Navigation – Plan du site

AccueilNuméros55ChroniquesCIFU XIII, Vienne août 2022

Chroniques

CIFU XIII, Vienne août 2022

CIFU XIII, Vienna August 2022
CIFU XIII, Viin August 2022
Eva Toulouze, Aleksi Moine, Suzanne Lesage, Jules Bouton et Martin Carayol
p. 253-273

Résumés

Tous les cinq ans a lieu le grand congrès mondial des finno-ougristes – sauf quand une pandémie le retarde de deux ans. En 2022, il a eu lieu à Vienne, pour la première fois dans un pays ne parlant pas une langue finno-ougrienne, et les participants français se sont concertés pour partager leur expérience.

Haut de page

Texte intégral

1Le congrès de Vienne… Cette appellation présente des connotations historiques qui n’ont bien entendu rien à voir avec la réunion régulière, tous les cinq ans, des finno-ougristes du monde entier. Laquelle, en cette année 2022, a eu effectivement lieu à Vienne. Ce congrès, il est bon de ne pas le confondre avec le Congrès des peuples finno-ougriens, qui a lieu lui aussi tous les cinq ans et qui est organisé par un organe intergouvernemental associant Hongrie, Finlande, Estonie et Russie, et dont la dernière édition a eu lieu en 2021 à Tartu. Ce congrès-là a une portée politique, d’autant plus marquée qu’en 2019 la Russie s’est retirée de l’organisation, mettant ce forum lui-même en danger. Ici, il s’agit d’un grand colloque de chercheurs représentant tous pays et toutes disciplines ayant rapport aux questions finno-ougriennes.

2Historique, cependant, on peut dire que ce congrès de Vienne l’a été. D’abord parce qu’il a introduit une nouveauté majeure dans l’organisation. Fonctionnant depuis 1960, ces congrès ont permis pendant des années aux chercheurs de Russie comme des autres pays de se rencontrer. Ils fonctionnaient suivant une rotation bien établie des responsables de l’organisation : Hongrie, Finlande, Union soviétique au départ (congrès de Budapest en 1960, de Helsinki en 1965, de Tallinn en 1970, de Budapest encore en 1975, de Turku en 1980, de Syktyvkar en 1985). Avec la disparition de l’URSS et l’indépendance de l’Estonie, une nouvelle rotation s’est mise en place, qui intègre ce dernier pays : en 1990, le congrès a eu lieu à Debrecen, en 1995 à Jyväskylä et en 2000 à Tartu. La rotation s’est poursuivie : en 2005, la région accueillant le CIFU a été le pays mari, dans sa capitale Joškar-Ola, puis en 2010 la petite ville universitaire hongroise de Piliscsaba, enfin en 2015, Oulu. C’est à Oulu qu’a été prise la décision de sortir de la pratique précédente, qui avait été d’organiser ces forums dans des pays ou régions parlant une langue finno-ougrienne : Vienne, dont l’université bénéficie d’une solide chaire d’étude finno-ougriennes pilotée par Johanna Laakso, était censée être l’hôte de cette réunion à l’été 2020.

3Nous savons tous ce qui s’est passé en 2020 et 2021 : le monde s’est refermé avec la pandémie de Covid-19 et les chercheurs finno-ougristes ont décidé qu’ils voulaient tout de même se rencontrer en personne. Même si les organisateurs ont choisi d’avoir un pré-congrès en ligne en 2020, l’objectif était bien de se voir effectivement à Vienne. Il faut reconnaître que les organisateurs ont joué de malchance : le congrès est tombé à un moment où la Russie a choisi de se refermer et où la situation internationale particulièrement tendue a conduit à la mise en œuvre de sanctions qui n’ont pas permis aux chercheurs travaillant en Russie de payer les frais de participation. Ainsi le congrès de Vienne a-t-il été tronqué, avec une participation limitée des régions finno-ougriennes de Russie et une situation d’incertitude qui ne permet pas de faire des plans, sinon à très court terme. Pourtant, même dans cette situation, les finno-ougristes ont fait le choix de parier sur l’avenir et de continuer à tenir ce type de congrès. Le comité international qui est à la tête de l’organisation, le comité international du CIFU, a décidé de tenir le prochain à Tartu et ce, en 2025, de manière à rétablir la périodicité initiale des congrès.

4Quelques mots sur ce comité, très largement inconnu des finno-ougristes. Il se réunit une fois tous les cinq ans, pendant le congrès et décide des modalités du congrès suivant. En l’occurrence, il s’est réuni l’avant-veille de la fin du congrès, le jeudi 26 août, pour prendre la décision tant attendue sur l’endroit où aurait lieu le congrès suivant. Ce comité se compose de sous-groupes par région, qui cooptent les nouveaux membres : l’idée est qu’une fois les 70 ans atteints, un membre du comité reste membre honoraire, participe aux réunions et a droit de parole, mais non de vote. On notera le nombre impressionnant de membres honoraires hongrois, qui témoigne aussi bien de l’importance historique des études finno-ougriennes en Hongrie que de la longévité de ses chercheurs. Comme je crois que les lecteurs des Études finno-ougriennes n’ont jamais eu l’occasion d’avoir ces détails, j’énumère ici les chercheurs composant ces groupes :

  • Finlande : Ante Aikio, Alho Alhoniemi (hon), Ulla-Maija Forsberg, Riho Grünthal, Pekka Hakamies, Johanna Laakso, Mika Lavento, Ildikó Lehtinen (hon), Heikki Leskinen (hon), Harri Mantila, Janne Saarikivi, Sirkka Saarinen, Pekka Sammallahti (hon), Yrjo Varpio (hon) – donc 9 membres et 5 honoraires ;
  • Hongrie : Marianne Bakró-Nagy (hon), Gábor Barna (hon), András Bereczki, Márta Csepregi (hon), Csúcs Sándor (hon), László Felföldi (hon), László Honti (hon), Mihály Hoppál (hon), László Keresztes (hon), Ágnes Kerezsi, Sándor Maticsák, Zoltán Nagy, Katalin Sipőcz, Mária Sipos, Ildikó Sirató, Pál S. Varga, Vilmos Voigt (hon) – donc 8 membres et 9 honoraires ;
  • Estonie : Gerson Klumpp, Valter Lang, Aado Lintrop, Anu Nurk, Karl Pajusalu, Ingrid Rüütel (hon), Tõnu Seilenthal (hon), Tiit-Rein Viitso (hon) – donc 5 membres et 3 honoraires ;
  • Russie : Tatiana Devyatkina (Mordovie), Valentin Kel’makov (Oudmourtie, hon), Nataliya Kondrat’eva (Oudmourtie), Irma Mullonen (Carélie), Anatolij Rakin (Komi), Oleg Sergeev (Mari El), Evgenij Tsypanov (Komi) Aleksey Zagrebin (Oudmourtie) – donc 7 membres et 1 honoraire ;
  • reste du monde : Rogier Blokland (Uppsala), Jocelyne Fernandez-Vest (Paris, hon), Cornelius Hasselblatt (Groningue), Lars-Gunnar Larsson (Uppsala, hon), Kazuto Matsumura (Tokyo), Zita MCrobbie-Utasi (Burnaby, hon), Elena Skribnik (Munich), Mika Waseda (Osaka), Eberhard Winkler (Göttingen) – donc 7 membres et 2 honoraires.

5Une question se pose à propos d’Eva Toulouze, qui est considérée suivant les sources aussi bien comme appartenant au comité Estonie qu’à celui du « reste du monde ».

