Navigation – Plan du site

AccueilNuméros13Expérimentations contemporainesJuliette Mézenc : une écriture po...

Expérimentations contemporaines

Juliette Mézenc : une écriture poreuse en écosystème numérique

Juliette Mézenc : porous writing in a digital ecosystem
Elisa Bricco

Résumés

Juliette Mézenc est une auteure qui se situe à la lisière du champ littéraire français contemporain, où elle combine la publication papier et numérique, utilisant des pratiques littéraires non traditionnelles pour diffuser ses textes. Elle opère dans un écosystème numérique, mêlant écriture en ligne et éditions traditionnelles avec de petites maisons d’édition. Elle utilise divers médias numériques, comme les blogues et les jeux vidéo littéraires et développe des projets qui entremêlent le web et le papier, comme Sujets sensibles et Poreuse. Le travail de Mézenc inclut aussi des ateliers d’écriture, des performances et des vidéopoèmes. Elle a créé des œuvres transmédia comme Le journal du Brise-lames, un projet hybride combinant texte, son et images en un univers 3D. Son approche littéraire, influencée par les possibilités offertes par le numérique, favorise une écriture fragmentaire et poreuse qui s’imprègne de la réalité physique et humaine. Par exemple, le personnage principal de Des espèces de dissolution, explore le territoire montagnard, le texte mêlant réalité géographique et expériences oniriques, tandis que Poreuse intègre des histoires de migrants. Mézenc développe ainsi une exploration littéraire innovante qui dépasse les limites traditionnelles de la publication, intégrant pleinement les médias numériques pour créer un réseau complexe et interconnecté de textes et d’expériences.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Magali Nachtergael parle à ce sujet de « sélection pas très “naturelle” du monde éditorial », qui d (...)
  • 2 Lionel Ruffel, « L’imaginaire de la publication. Pour une approche médiatique des littératures co (...)
  • 3 Voir Milad Doueihi, « Un humanisme numérique », Communication & langages, n° 167, 2011, p. 3-15 : « (...)
  • 4 Gilles Bonnet, Pour une poétique du numérique, Paris, Hermann, 2017, p. 18.
  • 5 Ibid., p. 8.

1Dans le contexte de la production littéraire contemporaine, Juliette Mézenc se positionne dans un espace particulier, une lisière du champ littéraire où la publication papier est doublée par la publication numérique, où les pratiques littéraires hors du livre contribuent à faire rayonner ses textes dans des endroits où cela n’était pas prévu par la tradition. Ces pratiques diverses, issues d’expériences variées, sont tout à fait conformes au développement contemporain de la création littéraire où des mouvements centrifuges disséminent les actions littéraires hors des terrains battus, et où des mouvements centripètes travaillent au contraire à reléguer la production littéraire aux formats de l’imprimerie et la soumettre aux lois du marché du livre1. Comme l’a bien relevé Lionel Ruffel, aujourd’hui « on passe d’une représentation et donc d’un imaginaire du littéraire centré sur un objet-support, le livre, à un imaginaire du littéraire centré sur une action et une pratique : la publication.2 » La production littéraire de Juliette Mézenc sort de la fixité rassurante de l’imprimé3 pour s’étendre dans des réseaux numériques et des lieux multiples, et est exemplaire des expériences que Gilles Bonnet prend en compte dans son ouvrage consacré à la Poétique du numérique. Il s’agit de la « littérature blog [située] à la frontière entre la littérature numérique et la littérature traditionnelle4 ». Une littérature qui se construit dans et avec le numérique : « l’écranvain éprouve l’écriture sur Internet comme une pratique créatrice multi-supports ou transmédiatique […], multimédia […] un réseau de liens venant détisser la linéarité de la lecture de [s]es productions.5 »

  • 6 Mézenc elle-même se positionne sous le sceau de Deleuze et cite les propositions contenues dans Mil (...)
  • 7 Nicolas Bourriaud, Radicant. Pour une esthétique de la globalisation, Paris, Denoël, 2009, p. 58.

2Dans les pages suivantes, je prendrai en compte les différentes pratiques littéraires de l’autrice et j’indiquerai la relation étroite entre les pratiques d’écriture, les supports utilisés et les expériences menées avec des publics divers, afin de démontrer la convergence de toutes ces activités dans la composition d’une entreprise auctoriale contemporaine. La figure du rhizome pourrait être mise à contribution pour rendre compte du foisonnement des activités de l’autrice,6 toutefois je préfère lui appliquer celle du radicant qui s’adapte aux terrains divers poussant et créant de nouvelles racines, lui permettant de s’épanouir et de se multiplier. Comme le suggère Nicolas Bourriaud, cette manière de se propager peut être utilisée pour « qualifie[r] ce sujet contemporain tenaillé entre la nécessité d’un lien à son environnement et les forces du déracinement, entre la globalisation et la singularité, entre l’identité et l’apprentissage de l’Autre.7 » L’écriture qui se fait radicante se propage d’une plate-forme à une autre, se développe profitant de toutes les occasions possibles et garde son unicité et sa singularité malgré tout, en s’adaptant aux terrains différents.

  • 8 Jean-Marie Gleize, « Pour une écriture impliquée », Littérature : quelle est la question ?, Lignes, (...)
  • 9 Ibid., p. 95.

3Les activités littéraires et les textes de Juliette Mézenc se situent aussi dans le contexte de la poésie comme résistance évoqué récemment par Jean-Marie Gleize8, qui considère l’écriture poétique comme une pratique minoritaire et mineure mais, pour cela, libre des injonctions du marché. Profitant de la liberté éditoriale dérivée de l’affranchissement des lois économiques, la pratique littéraire mineure devient un terrain d’expérimentation et de partage d’expériences. Dans la suite de cette réflexion, on envisagera l’action littéraire de Mézenc en démontrant comment l’écrivaine participe de ce mouvement d’écriture où est mise en œuvre une « tentative pour restituer dans l’écrit une sorte de temps-espace tout à la fois très présent et très inconnu, très évident et très illisible, indéchiffrable. [C]omme relance permanente des questions posées au réel, suscitées par la résistance du réel [...].9 » Ainsi, pourra-t-on repérer les traces de la littérature imbriquée dans le réel, nourrie de l’actualité et des échanges avec les lectrices et les lecteurs.

Les expériences de l’écriture avec le numérique

  • 10 Emmanuelle Lescouet, « L’écriture non linéaire : Entretien avec Juliette Mézenc », Le carnet de la (...)
  • 11 « Mézenc, Juliette », Féroce marquise, [En ligne], URL : https://ferocemarquise.org/mezenc-juliette(...)
  • 12 Juliette Mézenc, Sujets sensibles, Montpellier, Publie.net, 2009.

4Juliette Mézenc est une écrivaine aux activités multiples qui constituent des expérimentations nourrissant son écriture. Quelques-unes de ses présentations en ligne sur les sites d’institutions avec lesquelles elle a collaboré ou des maisons d’éditions où elle publie ses ouvrages, ou encore celles des magazines en ligne qui s’intéressent à ses textes, sont utiles pour tracer son portrait : on y lit par exemple que « Juliette Mézenc est une écrivaine qui vit dans les Cévennes, en France. Elle travaille avec les éditions de l’Attente et publie.net, en numérique et sur papier. Elle manipule des blogues, des vidéopoèmes et des jeux vidéo littéraires.10 » On découvre ainsi que « ses terrains de jeu [sont] : l’écriture “entre les genres”, la fiction transmédia, la performance et le vidéopoème. Elle mène également de nombreux ateliers d’écriture auprès de publics très variés.11 » Cette forte présence sur le web est le révélateur des enjeux de son activité d’écriture : c’est François Bon qui découvre son blog en 2009 et lui propose de le publier sur publie.net. À partir de la sortie de Sujets sensibles12, Juliette Mézenc travaille régulièrement à l’entrecroisement du web et de la publication papier.

  • 13 Gilles Bonnet, Pour une poétique du numérique, op. cit., p. 330.
  • 14 Ibid., p. 219-263.

5Elle a publié, encore chez publie.net, Poreuse (2017) et Le Journal du Brise-lamess (2020), tandis que chez les éditions de l’Attente sont parus Elles en chambre (2014), Laissez-passer (2016), Des espèces de dissolution (2019) et, plus récemment, Cahiers de Bassoléa. Almanach pratique et poétique (2022). En véritable écranvaine, Mézenc mène une activité d’écriture en ligne et de larges pans de son travail se trouvent dans les blogs et les sites qu’elle a utilisés à différentes occasions. Elle participe ainsi au mouvement contemporain de « […] percolation du web au sein de la production littéraire, voire de la prégnance désormais d’un véritable écosystème numérique voué à rabattre les cartes du fait littéraire.13 » En suivant l’argumentation de Bonnet, il est clair que l’activité de Juliette Mézenc se situe dans les pratiques qu’il a recensées : le blog comme journal de travail qui s’écrit au jour le jour et dans les circonstances diverses, notamment lors des résidences de création et de partage avec le public, et le site, ou mieux le site « e-ssai14 ». La publication sur la Toile permet à l’écrivaine de se pencher sur son projet littéraire et de l’illustrer au public. Dans le premier billet de son premier blog, hébergé sur Overblog, daté du 23 décembre 2006, on peut lire son programme et ses motivations :

Les textes : ceux qui piaffent encore, ceux qui ne peuvent se résoudre à rester lettre morte, ceux qui demandent, qui exigent un espace autre que l’exiguïté du tiroir (peur n° 12 de l’enfant juliette : être enterrée vivante), ceux qui sortent de l’œuf, aussi. Et puis ceux qui n’ont aucune chance d’être lus un jour si ce n’est sur ce blog parce que : trop long pour une nouvelle, trop court pour un roman, trop bizarre, trop dissonant, pas assez roman. Envie de leur donner une chance. Malgré tout. Et comme Tout le reste est… Continuons donc à travailler15.

  • 16 Isabelle Escolin-Contensou, « Le blog, nouvel espace littéraire entre tradition et reterritorialisa (...)
  • 17 Dans un récent entretien, Mézenc explique ses propos lors de la création du site : « Pour revenir à (...)

6À partir de juillet 2012 on peut suivre le développement des travaux de Mézenc sur le site Mot maquis. Les rubriques typiques d’un site auctorial nous permettent de percevoir l’ampleur des sujets abordés et d’en suivre le développement progressif, de percevoir le croisement des actions et activités de l’autrice, de remarquer les interférences et les rebondissements entre les billets publiés. Encore plus que le blog, le site devient un véritable « opérateur de mémoire16 » virtuel grâce à l’organisation des contenus dans une structure hiérarchisée de pages thématiques – À propos, Chantiers, FPS littéraire, Ateliers d’écriture, Vrac, Liens vers. De plus, sa construction reprend le fonctionnement antéchronologique du blog, où tout nouveau billet se superpose au précédent. Et le site encourage aussi la relation active avec les internautes, vu qu’ils peuvent insérer leurs commentaires et dialoguer avec l’autrice17. La division en rubriques coupe cependant le flux des billets, en accompagnant le lecteur dans des pistes prévues ; les hyperliens le stimulent à découvrir les nouveautés par les traces parsemées dans les pages et à construire son parcours de découverte du site et des activités de l’écrivaine.

  • 18 Bonnet consacre également au blog de résidence un chapitre de sa synthèse : « Le blog s’impose […] (...)
  • 19 Juliette Mézenc, Almanach Mézenc, [En ligne], URL : https://www.ateliersmedicis.fr/le-reseau/projet (...)
  • 20 Juliette Mézenc, « About », ALMANACH MÉZENC encyclopédie crossmedia, questionneuse et résolument li (...)
  • 21 En fait, le site fonctionne un peu comme un outil de veille à l’usage des internautes, et sans dout (...)

7Au fil des années et au gré des projets, les supports et les plateformes utilisés par Mézenc se multiplient18, comme Wordpress qui a été utilisée à l’occasion d’un atelier d’écriture en milieu scolaire en 2014. Annoncé lors d’une résidence aux Ateliers Médicis19, où elle a animé une série d’activités avec les élèves d’une école primaire, l’Almanach Mézenc se déploie dans plusieurs espaces numériques : après son apparition sur le site des Ateliers Médicis où il constitue une sorte de site de résidence, on peut le parcourir dans ses diverses propositions de lecture, bifurcations, hyperliens, etc. dans un autre blog hébergé encore par Wordpress, ALMANACH MÉZENC encyclopédie crossmedia, questionneuse et résolument littéraire20. Enfin, le site Mot maquis reprend les liens et les fait converger en son centre de manière à éviter la dispersion naturelle du web21.

8En suivant le cheminement et les transformations de l’Almanach Mézenc dans le web, on aperçoit la constitution d’un véritable projet littéraire qui aboutit en 2020 à la publication d’un livre de gros format. Dans le Mot maquis elle résume ainsi le projet :

  • 22 Juliette Mézenc, « Essayons de nous rassembler un peu », Mot maquis, [En ligne], URL : http://motma (...)

[..] chantier crossmédia qui se concrétise peu à peu sous différentes formes : expositions, performances, publications sur sites… et aussi sous la forme d’un FPS littéraire, jeu vidéo dans lequel le lecteur a la possibilité d’explorer librement un univers en 3D fait de textes, sons et images22.

9L’autrice utilise le concept de crossmédia pour définir son chantier en cours parce que la recherche dans la région des Hautes Alpes se déploie sur plusieurs plateformes et se réverbère d’un support à un autre :

  • 23 Juliette Mézenc, « Almanach Mézenc, About », [En ligne], URL : https://almanachmezenc.wordpress.com (...)

Parce qu’un almanach est le plus souvent étroitement lié à une région particulière, et que cette forme me semble donc convenir à merveille à cette tentative d’explorer le massif du Mézenc tous azimuts, de l’épuiser par la marche, l’observation, la contemplation, mais aussi la recherche documentaire sur internet, les services de navigation virtuelle et les logiciels de cartographie, et ainsi, au fur et à mesure, dans le temps qui sera nécessaire, écrire les expériences multiples qui naîtront de cette fréquentation assidue du lieu23.

Les enjeux du numérique dans les écritures de Juliette Mézenc

10Cette présentation des activités littéraires de Juliette Mézenc hors du livre et dans le web n’est pas exhaustive ; on peut se référer au site Mot maquis pour avoir plus d’informations. Ce panorama visait pourtant à introduire la pratique mouvante, mixte et poreuse de cette écranvaine, pour qui l’expérience du web est fondamentale.

11Comme exposé ci-dessus, sa pratique de l’écriture à l’écran et dans le réseau Internet remonte plus ou moins à l’année 2006, lorsque le web 2.0 commençait à se développer et à se répandre en ligne et dans nos activités de communication et de lecture au quotidien. On peut affirmer qu’elle a profité des atouts que l’environnement médiatique lui offrait et que ce système et ses caractéristiques intrinsèques convenaient à sa manière de penser et de créer en littérature : l’écriture fragmentaire, la quête toujours en cours, et la perméabilité avec la réalité physique des êtres et des choses.

12La réflexion ci-dessous, de Milad Doueihi, est utile pour rendre compte du contexte numérique des premières années du nouveau millénaire, et donc de l’environnement où l’autrice a commencé ses activités :

  • 24 Milad Doueihi, « Un humanisme numérique », art. cit., p. 3.

La nécessité de penser cette culture numérique, sa complexité et sa nouveauté tient au triomphe de l’hybride dans nos civilisations, au passage continuel entre le concret et le virtuel, à l’exploitation de la tournure anthologique, de la polyphonie de l’identité et de ses assises dans le mouvement de sémantisation24.

13Ces mots peuvent être appliqués tels quels à l’œuvre de Juliette Mézenc où nous suivons les mouvements des narrateurs aux voix multiples ; où nous nous égarons dans des espaces intermédiaires entre l’ici et l’ailleurs ; nous nous frottons avec la réalité la plus concrète qui en même temps échappe à toute emprise ; et nous sommes entraînés à nous mesurer avec un texte fragmenté, allusif, bancal et évocateur. Avant de présenter les spécificités littéraires de ces textes, il est utile de se pencher encore sur le développement de cette écriture afin de mieux situer l’activité littéraire de l’autrice.

  • 25 François Bon, Après le livre, Paris, Seuil, 2011.

14En 2006, François Bon sollicite la publication d’une série de textes parus sur son blog chez la maison d’édition numérique qu’il a créée, publie.net. Sujets sensibles est un ouvrage illustrant plusieurs affirmations contenues dans Après le livre25, où l’écrivain-éditeur expose sa théorie du livre et de l’écriture au temps du numérique. Outre la pratique de l’écriture sur ordinateur, contestée par « les écrivains imperturbables », c’est la pratique de la lecture non linéaire qui est induite par les billets des blogs :

  • 26 Ibid., p. 131.

Avec la publication sur blog, rythmée et indexée selon le jour de publication du billet, et nos propres usages de consultation quotidienne de nos agrégateurs, nous lisons chaque page Web comme une histoire complète. Pourtant (et ce mouvement tend à s’intensifier), la plupart des blogs proposent des séries, des ensembles construits, appellent à découvrir rétrospectivement ces ensembles de façon continue. De ce point de vue, ce qu’on nomme « livre numérique » pourrait n’être que cette construction rétrospective d’une écriture fragmentée – mais cette fragmentation dans le temps d’écriture était déjà celle de la littérature en général (la contrainte des cent vingt mots quotidiens que s’imposait Stevenson), et c’est le temps long de la publication matérielle du livre imprimé qui nous rendait invisible ce processus de recomposition – dont Henri Michaux fera, a contrario, le principe d’organisation même de ses livres aboutis26.

  • 27 Pascal Quignard, Une gêne technique à l’égard des fragments, Saint-Clément-de-Rivière, Éditions Fat (...)
  • 28 Voir Alain Montandon, Formes brèves, Paris, Hachette supérieur, 1992.

15L’auteur pointe du doigt une spécificité de l’écriture numérique et notamment celle liée à l’utilisation du web 2.0 concernant la parcellisation des écrits en fragments. Déjà Pascal Quignard dans Une gêne technique à l’égard des fragments27 a démontré que, derrière la fragmentation textuelle, le lecteur pouvait suivre le discours de l’auteur qui se déploie d’un fragment à l’autre, et aussi que la découverte des relations intrinsèques évidentes et cachées entre les morceaux était l’une des sources du plaisir de la lecture. Phénomène très contemporain, la fragmentation est présente dans tous les livres de Juliette Mézenc, et l’esthétique du fragment28 peut être convoquée afin d’en saisir les spécificités narratives. Pourtant, la relation entre l’écriture numérique et la forme brisée du texte qui peut paraître naturelle en environnement digital, n’était pas une évidence pour elle dès le début :

  • 29 Emmanuelle Lescouet, « L’écriture non linéaire : Entretien avec Juliette Mézenc », 10 janvier 2022, (...)

Pour le numérique, j’y suis arrivée parce que mon premier texte a été publié sur publie.net. Autrement, je n’aurais pas pensé à la littérature numérique, mais ça m’a stimulée. Peu à peu, en lisant certains articles, j’ai vu les possibilités du numérique, que c’était bien autre chose que de la simple littérature numérisée. Ça m’a donné envie29.

  • 30 Juliette Mézenc, Poreuse, Montpellier, Publie.net, 2017. Dorénavant, les références à cet ouvrage s (...)

16Quelques-uns de ses livres exploitent les possibilités intrinsèques de l’édition numérique, comme celle de l’hypertexte dans Poreuse30. Trois personnages y prennent la parole et racontent des histoires, des événements et des circonstances. Le lecteur peut choisir de lire le texte de manière linéaire – texte où les fragments des trois récits sont enchevêtrés, ou bien il peut choisir de suivre le récit d’un personnage et de le lire en entier, avant de passer aux deux autres. En outre, l’édition numérique présente des hyperliens qui construisent un parcours de lecture supplémentaire que l’on peut suivre en se laissant guider par l’éditrice du volume, qui a proposé à l’autrice de réaliser un hypertexte et a élaboré avec elle sa construction :

Immédiatement, c’est l’évidence que Poreuse s’adapte (quel mot laid) parfaitement au format numérique, et que mieux que ça, il y trouve un espace cohérent, une place stimulante, la possibilité d’aller plus loin, vers une expérience plus « poreuse » encore.

  • 31 Christine Jeanneay, « Comme un air de making of », in ibid., version numérique, 99 %.

Je lance des ponts entre les fragments pour faire en sorte que des liens internes favorisent l’immersion, que la lecture devienne elle-même acte de « porosité » avec ses allers-retours, ses choix, suivre une voix où qu’elle aille, la quitter, s’étonner qu’une autre en même temps vive autre chose et qu’ainsi les trois voix ensemble, inévitables, déroutantes, tressent une image globale qui serait restée insaisissable sans elles31.

17Dans la version papier de l’ouvrage, les balises et les hyperliens disparaissent, mais c’est le changement de la police qui indique le passage d’une voix à une autre ; de cette manière, le lecteur peut suivre les mêmes parcours de lecture dans les deux éditions du texte.

Les frottements du réel : expériences d’écriture et de vie

18Deux expériences présentes dans les textes de Juliette Mézenc, celle de l’exploitation d’une carte IGM pour s’approprier un territoire et celle de la fréquentation d’un espace où se rassemble une population marginale, peuvent être illustrées afin de présenter quelques aspects saillants de sa poétique. L’analyse visera à repérer les éléments constitutifs d’une écriture littéraire et aussi à démontrer les caractéristiques de la relation avec le réel qui se construit dans les textes. Il s’agit de focaliser l’attention sur deux aspects : celui de la perception physique et visuelle du territoire, et celui de la présence discrète de l’humain dans l’espace raconté. Directement issus des activités recensées sur les sites et les blogs, ces deux développements thématiques traversent les pratiques, sont perceptibles dans plusieurs ouvrages et rebondissent d’un texte à l’autre.

La carte IGN comme moteur de la création

  • 32 Le projet de l’Atelier Médicis était précisément ciblé sur « La trace et le territoire » [En ligne] (...)
  • 33 Juliette Mézenc, Almanach Mézenc, op.cit., (page consultée le 2/03/2023).
  • 34 Juliette Mézenc, Des Espèces de dissolution, Bordeaux, L’Attente, 2019. Dorénavant, les références (...)
  • 35 Le texte ne présente aucune explication ni motivation qui a poussé le narrateur à ce choix ; cela r (...)

