Navigation – Plan du site
Articles

Les recherches linguistiques en Transylvanie au tournant du siècle

Linguistics in Transylvania at the Turn of the Millennium
A századforduló nyelvtudománya Erdélyben
Emese Fazakas
p. 189-214

Résumés

Dans cette étude, après un bref historique de la linguistique en Transylvanie dans la période 1920-1990, je présente les recherches linguistiques menées au tournant des xxe et xxie siècles. Les travaux présentés sont principalement ceux des professeurs du département de linguistique générale et hongroise de la faculté des lettres de l’Université Babeş-Bolyai de Kolozsvár (Cluj). En effet, bien que les vingt dernières années aient vu la naissance de plusieurs institutions scientifiques, ce sont eux qui ont mené les recherches linguistiques les plus remarquables. Dans la deuxième partie de l’étude, après avoir présenté les institutions mentionnées, je donne un aperçu des disciplines de la linguistique théorique et appliquée, en énumérant les recherches et les œuvres les plus représentatives.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Transylvanie, Hongrie, Roumanie

Périodes :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

Je remercie mes collègues du département de linguistique générale et hongroise de m’avoir communiqué des informations sur les domaines lin­guistiques qu’ils connaissent mieux que moi, en particulier Edit Kádár qui m’a fourni un rapport sur les recherches linguistiques soumis à l’Académie hongroise des sciences.

Bref historique de la période 1920-1990

1Pour la période précédant l’année 1920, on ne parle pas de linguistique hongroise de Transylvanie, parce qu’il n’était pas nécessaire de faire une distinction entre les recherches menées dans les différentes régions de la Hongrie. L’université hongroise de Kolozsvár ne s’est formée en 1872 que parce que les érudits de Transylvanie cultivaient un autre type de science que ceux de Budapest ou des autres régions du pays, mais on avait besoin d’un autre institut d’enseignement supérieur pour former des enseignants et des savants. Pourquoi à Kolozsvár ? Parce qu’il y avait déjà un institut renommé, qui avait une riche bibliothèque, un musée remarquable et des érudits notables1.

2Parmi les professeurs des quatre facultés de l’université, on peut énumérer des linguistes renommés enseignant à la faculté de philosophie et des lettres : au département de linguistique hongroise et finno-ougrienne József Szinnyei, Ignác Halász, Gyula Zolnai, au département de linguistique ouralo-altaïque Gábor Szentkatolnai Bálint, Vilmos Pröhle, au département de linguistique diachronique Zoltán Gomboc, et, pendant l’année académique 1920-1921, Bálint Csűry, qui a introduit l’enseignement de la méthode Wörter und Sachen. Ces pro­fesseurs enseignaient – selon l’esprit de l’époque – outre l’histoire de la langue hongroise, les théories de la linguistique historique, et la plupart de ces linguistes représentaient la théorie finno-ougrienne. Au fond, un département très fort et apprécié y était né, mais, malheureusement, il n’a pas eu de continuation. En 1920, l’université dut se réfugier à Szeged. Lorsqu’elle recommença ses travaux en 1940, on poursuivit l’enseignement de la linguistique historique et comparée, mais après 1948 celle-ci n’était plus la discipline la plus importante. Entre 1940 et 1948, Antal Klemm et Gedeon Mészöly ont enseigné la linguistique historique (Gedeon Mészöly avait même un cours d’analyse des textes vogouls), et le Dr Magdolna Kispál a enseigné le finnois. Les étudiants pouvaient apprendre l’histoire de la langue hongroise dans les cours d’Antal Horger, la turcologie dans les cours de László Rásoni, et la linguistique aréale dans ceux de Lajos Tamás. Plus tard, la linguistique historique fut enseignée par des professeurs qui n’étaient pas de « véritables » finno-ougristes, et même aujourd’hui on n’a pas de linguiste spécialiste de cette discipline, ni à l’université, ni dans les autres instituts de recherches. Au début des années 1990, l’un des professeurs adjoints de la faculté des lettres s’est occupé de recherches finno-ougriennes, mais elle a ensuite émigré en raison des conditions matérielles précaires. Par la suite, en l’absence de spécialistes, la linguistique historique et comparée s’est transformée plutôt en une discipline d’histoire du peuple hongrois ; les jeunes n’ont pas manifesté d’intérêt pour cette discipline, et au début des années 2000 – à l’occasion de la réduction du nombre de cours liée à l’introduction du système LMD – cette discipline est complètement sortie du programme d’études.

3La recherche onomastique moderne commence dans les années 1930. Elle est associée essentiellement au nom d’Attila Szabó T., qui n’enseignait pas à l’université avant 1943. Il a établi une méthode pour la recherche onomastique hongroise, qu’il a enseignée à partir de l’année universitaire 1943-1944. L’Institut scientifique de Transylvanie (Erdélyi Tudományos Intézet) fut fondé en 1940 pour poursuivre les recherches dans plusieurs domaines : la dialectologie, la dialectologie historique et la linguistique diachronique, l’onomastique. À côté d’Attila Szabó T., Mózes Gálffy, Gyula Márton et Samu Imre sont ceux qui ont fait des recherches dans le cadre de cet institut. Leurs travaux ont beaucoup influencé les recherches ultérieures.

4L’influence réciproque des langues hongroise et roumaine fut le thème central d’étude dans les années 1940. On doit mentionner trois noms importants : Géza Blédy (Influenţa limbii române asupra limbii maghiare [L’influence de la langue roumaine sur le hongrois], 1942), Gyula Márton (A román nyelvatlasz első három kötetének magyar eredetű anyaga [Les éléments hongrois dans les trois premiers volumes de l’atlas roumain], 1942), et Lajos Tamás (A magyar eredetű román kölcsönszavak művelődéstörténeti értékelése [L’évaluation des emprunts hongrois dans la langue roumaine du point de vue de l’histoire culturelle], 1942).

5Naturellement, à côté des recherches dialectales et historiques, les années 1970-1980 apportent un autre développement dans les recherches linguistiques. Attila Szabó T. fait paraître ses volumes d’études choisies et entame la rédaction de l’une des plus remarquables réalisations de la linguistique hongroise : Erdélyi magyar szótörténeti tár [Dictionnaire historique du lexique hongrois de Transylvanie], dont le premier volume paraît en 1975. Il a recueilli des données historiques, a rédigé les cinq premiers volumes, et après son décès, les travaux ont continué sous la direction d’autres rédacteurs en chef, d’abord Márta Vámszer, puis Ferenc Kósa et János Zsemlyei, Emese Fazakas devenant par la suite la rédactrice en chef du xiiie volume. Les travaux sur le dernier (xive) volume sont encore en cours.

6Il faut mentionner aussi que, dans la même période, Jakab Máté publia des travaux sur les points communs de la linguistique structurelle et des mathématiques. Sándor Szilágyi N. traita les questions fondamentales des langues humaines dans son livre intitulé Világunk, a nyelv [La langue, notre monde],1978.

7Zoltán Szabó a posé les bases de la stylistique et de la linguistique textuelle, aujourd’hui enseignées à la faculté des lettres (A mai stilisztika nyelvelméleti alapjai [Les bases théoriques de la stylistique d’aujourd’hui], 1977) en écrivant sur les disciplines nouvelles (le structuralisme, la linguistique textuelle, la sémiotique, la linguistique mathématique, la grammaire générative) et en enrichissant ainsi la recherche dans ce domaine. Le livre Beszéd és környezet [Parole et environnement], 1984, écrit par Zoltán Bíró, est la première étude de sociolinguistique. L’ouvrage intitulé Teremtő nyelv [La langue créative] (1988), écrit par János Péntek, est une mise à jour des connaissances sur la linguistique générale.

8On peut dire que, puisqu’il n’y avait pas d’autre cadre institutionnel dans la période 1920-1990, les recherches linguistiques ont été liées plutôt aux activités des professeurs de l’université. Cependant, ces recherches étaient assez vastes et il existe des travaux remarquables dans plusieurs disciplines : la dialectologie, l’onomastique et la linguistique diachronique, et on a vu apparaître de nouvelles disciplines, notamment dans les années 1970-1980, comme en témoignent les nombreuses études de linguistique textuelle, de stylistique, de théorie de la langue, de linguistique générale, de sociolinguistique.

Après 1990

Les institutions

9En 1990 il n’y avait que trois institutions où travaillaient des linguistes : le département de langue hongroise de l’Université Babeş-Bolyai à Kolozsvár, l’Institut de l’Académie roumaine, et le département de hungarologie de l’Université de Bucarest, réunissant moins de dix linguistes. Les départements mentionnés se sont développés après 1990, mais, pour diverses raisons, il n’y a aujourd’hui qu’un seul linguiste spécialiste de hongrois à Bucarest, et huit linguistes au département de linguistique générale et hongroise à Kolozsvár. Un seul linguiste travaille dans le cadre de l’Institut de l’Académie roumaine, et la situation est la même à l’EME. Cependant, il y a heureusement plusieurs spécialistes aujourd’hui à la retraite qui n’ont pas complète­ment cessé leur activité de recherche.

10À partir de 1990, à l’Université Babeş-Bolyai (Babeş-Bolyai Tudományegyetem, BBTE) de Kolozsvár, le département universitaire a connu un nouvel essor. Parallèlement à l’augmentation du nombre d’étudiants, le nombre de professeurs a augmenté proportionnellement. Les étudiants de la faculté des lettres ont l’avantage de la double spécialisation, c’est-à-dire qu’un étudiant étudie en même temps deux langues et deux littératures (par exemple langue et littérature hongroise comme spécialité principale et langue et littérature française comme spécialité secondaire). L’enseignement de la langue et de la littérature hongroise s’est fait et se fait encore comme spécialité principale ou secondaire, permettant ainsi aux étudiants de combiner ce parcours avec toute autre langue et littérature. Après le premier cycle d’études (initialement de quatre ans, augmenté à cinq ans, puis réduit de nouveau à quatre ans avant l’introduction du système LMD), un programme de master et une école doctorale ont été créés, permettant ainsi à davantage de personnes de travailler comme linguistes.

11La filière des études hongroises a été créée en 1957 à Bucarest, où elle a fonctionné uniquement comme spécialité secondaire jusqu’en 1990. À partir de 1975, les enseignants faisaient partie du département de langues orientales. Après l’introduction de la structure LMD, le département de hungarologie a fait partie du département des langues parlées en Roumanie, et aujourd’hui il fait partie du département hungarologie, romani et hébreu. Les recherches linguistiques sont liées principalement à deux noms : Győző Zsigmond et Olga Murvai.

12L’Institut des programmes de recherche (Kutatási Programok Intézete), créé par la Fondation Sapientia (Sapientia Alapítvány) à Kolozsvár en décembre 2000, a pour but de donner une nouvelle impulsion aux recherches scientifiques hongroises, en annonçant initialement des compétitions extérieures (ouvertes non pas seulement aux professeurs et aux doctorants de l’Université hongroise de Transylvanie – Erdélyi Magyar Tudományegyetem, EMTE). Dans le cadre de l’EMTE, ne se déroulent que des recherches linguistiques individuelles : les domaines de recherches d’Erika Tódor sont la pédagogie du hongrois langue maternelle, le bi- et le plurilinguisme, l’étude de la langue roumaine dans les classes pour les minorités, l’éducation interculturelle ; ceux de Katalin Lajos sont la sociolinguistique et l’ethnographie (ses thèmes de recherche étant la phraséologie et les phénomènes de la langue parlée).

13L’Association des amis de la langue hongroise de Transylvanie (Anyanyelvápolók Erdélyi Szövetsége, AESz), fondée en 1992, s’occupe de l’organisation et de la gestion du mouvement de préservation de la langue maternelle. Pour les membres de l’association, le soin pour la langue maternelle se traduit par des activités très diverses : organisation (chaque année) de compétitions et de camps ayant pour objet la connais­sance de la langue maternelle, organisation de conférences professionnelles sur les questions actuelles de l’usage de la langue hongroise, sur les tâches de la planification linguistique, organisation de programmes de perfectionnement pour les orateurs professionnels (par exemple pour les rédacteurs d’émissions de radio et de télévision). Une caractéristique importante de l’activité de l’association est le lien entre le mouvement pour la langue maternelle et l’éducation, en partenariat avec les professeurs de langue et de littérature hongroise et les instituteurs, qui sont également membres de l’AESz. Le cadre scientifique est assuré plutôt par les linguistes de l’Université de Kolozsvár1.

L’Institut de linguistique Szabó T. Attila (Szabó T. Attila Nyelvi Intézet) a commencé son activité en 2003. Celle-ci a trois finalités principales : 1) assurer la construction d’une base de données démo­graphiques, juridiques, sociolinguistiques et éducatives ; 2) entre­prendre des recherches sur la langue parlée, débouchant sur des poli­tiques de planification linguistique ; 3) fournir des services de spécia­lité aux institutions hongroises et aux personnes privées2.

Le Comité régional de Kolozsvár (Kolozsvári Akadémiai Bizottság, KAB) de l’Académie des sciences hongroise a été créé en 2007. Il comprend une commission linguistique (Nyelvtudományi Szakbizottság). Cette commission professionnelle de 28 membres réunit les linguistes hongrois de Roumanie, assure l’administration et la coordination des discussions et des conférences professionnelles et arbitre les compétitions.

  • 3  Sur les instituts scientifiques hongrois de Roumanie, voir aussi Péntek 2002 et Péntek 2008.

Le but général de la KAB est de représenter les intérêts scientifiques nationaux et de la communauté hongroise ; de donner son avis sur la recherche scientifique, sur l’éducation universitaire et scientifique et sur les stratégies de développement ; de stimuler la communication de la recherche scientifique dans la communauté nationale hongroise de Roumanie ; d’augmenter le prestige de la connaissance et de populariser à un niveau élevé les résultats scientifiques ; de renforcer les contacts professionnels et personnels dans la communauté scientifique hongroise de Roumanie ; de stimuler la coopération professionnelle entre les spécialistes hongrois et roumains. La KAB collabore avec la commission régionale de l’Académie roumaine de Kolozsvár dans toutes les occasions. (www.kab.ro)3

14Naturellement, les spécialistes hongrois de Roumanie entretiennent aujourd’hui des relations professionnelles permanentes avec les linguistes hongrois d’autres pays, avec la communauté des linguistes européens et avec plusieurs institutions et comités professionnels du monde.

Recherches fondamentales en linguistique théorique et contextuelle

  • 4  Németh 2007, Németh 2011.
  • 5  Kádár 2001, 2004, 2006, 2007.

15La période d’après 1990 se caractérise par la poursuite et l’achèvement de grands travaux de synthèse (atlas, dictionnaires, monographies). Les recherches en linguistique générale et théorique et celles qui visent spécialement le système de la langue ne sont pas suffisamment représentées. Dans quelques domaines, on remarquera des tentatives isolées. Les recherches visant la syntaxe dans le cadre de la linguistique théorique n’ont pas une longue tradition en Transylvanie. C’est Edit Kádár qui a introduit pour la première fois dans le cursus universitaire la syntaxe générative (dans l’année universitaire 2003-2004). À partir de 2008, elle enseigne la théorie syntaxique et la théorie de la grammaire. À la suite de ces enseignements, une étudiante de l’école doctorale de hungarologie poursuit actuellement des recherches théoriques dans ce domaine, et ses articles sont cités même à l’étranger4. Edit Kádár a publié plusieurs contributions dans les domaines de la linguistique théorique et descriptive5.

  • 6  Szilágyi 2004.

16De la même façon, la phonologie peut être liée à un seul spé­cia­liste, professeur ; ce domaine n’a pas de longue tradition dans les recherches linguistiques hongroises de Transylvanie6.

17Les domaines qui ont joué un rôle moteur dans la période après 1990 sont la sociolinguistique, la linguistique de contact et la linguistique cognitive.

Linguistique diachronique

  • 7  Sur les travaux du dictionnaire, cf. Fazakas 2007b.
  • 8  Sur la réception dans la presse cf. Lőrinczi 2001, et sur les études les plus importantes écrites (...)
  • 9  Parmi les thèses déjà éditées, voir T. Szabó 2003, Fóris-Ferenczi 2005, Fazakas 2007a, Zsemlyei 20 (...)
  • 10  Cf. T. Szabó 2004.
  • 11  Cf. Fazakas 2003, Zsemlyei 2006, 2007.
  • 12  Cf. Fóris-Ferenczi 2005.

18La rédaction du dictionnaire historique du lexique hongrois de Transylvanie (Erdélyi magyar szótörténeti tár, SzT.), commencée par Attila Szabó T., est l’objectif principal des recherches en linguistique diachronique hongroise. Le premier volume, paru en 1975, a été suivi de douze autres, et à l’heure actuelle on travaille sur le quatorzième et dernier volume7. Ses rédacteurs ont reçu, en décembre 2002, le Prix des Minorités (Kisebbségekért Díj), accordé par l’État hongrois, et en octobre 2008 le dictionnaire a reçu le Prix du Dictionnaire Exceptionnel (Kiváló Szótár Díj) accordé par l’Institut de linguistique de l’Académie hongroise des sciences. SzT. est un dictionnaire très riche pour plusieurs types d’analyses. Ainsi, ses rédacteurs et d’autres spécialistes ont écrit plusieurs études en s’appuyant sur son contenu. Parmi ces études, on trouve des recherches examinant différentes catégories grammaticales, l’ancienne orthographe, des études présentant les familles de mots, etc., et même les collègues de Hongrie les utilisent au cours de leurs recherches de linguistique historique, puisqu’il n’y a pas d’autre collection sur la base de laquelle on puisse analyser la langue hongroise entre les xve et xixe siècles8. Plusieurs étudiants écrivent des mémoires de licence à partir de cet énorme matériau, et plus de personnes encore en ont tiré le corpus de leur thèse de doctorat9. Naturellement, la spécificité des recherches transylvaines sur l’histoire de la langue ne consiste pas seulement dans le fait d’utiliser les données du SzT., mais aussi en ceci que, à côté des analyses grammaticales et sémantiques pour ainsi dire « classiques »10, les points de vue de la linguistique cognitive, de la géographie linguistique et de la sociolinguistique sont également reflétés11. Des recherches ont été menées également sur la pédagogie de la langue maternelle12.

  • 13  Kósa 2001, Murvai 2006.
  • 14  Fazakas 2007c, Fazakas 2008.

19D’autres études de linguistique diachronique ont été menées ces dernières années, qui ne se fondent pas sur les données du SzT.13 ; un manuel universitaire a paru pour les besoins (entre autres) des étudiants de la faculté des lettres de Kolozsvár14.

Dialectologie et géographie linguistique

  • 15  Nous collaborons avec les collègues de l’Atelier depuis plusieurs années, spécialement en vue d’in (...)
  • 16  A romániai magyar nyelvjárások atlasza v-viii. kötete; a Székely nyelvföldrajzi szótár (SzNySz.); (...)

20Dans le domaine de la dialectologie et de la géographie linguistique, parmi les résultats les plus considérables des années après 1990, il faut mentionner la parution des atlas linguistiques : dès 1995, onze volumes de l’œuvre de László Murádin, l’Atlas des dialectes hongrois de Roumanie (Romániai Magyar Nyelvjárások Atlasza), ont paru sous la rédaction de Dezső Juhász, linguiste de l’Université ELTE de Budapest. L’atelier de géolinguistique (Geolingvisztikai Műhely) de Budapest15 a réalisé un programme informatique pour coder les données dialectales (conservant scrupuleusement les lettres spécifiques) dans une base de données à partir de laquelle on peut les analyser sous plusieurs aspects16.

  • 17  Péntek 2005.

21Parmi les travaux les plus importants, il convient de mentionner la rédaction du Dictionnaire de la langue hongroise de Moldavie (Csángó szótár A moldvai magyar nyelv szótára), qui sera un dictionnaire « classique » régional et dialectal. Son caractère encyclopédique vient du vocabulaire couvert : il ne contient pas seulement des noms communs, mais aussi des noms propres : des anthroponymes, des toponymes, d’autres noms géographiques. Un moment important des recherches en dialectologie transylvaine est le discours académique de János Péntek sur ses recherches dialectales17.

La toponymie et l’onomastique

22En ce qui concerne les recherches sur les noms géographiques, ce sont des données historiques qui sont publiées18, et, depuis 2001, on a commencé à éditer et à publier à Budapest les sept volumes contenant les toponymes historiques recueillis par Attila Szabó T. sous le titre Erdélyi Helynévtörténeti Adattár (EHA). Se fondant sur cette collection de noms de lieu historiques de la Transylvanie, l’atelier de géolinguistique a commencé à construire une base d’environ 600 000 entrées, où les noms géographiques sont introduits avec leur ancien contexte, avec l’ancienne orthographe, et – à l’aide du logiciel – on peut non seulement les trier selon l’année de la première attestation ou selon des critères grammaticaux, mais aussi les visualiser sur une carte19. Parmi les résultats de la recherche en toponymie contemporaine, on doit mentionner la thèse de doctorat de Sándor Péter (Térszínformanevek és vízrajzi köznevek felső-háromszéki helynevekben. Proserved Cathedra Kiadó, Sepsiszentgyörgy, 2008). Actuellement, l’exploration monographique des noms de personnages historiques continue à côté des recherches sur les anthroponymes contemporains20.

23Dans le domaine de l’onomastique, un projet considérable qui se matérialisera bientôt est Kárpát-medencei magyar helységnevek és tájnevek kodifikációja [La codification des noms géographiques hon­grois du bassin carpatique]. La codification prévoit trois grandes phases : premièrement, il est nécessaire de codifier séparément les noms de localités des régions, les noms des unités administratives régionales et les noms géographiques les plus importants ; deuxièmement, il est nécessaire de vérifier ces noms en considérant l’imposition, l’usage et la forme des noms. Troisièmement, il est nécessaire – si possible – de comparer et de vérifier tous ces noms en les comparant à ceux utilisés par l’administration de la Hongrie et à l’usage commun. Cette recherche est dirigée par les membres des comités régionaux hors des frontières de la Hongrie et par l’Institut de linguistique de l’Académie hongroise des sciences (de Budapest), le comité des toponymes (Földrajzinév-bizottság) et le département de linguis­tique de l’Université de Debrecen.

Stylistique et linguistique textuelle

  • 21  Szabó 1998, 1999.
  • 22  Máthé 2005.
  • 23  Máthé 2006.

24Dans les années 1990, Zoltán Szabó a développé progressivement ses théories sur la stylistique en direction de l’histoire de la théorie des styles. Le nouveau contexte théorique, l’apparition de l’herméneutique et les particularités de la linguistique cognitive ont conduit à la redéfinition des questions et des réponses. Les résultats de ses recherches se sont matérialisés dans une nouvelle adaptation de sa synthèse sur l’histoire des styles, et la recherche des contextes intérieurs de cette histoire est devenue le sujet de plusieurs études21. Dénes Máthé, dans sa thèse de doctorat, connecte l’histoire des styles à la sémiotique, mais, au lieu de considérer la théorie formaliste-structuraliste qui guidait les recherches précédentes, il a essayé de délimiter une sémio­tique linguistique fondée sur la pragmatique22. La suite de ses travaux est présentée dans son livre sur une rhétorique « ancienne et nouvelle », dans les pages où il évoque une rhétorique qui place les locuteurs au centre des textes23.

  • 24  Pethő 2003a, 2007, 2008, 2003b.