6Ainsi, à chaque réunion, chaque groupe régional propose un nombre de noms correspondant aux vacances. Cette année, il y avait trois vacances du côté hongrois (Zsuzsa Salánki, Ildikó Tamás, Zsuzsa Várnai), deux du côté finnois (c’est la folkloriste Karina Lukin qui a remplacé Ildikó Lehtinen, devenue membre honoraire, et Jussi Ylikoski, le successeur de Sirkka Saarinen à la chaire de Turku), une du côté estonien (Tõnu Seilenthal, ayant atteint la limite d’âge, est remplacé par Nikolai Kuznetsov), deux du côté du « reste du monde », la nouvelle professeure d’études finno-ougriennes à Munich, Kseniya Shagal, et le linguiste bulgare Petar Kehayov étant désormais membres du comité, qui finalement comptera pour l’Estonie, car c’est à Tartu qu’il sera employé à l’automne 2022. Pour la France, jusqu’en 2015, le seul membre du comité était Jocelyne Fernandez-Vest. Depuis 2015, celle-ci étant membre honoraire, c’est Eva Toulouze qui représente les finno-ougristes français.

7Cette organisation pose problème. Le comité a passé du temps à réfléchir à des alternatives. En effet, la mobilité dans le monde a augmenté et crée de sérieuses confusions. Petar Kehayov est certes bulgare, mais l’année prochaine, il sera employé par Tartu. Alors est-il membre du comité au titre du reste du monde ou de l’Estonie ? Et les exemples pourraient être multipliés. Les doubles affiliations sont aussi problématiques. En fait, le système actuel ne satisfait personne. Les présents préfèrent manifestement une participation à titre individuel, mais selon quelles modalités ? Le comité a trois ans pour arriver à une proposition, qui sera discutée et entérinée à Tartu.

8Une chose est sûre : Johanna Laakso a fortement marqué de sa présence le congrès de Vienne et une partie des innovations de celui-ci est destinée à rester. En effet, si précédemment les organisateurs veillaient à avoir un congrès riche en activités culturelles annexes, le congrès de Vienne a été particulièrement modeste – ce qui n’a pas plu à tout le monde, notamment à des participants venus de Russie (certains ont réussi à franchir tous les obstacles et à être présents). Il n’y a pas eu à Vienne d’ouverture ou de clôture somptueuses. Le congrès s’est terminé avec un simple discours de clôture de Johanna. Il y a eu néanmoins des initiatives, modestes, en sus du programme scientifique. Une soirée a été dédiée à une table ronde / débat sur les perspectives de la collaboration avec la Russie, initiative importante, d’actualité. On peut regretter l’absence dans la table ronde – animée par Johanna Laakso et composée de Sampsa Holokainen (Vienne), Karina Lukin (Helsinki), Esa-Jussi Salminen et Kseniya Shagal (Munich) – de participants venus de Russie. Eux aussi désirent travailler avec nous et l’ont prouvé en bravant tous les obstacles pour être là. Si beaucoup ont dit que personne ne savait ce qui s’y passait, l’occasion aurait été excellente d’entendre les personnes concernées donner leur témoignage. Mais manifestement, le panel a été constitué sur la base des connaissances personnelles des organisateurs, ignorant des congressistes qui auraient eu des choses à partager. La question des terrains a été évoquée, mais elle a été rapidement évacuée au profit de questions qui peut-être concernaient plus de participants, comme les rapports entre coopération institutionnelle et individuelle. Dommage, car l’idée est restée en l’air que les travaux de terrain sont actuellement impossibles, ce qui n’est pas le cas en ce moment : depuis le 15 juin, la frontière est ouverte et, avec un visa, il est possible d’entrer en Russie, ce qui n’était plus le cas depuis le printemps 2020. Combien de temps cela sera possible – c’est une question en suspens, à laquelle personne ne peut répondre.

9Le grand moment non scientifique a été une soirée offerte par la ville de Vienne, un « Heuriger » dans une taverne à proximité des vignobles dans un site superbe, avec un impressionnant échantillon de plats et de vins autrichiens. Les participants au congrès étaient invités à s’y rendre soit à pied, soit en transports en commun. La soirée, qui a permis de beaucoup échanger, s’est terminée par un tour de chant improvisé par une tablée, autour de laquelle beaucoup se sont rassemblés. Beaucoup de chants partaient du « livre vert » (vihreä könyv) de l’Ifusco, l’organisation des jeunes finno-ougristes, qui rassemble des chants créés ad hoc et des chants populaires de différents peuples finno-ougriens, ce qui permet de chanter dans des langues différentes. On peut relever l’excellente exécution d’un chant seto par Aado Lintrop (Tartu), qui a chanté le solo, avec l’Oudmourte Nikolai Anisimov (Tartu-Iževsk), qui a chanté la voix haute, le killõ de la polyphonie seto. À part cela, les chants oudmourtes ont bien sûr occupé une place centrale, « bien sûr » parce que le chant occupe dans la culture oudmourte une place prépondérante.

10Le jeudi soir était dédié à une réception offerte par les trois ambassades finno-ougriennes de Vienne dans les somptueux locaux de l’ambassade de Hongrie. Tous les participants n’étaient pas invités – seuls étaient attendus les membres du comité, l’équipe organisatrice, les responsables des symposiums thématiques et quelques autres, sur des critères peu transparents. L’accueil par l’ambassadeur hongrois Andor Nagy a été impeccable, même chaleureux. Malgré les réticences du gouvernement actuel sur la « parenté finno-ougrienne », l’ambassadeur a accueilli les participants de manière informelle, les félicitant de leur engagement scientifique et de leurs positions de principe sur l’Ukraine. Il a été présent pendant toute la soirée, discutant avec de nombreux participants.

11Le congrès s’est achevé sur une soirée musicale et dansante où, sous l’égide notamment de la lectrice d’estonien, de Nikolai Anisimov pour les danses komies et oudmourtes, et de Bogáta Timár pour les danses maries, les participants ont pu exercer leur souplesse et leur sens du rythme, dans l’ambiance aussi polyglotte que bon enfant qui caractérise les occasions mondaines en marge des CIFU.

12Le programme scientifique, le cœur du congrès, s’est déroulé suivant le schéma suivant : les matins, entre 9h et 10h, une session plénière. Puis, en parallèle, les sections générales et les symposiums. La linguistique y occupe une place prioritaire, ce qui n’a rien d’étonnant compte tenu de l’histoire de la finno-ougristique. Un livret avait été distribué aux participants avec les textes des interventions plénières et on peut s’interroger sur sa fonction. En effet, quel est le sens d’une intervention dont tout le monde a le texte ? La plus-value semble minime. À moins que les textes ne soient dans une langue différente de celle de la présentation. Toujours est-il que ces textes restent et demeurent accessibles.

