlé d’une série d’interactions et ont suscité des réactions inattendues pour mes interlocuteurs, comme pour moi. Je montre en quoi ma position de chercheur étranger sur des questions autochtones a parfois été mal perçue ou vécue, voire inversée dans mes rapports avec les personnes que j’avais pour objectif d’interviewer. Le facteur ici à l’étude est celui de mon ethnicité et de mon altérité dans un terrain de la « Russie profonde1 », ainsi que celui du positionnement politique projeté et perçu par autrui.

4Mon séjour a été scindé en trois parties : la première a duré un peu plus d’une semaine à Moscou, dans le quartier d’Arbat, la seconde s’est déroulée en Oudmourtie, avec une semaine passée dans le village de Kamennoje, en banlieue d’Iževsk et enfin à Iževsk (capitale de l’Oudmourtie) même, dans la résidence universitaire dédiée aux étrangers.

Remarques liminaires

5Avant tout, il convient de rappeler que cet article contient des éléments issus de ma perception du terrain et des relations avec les personnes que j’y ai rencontrées. L’article n’ambitionne pas de décrire dans des schémas universels les relations entre le chercheur et les personnes interrogées, dans la mesure où ces relations sont contingentes. Ma démarche consiste à mobiliser des citations extraites du terrain, dans des situations précises, afin de montrer quelle a été la façon dont l’autre a été envisagé.

6D’autre part, je décris des interactions dans la mesure où il m’est possible de les analyser et les mobiliser dans le texte. L’interprétation que j’en donne alimentera l’idée d’une perception de l’étranger ou de l’autre, appuyée par des réalités ethniques, juridiques et géographiques. Je m’intéresse aux éléments de langage, non pas en essentialisant le discours de mes interlocuteurs, mais parce qu’ils dépeignent une réalité verbale en relation avec l’autre. En ce sens, j’interroge les représentations de mes interlocuteurs, ou plus largement, leur « imaginaire géographique ».

7Dans un troisième temps, j’inclus dans le texte les réactions. Cela est à dessein et a un double objectif : d’une part, montrer en quoi le terrain est une réalité qui fonctionne dans les deux sens, pour les personnes interrogées et le chercheur ; d’autre part, car l’article se fonde sur des éléments qui ont été mal compris ou pas du tout compris au moment où ils ont été proférés. Je prends le parti ici de dire que j’ai participé à l’émergence de ces réactions dans une certaine mesure ; celles de mes interlocuteurs et les miennes sont liées.

  • 2 C’est un terme de sciences humaines et plus précisément un concept géographique. De la locution gre (...)

8L’article n’a pas vocation à démontrer la spécificité du rapport à l’autre des Oudmourtes sur la base de mon terrain. Je questionne la façon dont j’ai été envisagé par mes connaissances en Oudmourtie, dans la mesure où cela dépeint un portrait du chercheur et de l’œucoumène2 des Oudmourtes. Je questionne également en quoi il existe une différence de représentation de l’étranger pour les Oudmourtes et pour la population russe ethnique.

  • 3 Je pourrais dire, en contexte français, le procès de l’antiracisme. Le but de l’article n’est pas d (...)
  • 4 INA, « Chirac et l’immigration : “le bruit et l’odeur” », URL : https://www.ina.fr/video/CAB9102748 (...)

9Enfin, concernant plus précisément la question du racisme en Russie, je mobilise dans l’article des exemples où ma perception de la haine d’autrui à mon encontre m’a parue – et demeure au moment de l’écriture – univoque. À cela j’aimerais ajouter deux choses. La perception du racisme étant un rapport relationnel et conditionné, dans la mesure où il découle de l’exposition ou non à la haine raciale, je mobilise ces exemples afin d’avertir les chercheurs non blancs sur les réactions qui peuvent être rencontrées en Russie. Cet article n’a pas pour but de faire le procès du racisme3 en Russie, cependant. L’ambivalence de mon expérience sur les violences dans les transports et sur les remarques discriminantes – sur le bruit et l’odeur – s’invitant jusque dans la vie quotidienne politique française4, elle ne prédispose pas tout lecteur à accepter mon point de vue. Libre à lui donc, de ne pas souscrire aux exemples et analyses que je tirerai.

10Dernier point, l’article se fonde également sur une perception de l’altérité géographique à l’intérieur de la Russie, comme à l’extérieur. Je m’intéresse ici à la façon dont l’altérité oudmourte par rapport à la perception moscovite ou urbaine plus généralement a pu être dépeinte durant mon séjour. Je suppose que ces rapports d’appellations géographiques dessinent des façons de décrire et envisager l’autre, dans un rapport interne à la Russie, c’est-à-dire entre les Russes ethniques et les autres peuples habitant l’Oudmourtie.

Un point de réflexivité sur les concepts à mobiliser

  • 5 Staszak, 2008, p. 2.

11La méthodologie mérite quelques précisions. Je me fonde ici sur des éléments qui n’ont pas fait l’objet d’entretiens spécifiques. L’objectif de l’article est de présenter un retour sur expérience, argumenté et réflexif, de la perception de l’autre en Russie et de la position d’un chercheur étranger sur des questions ethniques. Je tiens à mobiliser quelques références, qui permettent d’esquisser des explications, ou plutôt des justifications, qui ancrent ma position personnelle et culturelle par rapport aux Russes et Oudmourtes rencontrés. En géographie, l’altérité est pensée par Jean-François Staszak et a trait à la façon dont l’autre est envisagé du point de vue des savoirs-situés et notamment de logiques coloniales5.

12Ce paradigme est utile, mais présente ses limites dans un contexte post-soviétique. L’« écologie de l’étranger » en terre post-communiste n’a pas fait l’objet d’une recherche particulière en géographie, discipline avec laquelle je suis plus familier. Je mobilise, une fois encore, le concept d’œcoumène dans le sens où les interactions dont je fais mention dans le texte se fondent sur des énoncés verbaux qui dépeignent une réalité géographique où l’on inscrit l’étranger. Ce concept peut s’appliquer à l’espace russe, dans la mesure où il décrit les perceptions d’une altérité géographique, qui quelquefois va au-delà de la question ethnique. On peut entendre l’œucoumène comme l’ensemble des terres connues et représentées ou imaginées par un individu. En géographie, cela désigne toutes les terres habitées par les hommes (à l’inverse des déserts humains), ici il convient de l’entendre au sens de la représentation du monde du point de vue d’un citoyen de Russie. Je précise ensuite dans l’article en quoi l’origine ethnique et le lieu d’habitation des citoyens russes fait de l’œucoumène un concept productif pour comprendre les relations et réactions dont il est fait mention ci-après.

  • 6 Krylova, 2019, p. 41.
  • 7 Fond Metis, URL : https://web.archive.org/web/20211208211251/https://fundmetis.ru/. Œuvre caritativ (...)

13La référence que je mobilise sur le concept de racisme en Russie provient de l’ouvrage suédois de Nikolay Zakharov, Race and Racism in Russia, publié en 2015. Toutes proportions gardées, cet ouvrage sera mobilisé dans le corps de l’article pour étayer les références à l’altérité entre Russes et Oudmourtes. M’identifiant comme métis, j’ai été amené à interroger cette catégorie dans l’épistémologie russe. Ainsi, je mobilise des références à Natal’ja Leonidovna Krylova, docteure de l’Institut d’études africaines de l’Académie des sciences de Russie, qui s’est intéressée à la question des enfants issus d’unions mixtes russo-africaines6 et à leur sort en Russie sur la base de données issues du « Fond Métis7 ».

 

  • 8 Conférence organisée le 21 octobre 2019, à la Maison de la chimie par l’Observatoire franco-russe e (...)
  • 9 Je citerai la façon dont un intervenant, racontant son expérience en Afrique en tant que Français e (...)
  • 10 « In the Russian context, “black” includes people of Asian descent as well as those from the Caucas (...)
  • 11 Du point de vue russe.
  • 12 Mon directeur de mémoire de l’époque m’avait « averti », selon ses mots, en m’indiquant que je me r (...)

14Lors d’une conférence sur le thème « Russie-Afrique » à laquelle j’ai assisté en octobre 2019 à la Maison de la chimie à Paris8, la question du racisme a été évoquée par l’auditoire et9, dans une certaine mesure, chassée du débat. Pourtant, les médias français et occidentaux largo sensu dépeignent souvent la Russie sous un jour austère quant à l’acceptation par la population des Noirs et des non-blancs de manière générale10. Par ailleurs, certaines de mes connaissances en France d’origines gabonaise et tchadienne, dont des parents sont installés en Russie, proféraient le même type de discours alarmiste quant au « sort réservé aux Noirs » dans le pays. Étant inscrit dans cette culture médiatique et faisant partie de facto d’un ensemble de population étranger11 et non blanc, cette perception a sans doute conditionné les attentes que j’avais par rapport aux réactions exprimées sur le terrain12.

  • 13 Traduction de l’expression « бытовой расизм » (Krylova, 2019, p. 46).

15À la réflexion, il semble approprié d’ajouter des éléments historiques et épistémologiques en lien avec la perception des personnes non blanches, désignées comme métisses en Russie. Je n’y ai pas prêté attention avant de me rendre en Oudmourtie, cependant les mises en garde de mon directeur de recherche me font penser qu’il me percevait comme un « métis de Russie ». Lors d’une conversation liminaire où j’exposais le but du voyage que j’entreprenais en Oudmourtie, il avait fait part de son inquiétude vis-à-vis de ma sécurité. Pour lui, le fait que j’aille si loin (à la campagne) en Russie en étant irrémédiablement identifiable comme étranger pourrait me causer préjudice. Cette conversation n’a pas remis en cause mes attentes ou mes capacités à effectuer des travaux de terrain en Russie, mais elle m’a poussé à questionner la perception qu’avait de moi mon directeur de recherche. Cette catégorie a, en revanche, été étudiée en Russie et à l’étranger, de même qu’elle a suscité de nombreuses réactions en France, qui ont poussé à considérer la Russie comme un pays de « racisme archaïque » de « racisme du quotidien13 ». Je ne me suis jamais revendiqué comme afrorusskij, mais c’est la catégorie à laquelle j’ai été rattaché par un certain nombre de mes collègues en France, qui ignoraient mon identité ethnique. Cela fait écho à la perception de ressortissants russes aux yeux desquels une personne russophone doit avoir des parents russes, ce qui poussait certaines de mes connaissances en Russie à imaginer que j’aurais des parents russes.

  • 14 Je traduis l’expression du russe « чужой среди своих », car les populations métisses non blanches e (...)

16C’est au regard de ce prisme, comme « étranger parmi les siens14 » que mon directeur m’a exhorté à être prudent ; pour lui, mon apparence était synonyme d’être regardé et perçu de manière négative par la population russe, car je pouvais en faire partie comme allogène. Cette lecture de la situation est relativement « russe » au sens où elle cherchait à me qualifier, alors que je ne me revendiquais pas comme partie de cet ensemble. Me présentant comme chercheur français a écarté cet écueil.

  • 15 C’est un groupe auquel on m’a attribué une appartenance, sans même que je ne le revendique dans un (...)
  • 16 Je fais référence à l’œuvre notamment de Pouchkine, Le nègre de Pierre le Grand, en russe Арап Петр (...)

17L’imaginaire du pays que j’ai moi-même développé au fil des années est alimenté d’interactions et de récits historiques entre des Noirs15 et la Russie16. Il me paraissait que dans un pays où le poète national, Aleksandr Sergejevič Puškin, avait lui-même des liens généalogiques avec l’Afrique et, de surcroît, où on avait organisé la venue de nombreux étudiants africains durant l’époque soviétique, le racisme ne devrait quasiment pas exister. Pourtant, cette catégorie ne semble pas plus pertinente pour expliquer un rapport russe ou oudmourte, à l’étranger non occidental ; d’une part, je ne me revendique pas comme Noir et ce n’est pas le vocable qu’ont utilisé les locaux pour me décrire. Je cite à cet effet, une amie arménienne qui m’a soufflé l’idée selon laquelle, dans l’espace post-soviétique, il faut identifier qui est musulman et qui ne l’est pas.

18Je me suis présenté comme un jeune chercheur, ou bien finno-ougriste ou bien géographe, d’origine française désireux de travailler sur la question de la mobilisation ethnique oudmourte. Si la description de mon objet d’étude a pu varier, la présentation que j’ai faite de moi est sensiblement restée la même.

  • 17 Arrivées deuxièmes lors de la tenue de l’Eurovision à Bakou, ce sont des figures musicales locales.
  • 18 Il s’agit d’une icône de la chanson française en Russie, notamment conviée avec les Grand-mères de (...)

19D’emblée, l’on se heurte à l’idée de diversité en Russie, qui a fortiori dans la zone de la Volga, établit une distinction entre chrétiens orthodoxes et musulmans (Tatars ou Bachkirs). Le fait que je m’inscrive en défaut de ce paradigme logique localement m’a propulsé dans un espace mental autre, où les représentations que je véhiculais se sont peut-être confrontées à l’idée que l’on se fait de la France à Iževsk et Moscou. De prime abord, sans savoir si j’étais ressortissant français ou non, pour nombre de personnes en Russie et en Oudmourtie, il a été difficile de m’identifier. D’autre part, l’image retenue par la Russie de la société et des populations en France prend souvent un tour romantique. En déplacement à Bouranovo, j’ai rencontré les Grand-mères de Bouranovo, groupe de musique populaire oudmourte assez connu17, qui m’ont accueilli en interprétant des chansons de Mireille Matthieu18 à la garmoška.

20Me présentant comme finno-ougriste ou chercheur en géographie d’origine française a pour plusieurs personnes levé l’ambiguïté.

21Ci-après, je m’attelle à expliquer comment mon altérité a été questionnée avant que je ne donne de réponse précise. Par ailleurs, je m’intéresse aux éléments interjectionnels, aux surnoms et aux déterminants utilisés par mes connaissances oudmourtes, pour me désigner ou m’identifier.

22J’ambitionne donc d’analyser en quoi ma présence en tant qu’étranger a parfois été double : étranger occidental, mais également étranger qui n’est pas bien identifié ou identifiable. L’article ambitionne également de faire sens de la catégorie « Autre » en Russie, qui dans les discours varie selon où l’on se situe et l’altérité concernée. Je m’attelle ici à comprendre les mécanismes de désignation entre Russes et Oudmourtes et à la différenciation géographique qui a pu être mentionnée durant mon terrain.

La communication verbale et non verbale

23Je crois pouvoir identifier trois types de difficultés, qui rétrospectivement n’ont pas spécialement entaché le travail du mémoire, mais m’ont posé problème dans mes rapports quotidiens. Les premières difficultés ont été liées à l’organisation et à la circulation dans les espaces. J’y ai été confronté tout d’abord à Moscou, car ne trouvant pas de passages piétons, j’ai demandé mon chemin, avant de réaliser qu’il existait un passage souterrain. La connaissance de la langue ne m’a été d’aucune utilité, tant certains passants (qui dialoguaient au téléphone en russe) me répondaient qu’ils ne parlaient pas la langue. Cela m’a poussé à me demander si je posais bien la bonne question ou alors si c’était une locution langagière qui servait à dire qu’ils n’avaient pas de temps à accorder à un étranger dans la rue le soir.

  • 19 Par respect pour les personnes enquêtées, les noms et prénoms ont été anonymisés.

24Dans les rues d’Iževsk, un sans-abri qui interpellait mon amie Yelena19 L. n’a d’ailleurs trouvé réponse à sa question qu’une fois sa hauteur dépassée. Autrement dit, il a fallu attendre qu’elle dépasse l’homme en question en passant devant lui, se retourne et lui réponde sans le regarder dans les yeux. C’est une façon de communiquer dans l’espace qui a suscité mon étonnement, car un certain silence a suivi la demande de l’homme. Lui avoir répondu sans chercher son regard est également une modalité d’adresse, que j’ai expérimentée avec une amie oudmourte de Yelena. Professeure de langue, elle me parlait de son activité sans même m’adresser un regard. Il serait difficile de caractériser ce qui motive un tel mode de communication, je reconnais volontiers ne pas avoir été à l’aise durant nos échanges. Dans ma perception, regarder un bref instant dans les yeux permet de considérer son interlocuteur, le regard fuyant de mon interlocutrice m’a fait penser qu’elle n’était pas à l’aise non plus.

  • 20 J’entends par là, les objectifs de l’expédition quant au mémoire universitaire.
  • 21 Beaud, 1996, p. 230.

25Je crois que dans un cas comme dans l’autre, il convient de faire intervenir l’idée de « dépaysement ». Outre un travail préalable qui m’a permis d’identifier les contacts et de déterminer les tenants et aboutissants du « terrain oudmourte20 », j’ai été confronté à des expériences qui sont le propre de tout étranger en terre inconnue. À de nombreux égards, il s’agit de maladresses que l’article escompte traiter, du fait qu’il s’agissait de mon premier voyage et de ma première expédition scientifique en Russie. En ce sens, les évidences dans un espace mental différent du mien, français métissé d’apparence non blanche et chercheur sur des questions finno-ougriennes, ont fait naître le désir d’expliquer des interactions où la communication a pris toutes sortes de sens. J’aime invoquer ici l’idée de « dépaysement social21 ». Si les différences culturelles ont été dures à interpréter, je crois qu’il ne faut pas oublier la dimension exotique, aussi bien pour moi que pour mes interlocuteurs, de notre rencontre. C’est de ce dépaysement je crois, dont il est question lorsque je parle de désorientation dans l’espace urbain ou dans les représentations mentales proférées par les personnes interviewées.

26L’avantage que je pensais avoir du fait de la maîtrise du russe s’est heurté à des écueils dans la communication et m’a poussé à questionner le rôle des universaux dans cette même communication. Considérer le regard de cette professeure d’oudmourte du point de vue de la communication ne me semblait pas juste, car elle regardait les autres interlocuteurs dans les yeux. Je ne peux dire ce qui se jouait pour elle à cet instant. De même, j’ai parfois été confronté en entretien à des manifestations d’attente de la part de la personne en face de moi, car la prosodie que je donnais à mes phrases désorientait l’interlocuteur.

27Je précise ici, ce que j’entends par « universaux dans la communication ». Il y a d’une part les échanges verbaux, les interjections, les façons de ponctuer la parole et les signes non verbaux. Par éléments non verbaux je fais référence aux regards, aux attitudes et aux signaux que se communiquent les interlocuteurs, sans avoir besoin de les proférer. À titre d’exemple, lors de mon terrain, la plupart des personnes que j’ai interrogées m’ont d’abord fait remarquer que je me promenais avec une veste aux couleurs du drapeau oudmourte (noir, rouge et blanc) ! Ce signe visuel distinctif a communiqué quelque chose, notamment aux Oudmourtes, sans que je m’en aperçoive. Cela est passé pour un message auprès d’eux, sans que cela ne me frappe de prime abord.

Figure 1 – Valentin en veste aux couleurs de l’Oudmourtie, à Mumy Dor (13/02/2020).

Figure 1 – Valentin en veste aux couleurs de l’Oudmourtie, à Mumy Dor (13/02/2020).

La méthodologie de l’entretien semi-directif en culture étrangère : entre projections du chercheur et bousculement des tabous

  • 22 Ibid., p. 247.

28Ces « ratés » du point de vue de la communication verbale et non verbale sont mobilisés dans le présent article, mais je tiens à éclaircir un point. Si Stéphane Beaud22 regrette que les jeunes chercheurs ethnographes plaquent trop facilement en entretien leur constructions théoriques, mon expérience de ce terrain invite plutôt à penser que j’ai montré des difficultés de positionnement. Je crois pouvoir affirmer être attentif et plutôt dans une posture invitant la personne interrogée à se livrer sans être interrompue. C’est en tout cas une méthodologie que j’ai essayé de respecter. Néanmoins, certaines réactions en entretien m’ont poussé à questionner la façon dont j’abordais des événements qui avaient une connotation politique forte.

  • 23 J’emprunte l’expression du peintre américain et icône populaire Bob Ross (Harris, 2009).
  • 24 Je l’ai mentionné car nous parlions de la nécessité de transmettre l’oudmourte aux générations futu (...)
  • 25 En russe РАН : Российская Академия Наук.
  • 26 A fortiori, ces mêmes mots ont été proférés par V. Tiškov peu après le tragique suicide du scientif (...)

29Je prends l’exemple tout d’abord de Pavel O., ex-vice-ministre de la politique nationale d’Oudmourtie. Je n’avais en réalité pas prévu de le rencontrer et j’ignorais tout de sa fonction au moment où j’enquêtais. Une partie des entretiens conduits s’est déroulée dans les conditions de happy accidents23, sous l’œil bienveillant de Juri Perevozčikov qui m’hébergeait à Kamennoje, sur le tas, ce qui nécessite une certaine flexibilité. N’ayant pas saisi sa position officielle et ayant constaté la façon décomplexée dont Juri et ses amis pouvaient aborder des sujets de politique et des personnalités en poste, je m’attendais à rencontrer une personne avec qui communiquer serait aussi aisé. À la mention de Valerij Tiškov24, directeur du département d’ethnologie de l’Académie des sciences de Russie25, j’ai senti qu’il était mal à l’aise. Il a par la suite, du fait que je m’étais présenté à lui comme géographe, anticipé certaines de mes questions afin – je pense – d’éviter une posture inconfortable26. Lorsque je lui demandais dans quel rajon il habitait à Iževsk, il me répondit plutôt sèchement : « Mais, vous savez, nous ne sommes par répartis par groupes ethniques ».

30Je précise que je ne soutenais pas une telle hypothèse. L’entretien s’est par la suite écourté et l’impression d’avoir été désagréable envers mon interlocuteur m’a poussé à ne pas trop m’étendre. Je retiens de cette expérience que j’ai pu présenter des schèmes qui pour lui étaient erronés. Quelques mois plus tard, je me pose la question de savoir s’il s’agissait d’une démonstration de son autorité, car je mettais en cause son statut de haut fonctionnaire de la république dans son propre musée ethnographique… La hiérarchie peut en effet jouer un rôle important dans les représentations en Russie ; un directeur ou une directrice a un rôle bien distinct de celui de ses subalternes, ce qui conditionne leurs rapports sociaux.

31Dans le cas de mon expédition en Oudmourtie, j’étais – il faut l’avouer – un ovni. Par cela, je veux dire qu’il était aussi étrange pour les Oudmourtes que pour moi-même d’aborder les questions de nationalité et de politique de façon aussi ouverte, alors que je ne passais même pas un mois entier en Oudmourtie. À cela s’ajoute mon altérité ethnique, qui m’identifiait clairement comme étranger, ce qui pouvait susciter de l’inconfort ou des interrogations chez mes interlocuteurs. Je prends à titre d’exemple l’immolation suicide en septembre 2019 d’Albert Aleksejevič Razin, ex-collaborateur de l’université d’État d’Iževsk et organisateur du mouvement de revitalisation de la religion traditionnelle des Oudmourtes. Il s’agissait d’une figure controversée dont le suicide a défrayé la chronique en Russie et dans d’autres pays finno-ougriens (Hongrie, Finlande, Estonie). Sa mort a été perçue comme un acte historique par certains, tandis que d’autres mettaient en avant l’idée d’un vieillard qui aurait succombé à sa propre folie. C’est cette seconde interprétation qui a été défendue par Pavel O., lorsque j’ai évoqué Razin. Je ne saisissais pas alors qu’aborder publiquement la mort de ce scientifique était un sujet relativement tabou en Oudmourtie.

32A posteriori, j’ai été maladroit et rude dans la façon dont j’ai abordé des sujets liés de près ou de loin à la langue oudmourte, à la politique nationale et à la mort de ce scientifique oudmourte. Après la remarque sur V. Tiškov, j’ai demandé si les enfants de Pavel O. parlaient l’oudmourte. Il m’a répondu que non. Ce que je n’avais pas compris à cet instant, c’est qu’en plus d’avoir probablement exigé d’un ami de Juri de parler de ses opinions politiques, je lui faisais admettre qu’il avait échoué à transmettre sa langue à ses propres enfants. J’interrogeais à la fois son positionnement politique, en mettant en évidence les discordances d’une posture plutôt conservatrice quant à l’enseignement obligatoire en langue oudmourte et de l’oudmourte et je m’attaquais à son rôle de parent. En d’autres termes, par mon manque de considération pour le politiquement correct et mon interlocuteur, j’avais soulevé chez lui des points saillants et douloureux. Sa réaction, de ce point de vue était prévisible… En conséquence, j’ai modifié mon protocole d’entretiens et j’ai veillé à ne pas me retrouver en posture de poser des questions trop personnelles, sans introduire mon propos et dédramatiser ce dont j’allais parler.

