Navigation – Plan du site

Actualités des thèses et des livres

Souha ELANDOULSI. L’Épistémologie pratique des professeurs : Effets de l’Expérience et de l’Expertise dans l’enseignement de l’Appui Tendu Renversé en mixité. Analyse comparée de 3 enseignants d’éducation physique et sportive en Tunisie.

Jury :
Hafsi Bedhioufi
Aïcha Maherzi
Jean-Francis Gréhaigne
Francia Leutenegger
Chantal Amade-Escot (directeur)
Thèse qui a été soutenue le 26 septembre 2011 à l’Université de Toulouse 2, Le Mirail.

Résumé :
Cette thèse s'attache à décrire et à comprendre l’activité didactique conjointe de trois enseignants d’EPS et de leurs élèves dans l’enseignement de la gymnastique en Tunisie. Elle a pour objectif de déterminer l’influence de l’expertise et de l’expérience sur la mise en scène et la régulation des situations didactiques. Afin de disposer d’une pluralité de questionnements susceptibles d’éclairer au mieux la complexité de la réalité observée, elle prend appui sur les principaux concepts de la Théorie de l’Action Conjointe en Didactique. Trois cycles d’enseignement portant sur l’enseignement de l’appui tendu renversé-roulade ont été observés. Le recours à une méthode dite « clinique/expérimentale » a permis de créer les conditions de la comparaison inter-cas afin d’analyser dans le détail les interactions didactiques en lien avec l’expérience professionnelle des trois enseignants et selon leur degré d’expertise gymnique. Leurs activités didactiques ont été décrites à partir de l'enregistrement audio et vidéo de séances et de données d'entretiens (ante cycle, ante séance et post séance). Les résultats mettent en évidence les effets conjugués de l’expertise dans l’APS et de l’expérience professionnelle sur l’épistémologie pratique des professeurs. Il ressort de l’analyse comparative que l’expérience professionnelle et l’expertise dans l’APS ont une incidence sur les types de ruptures et/ou de micro-dysfonctionnements observés, rendant compte ainsi du « travail » souterrain du contrat didactique dans ses aspects différentiels en lien avec les positions de genre et les hiérarchies d’excellence des élèves. La recherche confirme que l’épistémologie pratique du professeur est un déterminant du fonctionnement du système didactique. Elle met par ailleurs en évidence que l’expérience et l’expertise professionnelles peuvent expliquer en partie les manières dont les élèves de sexe et de niveaux d’habiletés gymniques différents tirent ou non profit de l’enseignement qui leur est dispensé.

Raphaël DOLLEANS. Les dynamiques interprétatives de l’expérience au cours de l’entrainement chez les acrobates de haut niveau.

Jury :
Marc Durand, Professeur, Université de Genève (Rapporteur)
Michel Récopé, Maître de conférences, HDR, Université Blaise Pascal, Clermont Ferrand (Rapporteur)
Denis Hauw, Maître de conférences, HDR, Université de Montpellier 1 (Directeur)
Philippe Sarremejane, Professeur, Université Paris XII-Val de Marne (Directeur)
Paul Fontayne, Professeur, Université de Paris Ouest Nanterre, la Défense (Examinateur)
Thèse qui a été soutenue le 25 novembre 2011 à Créteil.

Résumé :
Notre thèse porte sur la transformation de l’activité d’acrobates de haut niveau au cours de leur entraînement. Notre projet cherchait à faire émerger des connaissances sur l’apprentissage de l’acrobatie en particulier et sportif en général, dans une perspective développementale, en se plaçant du point de vue du sujet, c'est-à-dire en lien avec la « situated cognition » (Robbins & Aydede, 2009). Notre démarche s’est inscrit dans les hypothèses théoriques qui constituent le fondement de l’observatoire du « cours d’expérience » (Theureau, 2004, 2006) en lien avec celles développées en sciences du sport (Hauw, 2008 ; Sève, 2000). Nous avons proposé d’enrichir cet observatoire en focalisant la thèse sur les notions concernant les principes d’interprétation dans les processus dynamiques d’apprentissage-développement et de les éprouver empiriquement. Nous proposons une modélisation de l’entraînement qui s’intéresse à appréhender ce qui, du point de vue des athlètes, constitue la preuve tangible de la réussite ou de l’échec lors de l’apprentissage. Cette modélisation caractérise différents types d’interprétants en lien avec les situations rencontrées et leurs effets sur la stabilité/ instabilité de l’organisation de la performance des acrobates. Ces orientations permettent d’apporter des éléments de réponse novatrice sur la construction de l’intelligence utile dans le domaine du sport au service de l’intervention en direction des athlètes mais aussi des formateurs.

