Skip to navigation – Site map

Quand le supportérisme et la politique s’imbriquent

Les groupes de supporters Beleştepe et Çarşı
Gökçe Tuncel

Abstracts

In 2010 a few ultras from Çarşı, a well known fan group of the Beşiktaş football club, formed the Beleştepe (“Free hill” in English) in order to develop collective action against capitalist and industrial football. The name of this group comes from a hill next to the İnönü stadium. From this hill, it is possible to see 70% of the inside of the stadium and fans who do not have enough money to buy a ticket settle on this hill to watch the match. But above all, their decision to gather in a separate group came from their political position, which is more explicit and precise than that of Çarşı. This article will analyse different modes of politization of the two groups.

Top of page

Full text

Introduction

1En 2010, quelques supporters de Çarşı (groupes de supporters du club de football Beşiktaş) forment le groupe Beleştepe (la « colline gratos » en français) afin d’élaborer une action collective contre l’industrie du football. Le nom de ce groupe vient d’une colline qui se trouve à côté du stade Inönü. Puisque depuis cette colline, il est possible de voir 70% de l’intérieur du stade, les supporters qui n’ont pas suffisamment d’argent pour acheter un ticket s’installent sur cette colline afin de suivre le match.

  • 1 Le mot « Arena » (arène) dans Vodafone Arena est récemment supprimé au profit de « Park » à la suit (...)

2Comme sa maison mère Çarşı (marché en français), qui porte le même nom que son quartier d’origine, le nom de Beleştepe vient également d’un espace public physique où il est question de défendre un territoire afin de pouvoir continuer à se rassembler et partager le plaisir de suivre le match collectivement. Distinct de sa maison mère en plusieurs points, Beleştepe formule une critique du modèle du football industriel qui touche aussi bien au football qu’au supportérisme. Le groupe n’hésite pas non plus à afficher son opposition au gouvernement en place. Aujourd’hui, avec la construction du nouveau stade, cette colline depuis laquelle les supporters pouvaient regarder le match gratuitement n’existe plus. En effet le stade d’Inönü, construit en 1947, a été démoli en 2013 pour être remplacé par un nouveau stade appelé Vodafone Arena1, qui est également situé dans la commune de Beşiktaş très proche du quartier appelé Çarşı. Malgré la disparition de la colline « gratos » le groupe Beleştepe persiste. Son objectif est de soutenir un football inclusif, moins violent qui ne répondrait pas aux normes restrictives du football industriel.

3Quel est le rapport de Beleştepe, un groupe de supporters qui affiche sans ambiguïté son positionnement à gauche, à Çarşı, un groupe hétérogène sans frontières ni revendications politiques précises. Beleştepe constitue-t-il une scission ou est-ce que sa politisation a une place dans Çarşı ? Et dans l'affirmative, comment celle-ci est-elle vécue au sein de Çarşı ? Afin de répondre à ces questions, nous analyserons dans cet article les différents modes de politisation de ces deux groupes de supporters de la même équipe ainsi que leurs points d’articulations.

4L’article s’organise en trois temps. Dans une introduction théorique sur les supporters de football, l’article aborde les principales caractéristiques du phénomène du supportérisme, la relation qu’entretient ce dernier avec la politique ainsi que le supportérisme dans le contexte turc. Ensuite, il analyse le groupe de supporters Çarşı, puis celui Beleştepe, pour finir enfin sur leurs interactions. Aborder les deux groupes de supporters dans ce même article a pour objectif d’une part de mieux faire ressortir les caractéristiques de chaque groupe et, d’autre part, de montrer la diversité que peut revêtir le supportérisme dans un même contexte politique et géographique.

5Cette analyse est fondée sur des observations participantes, durant le mois de février 2016 dans l’un des principaux cafés où les supporters se retrouvent pour se socialiser et regarder les matchs dans leur quartier. Il s’appuie également sur vingt-cinq entretiens semi-directifs menés avec les principaux membres de Çarşı et de Beleştepe au cours de la même période. Nous avons choisi de mener des entretiens semi-directifs puisque nous avons fait le choix de construire une grille d’analyse à partir des indicateurs qualitatifs afin de rendre intelligible les perceptions, les opinions, les attitudes et les motivations des enquêtés. Utiliser des questionnaires ou bien mener des entretiens directifs s’avéraient incompatibles avec notre terrain de recherche. En effet, l’accès au terrain était particulièrement difficile puisque quelques membres de Çarşı ont été accusés de tentative de coup d’État pendant le mouvement Gezi et risquaient d’être condamnés à l’emprisonnement à perpétuité. À titre d’exemple, nous avons mené un entretien avec l’un des co-fondateurs de Çarşı en présence de son ami avocat. Alors, en menant des entretiens semi-directifs, nous avons essayé de favoriser la mise en place d’une ambiance informelle et amicale pour discuter avec les enquêtés sans leur intimider avec des questions directes. Nous avons élaboré notre grille d’entretien à travers quatre thèmes principaux :
1, l’engagement dans le groupe de supporter ;
2, l’engagement politique des supporters ;
3, l’inscription des supporters dans l’espace public (quartier et stade) ;
4, la biographie des supporters.

6Nous avons découvert la présence du groupe de supporters Beleştepe lors de notre observation participante dans le café où une des supporters, Aysu, a déclaré s’identifier simultanément au groupe de supporters Çarşı et Beleştepe. En raison de la situation politique actuelle de la Turquie, les prénoms des membres de Beleştepe ainsi que de Çarşı sont modifiés pour maintenir l’anonymat des enquêtés.

Le phénomène du supportérisme

7Il est possible de distinguer quatre principaux phénomènes de supporters dans le monde : le hooliganisme anglais, né dans l'Angleterre de l’entre-deux-guerres mais qui a pris son essor dans les années 1960 ; le mouvement Torcida, né au Brésil dans les années 1940, Barras Brava émergé en Argentine dans les années 1950 et le mouvement ultra né en Italie en 1968 avec ‘La Fossa dei Leoni’ (la fosse aux lions) formée à Milan. Alors que le mouvement ultra est le plus jeune parmi ces quatre, il est le plus présent dans le paysage du supportérisme : dans les années 1980, il se répand en Europe du sud et se trouve complétement européanisé dans les années 1990 (Pays-Bas, Allemagne, Écosse, pays scandinaves, ex-pays socialistes et Turquie). Depuis les années 2000, le mouvement ultra a fini par être globalisé (Maghreb, Jordanie, Syrie, Canada, États-Unis, Japon, Chine, Corée du Sud et Australie) (Battini 2012). Dans le cadre cet article, on ne discutera que de deux modèles principaux du supportérisme : le modèle britannique (hooliganisme) et le modèle italien (ultra).

8Alors qu’en Grande-Bretagne le recrutement des supporters et des hooligans après 1955 est effectué essentiellement parmi la jeunesse ouvrière (Dunning et al. 1988), le style de supportérisme ultra italien n’a jamais été dominé par une classe sociale ou par une culture spécifique à la jeunesse. L’élément unificateur des ultras est le supportérisme lui-même et non pas la consommation, l’idéologie politique ou la classe sociale (Dal Lago ; De Biasi 1994 : 77). Étant un modèle plus organisé et spectaculaire, chaque club de football en Italie comprend plusieurs centaines d’associations de supporters avec des réseaux nationaux et internationaux qui organisent de véritables spectacles dans les stades avec des chants, fumigènes et bannières aux couleurs du club et de la ville. Les ultras n’hésitent pas également à rappeler le club et les joueurs à leurs devoirs vis-à-vis du football et des supporters et à dénoncer l’injustice qui leur est faite. C’est pourquoi le désir de visibilité des ultras est souvent accompagné de moralisme (Mignon 1998 : 52).

9Le territoire (bars, quartiers, tribunes) est un élément constitutif de la culture des ultras et des hooligans. Pour les ultras, c’est le virage (curva) qui indique leurs géographies sociales par rapport aux supporters ordinaires. Le virage se distingue du reste du stade et, symboliquement, du reste de la société par la performance spectaculaire des ultras. L'accès au virage est contrôlé, et les supporters ordinaires savent que le numéro de siège imprimé sur un ticket ne donne pas nécessairement l'accès au virage. Pour les hooligans, les tribunes représentent également des territoires à défendre, au nom de l’honneur du groupe.

10Les ultras italiens partagent une culture de combat. Quand il s’agit d’un combat dans le stade, celui-ci reste, la plupart du temps, au niveau symbolique : les ultras s’efforcent de démontrer leur puissance symbolique par la beauté de leurs chorégraphies afin de dévaloriser celles des ennemis (groupes ultras adverses) et ainsi accéder à la reconnaissance du public. En revanche, le combat en dehors du stade peut devenir violent. Afin de vaincre les ennemis sur le territoire, les ultras ont recours aux tactiques de guérilla urbaine. Les leaders essaient cependant de contrôler et de limiter l’intensité et la longueur des combats afin d’éviter des dangers extrêmes pour eux-mêmes et parfois pour l’ennemi également. Les combats sont d’une importance capitale, car en participant à une bagarre dans le stade ou dans les rues les ultras démontrent leur attachement au groupe, délimitent les frontières, créent une mémoire collective et affirment ainsi l’identité du groupe. Pour les hooligans, le recours à la violence est plus immédiat et elle n’est pas utilisée dans la construction d’une cause, comme c’est le cas pour les ultras, mais pour la recherche du plaisir. Cela peut expliquer la différence du niveau de violence entre l’Italie et la Grande-Bretagne (Mignon 1998 : 51).

Les groupes de supporters et la politique

11Les mouvements sociaux du début des années 2010 ont été marqués par l’apparition de groupes de supporters qui se sont engagés à défendre des intérêts communs dépassant le seul cadre sportif (Busset 2014). À titre d’exemple, de nombreux supporters en Égypte (Gibril 2016 ; Woltering 2013), en Turquie (Irak 2016) et en Ukraine (Ruzhelnyk 2016) ont pris part à des manifestations et ont alors démontré leur capacité à faire abstraction de leurs rivalités afin de s’engager dans une action collective.

