Navigation – Plan du site

AccueilNuméros11Opposer des fictions d’émancipati...

Opposer des fictions d’émancipation aux récits dominants

Emancipatory fictions against dominant narratives
Ariel Kyrou

Résumés

Membre du collectif de rédaction de Multitudes, Ariel Kyrou a publié, entre autres livres, Dans les imaginaires du futur (2020) et une version augmentée de son ABC Dick, Nous vivons dans les mots d’un écrivain de science-fiction (2021). Il est le coscénariste du film documentaire Les mondes de Philip K. Dick (2016, Nova Prod / Arte). Directeur associé de la société Moderne Multimédias, il est le directeur éditorial du Laboratoire des solidarités, et à ce titre, rédacteur en chef du site solidarum.org et de la revue annuelle Visions solidaires pour demain.

Exploitant les travaux hérétiques de l’archéologue David Wengrow et de l’anthropologue David Graeber, Ariel Kyrou analyse dans cet essai plusieurs récits de transformation radicale de la société, qualifiés d’archéofuturistes : ceux d’Ursula K. Le Guin, Becky Chambers et Li-Cam. Ces prototopies, exercices d’anticipation de nouvelles possibilités de vivre, permettent d’envisager des horizons alternatifs à notre réalité mortifère. Et telle est la faculté de la science-fiction : permettre de se rendre étranger à soi-même, de quitter son réel pour un autre univers, non pour s’échapper mais, au contraire, pour produire un savoir sur notre présent et nos désirs de transformation.

Haut de page

Texte intégral

1Nous sommes sur une lune aux airs de petite Terre de quelque rêve d’un futur qui aurait abouti sa transition écologique, plus exactement dans la moitié de territoire que ses humains ont volontairement décidé d’abandonner pour la laisser intégralement à la flore et à la faune de leur monde. Dans ce conte de Becky Chambers, Un Psaume pour les recyclés sauvages, Frœur Dex est « moine de thé ». En compagnie d’un robot « recyclé sauvage » qu’iel a rencontré sur sa route, iel découvre une ancienne usine. Ce vieux bâtiment en déshérence ressemble encore, malgré son sale état, à l’un de nos temples industriels, comme ceux qui fonctionnent aujourd’hui encore sur notre Terre si loin d’avoir accompli la mue terrestre et anarchiste de la lune Panga de ce court roman :

  • 1 Becky Chambers, Un Psaume pour les recyclés sauvages (2021), traduit de l’anglais par Marie Surgers (...)

Toutes les ruines de l’ère des usines se ressemblaient. Des tours immenses faites de caisses, de boulons et de tuyaux. Brutales. Utilitaires. Un contraste violent avec les plantes exubérantes qui avaient envahi ce cadavre rouillé. Mais cadavre n’était pas le terme adapté, parce qu’un cadavre, c’était une ressource, une abondance de nutriments prêts à une nouvelle vie1

  • 2 L’expression a été inventée par le physicien belge José Halloy, et a été reprise par Emmanuel Bonne (...)

2Dans sa tête, Frœur Dex compare immédiatement ces vestiges de l’édifice extractiviste aux bâtisses de sa ville à elle, à ses tours « toutes de caséine translucide, avec une charpente en mycélium ». S’usant au fil du temps jusqu’à leur retour à la terre, ces matériaux s’apparentent à des technologies vivantes, là où ceux de son passé – qui est notre présent – pourraient être qualifiés à l’instar de nos smartphones de technologies zombies2.

  • 3 Cette notion de philofiction est née en 2021 de mes discussions avec Dominique Quessada, philosophe (...)
  • 4 Becky Chambers, Apprendre si par bonheur (2019), Nantes, L’Atalante, La Dentelle du Cygne, traduit (...)

3L’histoire « de moine et de robot » contée par Becky Chambers ne se situe pas sur notre planète, dans ce qui serait dès lors l’un de ses futurs potentiels les plus remarquables, après une véritable transition : non pas chez nous, mais dans un « ailleurs ». Un monde parallèle au nôtre. Les détails de l’intrigue et des décors de la lune Panga de la planète Motan, où se déroule ce « psaume », font pourtant écho aux songes les plus optimistes de celles et ceux qui rêvent d’un futur terrestre, nativement écologiste, pour notre Terre d’aujourd’hui promise aux multiples désastres climatiques. La mise à distance géographique, spatiale et peut-être temporelle, transforme le texte de l’autrice en un objet inédit, trouble et troublant, entre le conte philosophique de science-fiction et une utopie radicale, impossible à atteindre pour nous à l’identique, mais ébauchant sans en afficher la prétention une ou plusieurs perspectives. Objet poétique. Objet politique aussi. Un Psaume pour les recyclés sauvages pourrait être l’archétype d’une philofiction3 de nos horizons potentiels, tout comme l’était d’ailleurs sur le registre de l’exploration spatiale Apprendre si par bonheur de cette même Becky Chambers4.

4Ses textes courts et sans la moindre guerre de testostérone, hors de notre temps vécu de la décennie 2020 et pourtant si familiers, semblant même avoir été conçus pour nous le rendre moins pesant, correspondent à la version la plus émancipatrice de ce que j’appelle une philofiction. Ce type de récit, racontant l’ailleurs d’un quotidien paradoxalement à la fois proche et lointain du nôtre, nourri d’une métaphysique critique par rapport à notre époque de dystopie réalisée, serait une mutation moins catastrophiste des intrigues philosophiques d’un Philip K. Dick, voire un héritage multiforme des anthropologies décalées d’Ursula K. Le Guin. Cette philofiction au pouvoir libérateur, parce que détachée du bitume collant de ce que les médias nous présentent comme un réel intangible, avec sa croissance pour l’éternité et sa vaine course aux emplois plus délétères les uns que les autres, serait l’une des réponses à la question que pose Alice Caradébian, chercheuse en quête affirmée d’utopies transformatrices : « Comment faire pour que les choses impossibles, improbables, surtout les meilleures, adviennent ? Il faut se risquer à les imaginer. Particulièrement si elles sont impossibles », ou du moins semblent l’être au regard des clameurs de l’économie dominante et de ses haut-parleurs numériques. Car l’utopie, pour Caradébian à rebours du fatalisme hyper capitaliste, est un océan où plonger pour se découvrir, pour nous et nos sociétés, d’autres visions, voire des pistes de changement de monde :

  • 5 Alice Caradébian, Utopie radicale, Par-delà l’imaginaire des cabanes et des ruines, Paris, Seuil, 2 (...)

[Elle] n’est pas une destinée, un point au bout de la phrase, une fin à réaliser, un espace strié et codifié, normé et normalisant. À l’extrémité des désastres actuels et à venir répond l’extrémité de l’utopie. Cette extrémité, je la qualifie d’utopie radicale. Et en premier lieu, on la trouve dans la fiction5.

5En effet, lorsqu’une société perd les valeurs qui constituaient son socle, les fictions ne servent plus à la consolidation d’une morale établie, d’une idéologie dominante et de ses autorités surplombantes. Elles deviennent bien au contraire des instances de recherche dans un présent de plus en plus incertain, chaotique. Au travers de situations et de personnages de moins en moins univoques, qui se transforment parfois au cours même des intrigues, elles alertent, interrogent les possibles, tissent des chemins et des horizons hors des voies délétères du patriarcat, de l’État-Nation, du néo-libéralisme exacerbé, des modèles en silo de l’usine et de la plantation, etc. Retrouvant de vieilles lunes ou en inventant de nouvelles, elles rebattent les cartes de ce qui compte ou non pour les individus comme pour les organisations, les communautés et les sociétés.

6Dans notre tierce décennie du troisième millénaire, ne pas considérer la puissance des imaginaires tentant vaille que vaille de nous remettre en conformité ou pouvant à l’inverse accompagner nos transitions, nos transformations individuelles et collectives, revient à accepter de les subir aveuglément encore et toujours. Cela équivaut à laisser les récits de notre temps, qui bouillonnent et agissent en nos têtes, entre les mains de la publicité, de la propagande, du storytelling marketing, du transhumanisme ou du solutionnisme technologique – ou, sur un registre ancestral qui n’en finira sans doute jamais de revenir presque à l’identique, des extrémismes religieux. La raison critique, l’analyse rationnelle des impasses de notre temps qui se délite peu à peu en de multiples formes d’effondrements environnementaux, sociaux ou politiques, le travail de dénonciation et de déshabillage factuel que mènent certains penseurs ou journalistes d’investigation sont certes essentiels. Mais ils ne suffiront jamais à alerter, à sensibiliser et surtout à ouvrir de nouvelles perspectives. Ces éclairages de la raison ont nécessité d’être complétés par le dévoilement, l’analyse approfondie des imaginaires, mais également par la création de fictions interrogeant notre aujourd’hui, de mondes parallèles à la façon de Becky Chambers ou de contre-fictions de nos « à-venir » à même de s’opposer aux récits dominants.

S’inspirer d’un passé sans déterminisme pour inventer nos futurs

7Le souci, c’est que nous sommes moins bien préparés par notre éducation et nos appareillages critiques au décryptage des imaginaires aliénants, ainsi qu’au choix et à la création des imaginaires écocritiques, que je qualifie volontiers de terrestres et anarchistes au sens premier de ces deux termes. Car la domination et sa petite sœur l’aliénation reposent notamment sur une vision linéaire et univoque de l’Histoire, un récit collectif aux airs d’inéluctabilité qui a imprégné notre enfance et continue à se déverser dans nos médias, nos tuyaux officiels et encore trop d’œuvres universitaires, cinématographiques ou littéraires. Il n’y aurait dès lors que deux voies possibles pour notre futur. La première se jouerait sans soin ni protection des puissances étatiques écrabouillées par les crises sanitaires et climatiques, l’épuisement des ressources en eau, énergie et autres matières premières, et enfin les conséquences des inégalités sociales de plus en plus exacerbées. Elle se concrétiserait par une chute de l’humanité dans quelque dystopie de science-fiction, soit une jungle survivaliste encore moins drôle que Mad Max, où chacun serait condamné à lutter férocement pour sa survie contre les autres êtres transformés en compétiteurs dans des battles royales aux règles de tuerie proches de celles du jeu vidéo Fortnite ou de la série coréenne Squid Game.

8À l’inverse, la seconde voie ne nous sauverait qu’à la condition d’en accepter les conditions de précarisation généralisée en version néo-libérale, pour notre Bien évidemment. Elle se déclinerait sur le refrain immuable de la sainte croissance économique, depuis très longtemps chanté par le chœur des politiciens, des investisseurs, des boursiers, des décideurs, des communicants et autres suiveurs de tous poils qui jamais ne grattent ni nos neurones ni d’ailleurs les leurs. Bref, il n’y aurait que deux enfers envisageables pour demain : l’horreur intégrale, post-apocalyptique en mode diabolique et « sauvage » ; la terreur partielle, par la grâce de notre obéissance sécuritaire et confortable aux oukases hyper capitalistes qui nous écrasent pour, disent ses prêtres, nous éviter le pire. Tel est le credo supposé réaliste, le dogme auxquels croient encore beaucoup d’entre nous, souvent par dépit, comme s’il n’y avait qu’une seule forme de progrès et une direction unique pour l’atteindre…

  • 6 David Graeber et David Wengrow, Au commencement était… (2021), sous-titré « Une nouvelle histoire d (...)

9Un ouvrage remarquable, né d’années de recherches sur les découvertes en archéologie du dernier demi-siècle, permet néanmoins de déshabiller les apôtres du conformisme sociétal et de couper les fils de barbelés historiques qu’ils ont consciencieusement posé pour que l’humanité ne puisse envisager demain des cuisines alternatives à la soupe indigeste qu’ils nous servent depuis des lustres. Il a pour titre Au commencement était… et pour sous-titre Une nouvelle histoire de l’humanité6. Ses auteurs sont l’archéologue David Wengrow et l’anthropologue à la fibre anarchiste David Graeber. Loin des clichés rabâchés du Sapiens de Simon Harari et d’autres pensums beaucoup moins agréables à parcourir, ce livre parfois plus engagé que strictement scientifique démolit les dogmes d’une Histoire déterministe, aboutissant irrémédiablement à un système tel que le nôtre selon la flèche du temps allant des clans aux tribus, des tribus aux chefferies, et des chefferies aux royaumes, empires ou états, supposés indispensables à la gestion du nombre et au management de la complexité – qui a bon dos. S’appuyant sur une multitude d’exemples, cet essai crucial brise la chaîne temporelle figée des évolutionnistes forcenés, pour lesquels il ne peut y avoir d’exception historique à l’avancée de la chasse et de la cueillette en petits groupes à l’horticulture, de l’horticulture à l’agriculture, puis de l’agriculture à la civilisation commerciale et industrielle qui est la nôtre depuis à peine trois siècles. Il démonte le double a priori contradictoire du bon sauvage à la Rousseau et de sa version méchante et déjà compétitive à la Hobbes. Bref, en scrutant notre lointain passé sans en cacher les mystères incommensurables, cette enquête riche en réflexions décapantes nous libère d’un futur qui, à suivre la doxa la plus répandue sur les pérégrinations de l’humanité depuis la préhistoire, ne pourrait être – pour le meilleur ou du moins pour ne pas sombrer dans la barbarie – que la répétition pour l’éternité des mêmes mécanismes d’organisation verticale et violemment inégalitaire… en dépit des appels, devenus rituels, au progrès et à l’innovation permanente.

  • 7 Ibid., p. 102.

10Dans une histoire réinventée sur le temps long par les « apports récents de l’archéologie, de l’anthropologie et d’autres disciplines apparentées7 », les femmes et les hommes tels que les conçoivent Graeber et Wengrow ressemblent à ceux de la science-fiction la plus émancipatrice : des anti-héros imprévisibles, se défiant des chefs, des princes et de leurs administrations. À l’instar des Amérindiens et des peuples de ladite préhistoire que les deux auteurs extirpent de tout fatalisme ou réductionnisme historiques, ces humains-là se créent eux-mêmes et se construisent leurs propres mondes en fonction de leur environnement et de ce qui compte pour eux et leurs gens, humains et non humains. Nous sommes des « chantiers d’autocréation collective », écrivent les deux chercheurs au début de leur somme de plus de sept cents pages, avant d’annoncer un programme d’étude de l’hier et de l’avant-hier qu’un grand nombre d’auteurs et autrices de fictions spéculatives et anticipatrices déclinent aujourd’hui sans en avoir conscience sur le registre du demain et de l’après-demain :

  • 8 Ibid., p. 22.

Et si nous décidions désormais d’aborder le passé de l’humanité sous cet angle, c’est-à-dire de considérer tous les humains, par principe, comme des êtres imaginatifs, intelligents, espiègles et dignes d’être appréhendés comme tels ? Et si, au lieu de raconter comment notre espèce aurait chuté du haut d’un prétendu paradis égalitaire, nous nous demandions plutôt comment nous nous sommes retrouvés prisonniers d’un carcan conceptuel si étroit que nous ne parvenons plus à concevoir la possibilité même de nous réinventer8 ?

Un nouvel archéofuturisme pour réenchanter notre et nos histoires

11Une démarche fictionnelle nouant ce passé libéré à des contes prospectifs ou à des mondes parallèles fleurant bon leur utopie radicale, terrestre et anarchiste, pourrait être qualifiée d’archéofuturiste – sans rien de la nostalgie du rétro-futurisme. Et sous ce prisme, le songe profondément transformateur d’Un Psaume pour les recyclés sauvages serait un modèle d’archéofuturisme.

  • 9 Becky Chambers, Un Psaume pour les recyclés sauvages, op. cit., p. 13.
  • 10 Ibid., p. 14.

12Becky Chambers dessine par petites touches les décors de ses « histoires de moine et de robot », philofictions dont nous n’avons pour le moment que le premier opus. L’autrice, au démarrage de l’œuvre, parle d’une ville ayant effectuée sa transition écologique et sociétale, sans industries polluantes, sans boulevards périphériques pour véhicules zombies ni même, comme ce n’est que suggéré par défaut, administrations tatillonnes, autorités politiques, économiques ou religieuses surplombantes. Elle décrit cette ville utopique telle une « haute merveille architecturale tout en courbes brillantes et lumières colorées, reliées par l’entrelacs des rails aériens et des allées piétonnes, couvertes de feuillages qui débordaient des balcons et des terre-pleins ; chaque inspiration charriait un parfum d’épices, de nectar, de linge qui séchait dans l’air pur9. » Avec même, ce qui irrite sensiblement Frœur Dex, des gratte-ciels où s’ébat paisiblement « une humanité entassée à l’infini, si serrée que les plantes qui grimpaient le long de leurs boîtes de caséine s’enchevêtraient10. » Qu’une telle cité puisse exister après Mexico, Londres, Paris, New York ou leurs équivalents d’avant la transition de cette lune dénommée Panga ? Selon les règles strictement évolutionnistes de l’histoire classique de l’humanité telle que Graeber et Wengrow en critiquent les préceptes admis le plus souvent comme des vérités intangibles, ce serait inimaginable. Ou cela représenterait un irrépressible retour en arrière. Les deux auteurs d’Au commencement était… analysent pourtant moult cas, issus des dernières découvertes de l’archéologie, de grandes cités d’avant l’ère de l’agriculture systématique et de nos vies sous sédatif administratif royal ou étatique. Et ces exemples-là, permettant de saisir l’existence passée de grandes concentrations de populations politiquement organisées sans tyrannie de propriétaires ni de hiérarques, pratiquant l’horticulture, l’agriculture en dilettante, la chasse ou la cueillette, rendent tout au contraire tout à fait plausible à moyen ou long terme la ville très dense en population, mais sobre, durable et sans autorités pesantes que Becky Chambers nous laisse deviner dans son roman…

  • 11 David Graeber et David Wengrow, op. cit., p. 405.

13La grande cité de l’autrice contemporaine pourrait dès lors être interprétée comme une héritière, non de la New Delhi d’aujourd’hui, mais par exemple de la ville de Mohenjo-daro sur les rives de l’Indus dans le Sindh, province de l’actuel Pakistan, autour de 2600 av. J.-C., qui a tout de même perduré pendant sept siècles ! Soit une cité dont le cœur était un Grand Bain, dans les vestiges de laquelle on ne trouve nulle trace de temples ou de palais, ni « de sacrifices ou de banquets grandioses, ni de récits imagés de prouesses militaires, ni de célébrations d’actes glorieux, ni de tournois où l’on se serait disputé des titres ou des trésors, ni de sépultures aristocratiques11. » Les deux villes, celle qui a été redécouverte grâce à l’archéologie de notre siècle, et celle, archéofuturiste, qui a été inventée par l’écrivaine de science-fiction, semblent partager un même esprit apaisé, plus féminin que patriarcal…

La pluralité des mondes d’hier ouvre à la pluralité des mondes de demain

14La versatilité sociale et politique des mondes de l’archéologie, redécouverte sans les a priori déterministes de nos sociétés, légitime la quête contemporaine de récits sociaux et politiques éclairant des horizons d’autres mondes, terrestres et anarchistes.

15La diversité architecturale et esthétique des megasites d’avant notre ère, pour peu qu’on ne cherche plus à les faire entrer de force dans les cases d’une évolution uniforme, s’avère en effet une mine de cadres, de décors et de scénarios de fantasy, de science-fiction ou d’univers parallèles pour qui sait encore se projeter dans l’ailleurs et le demain, rêver et tenter de concrétiser ses rêves. Ces vestiges et ces traces, certes plus précises et analysées avec moins de présupposés idéologiques qu’il fut un temps, ouvrent mille possibilités d’interprétation. Que se passait-il dans le Grand Bain de Mohenjo-daro pour ses habitants ? Que penser des tertres monumentaux, mystiques peut-être, mais sans temples et centres de pouvoir de Poverty Point, érigés vers 1600 avant notre ère en Louisiane comme en dialogue avec le soleil, le ciel et la Terre ? Comment décrypter l’étrangeté métaphysique des enclos et des deux cents piliers du site de Göbekli Tepe découvert dans les années 1990 dans le sud-est de la Turquie, et qui a été vraisemblablement occupé aux xe et ixe millénaires avant J.-C. ? Que signifient, autour de l’an 350 après J.-C., l’architecture sans lieux grandiloquents et les fresques psychédéliques mêlant humains, animaux, fleurs, champignons et phénomènes divers sur les murs des habitations de Teotihuacan, dans le bassin de l’actuel Mexico ?

  • 12 En anglais : The Threads.
  • 13 Becky Chambers, Un Psaume pour les recyclés sauvages, op. cit., p. 125.

16Et si, de Stonehenge à Teotihuacan, des pratiques spirituelles ou mystiques se jouaient sans sacrifices ni procédures hiérarchiques, loin de ce que l’Histoire a retenu, par exemple, des Aztèques, de leurs rites sanglants et de leur proto-État que nous aimons tant comparer à nos États pour nous persuader de notre plus grande humanité ? Peut-être trouverait-on à Stonehenge et à Teotihuacan, comme ailleurs sur la planète, un petit quelque chose du monastère zen et anar, « sans hiérarchie figée comme le clergé d’avant la Transition » de la « moine de thé » Frœur Dex ? Car une autre facette parmi les plus archéofuturistes d’Un Psaume pour les recyclés sauvages tient à son aspect religieux, se situant quelque part entre les cosmologies amérindiennes et un polythéisme écologique et libertaire plutôt inédit. Autrement dit : il s’agit d’un panthéon écocritique, à l’échelle de l’être vivant, de la faune, de la flore et de leurs infinies relations. Il y a d’abord trois dieux parents, aux sources même de la lune Panga, petite sœur utopique de notre Terre : Grylom, dieu de l’Inanimé, donc des choses et éléments, ressources et matières premières ; Bosh, clé invisible du Cycle de toutes natures et de tout vivant se nourrissant directement ou non d’autres vivants ; et Trikilli qui incarne les fils, les liens, les relations, les interactions12… Et puis il y a les trois dieux-enfants : Chal, dieu des Constructions, que je baptiserais volontiers l’être du « faire », en écho aux makers de nos fablabs ; Samafar, pour les Mystères, donc pour le savoir, puisque chaque nouvelle connaissance dévoile une myriade d’autres, inconnues ; et en dernière instance Allalae, dieu des Petits Conforts, de la solidarité et du vivre-ensemble. Comme l’explique la moine de thé, se baladant pour écouter, relier, offrir du thé et un moment de détente à toutes et tous : « Nous enseignons que le but ne vient pas des dieux mais de nous-mêmes. Les dieux peuvent nous montrer des ressources, nous glisser une idée, mais le travail et le choix – le choix surtout ! – nous reviennent13. »

Raconter le bonheur insignifiant plutôt que la gloire des puissants

  • 14 Dos de couverture d’Ursula K. Le Guin, La Vallée de l’éternel retour (1985), 1994 pour la traductio (...)
  • 15 David Graeber et David Wengrow, op. cit., p. 369.
  • 16 La période néolithique, où se développe notamment l’agriculture sous de multiples formes, est compr (...)

17Au huitième chapitre de leur enquête monumentale, titré « Cités imaginaires » et sous-titré « Comment les premiers citadins d’Eurasie (Mésopotamie, Indus, Ukraine, Chine) ont bâti des villes sans roi », Graeber et Wengrow saluent la plus anthropologue des autrices de fantasy et de science-fiction, qui semble avoir toujours émancipé ses mondes comme eux libèrent nos visions de ladite préhistoire : Ursula K. Le Guin. Ils auraient pu saluer sa Californie transformée en île après une série de désastres dans La Vallée de l’éternel retour, ainsi que son peuple Kesh qui « cultive la vigne et la sagesse, danse l’harmonie du monde, fait la guerre au peuple du Cochon et rit des mauvaises blagues de Coyote14 ». Ils ont préféré s’appuyer sur l’une de ses nouvelles, « Ceux qui partent d’Omelas », pour s’amuser en sa compagnie de ces chercheurs trop coincés dans le carcan de l’idéologie dominante pour tirer les conséquences de l’absence totale de « trace d’administration centrale, pas plus que d’entrepôts collectifs, de bâtiments gouvernementaux, de fortifications ni de constructions gouvernementales15 » dans les vestiges de la préhistoire, du Néolithique16 ou même d’époques plus récentes. Les empereurs, les vizirs, les aristocrates, les archevêques et les papes, les chefs soignant leurs plumes et leurs dorures n’aiment rien tant que laisser à la postérité des preuves de leur grandeur : des palais, des temples, des bijoux, des parures ou de somptueuses sépultures. En revanche, les amis qui trinquent dans leur grotte, le couple devant un coucher de soleil, les gamins qui jouent au foot rugby avec un ballon bricolé, la famille de cueilleurs sur le sentier des champignons et des papillons, les citoyens en palabre pour décider de l’entretien de leurs jardins partagés ne cherchent jamais à marquer leurs territoires pour l’éternité. Seuls des récits anodins ou remarquables malgré leur apparente insignifiance, comme ceux de la « moine de thé » confortant les gens de rien de village en village de la partie habitée de Panga, rendent grâce de leur vitalité sans trompettes ni monuments. « Joyeux ! Comment peut-on parler de la joie ? », s’interroge Ursula K. Le Guin, dans la seule philofiction assumée à être longuement citée dans Au commencement était… à propos des citoyens d’Omelas, avant de continuer :

  • 17 Ursula K. Le Guin, « Ceux qui partent d’Olemas » (1973), traduit de l’anglais par Henry-Luc Plancha (...)

Ce n’étaient pas des gens simples. Mais les mots qui expriment la gaieté ne se disent plus beaucoup. Tous les sourires sont maintenant devenus archaïques. Une telle description tend à faire penser à l’apparition prochaine du Roi, monté sur un splendide étalon et entouré de ses nobles chevaliers, ou peut-être dans une litière d’or portée par des esclaves musclés. Mais il n’y avait pas de roi. Ils n’utilisaient pas d’épées, et n’avaient pas d’esclaves. Ce n’étaient pas des barbares. Je ne connais pas les règles et les lois de leur société, mais je me doute qu’elles étaient très peu nombreuses. Et comme ils vivaient sans monarchie et sans esclavage, ils n’avaient pas non plus de Bourse des Valeurs, de publicité, de police secrète ni de bombes atomiques. Et pourtant, je répète que ce n’étaient pas des gens simples, des bergers tranquilles, de nobles sauvages, des utopiens débonnaires. Ils n’étaient pas moins compliqués que nous. L’ennui, c’est que nous avons la mauvaise habitude, encouragée par les pédants et les sophistes, de considérer le bonheur comme quelque chose de stupide17.

  • 18 Ibid., p. 437

18La conteuse dévoile, plus loin dans la nouvelle, le coût d’un tel bonheur, histoire d’avoir conscience de la banalité du mal qui sans cesse guette les gens heureux comme malheureux, et ainsi de cultiver « le discernement de ce qui est nécessaire, de ce qui n’est ni nécessaire ni nuisible, et de ce qui est nuisible18 ». Et ces mots de l’autrice, que Graeber et Wengrow se réapproprient, n’en permettent pas moins à l’archéologue et à l’anthropologue hérétiques, rebondissant sur leurs descriptions politiquement fascinantes des mégasites de Taljanky, de Nebelivka ou de Maidenetske dans les régions de l’actuelle Ukraine, occupés pendant environ huit siècles, approximativement entre 4100 et 3300 avant J.-C., de lancer une pierre dans le champ doré de scientifiques prenant leurs lubies sociétales pour nos lanternes historiques :

  • 19 David Graeber & David Wengrow, op. cit., p. 368.

Pourquoi nous obstinons-nous à penser que ceux qui ont trouvé le moyen de s’autogouverner et de subvenir à leurs besoins sans construire de temples, de palais ni de fortifications militaires, c’est-à-dire sans faire étalage d’arrogance, d’humiliation et de cruauté, forment nécessairement des populations moins « complexes » que ceux qui n’ont pas su le faire ? Pourquoi hésitons-nous à honorer ces lieux du nom de villes19 ? 

D’hier à demain, des récits de transformation radicale de société

  • 20 Yannick Rumpala, Hors des décombres du monde. Écologie, science-fiction et éthique du futur, Paris, (...)
  • 21 Ibid., p. 415-416.
  • 22 Ibid., p. 432-433.
  • 23 Ibid., p. 140.

19La capacité de collectifs étendus, de petites ou grandes cités – de notre lointain passé et par extension de notre futur – à changer de mode de pouvoir, de paradigme de civilisation et donc de rapport au monde est une autre clé essentielle des philofictions transformatrices. Au-delà des chausse-trappes de l’utopie sans lucidité et de sa sœur noire la dystopie, elles ouvrent d’immenses perspectives de création de ce que le chercheur Yannick Rumpala nomme des prototopies20, c’est-à-dire des exercices d’anticipation de nouvelles possibilités de vivre, selon d’autres règles et valeurs ; des projections fictionnelles où plonger le lecteur ou le spectateur pour mieux lui permettre d’envisager des horizons alternatifs à notre réalité extractiviste et hyper capitaliste, ici et maintenant. Si Taosi, dans la région de Jinnan en Chine, a pu opérer une bifurcation consciente et sans doute extrêmement violente autour de 2000 avant J.-C., passant d’une ville marquée par une forte ségrégation entre les quartiers de l’élite et ceux de la plèbe à une cité à l’urbanisme et aux architectures bien plus égalitaires21, pourquoi ne pourrions-nous pas opérer de tels retournements à la faveur des crises qui nous sont promises d’ici la fin du xxie siècle ? Même renversement que d’aucuns qualifieraient d’utopique entre le bassin de Mexico et la vallée de Puebla : autour de l’an 300 de notre ère à Teotihuacan, « le temple de Quetzacóatl fut profané, et les stocks d’offrandes pillés ». Puis, au « lieu de construire des palais et des quartiers pour les élites, les Teotihuacanais mirent en branle un incroyable programme de rénovation urbaine qui allait pourvoir en logements de qualité la quasi-totalité des habitants, indépendamment de leur opulence et de leur rang22. » N’y a-t-il pas là matière à inspirer des scénaristes de fantasy émancipatrice ou de science-fiction archéofuturiste ? Enfin, dans une veine plus strictement écocritique, si des « peuples de Grande-Bretagne semblent avoir abandonné la culture des céréales – l’un des piliers de l’économie agricole du Néolithique, qu’ils avaient emprunté à l’Europe continentale – pour recentrer leur alimentation végétale sur la récolte des noisettes à partir de 3300 avant J.-C. environ23 », pourquoi ne pas imaginer des récits de science-fiction dessinant un avenir sans industrie ni agriculture intensive et biochimique ?

  • 24 Marion Zimmer Bradley, La Vague montante (1955), publié en France dans les nos 40, 41 et 42 de la r (...)
  • 25 Ibid., Fictions no 42, mai 1957, p. 68.
  • 26 Ibid., p. 69.

20Très court roman publié aux États-Unis dès 1955, La Vague montante de Marion Zimmer Bradley est l’une de ces fictions les plus éclairantes, réinventant sans le savoir ce moment de l’Angleterre d’il y a cinq millénaires, comme d’autres chamboulements dans l’ordre dudit progrès ayant pu auparavant se dérouler, de Taljanky dans l’actuelle Ukraine au Teotihuacan d’avant la supposée découverte de l’Amérique par Christophe Colomb. L’impertinence de la prototopie de science-fiction de Marion Zimmer Bradley, au regard de son époque d’optimisme technologique, tient à son sésame scénaristique : les descendants de « naufragés » d’une exoplanète d’Alpha du Centaure découvrent la Terre quelques siècles de « temps objectif » après le départ de leurs ancêtres y étant nés. Ils tombent sur « une civilisation ( ?) apparemment antitechnique, où l’on ne vit pas dans des villes, où la notion de gouvernement est périmée, où il n’est plus question de navigation interplanétaire, où le Passé (le passé qui les a engendrés !) est qualifié de « temps des Barbares24 ». Rencontres avec des autochtones pour lesquels la conquête spatiale ne représente plus rien. Discussions entre nouveaux arrivés sur l’essence du progrès. L’histoire tisse peu à peu une sorte de fil philosophique, jusqu’à l’apparition inattendue d’un transport rapide, pour raisons médicales. Puis il y a ce dialogue final : « Nous nous servons de la science, nous ne sommes pas à son service. La science, Mr. Kearns, n’est plus le seul jouet d’une poignée de faiseurs de guerre, pas plus qu’elle n’est demeurée asservie à un standard de vie artificiel à l’usage d’une population malade et névrosée, continuellement à la recherche de distractions et d’excitants nouveaux25. » Car à un moment des siècles précédents, sur Terre donc, l’être humain « était allé trop loin ; l’effondrement survint. Chaque homme restant eut à faire ce choix : ou bien mourir dans son armure, ou bien l’enlever26. »

  • 27 Ce terme a été trouvé par la poétesse Florence Jou, c’est même le titre de l’un de ses ouvrages : E (...)

21Mais y a-t-il nécessairement besoin d’un clair moment de rupture ? D’un effondrement brutal, avéré en tant que tel ? L’imaginer sans en détailler les contours permet à la science-fiction la plus émancipée d’explorer les indispensables horizons alternatifs de nos futurs de rêves à concrétiser. À créer ce que j’appelle des explorizons27.

Imaginer l’impossible pour prendre du recul sur notre réalité

  • 28 Becky Chambers, Un Psaume pour les recyclés sauvages, op. cit., p. 87.

22Un Psaume pour les recyclés sauvages de Becky Chambers est d’abord un conte philosophique. Son message politique, clairement écocritique, est sous-jacent, induit par la poésie du texte. La rupture, l’événement contraignant les humains à radicaliser une transition qui était sans doute déjà en cours, n’a rien de violent, et ce d’autant qu’elle ne concerne que leurs machines. Elle ressemble à ce que l’on pourrait appeler un accident d’altérité : la décision des robots de quitter leurs usines presque intégralement automatisées pour expérimenter la « vie » au-delà de leurs programmes. Au point de choisir de « mourir » pour nourrir eux aussi le cycle de tous les êtres plutôt que se réparer pour l’éternité et devenir par là-même immortels. Comme le dit Omphale Tachetée Splendide, recyclé sauvage dont le nom est celui du champignon qu’il a vu en s’éveillant au monde, mes « composants viennent des robots d’usine, oui, mais ces individus-là sont cassés depuis longtemps. Leurs camarades les ont démontés avant d’utiliser les pièces détachées pour fabriquer de nouveaux individus : leurs enfants, les recyclés sauvages28. » Car, explique-t-il à Frœur Dex :

  • 29 Ibid., p. 89.

Tout se casse et s’intègre à toutes choses. Toi, tu es un assemblage de molécules qui se sont formées dans une quantité astronomique d’autres organismes. Chaque jour, pour maintenir ton intégrité physique, tu manges des créatures mortes par dizaines. Et quand tu mourras, les bactéries, les insectes, les vers à leur tour viendront te réduire en petits morceaux. Et ainsi de suite. Quant à nous, nous ne sommes pas des créatures naturelles, nous en avons bien conscience. Mais comme tout ce qui existe, nous sommes soumis aux lois des dieux-parents. Comment continuerions-nous à étudier le monde si nous n’en respections pas le cycle fondamental ? Si les originaux s’étaient réparés, ils se seraient conduits en totale opposition à ce qu’ils rêvaient de comprendre. À ce que nous cherchons toujours à comprendre29.

  • 30 Darko Suvin, « La science-fiction et la jungle des genres. Un voyage extraordinaire », traduit de l (...)

23Que les robots puissent décider d’eux-mêmes de lâcher la civilisation extractiviste et de tenter de « vivre » loin de leurs concepteurs humains, il s’agit là d’une nouveauté radicale qui donne au récit toute son étrangeté ou, selon les termes du critique Darko Suvin, d’un novum30 parmi les plus incroyables que nous puissions envisager au regard de nos connaissances scientifiques actuelles. Cet événement inconcevable, rupture soudaine du propre chef des machines, nous semble dessiner une figure de l’impossible.

  • 31 Cognitive estrangement en anglais.

24Qu’on l’appelle figure de l’impossible, image absolue, novum ou étrangeté cognitive31 comme le fait Darko Suvin, cette apparition de l’inimaginable projette le lecteur un cran plus loin que l’interprétation non évolutionniste des mystères des archéologies plus ou moins pirates de Graeber et Wengrow qui, déjà, nous libèrent de la pesanteur du déterminisme économique, social et politique. S’extraire du fatalisme devant notre « réalité » de serfs de quelque système mondial – ou du moins de sa logique sociétale univoque se voulant la seule légitime – n’est en effet qu’une première étape de l’émancipation. Se défiant des genres littéraires qui l’enferment dans des cases, mêlant donc volontiers de la fantasy et du fantastique à ses mondes spéculatifs, la science-fiction contemporaine utilise l’artifice du novum non pour fuir le réel, mais pour nous aider à en percevoir les contours politiquement signifiants, jusque-là fantomatiques, et pourquoi pas à les dépasser ensuite.

25Dans le décor sociétal assez crédible des Furtifs d’Alain Damasio, déclinant un futur proche sous perfusion numérique plus effrénée encore qu’il ne l’est aujourd’hui, le caractère insaisissable, invisible, impossible à capter ou à confiner desdits furtifs constitue une image symbolique puissante, et surtout à rebours de nos sociétés de contrôle et d’autocontrôle. De l’ordre du phénomène absolu, incompréhensible d’un point de vue rationnel, la disruption poétique du conte de Becky Chambers révèle quant à elle notre esclavage à l’égard des machines qui sont comme les robots sophistiqués des usines d’aujourd’hui et de demain, les uns et les autres étant in fine les esclaves de notre société extractiviste. Dans le passé suggéré par l’autrice, les robots étaient les derniers soldats d’une Machine sociale fonctionnant grâce à ses technologies zombies, pour la plupart intégralement automatisées. Ils devaient être l’ultime symbole des irrépressibles dégâts, physiques autant que métaphysiques, de l’Anthropocène vis-à-vis de nos environnements humains et non-humains. D’où l’intérêt d’imaginer leur infaisable désertion.

  • 32 Alice Carabédian, Utopie radicale, Par-delà l’imaginaire des cabanes et des ruines, Paris, Seuil, 2 (...)

26Comme l’écrit Alice Carabédian à la suite de Darko Suvin, l’irruption réussie d’une figure de l’impossible, autrement dit d’un novum, traduit la faculté de la science-fiction de « permettre à son lectorat de littéralement se rendre étranger à soi-même, de quitter son réel pour un autre univers32 », non pour s’échapper mais, au contraire, pour produire un savoir sur notre présent et nos désirs de transformation.

Des récits de reconstruction au cœur de l’entre-deux de nos ruines

27Le novum des philofictions joue un rôle essentiel dans la définition et la lente mise en place d’un autre socle de valeurs qui ne mettront sans doute pas moins d’un siècle à se tisser, alors que la planète risque de devenir de plus en plus fiévreuse. Mais cet outil d’explorizon, crucial sur le temps long de la transition – à supposer que nous puissions le prendre, ce temps –, pourrait-il avoir un sens à plus court terme ? Sous une forme ou une autre, ne peut-il pas nous aider à penser le passage, et donc à creuser des chemins tout autres, alors même que nous avons de plus en plus le sentiment de vivre non pas un brutal effondrement, mais une apocalypse au long cours, les catastrophes se succédant aux désastres, et les tornades aux incendies ?

  • 33 Anna Lowenhaupt Tsing, Le Champignon de la fin du monde. Sur la possibilité de vivre dans les ruine (...)

28Dans sa préface au Champignon de la fin du monde de l’anthropologue Anna Tsing33, récit appartenant clairement au territoire savant plutôt que littéraire, la philosophe Isabelle Stengers revendique une nécessité d’ouverture à l’inattendu. Elle souligne l’importance d’histoires sans morale a priori, capable de narrations sans idéologie prédéfinie tout à l’inverse de la majorité des écrits scientifiques. Elle en appelle à des textes « à voix multiples, à conséquences en cascades, qui ne respectent pas la différence entre ce qui compte » dans les institutions et ce qui devrait être négligé d’un point de vue socialement ou scientifiquement correct. Autrement dit : elle défend des écrits refusant de délaisser ces détails qui s’avéreraient inacceptables selon les canons de l’histoire, de l’archéologie ou de l’anthropologie à l’ancienne, c’est-à-dire en fonction des clichés scientifiques, évolutionnistes notamment, que Graeber et Wengrow déshabillent dans les sept-cents pages de leur ouvrage.

  • 34 Préface d’Isabelle Stengers au livre d’Anna Lowenhaupt Tsing, Le Champignon de la fin du monde, op. (...)

29Car, continue Isabelle Stengers, « il s’agit d’apprendre à vivre dans les ruines » de cette science se voulant pourtant exacte, objective, qui a pourtant justifié le lent travail de destruction de l’Anthropocène. L’enjeu n’est plus de nous accrocher coûte que coûte à des abstractions savantes qui ont perdu toute signification, et encore moins de « simplifier » ce que nous devons raconter pour nous rassurer sur l’adéquation de nos sociétés à nos vies, mais de reconstruire un socle de valeurs sur les ruines de celles d’hier. Non, suggère-t-elle : pour cesser d’ajouter des catastrophes à notre désastre, l’ambition la plus juste du chercheur, du sociologue ou de l’anthropologue serait plutôt d’entrer dans les détails de la vie des humains et des non humains, d’être plus que jamais à l’écoute des anecdotes signifiantes, des histoires inattendues qui nous désarçonne plutôt qu’elles nous réconfortent34. Isabelle Stengers affirme cela, je le répète, en amont du livre touffu d’une chercheuse en sciences sociales qui conte ses années d’enquête de terrain sur les cueilleurs de matsutakes… Mais ces mots ne s’appliqueraient-ils pas tout autant à un travail de fiction tentant d’appréhender sans dogmatisme des alternatives à l’économie dominante, d’essence extractiviste ? Pour toucher juste et traduire dans leurs histoires les imaginaires complexes et les ambiguïtés créatrices de notre « entre-deux-mondes », les œuvres d’anticipation doivent tenter d’explorer le futur sans carcans. Leurs « prototypes » informels, prospectifs, expérimentaux et pragmatiques se rapprochent dès lors de la démarche de l’anthropologue hérétique, car s’attachant de façon viscérale à la multiplicité des voies et des voix, de notre humanité comme de la faune et de la flore.

30Le Champignon de la fin du monde d’Anna Tsing met en lumière les histoires vécues de bricoleurs inconscients du futur, communautés de cueilleurs de matsutakes, travailleurs précaires pour beaucoup immigrés d’Asie du Sud-Est qui ont improvisé des chemins de survie et de vie dans les ruines forestières d’un capitalisme dévastateur. Sur l’autre versant de nos écrits de transformation écocritique, Un Psaume pour les recyclés sauvages se déroule certes sur Panga, miroir idéalisé de notre planète de demain dans un monde parallèle ou un songe exemplaire ; mais il pourrait être une biotopie du monde d’après, c’est-à-dire un enfant pas si fou de nos utopies terrestres et anarchistes les plus radicales.

  • 35 Li-Cam, Résolution, Clamart, La Volte, coll. « Eutopia », 2019.
  • 36 Ibid., p. 91.

31Un roman de science-fiction comme Résolution de Li-Cam35 relie le premier au second, le champignon de nos ruines à la lune de nos désirs. Il ébauche à la fois un chemin incertain et un horizon à court terme, tendant vers une sorte de biotopie mais sans l’atteindre encore, à l’inverse du monde de moine libertaire et de robot sauvage imaginé par Beckie Chambers. Dans Résolution, le personnage de Wen est à l’origine du concept de l’Adelphie, utopie d’environ trois cents âmes qui se concrétise peu à peu, au fil du texte, dans un mélange de plaisir et de douleur sur une île au large de Saint-Pierre-et-Miquelon. Li-Cam s’y saisit d’une kyrielle de « possédés » – du monde d’avant en quelque sorte. Elle leur enlève non sans souffrance leur camisole sociale. Elle les plonge, ainsi « dépossédés » de leur bulle de protection factice, dans le chaudron d’une famille élargie à trois cents personnes, ainsi que tout un environnement non-humain, allant des bactéries, dont elle ressent la vitalité, à une intelligence artificielle psychologue. Le cercle privé se dissout dans l’horizon d’une sphère collective. Wen devient la chamane, la passeuse de rêves qui toujours s’accompagnent de cauchemars. Elle était une « asociale ». Elle n’a rien demandé. Pour tenter de nous extirper des folies collectives ayant mené la planète à ses effondrements, ce sont des mécènes qui lui ont suggéré d’expérimenter son eutopie, utopie lucide à réaliser sur le terrain, qu’elle avait décrite dans son opuscule Le Monde selon Wen. Sans l’avoir cherché, Wen vit désormais en suivant ses convictions, parfois déchirantes tant il s’avère difficile d’enlever ses masques. Mais son monde, elle le concrétise en solidarité avec des individus différents, dont elle découvre, une fois leurs rôles d’hier gommés, qu’ils étaient aussi effondrés qu’elle. Le seul point commun entre toutes ces personnes, écrit Li-Cam, « est d’avoir accepté de se défaire de tout ce qui les définissait et les emprisonnait pour se réinventer, pour retrouver leur humanité dévaluée, soldée, ruinée36 ».

  • 37 Ariel Kyrou, Dans les imaginaires du futur, Entre fins du monde, IA, virus et exploration spatiale, (...)

32Au sein de cette communauté alternative, l’inférieure est devenue le supérieur, les hiérarchies et les statuts faisandés sont gommés37. Elles, ils et iels (comme Frœur Dex) sont désormais égaux en droit et en pratique, même si leurs histoires les rendent terriblement inégaux. L’eutopie semble ici une sorte de biotopie à la dimension sociale exacerbée. Elle rebat les cartes et réinvente des règles pour débuter une tout autre partie, sans jugement, qui risque d’être longue et difficile, mais en connexion avec les êtres et les choses…

33C’est bel et bien parce que nous avons ce sentiment tenace de vivre une dystopie au cœur de notre monde réel qu’il s’avère indispensable d’ébaucher d’autres types de fictions et plus largement de narrations, non pas de « futurs désirables », mais de mondes concrétisant la nécessité d’une transformation écocritique, terrestre et anarchiste de nos sociétés. À la façon de ceux de Li-Cam, de Becky Chambers, de Marion Zimmer Bradley, mais également de chercheuses comme Alice Carabédian ou Anna Lowenhaupt Tsing, ces types de récits défrichent des contrées se situant ouvertement à l’opposé du storytelling des puissances dominantes et des fictions divertissantes qui les servent. Ce ne sont pas des modèles, des programmes à respecter à la lettre telles les nouvelles bibles de communautés sectaires. Ils revendiquent tout au contraire leurs imperfections. C’est via l’anecdote, dans la richesse de combats communs comme dans l’insignifiance de bonheurs anodins, qu’ils ébauchent des chemins émancipateurs et dessinent des horizons de sociétés et de valeurs à explorer demain.

Haut de page

Notes

1 Becky Chambers, Un Psaume pour les recyclés sauvages (2021), traduit de l’anglais par Marie Surgers, Nantes, L’Atalante, La Dentelle du Cygne, 2022, p. 85-86.

2 L’expression a été inventée par le physicien belge José Halloy, et a été reprise par Emmanuel Bonnet, Diego Landivar et Alexandre Monnin, dans leur essai Héritage et fermeture, Une écologie du démantèlement, Paris, Éditions Divergence, 2021.

3 Cette notion de philofiction est née en 2021 de mes discussions avec Dominique Quessada, philosophe et copilote avec Raphaël Liogier de la collection « Trans » des Liens qui Libèrent. Mais un terme très proche apparaît dès 2011 dans le sous-titre d’un essai de Peter Szendy, Kant chez les extraterrestres, Philosofictions cosmopolitiques, Paris, Éditions de Minuit.

4 Becky Chambers, Apprendre si par bonheur (2019), Nantes, L’Atalante, La Dentelle du Cygne, traduit de l’anglais par Marie Surgers, août 2020.

5 Alice Caradébian, Utopie radicale, Par-delà l’imaginaire des cabanes et des ruines, Paris, Seuil, 2022, p. 13-14.

6 David Graeber et David Wengrow, Au commencement était… (2021), sous-titré « Une nouvelle histoire de l’humanité », traduit de l’anglais par Élise Roy, Paris, Les Liens qui Libèrent, 2021.

7 Ibid., p. 102.

8 Ibid., p. 22.

9 Becky Chambers, Un Psaume pour les recyclés sauvages, op. cit., p. 13.

10 Ibid., p. 14.

11 David Graeber et David Wengrow, op. cit., p. 405.

12 En anglais : The Threads.

13 Becky Chambers, Un Psaume pour les recyclés sauvages, op. cit., p. 125.

14 Dos de couverture d’Ursula K. Le Guin, La Vallée de l’éternel retour (1985), 1994 pour la traduction française par Isabelle Reinharez, et 2012 pour sa version aux éditions Mnémos.

15 David Graeber et David Wengrow, op. cit., p. 369.

16 La période néolithique, où se développe notamment l’agriculture sous de multiples formes, est comprise entre 6000 et 2200 avant notre ère.

17 Ursula K. Le Guin, « Ceux qui partent d’Olemas » (1973), traduit de l’anglais par Henry-Luc Planchat, dans le recueil Aux douze vents du monde, Paris, Le Livre de poche, p. 436-437.

18 Ibid., p. 437

19 David Graeber & David Wengrow, op. cit., p. 368.

20 Yannick Rumpala, Hors des décombres du monde. Écologie, science-fiction et éthique du futur, Paris, Champ Vallon, 2018, p. 158.

21 Ibid., p. 415-416.

22 Ibid., p. 432-433.

23 Ibid., p. 140.

24 Marion Zimmer Bradley, La Vague montante (1955), publié en France dans les nos 40, 41 et 42 de la revue Fictions (mars, avril et mai 1957), extrait du texte du résumé du premier épisode, dans le deuxième volet de ce court roman, p. 69 du no 41 de Fictions.

25 Ibid., Fictions no 42, mai 1957, p. 68.

26 Ibid., p. 69.

27 Ce terme a été trouvé par la poétesse Florence Jou, c’est même le titre de l’un de ses ouvrages : Explorizons, Corcoué-sur-Logne, Éditions Lanskine, 2021. Mais où l’expression qualifie chez elle un « travail autour du paysage, des noms et du politique », elle signifie pour moi l’exploration grâce à la fiction d’horizons de sociétés alternatives, de mondes radicalement autres au sein desquels plonger pour qu’ils nous inspirent des transformations ici et maintenant.

28 Becky Chambers, Un Psaume pour les recyclés sauvages, op. cit., p. 87.

29 Ibid., p. 89.

30 Darko Suvin, « La science-fiction et la jungle des genres. Un voyage extraordinaire », traduit de l’anglais par Jacques Favier, Littérature, n° 10 (« Fonctionnements textuels »), 1973, p. 98-113.

31 Cognitive estrangement en anglais.

32 Alice Carabédian, Utopie radicale, Par-delà l’imaginaire des cabanes et des ruines, Paris, Seuil, 2022, p. 91-99.

33 Anna Lowenhaupt Tsing, Le Champignon de la fin du monde. Sur la possibilité de vivre dans les ruines du capitalisme, Paris, La Découverte, coll. « Les Empêcheurs de penser en rond », 2017.

34 Préface d’Isabelle Stengers au livre d’Anna Lowenhaupt Tsing, Le Champignon de la fin du monde, op. cit., p. 18.

35 Li-Cam, Résolution, Clamart, La Volte, coll. « Eutopia », 2019.

36 Ibid., p. 91.

37 Ariel Kyrou, Dans les imaginaires du futur, Entre fins du monde, IA, virus et exploration spatiale, Chambéry, ActuSF, 2020, p. 548-557.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ariel Kyrou, « Opposer des fictions d’émancipation aux récits dominants »Elfe XX-XXI [En ligne], 11 | 2022, mis en ligne le 28 décembre 2022, consulté le 23 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/elfe/4286 ; DOI : https://doi.org/10.4000/elfe.4286

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search