Navigation – Plan du site

AccueilNuméros22Actualités des thèses et des livres

Actualités des thèses et des livres

Thèses

Julien Moniotte. La domination masculine en EPS. Analyse des mécanismes du jugement professoral en EPS.
Jury :
Geneviève Cogérino, PU, Université d’Amiens (Rapporteur)
Yvon Léziart, PU, Université de Rennes (Rapporteur)
Jean-Francis Gréhaigne, PU IUFM de Besançon (co-directeur)
Marc Levêque, PU, Université d’Orléans
Marie-Paule Poggi, MCF Université de Franche Comté (co-directrice)
Thèse qui a été soutenue le vendredi 10 septembre 2010

Résumé :
Notre étude consiste à analyser le jugement professoral en EPS à travers les notes émises et les appréciations portées sur les bulletins scolaires par les enseignants. En nous appuyant sur la sociologie du curriculum (Forquin, 1989), les théories de la reproduction (Bourdieu & Passeron, 1970), puis sur le constructivisme sexué (Constantinople, 1973/1986 ; Bem, 1978/1986), nous cherchons à mettre à jour les mécanismes de production du jugement professoral en éducation physique et sportive. Nous étudions particulièrement les effets du sexe, du genre et de l'origine sociale, en travaillant principalement sur un lycée d'élite. Nos résultats montrent des effets statiquement significatifs tant sur les notes que sur les appréciations trimestrielles. Ces biais semblent exister aussi bien en EPS que dans l'ensemble des disciplines. Nous pensons qu'il existe un curriculum caché masculiniste qui privilégie certains lycéens dans l'établissement étudié.

Jean-Jacques Sarthou. Approche anthropologique, technologique et didactique de la maîtrise du risque corporel ; l’exemple de l’enseignement du rugby en milieu scolaire
Jury :
Daniel Bouthier, PU en STAPS, Université de Bordeaux 4, Directeur de thèse
Bernard David, PU en Sciences de l’Education, Université Toulouse Le Mirail, Rapporteur
Jean-Francis Grehaigne, PU en STAPS, Université de Besançon, Rapporteur
Lucile Lafont, PU en STAPS, Université de Bordeaux 2, Présidente
Gérard Sensévy, PU en Sciences de l’Education, Université de Rennes 2
Thèse qui a été soutenue 17 novembre 2010 à l’Université Victor Segalen Bordeaux 2

