Navigation – Plan du site

AccueilNuméros14La subjectivité dans les décision...

La subjectivité dans les décisions tactiques des joueurs experts en rugby

Alain Mouchet

Résumé

Dans cette recherche à visée technologique, nous tentons de caractériser la complexité et la subjectivité dans les décisions tactiques du joueur de rugby en match, en mobilisant plusieurs paradigmes scientifiques qui proposent un éclairage particulier et complémentaire sur les conduites décisionnelles. La méthode utilisée tente de cerner les facettes publiques et privées de l’activité décisionnelle, en investiguant les conceptions, les verbalisations sur l’action et les actions des joueurs d’Elite 1. Nous combinons ainsi différentes formes d’entretien, avec une analyse vidéo des séquences de jeu. Nous soulignons les rapports différenciés et subjectifs entretenus par les joueurs avec les éléments en partie partagés par l’équipe. De plus, nous mettons en avant plusieurs aspects concernant l’organisation de l’activité décisionnelle : une mobilisation singulière et subjective des différentes sources d’influence, à travers l’expression d’une logique intrinsèque ; la facette subjective de la dynamique attentionnelle, en particulier dans la construction du champ d’attention ; et enfin une graduation dans la nature des décisions, plus émergentes ou plus réfléchies. Les données obtenues nous permettent de proposer des pistes pour l’intervention, qui concernent la co-construction du référentiel commun, et l’articulation entre stratégie et tactique.

Haut de page

Texte intégral

1Nous tentons dans cette recherche technologique finalisée par l’intervention (Bouthier& Durey, 1994), de comprendre et de formaliser les organisations de l’activité décisionnelle des joueurs de rugby, afin de proposer des pistes susceptibles d’optimiser leurs compétences. Nous prenons pour objet l’exploration des indices et des critères de prises de décisions tactiques du porteur de ballon, dans le jeu de mouvement où le ballon et les joueurs sont en déplacement (Deleplace, 1979). Ces phases de jeu sont caractérisées par des situations mouvantes et incertaines, qui nécessitent des décisions tactiques, entendues comme des adaptations en cours d’actions, finement articulées aux stratégies préétablies (Mouchet, 2005b).

2Nous considérons les décisions tactiques comme des objets complexes, qui sont influencées à la fois par :

  • Le contexte général avec des aspects socioculturels : système socio-technique (Perrin, 1991) du club, projet de jeu de l’équipe, stratégies…

  • Le contexte local, momentané et évolutif correspondant à la situation de jeu.

  • L’expérience du joueur, et sa logique pouvant être différente d’une logique rationnelle et formelle du jeu.

3Ainsi, nous faisons l’hypothèse que ce système d’influences imprègne l’activité décisionnelle dans l’action en cours, chaque joueur construisant son propre monde en intégrant les différents niveaux selon une logique singulière et subjective.

4Nous présentons succinctement le cadre théorique qui articule plusieurs paradigmes scientifiques proposant un éclairage particulier sur les décisions (Mouchet, 2005a), puis la méthodologie qui combine différentes formes d’entretien et une analyse vidéo (Mouchet & Bouthier, 2004). Ceci nous conduit à mettre surtout en avant les principaux résultats et les perspectives pour l’intervention.

1. Cadre théorique : complexité et subjectivité des décisions

5Notre posture épistémologique (Mouchet, 2003a) consiste à appréhender la complexité par une approche systémique, en investiguant les conduites décisionnelles en situation écologique, et en prenant prioritairement en compte le point de vue du sujet. Cette posture nous conduit à mobiliser plusieurs apports scientifiques, nous démarquant ainsi de l’usage souvent prégnant jusque là, du modèle cognitiviste du Système de Traitement de l’Information (STI). Nous le considérons non pas comme un modèle objectif et exclusif, mais plutôt comme un cadre d’analyse susceptible d’éclairer une partie des phénomènes. Nous rejoignons ainsi les propositions de Thévenot (1995) ou Pavard (2000) en ergonomie cognitive, qui relativisent mais n’excluent pas la place du plan ou de la recette dans l’organisation de l’activité. Nous valorisons donc l’articulation du modèle STI avec d’autres théories qui proposent différents modèles explicatifs (Mouchet, 2005a). Cette articulation permet de relativiser un excès de rationalité dans l’étude des phénomènes décisionnels en situation complexe et évolutive de match. Elle nous semble constituer le niveau d’explication le plus adéquat pour appréhender la subjectivité, au sens psychophénoménologique de la propre logique du sujet, inhérente à son expérience subjective telle qu’elle lui apparaît (Vermersch, 2002a).

6Dans cette optique nous mobilisons la perspective de l’énaction (Varela, 1996), en considérant que la décision tactique est incarnée, et émerge du couplage structurel entre le sujet et son environnement local, tel qu’il le reconstruit au fil de ses actions.

7De plus, la décision constitue un accomplissement pratique, situé dans un contexte singulier car les circonstances ne sont jamais identiques (score, fatigue, joueurs en présence, buts personnels…), et situé socialement et culturellement. L’activité décisionnelle a donc une spécificité contextuelle, et nous rejoignons en cela la tradition ethnométhodologique de l’action située (Suchman, 1987) et de la cognition située. Le caractère distribué de la cognition (Hutchins, 1995), renvoie à la co-construction du référentiel commun, en dehors de l’action et en situation, aspect développé par ailleurs (Mouchet, 2003a).

8Enfin, l’approche psychophénoménologique (Husserl, 1991 ; Vermersch, 2002a) rejoint ici la perspective énactive pour mieux prendre en compte le point de vue du sujet en activité, afin d’accéder à sa logique propre. Il est ainsi nécessaire d’opérer un renversement conceptuel pour caractériser le monde signifiant construit par le joueur et l’organisation de son activité décisionnelle dans la situation en cours (Mouchet, 2003b). S’intéresser à la subjectivité nécessite en effet le recours à une théorie de la conscience, et nous trouvons dans les propositions de la psychophénoménologie, deux aspects particulièrement opportuns au regard de nos préoccupations de recherche.