12Franck Moroy (2000), dans son étude sur les supporters libanais explique comment la politisation des gradins crée un espace « libéré » où les supporters peuvent exprimer leurs opinions politiques. De fait, les gradins, en tant qu’espaces autonomes, fournissent aux supporters un environnement pour l’expression de soi. En revanche, la culture hégémonique du football dominée par les médias, les propriétaires de club et les politiciens, peut facilement bloquer et manipuler l’atmosphère de libre expression des gradins (McLean ; Wainwright 2009 : 68). À titre d’exemple, en Italie, le niveau d’organisation élevé des ultras et leur réputation aux yeux des supporters de football leur donnent le rôle d’intermédiaire entre supporters, hommes politiques et clubs de football. Vincenzo Scalia (2009) montre comment les dirigeants des clubs de football en Italie ont utilisé les ultras pour transformer le problème financier des clubs en un problème public et ont ainsi réussi à mobiliser l’intervention politique qui a sauvé les clubs de l’effondrement financier. Par ailleurs, les stades et les matchs représentent des cadres symboliques autonomes dans lesquels les références aux autres cadres, y compris le cadre politique, sont utilisées pour des fins internes à cet événement de football et elles sont, de fait, partiellement, vidées de leur sens originel (Dal Lago ; De Biasi 1994 : 79 ). Comme le note Christian Bromberger « il serait tout aussi fâcheux de décréter l'arbitraire du langage du supportérisme que de lui conférer une excessive plénitude – politique ou autre » (Bromberger 1996 : 39). En Russie par exemple, les expressions politiques dans le stade sont souvent utilisées pour disqualifier l’adversaire (Gloriozova 2016). Nicolas Hourcade (2000) montre également que les ultras français désirent d’abord être autonomes et utilisent les symboles politiques pour surtout discréditer et provoquer l’adversaire ; leur culture reste très hétérogène attirant à la fois des jeunes fascistes, des militants de gauche ou bien des personnes peu politisées. Cette autonomie du cadre explique alors la coexistence au sein du même groupe de supporters de symboles politiques contradictoires.

Le football et la politique en Turquie

13C’est avec la déclaration de la Seconde Période Constitutionnelle en 1908 que sont fondés les clubs de football turcs et la plupart de ces clubs, en particulier ceux d’Istanbul (nommés « les trois grands » : Galatasaray, Fenerbahçe et Beşiktaş) ont été fondés avec des objectifs nationalistes. Après la proclamation de la République, ces clubs sont devenus les protégés des politiciens. La position privilégiée des trois grands et leurs liens avec l’élite a mis en place une relation de dépendance en laissant ces clubs ouverts à l’intervention politique (Irak 2013a). Mais c’est avec le coup d’État du 1980 que le football est devenu de plus en plus dépendant de l’élite politique et économique.

14Avant le coup d’État de 1980, le peuple ne voyait pas les gradins comme des espaces pour l’action politique: d’une part, le football en Turquie n’a pas été investi par la gauche car il a été considéré comme « opium des masses », (Bostancıoğlu 1993 : 242-244) et, d’autre part, pour la droite, le football représentait des troubles à l’unité nationale en raison de sa nature qui génère des rivalités (Bora ; Erdoğan 1993 : 231-237). C’est la raison pour laquelle la junte militaire de 1980, qui visait à dépolitiser les masses afin de leur imposer sa propre idéologie, a considéré le football comme un terrain idéal. Le gouvernement de la junte et, juste après, celui d’Özal en 1983, ont beaucoup investi dans le football et ont activement soutenu sa modernisation : les restrictions des footballeurs étrangers ont été supprimées, les clubs ont eu désormais des privilèges d’impôt et il leur a été permis de vendre leurs propres billets pour la saison ainsi que de définir leur propre prix pour ces billets. Par la mise en place de cette politique néo-libérale, les grands clubs ont pu accumuler plus de capital que les autres. En 1991 la première chaine de télévision privée, Magix Box, a été fondée par le fils de Turgut Özal, le président de la République de l’époque. En 1993, les chaines de télévision cryptées ont été introduites. Les stades incluaient désormais des boutiques, des restaurants ainsi que des supermarchés. Le football a été transformé en un divertissement des classes moyennes et supérieures, considéré comme une solution à l’hooliganisme.

15Le football a été aussi utilisé comme une distraction afin de détourner l’attention de l’isolement de la Turquie par rapport au monde occidental, notamment en raison de l’invasion de Chypre en 1974 et du coup d’État de 1980. Dans les années 1990, le succès des clubs de football turcs dans les Coupes européennes a déclenché une vague de nationalisme populaire dans les gradins, le football étant source de fierté nationale (Irak 2014 : 115-117). Par ailleurs, le nationalisme appliqué pour justifier la formation de la nouvelle République turque, est devenu par la suite l’idéologie hégémonique glorifiant le populisme et devenant un outil pour les gouvernements de droite et de juntes après le coup d’État de 1980 (Bora ; Canefe 2002). Dans les années 1990, avec la montée du nationalisme populaire, le football est apparu comme un champ fertile pour la transmission des messages nationalistes. Avec l’élection de l’ancien militant MHP (Parti d’action nationaliste, Milliyetçi Haraket Partisi en turc) Güven Sazak à la présidence du club Fenerbahçe en 1993, les nationalistes ont commencé à être visibles dans le stade de manière organisée. Cette forte présence des nationalistes dans les stades a engendré une réaction forte, mais limitée, de la part du groupe de supporters Çarşı, à tendance politique de gauche.

16Après le référendum de 2010, qui a donné à l’AKP (Parti de la justice et du développement, Adalet ve Kalkınma Partisi en turc) le pouvoir nécessaire pour faire des changements importants dans la constitution, l'AKP a tenté d’établir sa propre hégémonie dans le domaine du football. Le parti a d’abord essayé d'infiltrer le football à travers les municipalités d’Ankara et d’Istanbul dirigées par l’AKP. Une fois que ces tentatives eurent échoué, les élites économiques des villes conservatrices comme Bursa, Sivas et Kayseri ont coopéré avec les municipalités et le gouvernement. Grâce à cette coopération, Bursaspor (l’équipe de la ville Bursa) a été le cinquième club, dans l’histoire de la Turquie à remporter la coupe de la Ligue en 2010. Il faut également rappeler que Kasımpaşa, le club du quartier du président à Istanbul, a été promu à la Super Ligue en 2007 grâce à l’investissement de quelques hommes d’affaires. La montée de l’élite pro-gouvernementale dans les clubs provinciaux a également affecté la Fédération de Turquie de Football (TFF – Türkiye Futbol Federasyonu en turc) et les candidats pro-gouvernementaux sont devenus des présidents de TFF. En 2010, l’administration du logement collectif (TOKİ – Toplu Konut İradesi en turc) a apporté un soutien financier à la finalisation du nouveau stade de Galatasaray.

  • 2 Le mouvement « Gezi Park » est initié en mai 2013 par une poignée de militants écologistes, avec la (...)

17Le 15 janvier 2011, la domination de l’AKP sur le football a traversé sa première vague de contestation. Avant l’ouverture du nouveau stade de Galatasaray, le président de TOKİ Erdoğan Bayraktar a accusé l’ancien président du club Özhan Canaydın d’incompétence lors d’une déclaration publique suite à laquelle les supporters de Galatasaray ont hué Bayraktar et Recep Tayyip Erdoğan. Trois mois plus tard, une nouvelle régulation est entrée en vigueur, punissant gravement les supporters à l’origine du désordre dans les stades. Le 3 juillet 2011, une opération massive a été lancée contre le trucage des matchs au sein des clubs Fenerbahçe et Beşiktaş. Opération suite à laquelle plusieurs représentants du club, y compris le président de Fenerbahçe Aziz Yıldırım, ont été détenus plusieurs mois. Les supporters de Fenerbahçe frustrés par l’absence de couverture médiatique de cette opération, ont commencé à utiliser le fan blog appelé Papazın Çayırı afin de contester et critiquer le système judicaire, le gouvernement ainsi que la police (Irak 2014). Mais l’exemple le plus emblématique de l’opposition des supporters turcs au gouvernement en place est celui du mouvement Gezi2 en 2013 (Göle 2014). À Istanbul, les supporters se sont réunis sous le nom d’« Istanbul United » pour soutenir les manifestants, confronter les forces de l’ordre et contester les politiques de plus en plus autoritaires du gouvernement (Irak 2016).

La culture du supportérisme en Turquie

18L’arrivée d’internet et des chaînes sportives dans le pays à partir des années 1990 a véritablement transformé la culture du supportérisme turc. Cette nouvelle génération de supporters issue de la classe moyenne commence à prendre contact avec les supporters étrangers à travers les forums en ligne et à s’intéresser à leurs histoires et à leurs cultures. Attirés par la culture hooligan et ultra, ils adoptent la pratique des chants et de la chorégraphie dans les stades et commencent à publier des fanzines comme le Forza Beşiktaş du groupe Çarşı dans les années 1990. La consommation d’alcool en faisant la fête dans les rues, bars etc. fait également partie de cette nouvelle culture du supportérisme qui fait écho au style de vie moderne à Istanbul. On peut compter également l’interaction des supporters turcs avec les ultras italiens pendant les Coupes européennes à la fin des années 1900 comme un des facteurs qui a favorisé la diffusion du modèle ultra dans les stades turcs. Il est important de souligner que les supporters qui définissent les normes du supportérisme turc sont ceux qui ont les ressources (culturelles et économiques) nécessaires pour se mettre en contact avec les supporters européens.

19Selon Adrien Battini (2012), alors que le supportérisme turc est une interprétation du mouvement ultra à l’italienne, il diffère de ce dernier par une identification forte avec le club transcendant les identités locales, ethniques, politiques ou religieuses. Ce supportérisme rejette également les divisions profondes du pays, reproduit les codes et les croyances nationalistes et peut donc être considéré comme un nouveau modèle de la communauté nationale. Dağhan Irak (2017) montre que même si culturellement les supporters en Turquie adoptent l’attitude des « hooligans » (modèle britannique) et des « ultras » (modèle italien), ils se comportent principalement comme des clients qui demandent des transferts couteux, achètent les abonnements et les biens officiels du club et ne contestent jamais la direction du club. Par ailleurs, alors que le supportérisme « moderne » domine les stades d’Istanbul, ceci n’est pas le cas pour les stades dans les villes conservatrices de province qui ont imité les chants des supporters stambouliotes sans avoir adopté leur style de vie.

« Çarşı est contre tout », la maison mère de Beleştepe

Fondation

20Quelques supporters de Beşiktaş fondent Çarşı en 1982 dans le quartier appelé Çarşı (en français : le marché) de la commune de Beşiktaş à Istanbul. Çarşı porte ainsi le même nom que son lieu d’implantation. Ses fondateurs aux tendances politiques de gauche appartiennent à la classe moyenne. L’un de ces fondateurs, le plus connu et reconnu parmi les supporters, décédé en 2007, était professeur de lycée et enseignait l’histoire à Ankara. Connu comme supporter gauchiste, il avait quitté son travail pour retourner à Istanbul afin de pouvoir se rendre aux matchs de Beşiktaş dans le stade Inönü. L’autre fondateur est actuellement le propriétaire d’un pub, situé dans le quartier de Çarşı où les supporters se retrouvent quotidiennement.

21À la fin des années 1970, alors que le stade Inönü, également situé dans la commune de Beşiktaş, est partagé jusqu’en 1981 entre les trois grands clubs de football d’Istanbul, Beşiktaş, Galatasaray et Fenerbahçe (les stades des deux derniers étant en travaux de rénovation), deux supporters de Beşiktaş décident de former un groupe pour organiser des nuits blanches devant le stade afin d’occuper les sièges les plus prestigieux (ceux qu’on appelle l’honneur du stade qui se situent entre les poteaux dans le coté fermé du stade) en y entrant les premiers, avant les supporters de Galatasaray et de Fenerbahçe. Les supporters de ces deux équipes adverses sont également malvenus dans le quartier de Çarşı, où ceux-ci passent la plus grande partie de leur temps et y organisent leurs activités de supportérisme (réalisation d’affiches, élaboration de chorégraphie, etc.). Cette volonté de construire une hégémonie physique à la fois dans le quartier et le stade engendre des affrontements violents entre ces groupes de supporters jusqu’au milieu des années 1990. La plupart de ces épisodes violents (notamment les combats très brutaux dans les rues) prennent fin lorsque les leaders des groupes d’ultras commencent à fonder leurs familles et signent une trêve.

  • 3 La notion de répertoire d’action collective, élaborée par Charles Tilly (1986), désigne un ensemble (...)

22À partir de la fin des années 1990, le répertoire d’action collective3 de Çarşı commence à changer. En effet dans les années 1980 et début 1990, son répertoire d’action est marqué par des chants et des symboles de gauche : sur le logo de Çarşı, visible sur toutes ses affiches, pancartes, écharpes... le symbole de l’anarchie remplace systématiquement le « a » de Çarşı (qui est toujours présent). Ils portent des drapeaux à l’effigie de Deniz Gezmiş, principal leader du mouvement d’extrême gauche exécuté en 1972. Ils adaptent le chant révolutionnaire du mouvement de gauche des années 1970 Gündoğdu pour le stade : ainsi « Nous nous sommes baignés dans le sang pour l’amour de la révolution » devient « Nous nous sommes baignés dans les drapeaux pour l’amour de Beşiktaş ». Ils chantent systématiquement cette version avant et après les matchs, poing gauche levé. Ce n’est pas un choix fortuit : à cette époque, ne pouvant manifester publiquement leurs opinions politiques de gauche dans les espaces publics de la ville, les jeunes se tournent vers les stades qui deviennent des arènes politiques. Mais avec le temps, la participation de supporters de diverses tendances politiques se traduit, à Çarşı, par une hétérogénéité croissante. Les fondateurs réagissent en modifiant leur répertoire d’action collective. Enfin, pour éviter la division de la tribune de Beşiktaş̧ dans le stade, ils cessent de lever le poing gauche en chantant leur version de Gündoğdu.

  • 4 Il s’agit d’une appellation assez courante pour se référer à Çarşı. Il existe également un autre so (...)

23À partir du début des années 2000, Çarşı devient un groupe de supporters connu pour ses formes d’action collective hautement spectaculaires dans l’enceinte du stade et par les projets humanitaires qu’il développe. À titre d’exemple, en 2009, pendant le match de Beşiktaş̧ avec Manchester United, les ultras atteignent 132 décibels dans le stade Inönü, l’équivalent du bruit généré par un avion au décollage. Comme le modèle ultra à l’italienne, la forme de supportérisme de Çarşı dans le stade constitue une vraie mise en scène minutieusement préparée à l’avance, collectivement, sous l’égide de son noyau dirigeant. Il commence à fonctionner également comme une organisation d’action civique soucieuse de protéger « les opprimés et défendre ceux qui n’ont pas les moyens sociaux et/ou économiques suffisants » (extrait de l’entretien avec l’un des fondateurs). Il devient alors « l’équipe du peuple »4.

L’imaginaire contestataire de Çarşı

24Même si Çarşı représente un groupe de supporters hautement hétérogène qui n’a pas de frontière ou d’idéologie politique précise, il serait erroné d’y voir uniquement un simple groupe de supporters. En effet même si la nature « politique » (ou plutôt « contestataire ») de Çarşı renvoie plus au passé du groupe qu’à son actualité, l’imaginaire de cette politisation spécifique reste fort. Cette image de groupe de supporters de gauche se construit en relation avec le passé du groupe et elle est pleinement observable chez les supporters peu ou non engagés qui voient dans Çarşı un groupe de supporters de gauche qui n’hésiterait pas à agir contre l’injustice sociale. Aujourd’hui, cet imaginaire peut être activé par les actions de certains supporters (ceux qui ont participé au mouvement Gezi) ou par la capacité d’action de Çarşı (son aisance à faire l’événement en utilisant ses ressources matérielles et son répertoire d’action collective de nature spectaculaire). Malgré le fait que les actions humanitaires de Çarşı et certaines de leurs performances lors des matchs représentent dans la plupart des cas des causes non conflictuelles, elles rentrent en résonance avec l’image d’un groupe de supporters politisé de gauche.

  • 5 En 2011, un présentateur de la chaine d’information Habertürk affirme en direct « Même si c’est à V (...)

25Pour illustrer cette hypothèse, on peut donner l’exemple du projet humanitaire organisé en 2011 par les ultras en vue d’aider les victimes du tremblement de terre à Van. Van est une ville de Turquie à majorité kurde. Cette ville, comme les autres villes pro-kurdes, a subi plusieurs conflits armés entre l’armée turque et le groupe armé kurde, PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan, Kürdistan İşçi Partisi en turc), depuis le début des années 1980 (Bozarslan 2003 : 95). Depuis ces années et encore aujourd’hui, une grande partie de la population turque considèrent les kurdes comme des terroristes et des ennemis de la Turquie, ou voire de citoyens illégitimes. Cette perception publique est liée entre autres à la propagande médiatique qui ne traite que des attaques du PKK envers les soldats turcs et l’État turc considérés comme innocents et presque pacifistes (ces deux entités nationales seraient obligées d’avoir recours à la violence uniquement pour se défendre). C’est la raison pour laquelle, après le tremblement de terre à Van en 2011, qui est l’un des plus grands tremblements de terre qui ait eu lieu en Turquie depuis 1924, avec plus de 250 morts, il n’était pas inhabituel d’entendre dans l’opinion publique des appels à une campagne d’aide soulignant conjointement les crimes que la population kurde de Van5 a commis à l’encontre des soldats turcs. Alors, déployer une banderole sur laquelle figure « les enfants de Van ne doivent pas avoir froid » dans l’enceinte du stade en 2011 peut être considéré comme un acte de contestation qui met en lumière au sein de l’espace public l’injustice que subissent les victimes du tremblement de terre en raison de l’identité kurde de la ville. Autrement dit, bien que soutenir les victimes d’une menace qui plane sur toute la Turquie soit une cause consensuelle, elle peut être perçue comme un acte contestataire en raison de l’identité kurde de la ville.

26Cependant, il convient de nuancer ces propos sur Çarşı en nous référant aux travaux de Dağhan Irak. Alors que Çarşı n’hésite pas à réagir contre la montée des nationalistes dans les stades à la fin des années 1900, le manque d’expériences en politique et la structure dépolitisée appliquée après le coup d’État du 12 septembre 1980 sur la société turque empêche Çarşı de devenir un groupe politique engagé contre-hégémonique (Irak 2015 : 144). Comme expliqué précédemment dans cet article, depuis leur fondation les trois clubs d’Istanbul (Beşiktaş, Fenerbahçe et Galatasaray) revêtent progressivement un caractère nationaliste en incarnant un domaine où s’affiche la fierté nationale. Force est donc de constater que le groupe de supporters Çarşı reproduit l’idéologie officielle (la laïcité et le nationalisme) de l’État turc. Leur participation au mouvement Gezi s’explique alors par l’intégration des idées issues de l’idéologie officielle au mouvement. Les supporters ne s’identifient pas aux revendications portées par les groupes politiques de gauche qui composent le noyau dur du mouvement Gezi (Irak 2016 : 113-114).

  • 6 Le 11 mai 2013, l’équipe de Beşiktaş joue son dernier match au stade Inönü, qui doit ensuite être d (...)

27Même si les supporters ont signé une trêve pour diminuer la violence entre groupes de supporters, celle-ci n’a pas disparu du répertoire d’action collective de Çarşı. On observe ces dernières années que les supporters ont recours à la violence lorsqu’il s’agit d’une attaque contre leur style de vie6 et pendant les matchs où Beşiktaş joue contre les équipes telles que Konyaspor et Bursaspor (deux équipes ayant des supporters conservateurs et pro-gouvernementaux) afin de provoquer et de discréditer les supporters adverses. Pendant le match de Konyaspor et Beşiktaş le 6 août 2017, les supporters de Konyaspor sont descendus sur le terrain avec des objets tranchants pour en découdre avec Çarşı. Le « PKK dégage » des supporters de Konyaspor à Çarşı en réponse au chant d’İzmir (un chant nationaliste et kémaliste) chanté par Çarşı a déclenché cette altercation. La violence et l’utilisation des symboles politiques au sein du groupe sont donc légitimées pour discréditer les supporters adverses dans le cadre relativement autonome de l’événement du match.

28En ce qui concerne son positionnement par rapport au club de Beşiktaş, alors que Çarşı avait le pouvoir politique dans le club et les ressources économiques nécessaires pour devenir une force contre-hégémonique face au club de Beşiktaş, le groupe a décidé de négocier avec les dirigeants du club. À titre d’exemple, en 2012, la direction de Beşiktaş enregistre le logo et le nom Çarşı comme marque commerciale et interdit alors la vente des produits portant le logo ou le nom Çarşı sans son accord (Irak 2013b : 150-155). On peut également donner l’exemple de sa brève dissolution en 2008 en réaction aux critiques qui l’associent à des groupes politiques de gauche. L’objectif de cette dissolution était de montrer que Çarşı n’a pas vocation à prendre plus d’importance que l’équipe de football Beşiktaş en polarisant l’attention publique par des débats concernant sa nature. La seule condition d’entrée dans Çarşı est en effet le degré de passion pour l’équipe de Beşiktaş. Cela explique également son approche inclusive par rapport à la participation au groupe d’ultras de supporteurs de droite ou d’extrême droite.

29En conclusion, Çarşı ne possède pas une vision conflictuelle du monde qui se déploie en dehors du cadre de supportérisme : il défend un ensemble de codes éthiques et moraux sans se référer à une idéologie ou à une revendication politique qui serait conflictuelle et/ou révolutionnaire. Qu’il s’agisse de la participation au mouvement Gezi, l’affrontement avec les supporters de Konyaspor ou sa relation avec le club de football Beşiktaş, Çarşı, qui représente plus les supporters de Beşiktaş qu’un groupe de supporters délimité, mobilise l’idéologie officielle de l’État (laïcité et nationalisme) et la reproduit. Les causes qu’il défend sont alors consensuelles et, dans la plupart du cas, restent dans le cadre de l’événement du match de football.

Beleştepe, « un autre type de supportérisme »

Fondation

  • 7 C'est le titre du manifeste de Beleştepe qui accentue l’opposition des supporters à l’industrie du (...)

30La fondation de Beleştepe s’inscrit dans un contexte plus large de groupes de supporters en Turquie qui affichent leur tendance politique à gauche et créent des liens avec des équipes et des groupes de supporters politisés en Europe comme St. Pauli et Livorno. En effet, de nombreux supporters turcs soutiennent le groupe de supporters de St. Pauli en raison de son opposition à l’industrie du football, à l’homophobie et à la discrimination. En 2006, un groupe de supporters politisé, de tendance gauchiste, fasciné par l’identité communiste de Livorno et par l’attitude antifasciste de son joueur Cristiano Lucarelli, fonde le forum Forzalivorno (forzalivorno.org). Ce forum, qui revendique sans ambiguïté son opposition à l’industrie du football, devient progressivement l’endroit privilégié pour des supporters de différentes équipes d’influence gauchiste qui se réunissent pour échanger et suivre les développements nationaux et internationaux du football (Bora et Özgehan 2011 : 49). Forzalivorno produisait le fanzine Sol Açık (Gauche Ouverte en français, “ouvert” se réfère à la partie ouverte de l’enceinte du stade). Une tentative de faire abstraction des rivalités entre groupes de supporters pour les rassembler sous une cause commune, le forum de Forzalivorno n’est plus actif aujourd’hui. Il semble que leur tentative ait échoué à cause de leur difficulté à dépasser les conflits entre groupes rivaux. Néanmoins, en ont émergé des groupes de supporters de tendance/ou d’influence gauchiste comme Halkın Takımı (Beşiktaş), et Tekyumruk (Galatasaray) et Sol Açık (Fenerbahçe) fondés par les supporters qui ont participé au forum Forzalivorno. Chacun de ces groupes s’oppose à l’industrie du football tout en essayant de se coordonner autour d’actions communes. Toutefois en raison de leur petite taille et du manque de ressources, ils ne sont pas capables en l’état actuel de se transformer en groupe de pression (Irak 2013b : 150-155). Beleştepe, qui défend « un autre type de supportérisme »7, est constitué des supporters ayant décidé de quitter Halkın Takımı jugé trop peu gauchiste.

Profil des membres et mode d’organisation interne

  • 8 Nous avons mené des enquêtes uniquement auprès des supporters qui se trouvent à Istanbul.

31Beleştepe est un groupe de supporters actif dans trois villes de Turquie : Istanbul8, Ankara et Izmir. À Istanbul le groupe se compose de 25 membres actifs, à Ankara 20 et à Izmir 13. Il existe au total 15 femmes, 20 étudiants et la plupart des membres ont moins de 35 ans et possèdent un diplôme universitaire. Les membres appartenant aux cols blancs (issus de la classe moyenne et qui travaillent dans les bureaux) représentent moins de la moitié du groupe. Il existe donc également beaucoup de membres appartenant aux cols bleus (exécutant des tâches manuelles dans le cadre de leur travail). Ceux appartenant à la classe moyenne constituent les membres actifs qui orchestrent les activités et les autres membres du groupe. Concernant les origines ethniques et religieuses, il apparaît que les kurdes ne sont pas en majorité. Ils sont néanmoins attirés par le positionnement à gauche du groupe selon les explications d’un de ses co-fondateurs. La plupart des membres se revendiquent athées, mais il existe par exemple une supporter femme qui est voilée.

  • 9 Pour protéger nos enquêtés, on a fait le choix de ne pas donner les noms de ces organisations polit (...)

32Un des co-fondateurs du groupe, Ferkan (29 ans), a un master en commerce international de l’Université Technique d'Istanbul. Il travaille actuellement dans une entreprise sidérurgique à Istanbul en qualité de responsable du commerce international et est rédacteur dans le média alternatif de gauche sendika.org (syndicat.org). Il écrivait également avant la fondation de Beleştepe dans le journal politique en ligne HaberSol (Actualités de Gauche, http://haber.sol.org.tr). Un autre membre actif de Beleştepe, Doğuş (32 ans), est diplômé d’un master en gestion d’entreprise de l’université privée de Bahçeşehir à Istanbul et travaille en tant que comptable dans une entreprise. Résidant depuis sa naissance dans un quartier d’Istanbul connu pour les affrontements entre ses résidents (alévis) et les forces de l’ordre, Doğuş est un alévi de gauche qui, bien avant son engagement dans le supportérisme, faisait partie de plusieurs organisations militantes d’extrême gauche. Il ressort de nos entretiens qu’avant d’être membre de Beleştepe, les supporters avaient déjà un engagement politique dans des organisations9 d’extrême-gauche. Même après la fondation de Beleştepe, il reste beaucoup de membres qui participent à des manifestations politiques à titre personnel. Par exemple Doğuş a participé au mouvement Gezi non pas avec Çarşı ou Beleştepe mais avec ses amis militants. Il faisait partie de la première phase du mouvement où les écologistes et les militants de gauche ont initié le sit-in. Par ailleurs, leur passion pour le football vient d’abord de leurs familles qui soutiennent activement l’équipe de Beşiktaş en suivant ses matchs à la télévision, puis de leur participation à l’événement dans le stade de Beşiktaş à Istanbul.

33Pour ce qui est du mode d’organisation interne de Beleştepe, c’est le groupe d’Istanbul qui dirige les actions de Beleştepe et l’organisation des membres se trouvant à Ankara et à Izmir. Les supporters utilisent les technologies numériques comme WhatsApp et Facebook pour se coordonner et communiquer entre eux. Il existe par exemple un groupe sur WhatsApp et sur Facebook pour la publication de leur revue, et un autre pour suivre les matchs amateurs. Beleştepe ne possède pas de local ou de lieu fixe pour se retrouver. À Istanbul, les supporters se rencontrent dans des cafés selon les disponibilités de chacun. Le mécanisme de prise de décision est basé, la plupart du temps, sur la recherche de consensus. Pour organiser une activité, il faut donc que tous les membres (actifs) soient d’accord. Par l’homogénéité de ses membres et par le mode d’organisation interne, Beleştepe diffère radicalement de Çarşı; dans ce dernier, c’est uniquement le noyau dur qui dicte les décisions dans la tribune et sur les réseaux sociaux en raison de la non-délimitation du groupe : il est impossible de solliciter l’avis de chaque personne pour une décision car cela reviendrait à contacter un nombre très élevé des supporters qui se disent « de Çarşı ».

34Afin de comprendre et d’analyser la nature de leur engagement nous interrogeons comment entre-t-on, comment reste-t-on et comment agit-t-on dans Beleştepe. Cela nous donnera les éléments pour comprendre les modalités d’intégration, d’identification et d’action des individus au sein du groupe.

Les modalités d’intégration

  • 10 Les deux autres modes de recrutement sont le « prosélytisme public » : la mise en scène publique du (...)

35Parmi les quatre modes10 de recrutement (Snow et al. 1980), le « prosélytisme privé » et la « promotion directe » sont les principaux modes de recrutement utilisés par Beleştepe. Le premier mode désigne un recrutement sur la base de relations amicales, familiales ou professionnelles alors que le deuxième décrit un mode de recrutement par un échange en temps réel, à travers internet. Les supporters souhaitant intégrer Beleştepe, qui ne font pas partie du prosélytisme privé, écrivent sur la page Facebook du groupe et par la suite un des administrateurs de la page leur répond pour prendre rendez-vous et les rencontrer. Si l’échange en tête-à-tête est satisfaisant pour les deux parties, le supporter en question est alors recruté, intégré dans le groupe général de l’application WhatsApp. Tandis que chaque supporter qui est passionné par Beşiktaş et qui fréquente a minima les lieux de socialisation de Çarşı (le quartier, les bars et le stade), peut revendiquer d’être de Çarşı, ce n’est nullement le cas pour Beleştepe qui choisit ses membres et qui n’hésite pas à dénoncer les supporters qui expriment une appartenance à Beleştepe sans l'accord du groupe.

  • 11 Le Passolig est une carte de crédit indispensable pour acheter des billets pour les matchs de footb (...)
  • 12 Ces valeurs fondamentales sont affichées dans son manifeste qui se trouve sur le site-web du groupe (...)

36Mais pourquoi reste-t-on au sein du groupe Beleştepe ? Il nous semble que l’investissement dans ce groupe ne relève pas de la poursuite de rétributions matérielles et/ou symboliques du même ordre que Çarşı. Contrairement à Çarşı, Beleştepe n’a pas de supporters célèbres et/ou connus et reconnus dans le club de Beşiktaş qui peuvent négocier avec le club pour acquérir des billets à moindre prix ou voire à titre gratuit. Beleştepe n’a pas non plus d’endroit privilégié dans le stade depuis lequel ils peuvent être vus facilement et mettre en scène leur répertoire d’action spectaculaire. Comme on l’a souligné précédemment, le groupe porte le nom d’une colline au-dessus du stade depuis laquelle on pouvait voir l’intérieur de celui-ci. Plusieurs enquêtés ont exprimé leur attachement à cette colline en soulignant qu’ils prenaient beaucoup de plaisir à suivre d’une part le match de Beşiktaş et d’autre part le spectacle de Çarşı. De plus, il est rare de voir le déploiement d’une banderole sur laquelle est inscrit « Beleştepe » dans le stade puisque selon le groupe cela revient à faire la publicité et obtenir une notoriété comme groupe de supporters uniquement. C’est la raison pour laquelle, comme on le verra dans la partie suivante, la banderole sur laquelle est écrit « Beleştepe » apparaît surtout dans les espaces autres que le stade pendant les manifestations pour s’opposer aux décisions du club de Beşiktaş, au Passolig11 ou bien pour soutenir les prisonniers politiques. Il nous semble que l’identification au groupe passe par un ennoblissement du supportérisme parce que pour Beleştepe le supportérisme doit être au service de grandes causes dignes d'être défendues : l’opposition au capitalisme, et par conséquent à l’institution du football et au club de Beşiktaş, qui industrialise le football et marchandise les supporters, ainsi que les équipes et les joueurs. On observe cet ennoblissement notamment dans les propos des enquêtés quand il s’agit d’expliquer la raison pour laquelle est fondé Beleştepe : « montrer que l’amour n’est pas quelque chose qu’on peut acheter avec l’argent. L’objectif était de soutenir les supporters passionnés [de Beşiktaş] ne pouvant pas acheter un ticket de match » (extrait d’entretien avec Ferkan). Afin de rester dans le groupe, il ne suffit donc pas d’être passionné de l’équipe de Beşiktaş, il faut également avoir une position critique vis-à-vis du club et du football, vus comme deux mécanismes au service du capitalisme, ce qui revient à partager les valeurs fondamentales de Beleştepe12.

L’action collective du groupe : procédé d’identification et de distinction

37La place de l’action revêt une importance particulière puisque « […] les actions menées dans le groupe sont considérées comme gratifiantes et renforcent l’estime de soi et l’identité sociale de chacun autant qu’elles réaffirment l’identité du groupe et sa cohésion. » (Trégourès. 2014 : 132). Les actions menées dans le stade constituent les moyens par lesquels les membres s’identifient au groupe et se distinguent des autres supporters, notamment de Çarşı. D’une part, ils se montrent de Beleştepe en portant des vestes/pulls polaires, des écharpes et des bonnets sur lesquels est inscrit le nom Beleştepe et de petites étoiles rouges, d’autre part, ils se départagent par leur répertoire d’action collective qui contient des chants non-sexistes et sans insultes. Être ou ne pas être dans le stade pour regarder les matchs de Beşiktaş est un sujet de discussion dans le groupe en raison du Passolig qui représente pour eux l’hyper-marchandisation du football et la réduction des supporters à de simples consommateurs. Si les membres de Beleştepe ont acheté la carte Passolig qui donne accès au stade, le groupe a décidé de ne pas déployer la banderole de Beleştepe pendant les matchs pour continuer à protester contre Passolig. Par ailleurs, les membres de Beleştepe ne font pas partie de la tribune de Çarşı dans l’enceinte du stade. Ils ne forment pas non plus de tribune à part avec un emplacement fixe dans les gradins. Ce positionnement s’explique à la fois par leur envie de se distinguer des membres de Çarşı vus comme les « soldats » de Beşiktaş (parce qu’ils ne sont pas capables de critiquer publiquement le club de Beşiktaş) qui dépendent des leaders de la tribune pour agir. On observe la frustration éprouvée vis-à-vis de l’engagement dans Çarşı qui est jugé dépendant du club et de l’équipe de Beşiktaş.

  • 13 Semih Özakça a été libéré le vendredi 20 octobre, mais placé sous contrôle judiciaire à domicile av (...)

38Enfin, contrairement à Çarşı, Beleştepe n’hésite pas à critiquer les actions du gouvernement dans le stade. Ils sont capables à ce titre d’agir sur des sujets qui ne sont pas liés directement à leurs intérêts particuliers et qui ne relèvent pas du supportérisme. À titre d’exemple, le 6 août 2017, lors du match entre Beşiktaş et Konyaspor, quelques membres de Beleştepe ont déployé une banderole de soutien à l’enseignant Semih Özakça et à l’universitaire Nuriye Gülmen, tous les deux en grève de la faim quasi-totale depuis le 11 mars 2017 après leur radiation de la fonction publique par le décret émis dans le cadre de l’État d’urgence instauré après la tentative de putsch du 15 juillet 2016. Le 23 mai 2017, Özakça et Gülmen ont été emprisonnés pour appartenance au Front du parti révolutionnaire de libération du peuple (DHKP-C), considéré comme une organisation terroriste par l’État turc, mais aussi par l’Union européenne et les États-Unis, et d’en faire la propagande13. Par la suite, dix supporters ont été arrêtés le 16 août et détenus dix jours en prison avant d’être libérés le 24 août 2017. L’objectif de cette banderole peut être expliqué par le désir de se distinguer des autres groupes de supporters en affichant publiquement et explicitement leur position politique. Car soutenir publiquement deux enseignants accusés d’avoir des liens avec le DHKP-C pendant un match avec Konyaspor constitue un risque important, dont il serait naïf de croire que les membres de Beleştepe n’étaient pas conscients et que leur but était uniquement de provoquer les supporters de Konyaspor.

Figure 1. « Nuriye Semih doivent vivre ! », le 6 août 2017 à Samsun, Turquie.

Source : Bianet. URL : https://m.bianet.org/​bianet/​insan-haklari/​189173-tribunde-nuriye-semih-yasasin-pankartina-10-tutuklama-daha

  • 14 « Çarşı Nuriye ve Semih'e sahip çıktı: İki öğretmenin masumane hak arayışı », abcgazetesi, le 12 ao (...)

39À propos de la détention des membres de Beleştepe, Çarşı n’a fait aucune déclaration officielle pour dénoncer le gouvernement ou leur apporter son soutien. La seule réaction de Çarşı concernant cet événement est venue d’un des leaders de la tribune, figure respectée par les supporters, qui a défendu le déploiement de la banderole « Nuriye Semih doivent vivre ! » pour les « deux enseignants qui revendiquent leurs droits de manière innocente »14. Cet exemple montre selon nous, d’une part, la volonté de Çarşı, en tant que groupe de supporters, de ne pas être associé à une prise de position politique « de gauche » (voire d’extrême gauche) et, d’autre part, le degré d’autonomie et d’engagement politique du groupe de supporters Beleştepe qui n’hésite pas, comme indiqué dans son manifeste, à afficher publiquement sa vision du monde dans l’enceinte du stade.

  • 15 Le référendum constitutionnel vise à inscrire dans la Constitution les amendements de 2017 qui cons (...)
  • 16 « Beşiktaş taraftarından evet diyen Arda Turan için Barcelona'ya mektup », Cumhuriyet, 31 janvier 2 (...)

40L’action collective de Beleştepe se déploie aussi en dehors du stade et constitue un élément tout aussi important pour se distinguer des autres supporters. L’espace médiatique et les réseaux sociaux, comme Twitter et Facebook, sont utilisés d’une part, pour transmettre les activités et l’image du groupe à un public plus large et, d’autre part, pour protester contre certaines actions du gouvernement en place. La lettre ouverte rédigée par Beleştepe en est un exemple. Cette lettre rédigée en turc et en espagnol est adressée au club et à l’équipe FC Barcelona. Avant le référendum15 qui a eu lieu le 16 avril 2017, Beleştepe envoie une lettre au FC Barcelona afin de dénoncer Arda Turan (joueur turc de cette équipe) qui s’est publiquement montré favorable au régime présidentiel. La lettre indique qu’étant donné qu’Arda Turan soutient une vision du monde raciste, sexiste et anti-laïque, il entre en pleine contradiction avec la philosophie du FC Barcelona, laquelle s’est opposée au régime fasciste de Franco avec le slogan No Pasaran16. La lettre finit par annoncer que les ultras veulent voir un FC Barcelona sans Arda Turan.

Figure 2. Lettre ouverte à l’équipe et au club de FC Barcelona « NO PASARAN. Pas de passage/ils ne passeront pas (Geçit yok) ».

Source : site internet de Beleştepe. URL : http://www.belestepe.com/​2017/​01/​31/​no-pasaran/​

  • 17 « Taraftarlar Yasaklara Karşı Biraraya Geldi: Taraftar Dayanışması Dernek Girişimi Kuruldu », Toplu (...)

41Dans les rues, Beleştepe mènent également des actions avec Tekyumruk et/ou Sol Açık. En 2014, ces groupes de supporters ont co-organisé une manifestation contre la carte Passolig et ont montré publiquement leur alliance en affichant leurs banderoles respectives côte-à-côte. Toujours en 2014, est créée l’Initiative de Solidarité des Supporters17 (Taraftar Dayanışması Dernek Girişimi en turc) afin de former une opposition unie contre le Passolig. Les membres de Beleştepe nous ont annoncé qu’ils étaient très déçus par le manque de réaction de Çarşı quand ils leur ont proposé d’organiser une manifestation contre Passolig: selon eux, Çarşı a fait très peu d’efforts sur cette question. Car l’objectif de cette manifestation était pour Beleştepe d’initier un grand mouvement (mouvement de grève et des manifestations) de supporters pour dénoncer le système du Passolig et réclamer sa suppression.

42Enfin, la Contre Ligue (Karşı Lig en turc) constitue un autre espace où l’on peut voir la collaboration de Beleştepe avec d’autres supporters issus d’autres équipes que Beşiktaş. Juste après le mouvement Gezi en 2013, Beleştepe commence à participer à la Contre Ligue. Cette organisation est composée de quelques collectivités qui ont participé au mouvement Gezi. Chaque week-end, les participants de la Contre Ligue organisent des matchs de football sur un terrain qui leur est prêté par le maire de la commune de Kadıköy. Cette commune constitue en effet le centre de l’opposition au gouvernement turc, partant du fait que la majorité de ses résidents vote en faveur du CHP, le parti politique d’opposition (Parti républicain du peuple, Cumhuriyet Halk Partisi en turc) dont le maire est lui-même issu. C’est la raison pour laquelle il n’est pas surprenant que le terrain soit prêté et sans restriction à l’organisation de la Contre Ligue.

Figure 3. Logo de la Contre Ligue. De l’extérieur à l’intérieur : « Contre le football industriel, le racisme et nationalisme. Contre le sexisme, toute sorte de discours de la haine et de la discrimination. « Contre Ligue ».

Source : https://www.facebook.com/​karsilig/​

43La Contre Ligue a rédigé un manifeste où sont décrites les règles et les conditions de participation. Voici quelques principes de son manifeste :
1, chaque équipe de la Contre Ligue doit avoir au moins trois joueurs féminins. Dans le cas du non-respect de cette règle l’équipe est automatiquement disqualifiée ;
2, chaque équipe doit avoir deux co-capitaines, une femme et un homme ;
3, dans chaque match trois représentants du comité des capitaines doivent être présents. Leur mission est de pénaliser les joueurs en cas de non-respect des règles de la Contre Ligue (insulte sexiste, violence, abus des joueurs etc.);
4, La Contre Ligue est écologiste et défend les espaces publics.

  • 18 Le nom de l’équipe renvoie à Çapulcu et à Sepultura. Çapulcu, qui signifie maraude, vandale, racail (...)

44Parmi les équipes participant à la Contre Ligue, on trouve des équipes telles que l’équipe des bibliothécaires féministes, l’équipe des LGBTI, l’équipe des Veganspor (sport vegan) ainsi que l’équipe des Çapultura18. La Contre Ligue joue un rôle très important pour Beleştepe puisqu’elle concrétise sa vision du football alternatif et maintient des liens avec d’autres collectivités partageant ses opinions :

Participer à la Contre Ligue est très important pour nous parce que c’est une ligue qui s’oppose au sexisme, au racisme, à l’industrie du football… À travers la Contre Ligue, on fait l’expérience d’un football alternatif qui n’est pas basé sur les disputes, la masculinité, les abus verbaux et physiques. Quand on exprime par exemple nos idées sur la possibilité d’existence d’un football pacifiste et inclusif, ils nous traitent d’utopistes. En revanche, avec la Contre Ligue, on leur dit, “regardez, c’est la concrétisation de nos idées, donc un autre football est possible” (extrait d’entretien avec Ferkan).

45Pendant notre entretien, Doğuş attire notre attention sur le caractère communautaire du football en tant que discipline sportive et sur le plaisir de jouer au ballon, deux éléments mis de côté par le développement du football industriel. L’objectif de cette organisation est alors de mettre en pratique un jeu du football inclusif, communautaire et non violent, en dehors des règles et des normes restrictives du football industriel. L’autre objectif de la Contre Ligue est de jouer au football non pas pour gagner mais pour prendre du plaisir.

46Le fait de coordonner des actions ponctuelles avec des groupes de supporters d’autres équipes que celle de Beşiktaş, participer à la Contre Ligue et publier une revue politique représentent pour Beleştepe des actions par lesquelles le groupe se distingue de Çarşı et des autres groupes de supporters.

Figure 4. La revue de Beleştepe. Le groupe a édité jusqu’à aujourd’hui trois numéros, de 50 pages chacun. En titre: « chacun a un Beleştepe ».

Source : Kartalhaber. URL : https://www.kartalhaber.com/​belestepeden-dergi-12393.html

47Enfin, en s’opposant au football industriel et, par conséquent au capitalisme, Beleştepe fait écho au « mouvement contre le football moderne » (Webber 2015) et « au football du peuple ». Le Calcio popolare (le football du peuple), se développe en Italie et est caractérisé par l’organisation des équipes de football dirigées et gérées par les supporters dans les divisions locales (Androus ; Giudici 2008). Étant la cinquième phase du mouvement ultra, le mouvement du football du peuple exprime l’aliénation des supporters face au football professionnel massivement commercialisé et le désir de faire du football un jeu communautaire qui contribue au bien commun. Il vise donc éventuellement à reconstruire l’ensemble de la structure du football professionnel. L’équipe de Beleştepe participe non pas à la division locale, comme Brutium Cosenza ou CS Lebowski dans le cas italien, mais à la Contre Ligue afin de promouvoir l’idée qu’« un autre football est possible », ce qui est par ailleurs le slogan de Brutium Cosenza (un altro calcio è possibile). Conscients du fait que le système capitaliste fait du football et des supporters une industrie commerciale, Beleştepe construit alors une action collective et essaie de dépasser les rivalités afin de bâtir une alternative contre ce système qu’ils jugent aliénant.

48Toutefois, il faut souligner l’ambiguïté de sens et d’interprétations qu’il existe autour de ces mouvements de supporters contre le football moderne et/ou professionnel. Cette ambiguïté trouve ses racines dans l’hétérogénéité et la complexité des supporters de football qui interprètent et accommodent de manière différente le slogan et les idées principales des discours contestataires (Numerato 2014 : 121).

Perceptions et interactions mutuelles

49Si Beleştepe a une identité et un répertoire d’action collective autonome et indépendant de Çarşı, on ne peut pas pour autant affirmer qu’il constitue une scission vis-à-vis de ce dernier. Il ressort des entretiens que nous avons menés que Çarşı marginalisait et délégitimait le groupe en le qualifiant d’extrême gauche et en l’accusant d’avoir instrumentalisé l’équipe de Beşiktaş pour faire de la politique. Toutefois, le noyau dur de Beleştepe à Istanbul fréquente les mêmes endroits que le noyau dur de Çarşı et se déplace dans des voitures communes pour aller aux matchs de Beşiktaş. Beleştepe commence alors à générer de la sympathie parmi les leaders et les membres à tendance politique de gauche de Çarşı. « Ils [le noyau dur de Çarşı] nous regardent comme des enfants gauchistes. Ils disent par exemple “ils soutiennent aussi Beşiktaş, mais ils sont un peu trop gauchistes, c’est tout” » (extrait d’un entretien avec Ferkan).

50Pour les membres de Beleştepe, Çarşı représente tous les supporters de Beşiktaş. Comme « tous les supporters de Beşiktaş » sont impossibles à identifier, à connaître et à situer, pour les membres ceux-ci s’approchent d’une entité abstraite. Les membres de Beleştepe considèrent également l’équipe de Beşiktaş comme quelque chose qui n’est pas assez tangible sans doute parce que cette équipe représente avant tout les affects (comme l’amour, la passion, la justice sociale, voire la laïcité et le nationalisme) que les supporters y investissent pour construire une image de Beşiktaş. Dans cette optique, Beleştepe est vu alors par ses membres comme l’espace où se concrétise et s’actualise l’image politique de gauche de Çarşı. Cette concrétisation passe notamment par le positionnement critique du groupe vis-à-vis du club de Beşiktaş et sa détermination à être militant de gauche et supporter à la fois, sans qu’une de ces identités entre en contradiction avec l’autre. C’est la raison pour laquelle pour les membres de Beleştepe, ne pas être un supporter militant revient à être « les soldats de Beşiktaş », incapables de décider pour eux-mêmes indépendamment des leaders de tribune ou du club.

51Pour ce qui est des interactions entre les deux groupes, Çarşı soutient certaines actions de Beleştepe en faisant par exemple la publicité de leur revue sur ses comptes Twitter et Facebook ou bien, comme souligné précédemment, lorsqu’un des leaders de Çarşı, à titre individuel, déclare publiquement son soutien aux membres de Beleştepe détenus après avoir déployé la banderole de « Nuriye et Semih doivent vivre ! » lors du match entre Konyaspor et Beşiktaş. Si la plupart du temps, Çarşı n’est pas officiellement solidaire de Beleştepe, sur les réseaux sociaux ou dans l’espace public, les leaders expriment leur soutien et donnent des conseils aux membres de Beleştepe pendant les conversations en tête-à-tête en petit comité. Il semble que Beleştepe ait une place dans Çarşı : c'est d’abord un groupe de supporters composé de personnes passionnées par l’équipe de Beşiktaş et ensuite un groupe où se rassemblent « les enfants politiques de gauche ». Il s’agit alors pour Çarşı de neutraliser ou de nuancer l’identité militante de Beleştepe avec celle de supporters pour que les membres de Beleştepe puisse être acceptés et puissent exister dans son sein.

52Enfin, sur la scène du supportérisme, Beleştepe est vu comme un groupe de supporters de gauche comme celui de Sol Açık, Tekyumruk ou encore Halkın Takımı. Beleştepe n’hésite pas à afficher publiquement son positionnement à gauche, ce que les supporters nationalistes ou de droite considèrent comme extrémiste, voire illégitime.

Conclusion

53Force est donc de constater que l’articulation de Çarşı à Beleştepe passe essentiellement par le supportérisme et par conséquent par la suspension de l’identité politique de Beleştepe, ce qui ne constitue pas un problème pour les membres de Beleştepe. Si ceux-ci fréquentent Çarşı, ils ne participent pas à son action collective dans le stade et le voit en tant que simple groupe de supporters de l’équipe de Beşiktaş. De plus, il apparaît que les membres de Beleştepe existent au sein de Çarşı à titre individuel et non pas en tant que Beleştepe. Autrement dit, la double identité des membres de Beleştepe se réduit à une seule (celle de supporters) quand il s’agit d’être dans Çarşı. Conscients de l’hyper-marchandisation du football et frustrés de leur engagement dans Çarşı qui n’est pour eux pas assez contestataire, organisé et intelligible, les membres de Beleştepe retravaillent la question de la politisation dans le supportérisme en formant un groupe à part. Dans ce groupe, où existent des barrières d’entrée (fixer un rendez-vous en tête-à-tête avant de décider d’intégrer la personne dans le groupe), ils tentent de concilier l’identité militante et l’identité de supporter. Par ailleurs, il nous semble que ce sont les membres de Beleştepe qui politisent le monde du football et que ce n’est pas par le football qu’ils se politisent. Ayant des carrières militantes qui précèdent leur engagement dans Beleştepe, ils vivent leur supportérisme conformément à leur identité militante.

54À travers leur répertoire d’action collective qui est guidé plus par leur sensibilité politique que par le souci d’être le meilleur supporter de l’équipe de Beşiktaş, ils se distinguent d’abord de Çarşı et ensuite d’autres groupes de supporters. C’est la raison pour laquelle, alors que Çarşı refuse par exemple d’organiser une manifestation avec d’autres groupes de supporters (rivaux), Beleştepe n’hésite pas à s’allier avec ceux-ci en dehors du stade. Par sa vision conflictuelle du monde et son action collective (en dénonçant le capitalisme jugé responsable de l’industrialisation du football, en construisant une identité idéologique homogène et en s’efforçant de changer les conditions à travers ses actions collectives comme la Contre Ligue), Beleştepe se rapproche d’un groupe de supporters qu’on peut qualifier de contre-hégémonique. Dans ce groupe, il est question de formuler une critique du statu quo et d’élaborer des pratiques alternatives afin de montrer qu’un autre type du supportérisme et du football est possible. Il ne s’agit pas ici de qualifier Çarşı d’« apolitique » par rapport à Beleştepe mais de montrer deux modes de politisation différents : l’un se référant au nationalisme (kémalisme) et mobilisant un ensemble de codes humanitaires et moraux, l’autre élaborant un discours et des pratiques anticapitalistes et communautaires.

55Toutefois, il est nécessaire de mener des études empiriques auprès d’autres groupes de supporters similaires à Beleştepe comme Sol Açık, Tekyumruk, Ya Basta ! (Göztepe) ou Şimşekler (Adana Demirspor) sur la nature de leur engagement ainsi que leurs interactions mutuelles afin de voir si ces groupes peuvent coordonner ensemble des actions qui s’inscrivent dans une continuité. Jusqu’à aujourd’hui, ils ont coordonné des actions plutôt ponctuelles et ont notamment tenté de dépasser leurs rivalités en formant l’Initiative de Solidarité des Supporters contre la carte Passolig. Sont-ils en mesure de construire une action collective sur la longue durée, cela reste à voir. Mais dans le contexte politique actuel de la Turquie où l’État devient de plus en plus répressif et autoritaire, l’étude de groupes essayant de construire une résistance et un contre-pouvoir est selon nous d’un très grand intérêt. Cela peut contribuer à déterminer et à éclaircir les conditions de possibilités de transformation sociale et politique par un mouvement d’en bas.

Top of page

Bibliography

Androus, Zachary T. ; Giudici, Lorenzo (2018). “The Deprofessionalization of Football: The People’s Football Movement in Italy”, Journal of Sport and Social Issues 42 (3), p. 170-183.

Battini, Adrien (2012). « Reshaping the National Bounds through Fandom: The UltrAslan of Galatasaray », Soccer & Society 13 (5-6), p. 701-719.

Bora, Tanıl ; Erdoğan, Necmi (1993). « Dur tarih, vur Türkiye » in Bora, Tanıl ; Reiter, Wolgang ; Horak, Roman (dir.), Futbol ve Kültürü, Istanbul: İletişim Yayınları, p. 221-240.

Bora, Tanıl ; Canefe, N. (2002). « Türkiye’de Popülist Milliyetçilik », in Bora, Tanıl (dir.), Milliyetçilik, İstanbul: İletişim Yayınları, p. 635–662.

Bora, Tanıl ; Şenyuva, Özgehan (2011). “Nationalism, Europeanization and Football: Turkish Fandom Transformed?”, in Robin, Guillaume (dir.), Football, Europe et Régulations, Lille: Presses Universitaires du Septentrion, 2011, p. 35-52.

Bostancıoğlu, Adnan (1993). « Taraftar ve Solcu Olmak », in Bora, Tanıl ; Reiter, Wolgang ; Horak, Roman (dir.), Futbol ve Kültürü, Istanbul: İletişim Yayınları, p. 241–250.

Bozarslan, Hamit (2003). « Le nationalisme kurde, de la violence politique au suicide sacrificiel », Critique Internationale 4 (21), p. 93-115.

Bromberger, Christian (1996). « La passion partisane chez les ultras », Cahiers de la Sécurité Intérieure 26, p. 34-46.

Busset, Thomas (2014). « Pour un changement de paradigme dans les études sur le supportérisme : du soutien aux équipes à la défense d’intérêts propres », in Busset, Thomas ; Besson, Roger ; Jaccoud, Christophe (dir.), L’autre visage du supportérisme. Autorégulations, mobilisations collectives et mouvements sociaux, Berne : Peter Lang, p. 1-19.

Dal Lago, Alessandro; De Biasi, Rocco (1994). Italian Football Fans: Culture and Organization, in Giulianotti, Richard; Bonney, Norman; Hepworth, Mike, Football, Violence and Social Identity, Londres-New York: Routledge, p. 71-86.

Dunning, Eric; Murphy, Patrick; Williams, John M. (1988). The Roots of Football Hooligans: an Historical and Sociological Study, Londres-New York: Routledge & Kegan Paul.

Gibril, Suzane (2016). « Du stade à la place Tahrir: libération et utilisation de l'espace public par les groupes de supporters en Égypte révolutionnaire et postrévolutionnaire », in Busset, Thomas ; Gasparini, William (dir.), Aux frontières du football et du politique: supportérismes et engagement militant dans l’espace public, Berne : Peter Lang, p. 61-78.

Gloriozova, Ekaterina. (2016). « Soutenir et contester : les thèmes supportéristes comme vecteurs de politisation en Russie contemporaine », in Busset, Thomas ; Gasparini, William (dir.), Aux frontières du football et du politique: supportérismes et engagement militant dans l’espace public, Berne : Peter Lang, p. 43-60.

Göle, Nilüfer (2014). « Démocratie de la place publique : l’anatomie du mouvement Gezi », Socio 3, p. 351-365.

Hourcade, Nicolas (2000). « L’engagement politique des supporters “ultra” français. Retour sur des idées reçues », Politix 50 (2), p. 107-125.

Irak, Dağhan (2017). Supportérisme et engagement politique sur les réseaux sociaux. Cyber-ethnographie des supporters de football stambouliotes lors du mouvement protestataire de « Gezi », Thèse de doctorat en Sciences sociales du sport, sous la direction de William Gasparini, Université de Strasbourg, 2017, p. 399.

Irak, Dağhan (2016). « Istanbul United? Le supportérisme comme lutte culturelle et résistance au pouvoir politique en Turquie », in Busset, Thomas ; Gasparini, William (dir.), Aux frontières du football et du politique: supportérismes et engagement militant dans l’espace public, Berne : Peter Lang, p. 99-116.

Irak, Dağhan (2015). “Istanbul United: Football Fans Entering the ‘Political Field’”, in David, Isabel ; Toktamış, Kumru (dir.), Everywhere Taksim: The New Dynamics of Turkish Politics, Amsterdam: Amsterdam University Press, p. 137-151.

Irak, Dağhan (2014). “Turkish Football, Match-Fixing and the Fan’s Media. A Case Study of Fenerbahçe Fans”, in Dashper, Katherine; Fletcher, Thomas ; Mccullough, Nicola (dir.), Sports Events, Society and Culture, Londres-New York: Routledge, p. 115-128.

Irak, Dağhan (2013a). “From Battlefields to Football Fields: Turkish Sports Diplomacy in the Post Second World War Period”, in Örnek, Cangül; Üngör, Çağdaş (dir.), Turkey in the Cold War: Ideology and Culture, Abingdon: Palgrave, p. 158‐176.

Irak, Dağhan (2013b). Hükmen Yenik: Türkiye ve İngiltere’de Futbolun Sosyo-Politiği, Istanbul: Evrensel.

McLean, Rachel; Wainwright, David (2009). “Social Networks, Football Fans, Fantasy and Reality: How Corporate and Media Interests Are Invading our Lifeworld”, Journal of Information, Communication and Ethics in Society 7 (1), p. 54-71.

Mignon, Patrick (1998). « Supporters ultras et hooligans dans les stades de football », Communications 67 (1), p. 45-58.

Moroy, Franck (2000). « Le sport comme adjuvant à l'action politique. Le cas du Hezbollah à Beyrouth », Politix 50 (2), p. 93-106.

Numerato, Dino (2014). “Who Says ‘No to Modern Football?’ Italian Supporters, Reflexivity, and Neo-Liberalism”, Journal of Sport and Social Issues 39 (2), p. 120-138.

Ruzhelnyk, Olga (2016). « Ukraine : quand les fans de foot font de la politique », Esprit 7, p. 22-26.

Scalia, Vincenzo (2009). “Just a Few Rogues? Football Ultras, Clubs and Politics in Contemporary Italy”, International Review for the Sociology of Sport 44 (1), pp.41-53.

Snow, David ; Zurcher, Louis ; Ekland-Olson, Sheldon (1980). “Social Networks and Social Movements: a Microstructural Approach to Differential Recruitment”, American Sociological Review XLV (5), p. 787-801.

Tilly, Charles (1986). La France conteste de 1600 à nos jours, Paris, Fayard.

Trégourès, Loic (2014). « Les Bijeli Andjeli du NK Zagreb : comment peut-on être ultra et antifasciste en Croatie ? », in Busset, Thomas ; Besson, Roger ; Jaccoud, Christophe (dir.), L’autre visage du supportérisme. Autorégulations, mobilisations collectives et mouvements sociaux, Berne : Peter Lang, p. 123-138.

Turan, Ömer ; Özçetin, Burak (2017). “Football Fans and Contentious Politics: The Role of Çarşı in the Gezi Park Protests”, International Rewiew for the Sociology of Sport, p. 1-18. URL: https://journals.sagepub.com/doi/abs/10.1177/1012690217702944

Webber, David M. (2015). “‘Playing on the break’: Karl Polyani and the Double-Movement ‘Against Modern Football’”, International Review for the Sociology of Sport 52 (7), p. 875-893.

Woltering, Robbert (2013). “Unusual Aspects: Ultras as Political Actors in the Egyptian Revolution”, Arab Studies Quarterly 35 (3), p. 290-304.

Journaux et ressources en ligne

(Abc Gazetesi 12 aout, 2017). « Çarşı Nuriye ve Semih'e sahip çıktı: 'İki öğretmenin masumane hak arayışı ». URL: http://www.abcgazetesi.com/carsi-nuriye-ve-semihe-sahip-cikti-iki-ogretmenin-masumane-hak-arayisi-61580h.htm

(Cumhuriyet 31 janvier, 2017). « Beşiktaş taraftarından evet diyen Arda Turan için Barcelona'ya mektup ». URL : http://www.cumhuriyet.com.tr/haber/dunya/668595/Besiktas_taraftarindan__Evet__diyen_Arda_Turan_icin_Barcelona_ya_mektup.html

(Evrensel 10 octobre, 2017). « Ulan saha onların mı, bizim verdiğimiz paralarla yaptılar ». URL : https://www.evrensel.net/haber/334791/ulan-saha-onlarin-mi-bizim-verdigimiz-paralarla-yaptilar

(Radikal 24 octobre, 2011). « Müge Anlı’nın Van yorumu ». URL : http://www.radikal.com.tr/turkiye/muge-anliin-van-yorumu-1067323/

(Sputnik Türkiye 25 janvier, 2017). « Fenerbahçeli Sol Açık'tan Galatasaraylı Tekyumruk'a: Hayır diyoruz, var mısınız ? ». URL : https://tr.sputniknews.com/spor/201701251026930290-sol-acik-tek-yumruk-belestepe-anayasa-referandum/

(Toplumsalsol 18 septembre, 2014). « Taraftarlar Yasaklara Karşı Biraraya Geldi: Taraftar Dayanışması Dernek Girişimi Kuruldu ». URL : http://www.toplumsol.org/index.php/taraftar-dayanismasi-kuruluyor/

(T24 28 mai, 2017). « TFF, içinde "Arena" ifadesi yer alan 3 stadın ismini değiştirdi » URL: http://t24.com.tr/haber/tff-icinde-arena-ifadesi-yer-alan-3-stadin-ismini-degistirdi,406238

« Le manifeste de Beleştepe ». URL : http://www.belestepe.com/belestepe-manifesto/

« Le manifeste de la Contre Ligue ». URL : https://www.facebook.com/karsilig/photos/a.615195465217969.1073741828.609459542458228/1634645003273005/?type=3&theater

Top of page

Notes

1 Le mot « Arena » (arène) dans Vodafone Arena est récemment supprimé au profit de « Park » à la suite de la déclaration publique du président turc jugeant l’utilisation du terme inapproprié, car il renvoie aux combats entre gladiateurs et bêtes féroces. Journal T24 (2017), “TFF, içinde ‘Arena’ ifadesi yer alan 3 stadın ismini değiştirdi” : http://t24.com.tr/haber/tff-icinde-arena-ifadesi-yer-alan-3-stadin-ismini-degistirdi,406238

2 Le mouvement « Gezi Park » est initié en mai 2013 par une poignée de militants écologistes, avec la volonté de s’opposer à la décision du gouvernement de détruire le parc Gezi pour y construire un centre commercial. L’occupation et la défense du parc Gezi – l’un des rares espaces verts du centre d’Istanbul – illustre notamment la montée des revendications urbaines sous la bannière d’un droit à la ville et l’opposition à la privatisation de l’espace urbain devenue de plus en plus écrasante avec l’arrivée au pouvoir du Parti de la justice et du développement en 2002 (AKP).

3 La notion de répertoire d’action collective, élaborée par Charles Tilly (1986), désigne un ensemble de routines plus ou moins rigides par le biais duquel les acteurs contestataires investissent l’espace public. Un répertoire cadre les manières d’agir(s) et permet aux acteurs de s’exprimer à travers un certain nombre de pratiques, moyens et modes d’expression. Ainsi, le répertoire d’action disponible est toujours circonstancié et contextuel.

4 Il s’agit d’une appellation assez courante pour se référer à Çarşı. Il existe également un autre sous-groupe, plus ancien que Beleştepe au sein de Çarşı qui s’appelle L’équipe du peuple.

5 En 2011, un présentateur de la chaine d’information Habertürk affirme en direct « Même si c’est à Van, notre souffrance est grande ». Müge Anlı, animatrice des émissions télévisées et journaliste, affirme en direct lors de son programme télévisé Tatlı Sert « chacun doit connaitre sa place. Vous lancez des pierres aux soldats, vous les chassez comme des oiseaux et après vous demandez de l’aide. Ces policiers-là ont tout de suite fait le nécessaire pour les aider. J’espère que les mains des lanceurs de pierres seront brisées ». « Müge Anlı’nın Van yorumu », Radikal, 24 octobre, 2011 : http://www.radikal.com.tr/turkiye/muge-anliin-van-yorumu-1067323/

6 Le 11 mai 2013, l’équipe de Beşiktaş joue son dernier match au stade Inönü, qui doit ensuite être détruit pour la construction d’un nouveau stade. Avant ce match important, les supporters boivent et chantent dans le quartier de Çarşı comme ils le font avant chaque match. Recep Tayyip Erdoğan, depuis son bureau de Premier ministre également situé à Beşiktaş, ordonne aux policiers de disperser les ultras qui font beaucoup de bruit. Deux policiers tirent des coups de feu en l’air à cet effet. Indignés par le comportement des policiers qui perturbent leurs habitudes et le deuil dans leur propre quartier, les supporters réagissent violemment en leur jetant des projectiles.

7 C'est le titre du manifeste de Beleştepe qui accentue l’opposition des supporters à l’industrie du football et leur volonté de montrer qu’une autre forme de football et de supportérisme est possible.

8 Nous avons mené des enquêtes uniquement auprès des supporters qui se trouvent à Istanbul.

9 Pour protéger nos enquêtés, on a fait le choix de ne pas donner les noms de ces organisations politiques.

10 Les deux autres modes de recrutement sont le « prosélytisme public » : la mise en scène publique du groupe à travers divers événements et le « prosélytisme médiatique » qui désigne toute communication médiatique transmettant un message.

11 Le Passolig est une carte de crédit indispensable pour acheter des billets pour les matchs de football en Turquie instauré moins d’un an après le mouvement Gezi. C’est un système de fichage performant qui permet aux autorités publiques d’identifier très rapidement les supporters dans l’espace des stades.

12 Ces valeurs fondamentales sont affichées dans son manifeste qui se trouve sur le site-web du groupe : « Beleştepe intervient dans la vie à travers les rues et les tribunes. Il fait de l’agitation et de la propagande librement afin de s’exprimer et véhiculer ses idées au public. Il n’hésite pas à partager les idées qu’il défend avec le public à travers une déclaration sur le web, un chant dans la tribune et une manifestation. Beleştepe s’oppose à l’industrialisation du football, à la structuration du sport dans la direction dictée par le capital, à la réification des sportifs et de leur main-d’œuvre, et au système qui a créé tout cela. Il vise à mettre en œuvre une nouvelle compréhension du sport qui peut constituer un système alternatif à ce dernier [au sport industriel] ». « Le manifeste de Beleştepe », http://www.belestepe.com/belestepe-manifesto/

13 Semih Özakça a été libéré le vendredi 20 octobre, mais placé sous contrôle judiciaire à domicile avec port d’un bracelet électronique. Le 1er décembre 2017, Nuriye Gülmen a été condamnée à 6 ans et 3 mois d’emprisonnement, mais le tribunal a décidé de la maintenir en liberté surveillée en attendant le verdict de la Cour d’appel. Le 26 janvier 2018, après 11 mois, Gülmen et Özakça ont décidé de mettre fin à leur grève de la faim quasi-totale.

14 « Çarşı Nuriye ve Semih'e sahip çıktı: İki öğretmenin masumane hak arayışı », abcgazetesi, le 12 août 2017 : http://www.abcgazetesi.com/carsi-nuriye-ve-semihe-sahip-cikti-iki-ogretmenin-masumane-hak-arayisi-61580h.htm

15 Le référendum constitutionnel vise à inscrire dans la Constitution les amendements de 2017 qui constituent le passage des institutions d'un régime parlementaire vers un régime présidentiel.

16 « Beşiktaş taraftarından evet diyen Arda Turan için Barcelona'ya mektup », Cumhuriyet, 31 janvier 2017. http://www.cumhuriyet.com.tr/haber/dunya/668595/Besiktas_taraftarindan__Evet__diyen_Arda_Turan_icin_Barcelona_ya_mektup.html

17 « Taraftarlar Yasaklara Karşı Biraraya Geldi: Taraftar Dayanışması Dernek Girişimi Kuruldu », Toplumsalsol, le 18 septembre, 2014. http://www.toplumsol.org/taraftar-dayanismasi-kuruluyor/

18 Le nom de l’équipe renvoie à Çapulcu et à Sepultura. Çapulcu, qui signifie maraude, vandale, racaille, est devenu un des symboles du mouvement Gezi suite à la déclaration publique du Premier ministre de l’époque qui a décrit les manifestants en tant que « quelques çapulcu ». Les manifestants se sont réapproprié le mot en se définissant eux-mêmes comme çapulcu ainsi que l’acte de protester comme çapuling (en ajoutant -ing à la fin du mot). Sepultura est un groupe de heavy metal brésilien formé en 1984. Le groupe s’oppose à la violence étatique et à l’injustice socio-économique.

Top of page

List of illustrations

Caption Figure 1. « Nuriye Semih doivent vivre ! », le 6 août 2017 à Samsun, Turquie.
Credits Source : Bianet. URL : https://m.bianet.org/​bianet/​insan-haklari/​189173-tribunde-nuriye-semih-yasasin-pankartina-10-tutuklama-daha
URL http://journals.openedition.org/ejts/docannexe/image/5737/img-1.jpg
File image/jpeg, 288k
Caption Figure 2. Lettre ouverte à l’équipe et au club de FC Barcelona « NO PASARAN. Pas de passage/ils ne passeront pas (Geçit yok) ».
Credits Source : site internet de Beleştepe. URL : http://www.belestepe.com/​2017/​01/​31/​no-pasaran/​
URL http://journals.openedition.org/ejts/docannexe/image/5737/img-2.jpg
File image/jpeg, 92k
Caption Figure 3. Logo de la Contre Ligue. De l’extérieur à l’intérieur : « Contre le football industriel, le racisme et nationalisme. Contre le sexisme, toute sorte de discours de la haine et de la discrimination. « Contre Ligue ».
Credits Source : https://www.facebook.com/​karsilig/​
URL http://journals.openedition.org/ejts/docannexe/image/5737/img-3.jpg
File image/jpeg, 68k
Caption Figure 4. La revue de Beleştepe. Le groupe a édité jusqu’à aujourd’hui trois numéros, de 50 pages chacun. En titre: « chacun a un Beleştepe ».
Credits Source : Kartalhaber. URL : https://www.kartalhaber.com/​belestepeden-dergi-12393.html
URL http://journals.openedition.org/ejts/docannexe/image/5737/img-4.jpg
File image/jpeg, 108k
Top of page

References

Electronic reference

Gökçe Tuncel, « Quand le supportérisme et la politique s’imbriquent », European Journal of Turkish Studies [Online], 26 | 2018, Online since 08 November 2018, connection on 13 November 2018. URL : http://journals.openedition.org/ejts/5737

Top of page

About the author

Gökçe Tuncel

Doctorante en sociologie
CESPRA (Centre d’études sociologiques et politiques Raymond Aron), EHESS
gokcetuncel@gmail.com

Top of page

Copyright

© Some rights reserved / Creative Commons license

Top of page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals