Navigation – Plan du site
La petite histoire

Perles, peignoirs et perruques : Sacha Guitry ou la petite histoire sur grand écran

Benoît Barut
p. 75-86

Résumés

En tant que cinéaste, Sacha Guitry ménage une large place à la petite histoire. Ce matériau négligé/négligeable lui permet d’avoir les coudées franches à l’égard de la fable et du récit historiques. De fait, l’approche de menus faits historiques s’accompagne d’un phénomène double d’amplification romanesque et d’émiettement narratif : c’est bel et bien une histoire « perlée ». De surcroît, Guitry privilégie volontiers la dimension intime, voire bassement domestique de l’histoire. Cette incarnation/humanisation donne de l’épaisseur et du relief aux grandes figures glacées de l’histoire des manuels. Elle permet également à Guitry de servir autrement ses brillantes scènes de comédie sentimentale ou conjugale. Nuance salutaire du « grand récit », la petite histoire est non seulement plaisante, mais hautement signifiante. À la fois emblématique et contrastive, elle ne peut se séparer de la grande histoire, car elle la révèle et la module dans le même temps.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2020.

Aperçu du texte

Au début de Si Paris nous était conté…, alors qu’il s’apprête à relayer le fastidieux manuel scolaire dont il vient de lire quelques pages à une poignée de jeunes gens, le conteur (Guitry lui-même) avertit son auditoire que « [sa] mémoire est fantasque… [qu’]elle a ses préférences… et [qu’]elle est voyageuse », se donnant ainsi d’emblée et sans ambages comme un chroniqueur désinvolte assumant pleinement l’arbitraire de son récit. Le terme « voyageuse » s’applique d’ailleurs autant à l’axe horizontal – si la chronologie est généralement respectée, les ellipses, saccades et digressions sont monnaie courante – qu’à l’axe vertical : Guitry ne sépare en effet jamais la grande histoire de la petite, le majeur du mineur. Il lui arrive même d’inverser totalement les proportions. Au début du film qui porte son nom, Désirée Clary, alors âgée de onze ans, « feuillette une Histoire de la France, sans se douter qu’elle doit un jour y ajouter, sinon un chapitre, du moins une image… » Cette maigre...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benoît Barut, « Perles, peignoirs et perruques : Sacha Guitry ou la petite histoire sur grand écran », Écrire l'histoire, 17 | 2017, 75-86.

Référence électronique

Benoît Barut, « Perles, peignoirs et perruques : Sacha Guitry ou la petite histoire sur grand écran », Écrire l'histoire [En ligne], 17 | 2017, mis en ligne le 28 septembre 2020, consulté le 25 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/elh/1213 ; DOI : 10.4000/elh.1213

Haut de page

Auteur

Benoît Barut

Benoît Barut est maître de conférences en littérature française à l’université d’Orléans et membre du laboratoire POLEN (EA 4710) au sein de l’équipe CEPOC. Spécialiste du théâtre des xixe, xxe et xxie siècles, il est l’auteur d’une thèse intitulée Un spectacle dans un fauteuil. Poétiques et pratiques didascaliques d’Axël à Zucco (soutenue en 2014, à paraître chez H. Champion) et de nombreux articles sur la didascalie. Une part de ses travaux de recherche porte sur la représentation de l’histoire (particulièrement la Révolution et l’Empire) dans le théâtre contemporain.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • OpenEdition Journals