Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19Actualités des thèses et des livres

Actualités des thèses et des livres

Actualités des thèses

Nicolas Voisard
Le jugement du risque en activités gymniques à l’école primaire
Jury
Ghislain Carlier , Geneviève Cogérino (Rapporteur), Jean-Francis Gréhaigne (Directeur), Maurice Tardif (Rapporteur), Nathalie Wallian (co-Directeur).
Université de Franche-Comté

En éducation physique à l’école, les enseignants tendent aujourd’hui majoritairement à la plus grande prudence dès lors qu’il s’agit d’activités motrices et sportives comportant un risque corporel. A plusieurs égards, mettre en œuvre ces pratiques avec de jeunes élèves est devenu une prise de risque pour l’enseignant. Sur la base de la théorie de l’homéostasie du risque (Wilde, 2001) et de la sémiotique, nous avons cherché à comprendre ce qui fonde le jugement et la lecture interprétative des risques liés aux ateliers gymniques. Un test vidéo standardisé, construit à partir de séquences d’enseignement authentiques, montrant des élèves engagés dans des ateliers gymniques ainsi qu’une enquête par questionnaire visant à mesurer les utilités subjectives de la prise de risques ont été développés. Ces instruments ont été soumis à des enseignants du préscolaire et du primaire suisses (n =116) ainsi qu’à une population d’étudiants (n =570) de quatre pays francophones (Belgique, Canada, France et Suisse). Les analyses statistiques effectuées sur les questions portant sur les avantages et les inconvénients de la prise de risques gymniques montrent une forte variabilité. L’indice de risque éducatif acceptable varie notamment de manière significative selon le pays d’origine et l’aisance des répondants en gymnastique sportive. Par contre, le sexe, l’âge ou l’expérience pédagogique ne joue que très peu sur les la valeur des enjeux. Les énoncés des participants ont été traités selon les méthodes de l’analyse de discours. Les résultats permettent de confirmer et de comprendre le phénomène d’hétérogénéité des processus évaluatifs s’agissant du risque et de la sécurité. On observe de grandes différences sur les cibles de l’accrochage attentionnel, sur les significations attribuées, ainsi que sur les propositions didactiques. L’élève apparaît souvent comme le grand absent dans l’évaluation de la probabilité du risque. Une forte directivité dans l’accompagnement de la prise de risque et une inflation des mesures de protections passives en sont les réponses les plus souvent déclarées.

Makram Zghibi
Interactions langagières des élèves et apprentissage en football : le cas de quatre Classes de 9ème Année de Base en Tunisie
Jury
Christian Alin (Rapporteur), Marc Cloes (Rapporteur), Jean-Francis Gréhaigne (co-directeur), Nathalie Wallian (Directeur).
Université de Franche-Comté

Ce travail a un double objectif. D’une part étudier les effets directs d’une telle démarche basée sur la verbalisation en football, d’autre part établir une typologie des productions verbales des élèves. Bien que l’analyse quantitative n’ait pas pu mettre en évidence les effets directs de la verbalisation sur l’évolution du jeu en football, on note une amélioration significative au cours des deux dernières séances au déterminant des balles tirées.

Le discours des élèves a subit des évolutions considérables durant le cycle en faveur d’une richesse du processus de production des verbalisations. La variable enseignant a influe nettement sur les modalités de réponses émises par les élèves. La présence de l’enseignant favorise des conversations discursives qui mettent en place un climat de connivence entre les élèves. Cependant, lors de son absence, on assiste, souvent, à des discussions marquées par des conflits inter-individuels.

Outre ces premiers résultats, ce travail revêt des dimensions culturelles et pédagogiques. En effet, l’arabe parlé tunisien s’avère non seulement extrêmement riche, mais un excellent outil d’expression et d’apprentissage pour les élèves. Quant au niveau pédagogique, l’étude a démontré l’intérêt de réduire un peu la présence de l’enseignant pour laisser libre cours à la verbalisation des élèves.

Ching-Wei Chang
Langage, pensée et action : approche sémio-constructiviste des apprentissages du jeu en Basket-ball chez l’élève de CM2 (5ème Grade)
Jury
Christian Alin (Rapporteur), Chantal Amade-Escot, Marc Cloes, Jean-Francis Gréhaigne (Directeur), I-hsiung Hsu, David Kirk (Rapporteur).

Université de Franche-Comté

L’objet de cette étude est d’explorer comment des élèves taiwanais de CM2 apprennent en Basket-ball par une approche sémio-constructiviste. Trois aspects de l’étude se sont focalisés sur 1) l’analyse des matchs, 2) la pratique discursive déployée dans le débat d’idées et 3) un test vidéo de l’interprétation du jeu. Deux classes ont été divisées en groupe expérimental (17 filles ; 15 garçons) suivant une approche constructiviste et groupe témoin (16 filles ; 16 garçons) suivant un enseignement techno-centré.