9Tout d’abord la distinction établie par Vermersch (2001) entre la conscience directe, ou conscience en acte (Piaget, 1974), et la conscience réfléchie qui caractérise les savoirs conceptualisés. Elle constitue un support conceptuel susceptible d’expliquer la possibilité de dépasser en partie l’obstacle de l’impénétrabilité cognitive, souvent mis en avant dans les travaux sur les décisions chez les experts. Il est en effet envisageable d’accéder au conscientisable, c’est à dire à des aspects qui relèvent de la conscience directe et qui n’ont pas encore accédé à la conscience réfléchie par un réfléchissement du vécu. Ce dernier est un acte d’élaboration de la conscience réfléchie, de création du vécu pré-réfléchi au plan du réfléchi, qui autorise la verbalisation. Il permet à l’homme de prendre connaissance de son expérience subjective, de découvrir après coup une partie de sa propre activité. Notons que ce provisoirement non conscient qui caractérise la conscience directe, est donc différent de l’inconscient freudien, sans pour autant nier l’existence de ce dernier.

10Ensuite le concept de l’attention conçue comme modulation de la conscience, qui permet d’appréhender la structure intentionnelle de cette dernière, et ses propriétés fonctionnelles. Nous trouvons dans l’éclairage des modes d’actualité et de la structure feuilletée de l’attention, avec une multiplicité de couches simultanément présentes (Vermersch, 2002b), un cadre d’analyse des relations entre les différentes sources d’influence de l’activité décisionnelle, présentées auparavant. Toute situation vécue est inclue dans une structure d’arrière plan ou « structure d’horizon » (Husserl,1991) interne comprenant l’expérience, le jugement, ou externe c’est à dire l’environnement. Cette structure d’horizon n’est pas visée en tant que telle mais présente à un degré zéro d’activité c’est à dire réactivable par le changement de visée. De plus, nous nous intéressons à la dynamique des changements de saisie à travers la métaphore des fenêtres attentionnelles (Vermersch, 2002b) qui sont des cadrages à rapprocher des différents plans de l’opposition en rugby (Deleplace, 1979). Une telle perspective permet d’envisager la caractérisation des indices significatifs du point de vue du joueur, qui relèvent d’un niveau pré-réfléchi de conscience, et qui participent à l’organisation des décisions.

11Nous voyons dans ces supports théoriques une grille d’analyse intéressante pour étudier la coordination entre le projet collectif de l’équipe et l’adaptation individuelle, ou encore l’articulation fine entre stratégie et tactique, source de créativité (Mouchet, 2005b). Ce cadre théorique nous conduit à élaborer une formalisation de l’activité décisionnelle du joueur (Mouchet, 2003a; Mouchet & Bouthier, 2004). Elle illustre la prise en compte des trois sources d’influence présentées plus haut, en soulignant l’imbrication du caractère émergent et circonstancié des décisions, avec les éléments constitutifs de l’arrière-plan décisionnel, qu’ils soient individuels ou collectifs. Nous nous attachons ici à faire fonctionner cette formalisation, en présentant les logiques singulières et subjectives qui caractérisent les joueurs.

2. Méthodologie

2. 1. Constitution de l’échantillon des joueurs

12En ce début de saison 2002/2003, le groupe des trente joueurs professionnels de Pau a été renouvelé à quarante pour cent. Il s’agit donc d’un nouveau groupe, hétérogène en ce qui concerne l’origine, l’âge et les expériences des joueurs, où l’osmose est à construire. Au total, nous disposons de onze entretiens effectués dans leur intégralité, avec un échantillon qui comprend cinq avants et six trois-quarts, ou encore six nouveaux et cinq joueurs déjà membres de l’équipe l’année précédente. Ce panel a servi de support grâce aux entretiens semi-dirigés, à l’élaboration de la fiche cible de synthèse présentée en annexe 1, en matière de conception sur le jeu de mouvement, et d’intégration du projet de jeu instauré en début de saison par les entraîneurs. Parmi ces onze entretiens, nous en avons traité six de manière approfondie, c’est à dire avec les entretiens composites dans leur intégralité et la triangulation des données.

2. 2. Recueil des données : entretiens composites et analyse vidéo informatique

13Les situations étudiées, choisies par le chercheur, sont des séquences de jeu efficaces pour ce dernier, au sens où elles engendrent un déséquilibre dans le rapport de force, et permettent d’assurer la continuité du jeu. Elles mettent également en avant l’efficacité du sujet dans la création de ce déséquilibre. Elles sont extraites de matchs à enjeu important, dans le cadre du Championnat de France d’Elite 1 ou de la Coupe d’Europe.

14Notre intention est de caractériser les rapports entre ces différentes sources d’influence qui imprègnent les décisions tactiques, sans doute de façon singulière selon les sujets. La combinaison des points de vue permet de constituer un réseau de données et d’opérer une triangulation (Van Der Maren, 1995). Nous articulons ainsi trois sources de données, investigables par trois outils :

  • L’action, en utilisant la vidéo.

  • Les conceptions, par un entretien semi-dirigé qui débute l’entretien composite.

  • Les verbalisations du vécu de l’action, à travers un bref rappel stimulé suivi d’un entretien d’explicitation (EDE).

15Dans l’organisation du dispositif, les trois moments d’entretien composite s’enchaînent durant une heure. Nous précisons ci-dessous les fonctions de ces différents moyens d’investigation.

2. 2. 1. Vidéo : disposer d’une trace de l’activité

16Nous sélectionnons dans les matchs filmés, les séquences efficaces qui impliquent les sujets. Nous utilisons les images fournies par la caméra principale, placée latéralement et en hauteur, ainsi que des images fournissant une vue face aux attaquants, avec une caméra loupe qui offre un grossissement. La vidéo possède donc une double fonction : support préalable pour le rappel stimulé, et moyen de documenter à posteriori les traces de l’activité du joueur. Ce point de vue extérieur sera en effet comparé au point de vue du joueur, obtenu par les verbalisations en EDE.

2. 2. 2. Entretien semi-dirigé : accéder aux conceptions

17L’entretien semi-directif (Weill-Barais, 1997) a pour vocation de documenter l’arrière-plan décisionnel, et de repérer les rapports entre les conceptions individuelles du jeu et le projet de l’équipe, tel qu’il est défini par les entraîneurs. Signalons en effet, que nous menons également des entretiens semi-dirigés avec les trois entraîneurs, séparément.

18Nous tentons ainsi de cerner l’unicité ou la pluralité des conceptions (modèles de jeu, repères communs, croyances), en repérant les tendances fortes et les moins partagées au sein de l’échantillon des joueurs et des entraîneurs. Cela nous permet aussi d’identifier les rapports subjectifs des joueurs au projet de jeu défini par les entraîneurs, avec une appropriation qui peut être différente selon les joueurs.

2. 2. 3. Entretien d’explicitation : accéder au vécu de l’action

19Un rappel stimulé (Tochon, 1996) amorce l’EDE, en présentant au sujet la séquence de jeu sélectionnée par le chercheur. Ce rappel possède une triple fonction :

  • Repérer les moments importants du point de vue du joueur, relatifs à l’organisation de ses actions efficaces au cours de la séquence, qui feront l’objet d’un approfondissement en EDE.

  • Identifier certains éléments de l’arrière-plan décisionnel.

  • Constituer une aide à l’évocation, un facilitateur d’accès à la position de parole incarnée, en spécifiant la situation.

20Un EDE (Vermersch, 1994) permet ensuite d’explorer ces moments importants déclarés par le joueur. Nous visons l’accès à l’implicite, aux trésors cachés de l’expertise, provisoirement dans la conscience directe (Vermersch, 2001), en fragmentant ce qui est décrit par les joueurs. Il constitue la partie centrale du dispositif et a deux fonctions :

  • Eclairer l’organisation de l’activité décisionnelle à travers les modalités de mobilisation des différentes sources d’influence selon la logique propre des sujets.

  • Caractériser l’expertise dans l’organisation des décisions à travers la dynamique attentionnelle (Husserl, 1991; Vermersch, 2002b), et notamment les indices significatifs du point de vue en première personne.

2. 3. Modalités de traitement des données

2. 3. 1. Exploitation des entretiens semi-dirigés

21Parmi les différentes techniques d’analyse de contenu, nous nous inspirons des propositions de Bardin (1993). Nous procédons à une analyse qualitative thématique, destinée à cerner les éléments constitutifs de l’arrière-plan décisionnel (Mouchet, 2003a). Si nous n’abordons pas un traitement de type statistique, nous retenons une méthodologie simplifiée permettant de quantifier les items. Nous rassemblons les données dans un tableau de synthèse, puis une fiche cible permettant de caractériser les tendances fortes au sein du groupe de joueurs et les profils individuels, en ce qui concerne les conceptions sur le jeu de mouvement, ou encore en ce qui concerne l’intégration des repères collectifs définis par les entraîneurs. Rappelons que ces repères sont identifiés par des entretiens semi-dirigés consacrés aux entraîneurs.

2. 3. 2. Traitement des entretiens d’explicitation

22Les catégories utilisées (Mouchet, 2003a), en interaction au sein d’un système sont les suivantes : le thème principal pris par le sujet, qui s’exprime à travers l’énoncé d’un but; les actes qui servent ce thème; le contenu attentionnel au sein de ces actes; l’arrière-plan; les états internes comprenant l’affectivité et l’état corporel.

23Afin de reconstituer le vécu, les données obtenues sont présentées sous forme de tableau en cinq colonnes correspondant chacune à une catégorie, avec une lecture à la fois diachronique et synchronique de l’activité décisionnelle des joueurs dans une séquence de jeu (Mouchet, 2003a). En accord avec Vermersch (2003) nous estimons que la première chose à faire est de reconstituer les étapes du déroulement de l’action, en plaçant chaque information énoncée en référence au « chrono ». Cela exclut de se contenter d’utiliser les logiciels d’analyse du discours pour traiter les données. Ensuite, il convient de tenter de reconstruire la cohérence synchronique en mettant en valeur les interactions entre les différentes catégories.

2. 3. 3. Exploitation de la vidéo

24Nous l’exploitons après les entretiens, en utilisant différents grains d’observation en adéquation avec le découpage des plans d’opposition (Deleplace, 1979), pour apporter un point de vue extérieur, en troisième personne (Vermersch, 2002a). Ainsi, une schématisation vidéo informatique de la séquence de jeu complète (Mouchet, 2003a; Mouchet, Uhlrich & Bouthier, 2005), présente en vue aérienne, la dynamique spatio-temporelle au plan collectif total, opposant deux équipes, ou au plan collectif partiel opposant deux groupes ; elle permet de contextualiser les décisions. Nous sélectionnons également quelques photos concernant chaque moment important déclaré par le joueur, pour caractériser les configurations du jeu au plan homme contre homme, ainsi que l’organisation corporelle du joueur au contact de son vis à vis. Nous obtenons ces photos en numérisant la séquence de jeu, puis en utilisant le logiciel Dart Trainer qui permet de travailler sur les images. Cette caractérisation de la tâche par le chercheur, est donc comparée à la caractérisation de la situation par le sujet, avec l’examen des points communs et des différences d’appréciation. Rappelons que nous accordons le primat au point de vue du sujet, comme moyen privilégié de documentation de sa cohérence propre.

3. Résultats

3. 1. Bilan des conceptions des joueurs sur le jeu de mouvement

3. 1. 1. Les bases d’un projet commun

25L’examen des résultats dans la fiche cible présentée en annexe 1, où les éléments les plus partagés sont au centre et les plus disparates en périphérie, permet de souligner une tendance forte concernant la volonté de pratiquer un jeu de mouvement, et l’identification d’un modèle de référence relatif à l’école toulousaine. Ce modèle concerne l’équipe, les joueurs, un match ou action de référence, représentatifs du jeu de mouvement (ces deux derniers points n’étant pas retranscrits dans la fiche présentée en annexe 1). Nous repérons aussi l’existence de quelques points d’ancrage sur les conditions d’efficacité à mettre en œuvre : la vision du jeu, le jeu debout, la polyvalence de rôles, et la répartition des joueurs sur le terrain ; la conservation du ballon et la richesse du bagage technique ; la nécessité d’une bonne condition physique. Enfin, le seul élément commun partagé par l’ensemble des joueurs et des entraîneurs en ce qui concerne les repères communs, concerne le replacement des joueurs par zones après les phases statiques, manifestement une des priorités de ce début de saison en terme d’organisation collective. Notons en annexe 2 que la plupart de ces aspects partagés par les joueurs le sont également par les trois entraîneurs, et cela constitue donc un noyau dur de savoirs pratiques sur lesquels le groupe peut s’appuyer pour construire son jeu.

3. 1. 2. Expression des singularités et rapports différenciés au projet collectif

26Tout d’abord, nous pouvons remarquer la diversité des points de vue en ce qui concerne les conditions d’efficacité à mettre en œuvre, au delà du noyau dur partagé indiqué ci-dessus. Cette diversité apparaît à travers la grande dispersion des items dans les différentes couches de la fiche cible des joueurs. Cela laisse notamment entrevoir la nécessité de faire un travail approfondi avec les nouveaux arrivants sur ce plan, car leurs réponses se situent en périphérie.

27D’autre part, il est indéniable de constater la quasi absence sur le plan conceptuel, d’une définition commune du jeu de mouvement, en dehors de sa caractérisation comme jeu de passes. Nous voyons là un obstacle à la mise en œuvre rapide et efficace de ce dernier.

28Par conséquent, nous considérons pouvoir pointer à travers cette comparaison des points de vue entre joueurs et entraîneurs, un décalage entre les attentes du staff et leur appropriation par les joueurs. Ce décalage porte notamment sur le manque d’intégration des repères communs définis dans le projet de jeu (annexe 2), comme la codification du jeu sur relances après blocage, ou la liberté accordée aux joueurs après des lancements de jeu millimétré. La réduction de ce décalage pourrait sans doute passer par une recherche encore plus grande de cohérence entre le discours sur les orientations générales dans le projet de jeu ; les consignes qui peuvent être données lors de la préparation des matchs ; et les contenus d’entraînement. Ces données témoignent bien d’une appropriation différenciée et subjective des éléments qui sont présentés comme des références communes par les entraîneurs. Cela soulève incontestablement deux questions relatives au mode d’élaboration du projet de jeu, et aux stratégies de diffusion.

3. 2. Synthèse des six études de cas

3. 2. 1. Compactage singulier et subjectif des sources d’influence

29Nous avons pu mettre en avant la mobilisation singulière et subjective des différentes sources d’influence, à travers l’expression d’une logique intrinsèque (Vermersch, 2003). Cette logique s’exprime selon les sujets, par une mobilisation plus ou moins forte de certains aspects de l’arrière-plan décisionnel : croyances sur les partenaires et adversaires, repères communs, expériences antérieures dans cette catégorie de situations, habitudes et préférences du joueur. Ainsi, un talonneur puissant met en œuvre sur un coup franc rapidement joué, une décision de nature stratégique qui semble presque conditionnée par ses préférences. Ces données concernent un goût personnel prononcé pour le défi physique (« personnellement moi j’aime bien défier la défense, c’est mon truc »), ainsi qu’une mentalité prédisposée au combat (« j’ai envie tout le temps de passer la ligne dans ma tête »).

30Une constante existe cependant : les relations permanentes et évolutives entre les circonstances particulières inhérentes à une situation singulière, et l’arrière-plan. Il s’agit peut-être d’une caractéristique de l’expertise. Ces éléments d’arrière-plan imprègnent ainsi les décisions en acte qui émergent de la co-détermination des actions du joueur et de sa situation, sur un fond de sédimentation. Ils sont également susceptibles d’être mobilisés en tant que référent potentiel lors des décisions de type délibératoire. Nous parlons dans ce cas de choix tactiques, qui s’opèrent alors sur une mise en rapport réfléchie d’un ensemble de données relatives à l’instant vécu et au passé.

3. 2. 2. Facette subjective de la dynamique attentionnelle

31Une constante apparaît dans l’organisation efficace des actions des joueurs : l’articulation fine entre l’ouverture et la réduction du champ d’attention. Cet élément semble constituer une clé pour la continuité du jeu, en permettant aux joueurs de maîtriser simultanément les aspects globaux et les aspects locaux de la situation, autorisant anticipation et rétroaction. Cette compétence experte s’exprime sous deux formes développées ci-dessous.

