Navigation – Plan du site

AccueilNuméros12Cartographier le cohabiter contem...

Cartographier le cohabiter contemporain. Conspiration et discours méta-conspirationniste dans Toxoplasma (2017) de Sabrina Calvo

Mapping contemporary cohabitation. Conspiracy and meta-conspiracy discourse in Toxoplasma (2017) by Sabrina Calvo
Christophe Duret

Résumés

Cet article porte sur la rencontre entre fiction cyberpunk, cartographie cognitive et imaginaire conspirationniste. À partir d’une réinterprétation du concept de cartographie cognitive de Fredric Jameson, il montre comment le roman cyberpunk Toxoplasma (2017) de l’écrivaine française Sabrina Calvo, qui met en récit une conspiration tout en déployant un discours méta-conspirationniste original, oppose une société fragmentée, frappée par l’incommunication et le sectarisme, à une aspiration utopique promouvant la sympathie universelle.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Kevin Lynch, The Image of the City, Cambridge, The MIT press, 1960.
  • 2 Fredric Jameson, Le Postmodernisme ou la logique culturelle du capitalisme tardif [Postmodernism, o (...)
  • 3 Ibid., p. 104.

1Selon l’urbaniste Kevin Lynch1, un phénomène d’aliénation urbaine intervient lorsqu’une personne plongée dans une ville se montre incapable de la cartographier cognitivement en tant que totalité et de s’y positionner. C’est le cas lorsqu’il manque certains marqueurs traditionnels pour se repérer au sein de l’espace urbain, tels que des monuments et des frontières naturelles. Le concept de cartographie cognitive peut être pensé dans un cadre élargi et déborder les problèmes empiriques inhérents à la forme urbaine. C’est ce que fait Fredric Jameson en le désignant comme un moyen d’appréhender l’espace social. La vocation des cartes cognitives consiste alors à « permettre au sujet individuel de produire une représentation situationnelle dans cette totalité non représentable que constitue l’ensemble des structures de la société2 ». Dans un tel contexte, et lorsqu’il est question de rendre compte de l’« espace monde du capital multinational3 », le projet politique de l’œuvre dite postmoderniste peut être de proposer de nouvelles cartes cognitives en vue de le totaliser, en gardant à l’esprit que toute représentation de l’espace se voit tributaire des spécificités formelles du médium adopté pour l’exprimer.

  • 4 Ibid., p. 37-38.
  • 5 Ibid., p. 38.
  • 6 Ibid.

2Suivant cela, et toujours selon Jameson, les figures du réseau mondial décentré des technologies de l’information et de la communication (désormais « TIC ») dans les fictions du complot de la fin du xxsiècle renvoient à une représentation du système capitaliste multinational. Ainsi, « la technologie de la société contemporaine […] hypnotise et fascine moins par elle-même que parce qu’elle semble offrir un raccourci représentationnel privilégié permettant d’appréhender un réseau de pouvoir et de contrôle4 ». Jameson voit dès lors dans les mises en récit conspirationnistes des TIC une tentative de « penser l’impossible totalité du système mondial contemporain5 » et, donc, d’en proposer une carte cognitive. Ces mises en récit ont selon lui trouvé dans la structure générique du roman d’espionnage un lieu pour s’exprimer avant de se cristalliser dans la littérature cyberpunk – les trilogies romanesques Sprawl (1984-1988) et Blue Ant (2003-2010) de William Gibson et le roman Islands in the Net (1988) de Bruce Sterling, notamment – laquelle constitue « tout autant une expression des réalités corporatives transnationales qu’une paranoïa globale6 ».

  • 7 Science pionnière dans le développement de l’informatique, de la robotique, de l’intelligence artif (...)
  • 8 Neuromancer est considéré comme le roman phare du cyberpunk. Il relate une opération de piratage me (...)

3Qu’est-ce que le cyberpunk ? Dans son acception la plus restreinte, il s’agit d’un sous-genre de la science-fiction né aux États-Unis dans les années 1980. Mot-valise, le terme se réfère à la cybernétique de Norbert Wiener, cette science du contrôle et de la communication, d’une part, dont il retient les aspects technologiques (l’intelligence artificielle, les TIC, la robotique), mais également les présupposés épistémologiques (la traduction du monde sous la forme d’informations et de processus d’autorégulation)7. D’autre part, le cyberpunk renvoie à un éthos punk visible dans la condition marginale de ses protagonistes et dans leur résistance face aux gouvernements et, surtout, aux méga-corporations, ces nouvelles incarnations du pouvoir dans un contexte de mondialisation marqué par le triomphe du néolibéralisme. Parmi les motifs les plus immédiatement reconnaissables du cyberpunk figurent les augmentations technologiques du corps et l’hybridation entre l’humain et la machine, le piratage informatique, les guerres commerciales, la réalité virtuelle et l’intelligence artificielle, le tout présenté dans un monde le plus souvent dysphorique. Neuromancer (1984) de William Gibson et The Schismatrix (1985) de Bruce Sterling figurent parmi les œuvres littéraires les plus connues du cyberpunk8.

  • 9 Le terme renvoie au modèle d’« une entreprise dotée de capacités d’assemblage d’éléments produits d (...)
  • 10 Thomas Moylan, « Global Economy, Local Texts. Utopian/Dystopian Tension in William Gibson’s Cyberpu (...)
  • 11 Ibid., p. 82.
  • 12 Ibid.

4Le cyberpunk rend pleinement compte de la culture globalisée de son époque lorsqu’il propose des extrapolations de la conjoncture qui est la sienne et, donc, lorsqu’il se projette dans le futur pour mieux mettre en scène le présent. Cette conjoncture, comme le rappelle Thomas Moylan, correspond à la fin de l’essor économique qui a suivi la seconde guerre mondiale. Le néo-libéralisme s’affirme nettement en Occident et favorise la déréglementation et une restructuration économique. Ces dernières marquent le passage d’un système industriel fordiste, axé sur la production et la consommation de biens matériels, à un système postfordiste axé sur l’information, mais aussi la mobilisation de méthodes flexibles d’exploitation, d’accumulation et de contrôle, et le passage d’entreprises multinationales à des firmes globales9 (ou « firmes-réseaux ») dans un mouvement de mondialisation économique10. Les années 1980 sont également marquées par un mouvement de privatisation et de coupures des services gouvernementaux accentuant les iniquités sociales et l’amenuisement de la classe moyenne. Dans un tel contexte sociohistorique, écrit Moylan, « les productions culturelles qui faisaient plus que simplement affirmer l’émergence d’un milieu postfordiste, posthumaniste et postmoderne étaient rares », et c’est justement le mérite du cyberpunk d’être allé au-delà de cette simple affirmation en questionnant « de manière significative les contradictions du système social11 » de son époque. Lorsqu’il multiplie les complots orchestrés par les corporations, les agences gouvernementales et les intelligences artificielles en adoptant une mise en récit conspirationniste, dont nous verrons plus loin les caractéristiques, le cyberpunk excède l’expression d’une paranoïa globale pour cartographier cognitivement les conditions d’émergence de la mondialisation en marche dans les années 198012.

  • 13 Christophe Duret, En des verres miroirs, obscurément ; Une lecture mésocritique de l’habiter urbain (...)

5La cartographie cognitive conceptualisée par Jameson répond à une approche politique de l’espace social du capitalisme tardif. Rien n’empêche, toutefois, de l’articuler à la problématique de l’habiter, très présente dans le cyberpunk de la décennie 2010, comme nous l’avons vu ailleurs13. Le terme « cartographier » désigne alors le fait de mettre en con­figuration des relations écouménales au sein d’une œuvre – c’est-à-dire les relations sociales, techniques et symboliques constitutives des milieux humains, d’où il ressort des modalités d’habiter, un processus pensé en tant que mise en récit, en image ou en simulation d’un habiter référentiel. Il est question, dans ce contexte, de la capacité de l’œuvre à schématiser cet habiter, à produire une carte de l’écoumène et de ses enjeux sociaux, économiques, environnementaux, politiques, etc., témoignage de son pouvoir réflexif et critique.

  • 14 Christophe Duret, « Le goût pour le Moyen Âge dans les fictions post-catastrophiques contemporaines (...)
  • 15 Voir Christophe Duret, « Le cyberpunk et son futur réalisé au prisme du discours méta-cyberpunk de (...)

6Parmi les manifestations de l’habiter comptent celles, plus spécifiques, du « cohabiter », entendu comme un « être ensemble dans l’espace », renvoyant à la dimension spatiale de la socialité14. Ce « cohabiter » est central dans Toxoplasma (2017), roman cyberpunk voire « méta-cyberpunk15 » de l’écrivaine Sabrina Calvo. Le thème y est abordé par le biais de l’opposition entre divers mondes sociaux fermés, en proie à la rumeur et aux « théories du complot », et un monde ouvert reflétant le principe d’une sympathie universelle. Cette opposition est doublement prise en charge par la mise en récit d’actions conspiratrices concrètes reliées aux TIC, d’une part, et par un discours sur le discours complotiste (ou « discours méta-conspirationniste »).

  • 16 Le terme, proposé en 1999 par Florence Montreynaud dans Le Manifeste des Chiennes de garde, désigne (...)
  • 17 Sabrina Calvo, citée dans Estelle Hamelin, « La nuit des labyrinthes. Les secrets d’écriture de Sab (...)

7Précisons que l’écrivaine française, associée au collectif d’auteurs de science-fiction ZANZIBAR, a publié dix romans entre 1997 et 2021. Ses œuvres naviguent entre les genres de la science-fiction, de la fantasy, du réalisme magique et du fantastique. Plaçant la force des collectifs de quartier et l’adelphité16 au cœur de ses romans Toxoplasma et Melmoth Furieux, marqués tous deux par une posture résolument politique, elle défend un «  anarchisme métaphysique, physique et moral17  » à l’intérieur d’univers dysphoriques où figurent, comme un horizon de désirs et d’espoir, des communautés autogérées.

8Après avoir procédé à quelques clarifications terminologiques et contextuelles, nous envisagerons dans cet article la rencontre entre mise en récit conspirationniste et discours méta-conspirationniste dans Toxoplasma, qui procèdent tous deux d’une cartographie du cohabiter contemporain. Il s’agira à ce titre d’opérer un déplacement de la problématique jamesonienne d’une politique de l’espace social vers celle, plus localisée, d’une politique du cohabiter. En envisageant ses échos dans le récit complotiste pluridimensionnel élaboré par Calvo, nous verrons que celui-ci permet d’opposer terme à terme une société fragmentée, frappée par l’incommunication et le dogmatisme, à une aspiration utopique promouvant l’idée de sympathie universelle.

Mise en récit conspirationniste et imaginaire cyberpunk : remarques préliminaires

  • 18 À l’image de la conspiration des XX dans la bande dessinée XIII (1984-) de Jean Van Hamme.
  • 19 Paul Ricœur, Temps et récit, tome 1 : L’intrigue et le récit historique, Paris, Éditions du Seuil, (...)

9Que faut-il entendre par « mise en récit conspirationniste » ? Nous l’associerons ici à la mise en récit, dans une œuvre de fiction, d’une conspiration imaginaire18 figurant une cartographie cognitive de l’espace social dans lequel elle est immergée. Dans une perspective autant épistémologique qu’esthétique, la mise en récit conspirationniste mobilise fréquemment une dialectique de l’opacité et de la transparence, visant à mettre en lumière les facteurs à l’origine d’une conjoncture jugée délétère pour ceux qui en subissent les effets et le rôle des conspirateurs à l’origine de celle-ci. Ce dévoilement peut prendre la forme d’une mise en système explicative, qui rejoint alors la mise en intrigue au sens large (le muthos aristotélicien) – processus par lequel on articule entre eux des événements qui, puisés dans l’hétérogénéité et la profusion du réel, sans rapport apparent entre eux, mais désormais liés par une relation de nécessité, sont configurés de telle sorte qu’ils forment une « totalité intelligible19 ».

  • 20 Fredric Jameson, Archaeologies of the Future. The Desire Called Utopia and Other Science Fictions, (...)

10Dans ce contexte, le processus cognitif et esthétique de simplification de notre être-au-monde est souvent « axé sur un principe d’exclusion systématique » ou, de manière plus imagée, sur « une sorte d’excision chirurgicale de la réalité empirique, quelque chose comme un processus d’atténuation ontologique dans lequel la multitude grouillante de ce qui existe, de ce que nous appelons la réalité, est délibérément débroussaillé à l’aide d’une opération d’abstraction radicale et de simplification20 ». Les malaises, insatisfactions, mécontentements, iniquités et souffrances traversant l’espace social se voient alors attribués à une poignée d’acteurs sociaux – les comploteurs – faisant l’objet d’une dénonciation dans le cadre d’une intrigue où le voile est progressivement levé sur leurs agissements délétères.

  • 21 Ibid., p. 271.
  • 22 En s’ap­puyant sur les bases de données Internet Movie Database (IMDB) et The Cyberpunk Database, i (...)

11La rencontre entre le cyberpunk et la mise en récit conspirationniste s’avère particulièrement efficace pour opérer une telle « réduction du monde21 ». Le cyberpunk est fortement associé à la décennie 1980, mais il n’en est pas moins demeuré vivace tout au long de ses quatre décennies d’existence, ayant même connu un regain d’intérêt dans les dernières années, comme le montrent les tableaux ci-dessous22, avec le jeu Cyberpunk 2077 (2020), le film The Matrix Resurrections (2021) et les séries télévisées Altered Carbon (2018-2020) et The Peripheral (2022), par exemple. Ses créateurs et créatrices n’ont jamais cessé de recourir à la mise en récit conspirationniste, bien que celle-ci, d’une œuvre à l’autre, donne lieu à des transcriptions très différentes d’une forme de paranoïa globale.

Tableau 1. 1

Tableau 1. 1

Films et séries cyberpunk listés sur la base de données IMBD

Christophe Duret, En des verres miroirs, obscurément, op. cit., p. 36.

Tableau 1.2

Tableau 1.2

Œuvres cyberpunk listées sur la base de données The Cyberpunk Database

Christophe Duret, En des verres miroirs, obscurément, op. cit., p. 36.

  • 23 Le capitalisme de surveillance renvoie à un système économique dont le modèle d’affaires est axé su (...)
  • 24 Voir Christophe Duret, En des verres miroirs, obscurément, op. cit.
  • 25 Michel Foucault, Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 1975.

12Les jeux vidéo cyberpunk WATCH_DOGS 1 et 2 (Ubisoft Montréal, 2014, 2016) et WATCH_DOGS LΞGION (Ubisoft Toronto, 2020), par exemple, proposent une cartographie cognitive de l’espace social du capitalisme de surveillance23 et de la société algorithmique contemporaines24, soit un état de société où l’articulation entre savoir et pouvoir25 se manifeste dans la gestion, la surveillance et la prédiction algorithmiques des flux informationnels, des biens et des personnes à l’aide, notamment, du traitement automatisé des données massives (big data). Figurant des versions alternatives de villes – Chicago, San Francisco et Londres – dépeintes comme pleinement « intelligentes » et en proie à une surveillance exacerbée et à la dérive sécuritaire, la franchise donne à voir un pouvoir collusif réparti entre un nombre limité d’acteurs sociaux – parmi lesquels figurent des intelligences artificielles, et pas uniquement des acteurs humains – agissant dans le secret et appartenant au gouvernement, aux forces de l’ordre, aux firmes de sécurité privée et aux géants du numérique.

13Par la mise en récit conspirationniste qui la caractérise, la franchise WATCH_DOGS opère des raccourcis cognitifs en vertu desquels la systématicité et la simplification des enjeux complexes de la conjoncture présente sont mises à profit pour rendre visible et schématiser l’intotalisable espace social du capitalisme de surveillance et de la société algorithmique. C’est ce que font également des œuvres cyberpunk françaises de la décennie 2010 telles que le roman Les Furtifs d’Alain Damasio (2019) et le jeu vidéo Remember Me de Dontnod Entertainment (2013), scénarisé par Alain Damasio et Stéphane Beauverger, en insistant sur les menaces que font peser la surveillance numérique et la dérive sécuritaire contemporaines sur le vivre-ensemble.

Conspirations concrètes et cartographie critique

14L’une des fonctions de la mise en récit conspirationniste, si l’on se place dans une optique jamesonienne, est de cartographier l’espace social contemporain pour en faciliter la lisibilité. Elle permet également de cartographier les modalités de la cohabitation contemporaine, à l’instar de Toxoplasma. Le roman de Sabrina Calvo situe son intrigue dans un monde marqué par une succession de catastrophes et de crises allant de l’effondrement des marchés financiers à un état de guerre civile généralisé, en passant par la privatisation des villes et les désastres écologiques. Du cyberpunk, l’œuvre retient plusieurs thèmes tels que les mondes virtuels, le piratage informatique et les guerres commerciales entre méga-corporations.

15Le récit se déroule dans la Commune de Montréal, une communauté autogérée mise en place à la suite d’un mouvement insurrectionnel et assiégée par les forces fédérales canadiennes au nom du « Roy », figure allusive d’un régime fasciste. Dans ce cadre sont narrées les aventures de Nikki, employée de club vidéo et détective privée à la recherche de chats disparus, et de deux hackers, Kim et Mei, réminiscences des « cowboys des consoles » du cyberpunk américain des années 1980.

  • 26  Rebecca Lemov, « Brainwashing’s Avatar : The Curious Career of Dr. Ewen Cameron », Grey Room, n° 4 (...)

16Toutes trois se retrouvent impliquées dans une étrange conspiration sur laquelle elles parviendront progressivement à lever le voile. Celle-ci s’inspire d’un épisode historique de la guerre froide : le projet clandestin MK-Ultra mené par la CIA de 1953 à 1973, dont l’objectif était de développer des techniques de contrôle du comportement humain à l’aide de la privation sensorielle, de la prise de LSD et d’électrochocs, notamment. Des recherches liées au MK-Ultra ont bien été réalisées sous la direction de Donald Ewen Cameron à l’Institut psychiatrique Allen Memorial, à Montréal26. Pour sa part, la fin de Toxoplasma dépeint les expériences (fictives) menées par Cameron sur trois femmes autochtones surnommées les « trois sœurs ». En unissant leur esprit, ces dernières ont la capacité d’accéder à une forêt magique, un monde mythique appelé Vimarie auquel le chercheur et son équipe cherchent à accéder à des fins que l’on suppose peu honorables. En l’occurrence, la conspiration paraît relever d’une volonté de manipulation.

