Skip to navigation – Site map

HomeThematic issues32Un métier qui ne fait pas rêver ?

Un métier qui ne fait pas rêver ?

Le discours des vétérinaires dans l’Empire ottoman tardif et la jeune République turque
Meriç Tanık

Abstracts

Veterinary medicine began its professionalization process towards the end of the 19th century in the Ottoman Empire. The members of this then-nascent profession almost immediately engaged in a struggle for the recognition of their work. Convinced that they were underestimated and underpaid, they founded associations and journals and constructed a common discourse to build up their legitimacy externally. This discourse targeted public opinion but also the state, which was their main employer. My aim is to examine the rhetoric and the strategies deployed by these veterinarians to demand the valorization of their skill set and to reflect, from this case study, on the invention of professions.

Top of page

Full text

  • 1 « Keşke bayṭarlıḳ édeydim…/ -Yine ét mümkünse./ -Yapamam./ -Belki yapardıñ be…/ -Unutdum be Köse./ (...)

- Si seulement je pouvais pratiquer la médecine vétérinaire…
- Fais le si c’est encore possible.
- Je ne peux plus.
- Peut-être que tu peux toujours…
- Hélas, j’ai tout oublié Köse.
- Si seulement les savoirs étaient restés gravés dans ta tête, ils sont si précieux ;
- Veux-tu bien m’écouter fiston ? Si possible, travailles bien et instruis-toi :
Car c’est ainsi que tu verras,
Qu’il nous faut plus de médecins d’animaux que de médecins d’hommes1.
Passage tiré d’un recueil de poésie de Mehmet Akif Ersoy (1873-1936)

Introduction

  • 2 Il faut noter que l’année 1889 est souvent prise comme le point de départ de l’enseignement vétérin (...)

1Cette étude a pour objet le discours des vétérinaires sur leur métier qui commence doucement à s’établir dans la seconde moitié du XIXe siècle dans l’Empire ottoman, l’historiographie traditionnelle prenant l’année 1842 comme point de départ pour l’enseignement vétérinaire destiné aux militaires, notamment avec l’arrivée à Istanbul du vétérinaire prussien Godlewsky, et les années 1870 comme marquant les débuts timides de l’enseignement vétérinaire pour les civils en créant un corps d’État2.

  • 3 Les mots baytar et veteriner apparaissent ici avec des signes diacritiques et accents circonflexes (...)

2Dans mes recherches, j’ai observé certaines thématiques saillantes alors que leur discours est assez consensuel : manque d’effectifs, faibles revenus, mauvaises conditions de travail mais aussi déficit de reconnaissance, tant au niveau social qu’institutionnel. J’ai surtout relevé une tension entre l’identité professionnelle qu’ils revendiquent, alors en pleine construction, et celle qui leur est assignée. En effet, alors que les vétérinaires ont tendance à se considérer comme des scientifiques de haut niveau, leur représentation est tout autre dans l’imaginaire collectif, le nom même le titre professionnel qu'ils détiennent (baytar) et ses déclinaisons dépréciatives (telle l’expression at doktoru, littéralement « médecin pour chevaux ») étant parfois utilisés comme injure3.

3Les vétérinaires s’arment ainsi de nouveaux moyens pour réconcilier le grand écart entre l’image qu’ils ont d’eux-mêmes et leur image dans l’opinion publique. Ils s’organisent en associations pour structurer un discours commun et faire valoir leurs revendications. Ils utilisent la presse et les revues professionnelles qu’ils fondent comme supports de communication pour éduquer le public sur les difficultés inhérentes à leur profession et insister sur ses énormes apports à la société. Ils font également usage des groupes professionnels qu’ils considèrent comme modèle et contre-modèle pour mieux définir leur identité et l’imposer aux autres.

4Dans leurs écrits, les médecins reviennent souvent comme le groupe modèle. Les vétérinaires les considèrent comme leurs égaux, les deux professions œuvrant pour la santé publique et nécessitant de longues années d’études. En effet, c’est avec un diplôme de lycée et en passant un examen d’entrée qu’ils parviennent à intégrer les écoles spécialisées en médecine vétérinaire. Ils font au moins quatre années d’études voire plus, certains voyageant en Europe pour faire une maîtrise ou un doctorat. C’est la raison pour laquelle ils ne supportent pas d’être vilipendés, de voir leur profession traitée comme un emploi « bas de gamme » et d’être moins bien payés que les médecins. Pourquoi les connaissances des médecins seraient-elles plus importantes que celles des vétérinaires ? Aussi, pourquoi peuvent-ils traduire leur capital culturel en capital économique alors que les vétérinaires en sont incapables ?

5Les vétérinaires prennent les maréchaux-ferrants comme contre-modèle. Or, dans l’opinion courante, les deux groupes sont appréhendés comme étant le même : puisque, en plus de s’occuper du ferrage des chevaux, les maréchaux-ferrants prodiguaient des soins aux animaux avant l’émergence de la profession vétérinaire, les différences entre les deux groupes sont souvent brouillées. Les vétérinaires cherchent ainsi à tracer des frontières bien distinctes entre leur profession et la maréchalerie dont les champs de travail continuent à se recouper et s’entrecroiser. Pour ce faire, ils soulignent souvent dans leurs écrits que, contrairement aux maréchaux-ferrants, qui seraient des esprits simples ayant cumulé, au fil des années, des savoirs par les pratiques empiriques, ils sont de véritables hommes de science qui passent une bonne partie de leur vie dans les laboratoires de recherche à développer sérums et vaccins. Aussi, ils se battent pour faire disparaître le mot polysémique baytar, utilisé pour les désigner mais qui renvoie aussi à la maréchalerie, et proposent son remplacement par veteriner, titre supposément prestigieux, universellement reconnu et digne des scientifiques. Dans les deux cas, que ce soit en mettant en avant leurs points communs avec les médecins ou en s’opposant aux maréchaux-ferrants, l’objectif des vétérinaires reste le même : la conquête d’un certain statut social.

  • 4 « O ḳadar ḫâriḳülʿâdedirki teraḳḳiytâtıñ bu derecesine bizim ḥavṣalamız taḥammül édemiyor. » (Mecmû (...)
  • 5 « Elyevm orada bir bayṭar ḥaysiyet, ehemmiyet, ḳazanc cihetiyle bir dôḳtôrdan âṣlâ geri ḳalmaz […].(...)

6J’ai également constaté qu’ils dépeignent une image idyllique de la profession à l’étranger pour prouver qu’il n’est pas dans le destin de leur corps professionnel d’être mal considérés. Ils prennent comme repère les pays qu’ils jugent « civilisés ». Contrairement à eux, les vétérinaires étrangers ne se battraient pas pour une juste reconnaissance sociale et jouiraient d’une excellente réputation. C’est, par exemple, le cas des vétérinaires américains qui est mis en avant : travaillant dans les bonnes conditions, ils auraient accéléré les progrès et les découvertes scientifiques à un point que les Ottomans ne sauraient imaginer4 et, surtout, du point de vue des salaires et du prestige du titre qu’ils détiennent, ils seraient sur un pied d’égalité avec les médecins5.

7Mon intention n’est pas de vérifier systématiquement la véracité des propos des vétérinaires que je relaye ici, ni de juger le bien-fondé de leurs revendications, mais d’essayer de comprendre comment les vétérinaires traversent le douloureux processus de professionnalisation, qui s’est accompagné d’une vraie quête de prestige, et de saisir quelles sont leurs stratégies pour faire reconnaître la valeur sociale et économique de leur activité. La médecine vétérinaire présente un cas d’étude intéressant parce qu’il est question du passage des savoirs populaires déjà établis à des savoirs scientifiques nouveaux. Compte tenu du fait qu’il existait déjà des métiers pour prendre soin des animaux, comme la maréchalerie, j’essaie de montrer comment et par quels moyens ces nouveaux arrivants tentent de remplacer les anciens pour se faire une place dans la société. À cet égard, les vétérinaires de Turquie ne présentent certainement pas un cas isolé. Nous retrouvons les mêmes questions d’empiètement et de démarcation dans d’autres corps professionnels comme les obstétriciens, en conflit avec les sage-femmes traditionalistes (Balsoy 2013).

  • 6 Tout au long de cette étude, jutiliserai la formule « Mehmed Nuri » pour éviter tout anachronisme, (...)
  • 7 Il en va de même pour les autres personnes citées à multiples reprises. Je me référerai à lui comme (...)
  • 8 Recueil de médecine vétérinaire 15 novembre 1891: 706.
  • 9 Recueil de médecine vétérinaire 15 septembre 1895: 582.

8Les sources utilisées pour mon enquête émanent rarement des archives officielles à l’exception des passages tirés de différentes sessions de la Meclis-i mebʿûsân (Chambre des députés ottomane) et de la Türkiye Büyük Millet Meclisi (Grande Assemblée nationale de Turquie). Les sondages dans les archives ottomanes ont été peu productifs à ce jour. Je m’appuie donc sur les revues scientifico-professionnelles publiées par les vétérinaires et la presse de l’époque où ils prennent la parole et construisent leur propre récit. Surtout, je privilégie les publications de deux hommes qui ont su mettre habilement à l’écrit leurs revendications : Mehmet Nuri Ural6 (1869-1942) et Ahmet Nevzat Tüzdil7 (1900-1965). Mehmed Nuri, originaire de Trabzon, est formé en France, où il est admis à l’École nationale vétérinaire d’Alfort en 18918. Il obtient son diplôme de vétérinaire à la suite des examens généraux de l’année scolaire 1894-1895 et se voit même accorder une médaille par le conseil des professeurs9. Après son retour, il enseigne dans de nombreuses écoles puis entame une carrière politique : il entre à l’assemblée comme député de Mardin (1927-1931) puis devient député de Maraş (1931-1939) (Yıldırım, Zeynel 2010 : 164, 216, 279). Quant à Ahmed Nevzad, il obtient son diplôme de l’École vétérinaire civile (Mülkiye bayṭar mekteb-i ʿâlîsi) en 1920 et travaille aux abattoirs de Fatih, Tophane et Karaağaç avant de faire son doctorat en Allemagne entre les années 1925 et 1928 en tant que boursier du ministère de l’Agriculture turc (Erk 1964 : 2). Il enseigne la parasitologie en Turquie et obtient le titre de professeur en 1943. Son article sur lequel je m’appuie tout au long de mon étude est envoyé depuis Hambourg, où il est toujours doctorant en 1927, à l’İstânbûl şehremâneti mecmûʿası (Revue de la mairie d’Istanbul).

9Deux points restent encore à préciser avant d’entrer dans le vif du sujet. Je me penche plus sur les vétérinaires civils (mülkî) que les vétérinaires de l’armée (ʿaskerî) parce que les premiers hésitent moins à exprimer leur mécontentement que les seconds et écrivent davantage pour faire entendre leur voix. Aussi, je n’ai pas jugé utile de faire une coupure artificielle entre la période ottomane et la période républicaine car, dans les sources mobilisées, j’ai observé peu de variation entre les revendications des vétérinaires avant 1923 et celles d’après. La fondation de la République, largement célébrée par les vétérinaires et ressentie comme marquant le début d’une ère nouvelle pour leur profession, n’a pu finalement amener les changements souhaités.

Profession ou gagne-misère ?

10C’est une grande déception que disent ressentir les vétérinaires une fois sortis de l’école. La désillusion est totale : alors que les professeurs leur ont fait miroiter l’appartenance future aux élites du pays et qu’ils s’attendent à être vénérés comme d’éminents hommes de science, ils se retrouvent dans l’obligation de travailler dans des régions isolées, loin de leur famille, et à s’occuper des animaux dans le grand froid ou la canicule pour un salaire qu’ils jugent misérable.

De petits effectifs

11L’une des critiques souvent formulées à propos de leur profession vise le nombre des vétérinaires, qui est jugé trop bas. Ce manque chronique d’effectifs est considéré comme un grave problème parce que c’est aux quelques vétérinaires en fonction qu’incombe la responsabilité de soigner les animaux du pays et il s’agit, selon eux, d’une charge de travail insoutenable.

  • 10 « Bulġâristân emâreti yüz elli ve Frânsa ḥükûmeti dört biñi müṭecâviz eṭıbbâ-yı bayṭariye istiḫdâm (...)
  • 11 « […] bizde elyevm yüz seksen bayṭar olub bunlar vâsıṭasıyla vilâyât-ı ʿOsmâniyeniñ idâre-i bayṭari (...)
  • 12 Le vilayet est une unité administrative ottomane qui désigne des régions vastes gouvernées par des (...)
  • 13 « İşbu yüz seksen bayṭar ile beş altı vilâyetiñ teşkîlât-ı bayṭariyesi tertîb-i maʿrûẓ vechle icrâ (...)
  • 14 « Rıza Paşa (Karahisarısahip) - Bir şey sual edebilir miyim ? Memaliki Osmaniyyede ne kadar baytar (...)
  • 15 « O zamanlar ziraatçı ve veterinerler çok mahduttu. Mesela ben, mektebi bitirdiğim zaman, koca Osm (...)

12Afin de démontrer l’absurdité de la situation, les vétérinaires ottomans comparent les statistiques de l’Empire avec ceux de plus petits pays. Alors que la France compte 4 000 vétérinaires et la Bulgarie en compte 150, comment cela se fait-il que l’Empire ottoman, compte tenu de sa superficie, de sa population et de ses ressources, n’en compte que 180 en 190810 ? C’est la question que pose la revue Mecmûʿa-i fünûn-ı bayṭariye (Revue des sciences vétérinaires). Selon ses rédacteurs, il est parfaitement évident que cette poignée de vétérinaires ne peut suffire à l’Empire11. Supposons que ces 180 professionnels parviennent à s’assurer du bon déroulement des affaires vétérinaires dans cinq ou six vilayets12, que faire des vingt-trois autres vilayets de l’Empire13 ? La comparaison avec la Bulgarie est récurrente dans leur discours. C’est un exemple parlant pour eux car, du fait de la petite taille du pays et de son indépendance récente, le succès du service vétérinaire bulgare les étonne. Même à la Chambre des députés ottomane, on se demande comment la Bulgarie, qui a la taille d’un vilayet ottoman, peut avoir plus de cent vétérinaires14. C’est ainsi l’étendue de l’Empire qui est mise en avant pour contester le manque d’effectifs. Ahmet Şefik Kolaylı (1886-1976), vétérinaire diplômé en 1907 (Melikoğlu et al. 2012 : 10) puis spécialisé à l’Institut Pasteur, en se souvenant de ses années de jeunesse dans un entretien qu’il accorde à Hadiye Tuncer dans les années 1950, s’étonne également du petit nombre de vétérinaires civils – un nombre qu’il juge particulièrement frappant pour un empire si vaste : « À cette époque, le nombre d’agronomes et de vétérinaires était très faible. Pour citer mon exemple, à la fin de mes études, je suis devenu le 170e vétérinaire du gigantesque Empire ottoman15 ».

  • 16 « Ziraat Vekâleti celilesinin baytar müdüriyeti umumiyesi tarafından neşr edilen beş senelik progra (...)
  • 17 « Halihazırda faaliyetde bulunan 218” baytardan haralar, bakteriyolojihane ve serom darülistihzarl (...)
  • 18 « Türkiye’de her [4000] kilometre murabbaına ancak bir baytar isabet etmektedir. » (Türk Baytarlar (...)

13Or, il ne faut pas chercher la faute seulement du côté du gouvernement ottoman qui serait incapable de former et de recruter suffisamment de vétérinaires. Le même problème persiste pendant la période républicaine. Selon les chiffres avancés par la revue Türk Baytarlar Cemiyeti Mecmuası (Revue de l’Association des vétérinaires turcs), le pays ne compte pas plus de 218 vétérinaires civils en 193016. Fait encore plus inquiétant, environ 80 de ces 218 vétérinaires travailleraient principalement dans l’enseignement et la recherche. Le pays compterait donc réellement 130 vétérinaires sur le terrain17. Aussi, selon les données rapportées par le vétérinaire Saip Ali dans la même revue, il y aurait, dans la Turquie de 1932, seulement un vétérinaire pour 4 000 kilomètres carrés18.

  • 19 « Buralarda bayṭar nerede… Ḳarşı yaḳada beyânnâme yazacaḳ kim? […] Bizim daġlardan inen on ṭavuḳ ve (...)
  • 20 « Fakat memlekete azçok para getiren, köylüyü sıkıntıdan kurtaran bu ihracat ta Köyceğizde bir bayt (...)

14Le manque d’effectifs est loin d’être un problème qui ne concerne que les vétérinaires. Les éleveurs en sont aussi les victimes. Les vétérinaires sont chargés d’effectuer un contrôle médical sur les animaux destinés à la vente et c’est là que leur faible effectif devient problématique. Que faire si les éleveurs ne trouvent pas de vétérinaire dans leur village ? Par exemple, en 1926, la revue Servet-i fünûn (Le Trésor des Sciences) partage avec ses lecteurs les difficultés que rencontrent les habitants de Değirmendere : « Pour vendre dix poules et deux dindes, nous devons soit faire un trajet de deux heures jusqu’à İzmit et trouver un vétérinaire qui puisse signer les certificats, soit abandonner le commerce pour du bon19 ! ». Aussi, selon un témoignage recueilli par le journal Cumhuriyet (La République) en 1933, les éleveurs à Köyceğiz se trouvent dans une situation délicate car le vétérinaire le plus proche se trouve à Muğla, à 60 km de leur village, or les frais de déplacement fixes sont de 40 lires, ce qui est très élevé étant donné qu’un éleveur qui vend dix animaux gagnerait seulement 60 ou 70 lires20.

De maigres salaires

15Alors que les vétérinaires sont peu nombreux et que, par conséquent, les exigences sont élevées, les revenus sont considérés comme bas. Les vétérinaires estiment que leur salaire n’est pas à la hauteur du travail fourni. C’est aussi le manque d’évolution de carrière qu’ils pointent, le passage aux grades supérieurs n’étant pas chose aisée. Sans rémunération satisfaisante et sans espoir de promotion, il est à craindre que les vétérinaires n’effectuent leur travail qu’à moitié ou, pire encore, qu’ils abandonnent la profession. Voici la situation en 1908 :

  • 21 « Dört ṣınıf üzerine bulunan eṭıbbâ-yı bayṭariyeniñ maʿâşât-ı niżâmîleri baʿdette’cîl altı yüz yetm (...)

Les médecins vétérinaires sont répartis selon quatre grades et les salaires sont respectivement fixés à 675, 900, 1 350 et 1 800 piastres. Alors que, selon la loi, un vétérinaire peut être promu tous les trois ans et, en gravissant tous les échelons, peut obtenir le grade d’inspecteur avec un salaire de 1 800 piastres au bout de dix ans, les vétérinaires diplômés en 1893, 1894 et 1895 n’ont toujours pas pu atteindre ce grade et, parmi ces diplômés, il y a en a beaucoup qui reçoivent 675 piastres aujourd’hui et même d’autres vétérinaires qui n’en reçoivent que 300 ou 400. Cette situation les fatigue, les mène au désespoir, les pousse à l’abandon des études approfondies et les conduit à la paresse. Les enfants de cette patrie, qui voient la misère de ces vétérinaires, éprouvent un manque d’estime pour l’école vétérinaire et, si rien ne change, cela peut précipiter l’effondrement du corps des vétérinaires, les serviteurs de la prospérité agricole et du pays21.

16En 1908, dans l’Empire ottoman, un ouvrier reçoit en moyenne 11,29 piastres pour une journée de travail (Makal 1997 : 186-187). Si un ouvrier travaille 30 jours par mois, sans prendre un jour de repos, on peut estimer son salaire mensuel à 338,70 piastres. En comparaison, cela veut dire qu’un vétérinaire en début de carrière, qui est censé recevoir 675 piastres par mois pour un emploi de premier échelon, reçoit le double du salaire d’un ouvrier. Or, si comme l’affirment les rédacteurs de la Mecmûʿa-i fünûn-ı bayṭariye, il y a des collègues qui reçoivent 300 ou 400 piastres par mois, alors il n’y a pas d’écart notable entre leur salaire et celui des ouvriers.

  • 22 « Mektebden dîplômâ alan ilk bayṭarlar (750) ġuruş maʿâşla ve rütbe tevcîhiyle me’mûriyete taʿyin o (...)

17La faible rémunération continue d’occuper une place importante dans l’agenda des vétérinaires après 1923. En effet, en 1925, alors qu’un vétérinaire fraîchement diplômé doit commencer sa carrière avec un salaire de 750 piastres, il n’en reçoit que 35022. Ils sont à nouveau déçus, cette fois-ci par le gouvernement républicain.

  • 23 « Evet itiraf etmek lâzımdır ki bir kaç senedir mektebe talebe bulunamamakta ve mektebden diploma a (...)

18Ce qui surprend davantage est l’écart avec les autres professions avec un niveau d’étude semblable. Pourquoi, par exemple, les médecins sont-ils plus payés que les vétérinaires ? Qu’est-ce qui justifie la faible rémunération de ces derniers ? Selon un auteur anonyme de la revue Türk Baytarlar Cemiyeti Mecmuası, si l’école vétérinaire a du mal à remplir ses salles et à trouver des étudiants, c’est parce que les jeunes voient que les efforts qu’ils fourniront pour obtenir le diplôme ne seront pas récompensés : en effet, en 1930, alors qu’un vétérinaire muté à Palu près d’Elazığ reçoit un salaire de 70 lires, un médecin envoyé dans la même province reçoit plus de 150 lires23. Aux yeux des vétérinaires, cet écart reflète un manque d’estime : s'ils sont moins bien payés que d'autres professionnels, ce n'est pas parce qu'ils manquent d'expertise, mais parce que leur travail souffre d'un déficit de prestige social. Leur représentation dans les caricatures de l’époque en atteste. Les vétérinaires sont souvent dépeints d’une manière négative. Tantôt, ils incarnent le « mauvais exemple » ou celui qui a « raté sa vie » aux côtés d’autres professionnels comme les médecins (fig. 1). Tantôt, leur profession est représentée comme un métier ingrat, qui ne peut être attractif que dans un cauchemar ou en cas de faillite (fig. 2).

Fig. 1. « Dis-moi, garde, comment supervises-tu notre patiente ? Cela fait maintenant des années que ce type la soigne. As-tu vu une amélioration ? J’ai des doutes. Est-il un toubib ou un vétérinaire ? Il faut chercher un vrai médecin… » « Cânım fâlâḳâcı başı! Sen ne biçim ḫasta baḳıcısıñ? Bir çoḳ seneye yaḳın şu ḫastaya baḳıyor. Bir fâ’idesi görülmedi. Ṭabîbmi, bayṭarmı añlayamadıḳki… Bir iyi hekîm arayalım… ».

(Fâlâḳâ 28 Temmûz 1327 [10 août 1911] : 1)

Fig. 2. « Bon Dieu ! J’ai vu le vétérinaire Rasim dans mon cauchemar cette nuit. Il me disait : si tes affaires dégringolent, n’attends pas et viens travailler à mes côtés, ici on vend mille bœufs pour un sou ! » « Ḫayırdır inşâallàh! Bu géce rü’yâmda bayṭar Râsimi gördüm, siziñ orada işler kesâd ise durma ḳalḳ gel, burada öküzüñ biñi bir pârâya diyor! ».

(Cem 26 Kânûn-ı sânî 1928 [26 janvier 1928] : 8)

  • 24 « İptidai mezunu köy muallimleri 70 lira alırlarken 66 lira alan 15 senelik baytarlar var. Baytar m (...)

19Adoptant une idéologie élitiste, les vétérinaires contestent également la rémunération de ceux qui, avec une éducation élémentaire, arrivent à obtenir le même niveau de vie qu’eux. Selon un vétérinaire nommé Cemal, il est inadmissible que des fonctionnaires « diplômés » d’école primaire reçoivent un salaire de 70 lires alors que certains vétérinaires expérimentés qui ont fait des études supérieures et qui travaillent depuis quinze ans ne gagnent que 66 lires par mois24. En partant du postulat que les médecins sont mieux payés parce qu’ils ont des compétences plus approfondies, comment expliquer cette situation ?

Des conditions de travail déplorables

20En plus des salaires de subsistance, les conditions de travail seraient loin d’être idéales. En effet, tous les vétérinaires ne travaillent pas dans le confort des écoles spécialisées et des laboratoires de recherche d’Istanbul. Plusieurs sont envoyés dans les régions « reculées » du pays. Un vétérinaire nommé Enver, qui exerce ce métier depuis dix-huit ans, envoie ainsi un article à la revue Türk Baytarlar Cemiyeti Mecmuası pour témoigner de sa situation qu’il juge être aussi celle de ses collègues. Le ton est grave :

  • 25 « Hayatının dörtde birini mektebin tahta sıraları üzerinde güzel ve temiz bir istikbal tahayyül ve (...)

Nous consacrons le premier quart de notre vie aux études, à rêver d’un bel avenir derrière nos pupitres en bois pour enfin nous retrouver dans la misère… Le reste de la vie se passe loin des foyers des sciences, aux sommets de monts tempétueux sous une tente trouée, sur un grabat ou simplement couchés sur la terre vierge… À écouter les doléances de pauvres paysans dans des villages reculés sous la faible lumière tremblotante d’une lampe à pétrole dégageant une fumée noire ou simplement éclairés au feu de bois… À dormir sur des lits d’invités, sous des couettes pouilleuses et noircies… À apprendre à entendre dans les tempêtes de neige et les orages des berceuses… Et à voir dans la boue que recouvre le corps des animaux la douceur d’une nuit étoilée… À s’habituer à travailler dans le grand froid, sous la pluie et la neige… À sacrifier son corps, son esprit, ses désirs mais aussi sa poche… Bref, à sacrifier tout son être… À passer des jours entiers devant la porte du trésorier ou des années à soigneusement conserver la paperasse administrative pour obtenir enfin trois francs six sous25.

  • 26 « Diger milleilerin Fen adamlarının çalışma tarzlarını yasayışlarını görenlerden, tetkik edenlerden (...)

21Voilà les conditions de travail d’un vétérinaire en Turquie, écrit-il. Puis, Enver fait une comparaison avec la vie agréable des vétérinaires à l’étranger qui gagneraient bien leur vie et exerceraient leur profession dans les bonnes conditions26. Enver avoue sa perplexité : laquelle des deux vies est la vraie ? Comment les deux peuvent-ils exister à la fois ?

22Il faut sûrement nuancer les propos d’Enver quant à la situation des vétérinaires à l’étranger. En France, par exemple, les vétérinaires s’estiment aussi injustement rémunérés : à la fin du XIXe siècle, les formulaires professionnels qu’ils remplissent contiennent souvent des allusions aux faibles revenus (Hubscher 1999 : 237). Ronald Hubscher, spécialiste du monde rural français, souligne qu’en 1895, un vétérinaire gagne environ 3 000 francs, mais une fois les frais professionnels déduits, il lui reste 850 francs pour vivre, ce qui est loin d’être une somme élevée (Hubscher 1999 : 239).

Du manque de reconnaissance sociale et institutionnelle

  • 27 « Mes’eleniñ eñ şâyân-ı esef ciheti memleketiñ münevver zümresinden büyük bir ekseriyetiñ daḫi henü (...)
  • 28 « Geçmiş senelerden bir gün meclis-i ʿâlî-i ʿilmîde memleketiñ ṭanınmış bir edîbi: benim bildigim b (...)

23Dans l’Empire ottoman puis dans la Turquie républicaine, les vétérinaires se plaignent surtout de devoir faire face à une foule ignorante. Même les classes les plus aisées, ces élites cultivées capables de reconnaître le travail scientifique des vétérinaires, seraient concernées : « Et le plus triste de tout, c’est que même la plupart des intellectuels du pays n’ont encore pas la moindre idée de ce qu’est la médecine vétérinaire27. » Selon Ahmed Nevzad, l’auteur de cette citation, on peut aisément entendre de la bouche d’un célèbre littérateur que la médecine vétérinaire n’est, en réalité, qu’une forme plus sophistiquée de la maréchalerie, ce qui lui retire toute sa scientificité et efface toutes les années d’études28.

  • 29 « Memleketiñ iḥtiyâcât-ı iḳtiṣâdiyesini tehvîne ḫâdim mü’esseseleriñ mühimlerinlerinden birini ʿask (...)
  • 30 « […] bayṭarlıḳ ḳadar gec başlamış ve lâyıḳ oldıġı iʿtibârı görememiş hemân hîç bir meslek yoḳdur. (...)

24La raison qui pousse Subhi Edhem à publier ses Nevsâl-i bayṭarî (Annales vétérinaires) en 1918 est justement ce déficit de reconnaissance. Dès les premières pages, il explique à ses lecteurs pourquoi la mission d’écrire l’histoire de la médecine vétérinaire ottomane lui est si chère ; il pense qu’une profession qui n’a pas d’histoire ne peut avoir de futur. Tandis que les écoles vétérinaires sont des institutions essentielles à la vie économique du pays, aucun auteur ne s’est donné la peine d’en écrire l’histoire, dit-il29. Selon lui, il n’y a pas d’autre profession qui connait une crise de reconnaissance aussi grave30. Cependant, il faut chercher la faute chez les vétérinaires. Selon lui, ils ne font pas assez nombreux pour se faire entendre. C’est leur passivité qu’il vise ; alors qu’il y a de nombreux charlatans qui se font passer pour des vétérinaires, ils se taisent au lieu de les dénoncer au cor et à cri pour les empêcher de salir le nom de la profession. Alors qu’ils se plaignent de se voir rabaissés au même niveau que les maréchaux-ferrants, ils ne font aucun effort pour informer le public des exigences de leur travail :

  • 31 « Binâ’enʿaleyh, ḳıymet vérilmez, alınır. Bu ḳabâḥat muḥîṭiñ, ḫalḳıñ degil, doġrıdan doġrıya, mesle (...)

Or, il ne faut pas attendre que l’estime vienne, il faut la saisir. La faute n’est pas celle du peuple, mais des professionnels. Pour une raison que j’ignore, parmi les scientifiques, les vétérinaires sont les moins courageux, ils ne s’expriment que très peu pour défendre l’honneur de leur profession et ils préfèrent le silence d’une vie retirée aux fracas et au combat contre la charlatanerie31.

25La position de Subhi Edhem est notable car il s’agit d’une autocritique. Subhi Edhem est socialiste et positiviste ; il s’est particulièrement intéressé à la théorie de Darwin, à la pensée de Bergson et aux écrits de Lamarck (Subḥî Edhem 1327 [1911] ; 1919 ; 1330 [1914]). C’est aussi l’un des quelques spartakistes turcs à Berlin, où il a étudié la philosophie, mais il est surtout un vétérinaire diplômé de l’École vétérinaire militaire (ʿAskerî bayṭar mektebi) (Odabaşı 2007 : 18-19). Quand il accuse ses confrères de manque de courage, ce sont donc ses collègues qu’il critique. Mais, cela ne l’empêche pas de louer les mérites de la profession. Il souligne le rôle vital des vétérinaires dans la société ; selon lui, dans les pays où il existe d’excellentes écoles de médecine, mais où l’enseignement vétérinaire fait défaut, les hôpitaux sont voués à se remplir de malades, car c’est de la santé des animaux que dépend celle des hommes (Özgür 2010 : 35-36).

  • 32 « Her yerde bayṭar ṭaṣlaḳlarınıñ âhâlîyi aldataraḳ ḥayvânları tedâvîye ḳalḳışdıḳları görilür. […] b (...)
  • 33 « Bu şârlâtânlardan niceleri görülüyorki râst geldikleri her dürlü ḥayvân ḫastalıġını tedâvîye ḳalḳ (...)

26Les remarques de Subhi Edhem, bien qu’éclairantes, sont exagérées. Même s’ils sont peu nombreux, il n’est pas si difficile de croiser des articles rédigés par des vétérinaires pour défendre leur métier. Donnons un exemple de charlatanisme puisque Subhi Edhem estime que les vétérinaires ottomans sont silencieux à ce sujet. Dans un article paru dans Servet-i fünûn en 1896, un vétérinaire presque anonyme (il signe son article d’une initiale seulement – la lettre ‘ayn) condamne les charlatans qui se font passer pour des vétérinaires32. Par charlatan, il entend tous ceux qui n’ont pas fait d’études supérieures, mais qui font semblant de les avoir faites, et tous ceux qui se vantent de soigner des maladies complexes, telles les scrofules chez les animaux, alors qu’il s’agit en réalité d’un simple rhume ou d’une piqûre d’insecte qui se guérissent spontanément sans l’intervention d’un homme de l’art. Selon l’auteur, ces escrocs qui s’affichent comme des héros sur la place publique et qui n’hésitent pas à duper leurs clients ne perdraient pas une minute pour aller voir un vrai vétérinaire quand leurs propres animaux tombent malades33.

  • 34 « Ḥattà ẓâbıṭa-i ṣıḥḥiye-i ḥayvâniyeye dâ’ir 1881 senesi Frânsada neşr olunan ḳânûn mütebayṭarîniñ, (...)
  • 35 « ART. 12. - L’exercice de la médecine vétérinaire dans les maladies contagieuses des animaux est i (...)

27Cet article qui condamne la charlatanerie et que Subhi Edhem n’a sans doute pas repéré aborde un sujet crucial : en s’inspirant d’une loi française, son auteur défend la réglementation sévère de la profession pour éradiquer le charlatanisme dans l’Empire ottoman. Selon lui, seuls les diplômés des écoles vétérinaires doivent détenir le privilège de pratiquer cette profession. Il écrit : « La loi sur la police sanitaire des animaux promulguée en France en 1881 pour interdire les pseudo-vétérinaires de gérer les maladies contagieuses chez les animaux est la première ligne de défense et la première victoire des vétérinaires contre les charlatans34. » L’article 12 stipule effectivement que l’exercice de la médecine vétérinaire n’est réservé qu’aux détenteurs du diplôme35. Or, il n’est pas certain que cette loi du 21 juillet 1881 soit un si bon exemple à suivre car elle affirme que l’exercice de la médecine vétérinaire est réservé aux diplômés seulement dans le cas de maladies contagieuses. Cela reviendrait donc à dire que, dans les autres cas, les charlatans ne sont pas passibles de sanctions (Hubscher 1996 : 691). Il y a là, comme le souligne Hubscher, un flou juridique.

  • 36 Gazette médicale d’Orient, février 1863: 174.
  • 37 Servet-i fünûn 14 Teşrîn-i sânî 1312 [26 novembre 1896] : 190.

28Quand cet article est publié dans Servet-i fünûn, en 1896, cela fait déjà trente-cinq ans que les médecins ottomans jouissent d’un monopole pour l’exercice de leur profession. En effet, c’est depuis le règlement de 1861 que seuls les diplômés des écoles de médecine sont autorisés à pratiquer la médecine (Bourmaud 2012 : 140). Le premier article de ce règlement stipule que « nul ne pourra exercer la médecine ou l’une des branches de la médecine, dans l’Empire ottoman, s’il n’est muni d’un diplôme délivré par la faculté impériale de médecine de Constantinople ou par une des facultés étrangères » (à condition de faire enregistrer les diplômes étrangers à l’École impériale de médecine, de « subir un colloquium » et de payer 500 piastres) et le deuxième article confirme que seuls les diplômés peuvent prendre le « titre de docteur en médecine ou en chirurgie »36. Les vétérinaires souhaitent obtenir le même privilège et pensent que les charlatans doivent être passibles de sanctions sévères car ils ne voient aucune différence entre un médecin sans diplôme et un vétérinaire sans diplôme (dîplômasız ḥekîmlik gibi)37. À leurs yeux, les deux présentent le même danger pour la santé publique.

  • 38 « Bu şuʿbe-i meslegiñ kesb-i ehemmiyet édemeyişi her şeyden evvel […] bayṭarlıġıñ müstaḳil bir idâr (...)
  • 39 « […] zirâʿat heyet-i fenniyesi ḳapusunda dilenci gibi dolaşmaġa şunuñ bunuñ mizâcına ḫidmet étmeg (...)
  • 40 « Gerçi zirâʿat hey’et-i fenniyesi riyâsetiniñ taḥt-ı idâresinde bir şuʿbe-i bayṭariye var isede şi (...)
  • 41 « Nazaret Dagavaryan (Sivas) - Malûmu âlinizdirki birçok memleketlerde yalnız Baytarlık için ayrıca (...)

29Les vétérinaires rêvent ainsi d’une profession réglementée disposant d’un monopole d’exercice, mais ils revendiquent aussi une reconnaissance institutionnelle. En effet, l’une des critiques qui visent le gouvernement porte sur l’absence d’un ministère ou d’une quelconque administration détachée qui ne s’occupe que des affaires vétérinaires. Au départ, les vétérinaires de l’armée dépendent du ministère de la Guerre38. Quant aux vétérinaires civils, ils sont rattachés au ministère de l’Agriculture qui change sans cesse d’appellation. C’est une gêne pour deux raisons : d’un point de vue pragmatique, il est jugé difficile d’organiser le service vétérinaire sans indépendance institutionnelle et, aussi, il est à craindre que l’absence d’un organe officiel donne une image défavorable de la profession et compromette sa crédibilité et son prestige. Les vétérinaires civils ne veulent plus répondre aux agronomes ni dépendre d’eux. Ils ne veulent plus ressembler à des « démunis qui attendent devant la porte de la commission scientifique agricole comme des mendiants »39. Là encore, les vétérinaires comparent leur situation à celle de leurs collègues étrangers pour montrer qu’ils sont presque les seuls à n’avoir aucune représentation institutionnelle. L’exemple de la Bulgarie revient à nouveau pour souligner l’absurdité de la situation ; comment se fait-il que les voisins bulgares aient une administration vétérinaire et eux non40 ? Pourtant, cette revendication ne fait pas l’unanimité. Comme Nazaret Dagavaryan, député au parlement ottoman et agronome formé en France qui défend souvent la cause de ses amis vétérinaires, certains pensent qu’il serait coûteux et même insensé de former une administration vétérinaire pour la simple raison qu’il n’y a pas assez de vétérinaires dans le pays ; qui serait-elle censée gérer, deux cents hommes41 ?

De l’angoisse de disparition

  • 42 « İki aydır mekteb-i bayṭarîye ḳabûl olunacaḳ otuz nefer ṭalebe içün evrâḳ ḥavâdisle vuḳûʿ bulan iʿ(...)

30Toutes les revendications présentées visent non seulement à améliorer leur niveau de vie et leur réputation mais aussi (et c’est le plus important) à continuer de faire exister leur profession. En effet, c’est la peur de la disparition de leur métier qui motive les vétérinaires, qui craignent que le désintérêt des jeunes pour cette discipline ne précipite la fermeture des écoles ou que les vétérinaires en fonction n’abandonnent le métier. Cette peur est alimentée et renforcée par les témoignages recueillis dans les revues professionnelles. Par exemple, en 1908, alors qu’une annonce pour le recrutement de trente nouveaux étudiants à l’école vétérinaire circule depuis deux mois, seulement vingt-six jeunes ont envoyé leur candidature ; parmi ces jeunes, se trouvent ceux rejetés par d’autres grandes écoles et ceux dont l’école vétérinaire n’était pas le premier choix42. Cette nouvelle est d’autant plus inquiétante que les étudiants n’ont presque rien à payer ; c’est l’école qui leur fournit la nourriture et les vêtements (Polat 2013 : 12).

  • 43 « […] eṭıbbâ-yı bayṭariye-i me’zûneniñ aylarca ḫân köşelerinde sefîl ve me’yûs bir ṣûretde süründük (...)
  • 44 « Beş baytarın işi bir baytara yüklenir. Bu gidişle baytar yetiştirmek ihtimali de yoktur; çünkü bu (...)

31La désaffection des jeunes pour les études vétérinaires n’est pas évoquée d’un ton accusateur. Au contraire, les vétérinaires ne se privent pas de faire des remarques empathiques et dire qu’ils comprennent parfaitement les raisons qui les poussent à ce dédain ; comment peut-on attendre des jeunes qui viennent de l’ensemble de l’Empire à Istanbul qu’ils choisissent l’école vétérinaire alors qu’ils voient en ses diplômés des gens « miséreux et désespérés qui mènent une vie de nomade et traînent à droite et à gauche dans les coins d’auberge43 » ? De toute manière, quel parent encouragerait son enfant à s’engager dans ces études alors qu’un seul vétérinaire effectue le travail de cinq praticiens44 ?

  • 45 « Bu korkunç ve mütemadi ayrılış aceba ne zemana kadar devam edecek ? […] Çok korkuyoruz. Bütün teş (...)

32Ceux qui sont en fonction finissent parfois par être dégoûtés au point d’abandonner leur profession. Cette désertion est effrayante : selon le corps professionnel, cela peut entraîner des conséquences catastrophiques sur l’économie et aussi sur la santé des consommateurs45. S’il n’y a plus de vétérinaire pour soigner les maladies infectieuses, comment les éleveurs gagneront-ils leur vie ? Et, comment fera-t-on pour trouver de la viande saine ?

  • 46 Je me référerai à lui en tant que « Mehmed Akif ».

33L’un des exemples souvent cité par les vétérinaires est celui de Mehmet Akif Ersoy (1873-1936)46 :

  • 47 « İşte bu taḳdîrsizlik netîcesidirki memleketimizde pek çok ḳıymetli eṭıbbâ-yı bayṭariye büyük nevm (...)

C’est à cause de ce dédain que plusieurs vétérinaires distingués de notre pays se sont enfoncés dans le désespoir et ont même quitté la profession… Mehmed Akif, le grand poète de notre pays, celui qui a su mettre en mots l’esprit de la révolution turque comme nulle autre poésie nationale ne peut le faire, est l’un des premiers diplômés de l’École vétérinaire civile. Il est parmi les premiers à travailler d’arrache-pied et se démener pour la profession. Alors qu’il a gravi les échelons jusqu’à la Direction générale des affaires vétérinaires et qu’il a sans doute été armé d’une grande résolution, il n’a pu supporter le mépris de son entourage et a dû quitter la profession. Il est de nombreux exemples de la sorte dans l’histoire infortunée de notre profession… Ziya Gökalp était aussi un membre que la profession a perdu…47

  • 48 « Garip değilmidirki, asıl mesleki dahilinde çok defa muvaffak olamıyor töhmeti altında bırakılmak (...)

34La défection de Mehmed Akif, qui, par une lettre qu’il remet au ministère le 11 mai 1913, met fin à une carrière de plus de vingt ans, est jugée particulièrement inquiétante (Bekman 1945 : 96). Car, si des hommes aussi exceptionnels que Mehmed Akif, auteur de l’hymne national turc, et Ziya Gökalp (1876-1924), grand intellectuel nationaliste, se trouvent dans l’impasse et abandonnent les études ou le métier, comment peut-on attendre des communs mortels qu’ils supportent ce manque de reconnaissance ? La démission des collègues devenus des figures illustres après l’abandon de leur métier devient un argument fort des vétérinaires48. Ils sont la preuve vivante qu’il faut accorder aux vétérinaires une plus grande considération, leurs activités en dehors de la médecine vétérinaire démontrant qu’ils n’ont pas été contraints de « choisir » leur métier par manque de talent ou de finesse d’esprit. Ils sont aussi la preuve que les vétérinaires peuvent réaliser de grandes choses s’ils en ont la possibilité.

D’infatigables travailleurs de l’ombre

35Pour sortir de l’ombre, organiser un front uni contre ceux qui les méprisent, défendre leurs intérêts et faire entendre leurs revendications ou, simplement, pour créer un espace d’échange où ils peuvent diffuser des articles savants et discuter avec les collègues, on assiste, chez les vétérinaires, à la fondation d’associations professionnelles et de revues spécialisées, les deux allant parfois de pair.

36La revue Vâsıṭa-i servet (L’Instrument de prospérité) est créée en 1880 et dirigée par un vétérinaire de l’armée nommé Mehmed Ali (Dinçer 1976). C’est l’une de ces premières tentatives de création de revues professionnelles avec Cerîde-i bayṭariye ve zirâʿiye (Journal vétérinaire et agricole), lancé en novembre 1889. 139 numéros sont publiés avant sa disparition en août 1904 (Özen, Kuzucu 2016-2017 : 123). Cette publication fait sourire les collègues en France (fig. 3), qui, d’un ton moqueur, s’étonnent de voir un journal vétérinaire circuler à Istanbul et, faisant preuve de condescendance, le ridiculisent dans La Semaine vétérinaire :

  • 49 Il est ici question de ridiculiser l’écriture ottomane et, plus particulièrement, les caractères ar (...)
  • 50 Claude Bourgelat (1712-1779) est considéré comme le père fondateur de la médecine vétérinaire en Fr (...)
  • 51 L’auteur n’a visiblement pas compris que ces deux lettres renvoient à la Sublime Porte.
  • 52 Il s’agit en réalité de l’article intitulé « Târîḫçe-i ṭıbb-ı bayṭarîmiz », qui porte un titre para (...)
  • 53 La Semaine vétérinaire 3 décembre 1899 : 773-774.

Mais le suprême nous vient de l’Orient sous la forme d’un journal vétérinaire turc, sur papier rose, s’il vous plaît. Et allons-y donc de la petite écriture en crochet, piquée ça et là de points noirs et qui va de bas en haut et de droite à gauche49. Mon vieux et cher Bourgelat50, tu ne te doutais pas qu’on imprimerait de tes choses, à Constantinople, près de la S. P. (?)51, rue Ebul-Soud, n°54 ? Avec une traduction à côté, cette feuille fera nos délices. Et comme sur le verso figure un croissant, elle croîtra, je me l’imagine. Dans un titre français je lis ceci : Médecine vétérinaire en Turquie52 ; c’est là une page qu’il serait bon de traduire, si nous avions la forte somme pour payer un traducteur, que dis-je ? Mes yeux sont éblouis ! J’y décèle une Causerie tout comme dans la Semaine. Merci à ce brave musulman, si, par hasard, il m’imitait, bien qu’à rebours53.

Fig. 3. Article paru dans Cerîde-i bayṭariye ve zirâʿiye du 13 novembre 1899 qui est l’objet de dérision de certains vétérinaires français.

  • 54 C’est l’association Mülkiye bayṭar mekteb-i ʿâlîsi me’zûnîn cemʿiyeti (Association des anciens étud (...)

37Ce journal, qui suscite le mépris des vétérinaires à l’étranger, est assez exceptionnel. En effet, il faut attendre la révolution de 1908 pour que les revues et journaux professionnels, profitant de la fin de la censure hamidienne (Türesay 2009), commencent à se multiplier. C’est le cas de la revue Mecmûʿa-i fünûn-ı bayṭariye (Revue des sciences vétérinaires) qui fait son apparition en 1908. Elle est l’organe officiel de la Cemʿiyet-i ʿilmiye-i bayṭariye54, aujourd’hui considérée comme la première association de vétérinaires civils dans l’Empire ottoman, qui a pour mission de faire progresser la profession, développer la solidarité entre collègues et défendre les droits légaux des vétérinaires ottomans (Melikoğlu Gölcü, Osmanağaoğlu Sanal 2012 : 46). Sa création a été très bien accueillie ; c’est du moins ce qu’indiquent les lettres de félicitation envoyées à la revue. Par exemple, Yusuf Ziya, un vétérinaire en poste dans le vilayet de Trabzon, qui voit dans cette association une issue à la crise de la profession, envoie une lettre pleine d’émotion, faisant un parallèle entre la création de l’association et la naissance d’un enfant (müjde-i ḥayât gibi) :

  • 55 L’auteur fait ici référence à la période d’istibdâd, c’est-à-dire au règne autoritaire d’Abdülhamid (...)
  • 56 « Bidâyetinde büyük bir ehemmiyet ve fedâkârî ile olduḳca geniş adımlarla ilerleyen meslek-i bayṭar (...)

Le métier de vétérinaire qui, à ses débuts, avançait à grands pas, s’est retrouvé coincé dans les griffes du despote55 et a presque été anéanti. Nous étions contraints de nous taire et surtout de ne rien écrire. C’est ainsi que nous avons perdu la confiance des gens et qu’ils ont eu une image faussée de la profession. Les vétérinaires envoyés dans les provinces n’avaient aucune instruction, ni de poste officiel auquel être rattaché… En somme, la médecine vétérinaire avait sombré dans un chaos absolu, et elle s’éteignait peu à peu… Il n’y avait plus qu’une seule raison pour qu’elle continue à exister : les taxes perçues sur l’examen médical des animaux… C’est alors que notre profession était sur le point de disparaître que la nouvelle de la création à Istanbul d’une association vétérinaire capable de la relever et de la faire progresser a retenti dans les provinces et nous a redonné vie. […] J’adresse mes remerciements les plus sincères et les plus profonds à nos honorables collègues et surtout à Monsieur le président qui ont permis la création d’une telle association et je leur souhaite de tout cœur un vif succès56.

  • 57 Mon intention n’est pas de faire ici une liste exhaustive des associations et des revues profession (...)

38Entre 1908 et 1923, le nombre des associations ayant pour mission la défense et la promotion des intérêts des vétérinaires ottomans s’élève à huit57. Les revues, plus nombreuses que les associations, ont souvent une courte durée de vie : la revue Mecmûʿa-i fünûn-ı bayṭariye publie 24 numéros avant de disparaître en 1910, deux ans seulement après sa fondation. C’est probablement dû au manque de moyens, les derniers numéros réitérant la nécessité d’augmenter le prix de l’abonnement (50 piastres pour les Stambouliotes et 60 pour les provinciaux) et d’une plus grande contribution financière de la part des membres de l’association qui la publie (Melikoğlu Gölcü, Osmanağaoğlu Sanal 2012 : 51).

  • 58 Elle est précédée par la revue Bayṭarî mecmûʿa (Revue vétérinaire), publiée d’août 1923 à juin 1933 (...)
  • 59 Il faut noter que cette association, parfois présentée comme la première association vétérinaire de (...)

39Dans les premières années de la République, c’est la revue Türk Baytarlar Cemiyeti Mecmuası (Revue de l’Association des vétérinaires turcs) qui se distingue des autres par sa franchise58. Engagée et ouvertement critique à l’égard du gouvernement, c’est l’organe officiel de l’association Türk Baytarlar Cemiyeti (Association des vétérinaires turcs) créée en 1930 (Ünsal 2018 : 57)59. Présidée par Mehmed Nuri, son but est de réunir dans la même association tous les vétérinaires de Turquie, ce que les anciennes associations auraient échoué à faire en négligeant les vétérinaires de province :

  • 60 « Her meslekdaş, şu çok sevdiğimiz memleketin birer köşesinde kendi başına bir ampul yakan bir alek (...)

Les collègues, éparpillés à travers notre cher pays, sont chacun comme une pile électrique alimentant une ampoule. Quelles que soient ses compétences, chaque collègue dégage une faible lumière qui ne peut qu’éclairer le chemin devant lui. Pour une plus forte lumière, il nous faut absolument nous réunir. Voilà pourquoi nous œuvrons à souder les piles. C’est ainsi que nous obtiendrons une lumière assez puissante pour éclairer le chemin de tout le corps professionnel. Et, c’est ainsi que nous pourrons rendre hommage aux membres de cette profession jusqu’alors négligés et faire entendre leur voix60.

40Dès le premier numéro, la revue publie une enquête comprenant des questions auxquelles les vétérinaires doivent réfléchir et répondre par écrit pour trouver ensemble les moyens de parvenir à la juste reconnaissance de la profession. Selon les rédacteurs de la revue, c’est seulement en structurant un discours commun que les vétérinaires parviendront à être convaincants :

  • 61 « Her meslekdaş, mazi ve haline şöyle bir baksa, bir yığın teşkil eden talisizliğinin kesafetinden (...)

Tout collègue qui regarde la réalité de la situation passée et actuelle du métier en face verra une effrayante montagne de problèmes. Désespéré, il approchera toute question sur le métier avec méfiance et dégoût. Ou, ces questions faisant resurgir les mauvais souvenirs, il voudra énumérer toutes les revendications à la fois. Cette manifestation soudaine de sentiments, bien qu’honnête, peut être perçue comme une réaction colérique et ne voudra rien dire pour ceux qui n’ont pas enduré les mêmes souffrances. C’est pourquoi nous devons expliquer notre cause avec clarté et sang-froid61.

41Les associations professionnelles qui font leur apparition au tournant du siècle servent ainsi de lieux de rassemblement pour les vétérinaires, où il est admis de se plaindre et de s’adonner à des discours presque misérabilistes mais où il est surtout encouragé de réfléchir collectivement à des solutions pour construire leur légitimité en externe et consolider leur place dans l’espace social. Quant aux revues, elles deviennent le canal privilégié d’éducation du public sur les exigences de la profession vétérinaire. En effet, les revues professionnelles et les articles de presse parus sous la plume des vétérinaires sont tous remplis d’interminables louanges ; la médecine vétérinaire est exaltée et, surtout, les lourdes exigences du métier sont énumérées et amplement expliquées. Ce ton élogieux visait sans doute à corriger le manque de reconnaissance ressenti par les vétérinaires et à exprimer les mérites de leur profession puisque personne ne le faisait pour eux. Quant aux renseignements fournis sur les exigences professionnelles, il s’agissait d’instruire l’opinion. Les vétérinaires pensaient sûrement qu’il fallait adopter un esprit pédagogique pour sortir de la place « défavorisée » que l’on leur avait attribuée. Si les gens savaient ce que nous faisons jour après jour, ils seraient plus reconnaissants pensaient-ils.

Les vétérinaires comme garants de la prospérité économique

  • 62 « ʿOsmânlı vatanınıñ zirâʿat memleketi oldıġına dâ’ir o ḳadar ḳavî bir kanâʿat vardırki zirâʿat mem (...)

42Cette mission pédagogique commence par le plus concret ; il s’agit de souligner les contributions des vétérinaires à l’économie du pays. Pour Mehmed Nuri et Ahmed Nevzad, la Turquie n’est pas seulement un pays d’agriculture, mais aussi un pays d’élevage et son économie se repose largement sur les deux. C’est en réalité l’expression zirâʿat memleketi qu’ils visent et tentent de remettre en cause. Cette expression, qui signifie « pays agraire », est tellement répandue dans les discours politiques et la presse pour désigner systématiquement l’Empire ottoman puis la jeune République de Turquie pour insister sur la part fondamentale de l’agriculture dans l’économie, qu’il est difficile de s’en défaire : « La conviction que la patrie ottomane est un pays agraire est tellement profonde que, si nous posons la question de savoir s’il en est vraiment un, on nous répétera de suite une phrase évidente et persuasive et on nous répondra que la nature et les conditions locales font de ces terres un pays agraire sans égal62. » En effet, le récit communément accepté consiste à dire que, grâce à sa situation géographique, le pays possède des terres extrêmement fertiles, ce qui en fait un pays agraire par excellence. Or, nos deux auteurs insistent sur la nécessité de prendre en compte la part de l’élevage dans l’économie. Selon Mehmed Nuri, les produits agricoles, même s’ils dominent le marché, ne sont pas assez rentables. Contrairement aux produits animaliers, ils ne permettent pas aux paysans de bien gagner leur vie :

  • 63 « Ḥayvânlarımızıñ hey’et-i ʿumûmiyesiniñ ḳıymet-i mâddiyesi bir çoḳ mîlyôn lîrâları geçer. Türkiyem (...)

La valeur de l’ensemble de nos animaux vaut des millions de lires. Nous acceptons que notre patrie soit un pays agraire. Cependant, je pense que la Turquie est plus un pays d’élevage qu’un pays d’agriculture. Parmi nos agriculteurs – exceptés quelques rares cas –, il n’y a personne qui devient riche en travaillant la terre. Mais, il y a beaucoup qui s’enrichisse avec l’élevage63.

  • 64 « Ve fikrimizce meslek meselesini evvelâ bir memleket meselesi olarak ele almak lâzımdır. » (Türk B (...)
  • 65 « Bu iktisat ve refah mücadelesinde memleketin en mühim istinat noktası, beşyüz milyon liralık bir (...)

43C’est en améliorant la productivité de l’élevage et en réduisant les pertes dues aux maladies infectieuses et parasitaires que les vétérinaires contribuent à l’économie. C’est pourquoi, selon le vétérinaire Selahattin, la question vétérinaire doit être considérée comme une affaire nationale64. En effet, selon les rédacteurs de la revue Türk Baytarlar Cemiyeti Mecmuası, les animaux d’élevage et les produits animaliers auraient une valeur de 500 millions de lires en 1930 et leur exportation à l’étranger apporterait près de 40 millions de lires à l’économie turque chaque année65.

Les vétérinaires comme gardiens de la santé publique

44Un autre point sur lequel les vétérinaires insistent et essayent de sensibiliser le public est leur contribution à la santé publique. Selon eux, la médecine vétérinaire ne peut se résumer à l’art de soigner les animaux. Les vétérinaires sont aussi responsables de la santé des hommes : ils ne les reçoivent peut-être pas dans leur cabinet de consultation mais, en assurant la santé des animaux, ils les protègent indirectement.

  • 66 Celle-ci sera rebaptisée İstanbul Üniversitesi (université d’Istanbul) en 1933.
  • 67 « Şu dünyâya geldigimiz zamân eñ evvel neye muḥtâcız? Yemege degilmi? Ḥayâtımızıñ ilk senelerinde s (...)

45La viande et les produits animaliers occupent une place prépondérante dans le régime alimentaire des hommes, dans la mentalité de l’époque. Ce sont des aliments considérés sains et indispensables. En évitant la diffusion des enzooties, mais aussi des épizooties, comme la peste bovine qui peuvent entraîner des famines, en soignant les maladies plus ordinaires mais aussi en inspectant les abattoirs et les boucheries, les vétérinaires s’assurent de la disponibilité et de la qualité de la viande et des produits animaliers. Dans la Revue de la Faculté de médecine de la Darülfünûn66 (Dârülfünûn ṭıbb fakültesi mecmûʿası), l’accent est placé sur l’alimentation pour souligner le rôle important que jouent les vétérinaires dans la société : « De quoi a-t-on besoin à la naissance ? N’est-ce pas de nourriture ? En début de la vie, le lait et les œufs sont nos produits alimentaires essentiels. Puis, vient la viande. Ceux-ci sont les piliers de nos corps, les joyaux de nos vies67. »

46Dans l’esprit des vétérinaires, la médecine qu’ils pratiquent ne peut être dissociée de celle des hommes. En effet, les médecins ne peuvent se passer des vétérinaires, car la production des sérums et des vaccins dépend d’eux. Le sérum apporte une immunité passive et immédiate ; ce n’est pas la personne qui reçoit la dose qui la développe mais ce sont les anticorps transmis (des immunoglobulines d’origine animale) qui offrent une protection de courte durée. Le vaccin, contrairement au sérum, vise à susciter chez l’individu une réaction immunitaire durable ; il est, lui aussi, développé chez différentes espèces animales. Puisque la production des deux s’effectue d’abord chez l’animal, une complémentarité entre la médecine humaine et la médecine animale semble évidente. C’est en travaillant ensemble que les médecins et les vétérinaires peuvent combattre les maladies :

  • 68 « Nasıl ayrılık gözükebilir ki insanlara tatbik edilen bütün serumlar birinci derecede atlardan ve (...)

Comment peut-on séparer l’une de l’autre ? Les sérums administrés aux hommes proviennent des chevaux et parfois des bovins. C’est à partir d’animaux que l’on obtient les sérums contre la diphtérie, les infections à pneumocoques, le tétanos, la maladie du charbon, les méningites à méningocoques, les bactéries anaérobies et la gangrène gazeuse qui s’observe souvent après les plaies de guerre. Le vaccin contre la variole provient des veaux et celui contre la rage des lapins. En général, les vaccins que l’on obtient à partir des sérums et des cultures cellulaires sont administrés aux hommes une fois qu’ils sont testés sur des cobayes tels les lapins et les souris et seulement après avoir eu l’assurance de l’absence d’effets nuisibles sur les êtres vivants68.

47Les vétérinaires se félicitent souvent d’être les gardiens de la santé publique ; ils assurent non seulement la sécurité alimentaire, mais jettent aussi les bases scientifiques pour la production de sérums et vaccins. C’est à eux que revient la responsabilité de préserver les populations de la maladie comme de la famine. L’une des tâches les plus ardues qui leur incombe est peut-être le combat contre les zoonoses, ces maladies animales qui peuvent se transmettre à l’homme, qui sont le pire cauchemar des responsables de santé publique étant donné leur disposition à se transformer en épidémies meurtrières, voire en pandémies mondiales. Neuf ans après le début de la grippe espagnole, l’une des pandémies les plus sévères (entre 20 et 100 millions de morts dans le monde), Ahmed Nevzad insiste sur le rôle vital des vétérinaires dans la prévention des maladies zoonotiques :

  • 69 « Ḥayvânâtıñ bir çoḳ ḫastalıḳları birbirine intiḳâle müsteʿid oldıġı gibi insânlarada geçebilir ve (...)

Tout comme les maladies peuvent se transmettre entre les animaux, elles peuvent aussi se transmettre aux humains et celles-ci sont les plus meurtrières pour l’homme. Ainsi, en combattant les maladies animales et en minimisant les risques de contamination, la médecine vétérinaire protège la santé des hommes. C’est pour cette raison qu’elle occupe une place centrale et joue un rôle important dans l’hygiène publique69.

  • 70 « Bayṭar mekteb-i ʿâlîsi prôġrâmı bir ṭıbb fâkültesiniñ prôġrâmından farḳlı degildir. Ṭıbb fâkültes (...)
  • 71 « Bayṭarlıḳda bir ṭabâbetdir ve ḥattà yalñız bir ṭabâbet degil, müteʿaddid bir ṭabâbetdir. Her cins (...)

48Toutes ces considérations amènent les vétérinaires à remettre en cause le statut de la médecine, qui jouirait indûment d’une bien meilleure réputation que la profession des vétérinaires. Ces derniers cherchent à négocier une meilleure place dans la hiérarchie des savoirs. Ils veulent soit être sur un pied d’égalité avec les médecins, soit être considérés comme plus compétents qu’eux. Selon Mehmed Nuri par exemple, le programme académique d’une grande école vétérinaire est similaire à celui d’une faculté de médecine70. De plus, alors qu’elle est considérée moins noble que la médecine des hommes, la médecine des animaux serait bien plus complexe que cette dernière. Mehmed Nuri insiste sur le vaste éventail de connaissances à acquérir. Il ne s’agit pas d’apprendre l’anatomie et la physiologie d’un seul être vivant, en l’occurrence l’homme, mais d’étudier de nombreuses espèces animales qui ont chacune leurs propres maladies71. La médecine vétérinaire serait donc une science à multiple facettes et couvrirait un champ de savoir nettement plus vaste.

49Ahmed Nevzad va plus loin que son collègue et écrit que la médecine humaine ne représente qu’une branche de la médecine animale. Il conteste non seulement le statut de la médecine comme une discipline à part entière mais aussi la coupure radicale entre l’homme et l’animal, le premier étant bizarrement considéré supérieur au second. Il procède par syllogisme. L’homme est un animal. Or, la médecine vétérinaire vise à soigner les animaux. La médecine vétérinaire englobe donc aussi la médecine destinée aux hommes. Dans la pensée d’Ahmed Nevzad, c’est inversement la médecine humaine qui se trouve en position de subordination :

  • 72 « Ṭabâbet-i bayṭariye ḥayvânât hekîmligidir dédik… İnsânlarda ʿulûm-ı ṭabîʿiye noḳṭa-i nażarından z (...)

Nous avions dit que la médecine vétérinaire était la médecine des animaux… Selon les sciences naturelles, l’homme appartient au règne animal. Alors, comme la médecine vétérinaire est divisée en branches qui s’occupent chacune exclusivement des maladies bovines, des maladies canines ou autres, la médecine humaine s’occupe, tout comme ces branches, des caractéristiques, des maladies et ainsi de suite d’un groupe d’animal en particulier et nous voyons ainsi que, d’un point de vue scientifique, la médecine humaine est une branche de la médecine vétérinaire72.

  • 73 Mecmûʿa-i fünûn-ı bayṭariye 1 Kânûn-ı sânî 1324 [14 janvier 1909] : 257-258.
  • 74 « Anıñ içündirki meşâhîr-i ṭabîʿiyyûndan (Bûfôn) (ḥayvânât olmasaydı ṭabâyiʿ-i beşeriye añlaşılmazd (...)
  • 75 « Ḥayât-ı beşer ve ḥayvânâta fâ’ideli ve elzem olan bu aşı ve serûmlar ḥayvânât vâsıṭasıyla istiḥẓâ (...)
  • 76 « Evet, bayṭarlıḳ bir ṭıbb-ı ʿumûmîdir… Ṭabâbet-i beşeriye onuñ bir nevʿ şuʿbesidir. » (Ibid. : 264 (...)

50Cette hiérarchie inversée, c’est-à-dire la prééminence de la médecine des animaux sur celle des hommes, n’est pas une position défendue uniquement par Ahmed Nevzad. Par exemple, bien avant la publication de son article, c’est un étudiant à Istanbul qui défend cette idée. Alors que des étudiants de l’École vétérinaire civile (Mülkiye bayṭar mekteb-i ʿâlîsi) s’apprêtent à monter sur scène au théâtre Ferah à Şehzadebaşı pour jouer devant leurs camarades certaines pièces de Namık Kemal le soir du 29 décembre 1908, un étudiant dans le public, inspiré par les sentiments nationaux du dramaturge et pris d’amour pour sa profession qu’il juge sous-estimée, se lève pour prendre la parole73. En s’appuyant sur une citation du naturaliste français Georges-Louis Leclerc de Buffon, il dit que les connaissances médicales que nous avons sur l’homme dépendent et découlent de la médecine vétérinaire74. Puis, après avoir insisté sur le rôle des vétérinaires dans le développement des vaccins75, il dit : « Oui, je le dis et je l’assume, la médecine vétérinaire est une médecine générale… La médecine humaine en est une sorte de sous-branche76. » Ces paroles sont applaudies et acclamées.

Les vétérinaires comme héros nationaux

51Si le travail des vétérinaires est indispensable à l’économie et à la santé publique, que peuvent-ils faire pour être appréciés ? Sacrifier leur vie ? Selon Mehmed Nuri, c’est exactement ce qu’ils font. Il va jusqu’à écrire que les vétérinaires meurent victimes du devoir :

  • 77 « Türkiyede veżâ’if-i mülkiye-i bayṭariyeniñ ḥüsn-i ṣûretle îfâsı için üç biñ ḳadar bayṭara iḥtiyâc (...)

Alors que la Turquie a besoin d’environ trois mille vétérinaires, il y a actuellement deux cents vétérinaires en fonction. Même dans ces conditions déplorables, ces hommes de science dévoués ont, grâce à leurs efforts surhumains, presque pu éradiquer la peste bovine qui entraîne la mort des bovins valant des millions de lires. Ces scientifiques qui travaillent avec tant de zèle et dévouement ne peuvent malheureusement pas jouir de la reconnaissance qu’ils méritent. Les vétérinaires, alors qu’ils sacrifient leur vie au nom de la science, ne sont pas promus. Leur salaire leur fournit à peine de quoi vivre. Des spécialistes ayant le même niveau d’étude, voire des responsabilités moins exigeantes que les vétérinaires se trouvent dans une situation bien meilleure77.

  • 78 Fenn ve vażîfe ḳûrbânları. Muʿallim bâḳterîyôlôġ Aḥmed ve muʿâvini Hüdâ’îye meslekdâşlarınıñ bir ḫâ (...)
  • 79 Türk Baytarlar Cemiyeti Mecmuası 15 Nisan 1930 [15 avril 1930] : 87.
  • 80 La Semaine vétérinaire 7 juin 1928 : 240.
  • 81 « Fenn ve vażîfe uġrunda terk-i ḥayât étmiş olan ʿAskerî bayṭar taṭbîḳât mektebi bâḳterîyôlôjî ve s (...)
  • 82 Son Posta 27 Mayıs 1939 [27 mai 1939] : 4.

52Le sacrifice suprême est le dernier argument avancé par les vétérinaires, qui, en raison de leur esprit d’abnégation, réclament une plus grande reconnaissance. Ce que dit Mehmed Nuri n’est pas faux. C’est la mort de deux vétérinaires de l’armée, Ahmed et Hüdai, qui bouleverse tout le corps de métier et sûrement aussi Mehmed Nuri. Les deux travaillaient sur la morve, une maladie infectieuse qui touche surtout les équidés mais aussi transmissible à l’homme. Ce travail acharné avait même valu à Ahmed le surnom de Ruʿâm Aḥmed, le mot ruʿâm étant l’équivalent turc de la morve78. C’est au laboratoire qu’ils contractent cette maladie alors qu’ils effectuent un sérodiagnostic. Hüdai meurt le 31 mars 1928 puis c’est son chef Ahmed qui succombe le 2 avril (fig. 4)79. Les obsèques ont lieu à Haydarpaşa, « au milieu d’une grande affluence de médecins vétérinaires », où le vétérinaire de l’armée Paul Forgeot, à la tête de l’Institut bactériologique de Pendik depuis 1925, « dit, au nom des vétérinaires français, un dernier adieu à ces victimes de la science80. » Les deux disparus deviennent des martyrs ; la famille d’Ahmed, comme celle de Hüdai, reçoit une indemnité de 2 500 lires81. Quelques années plus tard, les vétérinaires sombrent à nouveau dans le deuil. Cette fois-ci, c’est Kemal Cemil qui est touché par la même maladie. Alors qu’il travaillait à l’Institut Pasteur aux côtés de René Legroux atteint de la morve, il essaye de développer un sérum qu’il teste sur lui-même avant de transmettre les anticorps à son collègue (Osmanağaoğlu, Melikoğlu 2009 : 333). La situation du professeur Legroux s’améliore, mais Kemal Cemil meurt le 9 août 1934. D’abord enterré à Paris, son corps est exhumé et rapatrié en Turquie en 1939 sur le navire français Théophile-Gautier dans un cercueil métallique drapé du drapeau turc. Kemal Cemil est enfin enterré au cimetière de Karacaahmet à côté de son ancien professeur Ahmed dont il a partagé le destin tragique82.

  • 83 Ce rituel s’observe essentiellement dans les années 1930 et 1940 : Haber 3 Nisan 1935 [3 avril 1935 (...)

53C’est autour de ces figures, qui marquent à jamais l’esprit des vétérinaires, que se constitue un rituel. Chaque année, le 2 avril, ils se rendent en cortège au cimetière de Karacaahmet pour se recueillir et déposer des fleurs sur la tombe de leurs collègues qui se sont sacrifiés pour la science83.

Fig. 4. « Photographie de feu Ahmed entourée par une couronne de fleurs » « Aḥmed merḥûmuñ resmi çelenkler arasında… [Fôṭô M. Râẓı] ».

(Fenn ve vażîfe ḳûrbânları. Muʿallim bâḳterîyôlôġ Aḥmed ve muʿâvini Hüdâ’îye meslekdâşlarınıñ bir ḫâṭıra-i ḫazîni 1928 : 17)

Baytar değil veteriner!

54Les efforts des vétérinaires finissent par converger sur un point qui peut sembler anodin de premier abord. À la liste des revendications visant à faire accepter la médecine vétérinaire comme une profession noble s’ajoute aussi la façon dont on appelle les vétérinaires et leur profession. Ce sont donc des mots qui sont constamment à l’esprit des vétérinaires presqu’autant que la question des salaires et des conditions de travail.

  • 84 Servet-i fünûn 28 Teşrîn-i evvel 1315 [9 novembre 1899] : 154.

55Alors que la médecine vétérinaire est d’abord désignée par fenn-i bayṭarî (ou fünûn-ı bayṭariye au pluriel) en turc ottoman, cette appellation disparaît au profit d’une autre d’expression, celle de ṭıbb-ı bayṭarî (ou ṭabâbet-i bayṭariye au pluriel), plus fréquemment utilisée par les vétérinaires eux-mêmes. Dans la première désignation de la profession, c’est le mot fenn qui pose problème. Fenn et sa forme plurielle fünûn gênent les vétérinaires, car le mot est polysémique et peut renvoyer aussi bien aux sciences appliquées qu’aux arts (Martykánová 2020). Il est ainsi considéré dangereux : un mot aussi flou que fenn rend possible, voire légitime de considérer la profession vétérinaire comme un artisanat plutôt que comme une science. Les vétérinaires ottomans, qui ne supportent pas d’être comparés aux maréchaux-ferrants, préfèrent donc l’expression ṭabâbet-i bayṭariye, qui signifie littéralement « médecines vétérinaires » et qui permet de dissiper toute ambiguïté. Cette expression leur permet effectivement de s’auto-définir comme des médecins et de se rapprocher davantage de leur groupe modèle. Il y aurait donc une hiérarchie entre fünûn et ṭabâbet, la seconde étant plus prestigieuse que la première – hiérarchie qui apparaît également dans la revue Servet-i fünûn, qui considère que la science vétérinaire aurait tellement progressé à la fin du XIXe siècle qu’elle aurait atteint le niveau de la médecine (fünûn-ı bayṭariye zamânımızda ṭıbb derecesinde teraḳḳiye mażhar oldıġı gibi)84.

  • 85 « Âmerîḳâ bayṭar mektebleri me’zûnlarına “ṭıbb taṭbîḳi dôḳtôrı” ʿünvânı vérirler. » (Mecmûʿa-i fünû (...)

56Les vétérinaires ottomans s’étonnent de voir qu’à l’étranger, les collègues sont non seulement traités avec respect et dignité mais qu’ils détiennent aussi un titre professionnel de valeur. Aux États-Unis, par exemple, un diplômé d’école vétérinaire serait appelé « médecin pratiquant »85. Il n’y aurait donc pas de différence hiérarchique entre les médecins et les vétérinaires, les deux détenant un titre similaire. La volonté des vétérinaires d’être reconnus au même titre que les médecins refait surface ici, le vocabulaire employé à l’étranger devant servir d’exemple à suivre.

  • 86 « Evvelâ ʿulûm-ı ṭıbbiye-i bayṭariye müntesibleri olan ve bayṭar nâmıyla yâd olunan mütefenninleriñ (...)

57Puis, dans la période républicaine, il est question d’abandonner totalement le mot bayṭar. Selon Mehmed Nuri, ce terme d’origine arabe fragilise l’image des vétérinaires au sein de la société et, puisque la Turquie républicaine, sous l’impulsion de Mustafa Kemal, se tourne vers l’Occident, il serait bon d’adopter le terme veterîner, qui est d’usage dans tous les pays « civilisés » d’Europe et aux États-Unis86.

58Il faut donner quelques éléments contextuels pour comprendre pourquoi le combat contre le mot baytar commence vers la fin des années 1920 et le début des années 1930. En 1928, un nouvel alphabet phonétique turc est mis en place : le remplacement des caractères arabo-persans – jugés inadaptés au turc, trop complexes et trop orientaux – par des caractères latins devant permettre d’éradiquer l’analphabétisme, séculariser le pays et l’élever au rang des nations « modernes » (Caymaz, Szurek 2007). Cette révolution de l’alphabet est plus tard accompagnée d’une purge lexicale. Seuls les mots « véritablement » turcs – ceux relevant de l’Öztürkçe – sont autorisés à être employés. Ainsi, la Société d’étude de la langue turque (Türk Dili Tetkik Cemiyeti), qui voit le jour en 1932 avec pour mission de nationaliser et d’épurer la langue, tente d’effacer et de remplacer les mots que les Ottomans avaient abondamment empruntés à l’arabe et au persan (Szurek 2013).

  • 87 « Baytar denilince her halde manasının şümulü itibarile kulağa hoş kaçmıyan bir hitap karşısında bu (...)
  • 88 « Şark memlekletlerinde İngilizlerin tamamile Veterinary kelimesi umumileşmiş gibidir. » (Ibid.).
  • 89 « Lisanımızla hiçte alâkası olmıyan Baytar kelimesinin yerine Veterinerin konulmasının meslekdaşlar (...)

59C’est dans ce climat que les rédacteurs de la revue Türk Baytarlar Cemiyeti Mecmuası essayent de faire tomber le mot baytar dans l’oubli. Ils avancent d’abord, comme si cela était une évidence, que ce mot ne sonne pas bien87. En plus de ne pas être agréable à l’oreille, ce terme est d’origine arabe et ils pensent qu’il n’a donc pas sa place en turc. Alors pourquoi utiliser ce mot en Turquie alors même que dans les pays arabophones, où doit naturellement s’utiliser le mot baytar, l’usage de l’expression anglaise veterinary [surgeon] a été généralisé88 ? Assez contradictoirement, les rédacteurs de la revue ne proposent pas une alternative turque du mot. Ils souhaitent son remplacement par le mot veteriner, calqué sur le mot français « vétérinaire », lui-même d’origine latine (Bréal, Bailly 1918 : 434). Le problème ne réside donc pas réellement dans le fait que le mot baytar soit étranger à la langue turque. Le remplacement du mot baytar par veteriner n'est pas une question de langue mais plutôt de prestige. En effet, les vétérinaires profitent de la révolution linguistique pour élever leur statut. Ce qui les gêne n'est pas réellement l'origine arabe du mot baytar mais ce qu'il incarne. Contrairement à baytar, le mot veteriner serait capable de susciter un plus grand respect aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur du pays en donnant aux vétérinaires un gage de scientificité : « Nous sommes convaincus que le remplacement du mot baytar qui n’a aucune place dans notre langue par veteriner exercera une influence positive sur les collègues et sur notre représentation à l’étranger89. » Ce passage tiré de la revue Türk Baytarlar Cemiyeti Mecmuası révèle ainsi que les vétérinaires turcs considèrent qu’être appelés de la même façon que leurs collègues européens est un marqueur de succès.

  • 90 « Bu baytar kelimesinin tedbili için T.T.C.ne müracaat edilmiştir. » (Ibid.).
  • 91 Après le premier changement du nom de la revue, ses rédacteurs écrivent en 1936 que ces deux mots ((...)

60L’Association des vétérinaires turcs dont dépend la revue Türk Baytarlar Cemiyeti Mecmuası n’exprime pas seulement un souhait, mais passe également à l’action. En effet, ses membres formulent une demande à la Türk Dili Tetkik Cemiyeti pour que le mot baytar soit officiellement remplacé par veteriner90. À partir de 1935, la revue de l’association est aussi rebaptisée à plusieurs reprises : Türk Baytarlar Birliği Dergisi, Türk Veterinerler Birliği Dergisi, Türk Veterinerler Cemiyeti Dergisi, Türk Veterinerler Derneği Dergisi, Türk Veteriner Hekimleri Derneği Dergisi, Veteriner Hekimler Derneği Dergisi, Veteriner Hekimleri Derneği Dergisi (Ünsal 2018 : 57). Le mot baytar disparaît complètement du titre pour laisser place à veteriner, comme les mots cemiyet et mecmua, tous deux d’origine arabe, remplacés par birlik et dergi, des mots « véritablement » turcs signifiant respectivement association et revue91.

  • 92 « Yüksek ziraat kanununa müzeyyel kanun lâyihasının müzakeresinde Refik Şevket Bey kanunda mevcut v (...)

61Or, le remplacement du mot baytar par veteriner ne se fait pas facilement ; le sujet suscite la polémique à l’assemblée et fait couler beaucoup d’encre. Par exemple, le journal Cumhuriyet rapporte le 19 juin 1934 qu’il y a eu, au cours de la dernière session de l’assemblée, une vive dispute entre les députés avec pour résultat le rejet de l’utilisation du mot veteriner dans la rédaction de la loi N° 252492. Les arguments avancés par les députés qui veulent proscrire l’usage de baytar révèlent combien un mot peut être signifiant dans la lutte pour la reconnaissance sociale d’une profession.

  • 93 « Refik Şevket B. (Devamla) - […] Veteriner fakültesi, baytar mektebi yerine kaim olacaktır. Yalnız (...)
  • 94 « Refik Şevket B. (Devamla) – […] Bunu mu diyeceğiz, yoksa kendimize mahsus olmak üzere baytarı ifa (...)
  • 95 « Yaşar B. (Devamla) - Memleketimizde umumiyetle baytar tabiri, hayvana bakan nalbantlara izafe edi (...)

62Refik Şevket [İnce], député de Manisa, s’oppose au premier article de cette loi car il intègre à la fois les mots baytar et veteriner, utilisés comme des synonymes alors que, selon lui, ils ne signifient pas la même chose. Le député préfère le mot veteriner, plus prestigieux, mais avance qu’il ne peut être utilisé seul ; en effet, les Français n’appellent pas celui qui soigne les animaux « vétérinaire » tout court mais « médecin vétérinaire ». C’est la raison pour laquelle Refik Şevket propose que le mot baytar soit remplacé par medsen veteriner ou veteriner doktor93. Refik Şevket propose aussi que les Turcs, contrairement aux Français, utilisent uniquement le mot veteriner sans qu’il soit accompagné du mot medsen. Ce serait une façon de s’approprier l’expression. Supprimer le mot « médecin » reviendrait donc à rendre l’expression moins française et plus turque94. D’autres députés s’opposent aussi à l’utilisation du mot baytar mais avancent des arguments différents. Mehmed Yaşar [Özey], agronome formé en Allemagne et député d’Aksaray, affirme que le mot baytar est souvent utilisé pour signifier maréchal-ferrant en Anatolie et qu’il a une expérience de première main en la matière, ayant lui-même entendu cela plusieurs fois. Selon le député, cette situation afflige les vétérinaires, qui sont de vrais scientifiques et non pas des artisans qui passent leur temps à garnir les sabots des chevaux95. C’est donc pour rendre aux médecins vétérinaires leur place légitime qu’il faudrait les appeler par un mot reconnu internationalement et dire veteriner. Dans une logique assez similaire, Mehmed Nuri [Ural], vétérinaire formé à Alfort qui fait sa réapparition ici comme député de Maraş, fait une analyse étymologique du mot baytar. Ce mot serait à proscrire puisque le mot d’origine arabe baytar viendrait lui-même du mot grec ippíatros (Ιππίατρος) qui veut dire hippiatre, réduisant ainsi fortement le rôle des médecins vétérinaires, qui ne s’occupent pas seulement des chevaux mais de tous les animaux. Le mot veteriner permettrait de faire clairement la distinction entre ceux qui soignent les chevaux et ceux qui appliquent les principes de la médecine à tous les animaux :

  • 96 « Nuri B. (Maraş) - Efendim, geçen defa da arzetmiştim, baytar kelimesi hakiki (Hayvan tababeti) ma (...)

Messieurs, j’avais émis la même opinion la dernière fois, le mot baytar ne rend pas entièrement justice au sens de (médecine vétérinaire). Le mot baytar vient du grec (hipiyatr). (Hipivatras) veut dire médecine des chevaux. Or, la (médecine vétérinaire) ne se limite pas aux chevaux ; elle est la médecine de tous les animaux. Les Arabes ont emprunté le mot (hipiyatros) et ont en fait (baytar). En Arabie, on trouve même le mot (beyatıra) inscrit sur la devanture des boutiques de maréchaux-ferrants. Il n’est donc pas juste de réduire une science noble au ferrage des chevaux. Les Latins, les Anglo-Saxons, les Balkaniques et même le monde entier ont accepté et utilisent déjà le mot veteriner. Il est donc plus judicieux d’accepter le mot veteriner qui opère une distinction claire entre la maréchalerie et la médecine des animaux96.

  • 97 Sur les différentes étymologies supposées du mot et les sens divergents attribués à baytar, voir au (...)
  • 98 « At ḳısımınıñ âḥvâl ve emrâẓına vâḳıf âdam. » (ʿAlî Nażîmâ ; Reşâd Fâ’iḳ 1319 [1901-1902] : 161).

63Les remarques qui portent sur le mot baytar ne sont pas infondées. Quelques recherches effectuées dans les dictionnaires permettent de donner raison à leur argumentation97. Selon le dictionnaire de Barbier de Meynard, le mot bayṭar « signifiait aussi autrefois “maréchal-ferrant”, mais dans ce dernier sens, on emploie de préférence aujourd’hui نعلبند naalband » (Barbier de Meynard 1881 : 360). Selon Şemseddin Sami, le mot baytar signifie à la fois vétérinaire, hippiatre et maréchal-ferrant et le mot bayṭarlıḳ signifie à la fois maréchalerie et art vétérinaire (Ş. Sâmî 1302 [1884-1885] : 275). Enfin, selon les auteurs du dictionnaire ottoman Mükemmel ʿOsmânlı luġatı, un bayṭar est un homme qui maîtrise les maladies chez le cheval98. Les députés Mehmed Yaşar et Mehmed Nuri n’ont donc pas tort ; le mot baytar est polysémique. Mais, cela suffit-il à l’abandonner complètement ?

  • 99 « Ziya Gevher B. (Devamla) - […] Bir baytar, yetişmiş bir fikir adamıdır. Bence bir doktor, bir bay (...)
  • 100 « Ziya Gevher B. (Devamla) - Arkadaşlar, Meclisi Âliye, ziraate, yahut baytarlığa ve saireye taallû (...)

64Selon Ziya Gevher [Etili], député de Çanakkale, un mot ne peut pas faire perdre sa dignité à la médecine vétérinaire. En effet, après avoir fait l’éloge des baytar, qu’il présente comme des gens lettrés et des scientifiques de haut niveau, Ziya Gevher défend qu’un mot, quel que soit son origine, n’est pas capable de porter atteinte à leur profession dont la réputation est déjà établie99. Le député défend donc l’idée que le mot baytar ne peut pas compromettre la crédibilité et le prestige des médecins vétérinaires tout comme le mot veteriner ne peut les accroître. Ziya Gevher critique également la tendance des députés à aller chercher des mots français à chaque fois qu’il est question d’agriculture ou de médecine vétérinaire. Assez ironiquement, il dit que ce sera bientôt le français qui sera parlé à l’assemblée100.

65Ces discussions montrent que deux mots empruntés à des langues étrangères, baytar et veteriner, peuvent susciter des réactions opposées ; alors que l’un est à proscrire, l’autre est loué. Les députés (dont certains sont des ex-vétérinaires) qui défendent énergiquement le terme veteriner sont convaincus qu’il désigne une science élevée. Le mot baytar, en revanche, serait associé à l’artisanat et aux savoirs populaires.

  • 101 Il est toutefois intéressant de noter que le mot veteriner, qui représente pour les vétérinaires ot (...)

66De plus, dans la langue courante, baytar peut aussi être utilisé dans un sens péjoratif – soit pour dénigrer les gens, soit pour les insulter – d’où la nécessité de le bannir. L’histoire de Mehmed Akif, qui est citée à plusieurs reprises mais dont la source reste incertaine, confirmerait cette connotation défavorable du mot. Pour l’humilier, un jeune arrogant aurait demandé à Mehmed Akif d’un ton moqueur : « N’êtes-vous pas un simple baytar ? ». Question à laquelle il aurait habilement répondu : « Oui, voulez-vous vous faire soigner ? » (Gür 1999 : 209). Il faut cependant noter que le mot veteriner que les vétérinaires turcs ne cessent d’idéaliser n’est pas aussi prestigieux qu’ils le pensent ; comme le montre Hubscher, en France, ce mot est aussi parfois utilisé pour discréditer des politiciens qualifiés de « vétérinaires braillards » ou « veules vétérinaires » dans les journaux ou, pire encore, l’expression doublement stigmatisante « sous-vétérinaire » est employée comme insulte (Hubscher 1999 : 216-217). Alors qu’en France, le mot vétérinaire peut s’utiliser comme injure, dans le contexte turc, il semble représenter pour le corps de métier un outil de légitimation ou un gage de crédibilité101.

  • 102 « Baytar mektebinin ismi, beynelmilel bir tabir olan veteriner fakültesi olmuştur. » (Akşam 16 Kânu (...)
  • 103 « Madde 1 - Yüksek veteriner okulları ile veteriner fakültelerinden veya muadeleti Maarif Vekâletin (...)

67L’usage du mot veteriner s’impose progressivement en Turquie dans les années 1930 et surtout après l’ouverture en 1933 du Haut institut agronomique (Yüksek Ziraat Enstitüsü) qui intègre en son sein l’ancienne école vétérinaire d’Istanbul sous la forme d’une faculté de médecine vétérinaire (Erk 1961 : 160). Celle-ci prend alors le nom Veteriner Fakültesi et garde encore cette appellation après la fermeture de l’institut, la faculté étant transférée à l’université d’Ankara en 1948102. Puis, l’adoption de la loi n°6343 votée le 9 mars 1954 marque définitivement l’abandon du mot baytar. Le premier article stipule : « On appelle (veteriner hekim) ceux qui ont obtenu un diplôme des grandes écoles vétérinaires, des facultés vétérinaires et des écoles de niveau équivalent certifiées par le ministère de l’Instruction publique103. »

Conclusion

68Les vétérinaires utilisent comme moyens de communication la presse et surtout les revues qu’ils fondent au tournant du siècle pour expliquer, d’un ton presque didactique, les apports de la médecine vétérinaire à la société pour qu’en contrepartie elle les respecte. Or, cette stratégie a ses limites. Les revues de métier circulaient très probablement dans le cercle fermé des vétérinaires et ne parvenaient pas à toucher un large public. Il s’agit là d’un problème réel puisque le discours des vétérinaires vise un public externe (il est moins question de régler des luttes internes). Même parmi les vétérinaires, la popularité de ces revues reste discutable. S’il y avait des vétérinaires qui ne recevaient que 300 ou 400 piastres par mois, comment pouvaient-ils se permettre de payer l’abonnement de la revue Mecmûʿa-i fünûn-ı bayṭariye, qui coûtait 50 piastres soit entre 12,5% et 16,5% de leur salaire ?

  • 104 La rhétorique des vétérinaires s’inscrit dans les logiques d’argumentation professionnelle identifi (...)

69La rhétorique des vétérinaires vise à démontrer l’utilité vitale de leur profession puisqu’elle repose largement sur l’identification des besoins essentiels (en particulier économiques et sanitaires) et la mise en valeur de leurs compétences pour y répondre104. Puisque seuls ceux ayant fréquenté les écoles spécialisées en médecine vétérinaire peuvent prétendre détenir ces compétences, ce travail d’argumentation vise aussi à restreindre l’accès à la profession et à disqualifier les empiriques, une logique que nous retrouvons dans le concept de champ de Pierre Bourdieu, et plus précisément dans l’élévation du droit d’entrée (ou conditions d’accès) dans le champ qui permet de faire le tri entre savants et profanes (Bourdieu 1976 : 99).

  • 105 Le mot şehit a une connotation essentiellement religieuse, mais son usage s’est progressivement séc (...)

70Selon Andrew Abbott, les professions sont en état de perpétuel conflit et existent dans un système interdépendant où elles négocient sans cesse les frontières de leur jurisdiction en mettant en avant leurs compétences respectives. Nous avons vu comment les vétérinaires essayent d’ériger des barrières pour que d’autres – principalement les maréchaux-ferrants – n’empiètent pas sur leur champ de compétence. Or, dans The System of Professions, il est aussi question d’une autre forme de légitimation qui n’est pas fondée sur les compétences mais qui consiste à établir que les valeurs professionnelles recherchées par un corps de métier sont aussi des valeurs que partage la société (Abbott 2014 : 184-194). Ces valeurs professionnelles/sociétales peuvent varier selon les périodes et les pays ; aux États-Unis par exemple, l’une de ces valeurs serait l’efficacité. Qu’en est-il de l’Empire ottoman tardif et de la Turquie des années 1920 et 1930 ? Qu’est-ce que les vétérinaires peuvent mettre en avant pour faire valoir leur travail socialement à part leur contribution à l’économie et à la santé publique ? Le caractère scientifique même de leur travail peut être l’une de ces valeurs dont parle Abbott. Alper Yalçınkaya montre dans Learned Patriots comment se dessine au XIXe siècle le portrait du sujet ottoman idéal : la familiarité avec les sciences dites « modernes » couplée avec une bonne conduite morale (surtout l’obéissance) deviennent les conditions à remplir pour être considéré comme un vrai patriote (Yalçınkaya 2015). La valorisation des sciences dans le discours ottoman ne fait que s’affermir après la révolution des Jeunes Turcs en 1908, le scientisme étant, selon Şükrü Hanioğlu, un principe fondamental de la politique des nouveaux cadres dirigeant de l’Empire (Hanioğlu 2011 : 48-67). Dans la Turquie républicaine, la figure du patriote est aussi indissociable des sciences : pour être un bon citoyen turc, il faut non seulement avoir la « bonne » identité ethnique et religieuse mais aussi être rationnel et éclairé, Atatürk ayant proclamé « le flambeau, que la nation turque tient dans sa main en marchant sur la route du progrès et de la civilisation, est la science positive » (Zürcher 2010 : 149). Il y aurait donc là une conformité entre ce que valorise les vétérinaires, à savoir la scientificité de leur travail quotidien, et ce que valorise la société turque. Enfin, une autre valeur que les vétérinaires peuvent mettre en avant est leur altruisme et idéal de service puisqu’ils se disent prêts à mourir pour éradiquer les maladies infectieuses et devenir des bilim şehidi – martyrs de la science. Ce dévouement est aussi sans doute une qualité culturellement valorisée dans la société turque, qui sanctifie ses martyrs (şehit), qu’ils soient morts en combat ou dans l’exercice de leur profession105.

71Dans leurs écrits, les vétérinaires ne se privent pas de prendre parti contre les maréchaux-ferrants avec lesquels ils sont en concurrence pour délivrer des soins aux animaux. Les maréchaux-ferrants les gênent non seulement parce qu’ils recherchent la même clientèle, mais aussi parce que dans l’opinion publique, ils sont considérés comme leurs égaux. Or, selon les vétérinaires, il ne faut pas mélanger pasteuriens et sabotiers. Ils sont convaincus que les deux métiers ne sont pas comparables. On aurait toutefois tort de voir dans le dénigrement des maréchaux-ferrants une critique gratuite. Il s’agit plutôt d’une revendication de scientificité.

72Cette revendication se reflète également dans leur choix du vocabulaire. Si le mot baytar n’est plus acceptable, c’est parce qu’il prête à confusion et qu’il incarne tout ce qu’ils ne veulent pas être : oriental et empirique. À l’instar de leurs collègues européens et américains, les vétérinaires de Turquie désirent être reconnus comme des scientifiques à part entière. Pris par l’élan de la purification lexicale des années 1930, ils essayent d’y parvenir par les mots. C’est donc comme une immense réussite qu’ils voient l’officialisation de leur nouveau titre : veteriner hekim.

73Outre la revendication de scientificité, il faut également chercher derrière les nombreuses critiques visant les maréchaux-ferrants une revendication d’appartenance à une classe sociale élevée. Rappelons que l’obtention du diplôme vétérinaire implique de longues années d’études supérieures. Certes, ces études sont gratuites dans l’Empire ottoman, mais cela ne signifie pas qu’elles sont à la portée de tous puisqu’il faut au moins un diplôme de lycée pour intégrer les écoles spécialisées et passer un concours. De plus, il faut connaître une langue étrangère (mais aussi avoir de l’argent si l’on n’est pas boursier) si l’on souhaite poursuivre les études à l’étranger comme l’ont fait Mehmed Nuri et Ahmed Nevzad, ce qui, encore, n’est pas à la portée de tous. Les associer à la maréchalerie, c’est non seulement insulter leur diplôme difficilement accessible, mais c’est aussi rabaisser leur rang social. Par exemple, la revue Türk Baytarlar Cemiyeti Mecmuası que j’ai citée à multiples reprises est l’organe de l’association Türk Baytarlar Cemiyeti, créée en 1930 par cinq vétérinaires, qui ont tous fait leurs études en France ; Hüseyin Sabri [Okutman], Samuel Abravenel [Aysoy], Salih Zeki [Berker] et Mehmed Hilmi [Dilgimen] ont fait leur maîtrise à Alfort tandis qu’Ahmed Şefik [Kolaylı] s’est formé à l’Institut Pasteur, où il a été envoyé pour travailler aux côtés de Maurice Nicolle. Il ne serait donc pas vain de voir une peur de déclassement social dans les revendications relayées dans ce type de revues.

74Si le corps médical est un groupe pris comme modèle par les vétérinaires, c’est parce qu’ils envient leur monopole d’exercice. Néanmoins, il faut souligner que ce groupe qu’ils idéalisent et qu’ils placent au sommet de l’échelle sociale est passé par le même chemin : les médecins ottomans ont aussi dû affronter les charlatans, ces guérisseurs sans formation universitaire ni diplôme, qui mettent la vie des patients en danger. Eux aussi ont dû se distinguer des savoirs populaires. Le règlement de 1861 est perçu par les vétérinaires comme le couronnement des efforts des médecins certes, mais il reste encore à répondre à la question que pose Méropi Anastassiadou-Dumont dans Médecins et ingénieurs ottomans à l’âge des nationalismes : « Suffit-il qu’un État interdise empiriques et charlatans pour que la population les condamne aussitôt au chômage ? » (Anastassiadou-Dumont 2003 : 11).

  • 106 « Taḫmîn olundıġına göre Âmerîḳâda şimdiye ḳadar yigirmi biñe yaḳın bayṭar yetişmişdir bunlardan yü (...)

75Outre les médecins, les vétérinaires idéalisent la situation de leurs collègues à l’étranger et la mettent en contraste avec leur piètre situation. Cette vision romantisée les amène même à remettre en cause le fonctionnement du marché de travail dans l’Empire ottoman. En effet, ils insistent sur le fait qu’il y aurait aux États-Unis un nombre non négligeable de vétérinaires travaillant à leur compte ou dans le privé : « Selon nos estimations, les États-Unis ont formé jusqu’aujourd’hui près de vingt mille vétérinaires, dont seulement 10% sont employés par le ministère de l’Agriculture et 50 à 60% par des municipalités et des entreprises. Il y a aussi plusieurs vétérinaires qui travaillent à leur compte et qui jouissent d’un niveau de vie élevé106. » Cela s’expliquerait par le fait que, contrairement au système en place dans l’Empire ottoman, les vétérinaires américains, ayant payé leurs études, seraient entièrement libres pour exercer et auraient ainsi des perspectives professionnelles plus prometteuses :

  • 107 « Âmerîḳâda ṭalebe bayṭarlıġı kendi maṣrafıyla taḥṣîl édiyor anıñ içün bayṭarlar serbest ve ḥükûmet (...)

Les étudiants de médecine vétérinaire payent des frais de scolarité aux États-Unis. C’est pourquoi ils ne sont pas tenus de travailler dans des organes d’État et peuvent librement exercer leur profession. Chez nous, l’État verse pour chaque étudiant de médecine vétérinaire deux cents lires et impose, en contrepartie, une obligation de service public pour dix ans. Cela revient donc à l’État ottoman de nous employer107.

  • 108 « We have in view but one object - the advancement of our profession - and if, by the publication a (...)
  • 109 « Our people are ignorant of the importance of Veterinary medicine; our science is yet, and will be (...)

76Pourquoi alors ne pas penser à un autre système si l’État ottoman se montre incapable de leur fournir un emploi correct ? Or, si nous prenons l’exemple de la France, les travaux de Hubscher et ceux de Delphine Berdah révèlent que, contrairement à l’image que pouvaient avoir les vétérinaires ottomans, les vétérinaires français ne bénéficiaient pas d’un traitement aussi favorable. Il est aussi question de bas salaires, de préjugés, d’appellations péjoratives comme « sous-vétérinaire » et de conflit avec les maréchaux-ferrants. Berdah décrit un double mouvement pour empêcher ces derniers d’exercer la médecine des animaux : durcissement des conditions d’admission pour que la petite bourgeoisie remplace les fils de maréchaux-ferrants dans les écoles spécialisées et insertion de la médecine vétérinaire dans le champ de la santé publique moyennant leurs compétences pour contrôler les maladies contagieuses (Berdah 2012 : 94-95). L’étude menée par J. Fred Smithcors sur l’American Veterinary Review, une revue créée en 1877 par l’United States Veterinary Medical Association (rebaptisée American Veterinary Medical Association en 1898) montre aussi les similarités entre la situation des vétérinaires ottomans et celle de leurs homologues américains. Son premier éditeur, Alexandre Liautard, fait par exemple mention de la position défavorisée de la profession : « Nous n’avons qu’un seul objectif en vue – l’avancement de notre profession – et si, par la publication et le succès de cette revue, nous pouvons atteindre cet objectif, si nous pouvons tirer la science vétérinaire aux États-Unis de l’état d’infériorité dans lequel elle se trouve depuis tant d’années, nos efforts auront reçu leur pleine récompense108. » En effet, selon lui, le peuple américain ignore totalement l’importance de la médecine vétérinaire, cette science qui « est encore, et sera dans les années à venir, dans un statut social inférieur »109. Certaines thématiques récurrentes de la revue permettent d’établir des parallèles avec l’Empire ottoman : les vétérinaires américains discutent du titre idéal que devraient détenir les diplômés (la discussion tourne essentiellement autour de l’expression dégradante horse doctor et l’usage de l’acronyme V. S. pour veterinary surgeon), du charlatanisme (ils dénoncent souvent la quackery) et de l’adoption de lois visant à réglementer la pratique de la médecine vétérinaire (Smithcors 1963 : 341-388).

  • 110 « Milli Şef Reisicümhur Ziraat enstitüsünde veteriner hekimliğinin yüzüncü yıldönümü münsabetile bi (...)

77Ce n’est donc pas seulement dans le contexte ottoman/turc que la médecine vétérinaire est un métier qui ne fait pas rêver. Les collègues d’autres pays semblent partager la même quête d’ascension sociale. Or, il arrive aussi que le long combat que mènent les vétérinaires pour la reconnaissance de leur profession finisse par porter ses fruits. À des moments comme la visite d’İsmet İnönü au Haut institut agronomique (Yüksek Ziraat Enstitüsü) en 1943, les vétérinaires de Turquie constatent que leur discours ne passe pas complètement inaperçu puisque le pacha dit, en instituant, comme eux, une hiérarchie inversée entre la médecine vétérinaire et la médecine humaine : « C’est seulement à l’aide des recherches menées sur les animaux que de nombreuses énigmes médicales peuvent se résoudre. On peut dire que la médecine humaine est, comparée à la médecine vétérinaire, comme une mer intérieure face à l’océan110. »

Top of page

Bibliography

Sources primaires

Monographies, articles et archives

Aḥmed Nevzâd (Teşrîn-i evvel 1927 [Octobre 1927]) « Ṭabâbet-i bayṭariye ve veżâ’ifi », İstânbûl şehremâneti mecmûʿası 4 (38), pp. 102-107.

Fenn ve vażîfe ḳûrbânları. Muʿallim bâḳterîyôlôġ Aḥmed ve muʿâvini Hüdâ’îye meslekdâşlarınıñ bir ḫâṭıra-i ḫazîni (1928), İstânbûl, Ḥüsn-i Ṭabîʿat Maṭbaʿası.

Meḥmed ʿÂkif (1342 [1924]) Ṣafaḥât, Altıncı kitâb, ʿÂṣım, İstânbûl, Âmedî Maṭbaʿası.

M. Zühdî (3 Nîsân 1330 [16 avril 1914]) « Zirâʿat memleketimiyiz? », Türk yurdı 6 (63), pp. 2090-2097.

Nûrî (Teşrîn-i sânî 1928 [Novembre 1928]) « Ṭabâbet-i bayṭariyeniñ ehemmiyeti », Bayṭarî mecmûʿa 6 (4), pp. 98-102.

Subḥî Edhem (1919) Berġsôn ve felsefesi, Dersaʿâdet, Ḳader Maṭbaʿası.

Subḥî Edhem (1327 [1911]) Dârvînîzm, Manâstır, Beynelmilel Ticâret Maṭbaʿası.

Subḥî Edhem (1330 [1914]) Lâmârḳîzm, Dersaʿâdet, Nefâset Maṭbaʿası.

Subḥî Edhem (1334 [1918]) Nevsâl-i bayṭarî, Dersaʿâdet, Âġôb Mâṭyôsyân Maṭbaʿası.

Türkiye Büyük Millet Meclisi Kütüphane ve Arşiv Hizmetleri Başkanlığı, Osmanlı Dönemi Meclis Tutanakları, Meclis-i Mebusan

1. Dönem, 4. Cilt, 71. Birleşim, 30 Mart 1326 [12 avril 1910].

1. Dönem, 4. Cilt, 91. Birleşim, 30 Mayıs 1325 [12 juin 1909].

Türkiye Büyük Millet Meclisi Kütüphane ve Arşiv Hizmetleri Başkanlığı, Cumhuriyet Dönemi Meclisleri Genel Kurul Tutanakları, Türkiye Büyük Millet Meclisi

4. Dönem, 23. Cilt, 70. Birleşim, 18 Haziran 1934 [18 juin 1934].

9. Dönem, 29. Cilt, 62. Birleşim, 9 Mart 1954 [9 mars 1954].

Périodiques contemporains

Akşam

Bayṭarî Mecmûʿa

Cem

Cerîde-i bayṭariye ve zirâʿiye

Cumhuriyet

Dârülfünûn ṭıbb fakültesi mecmûʿası

Fâlâḳâ

Gazette médicale d’Orient

Haber

La Semaine vétérinaire

Mècheroutiette

Mecmûʿa-i fünûn-ı bayṭariye

Recueil de médecine vétérinaire

Resmî ġazete

Servet-i fünûn

Son Posta

Son Telgraf

Tan

Türk Baytarlar Cemiyeti Mecmuası

Ulus

Vakit

Sources secondaires

ʿAlî Nażîmâ ; Reşâd Fâ’iḳ (1319 [1901-1902]). Mükemmel ʿOsmânlı luġatı, Dersaʿâdet, Ârtîn Âṣâduryân Şirket-i Mürettibiye Maṭbaʿası.

Abbott, Andrew (2014). The System of Professions: An Essay on the Division of Expert Labor, Chicago, Chicago University Press.

Anastassiadou-Dumont, Méropi (2003). « Science et engagement : la modernité ottomane à l’âge des nationalismes », in Anastassiadou-Dumont, Méropi (dir.), Médecins et ingénieurs ottomans à l’âge des nationalismes, Paris, Maisonneuve & Larose, pp. 5-28.

Balsoy, Gülhan (2013). The Politics of Reproduction in Ottoman Society, 1838–1900, Londres, Pickering & Chatto.

Barbier de Meynard, A. C. (1881). Dictionnaire turc-français, I, Paris, Ernest Leroux.

Bekman, Muzaffer (1945). Veteriner Hekimliğimizin Büyükleri (Biyografi), İstanbul, Marifet Matbaası.

Berdah, Delphine (2012). « Entre scientifisation et travail de frontières : les transformations des savoirs vétérinaires en France, XVIIIe-XXe siècles », Revue d’Histoire Moderne & Contemporaine 59 (4), pp. 51-96.

Bourdieu, Pierre (1976). « Le champ scientifique », Actes de la Recherche en Sciences Sociales 2 (2-3), pp. 88-104.

Bourmaud, Philippe (2012). « Médecine occidentale et définition des “Orientaux” au Proche-Orient à la fin de l’époque ottomane », Histoire et Missions Chrétiennes 22 (2), pp. 135-156.

Bréal, Michel ; Bailly, Anatole (1918). Dictionnaire étymologique latin, Paris, Librairie Hachette.

Caymaz, Birol ; Szurek, Emmanuel (2007). « La révolution au pied de la lettre. Linvention de “lalphabet turc” », European Journal of Turkish Studies 6, Ill-literate Knowledge, http ://journals.openedition.org/ejts/1363

Dinçer, Ferruh (1976). « Türkiyede Veterinerlik ve Tarım Alanında İlk Süreli Yayın Vasıta-i Servet” Üzerinde Bir İnceleme », Fırat Üniversitesi Elazığ Veteriner Fakültesi Dergisi 3 (1), pp. 66-83.

Erk, Nihal (1961). « Veteriner Fakültesinin Ankara Üniversitesine Katılışı Tarihi ve Son On İki Yıllık Öğretim Durumu », Ankara Üniversitesi Veteriner Fakültesi Dergisi 8 (2), pp. 158-187.

Erk, Nihal (1964). « Prof. Dr. Nevzad Tüzdil’i Kaybettik », Ankara Üniversitesi Veteriner Fakültesi Dergisi 11 (1), pp. 2-3.

Etker, Şeref (2013). « Askeri Baytarları Terakki ve Teavün Cemiyet-i Umumisi ve 1908 Nizamnamesi », Osmanlı Bilimi Araştırmaları 15 (1), pp. 108-115.

Gür, Âlim (1999). « Mehmet Âkif’ten Nükteler », Selçuk Üniversitesi Türkiyat Araştırmaları Dergisi 5, pp. 195-223.

Hanioğlu, M. Şükrü (2011). Atatürk: An Intellectual Biography, Princeton, Princeton University Press.

Hubscher, Ronald (1996). « L’invention d’une profession : les vétérinaires au XIXe siècle », Revue d’Histoire Moderne & Contemporaine 43 (4), pp. 686-708.

Hubscher, Ronald (1999). Les Maîtres des bêtes. Les vétérinaires dans la société française (XVIIIe-XXe siècle), Paris, Odile Jacob.

Kaya Doğanay, Fatma (2017). « Mülkiye Baytar Mektebi », Türkiyat Araştırmaları Enstitüsü Dergisi 60, pp. 665-686.

Makal, Ahmet (1997). Osmanlı İmparatorluğu’nda Çalışma İlişkileri : 1850-1920, Ankara, İmge Kitabevi.

Martykánová, Darina (2020). « Science and Technology in the Ottoman Language of Power (1790s-1910s) », European Journal of Turkish Studies 31, Le langage socio-politique turc-ottoman et ses transformations, XIXe-XXe siècles, http ://journals.openedition.org/ejts/6937

Melikoğlu, Berfin ; Özgür, Atilla ; Osmanağaoğlu, Şule (2012). « Osmanlı Devletinde Veteriner Hekimliği Mezuniyet Belgeleri », Kafkas Üniversitesi Veteriner Fakültesi Dergisi 18 (1), pp. 7-14.

Melikoğlu Gölcü, Berfin ; Arslan, Muhammet (2018). « Veteriner Hekimler Derneğinin Nüvesi; İstanbul Ettıba-yı Baytariye Muhadenet Cemiyeti », Veteriner Hekimler Derneği Dergisi 89 (2), pp. 3-9.

Melikoğlu Gölcü, Berfin ; Erer, Sezer (2013). « Osmanlı Devleti’nde Kurulan Veteriner Dernekler Üzerine Yeni Araştırmalar », Turkiye Klinikleri Journal of Medical Ethics-Law and History 21 (2), pp. 88-94.

Melikoğlu Gölcü, Berfin ; Osmanağaoğlu Sanal, Şule (2012). « Mecmua-i Fünûn-i Baytariye : İnceleme ve Özetli Bibliyografya », Osmanlı Bilimi Araştırmaları 14 (1), pp. 45-88.

Melikoğlu Gölcü, Berfin ; Yüksel, Özlem ; Yüksel, Erhan (2017). « Baytar Mecmuası/Baytarî Mecmua (1923-1933) Üzerine Bir İnceleme », Osmanlı Bilimi Araştırmaları 19 (1), pp. 75-134.

Odabaşı, Arda (2007). « Suphi Ethem Bey ve Beşer ve Tabiat dergisi », Bilim ve Ütopya 159, pp. 18-32.

Osmanağaoğlu, Şule ; Melikoğlu, Berfin (2009). « Türkiye’de Ruam Hastalığı Eradikasyon Çalışmalarına Tarihsel Bir Bakış Açısı », Kafkas Üniversitesi Veteriner Fakültesi Dergisi 15 (3), pp. 331-337.

Özen, Osman ; Kuzucu, Kemalettin (2016-2017). « Türk Basın Tarihinde Artin Asaduryan Matbaası ve Matbaada Basılan Süreli Yayınlar », Erdem 71-72, pp. 117-138.

Özgür, Atilla (1997). « Veteriner Hekim Terimi Üzerine Tarihsel bir Araştırma », Ankara Üniversitesi Veterinerlik Fakültesi Dergisi 44 (1), pp. 97-104.

Özgür, Atilla (2010). « Kadîm” Bir Eserden Veteriner Hekimliği Tarihine Bakış », Veteriner Hekimler Derneği Dergisi 80 (4), pp. 31-39.

Paradeise, Catherine (1985). « Rhétorique professionnelle et expertise », Sociologie du Travail 27 (1), pp. 17-31.

Polat, Hatice (2013). Mülkiye Baytar Mektebi (1894-1922), Mémoire de master en histoire, Istanbul, Marmara Üniversitesi.

Smithcors, J. F. (1963). The American Veterinary Profession: Its Background and Development, Ames, Iowa State University Press.

Szurek, Emmanuel (2013). « Le linguiste et le politique. La Türk Dil Kurumu et le champ du pouvoir à l’époque du parti unique », in Aymes, Marc ; Gourisse, Benjamin ; Massicard, Élise (dir.), L’Art de l’État en Turquie. Arrangements de l’action publique de la fin de l’Empire ottoman à nos jours, Paris, Karthala, pp. 75-101.

Ş. Sâmî (1302 [1884-1885]). Ḳâmûs-ı frânsevî, İstânbûl, Mihrân Maṭbaʿası.

Tunçer, Hadiye (1958). Kırk Yıllık Meslekdaşlarımız. Röportaj, Ankara, Ayyıldız Matbaası.

Türesay, Özgür (2009). « Censure et production culturelle. Le champ éditorial ottoman à l’époque hamidienne (1876-1908) », Études Balkaniques 16 (1), pp. 239-254.

Ünsal, Aytaç (2018). « Yayın Hayatının 86. Yılında Veteriner Hekimler Derneği Dergisi’nin İçerik Analizi Üzerine Bir Araştırma », Veteriner Hekimler Derneği Dergisi 89 (1), pp. 56-66.

Yalçınkaya, M. Alper (2015). Learned Patriots: Debating Science, State, and Society in the Nineteenth-Century Ottoman Empire, Chicago, Chicago University Press.

Yıldırım, Sema ; Zeynel, Behçet Kemal (éd.) (2010). TBMM Albümü (1920-2010), 1. Cilt (1920-1950), Ankara, TBMM Basın ve Halkla İlişkiler Müdürlüğü.

Zürcher, Erik J. (2010). The Young Turk Legacy and Nation Building: From the Ottoman Empire to Atatürk’s Turkey, Londres, I. B. Tauris.

Top of page

Notes

1 « Keşke bayṭarlıḳ édeydim…/ -Yine ét mümkünse./ -Yapamam./ -Belki yapardıñ be…/ -Unutdum be Köse./ -Keşke zihninde kalaymış, ne ḳadar lâzımmış;/ -Beni diñler misin evlâd? Yine ḳabîlse çalış:/ Çünki bir tecrübe étseñ seniñ ʿaḳlıñ da yatar,/ Bize insân hekîminden daha lâzım bayṭar. » (Meḥmed ʿÂkif 1342 [1924] : 13).

2 Il faut noter que l’année 1889 est souvent prise comme le point de départ de l’enseignement vétérinaire civil avec l’ouverture de Ḥalḳalı zirâʿat ve bayṭar mekteb-i ʿâlîsi, une école qui forme agronomes et vétérinaires dans la périphérie d’Istanbul. Il faut aussi préciser qu’une école destinée à former exclusivement des vétérinaires civils est fondée en 1894 : Kaya Doğanay 2017 : 665-686.

3 Les mots baytar et veteriner apparaissent ici avec des signes diacritiques et accents circonflexes lorsque les sources citées sont en turc ottoman.

4 « O ḳadar ḫâriḳülʿâdedirki teraḳḳiytâtıñ bu derecesine bizim ḥavṣalamız taḥammül édemiyor. » (Mecmûʿa-i fünûn-ı bayṭariye 1 Şubâṭ 1324 [14 février 1909] : 321). 

5 « Elyevm orada bir bayṭar ḥaysiyet, ehemmiyet, ḳazanc cihetiyle bir dôḳtôrdan âṣlâ geri ḳalmaz […]. » (Ibid. : 322).

6 Tout au long de cette étude, jutiliserai la formule « Mehmed Nuri » pour éviter tout anachronisme, les noms de famille n’existant pas avant la loi de 1934. Puisqu’il réapparaîtra souvent, je ne mettrai pas son nom de famille entre crochets et n’ajouterai pas de signes diacritiques et accents circonflexes afin de faciliter la lecture.

7 Il en va de même pour les autres personnes citées à multiples reprises. Je me référerai à lui comme « Ahmed Nevzad ».

8 Recueil de médecine vétérinaire 15 novembre 1891: 706.

9 Recueil de médecine vétérinaire 15 septembre 1895: 582.

10 « Bulġâristân emâreti yüz elli ve Frânsa ḥükûmeti dört biñi müṭecâviz eṭıbbâ-yı bayṭariye istiḫdâm eylemekde oldıġına nażaran elde bulunan mütebâḳî yüz sekiz nefer eṭıbbâ-yı bayṭariye ile vilâyât-ı ʿOsmâniyeniñ idâre-i bayṭariyesini tanżîm ve ẓâbıṭa-i ṣıḥḥiyesiniñ taṭbîḳini te’mîn müşkil olub […]. » (Mecmûʿa-i fünûn-ı bayṭariye 15 Teşrîn-i evvel 1324 [28 octobre 1908] : 98).

11 « […] bizde elyevm yüz seksen bayṭar olub bunlar vâsıṭasıyla vilâyât-ı ʿOsmâniyeniñ idâre-i bayṭariyesini tanżîm ve ẓâbıṭa-ı ṣıḥḥiyeniñ tamâmen her vilâyetde taṭbîḳini te’mîn mümkün olamayacaġı bedâheten maʿlûmdur. » (Mecmûʿa-i fünûn-ı bayṭariye 15 Teşrîn-i sânî 1324 [28 novembre 1908] : 164).

12 Le vilayet est une unité administrative ottomane qui désigne des régions vastes gouvernées par des vali. Ce mot n’apparaîtra pas en italiques puisqu’il figure dans des dictionnaires français tel que Le Larousse.

13 « İşbu yüz seksen bayṭar ile beş altı vilâyetiñ teşkîlât-ı bayṭariyesi tertîb-i maʿrûẓ vechle icrâ édilmiş olsa mütebâḳî yigirmi üç yigirmi dört vilâyetiñ teşkîlât-ı bayṭariyesi şimdiki mekteb-i bayṭarî ile ve fiyât ḳâle alınmamaḳ üzere ancaḳ seksen sene ṣoñra itmâm eylemek müyesser olabilecekdir. » (Mecmûʿa-i fünûn-ı bayṭariye 15 Teşrîn-i sânî 1324 [28 novembre 1908] : 164).

14 « Rıza Paşa (Karahisarısahip) - Bir şey sual edebilir miyim ? Memaliki Osmaniyyede ne kadar baytar var ? Nazaret Dagavaryan Efendi (Devamla) - 180. Rıza Paşa (Devamla) - Bir vilayetimiz kadar olan Bulgaristan’da 120 baytar mevcut. Şimdi, orasını nispet edip de burada 180 olursa bu baytarların da defaten yerden mantar gibi çıkmasını temin için bir çare-i tesviye düşünüp bize gösterebilir misiniz ? Millet bugün seram için fedailik etmeye hazırdır. », Türkiye Büyük Millet Meclisi Kütüphane ve Arşiv Hizmetleri Başkanlığı, Osmanlı Dönemi Meclis Tutanakları, Meclis-i Mebusan, 1. Dönem, 4. Cilt, 71. Birleşim, 30 Mart 1326 [12 avril 1910], p. 57.

15 « O zamanlar ziraatçı ve veterinerler çok mahduttu. Mesela ben, mektebi bitirdiğim zaman, koca Osmanlı imparatorluğunun 170ınci Veterineri idim. » (Tunçer 1958: 47).

16 « Ziraat Vekâleti celilesinin baytar müdüriyeti umumiyesi tarafından neşr edilen beş senelik programda dahi itiraf edildiği vechile baytar mektebinin ihdasından şimdiye kadar yetişmiş etibbanın adedi 426” olup bunlardan elyevm ancak 218”i müstahdemdir. » (Türk Baytarlar Cemiyeti Mecmuası 30 Birinci Kânun 1930 [30 décembre 1930] : 26).

17 « Halihazırda faaliyetde bulunan 218” baytardan haralar, bakteriyolojihane ve serom darülistihzarları, depolar, mektep ve muayene baytarlıklarında müstahdem yetmiş seksen baytarda tenzil edilecek olursa koca bir memleketde muhtelif emrazı sariyei hayvaniyenin takibi ile sair vezaifin ifası yüz yirmi, yüz otuz memurun duş hamiyetine mevdu kalır ki bu miktar ihtiyacatı hakikiyemizin beşte birine bile tekabül edemez. » (Ibid.: 26-27).

18 « Türkiye’de her [4000] kilometre murabbaına ancak bir baytar isabet etmektedir. » (Türk Baytarlar Cemiyeti Mecmuası 1 Temmuz 1932 [1er juillet 1932] : 110).

19 « Buralarda bayṭar nerede… Ḳarşı yaḳada beyânnâme yazacaḳ kim? […] Bizim daġlardan inen on ṭavuḳ ve iki hindîye bayṭardan şehâdetnâme almaḳ içün iki sâʿat uzaḳda İzmite gitmeli, yâḫûd alış vérişden vâz geçmeli! » (Servet-i fünûn 7 Teşrîn-i evvel 1926 [7 octobre 1926] : 336).

20 « Fakat memlekete azçok para getiren, köylüyü sıkıntıdan kurtaran bu ihracat ta Köyceğizde bir baytarın bulunmamasından sekteye uğramıştır. Çünkü esasen büyük ihracat tacirlerinin olmadığı bu memlekette sığır ihraç edenler ancak beş on sığır gönderebilmektedirler. Bunların muayenesi ve ihraç vesikasının alınması için baytara ihtiyaç vardır. Baytarlar Muğladan gelmektedir. Her gelişte harcırahı asgarî 40 lira tutmakta, bu para on sığır ihraç eden tüccar tarafından verilmektedir. Beher sığırın fiati bu zamanda 6-7 lira olduğuna göre 60-70 liralık bir mal ihraç eden adam yalnız hayvanların muayenesi için 40 lira vermektedir. En basit hesap, bu alışverişte mal ihraç eden tüccarın acıklı vaziyetini meydana koymakta, binnetice hayvan ihraç etmekten sarfınazar etmektedir. Bu yüzden memleket, hariçten gelecek beş on paradan mahrum kalmaktadır. » (Cumhuriyet 24 Eylül 1933 [24 septembre 1933] : 5).

21 « Dört ṣınıf üzerine bulunan eṭıbbâ-yı bayṭariyeniñ maʿâşât-ı niżâmîleri baʿdette’cîl altı yüz yetmiş beş ve ṭoḳuz yüz ve biñ üç yüz elli ve biñ sekiz yüz ġuruşdan ʿibâretdir. Bir bayṭar üç senede bir terfîʿ éderek on sene ṣoñra müfettişlik ṣınıfında biñ sekiz yüz ġuruş maʿâşa nâ’il olabilecegi ḳânûnen mevʿûd iken 309 ve 310 ve 311 senelerinde neş’et éden eṭıbbâ-yı bayṭariyeden müfettişlik ṣınıfına terfîʿ éden henüz bulunmadıġı gibi bunlardan elyevm 675 ġuruş maʿâş alanlarda pek çoḳdur dîger ṣınıflardanda 300 ve 400 ġuruş maʿâşlı bayṭarlar bulunuyorki bu ḥâl eṭıbbâ-yı bayṭariye-i mevcûdeyi duçâr-ı ye’s ve fütûr édüb terk-i müṭâlaʿa eyler vażîfede daḥi emhâl ve reḫâvetlerini mûcib olmaḳdadır. Mûmàileyhimiñ sefâlet ḥâllerini uzaḳdan ve yaḳından gören evlâd-ı vaṭanda mekteb-i bayṭarîye ʿadem-i raġbet göstermekdedirki bu ḥâliñ devâmı ḫâdim-i servet-i zirâʿat ü mülkiye olan ṣınıf-ı bayṭarîniñ memâlik-i ʿOsmâniyede bütün bütün inḳirâẓını mûcib olabilir. » (Mecmûʿa-i fünûn-ı bayṭariye 15 Teşrîn-i evvel 1324 [28 octobre 1908] : 99).

22 « Mektebden dîplômâ alan ilk bayṭarlar (750) ġuruş maʿâşla ve rütbe tevcîhiyle me’mûriyete taʿyin olunduḳları ḥâlde bilâḫare ihmâl édilerek maʿâşları (350) ġuruşa ḳadar tenzîl édilmiş ve ẓabıṭa-i ṣıḥḥıye ve ıṣlâḥ ve teksîr-i ḥayvânâtla meşġûl édilecekleri yerde muʿâyene-i ḥayvânât rüsûmunuñ cibâyetiyle mükellef ṭutulmuşlardır. […] Bu ḥâl Türkiye umûr-ı bayṭariyesinde bir devre-i fetret ve inhiṭâṭ diye yâd édilmekdedir. » (Bayṭarî Mecmûʿa Ḥazîrân 1341 [Juin 1925] : 348).

23 « Evet itiraf etmek lâzımdır ki bir kaç senedir mektebe talebe bulunamamakta ve mektebden diploma alanlarda tıbbiye, eczacı, dişci mekteplerine girerek vatani vazifelerini o suretle ifayı tercih eylemektedirler. Çünkü, meselâ: bü sene mektebden Paloye gönderilen bir baytar vilâyatı baide zammı olarak verilen yirmi lira ile beraber yetmiş lira alırken ayni yol, ayni tiren ile ayni mahale giden bir doktor yüz elli lirayı mütecaviz maaş almakta ve memleketin bu iki öz evlâdı arasındaki büyük fark şerait hayatiyesi beynindeki çıplak ve maddi boşluk müdüriyetin nazarı dikkatini bile celb etmektedir. » (Türk Baytarlar Cemiyeti Mecmuası 30 Birinci Kânun 1930 [30 décembre 1930] : 28).

24 « İptidai mezunu köy muallimleri 70 lira alırlarken 66 lira alan 15 senelik baytarlar var. Baytar müdürleri bir kâtip maaşına lâyık görüldü. » (Türk Baytarlar Cemiyeti Mecmuası 15 Nisan 1930 [15 avril 1930] : 90).

25 « Hayatının dörtde birini mektebin tahta sıraları üzerinde güzel ve temiz bir istikbal tahayyül ve yoksullukla, yoklukla mücadele ederek… Dörtde üçünü… Fen, ilim yuvalarından uzak fırtınalı dağ başlarında delik bir çadır altında, tahta bir karyola veya toprak üzerinde… Balçık köylerde bir çıra ışığında veya is püsküren bir idare lambasının sönük ve titrek ziyası altında perişan köylülerin dertlerini dinlemekle… Sim siyah bitli misâfir yorganlarının altında yatmakla geçirecek… Kar fırtınalarını, gök gürültülerini ninni… Hayvanın göysüne kadar çıkan çamurları yaldız gibi görecek… Yakıcı suuklar, yağmurlar ve kar altında çalışmağa alışacak… Vücudundan dimağından, hislerinden, cebinden velhasıl bütün benliğinden fedakârlık yaparak, alın terile kazandığı bir kaç kuruşu ya defterdar beyin kapusu önünde günlerce ve yahut kâatlarını senelerce cebinde saklayarak münasip bir zaman bulursa almağa razı olacak. » (Türk Baytarlar Cemiyeti Mecmuası 30 Birinci Kânun 1930 [30 décembre 1930] : 19).

26 « Diger milleilerin Fen adamlarının çalışma tarzlarını yasayışlarını görenlerden, tetkik edenlerden dinledim. Onların tavsiye ettikleri kitapları karıştırdım. Bizimkilerle mukayese ettim. Arada bir benzeyiş bir rabıya bulamadım… Onlar; mükemmel bir disiplin altında maddi hiç bir şey düşünmeden mesleklerini - rüyada bile görmesini arzu ettiğimiz - bir fen adamı gibi takip ediyor ve ilerliyorlar. Fakat bizler… » (Ibid.).

27 « Mes’eleniñ eñ şâyân-ı esef ciheti memleketiñ münevver zümresinden büyük bir ekseriyetiñ daḫi henüz bu meslekden tamâmen bîḫaber olışıdır. » (Aḥmed Nevzâd Teşrîn-i evvel 1927 [Octobre 1927] : 102).

28 « Geçmiş senelerden bir gün meclis-i ʿâlî-i ʿilmîde memleketiñ ṭanınmış bir edîbi: benim bildigim bayṭarlıḳ biraz müteraḳḳî naʿlbandlıḳdır… Diyor… Ben bu cümleyi şuraya büyük bir cebr-i nefsle naḳl édiyorum. Zîrâ bu söz bütün memleketiñ sîmâ-yı ʿilmîsini ḳızartacaḳ ve ḳarartacaḳ derecede hicâb âvardır. » (Ibid.).

29 « Memleketiñ iḥtiyâcât-ı iḳtiṣâdiyesini tehvîne ḫâdim mü’esseseleriñ mühimlerinlerinden birini ʿaskerî ve mülkî bayṭar mektebleri teşkîl étdigi ḥâlde, maʿatte’essüf, bu güne ḳadar bu ḫuṣûṣda esâslı iḫbârât-ı târîḫiyeyi câmiʿ bir eser vücûda geritilmemişdir. » (Subḥî Edhem 1334 [1918] : 7).

30 « […] bayṭarlıḳ ḳadar gec başlamış ve lâyıḳ oldıġı iʿtibârı görememiş hemân hîç bir meslek yoḳdur. Te’essüf ile söylenebilirki gerek ḫavâṣṣ ve gerek ʿavâm arasında mütefennin bir bayṭara bir naʿlband derecesinde ehemmiyet vérilmemişdir. » (Ibid.: 8).

31 « Binâ’enʿaleyh, ḳıymet vérilmez, alınır. Bu ḳabâḥat muḥîṭiñ, ḫalḳıñ degil, doġrıdan doġrıya, meslek erbâbınıñdır. Her nedense, bilcümle ṣunûf-ı ʿilmiye miyânında eñ az cesûr olan, kendi şeref-i meslekiyelerini te’mîn maḳṣadı ile pek az söz söyleyen, bir ḥayât-ı sâkiti velvele ve sârlâtânlıġa merciʿ gören bayṭarlardır. » (Ibid.: 9).

32 « Her yerde bayṭar ṭaṣlaḳlarınıñ âhâlîyi aldataraḳ ḥayvânları tedâvîye ḳalḳışdıḳları görilür. […] biz burada yalñız ḥayvân sâḥiblerini ṣanʿat-ı nâşinâslarıñ eline düşmekden menʿ içün baʿẓı veṣâyâ icrâsıyla iktifâ édecegiz. » (Servet-i fünûn 14 Teşrîn-i sânî 1312 [26 novembre 1896] : 188).

33 « Bu şârlâtânlardan niceleri görülüyorki râst geldikleri her dürlü ḥayvân ḫastalıġını tedâvîye ḳalḳışdıḳları ḥâlde bir bayṭarıñ yanında üç dört gün ḫidmet étmiş bir naʿlband çıraġınıñ bile tedâvî édecilecegi eñ ʿâdî bir ḫastalıġa tutulmuş olan kendi ḥayvânlarını göstermek içün bayṭar arayub bulmakda daḳîḳa fevt étmezler. Faḳaṭ maʿzûr görülmeli zîrâ birinci cihetde üç beş ġuruş fâ’ide var, ikinci cihetde ise tekmîl-i ẓarar kendilerine ʿâ’id! » (Ibid.: 189).

34 « Ḥattà ẓâbıṭa-i ṣıḥḥiye-i ḥayvâniyeye dâ’ir 1881 senesi Frânsada neşr olunan ḳânûn mütebayṭarîniñ, yaʿnî bayṭar ṭaslaḳlarınıñ emrâẓ-ı sâriyeyi tedâvî eylemlerini ḳaṭʿiyen menʿ eylemişdirki bu, bayṭarlarıñ bayṭar ṭaslaḳlarına ḳarşı birinci ḫaṭṭ-ı müdâfaʿası ve ilk eser-i muvaffaḳiyetidir. » (Ibid.).

35 « ART. 12. - L’exercice de la médecine vétérinaire dans les maladies contagieuses des animaux est interdit à quiconque n’est pas pourvu du diplôme de vétérinaire. » (Recueil de médecine vétérinaire 15 août 1881: 743).

36 Gazette médicale d’Orient, février 1863: 174.

37 Servet-i fünûn 14 Teşrîn-i sânî 1312 [26 novembre 1896] : 190.

38 « Bu şuʿbe-i meslegiñ kesb-i ehemmiyet édemeyişi her şeyden evvel […] bayṭarlıġıñ müstaḳil bir idâreye merbûṭ bulunmamasında aranmalıdır. […] bayṭarlar her şeyden muḳaddem, doġrudan doġruya, Ḥarbiye Neżâreti Ṣıḥḥiye Dâ’iresine merbûṭ idi. » (Subḥî Edhem 1334 [1918] : 10).

39 « […] zirâʿat heyet-i fenniyesi ḳapusunda dilenci gibi dolaşmaġa şunuñ bunuñ mizâcına ḫidmet étmege maḥkûm bir ṣınıf-ı ʿacize […]. » (Mecmûʿa-i fünûn-ı bayṭariye 1 Eylül 1325 [14 septembre 1909] : 2).

40 « Gerçi zirâʿat hey’et-i fenniyesi riyâsetiniñ taḥt-ı idâresinde bir şuʿbe-i bayṭariye var isede şimdiye ḳadar bu şuʿbeniñ bir iş göremedigi bilfiʿil sâbitdir. Bütün memâlik-i mütemeddinede veżâ’if-i bayṭariye ṣûret-i müstaḳilede îfâ édilmekde olub ḥattà me’âsir-i medeniyeyi ḳabûlı pek evvel ḳadar eski olmayan Bulġâristânda bile bayṭarlar ayruca bir idâre teşkîl étmişlerdir. Zâten zirâʿat hey’et-i fenniyesi içün vaḳtiyle tanżîm olunan niżâmnâmede umûr-ı bayṭariyeniñ ehemmiyeti ḥasbıyla ilerüde bunuñ ayruca bir idâre ḥâline ḳonılacaġı muṣarraḥdır. İşte bu gün veżâ’if-i bayṭariyeniñ müstaḳil bir idâre ṭarafından rü’yeti zamânı gelmişdir. » (Mecmûʿa-i fünûn-ı bayṭariye 1 Eylül 1324 [14 septembre 1908] : 22-23).

41 « Nazaret Dagavaryan (Sivas) - Malûmu âlinizdirki birçok memleketlerde yalnız Baytarlık için ayrıca bir müdüriyet yoktur. […] Filvâki Almanya’da öyle ise de, bu, yalnız Almanya’da vardır ve onların da 3500 Baytarları vardır. Bizim hepsi baytarımız 150 kişidir. Bunun için birkaç yüzbin masraf etmek caiz değildir. », Türkiye Büyük Millet Meclisi Kütüphane ve Arşiv Hizmetleri Başkanlığı, Osmanlı Dönemi Meclis Tutanakları, Meclis-i Mebusan, 1. Dönem, 4. Cilt, 91. Birleşim, 30 Mayıs 1325 [12 juin 1909], p. 320.

42 « İki aydır mekteb-i bayṭarîye ḳabûl olunacaḳ otuz nefer ṭalebe içün evrâḳ ḥavâdisle vuḳûʿ bulan iʿlânâta raġmen şimdiye ḳadar yalñız yigirmi altı nefer ṭâlibiñ isimlerini ḳayd étdirmiş olduḳları bilmürâcaʿa añlaşılmışdırki bunlardan ekserîsiniñ dîger mekâtib-i ʿâliyeye mürâcaʿat éderek redd édilenlerden bulunması muḥtemel oldıġı gibi ḳabûl imtiḥânınıñ ḥîn-i icrâsında tebeyyün édecegi üzere mümàileyhimden baʿẓılarındada ehliyet ve kifâyetleri maṭlûba muvâfıḳ olmadıġı görilecekdir. Binâ’enʿaleyh iḥtiyâc nisbetinde ṭalebe tedârik édilememesiniñ esbâb-ı mûcibesini raġbetsizlikde ve bunıda ṣaḥîḥ ve ḳaṭʿî büdcesizlikde müṭâlaʿa eylemek ẓarûrîdir. » (Mecmûʿa-i fünûn-ı bayṭariye 15 Teşrîn-i sânî 1324 [28 novembre 1908] :165).

43 « […] eṭıbbâ-yı bayṭariye-i me’zûneniñ aylarca ḫân köşelerinde sefîl ve me’yûs bir ṣûretde süründüklerini gören ve mekteb-i mezkûra dâḫil olmaḳ ârzûsıyla vilâyât iʿdâdîlerinden Dersaʿâdete gelen ṭâlibleriñ kesr-i raġbet ve tebdîl-i fikir ve niyet eylemelerini bâʿis olmaḳdadır. » (Mecmûʿa-i fünûn-ı bayṭariye 15 Teşrîn-i sânî 1324 [28 novembre 1908] : 165).

44 « Beş baytarın işi bir baytara yüklenir. Bu gidişle baytar yetiştirmek ihtimali de yoktur; çünkü bu vaziyeti görenler evlâtlarını elbette baytar yapmazlar. » (Türk Baytarlar Cemiyeti Mecmuası 15 Nisan 1930 [15 avril 1930] : 88).

45 « Bu korkunç ve mütemadi ayrılış aceba ne zemana kadar devam edecek ? […] Çok korkuyoruz. Bütün teşkilatımız bulaşık hastalıklar karşısında bir gün gelipte adamsız kalmasın. » (Türk Baytarlar Cemiyeti Mecmuası 1 Teşrini evvel 1930 [1er octobre 1930] : 3).

46 Je me référerai à lui en tant que « Mehmed Akif ».

47 « İşte bu taḳdîrsizlik netîcesidirki memleketimizde pek çok ḳıymetli eṭıbbâ-yı bayṭariye büyük nevmîdîlere uġramış ḥattà terk-i meslek étmişlerdir… Memleketimiziñ büyük şâʿiri, hîç bir memleketiñ millî neşîdesiyle ḳıyâs édilemeyecek derecede Türk inḳılâbı rûḥunı terennüm éden Meḥmed ʿÂkif; Mülkiye bayṭar mektebiniñ ilk me’zûnlarındandır. Bu meslekde ilk didinmiş ve çırpınmışlardandır. Umûr-ı bayṭariye müdîriyet-i ʿumûmiyesine ḳadar çıḳdıġı ve hîç şübhesiz büyük bir ʿazim ile mücehhez oldıġı ḥâlde bu demir cebhe ile muḥîtîñ taḳdîrsizligine taḥammül édememiş bu meslegi bıraḳmaḳ ẓarûretinde ḳalmışdır. Meslegiñ bedbaḫt târîḫçesinde bu gibi misâller pek çoḳdur… Ẓiyâ Gök Alpde bu meslegiñ ġâ’ib étdigi bir ʿuẓuvdı… » (Aḥmed Nevzâd Teşrîn-i evvel 1927 [octobre 1927] : 102).

48 « Garip değilmidirki, asıl mesleki dahilinde çok defa muvaffak olamıyor töhmeti altında bırakılmak istenilen bu baytarlar, mesleklerinden büsbütün hariç sahalarda kabiliyet gösteriyorlar. Ve çok da muvaffak oluyorlar. Sebebini araşdırmıyoruz? » (Türk Baytarlar Cemiyeti Mecmuası 1 Teşrini evvel 1930 [1er octobre 1930] : 3).

49 Il est ici question de ridiculiser l’écriture ottomane et, plus particulièrement, les caractères arabes (qui nécessitent des points souscrits ou suscrits pour se distinguer des uns des autres) et la direction dans laquelle ils sont écrits (de droite à gauche). Contrairement à ce qui est dit, les lignes sont lues horizontalement.

50 Claude Bourgelat (1712-1779) est considéré comme le père fondateur de la médecine vétérinaire en France.

51 L’auteur n’a visiblement pas compris que ces deux lettres renvoient à la Sublime Porte.

52 Il s’agit en réalité de l’article intitulé « Târîḫçe-i ṭıbb-ı bayṭarîmiz », qui porte un titre parallèle en français « Médecine vétérinaire en Turquie », publié dans le premier numéro du journal. Voir Cerîde-i bayṭariye ve zirâʿiye 1 Teşrîn-i sânî 1315 [13 novembre 1899] : 15-16.

53 La Semaine vétérinaire 3 décembre 1899 : 773-774.

54 C’est l’association Mülkiye bayṭar mekteb-i ʿâlîsi me’zûnîn cemʿiyeti (Association des anciens étudiants de l’École vétérinaire civile) fondée le 28 février 1911 qui prendra sa place et en assurera la continuité. Elle publiera une autre revue intitulée Risâle-i fenn-i bayṭarî : Melikoğlu Gölcü ; Erer 2013: 90-91.

55 L’auteur fait ici référence à la période d’istibdâd, c’est-à-dire au règne autoritaire d’Abdülhamid II (1876-1909), considéré comme un sultan absolutiste.

56 « Bidâyetinde büyük bir ehemmiyet ve fedâkârî ile olduḳca geniş adımlarla ilerleyen meslek-i bayṭarî ṣoñraları pençe-i istibdâd arasında ṣıḳışaraḳ maḥv olmaḳ derecesine vâṣıl olmışdı. Gördigimizi yazmamaġa, añladıġımızı bildirmemege maḥkûm édilmiş idik. Bu ṣûretle bayṭarlar ḥaḳḳında efrâd-ı nâs arasında yañlış zehâblar, ʿadem-i iʿtimâdlar ḥâṣıl olmışdı. Ṭaşraya gönderilen bayṭarıñ ne elinde bir taʿlîmâtı nede resmen kendisini ṭanıtdıracaḳ bir mevḳiʿ ve ehemmiyeti var idi… Elḥâṣıl bayṭarlıḳ bir herc ü merc içinde bulunuyor, gitdikce inṭifâ-pezîr oluyordı… Bayṭarlıġın ortadan ḳalḳmamasına yalñız bir sebeb var idi: muʿâyene-i ḥayvâniye rüsûmı… İşte bu derece iẓmiḥlâle uġrayan meslek-i bayṭarîniñ teraḳḳî ve teʿâlîsini mûcib olacaḳ mâddeleri müzâkere étmek üzere bu kere Dersaʿâdetde bir Cemʿiyet-i ʿilmiye-i bayṭariye te’sîs édildigi ḫaberi ṭaşralara müjde-i ḥayât gibi intişâr étdi. […] Böyle bir cemʿiyetiñ teşkîline tavassuṭ éden muḥterem meslekdâşlara ve bilḫaṣṣa re’îs-i muḥterem beg efendîye eñ ʿamîḳ, eñ ṣamîmî noḳṭa-i rûḥumdan ḳopan teşekkürler ve iḥtirâmlar taḳdîm éder ve devâm ve beḳâsıyla muvaffaḳiyetlerini ezdil ü cân temennî eylerim. » (Mecmûʿa-i fünûn-ı bayṭariye 1 Eylül 1324 [14 septembre 1908] : 26).

57 Mon intention n’est pas de faire ici une liste exhaustive des associations et des revues professionnelles. Il faut cependant noter que l’instauration d’un régime constitutionnel en 1908 précipite la création de deux autres associations. La première, civile, appelée Association pour le progrès et l’entraide des vétérinaires civils (Mülkiye bayṭarları ittiḥâd ve teʿâvün cemʿiyeti), vise à défendre les droits et les intérêts des vétérinaires et se considère pas comme un concurrent de la Cemʿiyet-i ʿilmiye-i bayṭariye, mais comme son allié (şurası iyice bilinsünki cemʿiyetimiz cemʿiyet-i ʿilmiyeniñ raḳibi degil). Voir Mecmûʿa-i fünûn-ı bayṭariye 1 Şubâṭ 1324 [14 février 1909] : 351-352. Quant aux militaires, ils fondent en 1908 l’Association générale pour le progrès et l’entraide des vétérinaires d’armée (ʿAskerî bayṭarları teraḳḳî ve teʿâvün cemʿiyet-i ʿumûmîsi) dont dépend la revue ʿAskerî cerîde-i bayṭariye (Journal de médecine vétérinaire militaire) : Etker 2013: 108-115. Enfin, Berfin Melikoğlu Gölcü et Sezer Erer signalent la création de quatre autres associations vétérinaires avant la chute de l’Empire : l’Association des anciens étudiants de l’École vétérinaire civile (Mülkiye Baytar Mekteb-i Âlisi Mezunin Cemiyeti) créée en 1911, l’Association des vétérinaires de province (Taşra Baytarî Cemiyeti) en 1911, l’Association des étudiants de l’École vétérinaire civile (Mülkiye Baytar Mekteb-i Âlisi Talebe Cemiyeti) en 1919 et l’Association des vétérinaires turcs (Türk Baytarlar Birliği) en 1920 : Melikoğlu Gölcü ; Erer 2013. Une autre association aurait été créée à Mersin pour rassembler les vétérinaires de province (Taşra Baytarları İttihad ve Teavün Cemiyeti) : Polat 2013: 64.

58 Elle est précédée par la revue Bayṭarî mecmûʿa (Revue vétérinaire), publiée d’août 1923 à juin 1933, mais qui reste plus discrète quant aux revendications formulées par les vétérinaires : Melikoğlu Gölcü et al. 2017.

59 Il faut noter que cette association, parfois présentée comme la première association vétérinaire de la Turquie républicaine, est précédée par l’association İstânbûl eṭıbbâ-yı bayṭariye muḫâdenet cemʿiyeti créée en 1927 (Melikoğlu Gölcü ; Arslan 2018).

60 « Her meslekdaş, şu çok sevdiğimiz memleketin birer köşesinde kendi başına bir ampul yakan bir alektrik bataryası gibidir. Fert ne kadar kuvvetli olursa olsun nehayet kendi önünü görebilecek kadar bir ışık doğurur. Daha fazla için mutlaka birleşmeleri lazımdır. İşte biz; bu bataryaları, aralarına tel gererek birbirine rapt etmeye oğraşıyoruz. O zamandırki: hepimizin önümüzü görmesine kâfi kuvvetli bir ışık yakmış olacağız. Ve o zemandırki: şimdiye kadar ihmal edilmiş olan meslek efkârı umumiyesini hörmet etmiş ve onu dinletmiş olacağız. » (Türk Baytarlar Cemiyeti Mecmuası 1 Teşrini evvel 1930 [1er octobre 1930] : 2).

61 « Her meslekdaş, mazi ve haline şöyle bir baksa, bir yığın teşkil eden talisizliğinin kesafetinden ürker. Ümitsizliğe yakın bir haleti ruhiye içinde meslek hakkında sorulan her süâli acı bir ismizaz ve şuphe ile karşılar. Veyahut hatırladığı hadiseler onda yeni bir heyecan doğurur. Bütün eksiklikleri bir anda anlatmak ister. Bu samimî fekat asabi tezahur, ıztırabın içinde bulunmayana bir şey ifade etmez. Bu itibarla maksadımızı derli toplu anlatmalıyız. » (Ibid.: 15).

62 « ʿOsmânlı vatanınıñ zirâʿat memleketi oldıġına dâ’ir o ḳadar ḳavî bir kanâʿat vardırki zirâʿat memleketimiyiz su’âli ortaya atılınca: ṭabîʿat ve şerâ’it-i muḥîṭiye bu ḳıṭʿayı emsâlsiz bir zirâʿat memleketi olmaḳ içün yaratmışdır, cümlesi eñ ṭabîʿî ve müskit bir cevâb olmaḳ üzere, derʿaḳab tekrar édilir. » (M. Zühdî 3 Nîsân 1330 [16 avril 1914] : 2090).

63 « Ḥayvânlarımızıñ hey’et-i ʿumûmiyesiniñ ḳıymet-i mâddiyesi bir çoḳ mîlyôn lîrâları geçer. Türkiyemiziñ zirâʿat memleketi oldıġını iddiʿâ ve ḳabûl édiyoruz. Faḳaṭ bence Türkiye zirâʿatden ziyâde ḥayvâncılıḳ memleketidir. Memleketimiz zirâʿatcilerinde - pek azı müstesnâ olmaḳ üzere - rencberlikden zengîn olan yoḳdur. Faḳaṭ ḥayvâncılıḳdan zengîn olanları pek çoḳdur. » (Nûrî Teşrîn-i sânî 1928 [Novembre 1928] : 98).

64 « Ve fikrimizce meslek meselesini evvelâ bir memleket meselesi olarak ele almak lâzımdır. » (Türk Baytarlar Cemiyeti Mecmuası 15 Teşrinisani 1932 [15 novembre 1932] : 4).

65 « Bu iktisat ve refah mücadelesinde memleketin en mühim istinat noktası, beşyüz milyon liralık bir kiymet tutan ve senevî kırk milyon lirayı mütecaviz ihraç emteasını veren hayvan ve hayvanî mevaddımız ; ve bunların inkişafa müsteit bulunan vaziyetleridir. » (Türk Baytarlar Cemiyeti Mecmuası 1 Teşrini evvel 1930 [1er octobre 1930] :11).

66 Celle-ci sera rebaptisée İstanbul Üniversitesi (université d’Istanbul) en 1933.

67 « Şu dünyâya geldigimiz zamân eñ evvel neye muḥtâcız? Yemege degilmi? Ḥayâtımızıñ ilk senelerinde süt, yumurṭa, aġdiye-i esâsiyemiz oluyor. Daha soñra bunlara et inẓimâm édiyor. Bunlar, erkân-ı bedeniyemizden, cevâhir-i ḥayâtiyemizdendir. » (Dârülfünûn ṭıbb fakültesi mecmûʿası Mârt-Nîsân 1341 [Mars-Avril 1925] : 98).

68 « Nasıl ayrılık gözükebilir ki insanlara tatbik edilen bütün serumlar birinci derecede atlardan ve bazen de sığırlardan elde edilmektedir. Bu suretle insanların difteri, pnömökok, tetanos, şarbon, menengikok, anaeroplardan, harp yalarından sonra görülen gazlı gangren vesaire serumları hep hayvanlardan elde edilir. İnsanların çiçek aşısı danalardan, kuduz aşısı tavşanlardan alınır. Umumiyetle serumlar ve kültürlerden elde edilen aşılar da kobay, tavşan ve farelerde kontrol edildikten ve bir canlı için zararsız oldukları tespit, muafiyet kudretleri titre edildikten sonra insanlara tatbik edilebilir. » (Ulus 27 Ocak 1947 [27 janvier 1947] : 4).

69 « Ḥayvânâtıñ bir çoḳ ḫastalıḳları birbirine intiḳâle müsteʿid oldıġı gibi insânlarada geçebilir ve insânlarıñ eñ mühlik ḫastalıḳları ṣırasında olur. İşte ṭabâbet-i bayṭariye bu noḳṭada, o ḥayvânı ḫastalıḳla mücâdele éderek sirâyetiñ önüne geçmekle, bu serîrî sâḥada ṣıḥḥat-ı beşeri vikâye éder. Onuñ içündürki ṭabâbet-i bayṭariyeniñ ḥıfẓ üṣ-ṣıḥḥa-yı beşerdede ehemmiyetli bir mevḳiʿi, mühim bir rôlı vardır. » (Aḥmed Nevzâd Teşrîn-i evvel 1927 [Octobre 1927] : 104).

70 « Bayṭar mekteb-i ʿâlîsi prôġrâmı bir ṭıbb fâkültesiniñ prôġrâmından farḳlı degildir. Ṭıbb fâkültesinde tedrîs édilen ʿilmler tamâmiyle bayṭar mekteb-i ʿâlîsinde tedrîs édilir. » (Nûrî Teşrîn-i sânî 1928 [Novembre 1928] : 101).

71 « Bayṭarlıḳda bir ṭabâbetdir ve ḥattà yalñız bir ṭabâbet degil, müteʿaddid bir ṭabâbetdir. Her cins ḥayvânıñ teşrîḥi, efʿâl-i ḥayâtiyesi, bilḫâṣṣa emrâẓı birbirinden farḳlıdır. O ḥâlde her cins ḥayvânıñ ṭabâbeti bir az ayrıdır. » (Ibid.).

72 « Ṭabâbet-i bayṭariye ḥayvânât hekîmligidir dédik… İnsânlarda ʿulûm-ı ṭabîʿiye noḳṭa-i nażarından zümre-i ḥayvânîyeye dâḫildir. O ḥâlde bayṭarlıḳda naṣıl yalñız emrâẓ-ı baḳariye, emrâẓ-ı kelbiye ve sâ’ire… İle iştiġâl éden şuʿabât varsa beşerî ṭabâbet daḫi ʿaynen bir zümre-i ḥayvâniyeniñ ṭabâyiʿ, emrâẓ ve sâ’iresiyle meşġûl démekdir görülüyorki ʿilmen beşerî ṭabâbet, ṭabâbet-i bayṭariyenin bir şuʿbesidir. » (Aḥmed Nevzâd Teşrîn-i evvel 1927 [Octobre 1927] : 103).

73 Mecmûʿa-i fünûn-ı bayṭariye 1 Kânûn-ı sânî 1324 [14 janvier 1909] : 257-258.

74 « Anıñ içündirki meşâhîr-i ṭabîʿiyyûndan (Bûfôn) (ḥayvânât olmasaydı ṭabâyiʿ-i beşeriye añlaşılmazdı) démişdir. İşte bu gün ḥayât-ı ʿumûmî ve ḫuṣûṣîyi… İnsânlarıñ teşkilât-ı ʿuẓviye ve ḥayâtiyelerini tedḳîḳ ve müṭâlaʿa içün meydân-ı tedḳîḳ ve taḥarrî ʿuẓviyât-ı ḥayvâniyedir. Bu, maḥẓâ ḥayvânât üzerinde tecrübe yapmaḳla… Maḥẓâ ṭabâbet-i bayṭariye ile mümkündür. » (Ibid. : 263).

75 « Ḥayât-ı beşer ve ḥayvânâta fâ’ideli ve elzem olan bu aşı ve serûmlar ḥayvânât vâsıṭasıyla istiḥẓâr olunuyor. Ḥayvânât olmasaydı ḥayvânâtıñ ṣıḥḥat ve sâlimiyeti taḥt-ı te’mîne alınmamış olsaydı taʿbîr-i âḫirle ṭabâbet-i bayṭariye teraḳḳî étmese idi bu mühim keşfiyât meydâna gelirmiydi? İşte ṭabâbet-i bayṭariyeniñ teraḳḳiyâtı sâyesindedirki bu gün ḥayât-ı eṭfâle ḳaṣd éden ḳuş pâlâzı serûmı yapılıyor. » (Ibid.).

76 « Evet, bayṭarlıḳ bir ṭıbb-ı ʿumûmîdir… Ṭabâbet-i beşeriye onuñ bir nevʿ şuʿbesidir. » (Ibid. : 264).

77 « Türkiyede veżâ’if-i mülkiye-i bayṭariyeniñ ḥüsn-i ṣûretle îfâsı için üç biñ ḳadar bayṭara iḥtiyâc oldıġı ḥâlde ḥâl-i ḥâẓırda ancaḳ iki yüz ḳadar bayṭar icrâ-yı vażîfe édiyor. Böyle oldıġı ḥâlde memleketde her sene mîlyônlarca lîrâ ḳıymetinde ṣıġır ḥayvânlarınıñ maḥvını mûcib olan vebâ-yı baḳarî bu fedâkâr fenn âdâmlarınıñ fevḳ ül-beşer ġayretleriyle bu gün hemân özünden ḳurutulmuş gibidir. Bu ḳadar büyük ġayret ve fedâkârlıḳla çalışan bu fenn âdâmları, maʿalesef, lâyıḳ olduḳları taḳdîre mażhar olamıyorlar. Vâżîfe uġrunda, fenn yolunda bir çoḳ ḳûrbânlar véren bayṭarlar terfiye édilememişdir. Ḳût-ı lâyemût geçinebiliyorlar. ʿAynı seviyede bulunan ve belḳi vażîfeleri bayṭarlar ḳadar güç olmayan dîger erbâb-ı fenn daha ziyâde iḳdâr édiliyorlar. » (Nûrî Teşrîn-i sânî 1928 [Novembre 1928] : 102).

78 Fenn ve vażîfe ḳûrbânları. Muʿallim bâḳterîyôlôġ Aḥmed ve muʿâvini Hüdâ’îye meslekdâşlarınıñ bir ḫâṭıra-i ḫazîni 1928 : 1.

79 Türk Baytarlar Cemiyeti Mecmuası 15 Nisan 1930 [15 avril 1930] : 87.

80 La Semaine vétérinaire 7 juin 1928 : 240.

81 « Fenn ve vażîfe uġrunda terk-i ḥayât étmiş olan ʿAskerî bayṭar taṭbîḳât mektebi bâḳterîyôlôjî ve serôlîjî muʿallimi bayṭar biñbaşı Aḥmed Beg ʿâ’ilesiyle muʿâvini bayṭar yüz başı Hüdâ’î Beg ʿâ’ilesine Mâliye Vekâleti büdcesindeki maṣârif-i ġayr-i melḥûża tertîbinden iki biñ beşer yüz lîrâniñ ikrâmiye olaraḳ iʿṭâsına me’zûniyet vérilmişdir. » (Resmî ġazete 4 Ḥazîrân 1928 [4 juin 1928] : 5285).

82 Son Posta 27 Mayıs 1939 [27 mai 1939] : 4.

83 Ce rituel s’observe essentiellement dans les années 1930 et 1940 : Haber 3 Nisan 1935 [3 avril 1935] : 3, Tan 3 Nisan 1936 [3 avril 1936] : 2, Cumhuriyet 3 Nisan 1938 [3 avril 1938] : 2, Son Telgraf 3 Nisan 1938 [3 avril 1938] : 2, Cumhuriyet,3 Nisan 1940 [3 avril 1940] : 5.

84 Servet-i fünûn 28 Teşrîn-i evvel 1315 [9 novembre 1899] : 154.

85 « Âmerîḳâ bayṭar mektebleri me’zûnlarına “ṭıbb taṭbîḳi dôḳtôrı” ʿünvânı vérirler. » (Mecmûʿa-i fünûn-ı bayṭariye 1 Şubâṭ 1324 [14 février 1909] : 327).

86 « Evvelâ ʿulûm-ı ṭıbbiye-i bayṭariye müntesibleri olan ve bayṭar nâmıyla yâd olunan mütefenninleriñ ḫalḳ nażarında ḳıymet-i ʿilmiyelerini küçülten “bayṭar” taʿbîr-i ʿâmiyânesiniñ ḳaldırılması fikrindeyim. “Bayṭarlıḳ” taʿbîr-i saḳîmîde ʿaynı vechledir. “Bayṭar” ve “bayṭariye” kelimeleri bizim içün, ʿArabca oldıġından dolayı, ecnebî kelimelerdir. Ve yalñız bizim memleketimizle ʿArab memleketlerine münḥaṣırdır. Ḥâlbuki bütün medenî Âvrûpâ ve Âmeriḳâ memleketlerinde bayṭarlar için “veterîner ṭabîb” yaʿnî Médecin vétérinaire ʿünvânı ḳabûl édilmişdir. Mâdâmki büyük rehberimiz bizi Ġarbe doġru yürütüyor, medeniyete doġru sevḳ édiyor; o ḥâlde Ġarbde, bütün medenî memleketlerde ḳabûl édilmiş olan veterîner “veteriner” ʿünvânını bizde ḳabûl étmeliyiz. » (Nûrî Teşrîn-i sânî 1928 [Novembre 1928] : 100-101).

87 « Baytar denilince her halde manasının şümulü itibarile kulağa hoş kaçmıyan bir hitap karşısında bulunulduğu inkâr edilemez bir keyfiyetir. » (Türk Baytarlar Cemiyeti Mecmuası 25 Ağustos 1933 [25 août 1933] : 62).

88 « Şark memlekletlerinde İngilizlerin tamamile Veterinary kelimesi umumileşmiş gibidir. » (Ibid.).

89 « Lisanımızla hiçte alâkası olmıyan Baytar kelimesinin yerine Veterinerin konulmasının meslekdaşlar arasında ve hariçte çok iyi bir tesir hâsıl edeceğine kaniiz. » (Türk Baytarlar Cemiyeti Mecmuası 25 Ağustos 1933 [25 août 1933] : 62).

90 « Bu baytar kelimesinin tedbili için T.T.C.ne müracaat edilmiştir. » (Ibid.).

91 Après le premier changement du nom de la revue, ses rédacteurs écrivent en 1936 que ces deux mots (cemiyet et mecmua) sont archaïques et rouillés (eski ve paslı).

92 « Yüksek ziraat kanununa müzeyyel kanun lâyihasının müzakeresinde Refik Şevket Bey kanunda mevcut veteriner kelimesinin tayyını teklif etti. Bu teklif uzun münakaşaları mucip oldu. Birçok meb’uslar yabancı kelimelerin kanunlarda geçmesine meydan vermek istemiyorlardı. Netidecede baytar kelimesi kabul edildi ve veteriner kelimesi kanundan çıkarıldı. » (Cumhuriyet 19 Haziran 1934 [19 juin 1934] : 3).

93 « Refik Şevket B. (Devamla) - […] Veteriner fakültesi, baytar mektebi yerine kaim olacaktır. Yalnız bundan sonra baytarlara ne denecektir. Fransızca mukabilinde yalnız veteriner yoktur. Fransızca tabiri kullanmak lâzımgelirse (medsen veteriner) yahut (veteriner doktor)… », Türkiye Büyük Millet Meclisi Kütüphane ve Arşiv Hizmetleri Başkanlığı, Cumhuriyet Dönemi Meclisleri Genel Kurul Tutanakları, Türkiye Büyük Millet Meclisi, 4. Dönem, 23. Cilt, 70. Birleşim, 18 Haziran 1934 [18 juin 1934], p. 217.

94 « Refik Şevket B. (Devamla) – […] Bunu mu diyeceğiz, yoksa kendimize mahsus olmak üzere baytarı ifade etmek için müstakilen veteriner mi diyeceğiz ? » (Ibid.).

95 « Yaşar B. (Devamla) - Memleketimizde umumiyetle baytar tabiri, hayvana bakan nalbantlara izafe edilmiş bir kelimedir (Hayır, hayır sesleri). Efendim, bendeniz yakinen şahidiyim. Bir çok yerlerde usta nalbantlara aynı zamanda hayvana bakana baytar diyorlar. Fen adamları bundan müteessir oluyor. Bu yüzden baytar mektebinde de rağbet azalmıştır. Türkçe olmayan (baytar) kelimesi yerine beynelmilel kabul edilmiş… » (Ibid.: 217-218).

96 « Nuri B. (Maraş) - Efendim, geçen defa da arzetmiştim, baytar kelimesi hakiki (Hayvan tababeti) manasını vermez. Baytar kelimesi yunanca (Hipiyatr) kelimesinden alınmıştır. (Hipivatras) beygir tababeti demektir. Halbuki (Medecine vétérinaire) beygir tababeti demek değildir; bütün hayvanların tababetidir. Araplar bu (Hipiyatros) kelimesini almışlar. (Baytar) demişlerdir. Hatta Arabistanda mevcut nalbant dükkânlarının üzerinde (Beyatıra) yazılıdır. O halde büyük bir ilim mevzuunu nalbantlığa kadar indirmek doğru değildir. Zaten Lâtinler, Anglo Saksonlar, Balkanlılar, bütün dünya “Veteriner” kelimesini kullanmışlar ve kabul etmişlerdir. Bu sebeple nalbantlıkla hayvan tababetini ayıran “Veteriner” kelimesinin kabulü daha doğrudur. » (Ibid.: 218).

97 Sur les différentes étymologies supposées du mot et les sens divergents attribués à baytar, voir aussi Özgür 1997.

98 « At ḳısımınıñ âḥvâl ve emrâẓına vâḳıf âdam. » (ʿAlî Nażîmâ ; Reşâd Fâ’iḳ 1319 [1901-1902] : 161).

99 « Ziya Gevher B. (Devamla) - […] Bir baytar, yetişmiş bir fikir adamıdır. Bence bir doktor, bir baytar, bir ziraatçi tamamile bir fikir adamıdır. Baytar demekle, bunun hiç bir vakit bir doktordan aşağı bir mesleke sahip olduğu kimsenin hatırından geçmez. Nuri Beyin ifadelerine bakılırsa baytarlarımız bu hususta çok hassastırlar, çünkü diyorlar ki baytarlık, beygir hekimliği değildir. Evet, baytarlık hiç bir vakit beygir hekimliği değildir. Bir ilimdir, bakteriyolojinin en büyük kısmı bunların elindedir, en kuvvetli insanlar bunların arasından çıkmıştır. », Türkiye Büyük Millet Meclisi Kütüphane ve Arşiv Hizmetleri Başkanlığı, Cumhuriyet Dönemi Meclisleri Genel Kurul Tutanakları, Türkiye Büyük Millet Meclisi, 4. Dönem, 23. Cilt, 70. Birleşim, 18 Haziran 1934 [18 juin 1934], p. 218.

100 « Ziya Gevher B. (Devamla) - Arkadaşlar, Meclisi Âliye, ziraate, yahut baytarlığa ve saireye taallûk eden kanunlar geldikçe, yavaş, yavaş Fransızca konuşacağız. Şimdi veterineri kabul ettikten sonra gelecek defa (Medsen veteriner) kelimesi de kabul olunacaktı. Le medsen aşağı, le medsein yukarı… » (Ibid.).

101 Il est toutefois intéressant de noter que le mot veteriner, qui représente pour les vétérinaires ottomans puis turcs un titre prestigieux, est utilisé comme injure dans la presse ottomane francophone. Le mot redevient donc péjoratif quand il voyage en France même s’il est employé dans un journal ottoman. Par exemple, les rédacteurs de la revue Mècherouriette qualifient de « sous-vétérinaire » le sous-gouverneur de Xanthi pour le dénigrer. Voir Mècheroutiette Avril 1911: 7.

102 « Baytar mektebinin ismi, beynelmilel bir tabir olan veteriner fakültesi olmuştur. » (Akşam 16 Kânunuevvel 1933 [16 janvier 1933] : 5).

103 « Madde 1 - Yüksek veteriner okulları ile veteriner fakültelerinden veya muadeleti Maarif Vekâletince tasdik edilmiş veteriner okullarından diploma almış olanlara (Veteriner hekim) denir. », Türkiye Büyük Millet Meclisi Kütüphane ve Arşiv Hizmetleri Başkanlığı, Cumhuriyet Dönemi Meclisleri Genel Kurul Tutanakları, Türkiye Büyük Millet Meclisi, 9. Dönem, 29. Cilt, 62. Birleşim, 9 Mart 1954 [9 mars 1954], p. 556.

104 La rhétorique des vétérinaires s’inscrit dans les logiques d’argumentation professionnelle identifiées par Catherine Paradeise, à savoir la relation besoin/science : Paradeise 1985.

105 Le mot şehit a une connotation essentiellement religieuse, mais son usage s’est progressivement sécularisé et diversifié : il ne désigne plus seulement des soldats qui se sacrifient au nom de Dieu ou pour la patrie. Selon le dictionnaire de la Türk Dil Kurumu (Société turque de linguistique), il désigne « tout individu mort au nom d’un idéal sacré ou d’une croyance ».

106 « Taḫmîn olundıġına göre Âmerîḳâda şimdiye ḳadar yigirmi biñe yaḳın bayṭar yetişmişdir bunlardan yüzde ancaḳ onı Zirâʿat Neżâretinden müstaḫdem ise yüzde elli altmışı belediyeler ve şirketler nezdinde istiḫdâm olunmaḳdadır. Ḥuṣûṣî bayṭarlıḳla güzel mevḳiʿ te’mîn édenler az degildir. » (Mecmûʿa-i fünûn-ı bayṭariye 1 Şubâṭ 1324 [14 février 1909] : 328).

107 « Âmerîḳâda ṭalebe bayṭarlıġı kendi maṣrafıyla taḥṣîl édiyor anıñ içün bayṭarlar serbest ve ḥükûmetde yetişen bayṭarlara me’mûriyet-i mecbûriyet görmüyor bizde devletiñ her bayṭar içün iki yüz lîrâ ḳadar iḫtiyâr étdigi bir maṣrafa muḳâbil bayṭarlarda on sene içün ḫidmet-i devletde bulunmaġa ve devletiñde çıḳan bayṭarları istiḫdâm étmege bir mecbûriyet var. » (Ibid.: 331).

108 « We have in view but one object - the advancement of our profession - and if, by the publication and success of the Review, we can reach that object, if we can draw the Veterinary Science in America from the low standing in which it has been for so many years, our labors will have received their full reward. » (Smithcors 1963: 344).

109 « Our people are ignorant of the importance of Veterinary medicine; our science is yet, and will be for years to come, in a low social standing. » (Ibid.).

110 « Milli Şef Reisicümhur Ziraat enstitüsünde veteriner hekimliğinin yüzüncü yıldönümü münsabetile bir hitabede bulundu. […] Milli Şef bir yandan memlekete hayatile bağlanan ve onun her anlamda hizmet gören bir mesleğe lâyık olduğu değeri bahşetiller. Veteriner hekimliğinin profilini Büyük Şef söyle çiziyor: […] Milletin fende kalkınması ve gelişmesi için veteriner baş rol sahini olanlardandır. Biyoloji, veterinerin himmetiyle ufuklarını genişletebilir. Bir çok hekimlik meselelerini halletmek ancak hayvanlar üzerine araştırmalar yapmakla mümkün olur. Denilebilir ki insan hekimliği veterinerin yanında Okyanusa karşı iç deniz gibidir.”. » (Vakit 28 İlkây 1943 [Janvier 1943] : 3).

Top of page

List of illustrations

Caption Fig. 1. « Dis-moi, garde, comment supervises-tu notre patiente ? Cela fait maintenant des années que ce type la soigne. As-tu vu une amélioration ? J’ai des doutes. Est-il un toubib ou un vétérinaire ? Il faut chercher un vrai médecin… » « Cânım fâlâḳâcı başı! Sen ne biçim ḫasta baḳıcısıñ? Bir çoḳ seneye yaḳın şu ḫastaya baḳıyor. Bir fâ’idesi görülmedi. Ṭabîbmi, bayṭarmı añlayamadıḳki… Bir iyi hekîm arayalım… ».
Credits (Fâlâḳâ 28 Temmûz 1327 [10 août 1911] : 1)
URL http://journals.openedition.org/ejts/docannexe/image/7209/img-1.jpg
File image/jpeg, 499k
Caption Fig. 2. « Bon Dieu ! J’ai vu le vétérinaire Rasim dans mon cauchemar cette nuit. Il me disait : si tes affaires dégringolent, n’attends pas et viens travailler à mes côtés, ici on vend mille bœufs pour un sou ! » « Ḫayırdır inşâallàh! Bu géce rü’yâmda bayṭar Râsimi gördüm, siziñ orada işler kesâd ise durma ḳalḳ gel, burada öküzüñ biñi bir pârâya diyor! ».
Credits (Cem 26 Kânûn-ı sânî 1928 [26 janvier 1928] : 8)
URL http://journals.openedition.org/ejts/docannexe/image/7209/img-2.jpg
File image/jpeg, 681k
Caption Fig. 3. Article paru dans Cerîde-i bayṭariye ve zirâʿiye du 13 novembre 1899 qui est l’objet de dérision de certains vétérinaires français.
URL http://journals.openedition.org/ejts/docannexe/image/7209/img-3.jpg
File image/jpeg, 280k
Caption Fig. 4. « Photographie de feu Ahmed entourée par une couronne de fleurs » « Aḥmed merḥûmuñ resmi çelenkler arasında… [Fôṭô M. Râẓı] ».
Credits (Fenn ve vażîfe ḳûrbânları. Muʿallim bâḳterîyôlôġ Aḥmed ve muʿâvini Hüdâ’îye meslekdâşlarınıñ bir ḫâṭıra-i ḫazîni 1928 : 17)
URL http://journals.openedition.org/ejts/docannexe/image/7209/img-4.jpg
File image/jpeg, 165k
Top of page

References

Electronic reference

Meriç Tanık, « Un métier qui ne fait pas rêver ? », European Journal of Turkish Studies [Online], 32 | 2021, Online since 04 July 2022, connection on 15 August 2022. URL : http://journals.openedition.org/ejts/7209 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ejts.7209

Top of page

About the author

Meriç Tanık

Doctorante au CETOBaC, EHESS
merictanik@gmail.com

Top of page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search