Navigation – Plan du site
Numérique

Un aménagement réflexif des formes textuelles

Fanny Siaugues

Résumés

Les écritures de l’extrême contemporain incarnent de nouveaux corps de fiction et ce par des organisations textuelles spécifiques. L’hétérogénéité des supports du texte littéraire Fictions du corps de l’écrivain François Bon en témoigne. Fictions du corps a en effet, trois versions co-existantes : l’écriture numérique, le livre numérique et le livre papier. Cette hétérogénéité des supports rend le statut sémiotique du texte complexe. Ainsi, la notion d’aménagement réflexif permettra de problématiser la complémentarité de ces formes textuelles où le scripteur dans sa qualité de producteur de texte continue de mettre cette œuvre au travail jusqu’à l’ineffacé.

Haut de page

Entrées d’index

Auteurs cités :

François Bon
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Bruno Blanckeman, Les Fictions singulières : études sur le roman contemporain, Paris, Prétexte édit (...)
  • 2 Maurice Olender, Un fantôme dans la bibliothèque, Paris, La librairie du xxiè, 2017. p. 64. Nous em (...)

1Les écritures de l’extrême contemporain ou « fictions singulières1 » du xxie siècle se diversifient et se complexifient d’autant plus que le dispositif textuel reste imprévisible. En effet, de nouveaux corps de fiction, de nouveaux supports textuels, interrogent le territoire de la littérature. Il s’agira ici de présenter, à partir de quelques exemples et à l’appui de la linguistique textuelle, comment s’opèrent certains mécanismes de lélaboration méta-scripturale et textuelle dans le texte littéraire Fictions du corps de l’écrivain François Bon, pris comme corpus. Ce texte littéraire a de nombreux supports, d’abord, l’atelier d’écriture numérique, puis le livre numérique et enfin le livre papier. Cette hétérogénéité des supports rend le statut sémiotique du texte complexe. Ainsi, un aménagement réflexif en s’appuyant sur une étude comparée permettra de problématiser la complémentarité de ces formes textuelles de Fictions du corps. Cette démarche pose le problème de la matérialité du texte. Elle implique ce faisant la tension entre œuvre, texte et livre. S’il semble que ces trois supports constituent trois textes parce qu’ils utilisent trois dispositifs de diffusion, l’atelier d’écriture numérique s’inscrit comme une « fabrique d’oubli » dont les traces de « l’ineffacé2 » parcourent les supports livresques.

L’hétérogénéité des supports

Corpus (1) Trois versions de Fictions du corps

1.a

1.a

Atelier d’écriture numérique3

1.b

1.b

Livre numérique

  • 4 La numération alphabétique renvoie aux différents supports : (a) l’écriture numérique, (b) livre nu (...)
  • 5 Serge Bouchardon, La Valeur heuristique de la littérature numérique, Paris, Hermann, 2014.
  • 6 Dominique Viart, Jean-Bertrand Vray (dir.), François Bon : Éclats de réalité, Saint-Étienne, PSF, 2 (...)

2Le corpus (1) présente l’hétérogénéité des supports de Fictions du corps. Le support initial (1.a)4correspond à l’atelier d’écriture numérique. La notion d’ « écriture numérique5 » théorisée par Serge Bouchardon accentue la propriété de cette écriture dont le support technique est le numérique. De 2012 à 2014, François Bon crée de brèves fictions dans un cadre spatio-temporel lié à la pratique d’écriture du blog où il réunit des « éclats de réalités6 » comme l’ont dit certains chercheurs, en interrogeant quarante-huit fois le rôle de l’homme dans la ville.