Le jeu de Basket-ball et les échanges verbaux ont été enregistrés durant un cycle complet d’apprentissage (12h de pratique effective). La dynamique du jeu a été analysée par une observation systématique pendant que les débats entre élèves et les interprétations du test vidéo étaient transcrits, traduits et traités par une analyse du discours.

Trois types de résultats : 1) l’approche sémio-constructiviste implique la mobilisation d’un système complexe de ressources (techniques, interprétatives, décisionnelles, sémiotiques et sociales ; 2) l’évolution du rapport de force pendant le jeu profite à l’organisation du jeu et à la prise de décision tactique ; 3) la relation entre langage et action améliore sous conditions l’apprentissage en Basket-ball.

L’activité de résolution de problème à partir d’expériences situées détermine la posture réflexive de l’élève et les compétences de créativité. Ces résultats questionnent la formation des maîtres dans ce contexte culturel particulier.

Actualités des livres

Les activités gymniques
Sous la direction de Denis Loizon (2009)
Marie-France Carnus, Fabrice Jeault, Jacques Lemairee, Arnaud Meunier, Jean-François Robin
CRDP de Bourgogne

« Mettre en mots les pratiques » résume bien l’ambition de cet ouvrage colletif. En effet, l’objectif est de communiquer des savoirs professionnels et d'articuler recherche et pratique, en rassemblant des travaux de recherche et des articles de praticiens, pour les mettre directement à la disposition des professionnels de renseignement de l'EPS.

Il s'agit plus précisément ici de donner un espace d'expression à propos des activités gymniques. En prenant du recul par rapport à son expérience, chaque auteur a transformé ses connaissances privées en un savoir public sur une pratique d'enseignement. Au-delà des objectifs spécifiques liés à l'activité gymnique, les intentions éducatives transversales sous-tendent le propos en permanence : développement de l'autonomie, responsabilisation, échanges à plusieurs ; les dispositifs décrits visent l'acquisition de compétences méthodologiques et de rôles sociaux.

L'enjeu est de mettre en regard des contributions d'enseignants aux parcours différents, qu'ils soient chercheurs, spécialistes ou experts, débutants ou expérimentés, pour nourrir de manière complémentaire voire contradictoire, la réflexion et la pratique des enseignants et des formateurs. En effet, rapport des chercheurs peut enrichir la culture professionnelle dans ses notions et concepts, comme certains résultats de recherche en didactique ou en intervention permettent d'expliquer certaines pratiques observées. Et la connaissance des méthodologies peut susciter la réflexion pour améliorer les pratiques professionnelles.

Public concerné : professeurs d'EPS, en collège et lycée et formateurs STAPS ou IUFM.

Autour du temps. Apprentissages, espaces, projets dans les sports collectifs
Coordonné par Jean-Francis Gréhaigne
Mickael Berchebru, Michel Billard, Didier Caty, Eric Duprat, Paul Godbout, Jean-Francis Gréhaigne, Patrick Marle, Jean-Noël Meunier, Alain Mouchet, Jean-Yves Laroche, Zeineb Zerai.
Presses universitaires de Franche-Comté

Cette publication constitue la suite de notre précédent ouvrage « Configurations du jeu, débat d’idées et apprentissage des sports collectifs » édité aux Presses de l’Université de Franche-Comté.

En nous centrant sur le temps, nous avons conscience que cela va déranger un peu … On a tellement l’habitude de s’exprimer en termes d’espace et/ou au mieux d’un point de vue spatio-temporel que parler du temps peut apparaître savant ou présomptueux.

Donc, le mouvement va être au centre de nos analyses en sport collectif. Chaque joueur est environné de joueurs qui ajustent leurs déplacements en coopérant ou en luttant contre lui. Les intervalles qui les séparent sont en perpétuelle transformation avec plus ou moins de temps pour décider et agir. Un des défis de ce travail consiste bien à comprendre et modéliser des images opératives dynamiques qui, en intégrant le temps, permettent de faire construire par les élèves des configurations de jeu perçues centrées sur le mouvement et les transitions entre les différentes séquence de jeu.

Les illustrations proposées recouvrent cinq sports collectifs.

Public concerné : professeurs d'EPS, en collège et lycée et formateurs STAPS ou IUFM.

  • Logo Université de Franche-Comté
  • Logo ELLIADD - Édition, Langages, Littératures, Informatique, Arts, Didactiques, Discours
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search