Résumé :
Si le rugby est enseigné dans le cadre de l’éducation physique et sportive, l’enseignant doit s’attacher à respecter le fond culturel de l’activité (J. Devaluez, 2002), c’est-à-dire le combat au corps à corps, son essence (P. Conquet, 1995a,). Cela se traduit par un affrontement physique direct (J.-J. Sarthou, 2003a), et des situations de jeu accidentogènes, porteuses de valeurs et de transformations comportementales chez les élèves. Si les risques corporels sont inhérents à la pratique du rugby, ils justifient les nombreuses craintes des enseignants, et ce d’autant plus que les statistiques (J.-P. Hager, 2004) font état d’une blessure grave (fracture – entorse) toutes les cinquante neuf minutes lors de la pratique fédérale (50 % des blessures se produisent lors de la situation de jeu la plus fréquente en rugby : le plaquage).
La problématique de l’enseignement du rugby en milieu scolaire consiste donc à conjuguer dans les situations de référence, un haut niveau de dangerosité – source d’élévation du niveau de civilité des élèves (N. Elias, 1994a), et des conditions de sécurité optimales. C’est au travers d’un modèle d’enseignement socio-culturel (J.-J. Sarthou, 2003b), reposant sur des techniques corporelles spécifiques que nous pensons répondre à cette problématique. Ces deux concepts (modèle d’enseignement et techniques corporelles constituent les deux objets de cette recherche). L’élève est confronté à la réalité sociale du rugby, à son authenticité et à la rusticité des duels (D. Bouthier, 2007a) mais, dans un contexte éducatif où l’auto-contrainte, le contrôle des émotions (N. Elias, 1994b) et le contrôle réciproque (T. Froissart, 2007) sont intégrés dans les acquisitions. En cela, les techniques corporelles scolaires comportent des similitudes et des divergences avec les techniques corporelles fédérales. Si les finalités fédérales, et notamment celles des rugbys de haut niveau et professionnel privilégient la performance sportive (efficience motrice et férocité dans l’agressivité (L. Smith, 2007)), en milieu scolaire, elles sont orientées vers des enjeux éducatifs et en particulier la responsabilisation des élèves dans l’exécution des gestes (efficience motrice associée à la gestion de la sécurité de tous). Les techniques corporelles du rugby scolaire développent ainsi des valeurs telles que le respect, la solidarité et la responsabilité (P. Villepreux, 2007).
L’élève auto-socio-construit (G. Mialaret, 1991) ses techniques corporelles dans un contexte d’enseignement où la rigueur de la transmission (liée à la dangerosité du rugby) est associée à la prise de conscience (J.-F. Gréhaigne, 1999) et à la liberté créatrice de l’élève (nécessaires pour son émancipation). Ces modalités d’enseignement socio-constructivistes (P. Jonnaert, 2003) supposent une connaissance anthropologique et technologique des techniques corporelles sportives, ainsi que l’intervention de l’enseignant sur cinq niveaux didactiques : la transposition didactique culturelle – connaissance historique et anthropologique ; la transposition didactique réglementaire – connaissance des règles du jeu, de leur fonction et de leur évolution ; la transposition didactique éducative – connaissance du potentiel éducatif du rugby ; la transposition didactique tactico-technique et stratégique – connaissance de la systématique du jeu (R. Deleplace, 1979) et la transposition didactique technique – connaissance des enjeux des techniques corporelles sportives et scolaires (performance, sécurité, valeurs).
Nous avons présenté le modèle d’enseignement socio-culturel à un groupe d’enseignants volontaires. Il s’agissait donc, dans une optique de recherche technologique, de proposer des savoirs utiles pour l’action (D. Bouthier, 2007b) – les techniques corporelles sportives scolaires, des modalités d’intervention (A. Mouchet – C. Amans-Passaga – J.-F. Gréhaigne, 2010) – et d’analyser leur effet sur les démarches d’enseignement et la gestion de la sécurité par le biais d’entretiens semi-directifs et le visionnage de situations de référence de début et fin de cycle. Nous avons pu montrer que l’association rusticité-dangerosité / valeurs est compatible avec la gestion de la sécurité dans des situations de référence en prise directe avec les invariants culturels (S. Darbon, 1999). Nous avons validé les grands axes de la stratégie d’enseignement proposée dans des conditions d’utilisations variées (six enseignants pour trois niveaux scolaires : élémentaire, collège, lycée).

Jérôme Bourbousson. La coordination interpersonnelle en basketball : ergonomie des situations sportives.
Jury :
Carole Sève, PU, Université de Nantes (Directrice)
Reinoud Bootsma, PU, Université Aix-Marseille-II (Rapporteur)
Pascal Salembier, PU, Université de Technologie de Troyes (Rapporteur)
Jean Coté, PU, Université d’Ottawa
Jacques Saury, PU, Université de Nantes
Nicolas Raimbault, Directeur Technique National-adjoint, Fédération Française de Basketball
Thèse qui a été soutenue le 25 novembre 2010 à l’UFRSTAPS de Nantes.

Résumé :
La coordination des activités des partenaires d’une équipe est indispensable à la recherche de l’efficacité collective, et participe du fait qu’une « équipe experte » ne se réduise pas à « une équipe d’experts ». Si les processus sous-jacents à cette coordination interpersonnelle font actuellement l’objet de nombreuses études dans le domaine du travail, en sport les études empiriques sont encore peu nombreuses. Notre travail visait à mieux comprendre les processus de cette coordination au sein d’une équipe sportive (i.e., basketball). Nos études ont été menées dans le cadre de l’ergonomie des situations sportives, menant de front des enjeux de connaissance et de conception. Plus spécifiquement, elles se sont inscrites dans le programme de recherche du cours d’action. Trois études ont été menées afin de rendre compte des phénomènes cognitifs sous-jacents à la coordination interpersonnelle en caractérisant les phénomènes de partage, et leur évolution, entre des partenaires en situation compétitive réelle. Deux autres études ont testé la fécondité de la mobilisation des outils de la théorie des systèmes dynamiques afin de rendre compte de l’activité collective au niveau de sa production concrète. Nos résultats permettent de discuter (1) la notion de compréhension partagée, (2) le caractère prometteur des analyses permises par les outils de la théorie des systèmes dynamiques, et (3) nos apports au programme de recherche du cours d’action. En dernier lieu, nous développons les implications pratiques de notre travail en termes d’apports à la conception d’aides à la coordination interpersonnelle en basketball et dans les situations de travail.

Vincent Grosstephan. Développement professionnel d'enseignants d'EPS : processus et effets dans le cadre d'un dispositif de formation continue associant praticiens et chercheur.
Jury :
Gilles Baillat, PU Sciences de l’Education, IUFM Champagne-Ardenne (Directeur)
Isabelle Vinatier, PU Sciences de l’Education, Université de Nantes
Richard Wittorski, PU Sciences de l’Education, Université de Rouen (rapporteur)
Daniel Bouthier, PU STAPS, l'IUFM d'Aquitaine
Nathalie Wallian, PU Sciences de l’Education, IUFM de Franche-Comté (rapporteur)
Stéphane Brau-Antony, MCF Sciences de l’Education, IUFM Champagne-Ardenne

Thèse qui a été soutenue le 7 décembre 2010 à l’IUFM de Reims.

Résumé :
La thèse présentée ici a pour objet la description et la compréhension d’un processus de développement de l’activité de neuf enseignants d’EPS participant à un dispositif de travail coopératif avec un enseignant-chercheur en didactique. Il s’agit d’étudier plus précisément le processus d’incorporation par ces praticiens de savoirs issus de la recherche.
Notre cadre conceptuel est le résultat d’une synthèse conceptuelle par le croisement de quatre grandes perspectives théoriques : des approches didactiques (disciplinaire et professionnelle), sociologiques (sociologie des professions, sociologie critique), psychologiques (clinique de l’activité, théorie de la conceptualisation dans l’action) linguistiques (pragmatique interactionniste) autour de la notion de développement professionnel que avons finalement caractérisé comme « un processus dynamique de transformation de compétences et de composantes identitaires ».
Cette recherche s’effectue au cours d’un dispositif ad hoc de travail collaboratif visant à provoquer le développement pour mieux l’étudier et ce, à partir d’analyses collectives de situations didactiques en sports collectifs, conçues et mises en œuvre par les participants. La méthode consiste en une approche longitudinale, permettant plusieurs moments de recueil de données sur les discours des enseignants, étalés sur deux ans. L’étude des interactions entre enseignants et entre enseignants et chercheur a nécessité le recours à une théorie du langage fortement marquée par les contributions de la pragmatique interactionniste (Kerbrat-Orrechionni, 2008).
Trois indicateurs de développement sont retenus pour l’étude du matériau constitué pour l’essentiel d’interactions verbales prélevées au cours des échanges dans les situations de formation et lors d’entretiens d’auto-confrontation : la réflexivité, réorganisations conceptuelles, les activités cognitives de généralisation (cf. Pastré, Mayen, Vergnaud, 2006).
Les résultats mettent notamment en évidence l’idée selon laquelle le processus d’appropriation par les enseignants des apports externes est basé sur une logique de compromis, des éléments étant intégrés selon un dosage considéré comme acceptable par l’enseignant entre ces données externes et ses propres conceptions. Ils montrent par ailleurs, au niveau des effets, une plus grande prise en compte de la relation élèves - savoirs dans le système didactique auquel appartient l’enseignant et surtout un recours plus systématique à l’analyse des conduites effectives des élèves pour valider ou invalider son action d’enseignement.
La thèse se conclue enfin par la proposition de pistes de modalités de formation associant chercheurs et enseignants, au sein desquelles la clarification des tâches et de la posture du chercheur s’avèrent essentielles.