33J’ai eu une expérience similaire lors d’un entretien avec l’activiste oudmourte Aleksej Škljaev. C’était une rencontre que j’appréhendais, car je savais sa position délicate au sein du mouvement national oudmourte, mais aussi car ses liens avec le groupe Udmurtlyk27 – qui avaient servi de base pour mes contacts – n’étaient pas clairs. J’avais affaire à un interlocuteur intellectuel, activiste peu apprécié dans les milieux officiels, aussi je lui posais la question de savoir si la façon dont les Oudmourtes étaient représentés, notamment durant les cérémonies du centenaire de souveraineté de la république, ne lui paraissait pas artificielle. J’entendais par là qu’il y a une certaine forme d’orientalisme ou de muséification, bien que je n’eusse pas employé ces termes. Sa réaction est intéressante car il me répondit : « Si [vous] travailliez sur des peuples autochtones comme en Australie, on pourrait dire ça. Mais pas ici. ».

  • 28 Colonisation et assimilation sont en fait très liées en Russie, car l’incorporation des entités ter (...)
  • 29 Idel.Realii – Radio Svoboda, Мы просим Турцию не молчать ! [Nous demandons à la Turquie de ne pas r (...)

34C’est une réaction qui nécessite quelques éclaircissements. Suivant les conseils de mon moniteur à l’université en France, je ne posais pas de question avec une référence quelconque à la « colonisation ». D’une part, car les réalités de ce phénomène en France et en Russie sont très dissemblables28, et d’autre part, car je ne connais pas l’usage de ce terme en russe. Je veux dire par là, que je ne connais pas de contexte où il a pu être utilisé tel quel. Je désirais interroger l’idée selon laquelle la Russie proposerait aux peuples autochtones de « danser et boire du thé29 », expression de l’activiste tatar Rafis Kašapov, co-fondateur d’un mouvement sécessionniste géré depuis Londres. C’était une impression qui ressortait – à mon sens – lors d’événements officiels et qui sous-tendait l’idée de nation-branding ou d’utilisation des caractères ethnicisants d’un peuple dans l’imagerie nationale à des fins commerciales.

35La réaction d’A. Škljaev est intéressante car elle permet d’entrevoir deux éléments. D’une part, celui-ci m’invite à déconstruire ma propre représentation ou tout du moins à questionner l’idée d’une critique trop facile de la mise en scène des festivités oudmourtes. D’autre part, il invite à penser la spécificité des Oudmourtes. Sa réaction n’a pas répondu à mon interrogation, mais elle me pousse à préciser le questionnement que je voulais élaborer. A posteriori, je pense que quelque chose a dû se perdre dans ma question ou mon interprétation des choses, ce qui a soulevé chez lui le désir de distinguer le caractère autochtone des Oudmourtes.

Le rôle des silences : de la méprise à la gêne ineffable

  • 30 Nastja T. s’est autorisé un rire sarcastique quand je me suis présenté en tant que « chercheur » (e (...)
  • 31 Cela m’avait été confirmé lors d’une discussion informelle avec mon amie russe Irina Dovženok.

36J’ai éprouvé des difficultés à me faire comprendre et accepter30 en tant que chercheur étranger auprès de certaines personnes que j’ai interrogées. Leur curiosité a souvent poussé l’interview dans le sens contraire de ce que j’aurais voulu ; étant l’objet « exotique » pour mes interlocuteurs durant l’entretien, ceux-ci m’adressaient des questions et je me retrouvais parfois dans la position de l’enquêté. On me demandait souvent en quelle langue je prenais des notes. Par habitude, je prends des notes dans la langue qui est parlée avec mon interlocuteur, à savoir le russe dans ce cas-ci. Je ne pourrais dire quelle ambiguïté devait être soulevée pour que l’on me pose la question ; je sais en revanche qu’elle m’a été posée assez de fois pour que cela constitue un élément d’intérêt pour mes interlocuteurs oudmourtes, voire un élément descriptif qui leur a permis de mieux m’identifier. J’explique ce fait peut-être car peu de Russes ou d’Oudmourtes se représentent que l’on enseigne le russe comme langue étrangère31. De là, on peut spéculer sur le fait qu’il est difficilement imaginable de voir un étranger écrire en russe dans un contexte oudmourte.

  • 32 « Он понимает то, что я расскажу ? ».

37La place du silence dans les conversations a parfois été l’objet de méprises. Lors de ma visite de la ferme de Nikolaj Mihajlov, celui-ci m’expliqua comment il avait bâti avec des matériaux modernes une kuala, c’est-à-dire un lieu de prière traditionnel, qui se voulait d’inspiration médiévale. Mon silence face à ses remarques a été interprété comme si je ne comprenais pas. N. Mihajlov s’est alors tourné vers mes amies oudmourtes et leur a demandé : « Il comprend ce que je raconte32 ? ». J’ai pris la liberté moi-même de répondre, mais je ne peux que supposer que je répondais maladroitement à des critères universels de communication. A fortiori, il faut mentionner que lors de ma visite, j’étais accompagné d’Yelena L., de Nastja T. et d’une amie tchétchène. La parole étant monopolisée par mes accompagnatrices, je n’avais pas encore eu le temps de me présenter. L’interprétation que j’en garde est celle d’un homme qui se retrouve face un autre, sans savoir s’il peut être compris. Plus d’éléments apportés dans nos conversations subséquentes m’ont permis de comprendre la façon dont il me percevait et que des éclaircissements lui apparaissaient nécessaires.

  • 33 Les passeports russes mentionnent le prénom, le patronyme et le nom de famille. ФИО : Фамилия, Имя, (...)

38La situation quant à la conduite de l’entretien avec N. Mihajlov n’était pas idéale. D’une part, tout le monde l’appelait – ce qui est d’usage en Russie – par son prénom et son patronyme, Nikolaj Trоfimovič. J’ignorais qu’il avait alors une fonction politique au sein d’Udmurt Keneš, car j’ignorais son nom de famille33. Je l’avais rencontré grâce à un jeu concours remporté par Yelena, dont le prix consistait à profiter de la banja de son complexe ethno-touristique. À bien des égards, son identité du point de vue politique était autre quand nous étions chez lui, en train de lui rendre visite. J’avais prévu de lui poser mes questions, cependant la parole était également accaparée par mes amies et accompagnatrices. Je tiens à m’arrêter sur ce point, car je crois qu’en milieu oudmourte, il faut reconnaître que les femmes ont un rôle important. De surcroît, lors de mon terrain d’études, l’intimité entre mon interlocuteur et moi-même, du fait même de la nature politique de notre propos, était un pré-requis.

  • 34 En russe : « комендантка », il s’agit d’une personne qui dirige un bâtiment commun, un foyer univer (...)

39Je n’avais pas réellement d’occasions de prendre la parole et me sentais parfois comparé à la façon dont Yelena pouvait parler de son fils de huit ans, Timur, qui nous accompagnait également. Dans un milieu où les femmes dirigent les organisations nationales et occupent des fonctions importantes, j’avais pris pour habitude de rester en retrait des conversations, préférant observer et écouter avant tout. Peut-être m’assimilait-on en ce contexte une position infantile. Cela peut passer pour une attitude passive ou attentiste. C’est une remarque que m’avait notamment faite la komendantka34 de la résidence universitaire, qui ne comprenait pas pourquoi un stagiaire avait si peu de cours et quel était le but de mon expédition. J’avais pour réflexe de rester en retrait et préférant les interactions utiles aux banalités avec des gens qui n’apporteraient pas grand-chose à mon terrain d’étude.

40Lors de notre déplacement à Buranovo, un village au sud d’Iževsk, Juri m’avait demandé pourquoi je n’avais pas fait d’interview avec les Grands-mères. Je lui ai répondu que je ne me voyais pas parler de politique et de l’année du centenaire de la république à des vieilles dames qui n’en n’avaient pas entendu parler. Il a d’ailleurs partagé mon opinion sur ce point, ajoutant que les 75 ans de la Grande Victoire, c’est-à-dire les célébrations mémorielles liées à la fin de la seconde guerre mondiale, sont en général plus attendues. Leurs interactions ont néanmoins répondu à une série de questionnements sur la place des vedettes en Russie et sur la rudesse de la vie au village malgré leur réputation internationale. Mais mon silence avait piqué la curiosité de Juri, tout comme celle de Nikolaj ; en tant qu’étranger ou chercheur, ils avaient des attentes sur mon positionnement et sur mes interactions. À bien des égards, mes paroles maîtrisées ont été interprétées d’une autre façon pour mes interlocuteurs, suscitant de la curiosité, voire de l’incompréhension parfois.

41Durant le voyage en train entre Moscou et Iževsk avec la compagnie RŽD, une jeune femme, dont j’occupais inopinément la place dans le coupé, a jeté du parfum à l’endroit où j’étais assis. Il s’agissait d’une manifestation de haine gratuite, qui a même gêné les autres voyageurs ; rentrant dans le coupé et constatant qu’un jeune homme et moi-même avions inversé nos lits, cette jeune femme a simplement crié dans le wagon que j’occupais sa place. Je me suis confondu en excuses, expliquant que je n’avais pas trouvé le numéro indiqué sur mon billet. L’autre jeune homme et moi avons changé nos affaires de place et la femme s’est installée sur le lit, jetant du parfum à l’emplacement où je me trouvais et m’a tourné le dos durant les dix-sept heures de voyage. Je ne doute pas du caractère haineux, bien qu’il puisse être remis en question par quelqu’un qui ne partage pas cette expérience. Je relève en revanche, que les deux autres voyageurs sont demeurés parfaitement silencieux suite à cet esclandre durant la totalité du trajet. La sympathie nouée avec mon premier interlocuteur a d’ailleurs pris fin à ce moment-ci, car ni lui ni moi ne désirions briser le silence à nouveau. C’était un épisode d’une gêne ineffable.

42Le rôle de ce silence est difficile à décrire. Il serait, à mon avis, inutile de spéculer sur les raisons qui ont poussé cette femme à avoir une réaction aussi virulente. L’idée de rupture de communication me semble pertinente, tout compte fait. Il y a dans le silence la notion de respect d’une intimité collective, a fortiori dans un coupé ou un dortoir. Ce qui distingue ce silence de celui exprimé par moi-même dans les occasions mentionnées ici, c’est le recours au silence comme mécanisme de défense. Face à une réaction disproportionnée, qui n’appelle aucune réponse et qui va jusqu’à questionner mon hygiène personnelle, il y avait là une barrière dans la communication, un ineffable. Pour certains, le mot « haine » paraîtra de trop. Je tempère en disant que l’action de cette jeune femme était manifeste et dirigée à mon encontre. Il y a une volonté de faire montre de son mécontentement. Que ma propre intégrité ou mes standards aient été heurtés par son comportement, tout cela est de l’ordre du vécu. Le recours au silence fait, en revanche, penser à une limite de la compréhension mutuelle entre deux personnes étrangères l’une envers l’autre. J’étais « trop étranger » pour qu’elle daigne à nouveau m’adresser la parole, ou à toute autre personne du coupé.

43La mise en exergue par le silence du rejet manifeste de l’autre est une drôle d’impression. Je me figure que de sa perspective, je n’aurais rien pu dire de plus de toute façon. Le silence a donc eu un double effet : conserver la tranquillité du coupé et considérer toutes les personnes qui s’y trouvaient comme étrangères durant la totalité du voyage et maintenir cet état d’étrangeté.

