Navigation – Plan du site
La petite histoire

L’Histoire oubliée de la rivière Lai de Zhou Tingying

Zhou Tingying
Traduction de Claude Chevaleyre
p. 47-55

Résumés

Chronique à la première personne, l’Histoire oubliée de la rivière Lai de Zhou Tingying est d’abord le récit personnel d’un lettré acquis à la cause de la résistance loyaliste face à la conquête de son pays natal par les armées mandchoues des Qing (1644-1911). Ce texte relate surtout la révolte de la confrérie des « Nez coupés », menée par les frères Pan, qui sévit dans le district de Liyang entre les mois de juin et décembre 1645. Il fournit donc aussi l’exemple rare d’un récit de « révolte d’esclaves », phénomène aussi inédit dans l’histoire chinoise que méconnu de l’historiographie occidentale. Sa lecture met en lumière toute la complexité de la condition d’« esclave » dans la Chine impériale tardive ainsi que l’ambiguïté d’un combat que l’historiographie chinoise s’est attachée à simplifier pour mieux le fondre dans le grand récit de la « féodalité » chinoise finissante.

Haut de page

Notes de la rédaction

Extraits présentés et traduits du chinois par Claude Chevaleyre, avec le soutien de l’École française d’Extrême-Orient

Membre du Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine (EHESS), Claude Chevaleyre est postdoctorant à l’International Institute of Social History (Amsterdam). Il se consacre à l’étude des formes de la servitude et du travail contraint en Chine impériale tardive ainsi que des réseaux de traite d’êtres humains en Asie orientale prémoderne. Il est l’auteur de « Acting as Master and Bondservant. Considerations on Status, Identities, and the Nature of “Bond-Servitude” in Late Ming China » (dans Alessandro Stanziani, Labour, Coercion, and Economic Growth in Eurasia, 17th-20th Centuries, 2012).

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2020.

Aperçu du texte

Au soir du 24 avril 1644, Pékin tombe aux mains du « rebelle-paysan » Li Zicheng (1606-1645). Au matin du jour suivant, le dernier empereur des Ming se rend sur la colline de Charbon, au nord de la Cité interdite, et se pend à la branche d’un d’arbre. Sur les manches de sa robe étaient inscrits ces mots : « Ayant laissé le pays m’échapper, je ne puis regarder mes ancêtres dignement et ne mérite pas de m’éteindre dans les appartements impériaux. »

« De keizer doosteekt zijn dochter, en veerhangt zich zelven. » (Le roi [Chongzhen des Ming] transperce sa fille et se pend.)

« De keizer doosteekt zijn dochter, en veerhangt zich zelven. » (Le roi [Chongzhen des Ming] transperce sa fille et se pend.)

Source : Joan Nieuhoff, Het gezantschap der Neêrlandtsche Oost-Indische Compagnie, aan den grooten Tartarischen Cham, den tegenwoordigen Keizer van China, Amsterdam, Jacob van Meurs, 1665, p. 220.

© International Institute of Social History

La fin de la dynastie des Ming (1368-1644) et son remplacement quelques semaines plus tard par celle des Qing (1644-1911) sont les événements emblématique...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Zhou Tingying, « L’Histoire oubliée de la rivière Lai de Zhou Tingying », Écrire l'histoire, 17 | 2017, 47-55.

Référence électronique

Zhou Tingying, « L’Histoire oubliée de la rivière Lai de Zhou Tingying », Écrire l'histoire [En ligne], 17 | 2017, mis en ligne le 28 septembre 2020, consulté le 22 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/elh/1161 ; DOI : 10.4000/elh.1161

Haut de page

Auteur

Zhou Tingying

Zhou Tingying (zi Guangsheng, hao Yiming, Yiming daoren), est un lettré sans grade du village de Geqili, dans le district de Liyang. Neveu d’un certain Zhou Si, sa biographie est lacunaire. Les quelques éléments biographiques le concernant proviennent d’une notice consacrée au Laijiang jishi benmo dans la Suite de la Monographie du district de Liyang (1899), de son auto-préface au texte, et du récit lui-même. Ceux-ci soulignent simplement sa proximité avec les partis réformateurs de la fin des Ming et avec la cause loyaliste, mais aussi un intérêt partagé avec son oncle pour le courant pratique dit de l’« administration du monde » (jingshi). Zhou Si et Zhou Tingying auraient ainsi suivi les enseignements de Shen Meisheng et de Zhou Zhongyu (de la Société pour la Restauration). Lors de la chute des Ming, Zhou Si aurait fait le choix de rejoindre Huang Daozhou (1585-1647) dans la province du Fujian. Zhou Tingying précise avoir rédigé ce récit de faits vus et entendus parce qu’il « éprouvait de la colère » et voulait transmettre aux générations futures la vérité sur les événements qui survinrent dans son district, sans crainte des répercussions.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • OpenEdition Journals