32D’une part à travers une articulation fine et immédiate des fenêtres attentionnelles. Cette articulation s’opère essentiellement entre des cadrages en fenêtre cour, salle et micro (Vermersch, 2002b), correspondant à des plans d’opposition en collectif partiel, homme contre homme dans son acception élargie aux joueurs proches du porteur de ballon, et micro au sens d’une focalisation sur tout ou partie d’un joueur à distance très proche (Mouchet, 2003a). Ainsi, l’anticipation sur les aspects globaux de la situation comme l’état du rapport de force sur le plan collectif partiel, est conservée sur un mode d’actualité moins prégnant, et permet la focalisation provisoire sur un aspect, comme un geste à effectuer, un défenseur proche à appréhender… Les changements de cadrage, dans le sens d’une réduction ou d’une ouverture attentionnelle, s’effectuent par des actes perceptifs précoces, avec des mouvements de tête et des déplacements du regard. Ils se produisent lors des passages du rôle de non porteur à celui de porteur et vice versa, ainsi que lors des sorties d’intervalle par exemple.

33Cette compétence experte s’exprime d’autre part avec un changement de mode d’attention au sein du plan homme contre homme. Le passage d’un mode d’attention distribué à un mode focal et réciproquement, témoigne ainsi de cette alternance entre ouverture et réduction attentionnelle. Il peut être imposé par le surgissement d’une saillance exogène qui captive l’attention et s’impose au sujet ; c’est le cas de l’apparition soudaine d’un défenseur qui veut plaquer et sur lequel le sujet se centre, ou encore de l’identification soudaine d’un intervalle à exploiter. Mais cette variation du mode d’attention peut aussi être volontaire ; il s’agit alors de s’orienter vers un objet précis, le saisir et le maintenir en prise (Husserl, 1991 ; Vermersch, 2002b). C’est par exemple le cas lors d’une passe effectuée à un partenaire, ou d’une fixation d’un défenseur éloigné vers lequel le sujet court, avec réduction progressive du champ d’attention dans ce cas. Nous voudrions souligner que l’ouverture attentionnelle dans ce plan d’opposition homme contre homme, permet elle aussi, à une échelle de description différente par rapport aux changements de cadrage, de maîtriser en permanence le général et le local. Elle semble permettre la prise en compte émergente d’une opportunité qui se présente et qui est associée immédiatement à une focalisation de l’attention.

3. 2. 3. Construction singulière d’une configuration d’indices significatifs

34Une constante apparaît chez les joueurs pour structurer leur champ d’attention, la combinaison d’indices en situation et de données d’arrière-plan qui contribuent au cadrage attentionnel. Certains indices sont activement recherchés, d’autres s’imposent au sujet, et ce dernier opère manifestement une sélection d’indices pertinents pour lui. Il faut souligner que la construction d’indices est teintée des expériences passées, qui imprègnent ce vécu d’action. Nous avons ainsi plusieurs fois mis en évidence des différences entre les points de vue en première et en troisième personne. C’est par exemple le cas d’un sujet qui déclare hésiter à faire une passe décisive en raison de la présence d’une main susceptible de gêner la passe. Or cette main n’existe pas d’un point de vue externe, mais deux semaines plus tôt dans le même type de situation, une passe décisive de ce joueur avait été interceptée par une main adverse.

35D’autre part, nous pouvons souligner la précision des informations obtenues à travers l’EDE lors de l’analyse des actions des défenseurs. Ainsi, lors du duel avec un joueur qui vient plaquer, un sujet décrit : la corpulence et le déplacement du défenseur, son regard focalisé, l’orientation de ses appuis, les bras qui se lèvent... Ou lors de la transformation du jeu pendant un ruck, le même sujet prend en compte : la corpulence, la vitesse et le placement des défenseurs, leur regard et l’orientation de leurs appuis. En ce qui concerne les partenaires, il évoque le nombre de joueurs, le placement et le mouvement, l’orientation, ainsi que le regard et les bras tendus de celui à qui il va adresser la passe.

36Enfin, il convient de souligner la construction en partie commune de ces configurations d’indices significatifs, ce qui favorise la coordination des décisions. Par exemple, un sujet déclare qu’au moment où il décide de garder le ballon et de s’engager dans la défense, il perçoit un intervalle qui s’ouvre à lui, et le cri d’un partenaire en soutien (« garde ! »). Nous développerons dans la discussion cet aspect relatif à reconstruction en situation d’un référentiel commun.

3. 2. 4. Graduation dans la nature des décisions

37Une autre caractéristique chez ces joueurs d’Elite 1, est bien la faculté à utiliser en cours d’action, la palette des possibles en ce qui concerne le degré de conscience, en référence aux propositions de Vemersch (2001) sur la conscience directe et la conscience réfléchie, dans le prolongement des travaux de Piaget (1974), Vergnaud (1998) ou Pastré (1999) sur la conceptualisation dans l’action. Les sujets témoignent tous dans leurs décisions d’une flexibilité entre les décisions en acte et les décisions réfléchies, voire des formes mixtes, en fonction des circonstances particulières liées au rapport d’opposition.

38Nous remarquons en règle générale que la conscience réfléchie est prédominante dans les moments de moindre pression temporelle et physique, où le joueur est non porteur de ballon, juste avant d’entrer en possession de ce dernier, ou bien lorsque le porteur de ballon est éloigné des premiers défenseurs ; mais également en cas de problème ou de blocage, entraînant une bouffée de conscience réfléchie. Les sujets développent alors une activité réflexive de type délibératoire, susceptible de limiter l’incertitude en définissant un espace des possibles, et qui s’apparente à un choix entre des alternatives. Les cascades décisionnelles préétablies selon une logique externe, notamment par les entraîneurs, sont disponibles en arrière-plan et constituent un référent possible. C’est le cas pour un sujet qui court en étant placé en soutien intérieur du porteur de ballon et qui envisage trois éventualités concernant le porteur de ballon, en les associant à trois actions possibles de sa part : « s’il va au sol il faut que j’aille étayer, s’il fait la passe extérieur il faut que je me place pour aider à l’extérieur, s’il me fait la passe je dois accélérer ». Toutefois nous avons mis en évidence deux éléments importants. Premièrement, ce choix est rarement uniquement rationnel, au sens de l’application stricto sensu de ces heuristiques. Il est souvent teinté de la subjectivité du joueur qui reconstruit ces cascades selon un processus vivant, en fonction des circonstances qui lui apparaissent, et de sa logique propre. Ainsi, un joueur censé remettre le ballon à l’un de ses deux partenaires lors d’une combinaison, s’éloigne provisoirement du canevas programmé au regard de ce qu’il perçoit dans le dispositif défensif : « normalement je sais que je dois la donner », « mais là il y a un toulousain… », « je vois qu’il cherche pas à défendre sur moi. » C’est cet indice relatif à l’espace important libéré, qui est déterminant pour la prise de décision du sujet ; il décide de rentrer (« je prends le trou », « j’ai pris la décision de garder et je prends l’intervalle »). Les cascades de décision sont donc susceptibles d’être mobilisées par le joueur, avec des variations subjectives, singulières et circonstanciées.

39Deuxièmement, il est difficile de parler d’algorithmes au sens classique avec l’association d’une condition et d’une action. Nous rejoignons plutôt les propositions de Bouthier (2000) sur l’existence de paliers décisionnels, qui n’enferment pas le sujet dans une seule alternative, mais envisagent une possibilité englobante, ouverte, qui est ensuite spécifiée au regard d’indices significatifs qui s’imposent au sujet ; cela autorise une adaptation relative aux circonstances.

40De plus, nous avons montré comment la conscience directe est très forte, notamment dans les moments de pression temporelle importante, en particulier dans la zone cruciale de rencontre entre l’attaque et la défense. La décision émerge alors d’une co-détermination entre un indice significatif et les actions du sujet, s’apparentant davantage à des concepts pragmatiques (Pastré, 1999) ou aux concepts en acte de Vergnaud (1998). Toute la subjectivité imprègne alors ces décisions en acte qui émergent au fil des actions du joueur qui construit son monde.

41Enfin, nous avons aussi repéré chez certains joueurs des tendances préférentielles dans l’utilisation de ces modes décisionnels, apparemment liées aux exigences inhérentes aux postes occupés, et aux caractéristiques individuelles comme l’expression personnalisée du poids relatif des composantes de l’action sportive (Bouthier, 1993). Nous rejoignons sur ce point Vom Hofe et Garbarino (1990), ou Clot (1999) à propos de l’identification de profils décisionnels ou de styles. C’est le cas par exemple, d’un sujet qui évolue au poste de demi d’ouverture chargé d’organiser la ligne d’attaque, et qui déploie prioritairement une activité de type délibératoire centrée sur l’analyse du rapport de force.

4. Discussion

42Nous analysons ici les résultats, en mettant en avant leur exploitation pour l’intervention, au regard de notre objectif secondaire de recherche. Les aspects méthodologiques sont discutés par ailleurs (Mouchet, 2003a).

4. 1. Co-construction du référentiel commun, ou le partage des subjectivités

43Nous avons pu caractériser à travers quelques cas de figure, les modalités d’élaboration de ce référentiel commun. Il s’appuie sur la mobilisation de savoirs partagés, définis dans le projet de jeu sous forme de priorités dans l’orientation du jeu, l’organisation collective des actions, le rôle des joueurs…, et qui tentent de définir l’identité collective D’où la nécessité de favoriser leur construction déclarative, préalable et conjointe, en associant au moins quelques joueurs clés aux entraîneurs, afin d’intégrer au moins partiellement la diversité des points de vue inhérents aux conceptions individuelles et expériences antérieures. Ce noyau de savoirs partagés peut évoluer lentement au cours de la saison, et s’actualise dans les stratégies d’avant match en offrant aux joueurs des repères communs adaptés aux circonstances de la rencontre, et enrichis des expériences collectives dans les matchs précédents. Nous considérons que ces repères constituent le référentiel commun déclaratif et fonctionnel, au sens où il est susceptible d’orienter et de coordonner les décisions des joueurs en cours d’action, selon une logique rationnelle du jeu.

44Mais ce référentiel commun est ensuite reconstruit en permanence en situation, en accord avec les travaux d’ergonomie cognitive qui mettent en avant son caractère transitoire et opératoire (Bencheckroun & Weill-Fassina, 2000), et au regard de sa mobilisation subjective par les joueurs, telle que nous l’avons mise en avant. Il est donc à l’interface entre le projet collectif élaboré en dehors de l’action et la décision individuelle, ou de manière plus générale entre l’expérience partagée et le vécu subjectif. C’est bien la mobilisation de l’arrière-plan décisionnel, et la combinaison des indices significatifs construits in situ, qui contribue à l’émergence des repères en partie communs nécessaires à la coordination des décisions individuelles ou encore la co-décision en reprenant les propositions de la cognition distribuée (Hutchins, 1995). Il n’y a pas contradiction entre l’élaboration préalable et conjointe du référentiel commun, et sa reconstruction en situation de façon éphémère et circonstanciée (Pavard, 2000).

45Nous voyons dans la co-construction préalable et la reconstruction en action de ce référentiel commun, une condition d’efficacité et un enjeu de formation important pour favoriser ce que Deleplace (1979), ou Bouthier (1993), pointaient déjà avec d’autres cadres théoriques et d’autres méthodologies : la nécessaire coordination des actions et la prise d’initiative référencée. Nous proposons par ailleurs (Mouchet, 2003a ; Mouchet & Bouthier, 2006) un dispositif de formation basé sur l’utilisation d’entretiens d’explicitation (Vermersch, 1994) et d’auto confrontations croisées (Clot, 1999), susceptible de favoriser l’élaboration du référentiel commun, en dehors de l’action à travers l’analyse des actions vécues.

4. 2. Articulation fine stratégie/tactique

46Cet aspect approfondi par ailleurs (Mouchet, 2003a) est important, avec la faculté à identifier un indice significatif au sein d’une configuration, et à l’exploiter immédiatement. Nous pensons en particulier aux débordements créatifs qui permettent aux joueurs de s’éloigner provisoirement d’un canevas initial quitte à y revenir plus loin. Nous rejoignons sur ce point les conclusions de Bouthier, David et Barthès (1997), en éclairant différemment les phénomènes puisque nous valorisons le point de vue en première personne.

47Nous considérons que cette flexibilité est une caractéristique de l’expertise, et la friction des modalités de conscience est source de créativité et en l’occurrence d’efficacité. Elle permet également, à travers les liens entre la conscience directe et les bouffées de conscience réfléchie, de jeter un regard différent sur la faculté de ces joueurs à enchaîner immédiatement les actions ; et enfin elle contribue à appréhender les adaptations à l’imprévu, aux incidents critiques.

4. 3. Dynamique attentionnelle

48L’originalité de nos travaux consiste en partie à valoriser le point de vue du sujet, porteur de ballon, en situation réelle de compétition. La construction de la configuration d’indices, mise en avant dans une autre perspective par Gréhaigne et Godbout (1999) est ici révélée sous sa facette subjective. Les verbalisations obtenues dévoilent une configuration sous forme de structure feuilletée, avec des éléments prégnants qui sont les remarqués primaires, comme un défenseur qui apparaît en obstacle, et des éléments plus secondaires appréhendés globalement à travers les formes, les couleurs, les déplacements. De plus, ces configurations sont imprégnés de leur subjectivité, et articulent les repères collectifs d’arrière-plan, les expériences individuelles, et les circonstances locales et singulières. Enfin, nous avons pu montrer que les modalités sensorielles sont utilisées différemment selon les joueurs, avec parfois des canaux sensoriels préférentiels, tout en soulignant l’intérêt dans les instants décisifs en zone cruciale, d’une ouverture attentionnelle optimale et d’une grande disponibilité. Cela peut avoir des incidences sur la formation, en construisant des situations d’opposition aménagées, où l’intervenant peut stimuler les sphères prégnantes ou solliciter le passage de l’une à l’autre en cours d’action. Nous pensons que le développement de cette ouverture attentionnelle est favorable notamment à la bascule provisoire d’une stratégie vers la tactique, en fonction d’une opportunité à saisir dans l’évolution du rapport de force.

5. Conclusion

49Si l’existence de logiques d’action définies d’un point de vue externe, est utile pour optimiser les décisions des joueurs, nous avons souligné que l’appropriation de ces logiques par les joueurs était elle-même diversifiée. L’analyse des logiques intrinsèques, du point de vue des sujets, révèle une mobilisation différenciée, personnalisée, et circonstanciée de ces repères communs externes et préalables.

50De plus, nous ne pouvons pas parler uniquement de choix de solutions au sens où l’activité décisionnelle n’est pas uniquement basée sur un modèle de type délibératoire. Nous parlerons donc plutôt de décisions, certaines étant plus réfléchies, et d’autres plus émergentes, basées sur une conscience directe (Vermersch, 2001), et ce pour un même sujet dans une même situation.

51Ces éléments nous semblent pouvoir être pris en compte lorsque l’entraînement a pour objectif prioritaire l’optimisation des aspects décisionnels. Nous nous inscrivons en complémentarité de la Pédagogie des Modèles de Décision Tactique (Bouthier, 1993), ou du courant anglo-saxon Teaching Games For Understanding (Werner, Thorpe & Bunker, 1996). Sans prétendre à la création d’une nouvelle théorie de l’intervention, nous proposons de relativiser l’utilisation d’une logique d’action externe, rationnelle, qui se voudrait objective et commune à tous les joueurs. Si le développement des prises de décision pertinentes repose certes sur les lois de l’exercice définies par Deleplace (1979) et réactualisées par Bouthier (2000), nous considérons qu’il convient d’intégrer dans ces dernières la dimension subjective inhérente à l’activité des joueurs telle que nous avons pu le montrer. La connaissance des logiques intrinsèques des joueurs est donc un atout pour l’entraîneur afin de différencier les interventions.

52Cette réflexion doit être poursuivie, à la fois en ce qui concerne les aspects liés aux méthodes d’intervention, et aussi aux contenus de formation. Nous nous pencherons alors ultérieurement sur ces préoccupations qui relèvent dans le cas des joueurs de club, notamment des joueurs d’élite, de la didactique professionnelle. Elle a en particulier comme objectif selon Pastré (2002) de repérer les compétences mobilisées dans une activité, afin de construire des contenus de formation correspondant à la situation professionnelle de référence, en utilisant les situations de travail comme des supports pour la formation des compétences.

Haut de page

Bibliographie

Bardin, L. (1993). L’analyse de contenu. Paris : PUF.

Bencheckroun, T.H., & Weill-Fassina, A. (2000). Le travail collectif. Perspectives actuelles en ergonomie. Toulouse : Octarès.

Bouthier, D. (1993). L’approche technologique en S.T.A.P.S. : représentations et actions en didactique des APS. Diplôme d’habilitation à diriger des recherches. Orsay : Université Paris-Sud.

Bouthier, D. (2000). La coordination des décisions individuelles ; contribution de l’intelligence tactique. Noisy le Grand : Colloque Préparation Olympique L’évolution de la pensée tactique.

Bouthier, D., & Durey, A. (1994). Technologie des Activités physiques et sportives. Impulsions, 1, 117-126.

