Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Ce numéro spécial de la revue eJRIEPS rassemble des contributions issues du symposium intitulé « Comment penser les articulations entre approches didactiques et ergonomiques pour étudier les pratiques d’enseignement et de formation ? » présenté lors des rencontres internationales du Réseau de recherche en éducation et en formation, au CNAM, du 4 au-6 juillet 2017. Il interroge les compatibilités et les complémentarités des approches didactiques et ergonomiques pour étudier les pratiques d’enseignement et de formation au prisme des enjeux actuels du système éducatif. Si ces orientations de recherche relativement récentes se développent dans le domaine des sciences de l'intervention en sport (Musard, Loquet & Carlier, 2010), elles font également l’objet de recherches menées dans d’autres disciplines scolaires. Dès lors, elles s’inscrivent plus largement dans le champ des sciences de l’éducation au sein desquelles elles ambitionnent de contribuer aux perspectives ouvertes par le croisement des regards scientifiques.

2Dans la continuité des travaux au carrefour des approches didactiques et ergonomiques (Amigues, 2003, 2009 ; Amigues, Faïta & Saujat, 2004 ; Brière-Guenoun, 2017 ; Espinassy, 2016 ; Félix & Saujat, 2008 ; Félix, Saujat & Combes, 2012 ; Laurent & Saujat, 2015 ; Lémonie, Brière-Guenoun & Tomás, 2017 ; Masselot & Robert, 2012 ; Mieusset & Brau-Antony, 2016 ; Monnier & Amade-Escot, 2009 ; Ruelland-Roger & Clot, 2013), nous souhaitons, dans ce numéro spécial, investiguer les modalités d’articulation spécifiques des deux cadres théoriques afin de produire de nouvelles pistes d’analyse de l’activité professorale et des modalités de formation. Si les approches didactiques se focalisent sur les liens entre les savoirs étudiés et les pratiques culturelles qui les légitiment, les approches ergonomiques analysent l’activité réelle des sujets dans des tâches prescrites qu’ils redéfinissent au regard des dimensions subjectives, sociales, institutionnelles et culturelles. Les remaniements singuliers sous-tendant le rapprochement des deux points de vue scientifiques interrogent les objets d’étude (les savoirs, les gestes, les actions, l’activité, etc.), les outils et les dispositifs méthodologiques, les concepts mobilisés ainsi que les visées, épistémiques et/ou transformatives de recherche.

3Les différentes contributions de ce numéro s’attachent à décrire les manières dont est mis à l’épreuve le croisement des deux approches en s’appuyant sur des travaux empiriques centrés sur l’analyse des pratiques d’enseignement et de formation. Elles s’organisent autour des questionnements suivants. Quels sont les objets d’étude privilégiés et comment sont-ils travaillés empiriquement ? Comment les auteurs se saisissent-ils des concepts et des fondements théoriques des deux approches pour investiguer les pratiques d’enseignement et de formation ? Comment sont pensés la circulation entre problématiques d’enseignement et de développement professionnel ? Quels sont les outils méthodologiques exploités et de quelle manière le sont-ils ? Comment la démarche met-elle en relation les actes et les discours, les temporalités de l’action et de l’activité, les points de vue des acteurs et celui du chercheur ? En quoi et comment cette dernière concoure-t-elle aux visées épistémiques et/ou praxéologiques de la recherche ? Ainsi, ce numéro thématique se focalise sur les conditions spécifiques et heuristiques d’analyse et de circulation entre pratiques d’enseignement et de formation au fondement d’une approche ergo-didactique.

4La première contribution (Brière-Guenoun et Mayeko) s’intéresse aux gestes didactiques de métier d’un enseignant débutant en éducation physique et sportive (EPS), et particulièrement à l’influence des prescriptions officielles sur la conduite de son activité en classe. Les résultats mettent en évidence les tensions qui orientent l’activité du professeur entre la conformité des contenus de l’étude aux objets de savoir légitimés par l’institution, le respect des enjeux culturels de l’activité enseignée et la poursuite de ses buts subjectifs liés à l’inscription dans le métier. Ils ouvrent une discussion quant à l’usage des prescriptions dans les pratiques enseignantes et leurs incidences en termes de développement (ou d’empêchement) du pouvoir d’agir en lien avec les fondements d’une approche croisant les regards de la clinique de l’activité et du didactique.

5Dans un autre contexte disciplinaire, celui des enseignements artistiques, la seconde contribution (Espinassy et Terrien) porte sur des pratiques scolaires dont les résultats se voient ou s’entendent immédiatement en classe. En partant d’une analyse des pratiques ordinaires d’enseignement des arts plastiques et de l’éducation musicale, elle vise à déchiffrer comment les professionnels de l’éducation de ces disciplines conçoivent et réalisent leur travail, sur des bases qu’ils jugent efficaces, à la fois pour les élèves et pour eux-mêmes. Cette étude comparative pointe l’intérêt d’une approche ergo-didactique, d’une part, pour penser l’activité professorale dans les enseignements artistiques, mais au-delà, pour penser la formation comme révélateur des organisateurs de l’activité enseignante.

6A partir d’une analyse des pratiques d’enseignement en milieu difficile en EPS, la troisième contribution (Poggi et Marrot) s’attache à saisir les déterminants de l’activité didactique de l’enseignant appréhendés dans l’interaction entre processus internes et externes. Les résultats, montrent que les contenus enseignés, les gestes de contextualisation déployés ainsi que les effets de contexte engendrés sont le produit d’un double processus, lié d’une part aux spécificités du contexte difficile qui contraignent l’enseignant dans ses intentions, ses modalités d’intervention et ses choix de contenus mis à l’étude, et d’autre part, aux manières dont professeur et élèves, de façon co-construite, réinterprètent et exploitent à leur manière les contraintes qui pèsent sur eux. Au-delà, les analyses soulignent les effets différenciateurs, voire potentiellement inégalitaires d’accès aux savoirs.

7La quatrième contribution (Jaubert, Lhoste et Coulange) vise à caractériser les gestes professionnels langagiers didactiques mis en œuvre par des enseignants en prenant appui sur deux études de cas en mathématiques et en français, Les résultats révèlent la variabilité et l’impact potentiel de ces gestes sur l’activité d’apprentissage des élèves. La discussion revient sur les modalités de croisement des regards ergonomique et didactique en interrogeant les conditions et résistances de l’importation de l’analyse des gestes professionnels langagiers didactiques en formation au regard du développement professionnel des enseignants.

8La cinquième contribution (Tomás, Brière, Lémonie et Saujat), centrée sur l’usage des programmes en EPS, se focalise sur les liens entre qualité des gestes professionnels et qualité des gestes moteurs des élèves dans la perspective de révéler la structure de l’activité des enseignants. Les résultats de cette étude du travail enseignant, qui croise les regards de la clinique de l’activité, didactique et ergonomique, montrent comment l’enseignant, en situation classe, peut être embarrassé par les rapports entre les attendus du programme en termes de compétences des élèves, sa propre connaissance de la discipline sportive enseignée et les mobiles de l’activité des élèves.

9S’inscrivant dans un cadre de recherche au croisement d’une approche technologique sur les PPSA, didactique et ergonomique, la sixième contribution (Eloi, Uhlrich et Grillet) se centre sur l’efficacité des activités de formation en sport proposées par différents acteurs, en prenant en compte à la fois l’activité des apprenants et celle de l’intervenant. Les résultats montrent le caractère incertain des dispositifs de formation lié à la nécessaire émancipation du pratiquant pour qu’il se développe. Les auteurs reviennent sur l’intérêt de mobiliser une démarche technologique, articulant les concepts de registres de technicités, de facettes et d’artefacts, pour interroger cette activité singulière de l’intervenant au croisement de l’ergonomie et du didactique.

10La septième contribution (Grosstephan et Brau-Antony) étudie un dispositif de recherche-intervention portant sur l’évaluation, dont l’objectif est d’améliorer l’analyse et la compréhension des décisions des enseignants dans les pratiques d’évaluation aux examens d’EPS tout en éclairant les manières dont ces derniers s’emparent des différentes sources de prescriptions auxquels ils sont soumis. Les résultats montrent que l’épistémologie des évaluateurs résulte du choix des objets d’évaluation en fonction des contenus enseignés, de la détermination de l’épreuve d’évaluation, de la sélection de critères et d’indicateurs en lien avec leur conception des contenus enseignés, les acquisitions possibles des élèves et plus largement leur expérience d’évaluateur et de pratiquant de la PPSA enseignée. Des pistes sont finalement esquissées pour tenter d’articuler les visées épistémiques et formatives d’une recherche croisant les orientations didactique et ergonomique.