17Cette dernière trouve un écho dans la trame narrative consacrée à Nikki, qui ouvre le récit et se situe une soixantaine d’années plus tard. Le personnage rejoint la forêt en rêve, alors qu’elle est involontairement en contact avec l’esprit des trois sœurs. En parallèle, Kim et Mei sont engagées par un commanditaire anonyme afin de pénétrer les systèmes informatiques d’une entreprise du nom de Vectracom. Œuvrant officiellement dans le secteur de la domotique, celle-ci développe en secret une technologie de réalité virtuelle offrant elle aussi un accès à Vimarie. À la fin du roman, la Commune est sur le point de succomber aux attaques de l’armée du Roy et un maelström formé sur le fleuve Saint-Laurent ravage l’île de Montréal. L’événement est annonciateur d’un cataclysme de plus grande ampleur appelé à détruire le monde. On comprend alors que Vimarie, objectif des projets clandestins dépeints dans le roman, et auquel seules les trois protagonistes parviennent à accéder, constitue le lieu, tissé par les rêves et les aspirations utopiques, à partir duquel le monde pourra être reconstruit.

  • 27 Sabrina Calvo, Toxoplasma, Clamart, La Volte, 2017, p. 32 et p. 306.
  • 28 Ibid., p. 167.
  • 29 Ibid., p. 194.
  • 30 Ibid.
  • 31 Bulles informationnelles dans lesquelles les usagers des plateformes socionumériques s’enferment lo (...)
  • 32 Daniel Allington, « Théories du complot, radicalisation et médias numériques », Londres, Global Net (...)

18De ce point de vue, le dévoilement des manigances secrètes fusionne en partie avec la résistance que tentent d’opposer les hackers au dévoiement de leur éthique. L’internet, porteur à sa naissance des idéaux libertaires de hackers voyant en lui un outil d’émancipation face aux politiques néolibérales et aux entreprises transnationales, a en effet été mis à bas et remplacé par la « Grille », « un réseau réservé à l’élite, aux militaires, aux chercheurs […] que les riches et les puissants s’étaient tricoté sur mesure27 ». En réaction, les hackers participant à la révélation de la conspiration créent un nouvel espace de liberté autour du Trophonion, un réseau numérique alternatif permettant de « siphonner les bases de données privées du nouvel ordre mondial28 », réactivant au passage l’idée d’un pouvoir libérateur associé à l’informatique. Toutefois, ce pouvoir est mis à mal, car suite à l’effondrement de l’internet, « tout le monde a abandonné l’idée d’une connaissance partagée, accessible 24/2429 ». Nikki le souligne : « Nous vivons dans un monde en péril, déconnecté. À part pour les coureurs [les hackers], qui sont les seuls à pouvoir décrypter les arcanes de la Grille, cette vie est une vie redevenue analogique30. » On peut lire dans ce constat une certaine désillusion quant aux promesses numériques de contribuer à diffuser le savoir au bénéfice de tous. Dans la Commune de Montréal, comme sur les plateformes socionumériques de notre monde référentiel – qu’une part considérable de la recherche identifie, parce qu’elles se balkanisent et enferment leurs usagers dans des bulles de filtrage31, comme un facteur clef dans la radicalisation et la diffusion des théories conspirationnistes32 – le vide laissé par l’abandon du projet d’une connaissance partagée a cédé la place à la diffusion des élucubrations les plus invraisemblables.

Monde fragmenté et discours méta-conspirationniste 

19De fait, Toxoplasma ne se limite pas à rendre visibles les défaillances actuelles en fait de cohabitation au moyen d’une critique intégrant le dévoilement d’actions conspiratrices. Sa visée polémique se fonde également sur un discours réflexif interrogeant les théories du complot – un discours que l’on peut qualifier de méta-conspirationniste, et qui engage par ailleurs une réinterprétation originale de l’imaginaire du complot.

  • 33 Répandus outre-Atlantique, divers discours conspirationnistes associent les traînées d’avion dans l (...)
  • 34 Sabrina Calvo, Toxoplasma, op. cit., p. 103.
  • 35 Ibid., p. 77.
  • 36 Ibid., p. 103.

20À ce titre, l’omniprésence des discours conspirationnistes est signalée par des graffitis anti-chemtrails33 et des rumeurs circulant parmi les Communards voulant que le gouvernement empoisonne les abeilles et subventionne des corporations secrètes qui, désormais, auraient pris le contrôle de la vie quotidienne des habitants dans l’objectif de « remplacer la nature par du silicate34 ». Ces mêmes rumeurs avancent que l’eau aurait été contaminée par des « produits dangereux, placés là pour nous endormir – nous rendre faciles à pénétrer […] [et] que des extraterrestres « organis[e]nt la Commune pour tester la résilience de l’espèce humaine, une sorte de test ultime face à l’autorité35 ». Or, ces discours sont discrédités par l’héroïne du roman lorsqu’elle affirme : « Comment vous pouvez vivre en étant aussi parano36 ? » On peut également songer au moment où, évoquant les légendes autour de Roswell, elle associe les complots inventés à une façon de démissionner du réel.

21Dès lors, Toxoplasma vise moins à donner corps à des théories conspirationnistes fumeuses qu’à dépeindre de manière critique un milieu traversé par ces « théories » proliférantes. La Commune de Montréal fonctionne comme un vase clos où elles circulent sans frein, telle une mosaïque de mondes sociaux paranoïaques qui n’est pas sans rappeler l’espace public morcelé des plateformes socionumériques dont elle constitue une version miniature et analogique. Au-delà des barricades qui isolent la Commune, le sectarisme semble ainsi omniprésent, Calvo brossant le portrait d’un monde divisé :

  • 37 Ibid., p. 44.

22L’arrivée des fascistes au pouvoir aux USA a considérablement libéré la pensée spirituelle – les sectes sont à la mode, elles ont d’ailleurs fracturé plusieurs États là-bas, inaugurant la mode des micro-guerres civiles. Certains pensent même que c’est un modèle d’avenir. Quand les guerres en Europe ont pris le relais après la Septième Crise, c’est le monde qui s’était engouffré dans la brèche du mysticisme. Elle [Nikki] en sait quelque chose : elle a fui les griffes d’une communauté pseudo-chrétienne instrumentalisant la femme et refusant toute ouverture des frontières. Leur argument avançait d’obscures théories économico-théologiques mêlant avènement céleste et rétablissement du marché libre37.

23Des croyances aussi radicales qu’irrationnelles se bousculent et la possibilité de mener des débats sereins et de faire œuvre commune paraît désormais compromise, comme en témoignent les violences commises en leur nom.

  • 38 Sur la question de la cohabitation et de sa mise à mal au sein de sociétés enclavées ou balkanisées (...)
  • 39 Voir Alain Rey (dir.), Dictionnaire historique de la langue française, 4e éd., Paris, Le Robert, 20 (...)
  • 40 Voir Félix Gaffiot, Dictionnaire Gaffiot latin-français, Paris, Hachette, 2016, p. 358, p. 389 et p (...)
  • 41 Sabrina Calvo, Toxoplasma, op. cit., p. 305.

24Devant ce constat d’un monde fragmenté38, succombant aux délires conspirationnistes et aux croyances insensées, le roman esquisse en contrepartie une union dans la sympathie universelle, qui s’exprime par un retour à l’étymologie du terme « conspiration ». Rappelons qu’en latin, le substantif conspiratio désigne, entre autres, l’accord entre plusieurs personnes, et que le verbe conspirare signifie « être d’accord », au sens de « se liguer secrètement » ou de « s’entendre contre »39. Deux relectures créatives en sont proposées dans Toxoplasma. Selon la première, il est question de « respirer ensemble » (de con et spiratio40), l’animateur de la radio clandestine de la Commune assimilant la conspiration à un « mythe en perpétuelle évolution », conspirer revenant alors à « respirer ensemble, respirer la même histoire, le même mensonge41 ». Kim, une hacker de la Grille et une amie de Nikki, en livre une autre interprétation. Pour elle, la conspiration désigne, au sens figuré, l’harmonie obtenue par la rencontre de plusieurs voix ou souffles. Il ne s’agit plus de respirer le même mensonge, mais d’accéder à un plan symbolique collectivement partagé, celui de la Grille.

25Dans cette perspective, Kim assimile plus précisément la conspiration et l’action de conspirer à la « Pneuma » :

  • 42 Ou « bulletin board system », soit un serveur permettant l’échange et le stockage des messages et d (...)
  • 43 Sabrina Calvo, Toxoplasma, op. cit., p. 214-215.

La Pneuma est une conspiration, si « conspirer » est entendu au sens de « respirer ensemble ». Il avait été énoncé, quelque part sur un obscur BBS42, qu’il fallait créer un système de valeurs symboliques commun pour permettre aux systèmes de s’interfacer – une sorte d’interopérabilité sémantique. Dans un monde viscéralement individualiste, la Pneuma faisait office de déclaration d’intention, de Constitution implicite, de code moral43.

  • 44 Ibid., p. 215.
  • 45 Ibid., p. 214.
  • 46 Notons au passage que chez les stoïciens, cette notion de sympathie (sympatheia), porteuse de l’idé (...)
  • 47 Ibid., p. 519.
  • 48 Sur la question de la communauté cosmopolite dans le cyberpunk, voir Christophe Duret, « Entre arch (...)
  • 49 Sabrina Calvo, Toxoplasma, op. cit., p. 216.

26S’appuyant sur une terminologie empruntée à la mythologie grecque, les hackers de Toxoplasma se sont de fait dotés d’un langage informatique commun, dans l’idée de s’emparer « d’une vieille réalité pour édifier de nouveaux temples sur les ruines44 ». Leur utopie libertaire se fonde par exemple sur des « Oracles », des « Daemons », le « Trophonion » et des « Tritogénies », qui métaphorisent les technologies et pratiques informatiques. En reprenant la Pneuma aux Stoïciens, ce « souffle vital » ou « divin », les adeptes d’un réseau informatique libre et vu comme un « espace de jeu partagé45 » promeuvent par ailleurs l’idée d’une sympathie universelle46 voulant que « tout, dans l’univers, est lié à tout, et pourtant tout est individué, séparé, union et séparation47 ». L’idée d’un accès différencié à un plan symbolique partagé réactualise la notion stoïcienne dans les termes de l’utopie hacker des premiers usagers des réseaux de communication numérique – celle-là même qui imputait aux dispositifs informatiques la faculté de créer une communauté cosmopolite48, plurielle, prise par « l’ivresse d’un monde qui se créait au fur et à mesure, participant d’une racine commune et œuvrant dans la même direction49 ».

  • 50 Ibid., p. 204.

27Le principe de la cohabitation dans la sympathie universelle ne se limite pas, dans Toxoplasma, à une réactualisation de la notion stoïcienne de la Pneuma ; il s’intègre dans une pluralité d’imaginaires. Ainsi, Mei relit entièrement la Grille et son espace collectif à l’aide d’une théorie personnelle sur la toxoplasmose. Pour elle, en effet, le réseau est un monde collectif, un rêve tissé par des chats interconnectés : « En nous refilant leur parasite [le Toxoplasma gondii], les chats nous donnent ce qu’il faut pour avoir accès à leur espace collectif, et nous, par le biais de nos programmes, on y aménage des lieux d’échange, de stockage50 ». Au-delà de son caractère fantaisiste, ce propos permet de nouveau d’opposer l’idée d’une interconnexion généralisée à la désunion dans un monde déchiré.

  • 51 Ibid., p. 363.

28Dans cette perspective, l’imaginaire du complot ne fait pas uniquement l’objet d’une mise à distance polémique dans Toxoplasma : le roman ne se limite ni à lever le voile sur une machination, ni à mettre en intrigue une herméneutique du soupçon dégradée, épistémologiquement problématique. Il répond aussi à la tentative de construire un être-ensemble au-delà de la condition individuelle de chacun, sans que soit dénié à personne le droit de l’imaginer, de le traduire sous une forme qui lui est propre : en d’autres termes, une union dans la séparation. Il en ressort que « [l]es conspirations sont faites pour rester fluides. Ce sont des mythes vivants qui tolèrent et encouragent le paradoxe51 ».

  • 52 Ibid., p. 369.
  • 53 Ibid., p. 175.
  • 54 Ibid., p. 370.
  • 55 Nikki a quitté la France pour s’installer à Montréal. Si elle se défie des théories du complot, du (...)

29Les réinterprétations de la notion de conspiration permettent dès lors d’opposer un principe d’adelphité au constat d’un être-ensemble morcelé – celui-là même qui est souvent associé à l’imaginaire du complot. Cette reconfiguration se vérifie à la fin du roman, alors que le voile est levé sur le mystère entourant la forêt magique de Vimarie. À côté des sombres recherches clandestines liées au projet MK-Ultra et à Vectracom s’expose alors une « conspiration vivante52 » : l’expression désigne la forêt magique de Vimarie, vue, à l’instar du Trophonion, comme un espace symbolique partagé. Alors que la catastrophe s’abat sur Montréal et emporte le monde avec elle, le passage ouvert sur Vimarie est temporairement épargné, ce qui laisse le temps à Nikki, Kim et Mei de l’emprunter après avoir formé une « Tritogénie ». Chez les hackers de Toxoplasma, ce terme ne désigne plus la déesse Athéna, mais un trio composé de pirates informatiques travaillant de concert à une même tâche, une formation qui « devient de plus en plus rare […] [alors que] [t]out s’individualise à grande vitesse53 ». Il prend par ailleurs une nouvelle signification à la fin du roman, où il permet de rendre compte de l’adelphité qui unit Nikki, Kim et Mei, présentées comme la nouvelle incarnation des trois sœurs issues des Premières nations victimes des expériences du Dr Cameron dans les années 1950. Ce lien, c’est l’union dans la séparation, car sont réunies dans un esprit cosmopolite – la Tritogénie est en effet « formée au-delà des frontières54 » – trois femmes aux horizons, aux imaginaires et aux convictions les plus diverses55. La Tritogénie, si l’on veut, désigne la conjonction des voix des protagonistes en une con-spiration, car c’est dans la rencontre de ces trois nouvelles sœurs que l’accès à Vimarie redevient possible, ce lieu à partir duquel le monde pourra renaître sur de meilleures bases après sa destruction. La sympathie universelle se réalise ainsi non pas dans l’espace sociopolitique de la Commune, mais dans l’espace utopique de la conspiration vivante. Déclenchée par la Tritogénie, celle-ci renvoie in fine à un processus d’ouverture sur autrui en vertu duquel cèdent toutes les divisions.

*

30À la mise en récit d’actions conspiratrices associées à d’obscures manipulations se conjugue donc, dans Toxoplasma, un discours méta-conspirationniste original par sa dimension utopique. Le roman figure à ce titre une carte cognitive du cohabiter contemporain qui ne se limite pas à la représentation polémique d’un espace où le vivre-ensemble est mis à mal par le repli sur soi, la paranoïa et le sectarisme. La cartographie singulière qu’il déploie engage aussi l’expression d’une aspiration utopique par laquelle un imaginaire du complot mortifère – auquel répondent les manipulations concrètes que dépeint le roman – cède le pas à un imaginaire de la conspiration vivante.

31Dès lors, Toxoplasma consiste moins en la réalisation figée d’un projet concret de société parfaite – ce que la présence d’une Commune libertaire opposée à un monde traversé par le fascisme et les crises aurait pu suggérer – que dans l’esquisse d’un élan utopique, se traduisant par la mise en harmonie des voix au-delà de leur discordance initiale. À ce sujet, l’autrice affirme, lors d’un entretien :

  • 56 Citée dans Christophe Duret, « D’un “Éden foiré” à un “futur queer”. Entretien avec Sabrina Calvo » (...)

Je ne me pose pas la question de l’utopie réalisée. Jamais. Je pense que nous n’avons que des trajectoires vers. La réalisation, mettons, d’une société anarchiste ne me paraît pas possible, compte tenu des ressources limitées du monde, des convoitises, de l’avidité et des pulsions d’appropriations. Mais nous pouvons tout faire, de notre vivant, pour laisser glisser et lentement amener l’idée d’une direction – tendre vers, tout en tenant compte des contraintes glaciales de l’humain. Le vivant, c’est ce qui s’échappe, nous échappe en tant qu’espèce. C’est de ça que je veux parler, et que j’essaye de vivre […] : contribuer à une direction pour garder vivants nos questionnements, nos enjeux. Et, pourquoi pas, essayer de vivre certaines de ces solutions56.

32En d’autres termes, la cartographie cognitive ne doit pas réifier le territoire du vivant. Elle doit plutôt laisser libre cours à la circulation du vivant, dans sa volonté de faire monde selon le principe de la sympathie universelle et/ou de cohabiter en excluant tout dogmatisme – celui-là même qui mine quantité de discours complotistes.

Haut de page

Notes

1 Kevin Lynch, The Image of the City, Cambridge, The MIT press, 1960.

2 Fredric Jameson, Le Postmodernisme ou la logique culturelle du capitalisme tardif [Postmodernism, or The Cultural Logic of Late Capitalism, 1991], trad. Florence Nevoltry, Paris, ENSBA, 2007, p. 101.

3 Ibid., p. 104.

4 Ibid., p. 37-38.

5 Ibid., p. 38.

6 Ibid.

7 Science pionnière dans le développement de l’informatique, de la robotique, de l’intelligence artificielle et des neurosciences, la cybernétique est née aux États-Unis dans les années 1940 autour des conférences Macy. Son nom provient du grec κυβερνήτης (kybernètès) et désigne initialement le pilote d’un bateau. Sous la plume de Norbert Wiener, qui définit les fondements de la cybernétique dans son ouvrage Cybernetics, or Control and Communication in the Animal and the Machine (1948), il devient question d’une science de la commande (control) et de la communication chez les animaux (ce qui inclut les humains) et les machines : une science du pilotage des dispositifs et des systèmes, en d’autres termes, qui veille à leur bon fonctionnement sur la base de mécanismes de régulation, et ce, indifféremment de leur nature, qu’il s’agisse de machines, d’organismes vivants, d’écosystèmes, de sociétés, de villes ou d’entreprises, par exemple. C’est sur la base de l’information obtenue au sujet des composantes de ces dispositifs ou de ces systèmes que l’on maintient leur intégrité en apportant des ajustements, suivant le principe de la rétroaction négative.

8 Neuromancer est considéré comme le roman phare du cyberpunk. Il relate une opération de piratage menée pour le compte d’un commanditaire anonyme. L’objectif est de percer les défenses informatiques d’une puissante firme dans le but de libérer une intelligence artificielle douée de conscience du nom de Wintermute, ce qui permet sa fusion avec Neuromancer, une autre intelligence artificielle. La nouvelle entité, munie de capacités surhumaines, se déverse dans le cyberespace et en prend le contrôle. Le roman comporte par ailleurs toute une série d’intrigues politiques visant à orienter l’évolution de l’humanité par la technologie. Le récit prend fin avec l’avènement d’une posthumanité.

9 Le terme renvoie au modèle d’« une entreprise dotée de capacités d’assemblage d’éléments produits dans différentes parties du monde pour répondre aux attentes d’une société de consommation qualifiée de globale. Le fonctionnement de la firme globale […] repose désormais sur un sérieux travail d’échanges, de communication et de coopération entre équipes dites “virtuelles” parce que vivant dans des continents et pays différents. », Cynthia Ghorra-Gobin, « À l’heure de la “deuxième” mondialisation, une ville mondiale est-elle forcément une ville globale ? », Confins, n° 5, 2009, § 1 [en ligne], URL : https://doi.org/10.4000/confins.5726 [consulté le 14/12/2022].

10 Thomas Moylan, « Global Economy, Local Texts. Utopian/Dystopian Tension in William Gibson’s Cyberpunk Trilogy », dans Graham J. Murphy et Sherryl Vint (dir.), Beyond Cyberpunk. New Critical Perspectives, New York / Londres, Routledge, 2014, p. 81-82.

11 Ibid., p. 82.

12 Ibid.

13 Christophe Duret, En des verres miroirs, obscurément ; Une lecture mésocritique de l’habiter urbain dans la fiction cyberpunk (Mésalgie, tome II), Sherbrooke, Les Éditions de l’Inframince, 2023 [en ligne], URL : https://doi.org/10.25547/XVZ8-V773 [consulté le 01/05/2023].

14 Christophe Duret, « Le goût pour le Moyen Âge dans les fictions post-catastrophiques contemporaines. Une lecture mésocritique », thèse de doctorat en études françaises, Université de Sherbrooke, Canada, 2019, p. 143 [en ligne], URL : https://savoirs.usherbrooke.ca/handle/11143/1605[consulté le 14/12/2022].

15 Voir Christophe Duret, « Le cyberpunk et son futur réalisé au prisme du discours méta-cyberpunk de la décennie 2010 », Bibliomanie. Letterature, storiografie, semiotiche, nº 54, décembre 2022 [en ligne], URL : https://www.bibliomanie.it/ ?p =10277 [consulté le 30/04/2023].

16 Le terme, proposé en 1999 par Florence Montreynaud dans Le Manifeste des Chiennes de garde, désigne les liens de solidarité et d’harmonie entre les personnes indépendamment de leur genre (par opposition aux termes « fraternité » et « sororité », d’usage plus courant).

17 Sabrina Calvo, citée dans Estelle Hamelin, « La nuit des labyrinthes. Les secrets d’écriture de Sabrina Calvo », ActuSF, 24 novembre 2020, § 7 [en ligne], URL : https://www.actusf.com/detail-d-un-article/la-nuit-des-labyrinthes-les-secrets-décriture-de-sabrina-calvo [consulté le 14/12/2022].

18 À l’image de la conspiration des XX dans la bande dessinée XIII (1984-) de Jean Van Hamme.

19 Paul Ricœur, Temps et récit, tome 1 : L’intrigue et le récit historique, Paris, Éditions du Seuil, 1983, p. 127.

20 Fredric Jameson, Archaeologies of the Future. The Desire Called Utopia and Other Science Fictions, New York / Londres, Verso, 2005, p. 267.

21 Ibid., p. 271.

22 En s’ap­puyant sur les bases de données Internet Movie Database (IMDB) et The Cyberpunk Database, il est possible de constater une produc­tion sans précédent d’œuvres cyberpunk au cours des dix der­nières années. En regroupant les 412 films, séries télévisées, et jeux vidéo cyberpunk listés par décennie dans l’Internet Movie Database de 1980 à aujourd’hui, on constate qu’un peu plus du tiers date de 2010 à 2019 (140 sur 412). Si l’on se prête au même exercice en retenant les 1227 entrées compilées dans The Cyberpunk Database, c’est plus de 43 % d’entre elles qui ont été produites lors de la dernière décennie.

23 Le capitalisme de surveillance renvoie à un système économique dont le modèle d’affaires est axé sur la collecte et l’analyse du surplus comportemental des usagers et des consommateurs de services ou de produits numériques (leurs données personnelles, essentiellement, lorsqu’elles ne sont pas employées strictement dans le but d’améliorer les services et produits offerts), ceci à des fins de prédiction et de manipulation des comportements sur le marché publicitaire, notamment. Voir Shoshana Zuboff, The Age of Surveillance Capitalism. The Fight for a Human Future at the New Frontier of Power, Londres, Profile Books, 2018.

24 Voir Christophe Duret, En des verres miroirs, obscurément, op. cit.

25 Michel Foucault, Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 1975.

26  Rebecca Lemov, « Brainwashing’s Avatar : The Curious Career of Dr. Ewen Cameron », Grey Room, n° 45, automne 2011, p. 61-87.

27 Sabrina Calvo, Toxoplasma, Clamart, La Volte, 2017, p. 32 et p. 306.

28 Ibid., p. 167.

29 Ibid., p. 194.

30 Ibid.

31 Bulles informationnelles dans lesquelles les usagers des plateformes socionumériques s’enferment lorsqu’ils sont uniquement en contact avec des contenus médiatisés conformes à leurs valeurs et opinions, ce qui limite la possibilité de rencontrer une pluralité de points de vue ou d’informations. Voir sur ce point Eli Pariser, The Filter Bubble. How the New Personalized Web is Changing What We Read and How We Think, New York, Penguin, 2011.

32 Daniel Allington, « Théories du complot, radicalisation et médias numériques », Londres, Global Network on Extremism and Technology, 2021 [en ligne], URL : https://gnet-research.org/wp-content/uploads/2021/03/GNET-Conspiracy-Theories-Radicalisation-Digital-Media-French.pdf [consulté le 14/12/2022].

33 Répandus outre-Atlantique, divers discours conspirationnistes associent les traînées d’avion dans le ciel (« chemtrails » en anglais) à des tentatives d’empoisonnement, orchestrées en haut lieu, des populations civiles.

34 Sabrina Calvo, Toxoplasma, op. cit., p. 103.

35 Ibid., p. 77.

36 Ibid., p. 103.

37 Ibid., p. 44.

38 Sur la question de la cohabitation et de sa mise à mal au sein de sociétés enclavées ou balkanisées dans le cyberpunk de la décennie 2010, voir Christophe Duret, En des verres miroirs, obscurément, op. cit. Voir également, dans le cas plus spécifique du roman Melmoth Furieux de Sabrina Calvo : Christophe Duret, « Maillage/quadrillage : Le cohabiter contemporain au prisme du roman Melmoth Furieux, de Sabrina Calvo », Synergies Portugal, n° 10, sous presse.

39 Voir Alain Rey (dir.), Dictionnaire historique de la langue française, 4e éd., Paris, Le Robert, 2010, p. 2363.

40 Voir Félix Gaffiot, Dictionnaire Gaffiot latin-français, Paris, Hachette, 2016, p. 358, p. 389 et p. 1249.

41 Sabrina Calvo, Toxoplasma, op. cit., p. 305.

42 Ou « bulletin board system », soit un serveur permettant l’échange et le stockage des messages et des fichiers entre ordinateurs en passant par le réseau téléphonique. Les BBS sont entrés en usage à partir de la fin des années 1970.

43 Sabrina Calvo, Toxoplasma, op. cit., p. 214-215.

44 Ibid., p. 215.

45 Ibid., p. 214.

46 Notons au passage que chez les stoïciens, cette notion de sympathie (sympatheia), porteuse de l’idée de consensus, d’accord, est étroitement liée à celle de sympnoia, que le latin traduit par conspiratio. Voir Valéry Laurand, « La sympathie universelle. Union et séparation », Revue de métaphysique et de morale, n° 48, 2005, p. 524.

47 Ibid., p. 519.

48 Sur la question de la communauté cosmopolite dans le cyberpunk, voir Christophe Duret, « Entre architecture de forteresse et communauté écouménale : les figures du cohabiter dans la franchise vidéoludique WATCH_DOGS », dans Maude Deschênes-Pradet et Christophe Duret (dir.), Habiter les espaces autres de la fiction contemporaine. Utopies, dystopies, hétérotopies, Sherbrooke, Éditions de l’Inframince, 2022.

49 Sabrina Calvo, Toxoplasma, op. cit., p. 216.

50 Ibid., p. 204.

51 Ibid., p. 363.

52 Ibid., p. 369.

53 Ibid., p. 175.

54 Ibid., p. 370.

55 Nikki a quitté la France pour s’installer à Montréal. Si elle se défie des théories du complot, du mysticisme et des sectes dont les croyances lui paraissent aberrantes, elle s’évade néanmoins dans la nostalgie des années 1980 et un imaginaire alimenté par les films de série B, dont elle fait une consommation boulimique. Kim est Marocaine et consulte les Oracles avant de se lancer dans une nouvelle opération de piratage informatique. Mei, enfin, est d’ascendance iroquoise et croit vivre dans un rêve tissé par des chats interconnectés.

56 Citée dans Christophe Duret, « D’un “Éden foiré” à un “futur queer”. Entretien avec Sabrina Calvo », dans Maude Deschênes-Pradet et Christophe Duret (dir.), Habiter les espaces autres de la fiction contemporaine, op. cit., p. 254.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. 1
Légende Films et séries cyberpunk listés sur la base de données IMBD
Crédits Christophe Duret, En des verres miroirs, obscurément, op. cit., p. 36.
URL http://journals.openedition.org/elfe/docannexe/image/5464/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Tableau 1.2
Légende Œuvres cyberpunk listées sur la base de données The Cyberpunk Database
Crédits Christophe Duret, En des verres miroirs, obscurément, op. cit., p. 36.
URL http://journals.openedition.org/elfe/docannexe/image/5464/img-2.png
Fichier image/png, 10k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Duret, « Cartographier le cohabiter contemporain. Conspiration et discours méta-conspirationniste dans Toxoplasma (2017) de Sabrina Calvo »Elfe XX-XXI [En ligne], 12 | 2023, mis en ligne le 18 septembre 2023, consulté le 27 septembre 2023. URL : http://journals.openedition.org/elfe/5464 ; DOI : https://doi.org/10.4000/elfe.5464

Haut de page

Auteur

Christophe Duret

Détenteur d’une Maîtrise en communication et d’un Doctorat en études françaises de l’Université de Sherbrooke, où il enseigne la communication à titre de chargé de cours depuis 2016, Christophe Duret vient de terminer un stage postdoctoral au Laboratoire universitaire de documentation et d’observations vidéoludiques (LUDOV) de l’Université de Montréal, dans le cadre duquel il a mené un projet de recherche sur la représentation de l’habiter urbain dans les fictions cyberpunk de la décennie 2010. En plus d’avoir co-dirigé les collectifs Habiter les espaces autres de la fiction contemporaine. Utopies, dystopies, hétérotopies (Les Éditions de l’Inframince, 2022), Ici et maintenant. Les représentations de l’habiter urbain dans la fiction contemporaine (Lévesque Éditeur, 2022) et Contemporary Research on Intertextuality in Video Games (IGI Global, 2016), il est l’auteur de près d’une quarantaine de publications scientifiques en français, en anglais et en portugais, dont les essais En des verres miroirs, obscurément, et Moyen Âge post-catastrophique (tous deux parus en 2023 aux Éditions de l’Inframince), et plusieurs articles dans des revues internationales telles que Sciences du Jeu, Communication & organisation, Recherches en communication, Intermédialités, Quêtes littéraires et Itiné­raires : Littérature, Textes, Cultures. Ses champs d’intérêt en recherche portent sur la mésocritique, les études vidéoludiques, l’intermédialité, la transmédialité, les études surveillancielles et les études utopologiques.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Creative Commons - Attribution 4.0 International - CC BY 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search