Le discours sur la visibilité des étrangers

  • 35 En russe l’on peut dire « иностранный » pour désigner un étranger, mais l’autre peut également être (...)
  • 36 En russe : « наш / наша / наше »

44La mention de l’altérité telle qu’elle a été exprimée par les Oudmourtes et les Russes ethniques que j’ai rencontrés n’est pas unilatérale ; il faut rappeler que le russe étant la langue de communication que j’utilise, bon nombre de remarques ou d’attitudes typiquement oudmourtes m’ont sans doute échappées. Je remarque cependant une tendance générale à décrire ce qui fait « partie » du monde russe, par distinction à ce qui en est « étranger35 ». Il y a une distinction fondamentale, plus ou moins claire selon les interlocuteurs, de ce qui est « nôtre36 », par rapport à ce qui est « autre ». J’ai été au centre de cette distinction et en même temps témoin de celle-ci, lors de mes échanges informels, au-delà de l’objectif du mémoire. En achetant de la nourriture à emporter, Yelena L. m’avait fait remarquer que le serveur, « lui non plus, ne parlait pas bien russe ». Au-delà de la question grammaticale et des registres de langue, je crois qu’elle a voulu mettre en exergue que cette personne n’appartenait pas au monde russe, que son apparence (c’était un homme géorgien) ne se trouvait pas « dans le paysage » en Russie. À ce titre, nous partagions un point commun.

  • 37 Expression populaire pour désigner l’homme viril, le « vir » en latin.

45Mon apparence phénotypique a donné lieu à de la curiosité lors de mon terrain. J’ai fait ce constat quand, au sortir de la banja, Yelena et ses amies ont demandé de me toucher les cheveux. C’est une réaction qu’avait déjà exprimée la chanteuse oudmourte Tatjana Hohrjakova lorsque nous nous étions rencontrés pour la première fois à Paris en 2018. Je portais à l’époque les cheveux mi-longs, qui étaient par nature à la fois bouclés et frisés. Dans une société où l’homme « mužčina mužčina37 » doit porter les cheveux courts, je faisais office de curiosité dans le paysage. J’étais cependant étonné, car l’amie tchétchène d’Yelena portait également des dreadlocks roses et blanches. Je distingue donc ici l’altérité sociale où les marqueurs ont des sens au sein de la communauté oudmourte à Iževsk – comme c’est le cas pour cette jeune Tchétchène – de l’altérité phénotypique, qui a suscité cette réaction. Je ne pense pas cependant que si j’avais demandé de toucher les cheveux de mes interlocutrices, celles-ci l’eussent bien pris. C’est cette forme d’intégration ou d’exclusion en tant qu’étranger qu’il a été difficile de cerner de prime abord, puisqu’elle passe par une réification phénotypique.

  • 38 J’entends par là que même dans l’espace public, j’ai ressenti des difficultés à me « fondre dans la (...)

46J’ai à plusieurs reprises mentionné ma gêne d’être clairement identifié dans l’espace russe comme étranger à des amies russes et oudmourtes38. Leurs réactions étaient intéressantes car elles mentionnaient qu’« il y a des étrangers en ville ». Cela invite à penser que l’altérité est plus fréquente dans les villes que dans les villages en Russie. Bien que la globalisation eût apporté son lot d’étrangers dans les grandes villes russes, je note que c’est sans doute le seul lieu où l’on se figure qu’ils existent en Russie. C’est ce confinement du fait étranger à la ville globale – ou à la grande ville dans le cas d’Iževsk – qui m’a paru dommageable, car les réactions de curiosité au village n’avaient rien en commun avec les démonstrations de haine qui ont ponctué mon terrain. Autrement dit, ce n’est pas parce que la ville est le lieu fréquenté par plus d’étrangers potentiels que je m’y suis mieux senti ; à bien des égards, c’est en ville que mon altérité a été le plus soulevée.

  • 39 « Ижевск для нас это - ссылка ». Je m’autorise une liberté de traduction. « Ссылка » désigne en rus (...)
  • 40 « понаехавшие », du verbe russe понаехать : « arriver en grand nombre, en masse ». Ce mot désigne é (...)

47D’autre part, c’est de la part des urbains que j’ai perçu le plus d’animosité à l’encontre des Oudmourtes. Il ne s’agit pas d’une démonstration directe et claire de mépris à l’intention d’un peuple donné, mais plutôt de qualificatifs employés par mes connaissances à Moscou, décrivant l’Oudmourtie ou Iževsk. Mon amie moscovite, Maria S., m’expliquait que pour elle et ses amis, l’idée d’aller à Iževsk pour visiter n’était pas envisageable. Lors d’une soirée avec d’autres de ses connaissances moscovites, on me posa la question de savoir si j’allais à Iževsk pour tirer à la kalachnikov. Je me souviens que Maria s’était alors écriée que « Iževsk pour nous, c’est le bagne39 ! » en prenant soin de m’expliquer le mot russe qu’elle avait choisi. Dans leur perception, il n’y avait aucune raison valable à part le travail ou une condamnation juridique pour devoir se rendre en Oudmourtie. Il y a dans la capitale également une attitude négative envers les « habitants des régions », Maria ne se privait pas d’ailleurs d’employer le vocable « ponajehavšije40 », sobriquet peu flatteur qui désigne les non-Moscovites venus du reste de la Fédération pour travailler dans la capitale. En racontant à mon retour à Moscou mes mésaventures et les stéréotypes que j’ai rencontrés, elle s’est empressée d’utiliser ce terme à nouveau afin de souligner le manque d’appréhension des ponajehavšije envers les étrangers.

  • 41 Il ne s’agit pas tant d’une violence physique que d’une violence mentale ; l’expérience de la désor (...)

48À bien des égards, la violence que j’ai pu relater n’a pas le même pendant dans la violence que subissent les classes moyennes voire basses des régions russes de la part des moscovites. Le rapport de domination entre des individus de milieux différents engendre des réactions qui sont violentes41 pour les deux parties. Mon rapport en tant qu’étranger est en ce sens distinct du rapport qu’ont les Oudmourtes à la grande ville. Ce rapport est également différent du point de vue des Moscovites à l’égard des ponajehavšije.

49Parmi les Oudmourtes rencontrés sur le terrain, les distinctions de classes et de modes de vie entre Oudmourtes des villes et des villages m’ont amené à distinguer la façon dont on envisage le « milieu » oudmourte. Je veux dire par là que les célébrations villageoises et traditionnelles dans une partie de l’Oudmourtie sont relativement éloignées des manières dont les Oudmourtes sont perçus dans la grande ville. La perception me semble l’outil adéquat ici, car Yelena L., dont les parents habitent le district de Kez dans le Nord de la région, a émis des jugements sur la façon d’être oudmourte en ville. Cela passe par l’accent notamment. Elle me racontait qu’être porteur d’un accent oudmourte lorsque l’on dialogue en russe est toujours mal perçu dans la république, surtout à Iževsk, et que le fait de « bien » parler russe est perçu comme un avantage.

50Cet énoncé est intéressant car ces représentations ont été véhiculées par des Oudmourtes de générations plus anciennes que celles ciblées par mon mémoire (A. Četkarjov). La connaissance de l’oudmourte est dépeinte comme un inconvénient car elle empêcherait l’intégration des jeunes générations dans la société. Ces phénomènes de ségrégation, en tant qu’ils désignent un type de discrimination fondé sur l’appartenance ethnique, sont difficiles à mettre en exergue dans des entretiens avec les fonctionnaires de la Maison de l’amitié des peuples. De plus, il y a une volonté au sein de la société oudmourte urbaine de « ne pas faire de vagues », ce qui m’a permis de mettre en évidence des oppositions au sein du mouvement national.

51L’ethnicité revêt ainsi tous types de caractéristiques pour moi en tant que chercheur et objet d’exotisme pour les Oudmourtes auxquels je me suis présenté. Le caractère ethnique n’a pas été moins revendiqué lors de mes entretiens, mais la différence de « milieu » entre la société urbaine russophone et la société villageoise me semble une distinction productive, encore en 2020. La visibilité du fait oudmourte, tout comme ma visibilité phénotypique en tant qu’étranger sur le terrain suscitent tous types de réponses, de la curiosité jusqu’au rejet.

L’oriental oudmourte, où la référence systématique à l’altérité musulmane

52J’ai, en plusieurs occasions, été confronté à des questions de toute part qui faisaient mention de ma potentielle appartenance au monde musulman. Je décris cette interaction comme structurelle dans l’œucoumène oudmourte et russe ; au café ou à la cantine, l’on avertit les gens que les plats peuvent contenir de la viande de porc, afin de ne pas heurter les Tatars. Je présume que mon apparence physionomique non blanche n’était explicable pour certaines personnes, que du fait d’une appartenance au monde arabo-musulman, quitte à m’identifier à un Tatar de la Volga. Les exemples ci-dessous détaillent les diverses mentions qui m’ont été adressées avec ce fond culturel en tête.

  • 42 « А его надо с арабами расселять ? ».
  • 43 « Ну, похож на араба. Но вы ведь говорите по-русски ! ».
  • 44 Plusieurs étudiants ressortissants du monde arabo-musulman sont en effet présents à Iževsk et effec (...)

53Mon arrivée à Iževsk fut quelque peu précipitée et j’ai de nouveau été confronté à un rapport russe de l’altérité lorsque je suis entré dans la résidence universitaire. La komendantka de l’étage où j’étais situé m’avait accueilli avec un jeune homme du département des relations internationales qui m’accompagna jusqu’à mes quartiers. Elle s’empressa alors de lui demander : « Il faut l’installer avec les Arabes42 ? ». Je pris vite la parole et lui assurai d’abord que j’étais Français et puis que je comprenais ce qu’elle disait ; un intermédiaire n’était ici pas utile. Sa réponse fut brève : « Ah, vous ressemblez à un Arabe. Mais au moins vous parlez russe43 ». Je ne fais pas de procès d’intention, d’autant plus que l’intérêt s’en trouverait limité. Cela dit, je remarque l’aisance à associer mon apparence phénotypique au groupe ethnique majoritaire dans la résidence universitaire44, à l’étage où j’étais situé. Il est aussi remarquable qu’elle n’avait pas pris la peine de s’adresser à moi ou de me saluer, ayant établi mon appartenance ethnique sans me consulter...

  • 45 Je n’ai pas la traduction exacte en tête malheureusement et n’ai pas pris l’écriteau en photo.

54J’ai été malgré moi assimilé à un groupe d’étudiants avec lequel je n’ai pas eu de contacts réels. Je constate aussi des attitudes négatives à l’égard des étudiants arabophones en Oudmourtie. S’il est admis qu’ils étaient mauvais locuteurs de russe, plusieurs écriteaux dans la résidence leur étaient destinés. De mémoire, je peux en citer un qui, sur le réfrigérateur de la cuisine commune indiquait : « Malgré nos différences religieuses, nous sommes tous d’accord pour dire que le vol est mauvais. Prière de ne pas prendre la nourriture laissée dans le réfrigérateur45 ». Je tiens à noter précisément ici la mention du fait religieux, bien plus présente qu’en France. Cette invective écrite avait pour moi un sens fort et a permis d’entrevoir à quelle altérité la komendantka faisait référence.

  • 46 J’utilise l’adjectif « russien » par distinction au mot « russe » qui se réfère ici à un groupe eth (...)

55Au-delà du cadre universitaire, ces étudiants ne sont pas appréciés dans la société russienne46 à Iževsk. Je me permets à ce titre de traduire un passage d’un article sur le tourisme agraire, mobilisé dans mon mémoire, qui fait mention des « étudiants arabes » :

  • 47 Sviridov, 2020, p. 127.

À l’université d’État oudmourte, environ 450 étudiants et auditeurs libres de plus de 30 pays du monde suivent les cours. En règle générale, nombreux sont ceux qui avant le début de la rentrée pratiquent l’apprentissage du russe dans la faculté d’initiation de l’université. Cependant, l’expérience de l’enseignement de la langue russe de l’auteur de l’article et de ses collègues a montré que la connaissance du russe est insuffisante chez de nombreux étudiants étrangers. Cela concerne tout particulièrement les ressortissants des pays arabes. La plupart d’entre eux (par opposition aux ressortissants d’autres pays, qui vivent dans les résidences universitaires et étudient constamment avec des locuteurs natifs) louent collectivement des appartements et communiquent en arabe, ce qui n’améliore pas leur niveau de russe. Malgré la préparation hebdomadaire en langue russe, durant le terrain scolaire, les étudiants peuvent se familiariser avec la faune de la taïga méridionale russe, qui diffère largement des paysages de leur patrie (d’ordinaire on les emmène en expédition dans les villes, et ils ne voient pas la nature non-urbaine de la Russie)47.

