Navigation – Plan du site

Actualités des thèses et des livres. Thèses et HDR

André Touboul. Les effets de l’expérience et de l’expertise dans les pratiques enseignantes en EPS : étude didactique clinique en Savate Boxe Française

Jury :
Nathalie Wallian, Professeur, Université de Franche-Comté, Besançon.
Ghislain Carlier, Professeur, Université Catholique de Louvain.
Marie-France Carnus, Maitre de conférences HDR, Université Toulouse II.
André Terrisse, Professeur émérite, Université Toulouse
Thèse qui a été soutenue le 30 août 2011 à l’Université de Toulouse.

Résumé :
Cette thèse rend compte des effets de l’expérience et de l’expertise sur les pratiques d’enseignement en EPS. Cette recherche en SBF questionne le sens que l’enseignant d’EPS confère à sa pratique professionnelle analysée à partir du croisement des données théoriques de la didactique clinique. Cette orientation scientifique fondée sur la théorie du sujet en didactique « divisé » entre des contraintes contradictoires, permet au chercheur d’identifier le rapport personnel du praticien à l’activité enseignée soumise à la contingence de la transmission des savoirs. Elle justifie l’utilisation d’un point de vue méthodologique des trois temps de l’analyse didactique clinique : l’analyse du déjà-là qui renseigne sur l’intention de l’enseignant, l’observation in situ et les entretiens d’après-coup qui permettent à l’enseignant de réfléchir sur sa propre activité et au chercheur d’inférer les causes des phénomènes didactiques observés. Les analyses inter et intra sites rendent compte de chaque profil didactique et permettent de les comparer afin d’identifier les effets spécifiques de l’expérience et de l’expertise. Notre projet final est de présenter un « cadre générique » d’analyse et d’interprétation des pratiques d’enseignement en articulant les dimensions didactiques et cliniques afin de vérifier nos hypothèses.

Marie-Paule Poggi. Recherches en éducation physique et sportive : tentatives de problématisation sociologique. Vers une approche socio-didactique

Jury
Chantal Amade-Escot, PU Sciences de l’éducation, IUFM, Université de Toulouse
Andrée Chauvin-Vileno, PU Sciences du Langage, UFR-SLHS, Université de Franche Comté, Rapporteur
Geneviève Cogérino, PU STAPS, Université de Picardie
David Kirk, Professeur, Bedfordshire University (UK), Rapporteur
Patrick Rayou, PU Sciences de l’éducation, Université de Paris 8, Rapporteur
Nathalie Wallian, PU STAPS, IUFM, Université de Franche Comté
HDR soutenue le 20 mars 2012 à Besançon.

Résumé :
Le pivot de cette HDR réside dans le thème que nous avons placé au centre de notre réflexion : l’analyse des sélections curriculaires (contenus enseignés, savoirs et rapport au savoir) et de leurs variations selon leur contexte social de production accompagnées de leurs effets différenciateurs voire inégalitaires. Pour mener à bien l’investigation de cet objet, les cadres théoriques de la sociologie dispositionnaliste et celui de la sociologie des curricula ont été prioritairement mobilisés. Les travaux menés dans cette direction sont présentés dans la première partie de ce mémoire.
Aujourd’hui, nous défendons la thèse d’un rapprochement entre sociologie et didactique. Qu’est-ce qui justifie ce virage socio-didactique ? Est-il de nature à produire un axe de recherche fécond ? L’approche socio-didactique que nous défendons se propose de croiser le passé et le présent de l’interaction, d’articuler le dedans et le dehors de la classe, de penser ensemble inégalités importées dans la classe et celles fabriquées dans la classe. Nous voulons étudier les pratiques ordinaires d’enseignement de l’EPS pour observer de quelle manière les dispositions incorporées perdurent dans la situation mais également se reconfigurent au contact des contraintes de la situation. Une telle compréhension socio-didactique de la situation d’interaction didactique suppose de croiser les aspects significatifs mobilisés par les acteurs avec les implicites contextuels non signalés par eux, autrement dit cela impose de ne négliger ni le contexte, ni la situation et de conjuguer approche compréhensive et explicative.
Il nous semble que didactique et sociologie s’intéressent toutes deux aux inégalités des sélections curriculaires. Mais alors que la didactique tend à enfermer la production de ces inégalités dans la situation scolaire en se centrant sur la façon dont s’opère la reconstruction des savoirs dans la classe, ce faisant elle ignore ce qui, à l’extérieur de la classe, est susceptible de peser sur cette reconstruction. De son côté, la sociologie prend en compte l’ailleurs du didactique mais en négligeant la nature même des savoirs enseignés et appris. C’est à la réconciliation de ces deux perspectives que s’attèle le projet socio-didactique. Ce dernier vise à une meilleure articulation entre processus scolaires et non scolaires en évitant les deux écueils de la surdétermination sociale et de l’asepsie sociale en postulant un processus dialectique de co-influence ou de co-détermination.

  • Logo Université de Franche-Comté
  • Logo ELLIADD - Édition, Langages, Littératures, Informatique, Arts, Didactiques, Discours
  • OpenEdition Journals