25Une autre direction de recherche est représentée par Ágnes Pethő et son école. Bien qu’elle s’appuie dans la plupart de ses travaux sur la théorie de l’intermédialité, sur le contact entre image et texte, sur l’art cinématographique et sur la poétique du film moderne et postmoderne etc., ses recherches restent partiellement attachées à la stylistique linguistique. L’ouvrage qu’elle a dirigé, intitulé Képátvitelek (Scientia Kiadó, Kolozsvár, 2002), contient également plusieurs études écrites par ses étudiants. Les volumes contenant les résultats de programmes de recherche et de conférences et son volume indépendant présentent les problèmes de l’intermédialité et du contact entre langue et film24.

  • 25  Sándor 2003a, 2003b, 2007.

26Le contact entre image et texte apparaît également dans les études de Katalin Sándor, qui s’intéresse davantage à la poésie visuelle, mais a aussi entrepris des recherches sur les théories de l’intermédialité25.

Linguistique cognitive

  • 26  Il a publié ses résultats dans le livre intitulé: Hogyan teremtsünk világot? (Erdélyi Tankönyvtaná (...)
  • 27  Szilágyi 2006.

27La linguistique cognitive a été introduite dans l’enseignement universitaire dans les années 1990. Sándor Szilágyi N., qui enseigne cette discipline et a mené des recherches dès les années 1980, développe un autre type de linguistique cognitive que celui qui est présent dans la littérature spécialisée américaine ou européenne26. Les recherches linguistiques cognitives ont visé initialement les structures spatiales, organisées selon les sens de valeur (értékjelentés) ; ce thème a été choisi par des étudiants qui ont écrit des thèses remarquables, présentant de nouveaux résultats intéressants sur la langue hongroise. Ainsi, Zsuzsa Bagdi a écrit sur la dimension verticale (1992) et Emese Fazakas sur le temps reflété dans la langue (1994). L’autre direction de recherche a été l’analyse détaillée des espaces sémantiques liées aux processus cognitifs27. Des thèses de grande valeur ont abordé cette thématique : Imola Koszta a fait une analyse sémantique des mots et des expressions de la langue hongroise portant sur la vue (1997), Franciska Szilágyi a analysé les expressions sur le discours (1998), Judit Szabó a discuté les expressions liées à la raison et à la réflexion (2003), Éva Erika Weisz a examiné les sens et l’usage du mot nyelv « langue » à partir d’un grand corpus (2000), Anikó Hohl a analysé la sémantique des verbes qui expriment la visualité (2003), Bíborka Salamon enfin a écrit son mémoire de licence sur les expressions à l’aide desquelles on parle du goût (2005), étendant ensuite ses recherches, pour son mémoire de master (2006), aux autres champs de la perception.

  • 28 On doit mentionner ici : Árpád Galaczi : A Rajta helyzet jelentésszer kezete a magyar nyelvben (199 (...)

28L’examen de la sémantique des différentes relations grammaticales était un autre domaine de recherche complètement nouveau dans la linguistique hongroise. Dans ce cadre, entre 1995 et 2006, les étudiants ont rédigé quatorze mémoires, en se fondant sur des recherches originales28.

  • 29 Fazakas 1996, 2007a, Imre 2009.
  • 30 Benő 2000, Szilágyi 2007, 2004.

29Dans les recherches en linguistique hongroise, l’application de la perspective cognitive à l’examen des données de l’onomastique était unique. Le mémoire d’Andrea Heinrich (Szaniszló helynevei kognitív nyelvészeti megközelítésben, 2000) et celui de Mária Hochbauer (Helyzetviszonyító elemek a barcasági Hétfalu helynévrendszerében, 2007) représentent les premières et les plus importantes contributions dans ce domaine. Une partie des étudiants mentionnés ont continué leur travail dans le cadre du master ou du doctorat29. Bíborka Salamon, Ildikó Bencze (sur la métonymie) et Mária Hochbauer pour­suivent l’étude de ces sujets dans le cadre de l’école doctorale. L’approche cognitive a fourni des résultats considérables dans les recherches de linguistique historique, de contact linguistique et de phonologie30.

La linguistique de contact

  • 31  Cf. la base de données Termini.
  • 32  Benő 2004, 2008.

30Les recherches sur l’influence réciproque des langues se sont avérées un domaine prometteur dans la période concernée. La coordination institutionnelle des travaux sur le bilinguisme hongrois-roumain et sur l’influence réciproque des langues est assurée par l’Institut de linguistique Szabó T. Attila. Beaucoup d’œuvres lexicographiques ont déjà été publiées et des recherches ont été menées sur les corpus informatisés31. À l’université, c’est Attila Benő qui enseigne la linguistique de contact. En 2008, il a publié une note sur ce sujet destinée aux étudiants. Sa thèse de doctorat porte également sur la sémantique des emprunts32. János Péntek, dans son étude intitulée A hiány tünetei a külső régiók magyar nyelvi változataiban (NyIrK XLV/2001/ : 117–123), se penche sur les problèmes plus généraux de cette discipline. On doit mentionner que, heureusement, dans le cadre des écoles doctorales, il y a une bonne collaboration entre les linguistes hongrois et roumains. Ainsi, les coordinateurs du mémoire d’István Szász (Interferenţe şi transfer în bilingvismul românmaghiar din Uriu [Interférence et transfert dans le bilinguisme roumain-hongrois d’Uriu]), écrit en 2007, ont été Mircea Borcilă et János Péntek.

La sociolinguistique

31Les recherches sociolinguistiques, comme celles portant sur l’influence réciproque des langues, continuent sous l’égide de l’Institut de linguistique Szabó T. Attila, mais le fond professionnel est fourni par le département de linguistique générale et hongroise de l’université. Pendant plusieurs années, un programme de master portait sur la linguistique anthropologique, et plusieurs étudiants ont rédigé des mémoires sur des thèmes de sociolinguistique. Certains d’entre eux poursuivent leurs recherches au sein de l’institut. La transformation du système d’enseignement supérieur a affecté de manière négative l’enseignement de la sociolinguistique ; aujourd’hui il ne subsiste qu’un seul programme (les recherches de linguistique et littérature hongroise), qui ne permet pas d’approfondir des disciplines spécifiquement linguistiques.

  • 33 Le programme est décrit par Péntek 2004. Cf. aussi Péntek & Benő 2003a, 2003b, 2005, Benő & Szilágy (...)

32Les recherches sociolinguistiques, les travaux sur la langue parlée et sur la planification linguistique (la langue pour l’usage scolaire, les manuels et les autres matières éducatives, l’usage de la langue hongroise par les jeunes du milieu urbain, la situation de la langue dans la diaspora, l’analyse de la langue des médias, la terminologie, etc.) se déroulent dans le cadre de l’institut, mais les spécialistes sont les enseignants universitaires ou leurs étudiants. La planification linguis­tique se préoccupe d’étendre la connaissance linguistique dans les rangs de la minorité hongroise, d’uniformiser et de renforcer le prestige de la langue maternelle. Ce programme de planification linguistique, appelé határtalanítás (sans frontières), est placé sous la direction d’István Lanstyák, un collègue de Slovaquie33.

La linguistique appliquée

L’enseignement du hongrois L1

  • 34  Sur la situation de l’éducation publique, la formation des enseignants et la rédaction des manuels (...)

33Dans le domaine de la pédagogie du hongrois langue maternelle on constate une régression par rapport à la période antérieure : on compte seulement un ouvrage notable, écrit par Rita Fóris-Ferenczi en 2007 (Anyanyelv-pedagógia – Kísérlet az elméle(ek) és a gyakorlat egybehangolására. Ábel Kiadó, Kolozsvár). Bien que l’éducation publique essaie de se moderniser à travers une réforme des programmes (le nouveau cursus du lycée incorpore les connaissances de grammaire, de linguistique et de littérature dans un ensemble de compétences de compréhension et de rédaction, et il se concentre sur le développement des compétences et des facultés de l’élève), les ensei­gnants n’ont pas les repères professionnels et méthodologiques nécessaires pour les appliquer. De plus, les recherches sur l’éducation et sur la pédagogie de la langue maternelle ne sont pas conduites dans le cadre d’une institution bien déterminée, de sorte que la rédaction et la publication des manuels scolaires souffrent d’un manque de coordination34.

La traduction

34En ce qui concerne les recherches sur la traduction, la situation est meilleure que dans les périodes précédentes. Bien qu’à l’Université de Kolozsvár, on ne puisse pas s’inscrire dans un programme spécialisé de traduction et d’interprétation de et en langue hongroise, une telle filière existe à l’Université hongroise de Transylvanie (EMTE) à Marosvásárhely, sous la direction d’Olga Murvai. À la faculté des lettres de Kolozsvár, les étudiants peuvent étudier les problèmes de la traduction dans le cadre des filières de langue et littérature hongroise, et plusieurs mémoires ont choisi des sujets de ce type ces dix dernières années. On doit mentionner également une thèse sur les traductions officielles du roumain en hongrois (Krisztina Sárosi-Mardírosz : Hivatalos fordítások problematikája (a román-magyar nyelvpár viszonylatában), 2009).

La revitalisation de la langue

  • 35  Gál 2010.

35Bien qu’on n’ait pas encore développé de méthodologie pour la revitalisation de la langue au bénéfice des personnes dont la langue maternelle n’est pas la langue dominante ou qui ne parlent plus leur langue maternelle, on dispose de plusieurs programmes de revitalisation et, déjà, d’un ouvrage qui est une synthèse de plusieurs théories, décrivant toutes les voies possibles de ce processus, et susceptible d’aider les enseignants à développer des programmes individuels adaptés aux besoins de leurs élèves35.

36C’est en 2000 qu’a démarré le programme d’éducation des Tchangos (Moldvai Csángó Oktatási Program), qui vise surtout la formation en hongrois des enfants tchangos. La spécificité de ce programme est que les classes de hongrois ont lieu en dehors du programme scolaire (qui se déroule en roumain), et que l’on y enseigne non seulement la langue et la littérature hongroises, mais aussi des éléments de la culture spécifique de la région, la musique et la danse de la communauté36.

Le hongrois L2

  • 37  Murvai 1997, 2000, 2001a, 2001b.

37Avant 1998, l’enseignement du hongrois langue étrangère avait lieu seulement à l’Université de Bucarest, et les seuls matériels didactiques qu’on pouvait utiliser étaient écrits par Olga Murvai37. À la fin des années 1990, Emese Fazakas a introduit cette discipline, facultative, à l’Université de Kolozsvár. Le cours n’est pas fréquenté par les seuls étudiants de la faculté des lettres, mais aussi par ceux de la faculté d’histoire et de philosophie, ou par les étudiants étrangers se trouvant à Kolozsvár dans le cadre des programmes Erasmus. Le nombre des étudiants n’est pas grand en général, mais ce cours a représenté l’occasion d’élaborer un manuel destiné aux étudiants roumains. Ainsi, Emese Fazakas et Edit Kádár ont pu donner une première version du manuel de langue hongroise pour les Roumains grâce à un programme financé par l’Académie hongroise des sciences. Emese Fazakas a mis à profit les expériences accumulées dans le cadre de ce cours et du programme mentionné au sein d’un programme Socrates, entre 2004 et 2006, en partenariat avec la Hungarian Language School – Magyar Iskola de Budapest dirigée par Ilona Koháry, la Fondation Heltai Gáspár (Heltai Gáspár Közalapítvány) de Kolozsvár, l’Institut finno-ougrien de l’Université de Vienne et l’Institut culturel hongrois de Stuttgart. Le couronnement de ce programme a été la rédaction du livre intitulé Magyar iskola Romániában (Koháry-Fazakas, Budapest, 2007) dans lequel les leçons développées par Ilona Koháry et ses collaborateurs sont suivies d’explications grammaticales, lexicales et culturelles, et d’un dictionnaire hongrois–roumain.

  • 38  Anikó Szilveszter : Az igekötők tanítása kognitív nyelvészeti alapon idegen anyanyelvűek számára – (...)

38L’enseignement de la langue hongroise L2 a éveillé l’intérêt de plusieurs étudiants, qui ont écrit des mémoires sur ce sujet38, d’autant plus novateurs qu’ils ont tous approché l’enseignement de cette discipline du point de vue de la linguistique cognitive.

Lexicographie

  • 39  Szász 1999, 2001, 2002-2008, Reinhart 2003, Reinhart, Lázár & Román 2005.

39Avant la période concernée, des travaux lexicographiques étaient menés à la faculté des lettres et à l’Institut de l’Académie roumaine à Kolozsvár, mais la lexicographie a surtout connu une période de prospérité après 1990. À la faveur de la situation de bilinguisme de la région, plusieurs dictionnaires bilingues et multilingues ont vu le jour. Malheureusement, les grands dictionnaires roumain-hongrois et hongrois-roumain, rédigés à l’Institut de l’Académie, demeurent pour l’instant à l’état de manuscrits, à cause de la bureaucratie et du manque de financements. Heureusement, le dictionnaire encyclopédique hongrois-roumain paraîtra au cours de cette année. Un petit dictionnaire a également été publié, un dictionnaire usuel (qu’on peut consulter aussi en ligne) et un dictionnaire phraséologique bilingue39.

40À côté des dictionnaires usuels, on avait besoin de dictionnaires bilingues ou multilingues spéciaux pour aider les jeunes spécialistes et ceux qui n’ont pas étudié leur métier dans leur langue maternelle avant 1989. Bien qu’avant cette date on ait publié quelques dictionnaires techniques, la demande s’est accrue, et les nombreux éditeurs ont rendu possible leur parution.

  • 40  Bíró, Jenei & Rohonyi 1981, Pálfalvi & Jenei 1987, Pálfalvi 2005.
  • 41  Fazakas, Szász, Szász & Vremir 2002, Benő, Becze & Erdély 2004, Vesselényi 1992, Réz 1994, Fazakas (...)
  • 42  Herbszt 1996, Fodor 1999, 2000, Benő & Sárosi-Mardírosz 2008, Czondi, Kassay & Szabó 1997, Orbán (...)

41On doit également évoquer plusieurs dictionnaires parmi lesquels, dans les années 1980, un dictionnaire technique hongrois-roumain et roumain-hongrois, qui sera republié plus tard40 ; des dictionnaires administratifs, qui ne contiennent pas seulement la terminologie strictement liée à l’administration, mais aussi des mots et des expressions usuelles et juridiques utilisées dans ce domaine ; les dictionnaires juridiques bilingues et trilingues ; les dictionnaires bilingues économiques et de l’entreprise41 ; les dictionnaires pédagogiques et psychologique bilingues et trilingues ; les dictionnaires de mathématique écrits plutôt pour l’usage scolaire ; les dictionnaires bilingues et trilingues d’odontostomatologie et de médecine vétérinaire ; les dic­tionnaires de géologie, d’informatique, etc.42

42Cette abondance est, certes, impressionnante, mais on doit être prudent, parce que plusieurs rédacteurs considèrent que la connaissance des deux langues suffit pour rédiger un dictionnaire. Comme les spécialistes ayant une connaissance approfondie des méthodes de la lexicographie sont peu nombreux, et qu’on a besoin de plus en plus de dictionnaires de spécialité bilingues ou trilingues, dans la plupart des cas, les rédacteurs omettent de faire appel à l’expertise des linguistes.