19La carte IGN est le premier élément que Mézenc présente aux élèves d’une école primaire pendant la séance inaugurale d’un atelier d’écriture qu’elle anime en 2017 aux Ateliers Médicis32. C’est à partir de la carte que le territoire sera exploré, avec ensuite l’utilisation d’autres techniques et supports : « la marche, l’observation, la contemplation, mais aussi la recherche documentaire sur internet, les services de navigation virtuelle et les logiciels de cartographie. Nous passerons constamment de la carte au territoire, de la prospective à l’expérience sensible, de la carte IGN au site Géoportail, du texte, littéraire ou scientifique, à l’image, dessinée, orographique ou 3D33 ». De la même façon, le protagoniste de Des espèces de dissolution34 arpente le territoire de la carte IGN 2836OT, où se trouvent trois montagnes qui constituent le territoire d’élection de l’autrice : les Monts Gerbier-des-joncs, Mézenc et Vivarais. Le récit du narrateur hétérodiégétique alterne régulièrement avec celui du personnage qui raconte son aventure : d’un côté la consistance concrète du territoire spécifique est présentée dans le détail, tandis que de l’autre l’environnement est hanté par les visions oniriques du héros, sa perception de la réalité étant très personnelle. En effet, nous suivons les efforts du personnage qui décide d’accomplir une expérience de disparition35, en suivant un programme qu’il trouve par hasard en ligne dans l’Almanach Mézenc. Le clin d’œil à son propre almanach est seulement l’un des indices du jeu intertextuel et référentiel présent dans ce texte, le territoire du côté du Massif Central et du Mont Mézenc auquel l’écrivaine a emprunté son nom de plume. Il s’agit d’une zone d’origine volcanique qui se trouve sur la ligne de partage des eaux entre l’Atlantique et la Méditerranée. Ces spécificités de la région sont présentées dans le texte et deviennent des éléments constitutifs de l’espace diégétique, parce que le personnage, qui a décidé de « s’éparpiller en particules si fines qu’elles se mêlaient à la terre et au ciel » (EDD, 11), choisit ce milieu montagneux et hostile à l’épanouissement de la vie humaine pour s’y dissoudre. Il envisage de suivre le programme indiqué, s’installe dans une ferme abandonnée et commence à arpenter le territoire à la recherche des endroits les plus retirés pour s’y installer. Ses sorties se prolongent de plus en plus jusqu’à ce qu’il s’égare dans la nature. Dans la montagne il rencontre seulement des vaches en pâturages et d’autres rares animaux. Il parcourt les espaces qu’il perçoit aussi physiquement : il en décrit la conformation géologique et devient familier des reliefs et des endroits les plus éloignés, ceux qui ne sont pas perceptibles dans la carte. Les expériences hallucinatoires qu’il vit à cause de la vie solitaire se rapprochent de celle des ermites, et le mènent dans un état second où il éprouve des pulsions d’adhésion à la terre, à sa conformation, à sa minéralité : il se perd dans le paysage et dans sa matérialité. Il parvient à se transformer en pierre : « il est une klingenstein, quasi. Traduction : “pierre qui résonne”, devenue un jour phonolite, plus scientifique » (EDD, 33). Et le lecteur sait déjà, parce que le narrateur le lui a expliqué peu avant, que la phonolite est « cette lave montée du manteau qui s’est amassé dans des chambres magmatiques de la croûte terrestre, y a séjourné longtemps, très longtemps, s’y est refroidie et changée en silice » (EDD, 32-33). L’adhésion intime du personnage au territoire permet à l’écrivaine de proposer au lecteur les détails de la formation géologique du Mont Mézenc, en dotant le texte d’une dimension scientifique. Nous suivons les errances du personnage et sa progressive compénétration avec l’élément naturel, son effacement dans la terre pendant un voyage dans les entrailles de la montagne au gré de passages souterrains inconnus creusés par la lave et par le temps. Dans cette descente à l’intérieur de la montagne, il perd la notion du temps et aussi de lui-même à force de « [faire] corps avec ce qui l’entoure » (EDD, 56).

20Dans cette expérience de dépossession de soi, l’élément végétal joue aussi un rôle, parce que le personnage progresse dans un milieu de basse montagne où les herbes poussent sauvages, et lors de ses errances il se nourrit de ce qu’il peut cueillir. La présentation de la séquence des plantes devenant son aliment, formant presque un herbier d’almanach traditionnel, est caractéristique du style de l’écrivaine où le discours se mêle à la liste :

[...] Alors il broute, il broute la cistre qui sent le céleri en frais et le curry en sec, et aussi l’oseille commune, l’ail de la victoire, la petite pimprenelle, le silène enflé, le myosotis, l’œillet sauvage, la scabieuse des champs, la raiponce en épi, le pissenlit, le salsifis des prés, le lotier des prés, le trèfle violet et le trèfle blanc, les pensées sauvages, la renouée bistorte, la gentiane, la reine-des-prés, des campanules en veux-tu en voilà, et aussi l’épilobe en épi, l’achémille des rochers, le loindent borrou, le paturin des prés, le vulpin des prés, la fléole des prés, la cynosure à crête, la houlque laineuse, la flouve odorante, le serpolet, le genêt sagitté, et surtout l’arnica des montagnes, qui lui fait le plus grand bien. (EDD, 45-46)

Le rythme de l’énumération des herbes typiques de la flore montagnarde et péri-montagnarde est interrompu deux fois par le narrateur, avec une ébauche d’interlocution d’abord puis par un commentaire, qui résonne assez ironiquement, dans la mesure où le protagoniste ne ménage pas sa santé, risquant au contraire souvent sa vie en explorant des endroits dangereux. L’expérience du territoire est donc complète, vécue dans son corps et sous sa peau par le héros ainsi que, sans doute, par les élèves suivant Juliette Mézenc dans les explorations qu’elle propose, et aussi par le lecteur : par le biais de l’expérience physique et onirique qu’il a vécue, on apprend à connaître ce territoire et à l’apprécier.

Le regard sur l’humain

  • 36 Définition du Trésor de la langue française informatisé.

21Le deuxième moment de friction avec le réel présent dans les textes de Mézenc concerne l’attention à l’humain, à la vie des gens saisie dans les plus infimes nuances et dans la concrétude du quotidien. Dans les pages de Poreuse, le territoire de Sète, qui est le cadre du récit, est raconté par trois narrateurs-personnages qui présentent des bribes d’existences se développant sur le brise-lames. Le brise-lames est une « [c]onstruction élevée à l’entrée d’un port ou d’une rade pour les protéger contre la houle du large en la faisant briser en avant du plan d’eau36 ». Celui de Sète est très étendu, avec un accès difficile : c’est un lieu de prédilection de l’autrice, solitaire et éloigné des bruits de la ville, et c’est un endroit où se réalise la rencontre avec les rescapés de la mer. Le récit de la présence de migrants est pris en charge par chacun des trois narrateurs et constitue le sujet du premier fragment, une sorte de prologue : « On était cinquante personnes, on est rentrés dans une pirogue, on avait un GPS, qui nous montrait le chemin. Depuis le deuxième jour, le GPS s’est tombé dans l’eau, ça ne marchait plus, on ne sait plus là où on est. » (P, 5 %) Le deuxième fragment emmène le lecteur à Sète en créant une opposition : l’illustration de la société de la petite ville méditerranéenne, avec ses occupations quotidiennes et ses vies bien rangées constitue une sorte de contre-champ au désespoir des voyageurs en mer.