13En linguistique, le choix des conférences a sans doute été trop technique et cela s’est traduit par l’absence du public non linguiste. La conférence de Katalin É. Kiss (Budapest) s’appuyait sur plusieurs théories générales du langage (minimalisme, dépendance) qui rendaient la matière ardue aux non-initiés. Les nombreux exemples permettaient cependant de comprendre l’essentiel de l’argumentation, qui tentait d’expliquer l’émergence en hongrois de subordonnées finies par une corrélation avec le passage d’une structure SOV à une structure SVO. La seconde intervention plénière de linguistique portait sur le lexique météorologique des langues permiennes et avait le mérite d’être assurée depuis la Russie par Anatoly Rakin (Syktyvkar) : une belle façon de chercher à intégrer aux conférences plénières les chercheurs russes. Toutefois, l’auditoire, déjà réduit aux seuls linguistes, n’a été averti qu’au dernier moment que la conférence serait tenue en russe. Cela n’aurait pas été un problème si un support visuel avait pu accompagner la présentation. Mais l’absence d’un tel support et la longue liste de correspondances lexicales qui composaient le cœur de la présentation ont contribué à rendre celle-ci inadaptée à une séance plénière. Ces remarques ne remettent pas en cause la qualité scientifique de ces deux travaux, mais soulignent l’importance, dans les futurs congrès, de tenir compte de la diversité du public des plénières en favorisant des présentations accessibles aux non-spécialistes de la discipline.

14En revanche, la conférence de clôture d’Anna Verschik (Tallinn) s’est caractérisée par sa grande accessibilité, et elle a en effet été particulièrement applaudie. Elle s’est intéressée d’une part à la langue parlée au début du xxe siècle par les vieux-croyants (descendants de schismatiques orthodoxes russes qui se sont installés sur les rives du lac Peipsi au xviie siècle pour échapper aux persécutions religieuses) et d’autre part à celle parlée par les Russes installés en Estonie à la fin de l’époque soviétique. L’approche était originale : en comparant les effets du contact de l’estonien sur deux variétés de russe, elle a pu mettre en évidence que les effets de contact présentaient des caractéristiques communes dans la hiérarchie des changements linguistiques. Dans un cadre plus général, il s’agissait donc de répondre à la question suivante : deux situations de contact similaires mais différentes du point de vue sociolinguistique peuvent-elles avoir des effets semblables sur les langues en contact ? Autrement dit, le résultat d’une situation de contact dépend-il davantage de la structure des langues en contact ou du contexte sociolinguistique du contact ? La conférence présentait un intérêt particulier tant pour la linguistique ouralienne, aujourd’hui largement traversée par les enjeux du contact des langues, que pour la linguistique générale, à laquelle les ouralistes sont en mesure d’apporter des cas d’étude pertinents. Anna Verschik remporte indiscutablement le prix de la meilleure oratrice de ces plénières : parlant un anglais parfaitement bien articulé et intelligible, elle a su captiver l’attention de ses interlocuteurs, ce qui n’a pas été le cas de bien d’autres intervenants, quelle qu’ait été par ailleurs la qualité scientifique de leur intervention.

15Pour sortir de la linguistique, l’avant-dernière plénière était celle d’Art Leete, professeur d’ethnologie à Tartu, qui a démontré à quel point, dans le cours du développement de la finno-ougristique, la similitude des croyances animistes de la plupart des peuples finno-ougriens a permis de fonder et d’élargir les conclusions de la linguistique sur la parenté.

16Les symposiums thématiques ont été cette fois-ci particulièrement nombreux. Il a été donc possible de rester une journée entière dans la même salle avec le même animateur et de suivre des interventions thématiquement cohérentes. En même temps, les organisateurs ont tenu à ce que les interventions tiennent dans un maximum de 30 minutes, de manière à ce que chacun puisse se déplacer et aller écouter l’intervention qui l’intéresse. C’est pourquoi l’absence d’un participant n’a pas abouti à un bouleversement du programme, mais à l’ajout d’une pause pour le public.

17Les participants français, auteurs de ce compte-rendu, ont visité plusieurs de ces symposiums et en rendent compte ici.

18Comme bien souvent lors des rencontres finno-ougriennes, les linguistes représentaient la majeure partie des participants au congrès. L’ethnologie, l’anthropologie et les études de folklore étaient cependant également présentes, puisque, outre les deux symposiums qui y étaient consacrés, nous avons pu assister à des interventions de chercheurs de ces disciplines dans les sessions générales.

19Jyrki Pöysä (université de Finlande orientale, Joensuu) avait organisé un premier symposium se proposant de réfléchir sur la question de la rencontre entre chercheurs et informateurs, tant sur le terrain que dans les archives. Les deux premiers intervenants de la session ont fait part de leurs propres expériences de terrain. D’abord, Andreas Kalkun (Tartu) a partagé les difficultés qu’il a pu avoir en interrogeant des femmes setos sur les rapports complexes de la menstruation et de la religion orthodoxe. Saarni Laitinen (Helsinki) a par la suite rapporté ses travaux de terrain sociolinguistiques sur l’île estonienne de Kihnu, connue pour attirer bon nombre de chercheurs. Les interventions suivantes revenaient sur le travail de grands collecteurs de folklore finlandais du xixe et du xxe siècles, afin de porter un regard critique nécessaire et essentiel sur leur travail et apporter un nouvel éclairage sur ces personnages. Ainsi Karina Lukin (Helsinki) a-t-elle présenté une analyse des journaux de voyage de M. A. Castrén et de Toivo Lehtisalo dans le cadre du nationalisme finlandais et des études postcoloniales, en montrant l’influence des écritures européennes sur l’image d’eux-mêmes que les collecteurs construisent dans leurs propres textes, dans la rencontre avec leurs informateurs nénetses. Jyrki Pöysä (Joensuu) et Tiina Seppä (Joensuu) se sont concentrés respectivement sur les travaux de A. J. Sjögren et de Samuli Paulaharju, en s’intéressant à diverses sources jusque-là moins étudiées, comme leur correspondance. Tiina Seppä (Joensuu), dans sa communication « Une plus grande Finlande ? La haine et d’autres émotions dans la correspondance de guerre en 1918. Un cas de figure : Samuli Paulaharju » (1875-1944), écrivain et collecteur de folklore, s’est livrée à un dépouillement de la correspondance de Paulaharju avec sa fille aînée Lyyli et son gendre Eero Westerholm, avec le collecteur de folklore Jussi Lukkarinen et avec sa future femme, Jenny Simelius. Tiina Seppä s’est intéressée au contenu de toutes ces lettres et a notamment constaté que les premières étaient les plus chargées en émotions (sur la haine de Paulaharju à l’égard des rouges, sur les doutes qu’il exprime quant à sa virilité, etc.), tandis que les lettres à Jussi et à Jenny étaient les plus idéologiques, celles où il exprime notamment sa déception vis-à-vis des Caréliens réticents à rejoindre l’idéologie de la « grande Finlande ».

20Enfin, Elina Niiranen (Joensuu) a prononcé une très riche conférence intitulée « La langue en tant qu’indicateur pour comprendre les Caréliens : les terrains du linguiste finnois Pertti Virtaranta comme révélateur de la position compliquée du carélien dans la Carélie soviétique et la négociation pour l’identité carélienne ». Elle y évoque la figure de Pertti Virtaranta, inlassable collecteur de matériaux caréliens dans les années 1960-1970 et popularisateur du carélien à la télévision finlandaise. Elina Niiranen a exposé les nombreuses difficultés auxquelles il était confronté sur le terrain, en Carélie soviétique. Une communication faite en session générale par Tobias Weber (Munich) aurait trouvé toute sa place dans ce symposium et aurait pu proposer un dialogue intéressant : il proposait un renouvellement des études de linguistique en s’appuyant sur les archives à travers une lecture des enregistrements retrouvés du dialecte estonien éteint de Kraasna.

21Seul un symposium a eu lieu à l’initiative de l’un(e) des participants français, Eva Toulouze : « Animisme, chamanisme et religions ethniques. Ontologies des peuples finno-ougriens ». Il a attiré beaucoup de public, une trentaine de personnes en moyenne. Précisons qu’un certain nombre d’interventions venaient de Russie : l’université de Tartu a bien voulu financer quatre participants en payant leurs droits d’inscription. Ainsi, le symposium a été indiscutablement plus riche que ce qu’on pouvait de prime abord redouter. La langue d’ensemble des présentations (sauf deux) a été le russe, qui était la langue de travail de tous les participants. Un certain nombre de communications portaient sur des thèmes analogues : les Oudmourtes manifestement ont le vent en poupe, avec pas moins de quatre exposés sur leurs pratiques. Nikolai Anisimov (Tartu, Izhevsk) a évoqué des cérémonies occasionnelles de commémoration des morts dans les traditions vivantes aujourd’hui des Oudmourtes du Sud et de l’Est, tandis qu’Eva Toulouze (Paris, Tartu) a dépeint le tableau de la situation complexe des religions des Oudmourtes aujourd’hui, allant de l’orthodoxie à l’islam en passant par la religion traditionnelle. Ranus Sadikov (Ufa) a parlé des lieux sacrés chez les Oudmourtes d’Outre-Kama, puis Aleksandr Černyh (Perm’) a présenté, avec la sensibilité et l’érudition qui le caractérisent, la situation confessionnelle des Oudmourtes de la région de Perm. Les quatre exposés ont ainsi permis un dialogue fructueux, soulignant la richesse et la complexité des cultures oudmourtes contemporaines.

22Trois présentations ont été dédiées aux peuples fenniques : Caréliens et Vepses. Une intervention, celle d’Aleksi Moine (Helsinki), s’est concentrée sur les incantations caréliennes dans la première moitié du xxe siècle, vues du côté de la corporalité. C’est, dans cette série, la seule intervention tournée sur le passé. Pour le reste, Sergei Minvaliev (Petrozavodsk) a parlé du syncrétisme dans les rituels ludes et Madis Arukask (Tartu) de l’importance de l’animisme dans la représentation de soi qu’ont les Vepses. Une fois n’est pas coutume, les peuples du Nord n’ont pas été très présents, ils n’ont été abordés que dans l’intervention de Karina Lukin (Helsinki), qui a discuté plus avant de questions terminologiques, dans son intervention sur l’interprétation des chants introduisant les rituels chamaniques nénetses. Plus générale, l’intervention d’Elena Danilko (Moscou) a insisté sur l’attirance mutuelle des peuples autochtones de Russie et des Vieux-croyants, sans doute liée à la position marginale des uns comme des autres. Ce symposium a permis de montrer la nécessité de réévaluer les définitions des concepts utilisés pour l’analyse des faits religieux au sein des peuples finno-ougriens.

23Un thème relativement semblable, qui a attiré un public analogue, avait été abordé le premier jour dans un symposium organisé par Tatjana Minniyahmetova (Innsbruck), qui a attiré, semble-t-il, moins de monde, peut-être en raison de la complexité du titre, qui est légèrement opaque : « Contradictions inhérentes à la conceptualisation spatiale et temporelle dans l’ontologie finno-ougrienne : oppositions et constructivité ». Lui aussi a été tenu en russe.

24En ethnologie, seule une autre section a eu lieu, animée par Ildikó Lehtinen (Helsinki). Elle était consacrée à la sphère privée et collective des femmes. Cette section a été extrêmement intéressante, et toutes les communications, à une exception près, ont été pertinentes. L’exception a été, regrettablement pour elle, celle de Natalia Žilina (Moscou), qui a choisi de parler des bijoux des femmes finnoises à l’époque médiévale, ce qui en soi différait de toutes les autres perspectives, totalement contemporaines. Si sa présentation avait fonctionné, cela aurait pu être intéressant, mais elle n’a pas réussi à l’ouvrir et elle a donc pu uniquement parler dans un anglais difficilement intelligible sans support visuel, ce qui était bien dommage.

25Mais les autres communications ont été intéressantes à suivre. Ildikó Lehtinen (Helsinki) elle-même a parlé, sur la base de ses terrains de 1991, de 2009 et de 2019, d’un village mari du Bachkortostan et de la position des femmes dans son évolution. Elle note que si elles occupent d’importantes fonctions publiques et culturelles, leur importance dans l’artisanat a fondamentalement décru entre 1991 et 2009, où seuls deux hommes, très largement célèbres, sont actifs avec leurs mains, mais sans pour autant porter une tradition locale, plutôt une tradition générale marie. Ljudmila Jamurzina (Tallinn), elle, s’est concentrée sur l’identité des femmes maries vivant en Estonie et elle doit constater qu’il est plus facile de maintenir et d’entretenir l’identité marie en Estonie qu’au Mari El. Elle identifie trois vagues d’immigration, dont seule la première n’est pas liée à l’identité marie. Celle-ci s’affirme en réponse aux situations de crises auxquelles sont confrontées les expatriées.

26Trois autres exposés nous conduisent dans le Nord : Roza Laptander (Rovaniemi), chercheuse nénetse, a parlé des femmes et des rituels liés au feu, dont elles sont responsables. C’est à elles que le feu parle. De même, les femmes sont responsables des travaux de couture, par lesquels elles transforment les peaux des rennes en vêtements protecteurs. Ainsi la chercheuse relie-t-elle le rôle protecteur des femmes comme interlocutrices du feu et le sachet de couture tutsya qui leur est propre.

27Les deux autres communications portant sur les peuples sibériens concernent les Khantys. La première a été présentée par Eszter-Ruttkai Miklián (Budapest), chercheuse hongroise qui a longtemps vécu en pays khanty, où elle a aussi été maîtresse de maison. Elle insiste sur un trait caractéristique de la société khantye (ainsi que de la plupart des sociétés finno-ougriennes), qui est la patrilocalité. Cela veut dire que les femmes, se mariant, vont vivre dans le village de leur mari. Dans celui-ci il se trouve ainsi des femmes et surtout des jeunes filles nées sur place, et des femmes – leurs mères, leurs grand-mères – qui viennent d’ailleurs. C’est-à-dire, qui parlent une variété de langue différente et qui ont des pratiques différentes. Ce sont elles qui vont aussi élever les hommes du village. La communication s’interroge sur les changements qu’induit le déracinement dans la conscience de ces femmes. La deuxième communication nous a été présentée en ligne, depuis Khanty-Mansiysk. Tat’jana Voldina et Valerij Ledkov (Khanty-Mansiisk) s’interrogent sur l’ethnicité khantye chez trois générations de femmes vivant en ville. Les grand-mères (dont celle de la chercheuse, l’écrivaine Maria Vagatova Voldina) restent en général fidèles aux valeurs qu’elles ont reçues dans leur jeunesse, donc avant de s’installer en ville, et sont locutrices de leur langue. Leurs filles, souvent issues d’un mariage monoethnique, ont grandi en ville et sont en décalage avec les deux formes de culture. Elles se marient souvent avec un homme porteur d’une autre ethnicité et ne parlent plus la langue de leur mère, qu’elles comprennent en général. Cela est amplifié dans la génération de leurs filles, qui ont hérité des bribes de leur culture d’origine grâce à leurs grand-mères, mais leur ethnicité khantye se perd dans une myriade d’autres identités. Cette communication aurait pu être plus intéressante si l’auteur avait osé s’appuyer sur sa propre expérience au lieu de passer d’emblée aux généralisations. Mais la réflexivité n’est pas de rigueur dans les travaux scientifiques venus de Russie. Enfin, cette session s’est terminée avec une intervention extrêmement intéressante de la jeune chercheuse oudmourte Maria Vjatčina (Tartu), qui a présenté la campagne soviétique des années 1920-1930 contre le trachome, présenté alors comme une maladie du sous-développement, caractéristique, dans le discours de l’époque, des peuples finno-ougriens, et en fait, de manière plus générale, des peuples non russes. Ce travail n’en est qu’à ses débuts, mais nous espérons qu’il aboutira à une étude de plus grande ampleur !

