Navigation – Plan du site

Éditorial

Souhah Elandoulsi, Fabienne Brière-Guenoun et Marie-Paule Poggi

Texte intégral

Les propositions de manuscrits sont à envoyer à : ejrieps[at]orange.fr

1Ce deuxième numéro spécial de la revue eJRIEPS est consacré aux actes de la 9ème Biennale de l’Association pour la recherche sur l’intervention en sport qui s’est tenue à Hammamet (Tunisie) du 18-20 Mai 2016. Le colloque intitulé « L’intervention en sport et en Education physique face aux transformations sociétales : enjeux, défis, responsabilité de la recherche » s’est centré sur l’analyse de l’intervention en sport et en éducation physique, en lien avec les transformations sociétales et les modèles culturels qui les accompagnent. En effet, des transformations sociétales plus ou moins accentuées et accélérées selon les situations géographiques particulières affectent l'ensemble des pays francophones. Qu'elles soient d'ordre économique, industriel, politique, culturel, éthique, scientifique, qu’elles concernent les mœurs, les mentalités, les représentations et les conceptions, ces transformations ne manquent pas d'avoir une incidence sur les différentes pratiques physiques et sportives comme sur l’intervention. Éducateur, entraîneur, animateur dans les secteurs de l’école, du mouvement associatif, du tourisme et du loisir, de l’activité physique adaptée à des publics particuliers, l’intervenant voit nécessairement son rôle interpelé par ces transformations sociétales en cours. L’approche scientifique de son activité et des interactions dans lesquelles il est engagé en situation n’est pas non plus dans une quelconque « apesanteur » sociale : d’une part, la recherche scientifique est elle-même « prise », comme n'importe quelle pratique, dans la dynamique sociale ; d'autre part, les objets qu'elle étudie sont traversés de part en part par cette dynamique. Quatre thématiques ont été étudiées lors de ce colloque.
Pour la première thématique « les transformations du rapport au savoir », l’objet consistait à adapter la formation aux évolutions des métiers de l’intervention. Une des conséquences de cette évolution pour l’analyse de l’intervention consiste en une focalisation plus forte sur l’activité des acteurs, sur le sens de ce qu’ils vivent, éprouvent, comprennent et apprennent dans un contexte social précis. Cette réflexion sur l’agir dans la motricité humaine concerne à la fois les comportements (objectivables car observables) et les conduites motrices en tant que processus intentionnels et stratégies décisionnelles sous-jacentes situés en contexte.
La seconde thématique « les transformations des paradigmes scientifiques » concernait la façon dont le modèle du praticien réflexif, et plus généralement les différents modèles de l’intervention qui ont émergé au cours des dernières décennies, ont eu un impact sur l’analyse de l’intervention, la formation à l’intervention, et l’intervention elle-même.
La troisième thématique « les transformations des mœurs, des valeurs » s’est attachée à la question de l’émergence de nouveaux modèles culturels qui tendent à substituer au modèle « ascétique » véhiculé par la tradition du travail et du sport une perspective plus « hédoniste ». La façon de concevoir les oppositions souffrance / plaisir, travail / jeu, contrainte / accomplissement, etc. au sein des pratiques d’intervention s’en trouve renouvelée. Si les perspectives de recherche cliniques sont particulièrement concernées par ces problématiques, d’autres approches comme l’anthropologie, l’ergonomie, la sociologie, la didactique apportent des éclairages complémentaires sur la façon dont les pratiques au sein des situations d’intervention intègrent les transformations des mœurs et des valeurs.
La quatrième thématique « les transformations des rapports sociaux de genre » s’est intéressée à la déclinaison des rapports sociaux entre genres masculin et féminin qui constitue un siège d’enjeux culturels et sociétaux cruciaux. Dans ce domaine problématique où règne bien souvent l’implicite, l’intervenant peut être pris au jeu de dynamiques qui le dépassent. Cet axe s’intéresse plus particulièrement aux manières dont les interactions sociales au sein des situations d’intervention sont structurées par les rapports de genre. Il s’agit de considérer les transformations en jeu, comme les résistances culturelles qui tendent à s’y opposer.

2Ce numéro spécial rassemble ainsi cinq contributions issues de ce colloque.
La première contribution, proposée par Léa Gottsmann, Jean Trohel et Nathalie Gal-Petitfaux, s’intitule : La construction de compétences par les élèves en Education Physique : étude de la dynamique d’engagement et d’actualisation des connaissances dans l’action. S’inscrivant dans le cadre théorique et méthodologique du cours d’action, elle s’intéresse à l’activité expérientielle d’une élève lors d’un cycle de badminton orienté vers la recherche du déséquilibre. Les résultats révèlent une transformation de l’activité de l’élève entre les séances 2 et 3 caractérisée par la recherche du déséquilibre permise par l’utilisation des ressources de la situation. Les auteurs interrogent finalement les conditions susceptibles de contribuer à développer un agir compétent liées aux traits de familiarité entre les situations, à l’utilisation des artefacts et aux interactions sous forme de questionnements.
La contribution de Nada Ghorbel et Florence Darnis, qui s’intitule L’apprentissage paritaire en EPS : analyse comparatiste des interactions dyadiques en handball et danse concerne la construction de compétences spécifiques et transversales en EPS en étudiant le rôle du langage en tant qu’outil conceptuel. S’inscrivant dans une approche intégrative des travaux post-piagétiens et de Vygotsky, l’analyse de type comparatiste porte sur les interactions verbales paritaires des élèves dans une classe de 6ème dans l’enseignement de deux APSA collectives différentes (la danse et le handball). Les résultats pointent la spécificité ainsi que l’importance de l’aspect collectif et social des contenus propositionnels caractérisant les règles d’action. L’analyse des dynamiques interactives montre une valorisation des modalités de co-construction du tutorat spontané en danse.
Dans sa contribution intitulée Faire apprendre les élèves en milieu difficile. Analyse didactique des gestes d’un enseignant d’Éducation Physique et Sportive, Teddy Mayeko étudie les gestes didactiques de métier d’un enseignant d’Éducation Physique et Sportive (EPS) exerçant en milieu difficile. Il s’intéresse en particulier aux modalités de conduite de l’étude en fonction de la position scolaire des élèves dans l’activité (en réussite ou en difficulté). Les résultats montrent que l’enseignant propose un aménagement souple et différencié du milieu didactique, met en place des conditions d’apprentissage favorisant la réussite des élèves et agence diverses structures de communication. Ces modalités contribuent à repositionner la question des savoirs au cœur du processus d’enseignement et offrent des perspectives d’apprentissage consistantes.
La contribution de Donia Sghaier Donia, Hejer Ben Jomâa, Mohamed Mami, Georges Kapazaï et Anissa Bouassida Anissa porte sur les pratiques ostensives de deux enseignants d’Education Physique et Sportive (EPS) dans l’activité natation en Tunisie. Selon le cadre théorique de la didactique clinique de l’EPS, les auteurs cherchent à dégager les effets des formes ostensives sur le rapport au savoir. Les résultats montrent que les deux enseignants mettent en scène leur propre rapport au savoir dans les situations d’enseignement qu’ils proposent à leurs étudiants, mais chacun avec son degré d’expérience personnelle. Ils révèlent la forte interdépendance entre la forme d’ostension utilisée par le professeur d’EPS et le rapport au savoir en natation.
Dans leur contribution intitulée Analyse de la transition entre l’enseignement secondaire et l’enseignement supérieur chez les sportifs de haut niveau en Fédération Wallonie-Bruxelles, Catherine Theunissen, Nathan Bolaers et Marc Cloes analysent les opinions, à propos de la transition scolaire entre les études secondaires et supérieures, de 103 jeunes, reconnus officiellement par la Fédération Wallonie-Bruxelles (Belgique francophone) comme espoirs sportifs. Les résultats montrent que 11 % ont abandonné leur pratique sportive pour se consacrer à leurs études supérieures ; 73 % pensent que les aménagements sont mieux organisés dans le secondaire que dans le supérieur, avec de fortes disparités en fonction des établissements de formation. Ils révèlent également une diminution de 27 % du nombre de jeunes ayant bénéficié du statut spécial octroyé par le Ministère des sports après cette année de transition. Les auteurs en concluent la nécessité d’un projet basé sur la continuité des démarches et des aménagements pour aider ces étudiants-sportifs à mener à bien leur double vie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Souhah Elandoulsi, Fabienne Brière-Guenoun et Marie-Paule Poggi, « Éditorial », eJRIEPS [En ligne], Numéro spécial 2 | 2019, mis en ligne le 01 juillet 2019, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/ejrieps/929

Haut de page

Auteurs

Souhah Elandoulsi

Fabienne Brière-Guenoun

Editeur scientifique eJRIEPS

Articles du même auteur

Marie-Paule Poggi

Editeur scientifique eJRIEPS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
La revue eJRIEPS est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Attribution 4.0 International License.

Haut de page
  • Logo Université de Franche-Comté
  • Logo ELLIADD - Édition, Langages, Littératures, Informatique, Arts, Didactiques, Discours
  • OpenEdition Journals