Jean-Marie Boudard. Pratiques de régulation didactique en Éducation Physique et Sportive et professionnalité enseignante.
Jury :
Philippe Sarremejane, PU, Université de Paris Est Créteil Val-de-Marne (Directeur)
Jean-François Robin, MCF Université de Paris Est Créteil Val-de-Marne (Co-directeur)
Virginie Albe, PU, Université de Rennes
Nathalie Wallian, PU, IUFM de Franche Comté (Rapporteur)
Marie-France Carnus, Maître de conférences, HDR, IUFM de Toulouse (Rapporteur)

Thèse qui a été soutenue le 14 décembre 2010 à l’ENS de Cachan.

Résumé
La recherche a pour objectif de décrire et de comprendre les pratiques de régulation didactique de cinq enseignants en EPS. Les régulations didactiques sont, dans le cadre de notre recherche, les communications à caractère didactique adressées à un ou plusieurs élèves engagé(s) dans une tâche donnée. Elles font suite à une phase d’observation et se caractérisent par leur immédiateté. Il a été montré que les régulations sont en mesure de favoriser de façon déterminante les apprentissages des élèves. Pour autant, les enseignants ne disposent pas de modèles d’efficacité qui leur indiqueraient la façon dont ils doivent réguler. En outre, les gestes de régulation sont éminemment problématiques au regard des compétences et connaissances qu’ils supposent, de la disponibilité et de l’énergie qu’ils demandent, des contraintes de la situation scolaire également.
Nous cherchons donc à décrire des pratiques de régulation, notamment en nous intéressant à la façon dont sont gérés et mis en scène les savoirs à caractère technique. En effet, nous considérons que les régulations sont des temps privilégiés de guidage technique et plus généralement de co-construction de significations partagées à propos du savoir.
Cinq études de cas ont donc été réalisées. Les enseignants sont volontaires et ont au moins une dizaine d’années d’expérience. Ils enseignent en lycée. Ils sont filmés et enregistrés lors de six séances. Trois avec une classe, trois avec une autre. L’APSA diffère d’une classe à l’autre. Un entretien fait suite aux six observations. Il a pour but de mieux comprendre les déterminants des pratiques en recueillant le point de vue des enseignants.
Les résultats montrent que les régulations sont bien des gestes typiques de l’enseignement de l’EPS. Néanmoins, des conduites de moindre et de non régulation sont mise à jour dans quatre cas, avec des degrés différents. Leurs significations et leurs causes varient en fonction des cas et des contextes. En outre, des phénomènes en lien avec le savoir sont mis à jour (éviction, masquage, disparition). Les résultats sont discutés au regard d’une analyse du contexte et des résultats issus des entretiens. Si les pratiques observées sont en partie inhérentes à l’enseignement de l’EPS, elles ne sont pas que le fruit d’assujettissements. En fonction de leurs expériences et de leurs particularismes, les enseignants ont rejeté, mis à l’écart les gestes de régulations, ou, au contraire, les ont intégrés à leur professionnalité et leurs préoccupations quotidiennes. Tous ont ressenti et ressentent encore les difficultés inhérentes à la régulation. Tous n’ont pas les mêmes ressources pour y faire face, ni la même volonté de s’y sentir efficace.

  • Logo Université de Franche-Comté
  • Logo ELLIADD - Édition, Langages, Littératures, Informatique, Arts, Didactiques, Discours
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search