28Dans les sessions générales, nous pouvons remarquer en particulier les communications de Mari Sarv (Tartu) et de Kati Kallio (Helsinki) et al., qui toutes deux ont présenté leur travail d’analyse des poèmes oraux fenniques dans le cadre des humanités numériques. De nouvelles méthodes et questions se posent ainsi, qui permettent d’aborder ces collections anciennes d’un œil nouveau : c’est en particulier autour de l’étude de la variation, dialectale ou générique, que ces méthodes portent leurs fruits. Une autre session générale regroupait les exposés de Tatiana Devyatkina (Saransk) sur les pratiques de prédiction de l’avenir chez les Mordves et d’Aado Lintrop (Tartu), sur la fête du Royaume seto, importante pour la définition contemporaine de l’identité culturelle seto.

29D’une manière générale, il semble donc que, malgré leur faible présence, l’ethno-anthropologie et les études de folklore sur le domaine finno-ougrien sont des disciplines très dynamiques, qui portent un regard critique sur leurs pratiques et défendent un renouvellement méthodologique ou théorique important.

30Tournons-nous vers la littérature, souvent un parent pauvre de ces congrès. Effectivement, sur trois symposiums proposés, un seul s’est réalisé : les interventions sur les thèmes des deux autres, les littératures finno-ougriennes de la deuxième moitié du xxe siècle et l’ethno-futurisme, ont été réparties entre des séances générales et le troisième symposium littéraire, qui, lui, a eu lieu, sur les relations entre littératures finno-ougriennes et littératures d’Europe de l’Ouest aux xixe et xxe siècles. C’est ainsi que Martin Carayol (Paris) s’est retrouvé à parler du canon de la nouvelle en Finlande et en Estonie dans un symposium dont la langue de communication première était le hongrois, car l’essentiel des participants venait de Hongrie ou de Transylvanie. Sur deux jours, ce symposium a proposé beaucoup d’interventions intéressantes, bien sûr pour qui était en mesure de comprendre le hongrois. C’est effectivement Martin Carayol qui a ouvert le symposium, avec l’unique intervention en anglais de ces journées. Il y a présenté ses critères pour l’établissement d’un canon et sa catégorisation des instances canonisatrices – critique, prix littéraires, anthologies et traductions, utilisation dans l’enseignement –, empruntant ses exemples à deux littératures, les littératures finnoise et estonienne, connues pour l’importance de la nouvelle.

31Les quelques interventions qui ont suivi ont été également intéressantes. Emese Egyed (Cluj-Napoca) a posé la question de la correspondance entre Voltaire et János Fekete, avec tous les problèmes de reconstruction que cette question pose, notamment la publication tronquée des textes de Fekete. Particulièrement intéressante pour nous a été l’intervention d’Ildikó Józan (Budapest), qui aborde une autre correspondance, celle entre Dezső Kosztolányi et Antoine Meillet, à propos des opinions dépréciatives de ce dernier sur la langue hongroise – et ce, malgré le rôle indiscutable de Meillet dans le développement des études finno-ougriennes en France. Cette intervention a mis fortement l’accent sur le contexte historique et sur la place de Meillet dans la linguistique de son temps. A suivi notre collègue András Kányádi (Paris), avec une intervention sur la collection de la Pléiade en France et sur ses homologues en Hongrie. Ce symposium bien homogène, avec des spécialistes issus de formations analogues, avait encore certainement bien des trésors à nous faire découvrir, mais ce congrès présentait de nombreuses sessions parallèles et chacun a eu des choix à faire.

32Dans une section plus générale, Esa-Jussi Salminen, chercheur et traducteur spécialiste de la littérature oudmourte, a présenté un panorama de la littérature oudmourte en finnois. Il recense huit livres, le premier étant le recueil poétique traduit par Raija Bartens, Suuren guslin kaiku (1995), le plus récent étant Murskautuneet tähdet, recueil de nouvelles traduit par Esa-Jussi Salminen lui-même, paru en 2020 et dont il sera question dans un futur numéro des Études finno-ougriennes. L’auteur a annoncé que quatre projets de traductions de polars oudmourtes étaient actuellement sur son établi, ainsi qu’une traduction du premier roman oudmourte. On peut donc espérer que l’éventail des traductions oudmourtes en finnois s’élargira sensiblement dans un proche avenir.

33Dulcis in fundo : la linguistique était bien sûr le morceau de choix de ce congrès. Du côté des symposia, le nombre de communications linguistiques était extrêmement important (104). Voici la liste de ces sessions thématiques, dont une seule a été annulée :

  • B1. Les recherches en linguistique cognitive dans les langues finno-ougriennes (Tuomas Huumo).
  • B2. Les langues finno-ougriennes dans la région autour de la mer baltique : permanence typologique et mutations (Helle Metslang).
  • B3. Étymologie et diachronie des changements de valence en ouralien (Riho Grünthal).
  • B4. L’harmonie vocalique (László Fejes).
  • B5. L’interrogation dans les langues ouraliennes (Nikolett Mus).
  • B6. Les structures nominales ouraliennes : phrases et propositions nominales (Barbara Egedi).
  • B7. Effets aréaux dans les contacts préhistoriques entre l’ouralien et l’indo-européen (Sampsa Holopainen).
  • B8. Phénomènes de contact dans la grammaire des langues ouraliennes (Ksenia Shagal).
  • B9. Questions d’actualité dans la typologie syntaxique des langues ouraliennes (Erika Asztalos).
  • B11. VIRSU (langues finno-ougriennes en tant que langues cibles) (Helka Riionheimo).
  • B12. Bilinguisme du quotidien. Les langues finno-ougriennes et la pratique : approche théorique et linguistique appliquée (Zsuzsa Salánki, Beatrix Oszkó & Natalja Kondratjeva).
  • B13. M. A. Castrén et ses contemporains : la grammaticographie aux xviiie et xixe siècles (Ulla-Maija Forsberg et Sirkka Saarinen).
  • B14. Politique linguistique dans la famille et utilisation réelle des langues finno-ougriennes en position minoritaire (Magdolna Kovács, Svetlana Edygarova & Outi Tánczos).

34À ces présentations, il faut ajouter les soixante communications présentées dans la session générale. Il serait vain d’essayer de toutes les résumer. On se contentera donc ici de passer en revue les grandes tendances de ce CIFU en les illustrant par certaines des présentations marquantes.

35Parmi ces interventions, un tiers concernait en totalité ou en partie des langues nationales (26 pour le finnois, 22 pour le hongrois et 11 pour l’estonien). Les langues minoritaires, quant à elles, faisaient l’objet de la moitié des communications. Ainsi, 18 communications étaient consacrées respectivement au same et à l’oudmourte et 13 communications au mari et au komi.

36Enfin un cinquième des communications avait une dimension plus phylogénétique, la moitié étant consacrée aux langues finno-ougriennes en général et l’autre moitié aux langues fenniques.

37Commentons d’abord les interventions des participants venus de France.

