Navigation – Plan du site

AccueilNuméros12Actualités des thèses et des livres

Actualités des thèses et des livres

Actualités des thèses

Benoite TROTTIN « Stéréotypes de sexe et interaction enseignant-e / élèves, en éducation physique et Sportive ».
Jury : Ghislain Carlier, Professeur Ordinaire, Université Catholique de Louvain (Rapporteur) ; Geneviève Cogérino, professeure, Université d’Amiens (directrice) ; Gilles Combaz, Maître de Conférences, Université Paris V (Rapporteur) ; Jean-Francis Gréhaigne, Professeur, IUFM de Franche-Comté (Rapporteur) ; Nicole Mosconi, Professeure des Universités, Université de Paris X ; Thierry Terret, Professeur, Université Lyon 1.
Université Claude Bernard Lyon 1
Thèse soutenue le 19 mars 2007

La recherche émane d’un constat portant sur l’écart de notes en EPS en faveur des garçons, alors que les filles réussissent globalement mieux dans les autres disciplines. Cette moindre réussite des filles entre en contradiction avec les textes officiels prônant un égal accès aux savoirs et la réussite de toutes et tous. Malgré quelques pistes explicatives -division socio-sexuée des pratiques sportives (Louveau, 1998), connotation masculine de l’EPS (Arnaud, 1996 ; Terret & Arnaud, 1996)- qui ne peuvent suffire à expliquer cet écart, il convient d’interroger en EPS l’existence de processus sous-jacents produisant des inégalités entre filles et garçons.

Plusieurs auteurs soutiennent la thèse d’une socialisation scolaire différenciée (Duru-Bellat, 1990 ; Mosconi, 1989) prenant forme à travers de multiples mécanismes fins et le plus souvent inconscients (p.ex., contenus d’enseignement, programmations). Ces différents mécanismes prennent place au sein d’un curriculum caché (Perrenoud, 1993) qui se différencie des curricula formels et réels. Au-delà des exemples précédents, ce curriculum caché s’exprime aussi lors d’interactions verbales se créant lors de la relation pédagogique entre élèves et enseignant-e-s.

Deux axes sont privilégiés dans cette recherche : un premier concerne l’identification des différences d’interactions en EPS (analyse des interactions verbales et des feedback émis par l’enseignant-e) ; le second concerne les stéréotypes véhiculés par les enseignant-e-s à travers ces interactions. Il s’agit d’étudier le renforcement des stéréotypes de sexe au travers des interactions entre enseignant-e-s et élèves en EPS.

De multiples études montrent à partir d’observations vidéos que le message et les feedback émis par l’enseignant-e se différencient selon le sexe de l’élève en interaction (pour revue en EPS, voir Davis, 2003 ; Chepyator-Thomson, You & Hardin, 2000). D’une manière générale, il est établi que les garçons interagissent davantage avec les enseignant-e-s et bénéficient de feedback plus variés que les filles. Nous pouvons constater la moindre proportion d’études en contexte francophone associé à l’EPS.

Les stéréotypes, en psychologie sociale, se définissent comme « des croyances partagées au sujet de comportements […] correspondant à un groupe de personne » (Yzebyt & Schadron, 1996, p.12). Dans le cadre de notre recherche, les stéréotypes de sexe et leur activation répondraient à une nécessité créée par l’environnement sur-informationnel de la classe. A l’école, les filles sont généralement décrites comme dépendantes, obéissantes, sensibles, réfléchies, proches des normes scolaires et bavardes. Dans le même cadre, les garçons sont décrits comme indépendants, dynamiques, ambitieux, turbulents et bruyants. Ces stéréotypes fonctionnent alors chez les enseignant-e-s comme des attentes de comportements.

Trois protocoles expérimentaux ont été mis en place : (a) des observations de séances d’EPS (11 enseignant-e-s, 17 séances filmées et retranscrites) ; (b) des entretiens semi-directifs permettant de relever les stéréotypes de sexe (7 enseignant-e-s, non filmés auparavant) ; (c) des entretiens d’auto-confrontations structurés (7 enseignant-e-s parmi ceux filmés) permettant d’analyser les interventions en situation.