56Outre l’aspect sociétal qui dépeint des difficultés d’intégration dans la société oudmourte, l’article permet d’étayer l’idée selon laquelle, la perception de l’origine ethnique arabo-musulmane peut se trouver connotée chez les locaux. À bien des égards, j’ai sans doute rétrospectivement été identifié et inclus, sans en avoir clairement conscience en certaines occasions, à cette population.

  • 48 « Ты пьёшь вина ? »
  • 49 Mon idée originale était que je pouvais être perçu comme musulman, à l’instar des Tatars. Je ne fai (...)

57La nécessité d’identifier l’acteur sur le terrain par son appartenance à un groupe particulier s’est présentée à moi, lorsqu’on me posa des questions sur mon régime alimentaire, par exemple. Ces questions furent posées à la fois dans une cantine, ce qui semble rationnel, ainsi qu’en présence d’une amie oudmourte, Nastja T. Lors d’une sortie nocturne, elle me posa une question que j’ai de suite relevée : « Est-ce que tu bois du vin48 ? ». Son intérêt était de savoir si j’avais des interdits quant à l’alcool en m’identifiant dans sa perception, je suppose, comme un potentiel musulman49. Je précise « du vin », car je lui ai posé la question, ce à quoi elle répondit : « j’aurais pu aussi demander si tu buvais de la bière ». Par analogie, la référence à la religion me semble ici pertinente, bien que N. T. n’ait pas exprimé d’autres arguments en ce sens. Cependant, lors de l’entrée dans les lieux à la résidence universitaire, la kommendantka me faisant la liste des interdictions dans les locaux me demanda si je buvais, ce à quoi j’ai répondu par la négative. Elle a ensuite répondu : « C’est ce que j’apprécie avec les musulmans ».

  • 50 Bains traditionnels que l’on nomme plus souvent en France « sauna ».

58Cette nécessité d’identification a, à plus d’un titre, pris un tour religieux. Lors de ma visite dans le complexe agrotouristique de Nikolaj Mihajlov, nous avons profité de la banja50. J’ai refusé de m’y rendre nu, ce qui a interloqué N. Mihajlov. Il a par la suite été désireux de savoir si j’avais exprimé cette spécificité pour des raisons religieuses. La mention de ce fait lui semblait être une explication potentielle de mon comportement. À l’écriture de l’article, je demeure perplexe, car l’évidence pour lui était de m’inscrire dans un ensemble religieux distinct du sien, plutôt que de considérer la pudeur ou toute autre valeur qui aurait pu être invoquée. Une fois sorties de la banja, mes amies d’Oudmourtie ont essayé des costumes traditionnels à disposition. Lorsque leur amie tchétchène a noué son fichu autour de sa tête, Yelena L. s’est empressée de la corriger : « Mais non, tu le mets à la mode musulmane ! ». N. Mihajlov, lui, a rétorqué qu’elle pouvait le porter de la façon qu’elle souhaitait et que bien des Oudmourtes nouaient le fichu également de cette façon.

59La référence à la mode musulmane par distinction à la façon oudmourte de porter un fichu a suscité mon attention. Je faisais entièrement confiance à N. Mihajlov, collaborateur de l’organisation nationale Udmurt Keneš, pour savoir quelles modes étaient acceptables. Je note une certaine polarisation dans la position défendue par Yelena L., qui n’est pas locutrice d’oudmourte par ailleurs. Son attitude envers l’étranger et l’autre a souvent suscité le besoin de distinguer la culture oudmourte par rapport aux autres. Sa volonté de se distinguer peut être attribuée à son métier de photographe, où la question de la mise en scène de l’authenticité du « vivre au village » oudmourte a fait l’objet d’un travail particulier. Il peut également s’agir d’une volonté de marquer la distinction, afin de ne pas perpétuer d’amalgame. Toujours est-il qu’elle mettait un point d’honneur à préciser les codes de la mode vestimentaire oudmourte.

Décrire l’autre et associer l’autre

La nécessité d’identifier et de projeter l’altérité

60En premier lieu, j’ai visité le département de philologie et journalisme de l’université d’État oudmourte à Iževsk. Les discussions informelles avec les personnes de l’université ont peu à peu dérivé sur qui j’étais, au-delà de mon simple statut d’étudiant en stage de recherches, pour collecter des matériaux. Une femme d’un certain âge, employée de l’université, m’a alors posé une question et a plus tard sans doute saisi mon malaise. Elle me demandait : « De quelle génération de migrant êtes-vous ? ». C’est une question à laquelle rien ne peut préparer, d’autant que je ne savais pas comment lui expliquer que sa perception de ma place au sein de la société française était erronée. Elle s’empressa d’ajouter ensuite : « Cela ne fait rien, moi aussi je suis issue de l’immigration. Mes parents sont originaires d’Azerbaïdjan ». Le récit sur mes origines n’avait pas sa place à mon sens, dans ce travail de terrain. Pourtant, présenté comme chercheur étranger, j’étais mis en demeure de trouver réponse à des interrogations que je n’avais moi-même jamais pu ou osé soulever.

61Je n’avais ni le temps, ni l’envie de lui expliquer que mes parents n’étaient guère migrants et que s’adresser à moi de la sorte pouvait suggérer que j’étais un allogène dans l’espace français. C’est une mention qu’il aurait été intolérable de faire à un étudiant français en France, d’où mon air interloqué. Rétrospectivement, je pense qu’elle voulait maladroitement nouer un contact en montrant qu’elle connaissait également un peu d’histoire de France. C’est ce que suggère sa seconde phrase, proférée avant même que je ne réponde.

62Lors de plusieurs de nos interactions, cette même femme a souvent eu tendance à proférer un discours qu’il a été difficile de déconstruire, tant elle faisait état d’une « perception russe » de la situation en France. J’explique ce que j’entends par « perception russe ». Un jour, elle me posa la question : « Et comment vous en sortez-vous en France avec les vagues de migrants ? ». Cette fois-ci, je pris la peine de répondre, arguant que les médias russes (dont Spoutnik) prennent souvent un discours alarmiste quant à l’épisode de migrations massives liées à la guerre civile syrienne débutée en 2015. J’ajoutai que ces migrations n’avaient pas eu de conséquences dramatiques dans ma perception de la situation en France.

63Ponctuellement, j’ai fait office de « miroir » en tant qu’étranger avec mes interlocuteurs. Ainsi, N. Mihajlov m’a posé la question suivante : « Dites-moi, Valentin, que pense-t-on de la Russie en France ? ». C’est un sujet que je connais, mais que je ne savais pas aborder de façon pertinente de son point de vue. C’est une manière sociale – russienne – d’envisager le monde en collectifs distincts. Je veux dire par là qu’ayant répondu que les relations entre la France et l’Ukraine avaient été entachées après l’annexion de la Crimée en 2014, je compris que cela ne répondait peut-être pas à son interrogation. A posteriori, je regrette de ne pas avoir demandé ce qu’on pensait de la France en Russie à Nikolaj. Sa question est intéressante car elle permet de décentrer la lecture des réalités géopolitiques du point de vue russe et de comprendre un autre point de vue.

64Une fois ma position exprimée, N. Mihajlov s’est autorisé des commentaires sur l’histoire de la région de la Volga en traitant au passage les Russes de « colonisateurs ». Je me souviens avoir été surpris par l’emploi de ce terme, que j’avais pris soin de ne pas employer moi-même. Je pense qu’ici le fait que je sois étranger lui a fait entrevoir qu’il pouvait s’exprimer librement en ma présence. L’entretien a été très productif une fois cette question posée.

  • 51 L’Europe géographique s’étend de l’Atlantique à l’Oural et géomorphologiquement parlant, il n’y a q (...)

65Cette position de devoir décrire une réalité commune avec des standards européens ou français – qui diffèrent d’ailleurs aussi souvent de ma position personnelle – pose une nouvelle fois la question de l’œucoumène oudmourte. Il y a en Russie une facilité à distinguer la Russie de l’Europe, ce qui n’est pas une distinction sensée selon moi51. Pour Alexandre Četkarjov, collaborateur de la Maison de la culture de Kamennoje, j’ai senti que sa perception du « monde européen » était plus restrictive que l’idée de « l’Union européenne » ou « l’Europe politique ». J’ai été surpris de l’entendre dire que « la Finlande et l’Estonie, c’est la Russie ». Il s’est repris et a corrigé en disant qu’elles avaient fait partie de l’URSS, ce qui demeure faux historiquement et politiquement pour la Finlande. Sa représentation est intéressante cependant, car l’idée de « monde russe » ou de « monde postsoviétique » comme on l’enseigne en université en France est proche de sa perception.

66Cela signifie également que sa perception de la France est celle d’un pays fondamentalement européen et différent de la Russie. C’est une question qui m’a mis personnellement en position d’être représentant de « l’idée de France » en voyage à l’étranger au sein du groupe d’Oudmourtes plutôt urbains, avec lequel j’ai évolué, où l’on se référait à moi comme « le Français », étiquette à laquelle je n’étais pas habitué non plus. Ce terme était utilisé par Yelena L., pour informer les autres de ma venue. Plus tard, je compris qu’un article rédigé par Angelina Snigireva à mon sujet dans le journal Udmurt Dunje (Le monde oudmourte), m’avait ouvertement identifié comme français en incluant une photographie de moi52.

67Plus tard, expliquant la difficulté que j’avais à appréhender le rapport de mes interlocuteurs à mes propres origines, l’une de mes amies moscovites, Maria S., a déclaré : « Moi, je subis tous les jours des injures à l’encontre des Juifs. Ils ne savent pas, en général, que mon grand-père était juif ». Mon projet de recherche ne l’a pas laissée indifférente, à tel point qu’en rentrant d’Iževsk, elle m’a fièrement annoncé : « Mon grand-père paternel était aussi finno-ougrien ! Il était mordve », fait qu’elle venait de découvrir.

  • 53 Champion olympique français de biathlon entre 2010 et 2018. D’origine catalane, la pilosité a de no (...)

68Le questionnement de la thématique ethnique renvoie nécessairement, en Russie, à un rapport identitaire ou plus précisément, au besoin de s’identifier et d’identifier les groupes qui nous sont proches. Distinguer les nôtres des autres, comme évoqué en introduction. Ce besoin d’identification a été présent dans la façon dont un homme âgé, chargé à l’accueil de la résidence universitaire de contrôler les identités des étudiants, m’a interpellé. Je lui avais dit être français, malgré mon apparence non blanche et mes cheveux frisés, et lors de nos rencontres suivantes, il m’avait surnommé « Martin Fourcade53 ». Je ne savais pas réellement comment appréhender ce genre de plaisanteries. Quand bien même il s’agit d’un surnom inoffensif, il était clair que pour cet homme la question de devoir m’identifier comme étranger et français devait s’incarner dans des symboles sur lesquels il avait prise.

69La perception d’une réalité à la fois semblable et dissemblable aux discours sur « les Français » en Russie et en Oudmourtie n’est pas univoque et je me suis retrouvé en posture de devoir préciser un récit des origines qui puisse faire sens pour mes interlocuteurs. Alors que j’ambitionnais de faire un terrain d’études mettant en exergue les problématiques ethniques en Oudmourtie, j’ai moi-même été pris au jeu de questionner le rapport à mon ethnicité.

Du rire et de la moquerie

70La piste du rire me semble pertinente car elle montre divers angles où l’usage de ce mécanisme de communication qui permet de décomplexer les conversations n’a parfois pas été partagé de mon côté. A posteriori l’interprétation selon laquelle je manquais de clefs de compréhension pour me joindre au rire n’est pas suffisante.

  • 54 « Посмотри ! Он похож на тебя ».
  • 55 En russe : « метис », qui signifie selon le Dictionnaire raisonné d’Ožegov : « (1) Descendant d’une (...)