Haut de page

Bibliographie

Amigues, R. (2003). Pour une approche ergonomique de l’activité enseignante. Skolê (Hors-série), 1, 5-16.

Amigues, R. (2009). Le travail enseignant : prescriptions et dimensions collectives de l’activité. Les Sciences de l’éducation pour l’Ere nouvelle, 42 (2), 11-24

Amigues, R., Faïta, D., & Saujat, F. (2004). Travail enseignant et organisation de l’apprentissage scolaire. In E. Gentaz et P. Dessus (Eds.), Comprendre les apprentissages. Sciences cognitives et éducation (pp. 155-168). Paris : Dunod.

Brière-Guenoun, F. (2017). Instruire les gestes didactiques de métier. Quelles perspectives pour la formation des enseignants ? Rennes : Presses Universitaires de Rennes.

Espinassy, L. (2016). Une structure dialogique et plastique : une hypothèse de l’usage de Néopass@ction. In M. Bobillier Chaumon et Y. Clot (Eds.). Clinique de l'usage : les artefacts technologiques comme instrument de développement de l'activité. Activités 13-2.

Félix, C. & Saujat, F. (2008). L’aide au travail personnel des élèves entre déficit de prescriptions et « savoirs méthodologiques » : un double regard didactique et ergonomique. In Analyse des situations didactiques : perspectives comparatistes, Dossiers des Sciences de l’Education, 20, 125-138.

Félix, C., Saujat, F. & Combes, C. (2012). Des élèves en difficulté aux dispositifs d’aide : une nouvelle organisation du travail enseignant ? Recherches en Education, HS n°4, 19-30.

Laurent, Y., & Saujat, F. (2015). L’intervention en milieu de travail éducatif entre visée de transformation et visée de connaissance. Carrefours de l’éducation, 39(1), 19-35.

Lémonie, Y., Brière-Guenoun, F & Tomás, J-L. (2017). Usages des prescriptions et qualité de l’enseignement en EPS. Rapport de recherche, CNAM-SNEP.

Masselot, P. & Robert, A. (2012). Dynamiques des pratiques enseignantes et double approche didactique et ergonomique. In M. Altet, M. Bru & C. Blanchard-Laville (Eds), Observer les pratiques enseignantes (pp.69-82). Paris : L’Harmattan.

Mieusset, C. & Brau-Antony, S. (2016). Les dilemmes d'une pratique d'accompagnement en formation d'enseignants. Analyse de l'activité réelle du maître de stage. Revue des sciences de l'éducation, 42/2, 149-173.

Monnier, N. & Amade-Escot, C. (2009). L’activité didactique empêchée : outil d’intelligibilité de la pratique enseignante en milieu difficile. Revue française de pédagogie, 168, 59-73.

Musard, M. Loquet, M. & Carlier, G. (Eds.) (2010). Sciences de l'intervention en EPS et en sport. Résultats de recherche et fondements théoriques. Paris : ARIS et Editions de la revue EPS.

Ruelland-Roger, D. & Clot, Y. (2013). L’activité réelle de l’élève : pour développer l'activité enseignante. Revue internationale du CRIRES, innover dans la tradition de Vygotsky, vol 1, 1, 20-25.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabienne Brière-Guenoun, « Éditorial »eJRIEPS [En ligne], Numéro spécial 1 | 2018, mis en ligne le 01 avril 2018, consulté le 10 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/ejrieps/278

Haut de page

Auteur

Fabienne Brière-Guenoun

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
La revue eJRIEPS est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Attribution 4.0 International License.

Haut de page
  • Logo Université de Franche-Comté
  • Logo ELLIADD - Édition, Langages, Littératures, Informatique, Arts, Didactiques, Discours
  • OpenEdition Journals