Navigation – Plan du site

AccueilNuméros11Or, fuit Chino ce monde où tout c...

Or, fuit Chino ce monde où tout cacophone…

But, Chino runs away from this cacophonous world
Christian Prigent

Résumés

Écrire la nature et la campagne sans mièvrerie. Refuser le sentimentalisme naturaliste, le « dégouliné niais », explorer bien plutôt la surface de la terre, faire entendre le fouissement du sol par la main des hommes ou par les machines. La nature, rappelle Christian Prigent, n’est pas sublime, elle n’est pas idéologie brune ou Mère-Nature ; elle est vie organique, bruits animaux, humus (mal)odorant, compositions et décompositions, activités humaines, entremêlements. (texte lu à la Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne, le 16 avril 2019)

Haut de page

Notes de la rédaction

Chapitre 3, intitulé « Gosier », de Chino Rabelais, un texte lu à la Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne, le 16 avril 2019. In Des écrivains à la Bibliothèque de la Sorbonne – 3, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2020, p. 111-118. Ce chapitre reprend, très réécrites, quelques pages de Les Enfances Chino (POL Éditeur, 2016). Je remercie vivement Christian Prigent de m’avoir autorisé à publier cet extrait. (Olivier Penot-Lacassagne)

Texte intégral

1Or, fuit Chino ce monde où tout cacophone. Retour aux lieux d’enfance. C’est au Plou Fracan, lez Saint-Brieuc-des-Choux. Là sont les zones. On y voit cuber en béton la ploutocratie qui fait rutiler boufftances, affûtiaux et arts ménagers pour nous allécher de lubricités.

2Avance, Chino, traîne pas la patte à cause d’angoisses que rien ici ne reconnaisses. Au haut du tertre, stoppe. Et scrute, à contre-spots du soleil ponant. Faut cligner. Cligner, c’est pas loin de clore. Clos, Néglige l’ici-maintenant qui à tes pieds s’étend. Laisse ce ciel moderne aux oiseaux blancs du bec. Oublie le prochain. À toi l’amour des lointains, l’instinct des cieux non hauts, mais à jamais plus bas car croupis en toi vu que là depuis René Coty, puis le général lorrain en képi qui nous a compris.

3Tout vu en rétro ah ah c’est beau ! Nimbe circonférant rose bonbon en celluloïd. Dedans : nylon bleu pâlichon. Les irisations parme et saumon, c’est Phébus qui bave d’envie sur les verdures. Pleins poumons, gobons iode et H2O au son du flûtiau. Vive aération ! tout hygiène ! les bonnes odeurs ! La campagne qui fleure, abondance d’oignons, le pommier à cidre depuis Louis XIV, les bestiaux sympas et les bons produits sans additifs. Et cette sorte de lenteur genre patriarcal qui vous communique tranquillité et sens de la beauté. Car Nature fut là juste après le seuil en forme de campagne à ces époques-là.

4Nature, elle s’étend : elle n’a rien à faire. Elle attend xa passe mais sans besoin de savoir quoi passe. Elle pipe pas mot, sauf en parler zozio. Elle glande sous ses chênes avec les cochons. Elle bâille du fossé. Par un trou paludique de fesses elle pète des nimbus odoriférants. Elle est grasse, gironde, gavée au boudin sanglant et au miel toutes fleurs, humide où il faut pour que ça émeuve le sylvain en bottes. Si quelque chose pense en elle, c’est la sorte de chimie de vin cuit dite sève, l’imbécile glucide, le protide idiot, la chlorophylle brute qui monde et qui descend sans se poser de questions et l’activité hyper automatisée des viscosités. Si elle parlait, ça ne serait pas comme fit au jardin à l’adresse de Madelon Notre Seigneur horticulteur. Elle dirait : « Touche-moi ; surtout aux mamelles car c’est d’abondance de lait comme du miel que sont sans mégoter leurs rondeces gorgées : fais l’hommage de tes doigts à labourage et pâturage ; gobe moins la mouche à faire le sublime le nez aux nuages : penche-toi vers moi et fais hommage de tes doigts à sillons fendus et gazons mouillés. »

5Mais laisse-toi pas, Chino, dégouliner niais. Car en ces temps-là de même qu’en ceux-ci passent surimprimés sur ce fond rayé de poteaux d’électricité, tant l’agriculteur à soc brise-mottes que l’aviculteur de chair comestible et que l’éleveur de viandes sur pattes. Tous sont joyeux de pouvoir noter que le temps fraîchit car pluie qui promet ça va 1) faire pousser la graminée, 2) faire le plus de graminée culminer plus gras les taux en bidoches : ils savent que c’est un atout pour la production. Mais ça peut pousser encore plus de taux si petit coup de pouce d’engins : tracteur Babiole, botteleuse Massey, véhicule Vandeuvre, voiture à betteraves signée Ferguson, bétaillère Berliet avec aux ridelles la pub Hollywood comme au Dakota. Pas bien loin au loin le train pyromane va de bon matin à mi-chien mi-loup livrer pour Sandoz potasse et phosphate et crache son poussier dans les bronches du talus asphyxié. Sur petit tander en queue de convoi vois s’entasser cuves et tonnes. Dedans sont les poudres à tout zigouiller côté hannetons, doryphores, sauterelles, cousins et pucerons, d’où du gargouillis pas loin de famine pour la sauvagine qui cuicuite qu’elle claque sévère du bec. Mais même pas besoin de bec pour claquer : toute faune à hure ou museau, tant à zéro patte rampante qu’à quatre rebondissante, pompe dans l’étang sa mort vu qu’on l’a pourri à l’urée de lisier ou au jus de plomb de moulin de camion.

6Tu peux maintenant les rouvir, tes yeux : fin du flash-back, observe et désole sur ibi et nunc. Jadis : les fumiers au bord du bocage. Asteure : fumiers et bocages proscrits à des kms par des ZUP, ZAC, ZEP et ZI identiques à celles de tout autre trou ou bled de Dunkerque à Tamanrasset via ex-Cocagne ou Eldorado. Là : plus que le flot de la marchandise et les gens dessus, qui guettent les gondoles. Tout près, la gondole vogue sur des rus vidés de saumons mais pleins à ras bord de salmonellose. Autour, le nimbé de pesticidé sur la peau des champs et le chant des piafs tous devenus cygnes qui clabaudent en troupes dans le gaz méthane que flatule le bœuf qui vesse sans penser. Après, c’est le nitrate, il coule des lisiers comme le mazout des soutes de l’Amoco Cadiz, ô maudit caca ! Sa fille l’algue verte, nourrie de cette manne, bouche tout des estuaires qui filaient aux grèves mais ne filent plus que sous croûte puante de laitue qui tue même le cochon s’il y fourre son groin de sauvagerie. Si elle file quand même, c’est pour déverser dans la flaque de Manche où tu bronzes ta couenne à l’hydrocarbure après que t’as oint ta patte au xylème qui sauce ton compost. Écoute le maquereau ores inconsommable mais pêché quand même qu’halète sur le quai. Écoute le lombric chieur de terreau qui végétative dans les ergastules au fond du jardin car il n’a budget ni petites pattes pour fuir fouir ailleurs. Et d’eux prends pitié, avant que de nous. Ils disent en agonie : là où est géhenne benzène ou éthylbenzène y a plus de plaisir pour Jacques Bonhomme mais hausse des taux pour M’sieur Monsanto et pluss’ de total en stock pour son pote Total.

7Or pensa Chino fort en l’intérieur de son for : quoi foutons là à tout saloper des mares, criques marines et atmosphères avec des mazouts gras, du nitrate en sacs et du CO2 échappé des pots ou du cul des vaches ? En gros on nuit, point barre. Devrait-on pas plutôt câliner la flore dont l’ortie vaurien, la ronce, la ciguë, le vilain pavot, le muguet vicelard ? Louanger la faune y compris l’araigne, le taon, la tique à Lyme, la mouche merdique, le frelon xénophobe, le mosquito dingo, la cigale assourdissante et le raton pesteux ? Honorer nature mère de vie de tout, misère, scarlatine, massacre massif, torturation, terreur blanche et peste noire inclus, et pas lui pisser nos merdes dans les eaux ? Plus adorer terre, qui ne ment jamais, qu’humain qui la souille avec des tracteurs, fils de Descartes et de technique, et leurs pétarades, filles de Prométhée et raison dégénérée ?

8Voire mais (se dit Chino), non ainsi ne pensent vitalistards, naturophiles, verdurophages, naturolâtres, intégrisous, puripétains, hygiénomanes, fronts nationaux, zestes nazilleurs, cinglés du dieu en herbe, bois, sang et bouillasse, manifesteurs pour tous ? Rabâchent-ils pas qu’en mère nature gît toute valeur, que vie n’est ailleurs qu’en giron d’icelle, que rien qui ne fasse à elle dévotion n’est digne d’humain, que tout qui proteste contre elle est maudit et qu’on le rôtisse à vif aux bûchers ? Qu’ordure et blasphème sont ainsi IVG, PMA, GPA, et cetera ? Qu’action civique et politique c’est pour vie et nature défendre ? Iceux ne vivent qu’en rond dans l’œuf et la goutte de sperme. Ils ne pensent qu’immédiatement nez dedans : avec la terre. Ce sont des chiens. Japperai-je en chœur avec les abois ? Que nenni ! ah que non ! – Que nenni ? Que non ? Sauf qu’est vrai pourtant que humain perturbe. Toi, moi et autrui, tous fruits du saccage et voués à pareil par la destinée. Même on aurait dû arrêter la ponte après Cro-Magnon. Adoncques ferait mieux humain de vider carrément les lieux. Bref : au mieux serait qu’homme débarrasse de nature le plancher où que tout ravage, démolit, asphyxie, poisonne et empuantit. Hop, on s’éteint. Joie du bio, liesse de zoo à tire-larigot. CQFD.

9Cela est-il possible, ô, Chinocrate ? Chinon : non. Car si plus d’homme du tout ni ne serait nature non plus : vu que nature ne qu’à homme en son pensement, sinon s’en fout.

10Autre version : primo nul ça ne peut penser sauf celui qui pense. Or, celui qui pense : le même qui cochonne la matière superbe de stupidité ; si plus là le cochonneur, personne qui sache qu’il fut, est, et sera tuant et salopant. Deuzio : prendre congé serait pousser bouchon un peu loin vu qu’on n’a pas d’autre lopin. Personne qui veut ça, même qui aime les puces plus que les msieudames qui gratouillent dessous, même qui pose sous la bougie en chanvre et laine vierge, même qui méprise gaz de ville, sulfate et nylon et vend cher le navet, même qui locavore qu’en équitable longitudinal suivi ou végane bâté de soie brut de brut. Donc en conséquence véritablement : qui nous bassine avec le propos, il cause pour peu dire ou rodomonter sur des préférences accordées au chien plutôt qu’au congénère et mieux qu’au chien à la pomme de terre et plus qu’à la patate au caillou. Or c’est vrai : nenni. Ergo, ça vous arde méchant le neurone. Car là où est le hic et gît le lapin, c’est que dire que mieux vaudrait qu’on s’absente c’est avoir raison tout en ayant tort.

11Qu’entendre par là exactement du moins, ô, Chinomathès ? Chino : qu’à la fois c’est vrai selon l’évidence ric rac du bon sens mais que mêmement c’est n’importe quoi en vie vécue vraie, donc égale zéro. Avec un trou noir de marc de pensée au milieu gênant de cet à-la-fois. Ces topiques m’emmerdent de rationcinailles. On barbotte dedans sans rien qui nous sauve pas loin de noyade et plouf dans l’obscur. Et où donc irai-je pendant ces longs temps anthoposcéniques me cacher des rôles d’extermination pour penser sans ma pensée itou exterminer ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Prigent, « Or, fuit Chino ce monde où tout cacophone… »Elfe XX-XXI [En ligne], 11 | 2022, mis en ligne le 28 décembre 2022, consulté le 23 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/elfe/4125 ; DOI : https://doi.org/10.4000/elfe.4125

Haut de page

Auteur

Christian Prigent

Né en 1945 à Saint-Brieuc, Christian Prigent a dirigé de 1969 à 1993 la revue d’avant-garde TXT et publié, essentiellement chez P.O.L, mais aussi chez Seghers, Christian Bourgois, Al dante, Le Bleu du ciel, Zulma, L’Atelier contemporain, une cinquantaine d’ouvrages (poésie, fiction, chroniques, essais sur la littérature et les arts plastiques). Il donne régulièrement, un peu partout dans le monde, des lectures publiques de son travail. Il a reçu en 2018 le Grand prix de poésie de l’Académie française pour l’ensemble de son œuvre. Derniers livres parus : Poésie sur place (texte + son) (Les Presses du réel, 2018) ; Point d’appui. Journal 2012-2018 (POL, 2019) ; La Peinture me regarde (essais) (L’Atelier contemporain, 2020) ; Chino au jardin (roman) (p. O.L, 2021) ; Chino fait poète (poésie) (p. O.L, 2023).

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search