Bilan

43Ces vingt dernières années, la linguistique hongroise de Transylvanie s’est transformée radicalement. Tandis que subsistent les approches traditionnelles, comme la linguistique diachronique, l’onomastique et les recherches dialectales, et que certaines disciplines restent peu représentées (la linguistique théorique, la linguistique générale, la phonologie, etc.), on remarque que certains domaines manquent totalement (notamment les recherches interdisciplinaires, la psycholinguistique, la neurolinguistique, la pragmatique, plusieurs domaines de la linguistique appliquée, la linguistique computationnelle, la linguistique comparée, etc.). On ne peut surtout pas s’attendre à ce qu’une dizaine de linguistes s’occupe de tout en profondeur. Mais on peut renforcer les collaborations avec les universités et les instituts de recherche dans lesquels travaillent des spé­cia­listes de ces domaines et inciter les jeunes linguistes à étudier à l’étranger puis à rentrer dans leur pays natal. Cependant, on voit que les domaines traditionnels de la linguistique connaissent un rajeunissement grâce à de nouvelles méthodes et de nouvelles approches. Et c’est une évolution remarquable, puisque dans certains domaines les linguistes hongrois de Transylvanie sont les seuls spécialistes.

44Un autre problème signalé est le fait que les recherches hongroises ne se sont pas ou presque pas déroulées en collaboration avec les spécialistes roumains. Les obstacles à la collaboration sont d’ordre idéologique, mais ils relèvent aussi du manque d’intérêt. Grâce aux compétitions offertes par les institutions européennes, des occasions de collaborer se présenteront dans des domaines tels que la dialectologie, la sociolinguistique, la lexicographie ou dans le cadre d’autres disciplines.

Haut de page

Bibliographie

Asztalos Lajos, 2004, Kolozsvár : Helynév- és településtörténeti adattár I-II, Kolozsvár: Polis Kiadó.

B. Gergely Piroska, 2003, A jelentésváltozások szerepe az erdélyi fejedelem­ség közéleti nyelvében, in Büky L., Forgács T. (dir.), A nyelvtörténeti kutatások újabb eredményei III : Magyar és finnugor jelentéstörténet, Szeged: Szegedi Tudományegyetem, pp. 47-51.

B. Gergely Piroska, 2005, Kalotaszeg magyar kereszt- és becenevei, Budapest/Miskolc.

B. Gergely Piroska, 2008, Az Erdélyi magyar szótörténeti tár felhasználása az újabb magyar nyelvészeti kutatásokban, Nyelv- és Irodalomtudományi Közlemények, LII, pp. 147-156.

Bálint E., Péntek J. (dir.), 2009, Oktatás: nyelvek határán: Közelkép és helyzetkép a romániai magyar oktatásról, Anyanyelvápolók Erdélyi Szövetsége.

Bara Gy., Telegdi P., 1993, Magyar-román és román-magyar számítástechnikai kisszótár, Kolozsvár: Stúdium.

Benő Attila, 2000, Kognitív pszichológiai szempontok a nyelvi érintkezés vizsgálatá­ban, Erdélyi Pszichológiai Szemle, pp. 31-41.

Benő Attila, 2004, A kölcsönszó jelentésvilága, Kolozsvár: EME.

Benő Attila, 2007, Nyelvi jogok és anyanyelvhasználat Romániában, in Bodó Barna (dir.), Nyelvi jogok, nyelvpolitika, Temesvár: Szórvány Alapítvány, pp. 35-44.

Benő Attila, 2008, Kontaktológia: a nyelvi kapcsolatok alapfogalmai, Kolozsvár: Egyetemi Műhely Kiadó.

Benő A., Becze O., Erdély J. (dir.), 2004, Magyar-román közigazgatási szótár, Sepsiszentgyörgy: Anyanyelvápolók Erdélyi Szövetsége.

Benő A., Sárosi-Mardírosz Kr., 2008, Román-magyar oktatásterminológiai szótár, Sepsiszentgyörgy: Anyanyelvápolók Erdélyi Szövetsége.

Benő A., Szilágyi N. S., 2005, “Hungarian in Romania”, in Fenyvesi A. (dir.), Hungarian Language Outside Hungary, Amsterdam : John Benjamins Publishing Company, pp. 133-162.

Benő A., Szilágyi N. S. (dir.), 2006, Nyelvi közösségek – nyelvi jogok, Kolozsvár: AESz.

Bíró A., Jenei D., Rohonyi V., 1981, Magyar-román műszaki szótár I–II, Bucarest: Kriterion.

Bokor Elvira, 1999a, Magyar-román állategészségügyi szótár, Sepsiszentgyörgy: Charta.

Bokor Elvira, 1999b, Román-magyar állategészségügyi szótár, Sepsiszentgyörgy: Charta.

Bocskai I., Matekovits Gy., Székely M., Kovács-Kurucz J. Sz., 2003, Magyar-román-angol fogorvosi szótár, Kolozsvár : Scientia Kiadó.

Bura László, 2007, Öt évszázad utcaneve : Szatmárnémeti (Satu-Mare) (1500-2000), Csíkszereda: Státus Kiadó.

Czondi J., Kassay I., Szabó B., 1997, Magyar-román és román-magyar matematikai szótár, Kolozsvár: Stúdium.

Delesega Gy., Borza I., 2003, Magyar-román, román-magyar épületgépészeti szakszótár, Temesvár: Orizonturi Universitare.

Fazakas Emese, 1996, A nyelvi világmodell ideje a kései ómagyar kor nyelvemlékeinek tükrében I-II, Nyelv- és Irodalomtudományi Közlemények, XL, pp. 25-41, 162-179.

Fazakas Emese, 2003, Új utak a nyelvtörténeti anyagok feldolgozásában, in Büky L., Forgács T. (dir.), A nyelvtörténeti kutatások újabb eredményei III: Magyar és finnugor jelentéstörténet, Szeged: Szegedi Tudományegyetem, pp. 14-21.

Fazakas Emese (dir.), 2005, Román-magyar gazdasági szakszótár, Kolozsvár: Romániai Magyar Közgazdász Társaság.

Fazakas Emese, 2007a, A fel, le és alá igekötők használati köre a kései ómagyar kortól napjainkig, Kolozsvár: EME.

Fazakas Emese, 2007b, Az Erdélyi magyar szótörténeti tár mint rendhagyó történeti lexikográfiai munka, in Magay Tamás (dir.), Múlt és jövő vonzásában, Lexikográfiai Füzetek 3, Budapest: Akadémiai Kiadó, pp. 23-36.

Fazakas Emese, 2007c, Bevezetés a magyar nyelvtörténetbe: nyelvi változások, a magyar helyesírás és szókincs története, Kolozsvár: Egyetemi Műhely Kiadó.

Fazakas Emese, 2008, A magyar nyelv kis történeti nyelvtana, Kolozsvár: Egyetemi Műhely Kiadó.

Fazakas E., Somai J., 2008, Magyar-román gazdasági szakszótár, Kolozsvár: Romániai Magyar Közgazdász Társaság.

Fazakas E., Szász A. Z., Szász L., Vremir M., 2002, Román-magyar közigazgatási szótár, Sepsiszentgyörgy: Anyanyelvápolók Erdélyi Szövetsége.

Fodor László, 1999, Román-magyar pszichopedagógiai szótár, Kolozsvár: Educatio Kiadó.

Fodor László, 2000, Angol-román-magyar pszichológiai és pedagógiai szótár, Kolozsvár: Educatio Kiadó.

Fóris-Ferenczi Rita, 2005, A visszahatás kifejezése a magyar nyelvben történeti megközelítésben, Kolozsvár: EME.

Gál Noémi, 2010, A nyelvi revitalizáció: elméletek, módszerek, lehetőségek, Kolozsvár: AESz.

Hegedűs S., Kiss A., Nemes I., 1978, Román-magyar jogi szótár, Bucarest: Kriterion; 2e édition 2006.

Herbszt István, 1996, Pszichológiai-pedagógiai kisszótár, Sepsiszentgyörgy: Pedagógusok Háza.

Imre Attila, 2009, A cognitive-semantic analysis of the metaphorical expressions with ‘over, through, across, above’ in English, ‘prin, peste’ in Romanian, and ‘át, keresztül, fölött’ in Hungarian, Kolozsvár.

Jancsó Árpád, 1996, Magyar-román, román-magyar útügyi műszaki szótár, Budapest: Műszaki Fordító és Szolgáltató Rt.

Kádár Edit, 2007, Alaktan és szófajtan, Kolozsvár: Egyetemi Műhely Kiadó.

Kádár Edit, 2006, “Atmospherical constructions in Hungarian”, First Central European Student Conference in Linguistics, Budapest.

Kádár Edit, 2001, Gond van! Töprengések a létigés szerkezetek egy sajátos típusa kapcsán, in Petőfi S. J., Szikszainé Nagy I. (dir.), Gramatika – szövegnyelvészet – szövegtan, Officina Textologica 5, Debrecen: Kossuth Egyetemi Kiadó, pp. 70-80.

Kádár Edit, 2004, Hány van van?, in Büky L. (dir.), A mai magyar nyelv leírásának újabb módszerei VI, Szeged: Szegedi Tudományegyetem, pp. 53-63.

Kósa Ferenc, 2001, A Halotti Beszéd isa szavának újabb megfejtése, Erdélyi Múzeum, 2001/3-4.

Lőrinczi Réka, 2001, Az Erdélyi szótörténeti tár sajtófogadtatása és tudományos felhasználása, Erdélyi Múzeum, 2001/1-2, pp. 103-120.

Máthé Dénes, 2005, A költői kép szemiotikai és irányzati vizsgálata a két világháború közti magyar költészetben (expresszionizmus, szürrealizmus, tárgyias-intellektuális stílus), Kolozsvár: EME.

Máthé Dénes, 2006, Retorika a bölcsészeti oktatásban, Kolozsvár: Ábel Kiadó.

Mezei József, 2006, Magyar-román-angol jogi, közgazdasági és üzleti szótár, Bucarest: C.H. Beck Kiadó.

Murádin László, Nyelvtudományi szakirodalom.

Murvai Olga, 1997, Gramatică comparată maghiaro-română, Bucarest: Cavallioti.

Murvai Olga, 2000, Curs practic de limbă veche şi paleografie maghiară, Bucarest: A Bucaresti Egyetem Kiadója.

Murvai Olga, 2001a, Dicţionar român-maghiar de expresii, [s.l.]: Sprinter.

Murvai Olga, 2001b, Magyar-román kifejezések kisszótára, [s.l.]: Sprinter.

Murvai Olga, 2006, Viseltes szavak, Csíkszereda : Pallas-Akadémiai Kiadó.

Németh Boglárka, 2007, A predikatív gatározói igeneves szerkezetek: egy aspektuális megközelítés, Mémoire de master, Kolozsvár: BBTE.

Németh Boglárka, 2011, Az aspektus a magyar nyelvben – különös tekintettel a statikusságra, Thèse de doctorat, Kolozsvár: BBTE.

Orbán B., Székely Gy., 2007, Román-magyar, magyar-román matematikai szótár, Kolozsvár: Ábel Kiadó.

Pálfalvi Attila, 2005, Román-magyar műszaki tudományos szótár, Kolozsvár: Gloria.

Pálfalvi A., Jenei D., 1987, Magyar-román műszaki szótár, Bucarest: Editura Tehnica.

Péntek János, 2002, Örökség és kihívás. Az erdélyi magyar nyelvtudomány a század- és ezredfordulón, in Tánczos Vilmos, Tőkés Gyöngyvér (dir.), Tizenkét év: összefoglaló tanulmányok az erdélyi magyar tudományos kuta­tások 1990-2001 közötti eredményeiről, Kolozsvár: Scientia Kiadó.

Péntek János, 2004, A magyar nyelv szótárai, nyelvtanai, kézikönyvei és a határon túli magyar nyelvváltozatok, Magyar Tudomány, 2004/7, pp. 724-726.

Péntek János, 2004b, Anyanyelv és oktatás, Csíkszereda: Pallas-Akadémia Könyvkiadó.

Péntek János, 2004 c, Aktuális folyamatok a romániai (magyar) felső­oktatás­ban, in Cseke P., Kozma Kis E. (dir.), Minőségi igények és módszertani követelmények a felsőoktatásban, Kolozsvár: Presa Universitară Clujeană, pp. 11-18

Péntek János, 2005a, Magyar nyelv- és nyelvjárásszigetek Romániában, Magyar Nyelv, CI, pp. 406-413

Péntek János, 2005b, Akarunk-e élni is a joggal? Szimbolikus és pragmatikus attitűd a nyelvi jogok érvényesítésében, in Péntek J., Benő A. (dir.), Nyelvi jogi környezet és nyelvhasználat, Kolozsvár: Anyanyelvápolók Erdélyi Szövetsége, pp. 140-144.

Péntek János, 2005c, Lyukasháló: pedagógusképzés az egyetem árnyékában, Korunk, XVI, 6, pp. 67-72.

Péntek János, 2007, Tankönyvek, oktatási anyagok, taneszközök a hazai magyar közoktatásban, in Bodó Barna (dir.), Romániai Magyar Évkönyv 2006, Temesvár: Fundatia Diaspora / Ed. Marineasa, pp. 232-240.

Péntek János, 2008, Termini: magyar nyelvészeti kutatóállomások hálózata a Kárpát-medencében, Kisebbségkutatás 2008. 4. sz.

Péntek J., Benő A., 2003a, Nyelvi jogok Romániában, in Nádor O., Szarka L. (dir.), Nyelvi jogok, kisebbségek, nyelvpolitika Kelet-Közép-Európában, Budapest: Akadémiai Kiadó, pp. 123-147.

Péntek J., Benő A., 2003b, »Die juristische Regelung des Sprachgebrauchs in Rumanien und die sprachlichen Rechte der Muttersprachensprecher«, in Sprache und die Kleinen Nationen Ostmitteleuropas Begegnungen, Schiftenreihe des Europa Institutes Budapest, 21, Budapest, pp. 71-86.

Péntek J., Benő A. (dir.), 2005, Nyelvi jogi környezet és nyelvhasználat, Kolozsvár: AESz.

Pethő Ágnes, 2003a, Köztes képek: a filmelbeszélés színterei, Kolozsvár: Scientia Kiadó.

Pethő Ágnes (dir.), 2003b, Múzsák kertje : az intermedialitás és az önreflexió poétikája a filmben, Csíkszereda: Pro-Print.

Pethő Ágnes, 2007, Film, kép, nyelv, Kolozsvár: Scientia Kiadó.

Pethő Ágnes, 2008, Words and Images on the Screen: Language, Literature, Moving Pictures, Cambridge Scholars Publishing.

Reinhart Erzsébet, 2003, Magyar-román, román-magyar úti szótár, Budapest: Akadémiai Kiadó.

Reinhart E., Lázár E., Román Gy., 2005, Magyar-román szótár, Bucarest: Ed. CAROCOM.

Réz Miklós, 1994, Magyar-román vállalkozói kisszótár, Kriterion / Kossuth Kiadó.

Sándor Katalin, 2003a, Vizuális költészet és/mint az újrafelhasználás poétikája, Lk.k.t., 6, pp. 80-89

Sándor Katalin, 2003b, Egy kísérleti antológia margójára. Kortárs-képversek ‘78-ból, Nyelv- és Irodalomtudományi Közlemények, pp. 45-64.

Sándor Katalin, 2007, „Lefutó jelsorok” (Parti Nagy Lajos: Tárcsalomb. Képleírás krumpliért. Egy Szécsi Magda képre), in Benő A., Fazakas E., Szilágyi N. S. (dir.), Nyelvek és nyelvváltozatok, Kolozsvár: Anya­nyelvápolók Erdélyi Szövetsége, pp. 252-262.

Szabó Zoltán, 1998, A magyar szépírói stílus történetének fő irányai, Budapest: Corvina.

Szabó Zoltán, 1999, A stílustörténet egy belső összefüggéséről, Magyar Nyelv, 3 (1999), pp. 257-266.

Szakács S., Gál Á., Silye L., 2007, Magyar-román-angol geológiai szótár, Kolozsvár: Presa Universitara Clujeana.

Szász Lőrinc, 1999, Magyar-román kisszótár, Kolozsvár: Dacia Könyvkiadó.

Szász Lőrinc, 2001, Magyar-román kéziszótár, Budapest, Aranyhal Kiadó.

Szász Lőrinc, 2004-2008, Román-magyar szótár, Magyar-román szótár.

Szilágyi N. Sándor, 2004, Elmélet és módszer a nyelvészetben, Kolozsvár: EME.

Szilágyi N. Sándor, 2006, A jelentésvilág szerkezete, Mindentudás Egyeteme, V. kötet, Budapest: Kossuth Kiadó, pp. 213-237.

Szilágyi N. Sándor, 2007, Szociálpszichológiai tényezők a szókölcsönzésben, in Benő A., Fazakas E., Szilágyi N. S. (dir.), Nyelvek és nyelvváltozatok, Anyanyelvápolók Erdélyi Szövetsége, vol. II, pp. 349-361.

T. Szabó Csilla, 2003, A deverbális igeképzés a XVI–XVIII. században, Kolozsvár, EME.

T. Szabó Csilla, 2004, Az erdélyi fejedelemség korának jogi nyelve, Erdélyi Múzeum, 2004/3-4, pp. 98-106.

Vesselényi Tibor, 1992, Román-magyar gazdasággyakorlati kisszótár, Nagyvárad: Enacon.

Zsemlyei Borbála, 2006, A -d kicsinyítő képző földrajzi elterjedése az Erdélyi magyar szótörténeti tár adatai alapján, in Klaudy K., Dobos Cs. (dir.), MANYE: a XV. Magyar Alkalmazott Nyelvészeti Kongresszus elődásai, MANYE, pp. 332-336

Zsemlyei Borbála, 2011, Kicsinyítő képzők az erdélyi régiségben, Kolozsvár: EME.

Zsemlyei Borbála, 2007, Kicsinyítő képzők morfopragmatikai vizsgálata az Erdélyi magyar szótörténeti tár alapján, in Sárdi Cs. (dir.), MANYE : A XVII. Magyar Alkalmazott Nyelvészeti Kongresszus elődásai, Siófok: MANYE, pp. 498-505.

Haut de page

Notes

1  Cf. l’histoire de Erdélyi Múzeum-Egyesület, EME – Société du Musée de Transylvanie.

1 Cf. http://www.aesz.ro/szovetsegrol/ismerteto/.

2 Cf. http://www.aesz.ro/sztanyi/.

3  Sur les instituts scientifiques hongrois de Roumanie, voir aussi Péntek 2002 et Péntek 2008.

4  Németh 2007, Németh 2011.

5  Kádár 2001, 2004, 2006, 2007.

6  Szilágyi 2004.

7  Sur les travaux du dictionnaire, cf. Fazakas 2007b.

8  Sur la réception dans la presse cf. Lőrinczi 2001, et sur les études les plus importantes écrites à partir des données du SzT. cf. B. Gergely 2008.

9  Parmi les thèses déjà éditées, voir T. Szabó 2003, Fóris-Ferenczi 2005, Fazakas 2007a, Zsemlyei 2011.

10  Cf. T. Szabó 2004.

11  Cf. Fazakas 2003, Zsemlyei 2006, 2007.

12  Cf. Fóris-Ferenczi 2005.

13  Kósa 2001, Murvai 2006.

14  Fazakas 2007c, Fazakas 2008.

15  Nous collaborons avec les collègues de l’Atelier depuis plusieurs années, spécialement en vue d’introduire des données dialectales hongroises de Roumanie dans une base des données.

16  A romániai magyar nyelvjárások atlasza v-viii. kötete; a Székely nyelvföldrajzi szótár (SzNySz.); Szilágysági nyelvatlasz 200 térképlapja (SzilA.); et partiellement Hétfalu nyelvjárási atlasza (HétfA.)

17  Péntek 2005.

18  Bura 2007, Asztalos 2004 ; Szabó T. Attila Erdélyi történeti helynévgyűjtése, Budapest : Magyar Nyelvtudományi Társaság, 2001-2007.

19 http://geolingua.elte.hu/index_hu.html.

20  B. Gergely 2003, 2005.

21  Szabó 1998, 1999.

22  Máthé 2005.

23  Máthé 2006.

24  Pethő 2003a, 2007, 2008, 2003b.

25  Sándor 2003a, 2003b, 2007.

26  Il a publié ses résultats dans le livre intitulé: Hogyan teremtsünk világot? (Erdélyi Tankönyvtanács, Kolozsvár, 1996).

27  Szilágyi 2006.

28 On doit mentionner ici : Árpád Galaczi : A Rajta helyzet jelentésszer kezete a magyar nyelvben (1995) ; László Páll : A Benne viszony jelentésszerkezete a magyar nyelvben (1998, 1999) ; Attila Imre : Az ÁT viszony jelentésszerkezete a magyar nyelvben (1999) ; Emőke Pál : A meg igekötő jelentésszerkezete (2004) ; cf. http://mnytud.arts.klte.hu/szilagyi/.

29 Fazakas 1996, 2007a, Imre 2009.

30 Benő 2000, Szilágyi 2007, 2004.

31  Cf. la base de données Termini.

32  Benő 2004, 2008.

33 Le programme est décrit par Péntek 2004. Cf. aussi Péntek & Benő 2003a, 2003b, 2005, Benő & Szilágyi 2005, 2006, Benő 2007, Péntek 2005b.

34  Sur la situation de l’éducation publique, la formation des enseignants et la rédaction des manuels, cf. Péntek 2004b, 2004c, 2005c, 2007, Bálint & Péntek 2009.

35  Gál 2010.

36  Cf. http://www.csango.ro/index.php?page=oktatas.

37  Murvai 1997, 2000, 2001a, 2001b.

38  Anikó Szilveszter : Az igekötők tanítása kognitív nyelvészeti alapon idegen anyanyelvűek számára – a hozzá igekötő, 1999 ; Lilla Tőke : A magyar mint idegen nyelv tanítása kognitív nyelvészeti alapon különös tekintettel az igekötők kérdésére, 1999 ; Klára Gothárd : Az össze és a szét igekötők a magyar mint idegen nyelv tanításában, 2004 ; Sára Magyari : Az irányok és helyviszonyok problemája a magyar mint idegen nyelv tanításában, 2005.

39  Szász 1999, 2001, 2002-2008, Reinhart 2003, Reinhart, Lázár & Román 2005.

40  Bíró, Jenei & Rohonyi 1981, Pálfalvi & Jenei 1987, Pálfalvi 2005.

41  Fazakas, Szász, Szász & Vremir 2002, Benő, Becze & Erdély 2004, Vesselényi 1992, Réz 1994, Fazakas 2005, Fazakas & Somai 2008, Hegedűs, Kiss & Nemes 1978, Mezei 2006.

42  Herbszt 1996, Fodor 1999, 2000, Benő & Sárosi-Mardírosz 2008, Czondi, Kassay & Szabó 1997, Orbán & Székely 2007, Bocskai, Mate­kovits, Székely & Kovács-Kurucz 2003, Bokor 1999a, 1999b, Szakács, Gál & Silye 2007, Bara & Telegdi 1993, Delesega & Borza 2003, Jancsó 1996.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emese Fazakas, « Les recherches linguistiques en Transylvanie au tournant du siècle », Études finno-ougriennes, 43 | 2011, 189-214.

Référence électronique

Emese Fazakas, « Les recherches linguistiques en Transylvanie au tournant du siècle », Études finno-ougriennes [En ligne], 43 | 2011, mis en ligne le 08 avril 2013, consulté le 27 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/efo/96 ; DOI : 10.4000/efo.96

Haut de page
  • Logo Search | ERIH PLUS | NSD
  • Logo Centre de recherches Europes-Eurasie | Inalco
  • OpenEdition Journals