22Il n’y a pas de dénonciation évidente dans les dix-sept fragments où sont parsemées les bribes des récits concernant les destinées des migrants dans les alentours de Sète. Pourtant, dans l’économie du récit, composé de cent quinze fragments, on constate que la description de cette réalité est affrontée dans ses aspects les plus tragiques. Par exemple lorsqu’ils échouent sur les plages de la côte :

[...] des hommes halent une sorte de grande barque sur le sable. Leur peau noire luit sous la lune, derrière eux clapote une mer nappe huilée, le tableau est saisissant. Leur peau noire jette, lames acérées, des éclats aussi blancs que le blanc de leurs yeux, que le blanc de leurs dents, leurs dents faites pour déchirer la chair crue. Mon sang afflue me déborde, mon sang ne fait qu’un tour puis se fige. Incapable de bouger cause globules pétrifiés, j’observe. (P, 15 %)

  • 37 Marie Cosnay, « Préface », in Juliette Mézenc, Poreuse, op.cit., 2 %.

23La destinée des migrants peut se décliner dans des situations différentes : ils sont sauvés en mer par la garde côtière ; ils peuvent se cacher parmi les blocs de béton du brise-lames en attendant de pouvoir rejoindre la côte, aidés par les réseaux d’aide aux migrants ; ils meurent ou ils parviennent à survivre après avoir enduré les difficultés et les épreuves les plus marquantes. Dans sa préface au livre, Marie Cosnay met en évidence cette attention à l’épreuve du réel dans « [l]a langue de Juliette Mézenc [qui] nous donne l’expérience et [qui]nous met dedans, où on ne peut plus nier37 ». Et il s’agit d’une réalité qui est exposée simplement sans discours d’accompagnement, ni commentaire, ni jugement. La prise en compte par le récit des situations diverses, de manière morcelée, suffit pour indiquer les contours de la destinée des migrants noirs, et on constate que, malgré l’apparence, les mots utilisés ne sont pas tout à fait neutres vu qu’ils racontent la nudité des existences à l’abandon :

Je les ai vus. C’était sur le môle. [...]

Ils étaient là, figures noires transies sous le soleil encore chaud. Des débris de leur pirogue fracassée jonchaient les rochers et ils progressaient entre les blocs qui barraient la route à la mer. Ils progressaient péniblement, s’arrêtant souvent. Leurs tee-shirts troués dissimulaient mal leurs torses, secs. Ils étaient jeunes, 16 ou 17 ans peut-être, avaient dédaigné la bouteille, le ballon hydrogène, vieilleries poétiques, pour jeter leurs corps sans détours à la mer. Allah est grand. [...] Et puis un accent belge m’a frappée, un bermuda à fleurs près de moi a marmonné [...] « Cette immigration, c’est pas bon pour le tourisme d’ici ». (P, 93 %)

24L’écriture littéraire acquiert des traits poétiques lorsque l’autrice affronte le récit de situations émouvantes comme celle de la citation ci-dessus, où les jeux des images, l’oxymore de la première phrase et le contraste entre « progressaient » et « barraient » de la deuxième, les symboles de la pauvreté et de la déshérence – les trous dans les tee-shirts et les torses secs -, et enfin la présence de la chute finale dans la phrase proférée par un riverain égoïste, confèrent au récit une dimension lyrique. Chacun des trois personnages de Poreuse se confronte à la migration de manière physique autant qu’imaginaire et le territoire sétois, le brise-lames notamment, fonctionne comme un lieu fédérateur, un endroit où convergent les pratiques d’écriture ainsi que les préoccupations éthiques. D’un atelier de création à l’autre et d’un texte à l’autre, ce lieu paradigmatique est sondé, arpenté, exploré et décrit dans le détail aussi bien dans sa conformation physique que dans sa conformation sociale : une population hétérogène le fréquente, s’en approprie les recoins les plus cachés, et les existences s’y déroulent.

25Le territoire de Sète est encore le décor d’un autre ouvrage, Le Journal du brise-lames. Ce lieu qui est un non-lieu, est un endroit désiré et aimé par l’autrice. Il s’agit d’un espace de liberté et de découverte, où se déroulent les vicissitudes de Mathilde, qui choisit de partir en mer, en entreprenant une sorte de voyage migratoire à l’envers, arrivant à la digue « un soir au bord d’un rafiot » (JBL, 12 %). L’écriture fragmentaire, qui emprunte sa forme au journal, est mise au service du récit des événements de la vie des gens fréquentant cet espace si particulier, situé au milieu de la mer, le choisissant comme repère, s’y cachant et s’y égarant.

  • 38 À propos de ce projet, Mézenc a écrit sur le blog d’un autre atelier d’écriture, qu’il s’agira d’«  (...)
  • 39 J’utilise ici le terme digital plutôt que celui de numérique comme le suggère Olivier Le Deuff dans (...)

26La narration de ce texte présente des similarités avec celle des autres ouvrages. L’alternance des prises de parole entre le brise-lames et Mathilde permet d’envisager l’histoire de la fille du dedans et du dehors comme c’est le cas dans Espèces de dépossessions, où le discours du narrateur hétérodiégétique alterne avec le monologue intérieur du héros. De plus, on retrouve ici le monologue intérieur de la fille qui poursuit celui rencontré dans Poreuse, où une Mathilde figure parmi les quatre personnages. Ces effets de passerelles entre les textes sont des signes d’une écriture auctoriale qui s’affirme d’une œuvre à l’autre et d’un style qui s’affermit progressivement par la réitération des motifs et des structures. En outre, ce texte représente encore une fois l’hybridation entre les pratiques et les médias, vu qu’on peut suivre les étapes de construction et de composition du Journal du Brise-lames depuis la première occurrence sur le web en 201438, jusqu’à la publication en livre et en livre numérique à expérimenter, avec le jeu vidéo programmé par Stéphane Gantelet, artiste sculpteur et expert de programmation digitale et 3D, compagnon d’aventures de Juliette Mézenc39. Témoignage de la consistance d’un écosystème où les textes et les pratiques se relaient, sont repris, approfondis, transmutés d’un lieu à l’autre de la scène littéraire.