Nathalie GAL-PETITFAUX. La leçon d'Éducation physique et sportive : formes de travail scolaire, expérience et configurations d'activité collective dans la classe. Contribution à un programme de recherche en anthropologie cognitive.

Jury
Chantal AMADE-ESCOT, Professeur, Sciences de l'Éducation, Université Toulouse II
Marie-Joseph BIACHE, Professeur, STAPS, Université de Clermont-Ferrand 2
Marc DURAND, Professeur, Sciences de l'Éducation, Université de Genève (Suisse)
David KIRK, Professeur, Éducation physique et Sport, University of Bedfordshire (UK)
Jacques SAURY, Professeur, STAPS, Université de Nantes
Nathalie WALLIAN, Professeur, STAPS, Université de Franche Comté
HDR qui a été soutenue le 1er décembre 2011 à Clermont-Ferrand.

Résumé :
La leçon est centrale dans le travail des enseignants et des formateurs en EPS. Pour organiser le travail des élèves dans la classe, les enseignants recourent à des modèles de planification dont certains aident à construire la séquentialité de la leçon en une succession de formes de travail scolaire : e.g., l'entrée en classe, l'accueil des élèves, l'appel, la présentation collective des consignes, la supervision du travail, l'installation du matériel, l'échauffement, les transitions, le bilan de leçon, etc. Chacune de ces formes de travail renvoie à des tâches spécifiques pour l'enseignant et les élèves, et à un dispositif d'organisation spatiale et matérielle de la classe. Bien qu'ils aident à organiser la leçon dans sa temporalité, ces modèles n'expliquent pas les pratiques réelles que les acteurs accomplissent en classe pour mettre en œuvre une leçon et s'approprier ces formes de travail.
L'objectif de cette note de synthèse est double : (a) analyser l'expérience de l'enseignant et des élèves en classe et leurs interactions avec l'environnement physique lors d'une leçon, pour comprendre comment ils parviennent à travailler ensemble et à co-construire une activité collective propice à faire apprendre ; (b) à partir des résultats de cette analyse, concevoir des ressources permettant de former les enseignants à la pratique de la leçon. L'enjeu est de proposer un modèle de la pratique des leçons complémentaire aux modèles de planification.
La note de synthèse est organisée en deux parties : une présentation du cadre socio-institutionnel et scientifique dans lequel ont été conduites les recherches depuis une dizaine d’années ; la synthèse des résultats débouchant sur l'ouverture d'un programme de recherche.
Le cadre théorique et méthodologique est la théorie du Cours d'action (Theureau, 2006) en anthropologie cognitive. Il s'inscrit en référence aux paradigmes de l'action située et cognition distribuée (Hutchins, 1995 ; Suchman, 1987) et de l'énaction (Varela, Thompson et Rosch, 1993). L'objet d'étude porte sur les configurations d'activité collective c'est-à-dire les formes d'interaction entre les individus et leur environnement physique qui émergent au fil de la leçon. Deux niveaux d'analyse sont retenus : l'activité individuelle-sociale de l'enseignant, celle des élèves et les processus permettant leur articulation dans la classe.
La méthodologie recourt à l'observation ethnographique de l'activité de l'enseignant et des élèves en classe et à l'entretien d'autoconfrontation. Les participants sont des enseignants d'EPS chevronnés et débutants, et les élèves sont issus de classes de collège et de lycée. Les matériaux portent (a) sur les traces audiovisuelles des activités durant la leçon ; (b) la description du cours d'action des acteurs et de la dynamique de leurs interactions au plan du comportement gestuel, verbal, spatial et de l'expérience vécue. Le traitement des matériaux identifie les configurations d'activité collective qui organisent le déroulement de la leçon c'est-à-dire (a) les formes d'interaction enseignant-élèves-environnement et (b) le potentiel éducatif des configurations et (c) leur viabilité pour les acteurs.
La synthèse des résultats met en évidence des configurations d’activité collective diverses, à la fois typiques et singulières qui dépendent du niveau d'expérience des enseignants, de l'APS, du type de classe. Elle débouche sur un programme de recherche portant sur : (a) un modèle des pratiques de leçon centré sur les configurations d'activité collective et l'expérience des acteurs dans la classe ; (b) l'étude de l'expérience en classe comme une expérience située et incarnée ; (c) la conception de dispositifs d'explicitation de l'expérience et de vidéo-formation.

Olivier VORS. L’activité collective en classe d’éducation physique dans les collèges ÉCLAIR. Étude anthropologique des situations de travail par ateliers en gymnastique et contribution à la connaissance des interactions dans les milieux éducatifs « difficiles ».

Jury :
Chantal AMADE-ESCOT, Professeur, Université Toulouse II
Marie-Joseph BIACHE, Professeur, Université de Clermont-Ferrand II
Marc DURAND, Professeur, Université de Genève (Suisse)
Nathalie GAL-PETITFAUX, Maître de conférences, Université de Clermont-Ferrand II, Directrice de thèse
Patrick RAYOU, Professeur, Université Paris VIII, Rapporteur
Jacques SAURY, Professeur, Université de Nantes, Rapporteur
Thèse soutenue le 2 décembre 2011 à Clermont Ferrand.

Résumé :
L'objectif de cette recherche était d’étudier l’activité collective dans les classes de collèges ÉCLAIR en EPS lors d'un dispositif de travail par ateliers en gymnastique avec des enseignants « réussissants ». Dans ces classes, une des difficultés majeures pour les enseignants est la mise au travail durable des élèves. Au cours de la leçon, l’activité collective est particulièrement instable en raison d'une activité des élèves marquée par de nombreux décrochages, un refus de travailler, une agitation continue pouvant aller jusqu’à la violence. Toutefois, certains enseignants « réussissants » parviennent à faire travailler le collectif d’élèves de façon relativement durable au cours de la leçon. Cette recherche a donc analysé le travail collectif dans les classes avec ces enseignants pour identifier sa forme typique et comprendre les processus à partir desquels il se construisait. Elle a été conduite dans le cadre théorique et méthodologique du Cours d’action, permettant d’appréhender l'activité collective à partir d'une entrée par l’activité et le sens pour les acteurs. Les études de cas se sont déroulées dans des collèges ÉCLAIR de la banlieue lilloise, en EPS, lors de 27 leçons de gymnastique par ateliers. Sept enseignants « réussissants » et 37 élèves ont été filmés puis amenés à exprimer leur expérience vécue en classe lors d'entretiens d’autoconfrontation. L’activité collective a été renseignée à deux niveaux d’analyse autonomes et interdépendants : d’une part, celui de l’activité individuelle-sociale de l’enseignant et des élèves par croisement des matériaux relatifs à la description des comportements observés en classe et ceux relatifs aux verbatim d’entretien ; et d’autre part au niveau de la configuration de l’activité de la classe en repérant les points d'articulation entre l'activité de l'enseignant et celle des élèves et en identifiant la forme de l’activité collective qui en émerge. Les résultats montrent que malgré une constante agitation dans les ateliers de gymnastique, une activité collective de travail domine dans la classe sans qu’une perturbation majeure vienne rompre les leçons étudiées. Premièrement, l'analyse de l’activité individuelle-sociale a fait ressortir deux traits typiques : une forme bipolaire organisée par la dyade « travail – jeu » pour les élèves et par la dyade « instruction – contrôle » pour l’enseignant. Deuxièmement, la configuration d’activité collective en classe a une forme studieuse typique : elle repose sur des processus d'ostension et de masquage permettant l'articulation des activités de l'enseignant et des élèves dans la classe. Les conclusions de cette étude permettent de répondre à des visées épistémiques concernant la compréhension de l'activité collective et de sa construction, ainsi que des visées transformatives apportant des éclairages sur les pratiques d’apprentissage et d’enseignement dans les classes issues de milieux « difficiles ».

  • OpenEdition Journals