71La nécessité de décrire, identifier et établir des similitudes entre les groupes de personnes et les phénotypes auxquels mes interlocuteurs se sont intéressés, m’a parue tout à fait exceptionnelle. Juri Perevozčikov, dans une conversation informelle où il me montrait des photos de sa famille, a fait mention d’un de ses cousins, oudmourte au demeurant, mais descendant d’un groupe d’Oudmourtes installés dans le Caucase. Du fait de sa pilosité, il s’est alors écrié : « Regarde comme il te ressemble54 ! ». Toujours avec Juri, lors de mon déplacement à l’éco-musée Ludorvaj, il a présenté mon interlocuteur, Pavel O., comme un « métis55 », mot qui a d’ailleurs suscité un rire généralisé, en mentionnant ses origines juives.

  • 56 Je prends à titre d’exemple la façon dont la chanteuse du groupe Silent Woo Gore, Sveti Rutčkina, l (...)
  • 57 « Смешанные браки » en russe, littéralement « unions mélangées » du verbe смешать/smešat’ (mélanger (...)

72Je m’interroge sur l’emploi de ce mot. La réalité du métissage en Russie, pourtant bien connue et largement acceptée par les Oudmourtes56 n’est pas reflétée par l’emploi du mot « métis ». Bien que des mariages interethniques ou mixtes existent dans toute la Russie, le terme de « métis » ou de « métissage » renvoie à une perception de la réalité qui diffère de la manière dont l’on s’identifie en Russie. Cela revient à dire que les métis ou le métissage renvoient à un processus interethnique qui ne se produirait qu’à l’étranger, tandis qu’en Russie, il s’agit de mariages mixtes57. La terminologie est importante ici. Je pense que l’identification propre à la nationalité chez les Oudmourtes ne se veut pas problématique ou posée avec des termes trop exclusifs. C’est au fond ce à quoi s’attelle le ministère de la politique nationale : décomplexer les relations entre nationalités. C’est également ce qu’ont suggéré les trois hommes ayant ri à Ludorvaj au moment où Juri a proféré ce mot.

73La notion de mélange ou de métissage renverrait de fait à la notion de « pureté » ethnique. Cette idée, qui peut paraître saugrenue dans un espace francophone où l’identification ethnique n’est pas autant revendiquée, a été mise en exergue par certains de mes interlocuteurs en France. En préparation du terrain, j’avais consulté la sociologue Svetlana Russkikh, qui m’avait dit que je rencontrerai en Russie la notion de « čistokrovnost’ » ou de « pureté de sang ». S’il peut s’agir d’une obsession rencontrée par d’autres chercheurs, je remarque que cela a peu été l’objet de mes enquêtes. Je n’ai, pour ainsi dire, jamais été confronté à un discours qui pourrait de près ou de loin faire intervenir cette notion. J’aurais même tendance à penser que mes conversations avec Juri et d’autres ont eu tendance à montrer une variété au sein du groupe ethnique, quitte à exprimer de la fierté du fait de cette diversité.

74À cela il ne faut pas rester naïf, mon apparence de chercheur métis a sans doute poussé des personnes qui auraient pu émettre une opinion quant à la « pureté de sang » russe ou oudmourte, à ne pas s’exprimer en ma présence. Je n’ai cependant pas d’exemple qui infirme ou confirme cette idée ; ma présence a influencé les conversations menées, mais ce qu’elle a pu susciter chez l’autre sans être mentionné restera un mystère pour moi.

75En découvrant Iževsk, j’ai fait plus ample connaissance avec Yelena et d’autres Oudmourtes plus jeunes qui habitent la ville. Je me souviens qu’elle m’avait raconté, sur le ton de la moquerie, l’histoire d’un étudiant Noir qui était venu à Iževsk. Elle se moquait notamment du fait qu’il parlait un français que comprenait difficilement un de ses amis russes qui avait appris le français à l’université. Son récit était ponctué d’anecdotes auxquelles j’étais mis en demeure de partager la saveur, alors que je trouvais sa réaction profondément blessante. Elle me racontait également qu’un soir, cet étudiant avait fini ivre mort dans une boîte de nuit locale, puis en cellule de dégrisement une fois embarqué par la police. L’anecdote portait sur sa maîtrise du français, car en l’absence d’un traducteur, c’est son ami qui avait dû faire office d’interprète. Je n’ai pu m’empêcher de sentir un peu de solidarité et d’empathie face au récit de cet étudiant étranger – ma situation ne me paraissait pas si éloignée de la sienne. Alors que je n’avais pas répondu à certains de ses messages, Yelena s’est empressée de commenter qu’elle craignait que je ne me fusse vexé et que j’eusse fini également ma nuit au poste de police.

  • 58 Peut-être car je l’identifiais comme « enfant de la colonisation française », ce qui est une étique (...)

76Il y a plusieurs éléments dans ce récit, qui se voulaient sans doute drôles dans sa perception, mais auxquels il m’est toujours rétrospectivement difficile de souscrire. Je présume qu’une partie de ses réactions est imputable au fait qu’elle n’ait pas rencontré grand nombre d’étrangers en Russie, malgré ses nombreux voyages. Considérer qu’un Noir parle nécessairement un français de moindre qualité qu’un Français qui correspond aux stéréotypes que l’on porte en Russie est une catégorie qu’il est dur d’aborder et de déconstruire. Mais la mention de cet épisode afin de reprendre la conversation, après un moment d’absence de ma part, m’a semblé déplacé. Il s’agit de mon propre ego dans ce cas, qui n’a pas su comprendre l’intérêt de la moquerie. Je présume qu’elle voulait sans doute ici décomplexer la situation et qu’elle devait être rassurée que je donne des nouvelles. C’était une façon d’exprimer un soulagement, qui reste rude au demeurant. Là où sa perception n’a pas pu rejoindre mon point de vue est sans doute du fait qu’elle n’a pas pu saisir que je pouvais éprouver de l’empathie pour l’étudiant Noir58 dont elle avait fait mention. Je n’ai pas voulu soulever ce point et a posteriori, il aurait été judicieux de lever l’ambiguïté. Sans doute ne me considérait-elle pas comme un allogène Noir ou partageant cet héritage, puisque je m’étais présenté en tant que finno-ougriste français.

77Il faut ici rappeler que les stéréotypes sont légion dans la perception que tout un chacun a de l’étranger. La Russie et la France ne font pas exception ici. La difficulté que j’ai éprouvée pour surpasser ce récit est d’ordre personnel, mais également liée au fait que je ne savais pas comment déconstruire une perception aussi moqueuse de la réalité. C’est ce versant de l’absurde dans l’humour qui a suscité de l’inconfort.

78La gêne est une émotion que j’ai éprouvée fortement par deux fois durant mon expédition. La première fois, nous étions en banlieue d’Iževsk avec quelques amis qui voulaient me faire manger šašlyk, c’est-à-dire de la viande grillée à la mode barbecue. La nuit était déjà tombée quand nous commandâmes et c’est en attendant de se faire servir, alors que j’étais attablé avec T., le fils de Yelena, que j’ai été pris d’inconfort. J’avais pour habitude d’enlever mon couvre-chef à l’intérieur, ce qui cachait des cheveux mi-longs frisés et désordonnés. À peine avais-je enlevé mon bonnet que de jeunes hommes alcoolisés qui occupaient la table derrière nous, furent saisis d’un fou-rire. C’est Yelena qui m’ordonna de remettre mon bonnet et elle demanda à son fils de rester la tête dans les bras croisés sur la table en se cachant le visage.

79Je n’ai pas senti d’hostilité face à mon apparence. J’étais habitué à « faire tache » dans un paysage où de toute évidence, j’étais étranger. Mais la réaction de peur de Yelena me fit prendre conscience du danger potentiel de la situation dans laquelle je me trouvais.

80Je ne saurais caractériser le type de rire qui a éclaté une fois mon bonnet retiré. L’étrangeté suscite le rire, c’est indéniable.

81La deuxième occurrence où j’ai senti de l’inconfort s’est produite alors que je dialoguais avec une artiste oudmourte, Darali Leli. Je me souviens d’une personne très agréable avec laquelle j’avais discuté de mes expériences en Russie et qui me parlait de la Hongrie et des raisons pour lesquelles elle préférait vivre en Oudmourtie. Je fus cependant saisi d’effroi lorsque par message elle m’adressa la photo suivante (voir figure 2).

Figure 2 – Meme humouristique : « Valentin est déjà en chemin ».

Figure 2 – Meme humouristique : « Valentin est déjà en chemin ».

82La veille de la Saint-Valentin je reçus une photo par message sans que je comprenne réellement quel sous-texte il fallait y lire. Il est bon de rappeler qu’en Russie, on offre des fleurs aux femmes à cette occasion. Cette fois, j’entrepris d’expliquer à Darali que cette photo n’était franchement pas de bon goût et qu’elle ne me faisait pas rire. Pour elle, le sous-texte ne dépassait pas le contexte de la célébration de la Saint-Valentin. Je savais pourtant que j’avais face à moi une interlocutrice qui pourrait comprendre que ma réaction ne fût pas univoque.

83Dans le cadre de la Saint-Valentin, cette photographie est sans doute bienvenue. Je me pose la question cependant de savoir quelle est la modalité d’adresse ou le ton sur lequel on peut employer une telle photographie. J’ai été mis dans l’inconfort, car de fait, la photographie n’inspire qu’une seule réaction : la moquerie. J’étais une nouvelle fois confronté au fait que l’empathie que je pouvais ressentir n’était pas une explication suffisante : j’étais blessé que la similitude phénotypique entre la photo et moi-même n’ait pas frappé mon interlocutrice… La moquerie me gêne et l’interprétation selon laquelle je pouvais être moqué dans cette photo n’était pas intelligible selon Darali.

84De retour du terrain, je reste amer du fait qu’elle m’ait dit que je ne comprenais simplement pas pourquoi cette photo était drôle. Car à l’évidence elle ne comprenait pas en quoi cette photo pouvait s’attaquer à mon altérité phénotypique, ici savamment mise en scène. Je ne peux que mobiliser l’idée de sensibilité ici, pour faire valoir les différences d’interprétation et de réactions entre elle et moi. Je crois que la société russe est profondément inégalitaire et qu’il est accepté de se moquer de ce qui est différent de soi, au sens collectif. Cela n’a rien de différent de la façon dont on traite les uns de « civilisés » et les autres de « sauvages ». De toute évidence, Darali considérait que je m’inscrivais dans un ensemble culturel, un œucoumène, où j’étais plus proche d’elle que je ne me sentais étrangéisé en réalité. Je ne sais pas s’il est pertinent ici de dire que son manque d’appréhension tient au fait qu’elle m’identifiait sans doute comme un Français, blanc culturellement, capable de se moquer des mêmes choses.

85La rupture de communication a été forte. Je crois d’autant plus que le caractère abrupt et incongru que portent les images a sans doute guidé ma réaction. L’ambiguïté de désigner « Valentin » dans la légende, sans préciser le contexte de la fête dédiée au saint en question, a justement fait que je me suis senti visé dans mon intégrité. Au vu de la couleur de peau, il paraissait pour moi indubitable que cette interprétation n’eût pas germé dans sa tête. Quand bien même elle n’avait pas eu cette idée, l’évidence de la moquerie m’avait mis dans une situation inconfortable.

La perception de l’étranger auprès des « petits peuples » : l’autre comme miroir de son caractère exceptionnel et inique

86En amont du terrain, j’avais rencontré d’autres spécialistes finno-ougristes qui s’étaient rendus à la conférence sur les « Langues autochtones » de l’Unesco organisée à Paris en 2019. Parmi ces spécialistes, j’ai fait la connaissance d’une scientifique komie, qui témoignait de beaucoup de gratitude à l’égard de deux ressortissants d’Europe qui s’occupaient de questions finno-ougriennes : Eva Toulouze et Péter Domokos. Sa gratitude tenait au fait que ces questions étaient décloisonnées ici, qu’on ne s’y intéressait pas dans une analyse simplement étatique et russienne. Par cela j’entends que cela faisait ressortir le caractère spécifique de son peuple, ici les Komis de l’Ižma, et des traditions.