38Les interventions de linguistes travaillant en France étaient au nombre de trois et présentaient des approches très variées. Malgré tout, il est notable que toutes portaient sur les langues fenniques ou sames. L’accès aux langues ouraliennes de Russie est certes difficile, mais il est tout de même vraiment dommage que ces langues, qui représentent une riche partie de l’héritage linguistique ouralien, soient négligées.

39Jocelyne Fernandez-Vest (Sorbonne Nouvelle, Lacito – Langues et civilisations à tradition orale) est intervenue à distance dans le symposium sur l’aire Baltique pour présenter un nouveau corpus same (le journal Sápmelaš), qui pourrait offrir un support intéressant pour l’étude diachronique des particules discursives. En particulier, elle a montré que l’émergence progressive d’une langue écrite standardisée a réduit certaines constructions orales caractéristiques des premiers documents (constructions clivées et détachements, subordinations paratactiques).

40De son côté, Suzanne Lesage (université Paris Cité, LLF – Laboratoire de linguistique formelle) a présenté une étude de corpus sur le caractère multifactoriel et gradient de l’expression des possessifs en estonien. Cette intervention, qui s’appuyait sur le Corpus parallèle estonien français (CoPEF), a permis de montrer que trois types de facteurs ont un impact sur l’expression des possessifs : l’accessibilité du référent (expression ou non du possesseur), le registre de langue (expression ou non du possesseur et longueur de la forme) et l’évitement de l’ambiguïté due aux formes syncrétiques.

41Enfin, Michaela Russo (Université Lyon 3, SFL – Structure formelle du langage) s’est proposé de donner un nouveau point de vue sur l’harmonie vocalique dans les langues fenniques. Dans son exposé, elle a cherché à rendre compte par la phonologie du comportement des voyelles transparentes et de celui des voyelles non neutres du finnois. Elle a ainsi mis en avant les contraintes qui autorisent l’harmonie vocalique malgré la présence de l’élément /i/ dans la structure et malgré l’opacité des voyelles neutres.

42Depuis plusieurs années, les approches aréales jouent un rôle croissant en ouralistique et ce, à différentes échelles. Près de 25 communications abordaient le sujet sous des angles variés. Un symposium (B7) était par exemple dédié aux contacts entre proto-langues (proto-finno-ougrien et proto-indo-européen, proto-balto-slave ou proto-iranien). On craint toujours que de telles présentations prennent la forme d’une longue liste d’étymologies plus ou moins hasardeuses. Les organisateurs ont bien fait de confier les premières présentations à Petri Kallio (Helsinki) et à Ante Aikio (Kautokeino) : l’approche critique qu’ils ont adoptée a permis d’élaguer parmi les étymologies proposées par leurs prédécesseurs. Ils aboutissaient ainsi à une liste resserrée d’étymologies et signalaient pour chacune toutes les incohérences phonologiques, chronologiques ou sémantiques nécessaires. À l’autre extrémité du spectre, se situaient des présentations consacrées à des aires de contact récent, comme le Sprachbund baltique (symposium B2). Signalons en particulier la présentation de Karl Pajusalu (Tartu) et al., dont l’approche microtypologique rend parfaitement justice à la richesse de cette aire. Surtout, elle permet en typologie aréale et en linguistique de contact de ne pas se limiter à de vagues isoglosses, mais plutôt de se concentrer sur des faits précis et documentés, à l’échelle en l’occurrence des dialectes de Leivu et Lutsi. C’était aussi, d’une certaine manière, l’approche du symposium B8 qui s’intéressait de façon plus classique aux phénomènes de contact comme initiateurs de changements linguistiques, ainsi qu’à la géographie linguistique. Bien souvent, l’intérêt se porte simplement sur une sélection de deux ou trois langues géographiquement ou phylogénétiquement « proches », dans une perspective comparative. Ainsi Bogáta Timár, spécialiste du mari, a-t-elle analysé dans sa communication les critères précis de remontée du suffixe possessif du nom vers la postposition en mari, dans une perspective de comparaison avec le komi et l’oudmourte, où le phénomène est plus courant.

43La perspective typologique n’était cependant pas limitée aux questions aréales et c’est justement une caractéristique fréquente des publications que de sélectionner une ou plusieurs langues finno-ougriennes afin de traiter une question en lien avec la typologie générale. Si la typologie était l’objet déclaré d’un symposium entier (B9), ceux qui se concentraient sur les interrogatives (B5), sur l’harmonie vocalique (B4) ou sur les syntagmes nominaux (B6) relevaient, en de nombreux points, d’une telle approche.

44La diachronie et l’étymologie, bien que moins porteuses de nos jours, n’étaient pas moins représentées parmi les présentations (une quinzaine). Les emprunts dans les proto-langues en occupaient une bonne partie (le symposium B7 leur était consacré), avec des propositions certes stimulantes, mais parfois hardies. Christopher Culver s’est interrogé sur les sources du en proto-mari, en analysant notamment des emprunts permiens, tchouvaches et iraniens. Il est revenu en particulier sur des emprunts iraniens supposés, proposés par des chercheurs de renom mais dont il estime que la phonétique historique prouve qu’ils ne peuvent en réalité pas être iraniens – à l’exception de quelques cas, comme PMari *äm « pourriture » < ossète xom (*xam) « humide ». Il a proposé de nouvelles étymologies, par exemple pour apšat « forgeron », PMari *äpšät. C’est ce qu’ont également fait Sampsa Holopainen et Niklas Metsäranta dans leur conférence sur les emprunts indo-iraniens en proto-permien en se servant de diverses publications récentes sur les langues iraniennes qui facilitent la découverte de nouvelles étymologies, par exemple : oudmourte et komi kar « ville » < proto-permien *kar < proto-iranien *karâna, cf. khotanais kara « ville », ossète kæron « frontière ». Abel Warries s’est lui aussi risqué à des hypothèses étymologiques intéressantes mais difficilement vérifiables, sur les possibilités de contacts tokharo-ouraliens. Tous ces travaux ont quelque chose de vertigineux, mais se fondent sur des formes reconstituées, dont on peut parfois douter de la précision pour des contacts linguistiques aussi anciens, malgré les apports de la phonétique historique.

45Outre ces questions lexicales, quelques reconstructions de suffixes ont également été proposées. Juha Kuokkala (Helsinki) traitait ainsi le cas d’un suffixe de passif-automatif *-p qu’il pensait pouvoir reconstituer en parallèle de l’hypothèse jusqu’alors avancée d’un *-w. De tels travaux restent cependant rares. La diachronie, en linguistique finno-ougrienne, n’est plus vraiment une question de reconstruction de protoformes. Il s’agit davantage d’étudier les schémas de développement des langues, d’identifier des parallèles et de justifier les développements observés. C’est ce que faisaient par exemple Heini Arjava (Helsinki) et Riho Grünthal (Helsinki) dans leur étude des chaînes de dérivation suffixale en fennique, en mêlant recherche purement morphologique et identification des modifications des propriétés morpho-syntaxiques induites (en l’occurrence, la valence des formes verbales dérivées).

46La phonologie (une douzaine de présentations) ne disposait pas de symposium dédié et les différentes interventions ont été réparties de façon assez disparate entre les symposiums et les sessions générales.

47Un certain nombre de présentations reposaient sur des études quantitatives. La majorité d’entre elles portaient naturellement sur des langues bien dotées, telles que le finnois, l’estonien ou le hongrois. Notons par exemple l’étude comparative d’Ilmari Ivaska (Turku) et d’Anne Tamm (Budapest), rendant compte des usages du partitif en finnois et en estonien, en s’appuyant sur l’étude du corpus composé par les textes législatifs de l’Union européenne. Au-delà des analyses portant sur une seule langue ou un couple de langues, le travail quantitatif était également à l’honneur dans des travaux d’ordre plus typologique. On peut notamment citer le travail d’András Bárány (Bielefeld) sur l’alignement dans les constructions ditransitives dans les langues finno-ougriennes.

48Notons également l’usage fréquent de corpus, aussi bien pour les grandes langues nationales que pour les plus petites langues. C’est ainsi qu’Elsi Kaiser (Los Angeles) a présenté une nouvelle analyse de la particule dubitative muka, qui rend compte de manière uniforme de deux types d’usages réputés différents.

49De manière plus surprenante, un nombre non négligeable de recherches utilisaient des corpus bilingues. Nous avons déjà cité la présentation d’Ilmari Ivaska et Anne Tamm et celle de Suzanne Lesage ; on peut également mentionner le travail d’Alexandra Kellner (Helsinki) et Niko Partanen (Helsinki), qui propose une analyse des différences structurelles entre les deux variétés de komi (komi-zyriène et komi-permiak), reposant sur une étude de corpus parallèle.

50Seules deux présentations relevaient de la linguistique expérimentale. Elles rendaient compte d’expériences de production orale. La première, présentée par Ilona Tragel (Tartu) et Kairit Tomson (Tartu), s’intéressait au rôle de la particule -gi/-ki dans les phrases suivant une phrase causative en estonien. La seconde, présentée par Renate Pajusalu (Tartu) et al., portait sur les types de syntagmes référentiels en estonien et en finnois.

51Enfin, une caractéristique générale des derniers CIFU est le développement massif d’outils informatiques pour la linguistique finno-ougrienne : corpus (unilingues et bilingues), dictionnaires numérisés et bases de données se multiplient en effet. Un certain nombre de présentations étaient consacrées à la présentation de ces outils. Le but d’une telle présentation est largement méthodologique et l’on peut souhaiter que des travaux aussi longs et fastidieux obéissent à des exigences strictes de formalisme, voire élaborent des standards applicables à d’autres travaux similaires. Un CIFU est donc aussi l’occasion de débats sur ces « bonnes pratiques », en permettant la rencontre de différentes équipes de recherche.

52Les travaux du groupe BEDLAN en constituent un bon exemple. Ils avaient certes déjà été présentés en 2015 à Oulu1, mais tous les projets n’avaient pas encore abouti. Entretemps, la publication des bases de données UraTyp2 et URHIA3 a constitué un immense progrès. La première met en libre accès un travail de collecte systématique des données typologiques, similaire à celui du WALS4, mais adapté aux langues ouraliennes. La seconde est constituée de données géoréférencées qui permettent la réalisation de cartes linguistiques. Des cartes élégantes ont également été produites par Timo Rantanen (Turku) pour toutes les langues ouraliennes.

53Cette publication s’est accompagnée pendant les sessions de plusieurs présentations du groupe BEDLAN, avec un accent particulier mis sur la méthodologie et les enjeux de ce travail de collecte, fastidieux mais précieux.

54De telles présentations ne sont toutefois qu’une première étape. Il est tout aussi marquant de constater que les outils présentés sont d’ores et déjà utilisés par les chercheurs. Ces derniers ne font pas forcément partie des équipes qui ont constitué les bases de données initiales, signe, là aussi, d’une diffusion de ces outils. En poursuivant l’exemple des travaux de BEDLAN, il est notable que lors de diverses présentations (comme celle de Chingduang Yurayong, Helsinki), des chercheurs ont mentionné l’utilisation qu’ils avaient faite de la base UraTyp, tandis que d’autres utilisaient les cartes de Timo Rantanen dans leur diaporama.

55Il semble donc que les chercheurs se soient dès à présent approprié ces outils : la rapidité de leur diffusion montre d’une part combien ils sont utiles et attendus et d’autre part, que la communauté des ouralistes est très active, y compris entre les congrès. On peut espérer que de nombreux autres projets similaires verront le jour d’ici au prochain CIFU.

56Enfin, une dizaine de communications rendaient compte de travaux en sociolinguistique, répartis au sein de deux symposiums.

57Par exemple, le symposium sur le bilinguisme s’est tenu sous la responsabilité de Zsuzsa Salánki (Budapest) et de Beatrix Oszkó (Budapest), Natalja Kondrat’eva n’ayant pu quitter Iževsk pour être avec elles. Sur les sept présentations prévues, seules cinq ont pu avoir lieu, deux des intervenants étant tombés malades entre-temps. C’est particulièrement regrettable pour Valej Kel’makov (Iževsk), une autorité en linguistique oudmourte, que certains congressistes sont venus exprès pour écouter. Deux langues ont été utilisées pour les communications, le hongrois et le russe. Quatre sur les cinq communications étaient consacrées à l’oudmourte, ce qui n’est pas étonnant, considérant le profil des organisatrices. Gergely Antal, doctorant à Budapest sur les langues permiennes, s’est concentré sur les emprunts à l’anglais en komi et en oudmourte contemporains. Comment ces emprunts sont-ils arrivés ? Très vraisemblablement par l’intermédiaire du russe, en tout cas pour les générations les plus âgées, mais les compétences linguistiques des jeunes étant de plus en plus larges, on ne peut exclure pour l’avenir des emprunts directs. Le jeune chercheur s’est aussi intéressé aux formes diverses de transcription phonétique. István Kozmács (Nyitra) a proposé une communication plutôt théorique sur le translinguisme, relevé dans les textes de jeunes blogueurs oudmourtes. Il pense que le translinguisme pourrait être une méthode utilisée dans l’enseignement et permettant efficacement le maintien des langues en danger, à condition d’être accepté en tant que tel. Zsuzsa Salánki a poursuivi sur la même lancée, s’interrogeant sur les formes du code-switching entre le russe et l’oudmourte, phénomène inévitable dans un contexte de bilinguisme, même s’il est souvent stigmatisé par les locuteurs eux-mêmes. Mais cette attitude risque d’accélérer l’élimination de la langue minoritaire. Enfin, sur la base de ses travaux de terrain avec Larisa Ponomareva (Kudymkar) en pays komi-permiak, Beatrix Oszkó a parlé du bilinguisme russe-komi-permiak dans deux villages où elles ont travaillé à différentes reprises, et notamment du rôle qu’y joue l’école. Le dernier exposé, par Ljudmila et Ajno Kirillova (Izhevsk), était consacré à l’histoire de certains toponymes dont il est possible de suivre l’évolution.

58Le second symposium de sociolinguistique a été celui animé par la linguiste oudmourte travaillant à Helsinki Svetlana Edygarova et par la linguiste hongroise Magdolna Kovács (Helsinki), sur la langue parlée en famille dans le contexte de langues minoritaires. Svetlana s’est concentrée sur son dernier projet, c’est-à-dire sur l’histoire de la langue littéraire oudmourte et sur la langue « totalitaire » qui s’est mise en place à l’époque stalinienne, où tout néologisme à base oudmourte était proscrit et où l’habitude a été prise d’utiliser les mots russes y compris dans le discours oudmourte. Ces recherches historiques n’ont pas été menées jusqu’à aujourd’hui et cette entreprise mérite d’être saluée. C’est dans un tout autre contexte que Katalin Dabóczy (Helsinki) et Magdolna Kovács ont mené leurs recherches : elles se sont intéressées aux familles bilingues vivant en Finlande et où l’un des conjoints est hongrois(e) et parle hongrois avec ses enfants. L’information intéressante qui ressort de cette étude partiellement qualitative est que les parents appliquent une politique linguistique familiale cohérente, mais qu’ils ne sont pas préoccupés par la langue dans laquelle leurs enfants leur répondent. Les deux communications suivantes ont été particulièrement intéressantes pour qui s’intéresse au same : elles ont porté toutes les deux sur le same d’Inari, langue dont la revitalisation est en cours. La première intervenante est une militante same d’Inari, Marja-Liisa Olthuis, enseignante, écrivain, traductrice qui est au centre des stratégies de revitalisation par l’écriture, revitalisation pour les tout-petits, avec les « nids » linguistiques, et pour les adultes, pour la génération « perdue ». Mais la littérature en same d’Inari, qui a actuellement près de 450 locuteurs, repose pour l’essentiel sur le travail de locuteurs non natifs, qui ont appris la langue et s’emploient à la faire revivre. Leur projet actuel est d’encourager les Sames d’Inari à écrire. L’œuvre de traduction est pilotée par l’université d’Oulu, employeur de l’intervenante. L’une des non-natives impliquées dans ce combat, Annikka Pasanen (Helsinki), est intervenue à la suite de Marja-Liisa Olthuis. Elle constate que la transmission des langues sames de Finlande est déficiente, d’autant que 65 % des Sames vivent en dehors de leur région d’origine. Elle passe en revue les initiatives entreprises pour aider les parents à assurer la transmission aux enfants. La session s’est poursuivie avec la communication de Konstantin Zamyatin (Moscou), qui fait le point sur les politiques officielles de bilinguisme dans les républiques finno-ougriennes de Russie, en insistant sur le statut de langue officielle qui caractérise ces langues à côté du russe et sur les changements rapides de comportement des locuteurs. Les deux dernières interventions se concentrent aussi sur des cas pratiques : Christian Pischlöger (Vienne) s’est intéressé à l’oudmourte sur Internet, puisqu’il est bien connu que cette langue est extrêmement présente sur le Web, et à la tentation du purisme qui sous-tend les débats entre tenants d’un oudmourte pur et partisans d’utiliser la langue réellement pratiquée à l’oral, c’est-à-dire une langue mixte, imprégnée d’emprunts au russe, avec une grande part d’utilisateurs manifestement indifférents à ce débat. La tendance au dogmatisme se manifeste quand même chez beaucoup de locuteurs, conduisant à mettre la langue encore plus en danger. Sur la base de ses travaux de terrain, Elena Vedernikova (Budapest) s’interroge sur les différences de comportement linguistique entre les Maris des villes et les Maris des campagnes, donnant ainsi un panorama riche et complexe de la situation sociolinguistique en pays mari.

59Les présentations linguistiques ont, comme on le voit, couvert des domaines variés. S’il fallait émettre des regrets, ils concerneraient peut-être les présentations qui rapprochaient une langue finno-ougrienne des cadres de la linguistique générale sans prendre particulièrement en compte le contexte finno-ougrien, sans mettre en évidence de parallèles ou d’éléments de comparaison, si ce n’est de façon un peu artificielle. On peut se demander quelle place un CIFU doit accorder à de telles présentations. Au registre des regrets, il convient aussi d’inscrire le faible nombre de travaux de linguistique expérimentale, alors même que cette approche est de plus en plus prisée par les chercheurs en général, et en particulier par ceux travaillant sur des langues finno-ougriennes nationales ou minoritaires. Cela est fort regrettable et s’explique peut-être par le fait que cette approche, réputée très technique, n’est pas jugée adaptée à ce type de congrès par les chercheurs eux-mêmes.

60Ainsi, ce congrès apparaît comme ayant été sans doute l’un des plus équilibrés du point de vue thématique : il a donné la part du lion à la linguistique, ce qui est traditionnel, mais les autres disciplines n’ont pas été négligées et leur concentration a permis d’avoir, dans les sections d’ethnologie et de sociolinguistique, moins techniques que d’autres, des salles bien pleines. Bien sûr, pour ce type de congrès, la question de la langue des interventions demeure : le domaine finno-ougrien est exigeant du point de vue des connaissances linguistiques, mais aucune langue générale de communication ne s’est imposée, permettant de rendre accessibles les communications à tous. C’est ainsi d’ailleurs que le français a pratiquement disparu du congrès, car en plus des participants venus de France et de quelques autres francophones, l’immense majorité des finno-ougristes ne connaît pas le français. Une bonne solution, comme l’a rappelé Johanna Laakso, pourrait être celle pratiquée par l’IFUSCO, le congrès des jeunes finno-ougristes : d’avoir le résumé dans une langue, le support de présentation dans une autre langue et l’exposé oral dans une troisième langue. Cela devrait permettre à tous d’avoir une idée du travail présenté, mais aussi d’affirmer la présence de langues autrement reléguées à un statut minoritaire : je ne pense pas seulement au français, mais aussi aux langues vernaculaires de bien des peuples finno-ougriens.

61Le prochain rendez-vous n’est pas si loin : 2025, à Tartu !

Haut de page

Bibliographie

Casen Marie, Moine Aleksi, Paré Jean‑Yves et al., 2015, « Le XIIe Congrès international des finno‑ougristes (Oulu, 17‑21 août 2015) » in Études finno-ougriennes, vol. 47, 2015, DOI : 10.4000/efo.5826.

Uralic Areal Typology Online, URL : https://uralic.clld.org/ (consulté le 12/09/2022).

URHIA, URL : https://sites.utu.fi/urhia/ (consulté le 12/09/2022).

WALS (World Atlas of Language Structures Online), URL : https://wals.info/ (consulté le 12/09/2022).

Zenodo, “Uralic Typological database – UraTyp”, DOI : 10.5281/zenodo.5236365.

Zenodo, “Geographical database of the Uralic languages”, DOI : 10.5281/zenodo.4784187.

Haut de page

Notes

1 Voir le compte rendu paru dans Études finno-ougriennes en 2015 (Casen, Moine, Paré et al., 2015).

2 Uralic Areal Typology Online, URL : https://uralic.clld.org/ ; données sur Zenodo, DOI : 10.5281/zenodo.5236365.

3 URHIA, URL : https://sites.utu.fi/urhia/ ; données sur Zenodo, DOI : 10.5281/zenodo.4784187

4 WALS, URL : https://wals.info/.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eva Toulouze, Aleksi Moine, Suzanne Lesage, Jules Bouton et Martin Carayol, « CIFU XIII, Vienne août 2022 »Études finno-ougriennes, 55 | 2023, 253-273.

Référence électronique

Eva Toulouze, Aleksi Moine, Suzanne Lesage, Jules Bouton et Martin Carayol, « CIFU XIII, Vienne août 2022 »Études finno-ougriennes [En ligne], 55 | 2023, mis en ligne le 07 décembre 2023, consulté le 14 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/efo/22921 ; DOI : https://doi.org/10.4000/efo.22921

Haut de page

Auteurs

Eva Toulouze

Inalco

Articles du même auteur

Aleksi Moine

Université d’Helsinki, département des Cultures, Études de folklore

Articles du même auteur

Suzanne Lesage

Université de Fribourg

Articles du même auteur

Jules Bouton

Université Paris-Cité, LLF, CNRS

Articles du même auteur

Martin Carayol

Inalco

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search