Navigation – Plan du site
La petite histoire

Un empereur à l’observatoire : l’histoire de la Chine au prisme d’une anecdote

Catherine Jami
p. 65-74

Résumés

Écrire l’histoire de la Chine impériale a de tous temps été une prérogative de l’État. La chronique des règnes y occupe la première place et donne le point de vue central. Elle est avant tout un précis des faits et gestes du souverain, et propose une narration événementielle comportant bon nombre d’anecdotes. Que faire de celles-ci ? La question n’est pas nouvelle et n’a pas la faveur des historiens du xxie siècle, dont on connaît le souci de donner à voir des acteurs autres que les grands hommes. Tiré d’un épisode de la vie de l’empereur Kangxi (r. 1662-1722) lors de sa visite à l’observatoire de Nankin, le 18 mars 1689, cet article met en regard différentes versions d’une anecdote. En quoi peut-elle contribuer à produire de l’histoire ?

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2020.

Plan

Une journée comme une autre
Portrait de l’empereur en maître confucéen
Le courtisan humilié
La mort d’un subalterne
Regards croisés sur une anecdote

Aperçu du texte

Écrire l’histoire de la Chine impériale a de tous temps été une prérogative de l’État. Il nous en reste une série de Vingt-quatre histoires (Ershisi shi 二十四史), chacune compilée par une dynastie pour rendre compte de celle qui l’a précédée, auxquelles il faut ajouter l’Ébauche de l’histoire des Qing (Qingshigao 清史稿), compilée entre 1914 et 1927 par la République de Chine. Ces histoires officielles donnent une chronique des règnes, puis des traités sur des sujets particuliers, des listes de fonctionnaires et de membres de la famille impériale, et enfin des biographies de personnes illustres. La chronique des règnes donne le point de vue central : les événements sont rapportés au fur et à mesure que l’empereur en prend connaissance. Elle est avant tout un précis des faits et gestes du souverain, et propose une narration événementielle comportant bon nombre d’anecdotes. Celles-ci méritent d’entrer dans l’Histoire parce qu’elles concernent le Fils du ciel, et forment en quelque sorte la ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Jami, « Un empereur à l’observatoire : l’histoire de la Chine au prisme d’une anecdote », Écrire l'histoire, 17 | 2017, 65-74.

Référence électronique

Catherine Jami, « Un empereur à l’observatoire : l’histoire de la Chine au prisme d’une anecdote », Écrire l'histoire [En ligne], 17 | 2017, mis en ligne le 28 septembre 2020, consulté le 23 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/elh/1166 ; DOI : 10.4000/elh.1166

Haut de page

Auteur

Catherine Jami

Catherine Jami, directrice de recherche au CNRS (Chine, Corée, Japon – UMR 8173), est historienne des sciences. Elle travaille sur la Chine aux xviie et xviiie siècles, notamment sur les pratiques scientifiques et les usages des sciences par l’État impérial et par les lettrés, ainsi que sur la circulation des savoirs tant à l’intérieur de l’empire qu’à l’échelle globale, s’intéressant en particulier à la réception des savoirs introduits en Chine par les jésuites au xviie siècle. Elle a entre autres publié The Emperor’s new mathematics. Western learning and imperial authority during the Kangxi reign (Oxford University Press, 2012), et coordonné l’ouvrage collectif Individual itineraries and the spatial dynamics of knowledge. Science, technology and medicine in China (17th-20th centuries) (Paris, Collège de France, 2017).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • OpenEdition Journals