Navigation – Plan du site
La petite histoire

Pour la petite histoire

Bruno Blanckeman
p. 141-146

Résumés

La petite histoire a longtemps eu mauvaise réputation dans l’histoire littéraire française. Marquant la primauté de l’anecdote et un déficit de sens, elle fut associée au genre romanesque et aux critiques que les classiques puis les modernes lui adressèrent. Qu’en est-il à l’heure actuelle ? Cet article étudie les avatars récents d’une petite histoire qui trouve quelque crédit à la fin du xxe siècle et au début du xxie, alors que le rapport à l’Histoire ne se pense plus en termes de téléologie et que s’affirme en art et dans les sciences sociales la tentation du minuscule.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2020.

Aperçu du texte

En littérature, la petite histoire disconvient autant qu’elle fascine. Elle est le trou de serrure à travers lequel on lorgne la scène interdite, le soupirail qui offre une vue plongeante sur les enfers domestiques. Héritière des fabliaux, elle est la blague à deux sous, le cancan répandu à la va-vite qui fait glousser. De la surface des choses à l’écume des jours, elle s’épanouit avec le roman, genre peu regardant, omnivore, qui concentre de ce fait les attaques à répétition. Les classiques, qui assurent le triomphe de la poésie édifiante et de la tragédie héroïque, deux versants d’un même accès à la grande histoire, le relèguent au rang des cancres, pas même doté du brevet de moralité attribué à la fable ou au conte. Du récit picaresque au roman réaliste, la petite histoire ramène l’homme à la mesure triviale de sa condition pour mieux mettre en relief sa promptitude opportuniste à l’ascension. C’est que, d’une histoire à l’autre, la mesure du salut varie depuis le temps commun d’...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bruno Blanckeman, « Pour la petite histoire », Écrire l'histoire, 17 | 2017, 141-146.

Référence électronique

Bruno Blanckeman, « Pour la petite histoire », Écrire l'histoire [En ligne], 17 | 2017, mis en ligne le 28 septembre 2020, consulté le 18 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/elh/1227 ; DOI : 10.4000/elh.1227

Haut de page

Auteur

Bruno Blanckeman

Bruno Blanckeman, professeur de littérature des xxe et xxie siècles à l’université Sorbonne nouvelle – Paris 3, est l’auteur de plusieurs essais, dont Les Récits indécidables. Jean Echenoz, Hervé Guibert, Pascal Quignard (Septentrion, 2000), Lire Patrick Modiano (Armand Colin, 2009), Le Roman depuis la Révolution française (PUF, 2011). Il a dirigé une douzaine d’ouvrages collectifs, dont Narrations d’un nouveau siècle. Romans et récits français (2001-2010) (avec Barbara Havercroft, Presses Sorbonne nouvelle, 2013) et Annie Ernaux : le Temps et la Mémoire (en collaboration avec Francine Dugast-Portes et Francine Best et avec la participation d’Annie Ernaux, Stock, 2014). Il dirige aux Presses universitaires de la Sorbonne nouvelle la collection « Fiction/Non fiction XXI ». Prochain ouvrage à paraître : Dictionnaire Yourcenar (H. Champion, 2017).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • OpenEdition Journals