87À l’instar de ce témoignage, j’ai rencontré en Oudmourtie plusieurs Oudmourtes, de toute profession et de toute tranche d’âge, pour lesquels la venue d’étrangers européens afin d’étudier les questions oudmourtes était le signe d’un grand prestige. Je parle ici de prestige, parce qu’il s’agit d’un rapport relationnel cultivé entre le chercheur et les contacts et connaissances sur place. Ce n’est pas tant que l’on parle des Oudmourtes en France qui fait que ces derniers éprouvent un sentiment lié au prestige, mais plutôt le fait que l’on observe le même décloisonnement dont j’ai fait mention un peu auparavant. J’insiste sur la notion de prestige, car je veux la mettre en opposition à l’idée répandue de « petits peuples » et de « petites cultures ».

  • 59 « Своё плохо оценивается » : littéralement « ce qui est sien est mésestimé ».

88Il s’agit d’une lecture assez fréquente en Russie chez les peuples finno-ougriens et autochtones de manière générale : du fait du poids de la société et de l’ascension matérielle et intellectuelle que peut représenter « la civilisation russe », l’on considère sa culture villageoise ou native comme dépourvue d’intérêt ou de qualités. Lors d’un entretien avec l’activiste du groupe « Muš » et professeur d’oudmourte, Ol’ga Urasinova, celle-ci me confessait que pour les Oudmourtes, parler de questions politiques était difficile car « l’on méprise les choses oudmourtes59 ». On retrouve dans cette dialectique la même opposition qu’entre nature et culture, entre la vie villageoise et la vie urbaine, la vie autochtone et la vie de la « civilisation ». À bien des égards, ce sentiment profondément injuste de voir sa culture relayée au plan des « bassesses villageoises » est synonyme de l’expérience d’une forme de racisme, telle que je l’ai ressentie personnellement en France et ailleurs. Le rôle de l’étranger ici consiste à élever l’estime de soi des porteurs de ces « petites cultures » en attribuant de la reconnaissance académique. Là où la société russienne aurait tendance à égaliser des problématiques interethniques, voire à passer sous silence la spécificité de la culture oudmourte, le chercheur intervient pour y étudier ce qu’elle a de particulier. Cette dialectique n’est pas sans effet sur les gens ; elle fait prendre conscience aussi bien chez les uns que chez les autres de la richesse dont ils sont porteurs.

  • 60 En russe : « étranger », à comparer avec le verbe dérivé отчуждаться / otčuždat’sja (« s’aliéner »)

89Le terme de soutien est de ce point de vue plus neutre : pour les Oudmourtes que j’ai rencontrées à la faculté et ceux de ma génération avec lesquels j’ai fait connaissance, c’est ce terme qui décrit l’action des finno-ougristes et qui leur donne une place particulière dans le monde finno-ougrien. A posteriori, il faut reconnaître que c’est en m’inscrivant dans ce prisme, car Eva Toulouze avait prévenu de ma venue, que j’étais devenu plus qu’identifiable pour les Oudmourtes et que je faisais partie de leur œucoumène. Je prends l’exemple d’une femme d’un certain âge que j’ai rencontrée après une conférence d’introduction aux instruments ethniques, et qui était venue spécialement du rajon de Šarkan jusqu’à Iževsk pour essayer une guimbarde. Lui expliquer que j’étais venu pour étudier le mouvement national à l’occasion du centenaire de souveraineté de l’Oudmourtie n’était pas très efficace. À la mention du nom d’Eva Toulouze, son visage s’est illuminé et elle a compris tout à coup dans quel but j’étais venu et m’avait inscrit dans un espace où j’étais non seulement identifiable, mais je faisais partie intégrante du monde finno-ougrien en tant que chercheur, monde qui lui était proche et connu. D’une certaine façon, elle avait opéré un glissement de чужой60 à свой, d’étranger à familier.

Conclusion

90Je posais en introduction la question de savoir quels éléments m’avaient échappé durant l’expédition de terrain et comment les réactions de mes interlocuteurs sur le terrain avaient dépeint un portrait phénotypique, autre ou plus simplement étranger, de moi-même. L’article ambitionnait de répondre à deux interrogations principales : quelles étaient les réactions auxquelles le chercheur peut être confronté dans son expédition en raison de son altérité et quel(s) portrait(s) les réactions et la communication quotidienne font de l’Autre. Tout d’abord, les réactions ont été variées, mais je tiens à mettre un point d’honneur à saluer la bienveillance et l’amitié qui m’a été témoignée par toutes les personnes durant cette expédition. Les réactions que j’ai analysées montrent en quoi le chercheur se retrouve pris à son propre jeu en entretien et comment il peut se retrouver en position d’interviewé, car la différence suscite l’interrogation. L’article montre diverses modalités de communication qui posent un cadre universel qui permet d’identifier et de reconnaître l’autre, en l’associant à un ensemble plus vaste auquel – notamment en Russie – l’on se trouve comparé. Si, pour moi, la question interrogeait comment j’avais été comparé par mes interlocuteurs, pour eux, la question était davantage de savoir à quoi j’étais comparable !

91N’attendant pas de mes interlocuteurs qu’ils devinent mes origines ethniques ou mon histoire personnelle, j’ai pris leur description comme un témoignage de ce à quoi je pouvais être associé dans le paysage et dans l’œucoumène des Oudmourtes. J’ai de fait été tour à tour reconnu comme oriental, musulman, puis Français et comme une personne proche de l’ensemble culturel que j’étudiais. Ces portraits montrent un certain nombre d’attitudes face à l’étranger en Russie : allant de l’accueil, au rire, en passant par le rejet. Je crois néanmoins qu’ils font un portrait plus fidèle de la façon dont on envisage l’autre et les autres en Russie. Le récit de mon voyage n’a laissé personne indifférent et a suscité des réactions qui ont poussé jusqu’à l’introspection de mes amis proches. Je n’ai sans doute pas mesuré le décalage culturel auquel j’allais être confronté sur place ; je rétorque cependant que rien n’aurait pu m’y préparer mieux que l’expérience elle-même.

92Les nécessités d’identification, de description et d’explication comportementales ont été intéressantes, car je ne les ai pas éprouvées de cette manière en France. Pour chacun de mes interlocuteurs, m’associer à un ensemble qui pût être familier a suscité des questions (ce qui me conforte dans l’idée que j’ai été étranger du début à la fin du voyage). Les mêmes questions qui culturellement auraient provoqué des esclandres en France, ont souvent relevé de la nécessité de savoir si j’étais « si différent que ça ». J’ai consacré une partie à l’humour, car il me semble être l’outil de communication le plus répandu.

93L’article ambitionnait également de préparer tout chercheur non blanc sur des questions russes et finno-ougriennes aux réactions, politiquement moins correctes que celles auxquelles l’université en France peut préparer. De ce point de vue, la sensibilité du chercheur est à mon avis le facteur le plus important. Ce n’est pas tant de savoir s’il est nécessaire de s’offenser pour ce qui est différent, mais de s’en remettre pour un temps à l’idée que quelque chose nous échappe. À bien des égards, des choses m’ont échappé, mais la maîtrise de mes réactions et l’analyse – nécessaire via cet article – ont permis de lever le voile sur des réactions, targuées comme simplement incorrectes en contexte français.

Haut de page

Bibliographie

Beaud Stéphane, 1996, « L’usage de l’entretien en sciences sociales. Plaidoyer pour l’« entretien ethnographique » in Politix, vol. 9, no 35, troisième trimestre 1996, entrées en politique, apprentissages et savoir-faire, p. 226-257.

Facebook, Udmurt Dunne, URL : https://www.facebook.com/photo.php?fbid=2583814335196943&set=a.1604845406427179&type=3&theater (consulté le 01/01/2021).

FondMetis [Fond Métis], URL : https://web.archive.org/web/20211208211251/https://fundmetis.ru/ (consulté le 30/01/2021).

Idel.Realii – Radio Svoboda, Мы просим Турцию не молчать ! [Nous demandons à la Turquie de ne pas rester sans rien dire !], Alpaut Ramazan, 21 février 2019, URL : https://www.idelreal.org/a/29780976.html (consulté le 22/11/2020).

Institut français de géopolotique, « Conférence “Russie-Afrique” à la Maison de la Chimie le 21 octobre », URL : https://www.geopolitique.net/fr/conference-russie-afrique/ (consulté le 23/10/2020).

Harris Scott, 2009, “Happy Accidents and the Legacy of Bob Ross” in American City Business Journals.

INA, « Chirac et l’immigration : “le bruit et l’odeur” », vidéo d’archive, 19 juin 1991, URL : https://www.ina.fr/video/CAB91027484 (consulté le 23/10/2020).

Krylova Natal’ja Leonidovna Крылова Наталья Леонидовна, 2001, «Гражданско-правовые приключения детей-метисов в России или загадки отцовства» [Les aventures des droits civils des enfants-métis en Russie ou les énigmes de la paternité] in Mir Istorii [Le Monde de l’Histoire], Topref.ru. URL : https://topref.ru/referat/131924.html (consulté le 01/01/2021).

Krylova Natal’ja Leonidovna Крылова Наталья Леонидовна, 2019, «О детях-метисах замолвите слово (к 20-летию Благотворительного фонда „Метис”» [Un mot au sujet des enfants métisses, à l’occasion des 20 ans de l’œuvre caritative du fond « Métis »] in Азия и Африка сегодня [L’Asie et l’Afrique aujourd’hui], no 10, p. 41-48.

Lermontov Mihajl Yur’evič Лермонтов Михайл Юрьевич, 1840, Герой нашего времени, [Un héros de notre temps].

Ožegov Sergej Ivanovič Ожегов Сергей Иванович, 1949, «Толковый словарь русского языка» [Dictionnaire raisonné de la langue russe] in Fondation Wikimédia, version 10326782, URL : https://slovarozhegova.ru/ (consulté le 05/01/2021).

Robine Jérémy, 2008, « Des ghettos dans la nation. Conflit géopolitique à propos des enfants français de l’immigration postcoloniale » in Hérodote, vol.  30, no 3, p. 173-208.

Staszak Jean-François, 2008, “Other/Otherness” in Kitchin R. & Thrift N. (dir.), International Encyclopedia of Human Geography, vol. 8, p. 43-47.

Sviridov Valerij Petrovič Свиридов Валерий Петрович, 2020, «Учебная база удмуртского государственного университета как платеформа для развития внегородского туризма» [La base estudiantine de l’université d’État d’Oudmourtie comme plateforme pour le développement du tourisme hors des villes] in Belikov. J Беликов М. Ю. (dir.), Актуальные аспекты развития сельского (аграрного) туризма России : Материалы IV Всероссийской научно-практической конференции [Aspects actuels du développement du tourisme villageois (agraire) de Russie. Matériaux de la IVe conférence scientifique et pratique de Russie], université d’État de Kouban, Krasnodar, p. 125-128, URL : https://elibrary.udsu.ru/xmlui/bitstream/handle/123456789/19334/272.pdf (consulté le 23/10/2020).

Vkontakte, « Udmort » [Oudmourte], URL : https://www.vk.ru/udmort/ (consulté le 18/11/2020).

Youtube, chaîne Ethno Media, «Мирей Матье и „Бурановские бабушки“. Открытие года Удмуртии в Москве» [Mireille Matthieu et les « grands-mères de Bouranovo »], URL : https://www.youtube.com/watch?v=YXcNsayGJPM (consulté le 23/10/2020).

Youtube, chaîne SWGroup, «Silent Woo Goore и Государственный симфонический оркестр Удмуртской Республики. 2013г» [Silent Woo Goore et l’orchestre symphonique national de la république oudmourte 2013] URL : https://www.youtube.com/watch?v=TQ0FJBN0Kfk (consulté le 05/01/2021).

Zakharov Nikolay, 2015, Race and Racism in Russia, Mapping Global Racisms, Palgrave Macmillan, University of Södetörn (Suède), 241p.

Haut de page

Notes

1 Je traduis ici l’expression « глубинка / glubinka » littéralement « la profondeur » ou « le méandre », qui est utilisée par certains Russes de façon péjorative pour décrire un endroit perdu, loin de Moscou et Saint-Pétersbourg.

2 C’est un terme de sciences humaines et plus précisément un concept géographique. De la locution grecque antique ê oïkomenê (la Terre habitée), il désigne l’ensemble des terres émergées habitées par les Hommes. J’extrapole ici ce concept en sciences humaines, en postulant que la représentation du monde chez les Oudmourtes, ou leur œucoumène, est une possibilité d’explication des exemples traités ci-après.

3 Je pourrais dire, en contexte français, le procès de l’antiracisme. Le but de l’article n’est pas de dépeindre des personnes dans des catégories de pensées et de perception figées dans le temps. L’antiracisme porte l’idée de justice sociale, ce qui n’est pas réellement l’objet de l’article.

4 INA, « Chirac et l’immigration : “le bruit et l’odeur” », URL : https://www.ina.fr/video/CAB91027484.

5 Staszak, 2008, p. 2.

6 Krylova, 2019, p. 41.

7 Fond Metis, URL : https://web.archive.org/web/20211208211251/https://fundmetis.ru/. Œuvre caritative d’aide aux enfants d’unions interraciales. Благотворительный фонд помощи детям расово-смешанных браков.

8 Conférence organisée le 21 octobre 2019, à la Maison de la chimie par l’Observatoire franco-russe et l’Institut français de géopolitique, voir Institut français de géopolotique, URL : https://www.geopolitique.net/fr/conference-russie-afrique/.

9 Je citerai la façon dont un intervenant, racontant son expérience en Afrique en tant que Français expatrié, s’était étonné d’entendre les locaux en Côte d’Ivoire véhiculer l’idée selon laquelle « en Russie, on tue des Noirs » (sic).

10 « In the Russian context, “black” includes people of Asian descent as well as those from the Caucasian republics or Africa. Black is not a question of pigmentation; rather it is a cultural category », Zakharov, 2015, p. 62.

11 Du point de vue russe.

12 Mon directeur de mémoire de l’époque m’avait « averti », selon ses mots, en m’indiquant que je me rendais dans la « Russie profonde » et que « [je] devais rester prudent, si jamais un groupe de jeunes supporters de l’équipe locale de football venait à [me] rencontrer en pleine nuit ». Il mettait en évidence mon altérité phénotypique avant le départ, tout en supposant que je pourrais me faire passer à tabac pour cette même raison.

13 Traduction de l’expression « бытовой расизм » (Krylova, 2019, p. 46).

14 Je traduis l’expression du russe « чужой среди своих », car les populations métisses non blanches en Russie n’avaient pas de statut juridique jusque dans les années 2000 (Krylova, 2001).

15 C’est un groupe auquel on m’a attribué une appartenance, sans même que je ne le revendique dans un contexte français. Je ne me définis pas comme Noir en France, mais comme métis. Cela a notamment l’avantage d’éviter la pseudo-catégorie de la droite politique française des « Noirs et des Arabes » (Robine, 2008, p. 2).

16 Je fais référence à l’œuvre notamment de Pouchkine, Le nègre de Pierre le Grand, en russe Арап Петра Великаго. Je note l’emploi du vocable /arap/, cognat du mot français « Arabe », pour désigner un Sarrasin ou un Oriental.

17 Arrivées deuxièmes lors de la tenue de l’Eurovision à Bakou, ce sont des figures musicales locales.

18 Il s’agit d’une icône de la chanson française en Russie, notamment conviée avec les Grand-mères de Bouranovo au concert « d’ouverture de l’année de l’Oudmourtie » en 2014 au Kremlin (Moscou). Voir Youtube, URL : https://www.youtube.com/watch?v=YXcNsayGJPM.

19 Par respect pour les personnes enquêtées, les noms et prénoms ont été anonymisés.

20 J’entends par là, les objectifs de l’expédition quant au mémoire universitaire.

21 Beaud, 1996, p. 230.

22 Ibid., p. 247.

23 J’emprunte l’expression du peintre américain et icône populaire Bob Ross (Harris, 2009).

24 Je l’ai mentionné car nous parlions de la nécessité de transmettre l’oudmourte aux générations futures. Ce n’était pas une évidence pour lui et en reprenant la phrase de Tiškov que m’avait soufflée Juri, « Un peuple ne meurt pas avec sa langue », l’entretien s’est corsé après qu’il m’a répondu « Pas besoin de citer Tiškov.»

25 En russe РАН : Российская Академия Наук.

26 A fortiori, ces mêmes mots ont été proférés par V. Tiškov peu après le tragique suicide du scientifique et activiste oudmourte. Sachant ce sujet politisé, sa réaction ne me paraît pas disproportionnée, mais la teneur de la discussion s’en est retrouvée radicalement changée.

27 Communauté oudmourte sur le réseau social russe Vkontakte : Vkontakte, https://www.vk.ru/udmort/.

28 Colonisation et assimilation sont en fait très liées en Russie, car l’incorporation des entités territoriales orientales à la Moscovie, puis l’Empire tsariste et à l’URSS fait partie intégrante de l’histoire nationale russienne (rossijskaja). Cf. note 39.

29 Idel.Realii – Radio Svoboda, Мы просим Турцию не молчать ! [Nous demandons à la Turquie de ne pas rester sans rien dire !], URL : https://www.idelreal.org/a/29780976.html.

30 Nastja T. s’est autorisé un rire sarcastique quand je me suis présenté en tant que « chercheur » (en russe : учёный ou исследователь) auprès d’Andrej Perevozčikov.

31 Cela m’avait été confirmé lors d’une discussion informelle avec mon amie russe Irina Dovženok.

32 « Он понимает то, что я расскажу ? ».

33 Les passeports russes mentionnent le prénom, le patronyme et le nom de famille. ФИО : Фамилия, Имя, Отчество. Dans la vie courante, les personnes se désignent par leur prénom et leur patronyme. J’ai compris sa fonction politique lorsqu’une lettre ouverte fut publiée par le représentant d’Udmurt Keneš pour le raïon de Leningradskij, par Nikolaj Trоfimovič Mihajlov. J’ai été surpris car durant l’entretien et les conversations autour, il n’a nullement mentionné travailler pour Udmurt Keneš.

34 En russe : « комендантка », il s’agit d’une personne qui dirige un bâtiment commun, un foyer universitaire. (Ožegov).

35 En russe l’on peut dire « иностранный » pour désigner un étranger, mais l’autre peut également être désigné à l’aide l’adjectif « чужой », plus connoté négativement.

36 En russe : « наш / наша / наше »

37 Expression populaire pour désigner l’homme viril, le « vir » en latin.

38 J’entends par là que même dans l’espace public, j’ai ressenti des difficultés à me « fondre dans la masse ». Tout étranger est bien sûr distinct d’un ensemble donné, mais la visibilité du caractère étranger était mise en avant par ma couleur de peau, a fortiori dans un espace rural en Russie.

39 « Ижевск для нас это - ссылка ». Je m’autorise une liberté de traduction. « Ссылка » désigne en russe la peine d’exil, sans pour autant devoir quitter le pays, cela signifie devoir quitter son environnement pour être envoyé travailler (de l’expression russe почётная ссылка) dans un « trou paumé » (глубинка, жопа (familier) мира « le trou du c** du monde »). Il faut le distinguer de l’exil politique et contraint « изгнание » et de l’asile « убежище », le second ayant un sens juridique, qui contraint à quitter le pays.

40 « понаехавшие », du verbe russe понаехать : « arriver en grand nombre, en masse ». Ce mot désigne également les personnes centrasiatiques installées en Russie, surtout en ville.

41 Il ne s’agit pas tant d’une violence physique que d’une violence mentale ; l’expérience de la désorientation et du dépaysement pour l’étranger est comparable, à mon sens, à l’expérience des Russes ruraux arrivant à Moscou. Leur similitude tient au fait que dans un cas comme dans l’autre, il y a une forme d’exclusion de la part soit des Moscovites, soit des nationaux à l’égard de l’étranger, qui peut passer par des attitudes, des comportements, des invectives, etc.

42 « А его надо с арабами расселять ? ».

43 « Ну, похож на араба. Но вы ведь говорите по-русски ! ».

44 Plusieurs étudiants ressortissants du monde arabo-musulman sont en effet présents à Iževsk et effectuent des études secondaires sur le pétrole.

45 Je n’ai pas la traduction exacte en tête malheureusement et n’ai pas pris l’écriteau en photo.

46 J’utilise l’adjectif « russien » par distinction au mot « russe » qui se réfère ici à un groupe ethnique. « Russien » doit ici être pris au sens de la société russe dans son ensemble, à l’instar de l’adjectif russe « российский / rossijskij ».

47 Sviridov, 2020, p. 127.

48 « Ты пьёшь вина ? »

49 Mon idée originale était que je pouvais être perçu comme musulman, à l’instar des Tatars. Je ne fais ici que retransmettre mes préjugés et perceptions romancées de leurs interdits religieux. « À mon avis les Tatars sont meilleurs ; eux, au moins, ne boivent pas... » (« Уж татары по мне лучше : те хоть непьющие »), Lermontov, 1840, p. 30.

50 Bains traditionnels que l’on nomme plus souvent en France « sauna ».

51 L’Europe géographique s’étend de l’Atlantique à l’Oural et géomorphologiquement parlant, il n’y a que peu de distinction entre l’Eurasie, l’Afrique et le Moyen-Orient du point de vue continental. La distinction est ici culturelle.

52 Facebook, Udmurt Dunne, URL : https://www.facebook.com/photo.php?fbid=2583814335196943&set=a.1604845406427179&type=3&theater

53 Champion olympique français de biathlon entre 2010 et 2018. D’origine catalane, la pilosité a de nouveau été sans doute un facteur de rapprochement physique.

54 « Посмотри ! Он похож на тебя ».

55 En russe : « метис », qui signifie selon le Dictionnaire raisonné d’Ožegov : « (1) Descendant d’une union de personnes de races différentes ; (2) Hybride, batârd (помесь / pomes’) » (Ožegov Sergej Ivanovič, Толковый словарь Ожегова онлайн [Dictionnaire raisonné de la langue russe], URL : https://slovarozhegova.ru/). C’est un mot relativement inhabituel en contexte russe, on l’emploie plus souvent pour désigner les descendants des populations métisses d’Amérique. Les enfants issus d’unions russo-africaines sont parfois désignés par la catégorie « Афро-русские », mais sont demeurés ignorés de recensements jusqu’aux années 1990 (Krylova, 2001), tombant dans la catégorie « неучтённые » (littéralement « non répertoriés, non pris en considération »).

56 Je prends à titre d’exemple la façon dont la chanteuse du groupe Silent Woo Gore, Sveti Rutčkina, lors d’un concert avec l’orchestre philharmonique d’Oudmourtie, s’était exclamée : « Qu’est-ce qu’un russe oudmourtisé ou un oudmourte « pur » [en russe : чистый] ? », ce qui avait provoqué le rire de l’auditoire (Youtube, URL : https://www.youtube.com/watch?v=TQ0FJBN0Kfk).

57 « Смешанные браки » en russe, littéralement « unions mélangées » du verbe смешать/smešat’ (mélanger).

58 Peut-être car je l’identifiais comme « enfant de la colonisation française », ce qui est une étiquette que peuvent porter les non-Blancs en France, de nationalité française au demeurant.

59 « Своё плохо оценивается » : littéralement « ce qui est sien est mésestimé ».

60 En russe : « étranger », à comparer avec le verbe dérivé отчуждаться / otčuždat’sja (« s’aliéner »).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Valentin en veste aux couleurs de l’Oudmourtie, à Mumy Dor (13/02/2020).
URL http://journals.openedition.org/efo/docannexe/image/22113/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 274k
Titre Figure 2 – Meme humouristique : « Valentin est déjà en chemin ».
URL http://journals.openedition.org/efo/docannexe/image/22113/img-2.png
Fichier image/png, 572k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valentin Châtelet, « Alter ego en terrain connu »Études finno-ougriennes, 54 | 2022, 245-278.

Référence électronique

Valentin Châtelet, « Alter ego en terrain connu »Études finno-ougriennes [En ligne], 54 | 2022, mis en ligne le 07 décembre 2023, consulté le 19 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/efo/22113 ; DOI : https://doi.org/10.4000/efo.22113

Haut de page

Auteur

Valentin Châtelet

Chercheur indépendant

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search