Cela vient des rêves, mais plutôt de ces moments où on rêve dans la ville. Une silhouette, une architecture, un fou. Ou notre propre malaise, ou l’incompréhension de ce qui se passe, où on va et pourquoi […]. Alors, pendant deux ans, collectionner ces moments. Aller au bout de ce qu’ils désignent. Des fictions naissent, notes sur les hommes à repousse, notes sur les hommes instables, notes sur les hommes avec trop d’immobilité, notes sur les hommes porte etc, 48 fois.7

3Ce texte demeure toujours accessible sur le blog personnel de l’auteur le Tiers Livre. Actuellement, le processus de l’activité d’écriture est stabilisé. Le second support (1.b) est le livre numérique (ou e-book) édité par François Bon en Août 2014. Ce changement de support de l’écriture numérique (1.a) au livre numérique (1.b) marque la première stabilisation du texte en édition livresque. Le texte est stabilisé par le support dans lequel il ne peut plus être modifié. Le troisième support (1.c) est le livre papier édité en Mars 2016 par Jean-Marie Deyrolles, l’éditeur principal de l’Atelier Contemporain. Dans cette édition livresque l’écriture bonienne est accompagnée du projet artistique de l’ami de l’auteur, Philippe Cognée. Ce troisième changement de support marque la dernière stabilisation de Fictions du corps. Par conséquent, la matérialité du texte est modifiée par ces trois dispositifs de diffusion dont l’organisation du texte est variée.

Corpus (2) Trois péritextes

2. a

2. a

Écriture numérique

2. b

2. b

Livre numérique

2. c

2. c

Livre papier

  • 8 Marie-Laure Florea, « Tabularité : des textes aux corpus », Corpus, n° 8, 2009, p. 178.
  • 9 Ibidem, p. 182-183.
  • 10 Jean-Michel Adam, Linguistique textuelle : des genres de discours au texte, Paris, Nathan, 1999.
  • 11 Marie-Laure Florea, « Tabularité : des textes aux corpus », art. cit., p. 185.

4L’organisation du texte de Fictions du corps est héritière de l’atelier d’écriture numérique. Dès lors, son régime de textualité est tabulaire. Il fonctionne, d’après Marie-Laure Florea, « comme un texte composé de plusieurs modules, ayant chacun une autonomie relative mais interdépendants les uns des autres, regroupés sur un espace matériel borné8. » Fictions du corps se parcourt ainsi à deux échelles9. Ce sont également deux points de vue qui selon Jean-Michel Adam10 permettent d’analyser les formes textuelles : le niveau global c’est-à-dire le texte dans son ensemble, et le niveau local, c’est-à-dire une partie du texte. Les parcours de lecture sont de ce fait balisés par plusieurs entrées correspondant à une fiction. Le corpus (2) restitue les trois péritextes des différents supports (a) (b) et (c). Toutefois, il ne s’agit pas de quarante-huit textes indépendants11 mais d’une configuration textuelle unique dont l’organisation crée une tension entre la dépendance de chaque entrée textuelle (chaque fiction) et l’autonomie de chacune.

5Le corpus (2) permet de comparer comment les entrées sont configurées dans les dispositifs techniques (a) (b) (c). Les entrées fonctionnent comme des entrées thématiques. Ce sont des notes sur des qualifications, des attributions de corps : « l’homme démembré », « les hommes inutiles », « les hommes fragmentés » ... ou des notes sur un état, une humeur « notes sur la fatigue ». Dans l’écriture numérique (2.a), elles ont la propriété d’être codifiées par le processus numérique de l’hypertextualité. Cette codification disparaît dans les éditions livresques (2.b) et (2.c). Et seul le caractère mimétique de l’hypertextualité subsiste dans le livre numérique (2.b) bien qu’il soit diminué et maîtrisé par sa déconnection au Web. Dans le livre papier (2.c), la codification numérique est transformée par la numérotation paginale propre à l’objet-livre. De plus, l’enchaînement des entrées textuelles est modifié. Dans l’écriture numérique (2.a), l’entrée textuelle n° 3 intitulée « notes sur les hommes inutiles » est remplacée dans le livre numérique (2.b) par l’entrée textuelle n° 5 nommée « notes sur les hommes-pot ». Ce remplacement est stabilisé dans le livre papier. Ces différentes configurations interrogent de ce fait les procédés de textualisation, c’est-à-dire où se développent les dispositifs de ces trois supports. En outre, le changement de support transforme, d’une part, l’organisation du texte et, d’autre part, l’appropriation du texte par la dimension technique du dispositif.

Du dispositif numérique aux variations méta-scripturales

  • 12 Serge Bouchardon, La Valeur heuristique de la littérature numérique, op. cit., p. 148.
  • 13 René Audet, « Diffraction : Pour une poétique de la diffraction des textes narratifs » in Fragments (...)

6François Bon expérimente le statut pluri-sémiotique du texte littéraire. Cette complexité repose particulièrement dans l’écriture numérique (a) sur le « tissage poly-sémiotique12 » qu’évoque Serge Bouchardon, entre les formes linguistiques (le matériau langagier) et les formes audiovisuelles (image et son). Cette nouvelle spatialisation de l’écriture ouvre plusieurs portes, plusieurs entrées dans le territoire littéraire et bouscule l’aspect générique du livre13.

3. a. 1

3. a. 1

Capture de l’audio-vidéo de François Bon

3. a. 2

3. a. 2

Balise péritextuelle de « Note sur l’homme transparent »

7Le corpus (3.a) correspond à la vingtième entrée de l’écriture numérique intitulée « Notes sur l’homme transparent » de Fictions du corps. Elle a été mise en ligne le 24 janvier 201414par François Bon.

  • 15 Nous ne pouvons pas avoir accès ici à la complexité du statut pluri-sémiotique du texte de l’écritu (...)
  • 16 Lors de la discussion, un auditeur m’a suggéré que l’audio-vidéo de François Bon était une autre ve (...)
  • 17 Roland Barthes, Le Bruissement de la langue, Paris, Seuil, 2015 [1975], p. 94-95.
  • 18 Paul Zumthor, « De l’oralité », Intermédialités, n° 12, 2008, p. 169-202.
  • 19 René Audet, « Diffraction : Pour une poétique de la diffraction des textes narratifs », art. cit., (...)
  • 20 Roland Barthes, Le Bruissement de la langue, op. cit., p. 94-95.
  • 21 Ibid.

8La complexité du matériau signifiant de cette entrée textuelle repose sur la configuration de modules sémiotiquement hétérogènes : la photographie, l’audio-vidéo15, le texte16 et les liens hypertextuels de la page numérique. L’audio-vidéo propose le bruissement17 du texte écrit dont Roland Barthes avait rêvé. Le sens, l’intonation de la lecture vocalisée de François Bon accorde une importance réelle à cette nouvelle forme d’écriture : l’oralité médiatisée18. Le lecteur expérimente son nouveau statut de spectateur et d’auditeur de l’écriture bruissante. S’auto-filmant, en lisant ce texte face à son écran, Bon met à l’œuvre un processus à la fois dialogique et réflexif entre ces modules dont l’écho à la transparence, titre de l’entrée textuelle, renvoie au verre de ses lunettes. Certes, le support numérique de cette forme textuelle (a) paraît être un terrain « diffracté19 » mais le dispositif rend à l’écriture « la grâce »20 dont Barthes évoquait l’utopie. Elle bruisse, et le corps peut se mouvoir. La photographie et le film attendent une manipulation du lecteur pour être activés. Ce faisant, la textualité de ce support, de ce dispositif est immanente21 à l’acte de lecture.

  • 22 François Bon, Après le livre, Paris, Seuil, 2011, p. 29.
  • 23 Gérard Genette, Seuil, Paris, Seuil, 1987.
  • 24 Marie-Laure Florea, « Tabularité : des textes aux corpus », art. cit., p. 182.
  • 25 Roland Barthes, « Théorie du texte » in Encyclopedia Universalis, T. XV, in Œuvres complètes, T. IV (...)

9Dans les éditions livresques (b) et (c) la complexité du statut sémiotique du texte varie. Dans le livre numérique (b), les parcours de lecture se diversifient de par la technicité, de par les protocoles du support. Bon en témoigne d’ailleurs : « Quand vous quittez la lecture, [le dispositif du livre numérique] mémoris[e] là où vous étiez du texte.22 ». Par ailleurs, les traces de l’activité méta-scripturale (les modifications notifiées dans le péritexte) de l’atelier de l’écriture numérique (a) disparaissent. C’est pourquoi comme le note Marie-Laure Florea à la suite de Gérard Genette23 : « Le préfixe laisse entendre que le péritexte serait secondaire par rapport au texte, or le péritexte est tout sauf périphérique et joue au contraire un rôle souvent central dans le fonctionnement du texte24 ». Pour l’écriture numérique (a), le péritexte est une donnée constituante du texte qui matérialise le statut de la page numérique en précisant les caractères de cette activité d’écriture (publication et modifications). Par conséquent, le livre numérique (b) actualise une première stabilisation du texte comme livre, et non plus comme écriture ou comme « productions de texte »25. Quant au livre papier (c) le texte est associé à un projet éditorial et artistique. Se présentant comme un livre d’art où les dessins de corps burlesques, carnavalesques de Philippe Cognée accompagnent le texte dans une interdépendance narrative. En outre, la première version de Fictions du corps comme dynamique d’écriture est effacée, disparaît.

L’atelier d’écriture numérique : une fabrique d’oubli

  • 26 Emmanuël Souchier, « L’image du texte pour une théorie de l’énonciation éditoriale », Les cahiers d (...)
  • 27 Il s’agit d’une « police sans empattement et sans déliés » d’après le CNRTL.

10François Bon, à travers ces versions, travestit ludiquement les dispositifs de textualisation c’est-à-dire les supports. Le corpus (4) est constitué d’échantillons de l’image du texte26 de l’entrée textuelle « Note sur l’homme transparent » de (a) (b) et (c). La version papier (4.c) a une typographie extrêmement contemporaine dont la linéale27 est à faible contraste entre le plein et le délié.

4.c. 1

4.c. 1

Version papier

alors que la version du livre numérique (4.b) s’empare d’une pratique éditoriale classique dont la typographie est celle du livre papier (4.c).

4. b. 1

4. b. 1

Version du livre numérique

11De même, l’alignement du corps de texte dans les versions livresques est à gauche comme dans l’écriture numérique (4.a) (voir ci-dessous). Ces pratiques éditoriales suggèrent l’in-effacement de la première version de Fictions du corps. Cependant, la mise en texte (ou le plein texte) est diversifiée par la proportion du blanc.

  • 28 Marc Arabyan, chap. 1 « Le paragraphe en typographie » in Le paragraphe narratif, Paris, L’Harmatta (...)

12Dans l’écriture numérique (4.a), le blanc est représenté par des « lignes creuses28 » délimitant chaque paragraphe.

4.a. 1

4.a. 1

Version de l’écriture numérique

13Celles-ci disparaissent, sont effacées dans la version du livre numérique (4.b) au profit de l’aliéna qui continue de délimiter chaque paragraphe. Dans la version du livre papier (4.c), le blanc se déplace dans l’organisation globale du livre et les paragraphes continuent d’être délimités par un simple retour à la ligne. Cette métamorphose de l’image du texte fait différer les modulations de la textualité.

  • 29 Emmanuël Souchier, « L’image du texte pour une théorie de l’énonciation éditoriale », art. cit., p. (...)
  • 30 Marie-Christine Lala, « La textualité écrite en tension entre langue et discursivités », Actes du C (...)

14Ces images du texte29 sont liées à des changements du matériau langagier. Cet aménagement réflexif ici présenté analyse l’élaboration métasémantique de l’énonciation30 c’est-à-dire les traces de l’activité méta-scripturale de l’écriture numérique (4.a) aux supports livresques (4.b) et (4.c). Les soulignements (voir ci-dessous 4. a. 2, 4. b. 2, 4. c. 2) correspondent aux différentes variations méta-scripturales des trois versions successives.

4. a. 1

4. a. 1

Version de l’écriture numérique

4. b. 2

4. b. 2

Version du livre numérique

4. c. 2

4. c. 2

Version du livre papier

  • 31 Maurice Olender, Un fantôme dans la bibliothèque, op. cit., p. 64.

15Dans l’écriture numérique (4.a) sur huit paragraphes, six sont modifiés dans la version du livre numérique (4.b). Le scripteur dans sa qualité producteur de texte, modifie par exemple l’emploi d’un adjectif qualificatif : « précises » devient « spéciales », et la complexité de certains énoncés de l’écriture numérique (4.a) est effacée, gommée. Dans l’avant dernier paragraphe, la comparaison est effacée. Du livre numérique (4.b) au livre papier (4.c), le titre de l’entrée textuelle est modifié, le syntagme nominal singulier devient pluriel. Or, le syntagme nominal du texte subsiste, il n’est pas mis au pluriel. Le dernier paragraphe est modifié dans les deux versions livresques. En outre, il se stabilise dans la version papier. Entre les versions, le scripteur continue de travailler la matière du texte en variant, en modifiant, en transformant les formes textuelles. Le livre papier nous met ainsi à l’épreuve d’une « fabrique d’oubli31 » ; car si le texte varie, est varié, les trois versions continuent de subsister, cependant, le processus dynamique de l’atelier d’écriture numérique qui a d’ores et déjà stabilisé l’objet du discours de la matière textuelle, a été oublié.

Conclusion : le support est aussi un corps de fiction

  • 32 François Bon, Après le livre, op. cit., p. 70.

16De l’écriture numérique (a) au support papier (c), Fictions du corps est une véritable spatialisation de la représentation du support fictionnel. François Bon expérimente trois espaces c’est-à-dire trois supports, trois expériences de lecture dont le tout fait œuvre. Son travail donne accès ainsi à trois rencontres qui interagissent ensemble pour concevoir le territoire littéraire. Rappelant le discours de Stéphane Mallarmé dans Coup de dés, François Bon se révolte contre le livre assimilé à l’œuvre de Charles Baudelaire : « L’œuvre principale de Baudelaire n’a jamais été un livre32. » Soulevant ainsi que le déplacement des formes textuelles de l’écriture numérique au livre papier n’est qu’un changement d’échelle. Assumant, de ce fait, que ces espaces d’écriture, ces nouveaux corps de fictions ne se contredisent aucunement, ils se complètent.

  • 33 Ibid. p. 36
  • 34 Marie-Christine Lala, « La textualité écrite en tension entre langue et discursivités », art. cit., (...)
  • 35 François Bon, Après le livre, op. cit., p. 270.
  • 36 Nous empruntons cette expression à Emmanuel Cauvin tirée de l’article « Comment faire passer la lit (...)

17L’écriture numérique crée un nouveau domaine spatial qui ré-organise notre positionnement corporel, notre attitude réceptive, en tant que corps devant un écran, devant une audio-vidéo, devant un texte, devant un livre. Rappelons les paroles de Bon à nouveau : « Plus que jamais, même avec le numérique, le corps écrit33 . » Ainsi la linguistique du texte littéraire peut s’intéresser aux nouvelles formes d’écriture. Celle-ci doit continuer de « mesurer la dimension sémiotique du texte »34 et son statut linguistique. Le chercheur littéraire, linguiste, peut analyser cette complexité en interaction avec la culture de l’écran en continuant à interroger le fonctionnement de son cadre théorique et de sa méthodologie. Ce qui fleurit, par exemple, chez Éric Chevillard, chez François Bon depuis le début du xxie siècle, c’est l’édition de l’écriture numérique en papier. Nous sommes déjà après le livre35 énonçait Bon, et désormais le numérique et le livre s’entrelacent pour féconder la Littérature ; la Marquise s’amourache des techniciens de l’Éther-Ciel36.

Haut de page

Bibliographie

Accès au corpus primaire

(a) Écriture numérique de François Bon :

https://www.tierslivre.net/spip/spip.php ?rubrique104

(b) Livre numérique auto-édité par François Bon et offert sur le Tiers-Livre pour l’achat du livre papier :

https://www.tierslivre.net/spip/spip.php ?article3432

(c) Livre papier édité par François-Marie Deyrolles à l’Atelier contemporain :

https://www.lautrelivre.fr/francois-bon/fictions-du-corps

Corpus critique

Adam Jean-Michel, La linguistique textuelle : des genres de discours au texte, Paris, Nathan, 1999.

Audet René, « Diffraction : Pour une poétique de la diffraction des textes narratifs » in Fragments d’un discours théorique : Nouveaux éléments de lexique littéraire, Paris, Ed. Cécile Défaut, 2015.

Bailly Jean-Claude, L’Ineffacé. Brouillons, fragments, éclats, Paris, Ed. De l’IMEC, 2016.

Barthes Roland, Le Bruissement de la langue, Paris, Seuil, [1975] 2015.

Barthes Roland, « Théorie du texte » in Encyclopedia Universalis, T. XV, in Œuvres complètes, T. IV, [1973] 2002.

Benveniste Émile, Problèmes de linguistique générale, Paris, Seuil coll. « Tel », T.1, 1974.

Bruno Blanckeman, Les Fictions singulières : étude sur le roman contemporain, Paris, Prétexte Éditeur, 2002.

Bon François, Après le livre, Paris, Seuil, 2011.

Bouchardon Serge, La valeur heuristique de la littérature numérique, Paris, Hermann, 2014.

Florea Marie-Laure,» Tabularité : des textes aux corpus », Corpus, n° 8, 2009, p. 177-196.

Lala Marie-Christine, « La textualité écrite en tension entre langue et discursivités », Actes du CMLF 2014, 4eme Congrès Mondial de Linguistique Française, Fr Neveu, et alii (eds), publié par Éditions EDP Sciences, Berlin, 2014, p. 2795-2804, En ligne (consulté le 04/07/2019), URL : https://www.shs-conferences.org/articles/shsconf/pdf/2014/05/shsconf_cmlf14_01125.pdf (p. 2801 et p. 2796)

Olender Maurice, Un fantôme dans la bibliothèque, Paris, La librairie du XXIe, 2017.

Souchier Emmanuël, « L’image du texte pour une théorie de l’énonciation éditoriale », Les Cahiers de médiologie, n° 6, 1998, p. 137-145

Viart Dominique, Vray Jean-Bertrand (dir.), François Bon : Éclats de réalité, Saint-Étienne, PSF, 2010.

Haut de page

Notes

1 Bruno Blanckeman, Les Fictions singulières : études sur le roman contemporain, Paris, Prétexte éditeur, 2002.

2 Maurice Olender, Un fantôme dans la bibliothèque, Paris, La librairie du xxiè, 2017. p. 64. Nous empruntons cette notion à Maurice Olender : « À l’heure où l’effacement devient une problématique virtuelle, la réflexion philosophique et littéraire sur les archives se saisit de « l’ineffacé » pour en souligner la matérialité. » qui l’emprunte lui-même au philosophe Jean-Christophe Bailly dans L’Ineffacé. Brouillons, fragments, éclats, Paris, Éd. de l’IMEC, 2016.

3 François Bon, Fictions du corps, https://www.tierslivre.net/spip/spip.php ?rubrique104.

4 La numération alphabétique renvoie aux différents supports : (a) l’écriture numérique, (b) livre numérique et (c) livre papier et la numération numérique (1) (2) (3) au corpus mis à l’étude.

5 Serge Bouchardon, La Valeur heuristique de la littérature numérique, Paris, Hermann, 2014.

6 Dominique Viart, Jean-Bertrand Vray (dir.), François Bon : Éclats de réalité, Saint-Étienne, PSF, 2010.

7 François Bon, Fictions du corps, https://www.tierslivre.net/spip/spip.php ?rubrique104.

8 Marie-Laure Florea, « Tabularité : des textes aux corpus », Corpus, n° 8, 2009, p. 178.

9 Ibidem, p. 182-183.

10 Jean-Michel Adam, Linguistique textuelle : des genres de discours au texte, Paris, Nathan, 1999.

11 Marie-Laure Florea, « Tabularité : des textes aux corpus », art. cit., p. 185.

12 Serge Bouchardon, La Valeur heuristique de la littérature numérique, op. cit., p. 148.

13 René Audet, « Diffraction : Pour une poétique de la diffraction des textes narratifs » in Fragments d’un discours théorique : Nouveaux éléments de lexique littéraire, Paris, Ed. Cécile Défaut, 2015, p. 35-36.

14 François Bon, https://www.tierslivre.net/spip/spip.php ?article3861

15 Nous ne pouvons pas avoir accès ici à la complexité du statut pluri-sémiotique du texte de l’écriture numérique. Nous vous renvoyons au site du Tiers Livre. (URL : https://www.tierslivre.net/spip/spip.php ?article3861) [consulté 29/10/17] Notons justement que l’objet de cette recherche concerne la diversité des supports. Lors de la communication orale, nous avions écouté l’audio-vidéo de cette version du texte afin d’écouter la lecture vocalisée de François Bon.

16 Lors de la discussion, un auditeur m’a suggéré que l’audio-vidéo de François Bon était une autre version du texte.

17 Roland Barthes, Le Bruissement de la langue, Paris, Seuil, 2015 [1975], p. 94-95.

18 Paul Zumthor, « De l’oralité », Intermédialités, n° 12, 2008, p. 169-202.

19 René Audet, « Diffraction : Pour une poétique de la diffraction des textes narratifs », art. cit., p. 25-41.

20 Roland Barthes, Le Bruissement de la langue, op. cit., p. 94-95.

21 Ibid.

22 François Bon, Après le livre, Paris, Seuil, 2011, p. 29.

23 Gérard Genette, Seuil, Paris, Seuil, 1987.

24 Marie-Laure Florea, « Tabularité : des textes aux corpus », art. cit., p. 182.

25 Roland Barthes, « Théorie du texte » in Encyclopedia Universalis, T. XV, in Œuvres complètes, T. IV, [1973] 2002, 443-459.

26 Emmanuël Souchier, « L’image du texte pour une théorie de l’énonciation éditoriale », Les cahiers de médiologie, n° 6, 1998 : 137-145. « L’énoncé dit-il, de cette ‘énonciation’ n’est donc pas le texte (le discours de l’auteur), mais la forme du texte, son image ; c’est le texte considéré comme objet concret et qui a été configuré à travers cette activité plurielle qu’est l’énonciation éditoriale. » (p.145)

27 Il s’agit d’une « police sans empattement et sans déliés » d’après le CNRTL.

28 Marc Arabyan, chap. 1 « Le paragraphe en typographie » in Le paragraphe narratif, Paris, L’Harmattan, 1994, p. 19-33. (p.23-24)

29 Emmanuël Souchier, « L’image du texte pour une théorie de l’énonciation éditoriale », art. cit., p. 145.

30 Marie-Christine Lala, « La textualité écrite en tension entre langue et discursivités », Actes du CMLF 2014, 4eme Congrès Mondial de Linguistique Française, Fr Neveu, et alii (eds), publié par Éditions EDP Sciences, Berlin, 2014, p. 2795-2804, En ligne : https://www.shs-conferences.org/articles/shsconf/pdf/2014/05/shsconf_cmlf14_01125.pdf (p. 2801 et p. 2796).

31 Maurice Olender, Un fantôme dans la bibliothèque, op. cit., p. 64.

32 François Bon, Après le livre, op. cit., p. 70.

33 Ibid. p. 36

34 Marie-Christine Lala, « La textualité écrite en tension entre langue et discursivités », art. cit., p. 2795.

35 François Bon, Après le livre, op. cit., p. 270.

36 Nous empruntons cette expression à Emmanuel Cauvin tirée de l’article « Comment faire passer la littérature à l’écran ». Disponible à l’adresse : http://www.mediologie.org/articles/comment-faire-passer-la-litterature-a-lecran.html (« Il n’y a pas de pages dans l’Étherciel, il n’y a que des fenêtres, et dans chaque fenêtre, non pas un paysage, mais une émission. Une émission qui passe. La littérature doit inventer une nouvelle forme pour rentrer dans ce moule qui n’est pas posé mais qui au contraire consiste en un jaillissement continu. »)

Haut de page

Table des illustrations

Titre 1.a
Légende Atelier d’écriture numérique3
URL http://journals.openedition.org/elfe/docannexe/image/1225/img-1.png
Fichier image/png, 411k
Titre 1.b
Légende Livre numérique
URL http://journals.openedition.org/elfe/docannexe/image/1225/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre 1.c
Légende Livre papier
URL http://journals.openedition.org/elfe/docannexe/image/1225/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre 2. a
Légende Écriture numérique
URL http://journals.openedition.org/elfe/docannexe/image/1225/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre 2. b
Légende Livre numérique
URL http://journals.openedition.org/elfe/docannexe/image/1225/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre 2. c
Légende Livre papier
URL http://journals.openedition.org/elfe/docannexe/image/1225/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre 3. a. 1
Légende Capture de l’audio-vidéo de François Bon
URL http://journals.openedition.org/elfe/docannexe/image/1225/img-7.png
Fichier image/png, 438k
Titre 3. a. 2
Légende Balise péritextuelle de « Note sur l’homme transparent »
URL http://journals.openedition.org/elfe/docannexe/image/1225/img-8.png
Fichier image/png, 43k
Titre 4.c. 1
Légende Version papier
URL http://journals.openedition.org/elfe/docannexe/image/1225/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre 4. b. 1
Légende Version du livre numérique
URL http://journals.openedition.org/elfe/docannexe/image/1225/img-10.png
Fichier image/png, 76k
Titre 4.a. 1
Légende Version de l’écriture numérique
URL http://journals.openedition.org/elfe/docannexe/image/1225/img-11.png
Fichier image/png, 56k
Titre 4. a. 1
Légende Version de l’écriture numérique
URL http://journals.openedition.org/elfe/docannexe/image/1225/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre 4. b. 2
Légende Version du livre numérique
URL http://journals.openedition.org/elfe/docannexe/image/1225/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre 4. c. 2
Légende Version du livre papier
URL http://journals.openedition.org/elfe/docannexe/image/1225/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 3,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fanny Siaugues, « Un aménagement réflexif des formes textuelles  », Elfe XX-XXI [En ligne], 8 | 2019, mis en ligne le 10 septembre 2019, consulté le 17 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/elfe/1225 ; DOI : 10.4000/elfe.1225

Haut de page

Auteur

Fanny Siaugues

Doctorante ATER en Sciences du Langage (ED 268), rattachée au CLESTHIA-EA 7345 (Corpus Linguistique Énonciation Sens Textes Histoire Interaction Acquisition) à l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3. Le titre de sa thèse s’intitule : « La diversité des formes brèves du discours dans les écritures du xxie siècle ». Cette recherche s’intéresse aux phénomènes de la métadiscursivité dans les pratiques scripturales de Gérard Genette, de François Bon et d’Éric Chevillard.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Elfe XX-XXI est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals