Skip to navigation – Site map

La politisation des supporters de football et leur engagement dans l'espace public

Jean-François Polo

Full text

1Ces dernières années, à l’occasion de mouvements de contestation politique de grande ampleur, des groupes de supporters de sport, le plus souvent de football, se sont fortement impliqués dans des manifestations et occupations d’espaces publics. Sur les places de Tahrir (au Caire), de Maïdan (à Kiev) ou de Taksim (à Istanbul), ces organisations ont su mobiliser et reconvertir des compétences traditionnelles de supporters (organisation de rassemblement de masse, préparation de banderoles et de slogans pour soutenir leur équipe ou conspuer l’adversaire, savoir-faire en matière de confrontation violente avec des supporters adverses ou les forces de l’ordre) en instruments au service d’une cause politique. Dans des contextes de crises politiques violentes, ces supporters sont parfois apparus à l’avant-garde des affrontements avec les forces de l’ordre, ou bien face à d'autres groupes de manifestants.

2L’anthropologie et la sociologie du sport se sont intéressées depuis longtemps à la violence des supporters (Mignon 1998), aux logiques de leurs engagements et de leurs affiliations partisanes (Bromberger 1995). Des travaux ont cherché à catégoriser les différentes organisations de supporters en distinguant par exemple « Ultras » et « Hooligans » (Hourcade 2014) ou plus largement entre les supporters occasionnels (les « flâneurs ») et les passionnés (Giulianotti 2002). Plus récemment, certains auteurs ont analysé le supportérisme comme forme d’engagement militant (Busset, Besson, Jaccoud 2014 ; Lestrelin 2015). Mais il s’agissait avant tout ici de comprendre et d’expliquer les logiques du supportérisme, ses évolutions, sa gestion par les autorités publiques.

3Dans ce numéro d’EJTS, il s’agira d’explorer les formes de politisation des supporters au-delà du soutien à leur équipe. La question de la dimension politique du sport a donné lieu à de nombreux débats ou travaux qui trouvent leur place dans les réflexions plus larges sur « La politique ailleurs » (CURAPP 1998), sur le dépassement des frontières du politique (Arnaud ; Guionnet 2005), voire « Le politique par le bas » (Bayart, Mbembe, Toulabor 2008). Contrairement à l’affirmation du monde sportif selon laquelle le sport serait apolitique (Defrance 2000), celui-ci est une activité éminemment politique (Brohm 1992 ; Beichelt 2018), les acteurs politiques ayant compris depuis longtemps les bénéfices qu’ils peuvent retirer des succès des équipes et athlètes, à tous les échelons de la scène politique, même si cela peut prendre des formes consensuelles (Sawicki 2012). Certains vont encore plus loin en avançant que les acteurs politiques affichent de plus en plus leur proximité avec le monde sportif dont ils adoptent les normes comportementales dominantes en affichant une gestuelle virile (Beichelt 2018). Selon J. Lagroye, d’autres formes de politisation peuvent aussi concerner la « tentative de dépassement des limites assignées par la sectorisation à certains types d’activités. Elle résulte alors généralement de la “prise de conscience”, chez des acteurs étrangers aux jeux ordinaires de l’espace politique et à ses enjeux spécifiques, de ce qu’ils appellent la “dimension” ou la “portée” politique de leurs activités » (Lagroye 2003 : 365). Ce dépassement des limites résulte donc d’une stratégie de requalification par des groupes non politiques du caractère politique de leur prise de position. Les supporters de football qui expriment et mettent en scène dans le stade et ses environs (voire dans l’espace public) des appartenances sportives passionnelles pour soutenir leur équipe favorite (ou au contraire rabaisser l’adversaire), s’adressent parfois directement au pouvoir (Busset ; Gasparini 2016). Ils prennent alors conscience de la dimension politique potentielle de leurs paroles et actions. Leurs expressions politiques renvoient à trois types de politisation : une politisation idéologique qui peut être le signe d’une inféodation d’un groupe, d’une association ou d’un collectif à un parti politique, une idéologie, un mouvement politique, etc. (cf. Testa ; Armstrong 2010) ; une politisation identitaire au travers de la revendication d’une appartenance identitaire (cf. Moroy 2000 ; Polo 2012 ; Armstrong, Giulianotti 1999) ; enfin une politisation catégorielle pour faire inscrire sur l’agenda politique des professionnels de la politique ou des dirigeants sportifs une question relative au supportérisme (comme la dénonciation ou la critique des lois qui régissent le football, l’organisation des supporters, les questions de sécurité, la rénovation ou la construction d’un nouveau stade, son accessibilité, le prix des billets, les relations entre les organisations de supporters et les dirigeants du club ou les pouvoirs publics, etc.) (cf. Fitzpatrick 2013). Ces expressions politiques peuvent prendre des dimensions spectaculaires dans des contextes de crise et de contestations violentes où les supporters apparaissent comme des groupes organisés déployant des stratégies d’affrontement à l’égard des forces de l’ordre ou de ceux qui sont considérés comme leurs adversaires.

4L’analyse de la politisation des supporters nécessite donc de distinguer les autres acteurs pouvant y être associés comme les organisations de supporters (officielles ou informelles), les dirigeants sportifs (propriétaires de clubs, présidents et membres des fédérations), les footballeurs (mais aussi les organisations professionnelles), les propriétaires des stades et plus largement des infrastructures sportives (entraînement, centre de formations, centre de soins, etc.), les journalistes sportifs et bien entendu, les acteurs politiques à tous les échelons territoriaux. Il n’est pas rare d’ailleurs que certains individus soient multi-positionnés et occupent (ou ont occupé) plusieurs de ses fonctions, dont chacune permet de renforcer l’autre.

  • 1 La session thématique avait été organisée par William Gasparini (Université de Strasbourg) et Jean- (...)
  • 2 Les crises économiques peuvent également déclencher des mobilisations politiques (cf. Zaimakis 2016 (...)

5Ce numéro d’EJTS est le résultat d’une réflexion collective entamée il y a plusieurs années avec des sociologues du sport, des politistes, des historiens, des anthropologues qui a donné lieu à plusieurs manifestations scientifiques dont la dernière en date a été la session thématique n°60 « L’engagement des supporters de football dans l’espace public. Une politisation de circonstance ? » au Congrès de l’Association française de Science politique (Montpellier, 10 juillet 2017)1. Trois des articles publiés ici avaient été présentés et discutés à cette occasion. Les autres communications, portant sur les supporters en Ukraine (Ruzhelnyk 2016), en Serbie (Tregoures 2016), ou en Turquie (Irak 2017) n’ont pas été intégrées à ce numéro de l’EJTS, car déjà publiées dans d’autres ouvrages. Il s’agit donc ici, d’analyser et expliquer, dans une perspective comparée, la politisation des supporters à partir de leur participation à certaines formes de mobilisation dans des contextes de crises politiques majeures2.

6Plusieurs types de questionnements ont orienté cette réflexion et ont guidé les auteurs des contributions à ce numéro :
- Il a fallu en premier lieu s’interroger sur les facteurs et les contextes favorisant les différentes formes de politisation. Les situations de crise constituent-elles un moment particulier propice à des formes de mobilisation politique de types contestataires ? Peuvent-elles relever de formes alternatives de mobilisation « politique par le bas » dans des situations de domination hégémonique du pouvoir ? Permettent-elles des formes de résistance, d’adaptation ou au contraire de consolidation de la domination ?
- La question du lien avec les autorités politiques s’est également posée. Comment celles-ci s’efforcent-elles de contrôler ou neutraliser ces organisations ? Dans quelle mesure ces groupes sont-ils autonomes vis-à-vis des acteurs politiques traditionnels ou leur sont-ils liés à travers des réseaux informels ou des liens personnels ?
- On s’est intéressé aux ressources que peuvent mobiliser ces groupes. Leur savoir-faire et leur notoriété leur octroient-ils une place prépondérante dans ces protestations ? Comment parviennent-ils à reconvertir leurs compétences en matière de luttes physiques en ressources militantes ?
- La question de l’après-mobilisation fut aussi posée. Ces engagements sont-ils circonstanciels ou parviennent-ils à s’inscrire dans la durée ? Les expériences acquises dans ces luttes sont-elles à leur tour reconvertibles dans les carrières de supporters ou dans d’autres secteurs ?

7Toutes les contributions n’ont pas répondu systématiquement à tous ces questionnements car elles portent finalement sur des formes de politisation contrastées et dans des contextes spécifiques. Cependant, on retrouve bien dans chacun des articles des processus de politisation dans des situations de crise et de contestation des régimes en place, qui participent à la structuration de groupes de supporters rassemblés autour d’une cause collective. Dans les cas turc, égyptien et soviétique, le supportérisme permet de défier le pouvoir en place, d’afficher une identité collective qui fait sens pour les membres du groupe mais aussi pour le pouvoir qui tente de les contrôler. Ces activités se déroulent dans des contextes politiques autoritaires et traduisent des formes d’expression d’opposition, de mise en question de la légitimité des pouvoirs. Elles prennent ainsi la forme d’un acte de résistance à l’ordre politique, à la violence policière, au régime en place. Dans le cas grec, les processus d’identification existent, mais ils sont davantage mobilisés pour appuyer des revendications, afficher des sensibilités partisanes que pour s’opposer au régime en place. Ce dernier exemple traduit davantage des formes de coopération et d’instrumentalisation réciproque du sport par les élites politiques et les groupes de supporters dans le contexte de la recomposition démographique consécutive à l’arrivée massive des réfugiés grecs anatoliens à Thessalonique.

8Les variations sont également observables sur les degrés « d’intensité » de cette politisation ou pour être plus concret sur ses effets et son coût social, politique, humain. On s’est demandé si l’analyse de ces mobilisations politiques de supporters ne nous conduisait pas à prendre au mot leurs positionnements et ainsi à sur-interpréter des engagements qui peuvent rester superficiels et participent simplement à l’affichage d’une attitude rebelle de façade ? Par exemple en Turquie, même si la contribution de G. Tuncel donne à voir un groupuscule de supporters (les Beleştepe) qui assume et revendique une forme de radicalité contre des expressions politiques jugées trop neutres, les supporters de football se délectent également à mettre en scène des identités politiques qu’il faut veiller à ne pas surévaluer (Polo 2016) car ils participent à donner l’illusion d’une résistance héroïque, comme lors des événements de Gezi à Istanbul en mai 2013 (Irak 2016). À l’inverse, en Égypte, S. Gibril rappelle que les mobilisations de supporters se sont déroulées dans un contexte d’une crise politique majeure marquée par une violence et une répression extrêmes, certains payant de leur vie cet engagement.

9Pour toutes ces contributions, on peut noter l’importance de la dimension spatiale des mobilisations des supporters. La notion d’espace désigne à la fois une entité physique au sens géographique, naturelle ou bâtie, par exemple ici le stade, au sens générique ; et une entité symbolique, socialement construite, par exemple le stade de Beşiktaş, lieu de mise en scène d’identités sportives et d’expressions/revendications politiques qui s’inscrit dans un récit, dans des discours. Il incombe aux chercheurs d’établir « des connexions entre les types d’espaces et les types de luttes politiques qu’ils engendrent (Tilly 2003). C’est cette relation fondamentale entre l’espace en tant qu’environnement créé-géographique et l’espace symbolique-socialement construit qu’il est essentiel d’étudier (Carter 2011). Ainsi l’espace des mobilisations des supporters sont des lieux où s’encastrent ces différentes dimensions spatiales, du stade à ses abords, du stade vers d’autres lieux chargés de sens et d’enjeux.

10Une première dimension concerne l’inscription territoriale du stade. Comme le montre L. Tsiptsios, en choisissant de construire un stade au cœur de Thessalonique, les dirigeants vénizélistes du PAOK (Club sportif panthessanolinicien des Constantinopolitains), soutenus par les supporters, réaffirment symboliquement la conquête sociale et spatiale de la ville par les réfugiés grecs d’Anatolie installés dans les bidonvilles de la périphérie urbaine. Le choix de l’emplacement du stade, qui dépend d’une multitude de facteurs, est encore aujourd’hui source de conflits, de débats, où se croisent des enjeux d’aménagement territorial, des enjeux économiques et par voie de conséquences des enjeux politiques (Sawicki 2012), ouvrant la voie à de possibles contestations et mobilisations de supporters.

11En outre, l’inscription territoriale du stade a des effets en retour sur le processus d’identification des supporters du club résident à son environnement. Par exemple, le principal groupe de supporters du club de Beşiktaş (Istanbul) se nomme les Çarşı (le marché) car le stade est à proximité d’un ensemble de commerces situés dans des halles et des rues adjacentes (le çarşı), dans un quartier plutôt populaire où se retrouvent avant, pendant (pour ceux qui n’ont pas de billets) et après les matches les fans du Beşiktaş (Erdinç 2010). Quant au groupe de supporters Beleştepe (littéralement la colline « gratos ») analysé par G. Tuncel, il a adopté ce nom en référence à la colline (tepe) qui jouxte le stade de Beşiktaş et de laquelle, ils pouvaient suivre les matches (du moins avant que le stade ne soit refait en 2016). La localisation des stades participe ainsi à cristalliser les identités territoriales articulées à ces lieux qu’elles soient sociales, religieuses, ethniques ou politiques.

12Le stade lui-même constitue une arène architecturale, à la fois espace géographique et espace de mises en scène des identités supportéristes, marquées par une narration héroïque, mais où les expressions peuvent dépasser l’enjeu sportif pour exprimer des identifications ou des revendications politiques, partisanes, idéologiques (Polo 2016). Évidemment, il n’est pas rare que ces manifestations débordent du stade, ruissellent dans ses abords comme par réverbération d’un écho protestataire qui peut s’évanouir ou au contraire s’amplifier. C’est également les lieux où se poursuivent les affrontements avec les supporters de l’équipe adverse ou avec les forces de police. Pour E. Gloriozova, les abords des stades en Russie à l’époque soviétique permettent également, par le recours à des expressions festives, de défier les autorités par des messages non directement politiques mais perçues par les autorités comme une forme de déviance subversive d’une jeunesse occidentalisée et donc une critique du régime communiste. En Égypte, S. Gibril montre comment les supporters égyptiens s’approprient les stades (et ses murs), ses environs pour marquer le territoire de leurs messages contestataires en ayant notamment recours aux graffitis et aux caricatures.

13Enfin, les mobilisations des supporters peuvent se déplacer au-delà du stade et de ses abords, dans la participation à des protestations de plus grande ampleur avec la conquête et l’occupation des places de Tahrir (au Caire) en 2012 ou de Taksim (à Istanbul) en 2013, des lieux chargés symboliquement de sens. Pour Combes, Garibay, Goyrand (2016), l’espace physique des places occupées contraint les formes de la mobilisation qui requièrent dès lors des savoir-faire en matière d’affrontement avec les forces de l’ordre que les groupes de supporters les plus violents ont déjà éprouvés. Dans ce contexte, l’expérience déjà vécue de la violence permet de résister, de s’organiser, de mettre en place des tactiques, d’aller à la confrontation directe (Irak 2017).