Bouthier, D., David, B., & Barthes, D. (1997). Technicité collective et actions sportives créatrices, rapport contradictoires ou dialectiques ; l’exemple des combinaisons en jeu déployé dans le rugby français. In A. Menaut (Ed.), Actes des journées d’étude Technique et créativité dans les jeux sportifs collectifs en Aquitaine, Euskadi, Navarre (pp.159-173), Université Bordeaux 2.

Clot, Y. (1999). La fonction psychologique du travail. Paris : PUF.

Deleplace, R. (1979). Rugby de mouvement, rugby total. Paris : Revue EPS.

Gréhaigne, J.F., & Godbout, P. (1999). La prise de décision de l’élève en sport collectif. Communication Colloque de l’AIESEP, Qu'apprennent les élèves en faisant des activités physiques et sportives ? Besançon.

Husserl, E. (1991). Expérience et jugement. Paris : PUF.

Hutchins, E. (1995). Cognition in the wild. Cambridge : M.I.T. Press.

Mouchet, A. (2003a). Caractérisation de la subjectivité dans les décisions tactiques des joueurs d’Elite 1 en rugby. Thèse pour le Doctorat de l’Université Bordeaux 2, non publiée. Site www.expliciter.net

Mouchet, A. (2003b). Un nouveau regard sur les décisions tactiques des joueurs de rugby. Expliciter, 48, 1-15.

Mouchet, A., (2005a). Modélisation de la complexité des décisions tactiques en rugby, eJournal de la Recherche sur l’Intervention en Education Physique et Sport, 7, 3-19.

Mouchet, A. (2005b). Subjectivity in the articulation between strategy and tactics in team sports: an example in rugby, Italian Journal of Sport Sciences, 12, 24-33.

Mouchet, A., & Bouthier, D. (2004). La subjectivité dans les décisions tactiques des joueurs experts en rugby. In Loquet, M. & Léziard, Y. (Eds.), Cultures sportives et Artistiques, Formalisation des savoirs professionnels (pp. 83-86), Rennes : PUR.

Mouchet, A., & Bouthier, D. (2006). Prendre en compte la subjectivité des joueurs de rugby pour optimiser l’intervention, STAPS, 72, 93-106

Mouchet, A., Uhlrich, G., & Bouthier, D. (2005). La continuité du jeu en rugby : théorie et méthodologie d’une étude comparative entre nations, Impulsions, 4, 81-102.

Perrin, J. (1991). Méthodologie d’analyse des systèmes techniques. Les figures de l’irréversibilité en économie. Paris : EHESS.

Pastré, P. (1999). La conceptualisation dans l’action : bilan et nouvelles perspectives, Education Permanente, 139, 2, 13-35.

Pastré, P. (2002). L’analyse du travail en didactique professionnelle, Revue Française de Pédagogie, 138, 9-17.

Pavard, B. (2000). Apport des théories de la complexité à l’étude des systèmes coopératifs. In T.H. Benchekroun, & A. Weill-Fassina (Eds.), Le travail collectif. Perspectives actuelles en ergonomie (pp. 19-34). Toulouse : Octarès.

Piaget, J. (1974). La prise de conscience. Paris : PUF

Suchman, L. (1987). Plans and situated actions: The problem of communication. Cambridge : Cambridge University Press.

Thévenot, L. (1995). L’action en plan. Sociologie du travail, 3, 412-434.

Tochon, F.V. (1996). Rappel stimulé, objectivation clinique, réflexion partagée. Fondements méthodologiques et applications pratiques de la rétroaction vidéo en recherche et en formation. Revue des sciences de l’éducation, 22, 3, 467-503.

Van Der Maren, J.M. (1995). Méthodes de recherche pour l’éducation. Bruxelles : De Boeck.

Varela, F. (1996). Invitation aux sciences cognitives. Paris : Seuil.

Vergnaud, G. (1998). Au fond de l’action la conceptualisation. In J.M. Barbier (Ed.), Savoirs théoriques et savoirs d’action (pp. 275-292). Paris : PUF.

Vermersch, P. (1994). L'entretien d'explicitation. Paris: E. S. F.

Vermersch, P. (2001). Conscience directe et conscience réfléchie. Expliciter, 39, 10-31.

Vermersch, P. (2002 a). De l‘explicitation au point de vue en première personne. Impulsions, 3, 97-121.

Vermersch. P. (2002 b). La prise en compte de la dynamique attentionnelle : éléments théoriques. Expliciter, 43, 27-39.

Vermersch, P. (2003). Des origines de l’entretien d’explicitation aux questions transversales à tout recueil de verbalisation à posteriori, Expliciter, 50, 16-35.

Vom Hofe, A., & Garbarino, J.M. (1990). Observation des comportements et analyse de l’activité de jeunes joueurs de football, STAPS, 23, 29-42.

Weill-Barais, A. (1997). Les méthodes en psychologie. Rosny : Bréal.

Werner, P., Thorpe, R., & Bunker, D. (1996). Teaching games for understanding : Evolution of a model, Journal of Physical Education, Recreation and Dance, 67, 1, 28-33.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Mouchet, « La subjectivité dans les décisions tactiques des joueurs experts en rugby »eJRIEPS [En ligne], 14 | 2008, mis en ligne le 01 avril 2008, consulté le 16 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/ejrieps/5924 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ejrieps.5924

Haut de page

Auteur

Alain Mouchet

Université Paris 12, Département STAPS, GEDIAPS (JE 2473)
80 Avenue du Général de Gaulle, 94009 Créteil cedex, France
mouchet[at]univ-paris12.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
La revue eJRIEPS est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Attribution 4.0 International License.

Haut de page
  • Logo Université de Franche-Comté
  • Logo ELLIADD - Édition, Langages, Littératures, Informatique, Arts, Didactiques, Discours
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search