Navigation – Plan du site

Actualités de la recherche en intervention

Colloques

Colloque ARIS - 25 au 28 février 2020 - Liège, Belgique.

https://events.uliege.be/sepaps2020/aris2020/

Image 10000000000000960000008903221A71.jpg

Former des citoyens physiquement éduqués : un défi pour les intervenants en milieux scolaire, sportif et des loisirs

L’édition 2020 est placée sous le sceau du rassemblement. En effet, toutes les institutions belges francophones formant des éducateurs physiques participeront à l’événement. Ce dernier ouvrira réellement ses portes aux praticiens. Il portera sur tous les contextes de pratique et sera l’occasion d’une collaboration exceptionnelle avec d’autres associations dont l’AIESEP (Association Internationale des Ecoles Supérieures d’Éducation Physique), établissant ainsi des ponts au-delà du monde francophone.

Afin de tenir compte de la diversité des champs d’intervention des éducateurs physiques, quatre axes ont été proposés :

  • Axe 1 – Ecole en santé : quelles missions pour le professeur d’éducation physique ?

  • Axe 2 – Vers une éducation physique de qualité : quelles pratiques et perspectives ?

  • Axe 3 – Au-delà de la performance : quels apports des entraîneurs à leurs sportifs ?

  • Axe 4 – (R)évolution des loisirs actifs : quelle contribution des éducateurs physiques ?

Soutenance de thèse

Gilles Marrot a présenté sa thèse le 29 avril 2019 à l’Université des Antilles (ESPE de Guadeloupe). Cette thèse est intitulée « Les transitions codiques comme indicateur des dynamiques communicationnelles conjointes. Vers une caractérisation des gestes d'étude des élèves. »

Le jury était composé de :
Chantal AMADE-ESCOT, Professeure des universités en sciences de l'éducation émérite, Université de Toulouse Jean-Jaurès, France (rapporteure).

Frédéric ANCIAUX, Maitre de conférences HDR en sciences de l'Education, ESPE Guadeloupe, Université des Antilles, France.
Stéphane BRAU-ANTONY, Professeur des universités en sciences de l'éducation, Université Reims Champagne Ardenne/ESPE, France.
Fabienne BRIERE, Maitre de conférences HDR en sciences de l'Education, Université Aix-Marseille / ESPE, France.
Jean-Charles CHABANNE, Professeur des universités en sciences de l'Education, Ecole Normale Supérieure de Lyon, France.
Florence LIGOZAT, Professeure associée en Didactique comparée, Université de Genève, Faculté de Psychologie et des Sciences de l’éducation, Suisse (rapporteure).
Marie-Paule POGGI, Maitre de conférences HDR en sciences de l'Education, ESPE Guadeloupe, Université des Antilles, France.

Résumé

Enjeu de la thèse

  • 1 Ces sigles désignent des champs d’expériences sensorimotrices, affectives et sémiotrices singulière (...)

Dans la gestion de la triple incertitude professionnelle du métier d’enseignant d’EPS où rien n’est écrit d’avance, où les savoirs se redéfinissent en contexte et où il s’agit de s’adapter à ce que produit l’élève, le maître va mobiliser des « schèmes générateurs de contenus nouveaux […]. Ces schèmes, qui font partie de son habitus professionnel, s’ancrent aussi dans son rapport personnel à la culture, au monde, à la langue, à l’excellence » et aux valeurs. (Perrenoud,1996, p. 35). Ces schèmes sont convoqués au service de l’aide à l’étude des élèves qui en retour sont appelés à stabiliser des gestes d’étude nécessaires à l’appropriation des savoirs proposés.
L’objectif de notre travail est de se centrer sur ces habitus professionnels, sur ces enseignements en acte, pour en débusquer les déterminants, en hiérarchiser les facteurs dispositionnels, contextuels et situationnels, et en repérer l’impact sur les activité d’étude des élèves. A terme, il s’agit d’étudier les conditions et les contraintes qui façonnent ces habitus pour les transformer en atouts pour l’agir enseignant, c’est-à-dire en compétences professionnelles lucides et maitrisées, au service de la structuration de gestes d’étude efficaces et stabilisés pour les élèves.
Notre intention de recherche se précise autour des habitus de communication qui se développent dans l’acte d’enseignement/apprentissage. L’objectif de cette thèse est de mettre au jour les déterminants qui orchestrent le recours, par les enseignants et par les élèves, aux différents canaux de communication dans un contexte d’interaction didactique. Nous nous proposons d’en étudier la dynamique conjointe en prenant appui sur la discipline Education Physique et Sportive, et plus particulièrement sur le secteur d’apprentissage que constituent les activités de développement et d’entretien de soi croisé avec le secteur des activités de production de performance (CP1vs CP5, ou CA1 et CA 5)1. Nous avons appelé le point de passage d’un canal de communication à un autre une transition codique.

Revue de littérature

Elle s’organise en deux temps forts : d’abord il s’agit de revisiter les notions d’interaction, de communication et d’information pour déterminer comment formaliser voire modéliser la question de ce moment spécifique de la communication que constituent les transitions codiques. Cette revue de littérature déborde sur les notions de savoir et de connaissance en relation avec la notion d’information.
Ensuite, il s’agit de questionner la notion de geste, tant du côté de l’enseignant que du côté de l’élève, pour construire un outil permettant d’organiser un lien explicite entre les opérations de communication que constituent les transitions codiques et les gestes d’aide à l’étude (enseignant) et les gestes d’étude (élèves). Il s’agit de parvenir à en interroger le degré de spécificité ou de généricité de ces gestes.

Cadre théorique

Il s’inscrit dans le champ de la didactique. Il entreprend de croiser le modèle de l’action conjointe en didactique (Sensevy, 2007) dont on retiendra entre autre les actions didactiques (définir, dévoluer, réguler, institutionnaliser), la théorie anthropologique du didactique (Chevallard, ), dont on retiendra la classification des gestes, la notion de praxéologie et de moment didactique, et la théorie des situations didactique (Brousseau, 1998) dont on retiendra les actions de l’élève à travers le type de situation destiné à la construction de la connaissance visée. Ces trois approches vont nourrir un modèle de lecture et d’analyse de l’activité d’étude de l’enseignant et de l’élève. On exploitera bien entendu les notions communes a ces trois approches : la transposition didactique d’abord, qui va amener la notion de milieu et inévitablement celle de contrat.

Méthodologie

Le travail s’inscrit dans une perspective clinique/expérimentale à visée explicative et compréhensive. Il va s’efforcer de croiser trois échelles d’analyse didactique macro/méso/micro (Ligozat 2008), afin de reconstruire la trajectoire d’apprentissage des élèves dans leur interaction avec les activités d’enseignement.
Le protocole retenu a été de réaliser des vidéos sur des leçons d’EPS au sein d’une séquence d’apprentissage. Les enregistrements vidéo portent sur les leçons 3, 5 et 7 en croisant trois points de vue : un plan large, un plan focal du point de vue de l’enseignant et un plan focal du point de vue de l’élève. Un entretien ante séquence a été fait avec les enseignants, puis un entretien post séquence. Au sein des leçons, des épisodes significatifs au regard de l’objet d’étude ont été sélectionnés et présentés aux enseignants concernés pour un entretien d’autoconfrontation, dans la perspective proposée par Clot (1999). Certains de ces épisodes ont été soumis également aux élèves pour un entretien semi directif, afin de faire émerger chez eux les processus fonctionnels sous jacents à leur comportement en étude. Ces élèves ont aussi été entretenus avant la séquence. Des entretiens flashes ont été également effectués. Ce dispositif de recueil de données est présenté dans la figure 1 ci-dessous.

Figure 1. Dispositif de recueil de données

Image 100000000000024C000000CE568A8D1B.jpg

Le choix pour faire émerger les caractères génériques et spécifiques des gestes didactiques de métier et des gestes d’études se sont portés sur deux classes de terminales de deux enseignants chevronnés dans deux APSA contrastées au plan des praxéologies : la musculation dont l’enjeu demeure le savoir s’entrainer, et la natation dont l’enjeu éducatif reste la réalisation d’une performance.
Chaque épisode a été codé à l’aide de 17 critères différenciateurs et mis en données dans un logiciel de traitement de questionnaire SPHINX. Le projet était de réaliser une analyse de correspondance multiple, des tris à plat et des tris croisés. Pour les entretiens, une analyse de contenu a été effectuée.
Finalement, le corpus se constitue de 852 épisodes.

Résultats

Les résultats sont analysés en trois moments :
1. Les éléments macroscopiques
Ils révèlent que les transitions codiques constituent l’outil de communication le plus longtemps utilisé dans l’interaction, quelque soit l’enseignant, quelque soit l’élève et quelque soit l’APSA. La dimension gestuelle de la communication est très peu utilisée seule et la dimension verbale, quoique utilisée régulièrement, n’est pas dominante du point de vue du critère temporel. Ces premières conclusions nous ont amené à différencier les Unités d’intervention monocanales (UImono) des Unités d’intervention avec transitions codiques (UITc).
2. Les éléments mésoscopiques 
Nous avons dû au regard de nos résultats, poser une seconde distinction, relative à ce que nous avons appelé la charge d’une UITc, qui correspond au nombre de transitions réalisées pour une même intervention didactique. Nous classifions ainsi des UITc à charge lourde et des UITc à charge légère. Nous avons ensuite regardé et classé les UITc au regard des délais transitionnels, c'est-à-dire de l’espace de temps qui sépare deux points de transition. Nous obtenons ainsi des délais longs ou des délais courts. Nous avons également catégorisé nos UITc au regard de leur force directionnelle, c'est-à-dire du nombre de fois où un canal était emprunté durant l’intervention. Nous obtenons ainsi des UITc à forces directionnelles verbales ou coverbales pour la majeure partie de notre corpus.
Ces catégories d’analyse permettent de porter un regard sur la distribution des interventions de l’enseignant, qui s’avèrent différentielles au regard du sexe des élèves, du moment didactique, de l’activité support, de l’enseignant qui les réalise, du niveau des élèves dans l’activité support.
Ce niveau d’analyse nous a permis de mettre en évidence trois caractéristiques des transitions codiques : a) elles sont dissipatives ; b) elles sont co-évolutives entre le verbal et le coverbal ; et c) elles reflètent une démarche stable ancrée dans les pratiques d’enseignement.
3. Les éléments microscopiques
Les analyses successives des épisodes sélectionnés amènent à préciser les gestes d’étude des élèves, en indiquant que si les contenus transmis sont dans le verbe et les mouvements/postures de l’enseignant, le processus de transmission semble se développer dans le rythme donné à l’interaction didactique par les transitions codiques. Ces dernières auraient donc une double fonction : désigner le contenu et impulser son processus d’appropriation.

Conclusion

Cette étude menée à partir d’un indicateur macroscopique sur les activités conjointe de l’enseignant et des élèves que sont les transitions codiques interrogent le champ de la didactique selon une triple perspective.
D’abord, il s’agit de réinterroger les processus de construction du savoir par les élèves et de diffusion par les professeurs de sorte que puissent réellement être dévoilé l’espace conjoint des gestes d’étude et des gestes d’aide à l’étude. Nous nous attachons particulièrement à caractériser les gestes d’étude des élèves.
Ensuite, il s’agit de re-questionner, à travers les transitions codiques, ce qui va relever de la généricité des interventions didactiques de l’enseignant et ce qui va relever d’un caractère éminemment spécifique.
Enfin, il s’agit d’explorer les modalités intuitives/réflexives de la mise en oeuvre de ces transitions pour interroger les processus de formation initiale et continu des enseignants d’EPS dans ce domaine de la communication.

Notes

1 Ces sigles désignent des champs d’expériences sensorimotrices, affectives et sémiotrices singulières. Le champ 1 ou CP1 correspond à la réalisation d’une performance à échéance donnée et la CP5 aux activités visant à créer des effets sur soi dans une perspective de développement et d’entretien.

Haut de page
  • Logo Université de Franche-Comté
  • Logo ELLIADD - Édition, Langages, Littératures, Informatique, Arts, Didactiques, Discours
  • OpenEdition Journals