14Ainsi, dotés de ressources spécifiques et de capacités organisationnelles, les groupes de supporters de football n’hésitent pas à exprimer des revendications politiques, voire à prendre part à des mobilisations collectives contre les pouvoirs en place (ou parfois en les servant), dans les arènes sportives et au-delà. Ces formes de politisation, routinisées ou sporadiques, variables en intensités et en régularités s’articulent d’autant mieux avec une identité de groupes de supporters qu’elles participent en retour à forger une réputation dans le champ sportif, avec de potentiels effets de prophéties auto-réalisatrices. Il revient aux chercheurs d’étudier ces phénomènes en prenant garde à ne pas tomber dans des analyses qui sur-interprèteraient ces expressions politiques, au risque de succomber aux récits héroïques qui fondent les légendes du champ médiatico-sportif.

Top of page

Bibliography

Armstrong, Gary ; Giulianotti, Richard (éd.) (1999). Football Cultures and Identities, Londres: Macmillan.

Archambault, Fabien ; Beaud, Stéphane ; Gasparini, William (2016). Le football des nations. Des terrains de jeu aux communautés imaginées, préface de Gérard Noiriel, Paris : Publications de la Sorbonne.

Arnaud, Lionel ; Guionnet, Christine (2005). Les frontières du politique, Rennes : PUR.

Bayart, Jean-François ; Mbembé, Achille ; Toulabor, Comi (2008). Le politique par le bas, Paris : Karthala.

Beichelt, Timm (2018). Ersatzspielfelder Zum Verhältnis von Fußball und Macht, Berlin: Suhrkamp Verlag.

Brohm, Jean-Marie (1992). Sociologie politique du sport, Nancy : Presses universitaire de Nancy (1re éd. 1976).

Bromberger, Christian (1995). Le match de football. Ethnologie d'une passion partisane à Marseille, Naples et Turin, Paris : Éditions de la Maison des Sciences de l'Homme (rééd.1996, 2001).

Busset, Thomas ; Besson, Roger ; Jaccoud, Christophe (dir.) (2014). L’autre visage du supportérisme. Autorégulations, mobilisations collectives et mouvements sociaux, Berne : Peter Lang.

Busset, Thomas ; Gasparini, William (2016). Aux frontières du football et du politique. Supportérismes et engagement militant dans l’espace public, Berne : Peter Lang.

Carter, Catriona (2011). « Espace », in Cole, Alister ; Guigner, Sébastien ; Pasquier, Romain (dir.), Dictionnaire des politiques territoriales, Paris : Presses de Sciences Po, p. 189-241.

Combes, Hélène ; Garibay David, Goyrand, Camille (dir.) (2016). Les lieux de la colère : occuper l'espace pour contester, de Madrid à Sanaa, Paris Aix-en-Provence : Karthala.

CURAPP, La politique ailleurs, Paris, Presses Universitaires de France, 1998.

Defrance, Jacques (2000). « La politique de l’apolitisme. Sur l’autonomisation du champ sportif », Politix 50, p. 13-27.

Dunning, Eric (1999). Sport Matters: Sociological Studies of Sport, Violence, and Civilization, Londres New-York: Routledge.

Erdinç, Isıl (2010). Çarşı Grubu. L’Organisation et la mobilisation des identités de supporter au croisement des identités territoriales et générationnelles, Mémoire de Maîtrise, Université de Galatasaray, Istanbul.

Fitzpatrick, Colin (2013). “The Struggle for Grassroots Involvement in Football Club Governance: Experiences of a Supporter-Activist”, Soccer & Society 14 (2), p. 201-214. DOI: 10.1080/14660970.2013.776468.

Giulianotti, Richard (2002). “Supporters, Followers, Fans, and Flaneurs: A Taxonomy of Spectator Identities in Football,” Journal of Sport and Social Issues 26 (1), p. 25-46.

Hourcade, Nicolas (2014). « Hooliganisme : un phénomène pluriel », Revue Internationale et Stratégique 94 (2), p. 127-134. DOI 10.3917/ris.094.0127.

Irak, Daǧhan (2018). “Shoot Some Pepper Gas at Me!? Football fans vs. Erdogan: Organized Politicisation of Reactive Politics?,” Soccer & society 19, p. 400-417.

Irak, Daǧhan (2016). « Istanbul United ? Le supportérisme comme lutte culturelle et résistance au pouvoir politique en Turquie », Busset, Thomas ; Gasparini, William (éd.), Aux frontières du football et du politique. Supportérismes et engagement militant dans l’espace public, Bern : Peter Lang, p. 99-116.

Lagroye, Jacques (2003). « Les processus de politisation », in Lagroye, J. (éd.), La politisation, Paris : Belin, p. 359-372.

Lestrelin, Ludovic (2015). « De l’avantage de comparer les carrières supportéristes à des carrières militantes », Sciences Sociales et Sport 8 (1), p. 51-77.

Mignon, Patrick (1998). « Supporters ultras et hooligans dans les stades de football », Communications 67, p. 45-58.

Moroy, Franck (2000). « Le sport comme adjuvant à l'action politique. Le cas du Hezbollah à Beyrouth », Politis 13 (50), p. 93-106.

Polo, Jean-François (2016). « Le stade de football en Turquie au miroir des expressions et mobilisations politiques », in Busset, Thomas ; Gasparini, William (éd.), Aux frontières du football et du politique. Supportérismes et engagement militant dans l'espace public, Berne : Peter Lang, p. 79-98.

Polo, Jean-François (2012). « Les enjeux politiques du sport en Turquie : gagner l’Europe ? », Politique Européenne 36, p. 102-125.

Ruzhelnyk, Olga (2016). « Le mouvement des fans de football en Ukraine et son rôle dans la vie politique du pays », in Busset, Thomas ; Gasparini, William (éd.), Aux frontières du football et du politique. Supportérismes et engagement militant dans l’espace public, Berne : Peter Lang, p.117-130.

Sawicki, Frédéric (2012). « La résistible politisation du football. Le cas de l'affaire du grand stade de Lille-Métropole », Sciences Sociales et Sport 5, p. 193-241.

Testa, Alberto; Armstrong Gary (2010). Football, Fascism and Fandom: The UltraS of Italian Football, Londres: Bloomsbury Publishing.

Tilly, Charles (2003). “Contention Over Space and Place”, Mobilization 8 (2), p. 221-226.

Tregoures, Loïc (2016). « Le supportérisme des équipes nationales en ex-Yougoslavie ou l’introuvable triangle Etat-nation-territoire », in De Waele Jean-Michel ; Louault, Frédéric (éd.), Soutenir l’équipe nationale de football. Enjeux politiques et identitaires, Bruxelles : Éditions de l’ULB, p. 111-124.

Zaimakis, Yiannis (2016). “Football Fan Culture and Politics in Modern Greece: The Process of Fandom Radicalization during the Austerity Era”, Soccer & Society, DOI: 10.1080/14660970.2016.1171214.

Top of page

Notes

1 La session thématique avait été organisée par William Gasparini (Université de Strasbourg) et Jean-François Polo (IEP de Rennes) et avait bénéficié des commentaires critiques de Christophe Traïni (IEP d’Aix en Provence).

2 Les crises économiques peuvent également déclencher des mobilisations politiques (cf. Zaimakis 2016).

Top of page

References

Electronic reference

Jean-François Polo, « La politisation des supporters de football et leur engagement dans l'espace public  », European Journal of Turkish Studies [Online], 26 | 2018, Online since 08 November 2018, connection on 21 November 2018. URL : http://journals.openedition.org/ejts/5853

Top of page

About the author

Jean-François Polo

Sciences Po Rennes-ARENES (UMR 6051)
jean-francois.polo@sciencespo-rennes.fr

By this author

Top of page

Copyright

© Some rights reserved / Creative Commons license

Top of page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals