Navigation – Plan du site
La petite histoire

Les petites histoires de Simone France dans Détective (1938‑1939)

De l’historicité du fait divers
Marie-Ève Thérenty
p. 121-129

Résumés

Cet article réfléchit à l’historicité du fait divers à partir de petites histoires corsées, mais aussi xénophobes et homophobes, publiées par la chroniqueuse judiciaire Simone France en 1938-1939 dans le journal Détective. À l’instar des historiens des représentations Michelle Perrot et Dominique Kalifa, l’article montre qu’une recontextualisation de la petite histoire est nécessaire pour qu’elle redevienne aujourd’hui lisible. Les historiens ont effectivement mis en lumière l’accroissement de l’homophobie et la xénophobie ambiante dans ces années de crise, qui expliquent la prolifération de ces histoires dans le journal. L’article veut également montrer qu’il existe une historicité du genre qui doit aussi s’appréhender pour parfaitement comprendre ces petits textes. Ils héritent de la tradition des causes salées, empruntent à l’auctorialité caractéristique des articles du Détective fondé par Gallimard et jouent de l’effet rubrique qui, par la contiguïté, favorise l’amalgame.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2020.

Plan

Un effet Détective ?
Le retour des causes grasses et salées
Poétique du fait divers 1939 : contiguïtés, colocations et assimilations

Aperçu du texte

Le journal, en raison de sa structuration et de son rubricage, a partie liée avec la forme brève. Il serait même difficile de fournir une liste exhaustive de l’ensemble des microformes qui ont marqué l’histoire du journal – entre anagrammes, charades, échos, entrefilets et plus pittoresques bigarrures et coups de lancette… –, mais il est sûr que, dans cette liste, le fait divers se singularise par sa pérennité, son importance et sa difficulté à être circonscrit. Confronté peut-être le premier à la tâche, Larousse s’était contenté d’une longue énumération : petits scandales, accidents de voiture, crimes épouvantables, veaux à deux têtes, crapauds âgés de mille ans… Mais au-delà de cet aveu d’échec, dans un passage moins cité, Larousse rappelait à quel point le journal, avant même Le Petit Journal et Détective, était redevable, dès la décennie 1830, à la culture du fait divers :

Le Constitutionnel a dû son grand succès à l’enfant à trois têtes, au serpent de mer et à l’araignée méloman...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Ève Thérenty, « Les petites histoires de Simone France dans Détective (1938‑1939) », Écrire l'histoire, 17 | 2017, 121-129.

Référence électronique

Marie-Ève Thérenty, « Les petites histoires de Simone France dans Détective (1938‑1939) », Écrire l'histoire [En ligne], 17 | 2017, mis en ligne le 28 septembre 2020, consulté le 23 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/elh/1224 ; DOI : 10.4000/elh.1224

Haut de page

Auteur

Marie-Ève Thérenty

Marie-Ève Thérenty est professeur de littérature française et directrice du centre de recherche RIRRA 21 à l’université Paul-Valéry – Montpellier III. Spécialiste des rapports entre presse et littérature, de poétique des supports et d’imaginaire des sociétés médiatiques, elle a publié plusieurs ouvrages, dont Mosaïques. Être écrivain entre presse et roman (1829-1836) (H. Champion, 2003), La Littérature au quotidien. Poétiques journalistiques au xixe siècle (Seuil, 2007) et, avec Amélie Chabrier, Détective, fabrique de crimes ? (Joseph K, 2017). Elle a codirigé avec Dominique Kalifa, Philippe Régnier et Alain Vaillant La Civilisation du journal. Histoire culturelle et littéraire de la presse au xixe siècle (Nouveau monde, 2012). Elle codirige avec Guillaume Pinson la plate-forme Médias19 (<www.medias19.org/>), dédiée à l’étude de la culture médiatique. Actuellement, elle termine un ouvrage intitulé Femmes de presse, femmes de lettres. De Delphine de Girardin à Florence Aubenas.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • OpenEdition Journals