(a) Malgré peu de différences réelles significatives en faveur des garçons en EPS (sur notre échantillon), nous devons remarquer que la majorité des moyennes des filles et des garçons est différente.

(b) Deux catégories principales correspondant aux stéréotypes de sexe apparaissent dans le discours des enseignant-e-s. Ces derniers identifient des sub-types d’élèves dont l’identification est guidée par une norme masculine. Les élèves qui retiennent l’attention des enseignant-e-s ont la caractéristique d’adopter les comportements typiquement associés à l’autre sexe.

(c) Enfin la troisième approche permet de mettre en évidence des « moments visibles » lors des séances d’EPS où s’expriment et se renforcent les comportements stéréotypés des élèves. Ces stéréotypes sont pris par les enseignant-e-s comme preuves et arguments de leurs interventions. Ainsi ces attributions causales sont dans la majorité des cas en accord avec les stéréotypes décrits auparavant. Ces séquences permettent d’établir clairement que les comportements stéréotypés des élèves sont renforcés et non remis en cause par l’enseignant-e à travers ses interventions.

Cette recherche doctorale permet de mettre en avant que les interactions en EPS se différencient peu selon le sexe de l’élève et que les garçons ne dominent pas autant (et significativement) l’espace verbale de la classe. Les stéréotypes de sexe sont omniprésents dans le discours des enseignant-e-s interrogés. Le masculin ainsi que les comportements s’y référant fonctionnent comme une norme en EPS. Les interventions des enseignant-e-s identifiés lors des séquences participent au renforcement des comportements typiques associés aux filles et aux garçons.

Pour conclure, l’EPS participe à la transmission d’un curriculum caché notamment à travers les relations entre enseignant-e-s et élèves et le recours aux stéréotypes de sexe comme guide de leurs interventions. Ainsi filles et garçons ne vivent pas les mêmes expériences en EPS et apprennent inconsciemment à être des individus de leur sexe. Enfin, tout comme la majorité des disciplines scolaires dans le contexte français, l’EPS participe à la socialisation scolaire différenciée des filles et des garçons.

Actualité des livres

Terret, T., Cogérino, G., & Rogowski, I. (Eds.) (2006). Pratiques et représentations de la mixité en EPS. Paris : Revue EPS.

Enseigner l’éducation physique et sportive (EPS) en contexte mixte pose encore de nombreuses difficultés aux enseignant(e)s. Il est vrai que la mixité est, souvent, un révélateur de l’identité profonde d’une discipline, de ses enjeux, de ses représentations, de ses non-dits. Loin d’être seulement une manière de grouper les garçons et les filles, la mixité met en évidence la question des contenus qui traversent durablement l’EPS et pose le problème de l’équité des apprentissages.

« Pratiques et représentations de la mixité en EPS » s’inscrit donc dans la tradition de la recherche en intervention sur les activités physiques et sportives. Bien argumenté, ce livre détaille les résultats d’une recherche exhaustive qui permet de dresser un remarquable panorama des rapports étroits mais complexes qu’entretiennent l’EPS et la mixité. Les données permettent de comprendre pourquoi l’EPS, plus que d’autres disciplines, résiste au « tout mixte » préconisé par les décrets. Les données analysées constituent de fait un cadre de références et mettent en avant les nombreux obstacles liés à la mixité tout en laissant le lecteur se forger sa propre opinion.

Le livre débute par un rappel historique documenté. On constate ainsi que la mixité en EPS apparaît plus comme le fruit d’une évolution conjoncturelle que comme le résultat d’une véritable volonté de la profession. Les auteurs montrent qu’il s’agit avant tout de gérer un flux de garçons et de filles toujours plus dense à entrer au collège et au lycée suite aux différentes réformes liées à la démocratisation de l’école. Toutefois les auteurs montrent bien que l’EPS reste, jusque dans les années 1980 au moins, largement en dehors de la norme scolaire en place alors que l’égalité des genres devient le leitmotiv de la fin du 20ème siècle. A l’issue de cette revue historique, on peut regretter que les auteurs n’aient pas cherché à éclairer leur vision de la mixité par les différentes définitions qui existent dans la littérature.