Conclusion

  • 40 Magali Nachtergael, Poet against the Machine. Une histoire technopolitique de la littérature, op. c (...)

27Perméable aux sollicitations de la réalité, Juliette Mézenc multiplie les expériences d’écriture dans des supports différents, elle performe les textes dans des endroits multiples et dans des configurations diverses. Ses textes disent l’expérience du monde, ils prennent en compte la réalité sous toutes ses formes, dans la matérialité des territoires aussi bien que dans la nébulosité des consciences. Les repères matériels – les cartes IGN, les images, les vidéos – sont des outils dont elle s’empare et qui lui servent pour explorer le monde, pour nous emmener au cœur de ses explorations et pour découvrir que, dans cet espace physique, c’est l’humain qui se recèle et qui se cherche, qu’elle cherche et qu’elle découvre. L’écriture est riche parce qu’elle se nourrit de toutes les influences, suggestions, stimulations du monde extérieur, et l’environnement numérique permet de la multiplier, de la diffracter dans les sites et de l’enraciner dans tous les endroits compatibles, de la faire circuler et de la mettre à l’épreuve de la lecture et du partage, pour qu’elle puisse contredire le présupposé selon lequel « l’économie générale de la littérature est celle d’une culture à l’ère numérique, une culture de niche, comme beaucoup d’autres.40 »

Haut de page

Notes

1 Magali Nachtergael parle à ce sujet de « sélection pas très “naturelle” du monde éditorial », qui devient « impitoyable » parce que « [p]our exister il faut pouvoir se vendre », in Magali Nachtergael, Poet against the Machine. Une histoire technopolitique de la littérature, Paris, Le Mot et le reste, 2020, p. 15.

2 Lionel Ruffel, « L’imaginaire de la publication. Pour une approche médiatique des littératures contemporaines », Revue des Sciences Humaines, n°331.3, 2018, p. 23.

3 Voir Milad Doueihi, « Un humanisme numérique », Communication & langages, n° 167, 2011, p. 3-15 : « l’imprimé dérive en grande partie sa force et sa stabilité d’un usage, inscrit dans la loi et les pratiques, de la fixité : fixité de l’objet, fixité des supports, et fixité relative des concepts opérateurs », p. 3.

4 Gilles Bonnet, Pour une poétique du numérique, Paris, Hermann, 2017, p. 18.

5 Ibid., p. 8.

6 Mézenc elle-même se positionne sous le sceau de Deleuze et cite les propositions contenues dans Milles Plateaux : « Rhizome, multiplicité, territoire et déterritorialisation, concepts que je vois aujourd’hui comme autant d’entrées dans les objets que je fabrique […]. » in Juliette Mézenc, « Deleuze et nous : entrées pour une lecture par les bords et le milieu par Juliette Mézenc », Diacritik, 18/12/2015. [En ligne], URL : https://diacritik.com/2015/12/18/deleuze-et-nous-entrees-pour-une-lecture-par-les-bords-et-le-milieu-par-juliette-mezenc/ (consulté le 17/02/2024). Néanmoins j’estime que l’envergure de son approche à la littérature, qui va au-delà des propositions deleuziennes, se situe dans des dynamiques plus contemporaines.

7 Nicolas Bourriaud, Radicant. Pour une esthétique de la globalisation, Paris, Denoël, 2009, p. 58.

8 Jean-Marie Gleize, « Pour une écriture impliquée », Littérature : quelle est la question ?, Lignes, n° 66, 2021, p. 89-98.

9 Ibid., p. 95.

10 Emmanuelle Lescouet, « L’écriture non linéaire : Entretien avec Juliette Mézenc », Le carnet de la Fabrique du numérique, [En ligne], URL : https://carnet.fabriquedunumerique.org/lecriture-non-lineaire/ (consulté le 17/02/2024).

11 « Mézenc, Juliette », Féroce marquise, [En ligne], URL : https://ferocemarquise.org/mezenc-juliette (consulté le 17/02/2024).

12 Juliette Mézenc, Sujets sensibles, Montpellier, Publie.net, 2009.

13 Gilles Bonnet, Pour une poétique du numérique, op. cit., p. 330.

14 Ibid., p. 219-263.

15 Juliette Mézenc, 26/12/2006, [En ligne], URL : http://juliette-mezenc.over-blog.com/article-5060736.html (consulté le 17/02/2024).

16 Isabelle Escolin-Contensou, « Le blog, nouvel espace littéraire entre tradition et reterritorialisation », in Christèle Couleau, Pascale Hellégouarc’h (dir.), Les Blogs : écritures d’un nouveau genre ?, Itinéraires, n° 2, 2010, Paris, L’Harmattan, p. 21.

17 Dans un récent entretien, Mézenc explique ses propos lors de la création du site : « Pour revenir à Mot maquis, il y avait déjà de ça : cette pluralité qui me plaisait bien. C’est assez différent de l’Almanach Mézenc, car les enjeux n’étaient pas les mêmes. Ici, je me suis mis une contrainte, celle de publier chaque semaine. Cela me permettait d’organiser un peu cette matière qui était en vrac et à laquelle je voulais, à terme, donner une forme très précise. Cela a donc été une expérience très différente, plus une contrainte temporelle que je me donnais. » (Emmanuelle Lescouet, « L’écriture non linéaire : Entretien avec Juliette Mézenc », art. cit.).

18 Bonnet consacre également au blog de résidence un chapitre de sa synthèse : « Le blog s’impose […] depuis le milieu des années 2000 comme le support privilégié, particulièrement adapté au recueil de cette expérience, pour des raisons pragmatiques et techniques d’abord, mais également pour des considérations poétiques et génériques. Organisant une porosité entre le privé et le public, le blog offre un espace d’expression mixte, où l’écrivain en résidence pourra évoquer son activité personnelle d’écriture, ses publications, mais également, à l’instar de tout blogueur, sa vie personnelle et privée. » (Pour une poétique du numérique, op. cit., p. 176).

19 Juliette Mézenc, Almanach Mézenc, [En ligne], URL : https://www.ateliersmedicis.fr/le-reseau/projet/almanach-mezenc-491 (consulté le 17/02/2024).

20 Juliette Mézenc, « About », ALMANACH MÉZENC encyclopédie crossmedia, questionneuse et résolument littéraire, [En ligne], URL : https://almanachmezenc.wordpress.com/about/ (consulté le 17/02/2024).

21 En fait, le site fonctionne un peu comme un outil de veille à l’usage des internautes, et sans doute de l’autrice elle-même.

22 Juliette Mézenc, « Essayons de nous rassembler un peu », Mot maquis, [En ligne], URL : http://motmaquis.net/spip.php ?page =article&id_article =174 (consulté le 2/03/2023).

23 Juliette Mézenc, « Almanach Mézenc, About », [En ligne], URL : https://almanachmezenc.wordpress.com/about/ (consulté le 17/2/2024).

24 Milad Doueihi, « Un humanisme numérique », art. cit., p. 3.

25 François Bon, Après le livre, Paris, Seuil, 2011.

26 Ibid., p. 131.

27 Pascal Quignard, Une gêne technique à l’égard des fragments, Saint-Clément-de-Rivière, Éditions Fata Morgana, 1986.

28 Voir Alain Montandon, Formes brèves, Paris, Hachette supérieur, 1992.

29 Emmanuelle Lescouet, « L’écriture non linéaire : Entretien avec Juliette Mézenc », 10 janvier 2022, [En ligne], URL : https://carnet.fabriquedunumerique.org/lecriture-non-lineaire/ ?fbclid =IwAR2H_VvzPW081bBVBCPm2F65XOjacyaL3KfQ7mpSSo4hp5iJ13tnIj2mryQ (consulté le 17/02/2024).

30 Juliette Mézenc, Poreuse, Montpellier, Publie.net, 2017. Dorénavant, les références à cet ouvrage seront indiquées entre parenthèses dans le corps du texte par la lettre P, suivie du numéro de la page.

31 Christine Jeanneay, « Comme un air de making of », in ibid., version numérique, 99 %.

32 Le projet de l’Atelier Médicis était précisément ciblé sur « La trace et le territoire » [En ligne], URL : https://www.ateliersmedicis.fr/taxonomy/term/105 (consulté le 2/03/2023).

33 Juliette Mézenc, Almanach Mézenc, op.cit., (page consultée le 2/03/2023).

34 Juliette Mézenc, Des Espèces de dissolution, Bordeaux, L’Attente, 2019. Dorénavant, les références à cet ouvrage seront indiquées entre parenthèses dans le corps du texte par le sigle DED, suivi du numéro de la page.

35 Le texte ne présente aucune explication ni motivation qui a poussé le narrateur à ce choix ; cela relève plutôt de l’expérimentation de ses possibilités et capacités personnelles que d’une nécessité induite par des causes extérieures, au contraire de ce qui a été étudié dans le récent ouvrage Retrait, effacement, disparition dans les arts et la littérature d’aujourd’hui paru sous la direction de Anne Favrier, Frédéric Martin-Achard, Carole Nosella, François Puff aux Presses de l’Université de Rennes en 2022.

36 Définition du Trésor de la langue française informatisé.

37 Marie Cosnay, « Préface », in Juliette Mézenc, Poreuse, op.cit., 2 %.

38 À propos de ce projet, Mézenc a écrit sur le blog d’un autre atelier d’écriture, qu’il s’agira d’« un livre numérique dans lequel on se déplacera comme dans un jeu vidéo », in «  Nous sommes tous des presqu’îles | journal de création  », [En ligne], URL : https://juliettemezenc.wordpress.com/a-propos/ (consulté le 19/02/2024).

39 J’utilise ici le terme digital plutôt que celui de numérique comme le suggère Olivier Le Deuff dans Riposte Digitale. Pour des maîtres d’armes des réseaux, Montpellier, Publie.net, 2019.

40 Magali Nachtergael, Poet against the Machine. Une histoire technopolitique de la littérature, op. cit., p. 181.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elisa Bricco, « Juliette Mézenc : une écriture poreuse en écosystème numérique  »Elfe XX-XXI [En ligne], 13 | 2024, mis en ligne le 05 juillet 2024, consulté le 18 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/elfe/5850 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11zm5

Haut de page

Auteur

Elisa Bricco

Elisa Bricco est professeure de littérature française à l’Università di Genova. Elle a publié plusieurs études sur la littérature française contemporaine : roman, poésie et traduction. Sur la prose française contemporaine elle a publié le volume Le Défi du roman. Narration et engagement oblique à l’ère postmoderne, paru en 2015 chez Peter Lang et, la même année, le collectif Le Bal des arts. Le sujet et l’image : écrire avec l’art (Quodlibet). Depuis quelques années, elle travaille sur les enjeux de l’intermédialité (roman et peinture, roman et cinéma, phototexte, bande dessinée). En 2021 elle a dirigé le collectif Raccontare con la fotografia (GUP, en ligne) et, avec M. Gaboriaud et C. Rolla, Christian Garcin : une écriture du dépaysement (PUV). En 2023 elle a coordonné avec Chiara Rolla un dossier sur Art et Anthropocène dans la revue en ligne Arabeschi (18). Elle dirige la revue en ligne Publifarum et le groupe de recherche de l’ARGEC (Atelier de recherches génois sur les écritures contemporaines, http://argec.hypotheses.org).

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search