Pour étudier les rapports qu’entretiennent EPS et mixité les auteurs ont basé leur recherche sur un questionnaire diffusé dans plusieurs académies. Le nombre de retours exploitables (N= 2513) constitue un corpus conséquent et représentatif de la situation nationale. Les auteurs ont été soucieux de prendre en compte un maximum de variables. Les sept séries de questions abordent tous les sujets liés à cette thématique et permettent aux questionnés de s’exprimer pleinement dans une dernière partie de « libres propos ». Les données sont traitées avec toute la rigueur scientifique qui incombe à ce genre de recherche.

L’ouvrage met l’interaction élève-enseignant au centre du débat. Toutefois les autres variables de l’enseignement sont aussi analysées : mixité et type d’établissement, lien entre les APSA et la mixité. Les données sont donc largement croisées. Les chapitres trois à six détaillent toutes les réponses issues des questionnaires. Malgré tous les problèmes que cela semble poser la mixité est présente dans 80 % des groupes d’EPS. Néanmoins, les auteurs démontrent que ce chiffre cache beaucoup de disparités et de non-dits. Peu facile à gérer, complexe, sa mise en œuvre est soumise à de très nombreuses variables matérielles (le type d’établissement, l’environnement), humaines (professeurs hommes et femmes) et surtout sociales (APSA) ou conjoncturelles (programmes, équipes éducatives). L’ensemble des données permet ainsi une lecture transversale (entre les questions) ou longitudinale (données analysées entre elles). Au fur et à mesure des chapitres les auteurs dévoilent ainsi les véritables enjeux de la mixité en EPS « moins didactiques que pédagogiques et éthiques ». Cette variable pèse donc plus ou moins sur l’enseignement puisque la mixité est avant tout considérée comme un moyen, plutôt qu’un aboutissement.

Pour ne pas perdre le lecteur avec un grand nombre de résultats, le livre fait régulièrement le point sur les données recueillies. Celles-ci sont synthétisées dans de nombreux tableaux et graphiques explicatifs qui sont toujours commentés sans jugement partisan mais avec interrogations ou précautions. Cependant, certains passages ont leurs limites. Ainsi les hypothèses avancées pour traduire le sentiment des femmes et des hommes par rapport à la mixité au sein des différentes APSA ne sont pas toujours faciles à comprendre par le lecteur peu familiarisé avec ce type d’arguments. Il y a en effet beaucoup de variables à prendre en compte.

Le dernier chapitre synthétise les diverses opinions puisque les auteurs y étudient les libres expressions issues des questions ouvertes. Cette partie a nécessité un traitement différent des données puisque l’analyse s’est effectuée à travers une double grille (thématique et lexicale) afin de mieux prendre en compte les doléances et remarques des enseignants. La partie « libres propos » enrichit et parachève l’ouvrage. Toutefois, la facilité d’accès ne doit pas nous faire oublier que les commentaires des enseignants ne s’appuient que sur une partie du corpus (813 libres propos recueillis sur 2513 questionnaires). Il faut donc éviter de se laisser emporter par les vérités de terrain et les commentaires sincères même s’ils semblent traduire un rapport vrai qu’entretiennent l’EPS et la mixité.

Cet ouvrage s’adresse principalement aux formateurs des UFR-STAPS et des IUFM, aux enseignants et aux étudiants passant les concours de recrutement en EPS et désireux d’accéder à des données récentes spécifiques au contexte français.
Pour eJRIEPS: Didier Caty

  • Logo Université de Franche-Comté
  • Logo ELLIADD - Édition, Langages, Littératures, Informatique, Arts, Didactiques, Discours
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search