Navigation – Plan du site
La petite histoire

Maninbo (Dix mille vies)

Ko Un
Traduction de Sunghyun Park et Alain Delissen
p. 147-163

Résumés

Il est tentant de renvoyer l’histoire lyrico-épique qui embrasse la forme poétique à des périodes lointaines : dépassée et morte. Conçu en prison, sous la dictature militaire dans la Corée du Sud des années 1980, le Maninbo (Dix mille vies) de Ko Un atteste des pouvoirs prolongés de la petite histoire. En trente volumes (1986-2010), quelque 4 000 poèmes et 6 000 personnages ont essentiellement pour but de dire les événements majeurs d’une histoire moderne traumatisée – colonisation, guerre civile, dictature – telle qu’elle a été vécue par des gens ordinaires de tous bords. Où la petite histoire a parfois partie liée avec les combats et les urgences de la démocratie.

Haut de page

Notes de la rédaction

Extraits traduits du coréen et annotés par Park Sunghyun et Alain Delissen

Après des études d’anglais entreprises à l’université Yonsei de Séoul au cœur des combats pour la démocratisation, Park Sunghyun, formée à la langue russe, entreprend à l’université de Moscou un doctorat en esthétique (1997). Mêlant l’approche théorique au déchiffrement des œuvres d’art, elle entreprend un nouveau doctorat à l’EHESS (2015) consacré au Maninbo (Dix mille vies) de Ko Un au prisme des écrits de Ricœur. Traductrice originale du poète sud-coréen, elle a publié en 2016 « Maninbo (Dix mille vies) à partir de la perspective de l’histoire du quotidien » (en coréen) dans Han’gukhak yŏn’gu [Études coréennes], ainsi qu’en 2012 « At the Crossroads of Literature and History: Maninbo (10,000 Lives) as Social Biography », Rethinking History. The Journal of Theory and Practice.

Directeur d’études à l’EHESS, directeur de l’Institut d’études coréennes du Collège de France, Alain Delissen est historien, géographe et coréaniste. Travaillant sur la période coloniale, il y étudie les formes matérielles, sociales ou symboliques de Séoul, bouleversé par de puissantes migrations où se jouent assimilation et discrimination. Observateur de la Corée contemporaine divisée, il tente d’en saisir l’évolution au moyen privilégié des usages savants et sociaux, publics ou privés du passé national (historiographie, mémoire, récits et transpositions esthétiques, patrimoine). Depuis quelques années, il conduit un séminaire intitulé « Tempéraments historiens » consacré aux écritures non historiennes de l’histoire en Corée.

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2020.

Plan

Présentation
Maninbo (Dix mille vies). Extraits
Yi Chong-nam
Hong Sŏng-gu de Wŏndang-ni
Yi Sŭng-man
Kim Il-sŏng
Yi Chung-sŏp
Célibataire Kim
Un rouge
Pu Ch’ŏng-ha
1953 un bœuf roux de Kangnŭng
Myŏngdan
Cette année-là fortes chutes de neige
J’suis qui ?
Une vague dans la mer
Yun Sang-wŏn à nouveau 

Aperçu du texte

Présentation

On pourra défendre sans peine que Maninbo constitue le cœur rayonnant de l’œuvre de Ko Un (né en 1933 à Kunsan), œuvre océanique toujours recommencée d’un auteur sud-coréen aussi frêle physiquement qu’il est prolifique dans les divers genres de la poésie, du roman, de la biographie et de l’essai ; œuvre régulièrement évoquée à la saison des rumeurs qui précède chaque année l’attribution du Nobel de littérature.

Maninbo – Dix mille vies. En français comme en anglais, la traduction courante du titre renonce hélas au dernier mot (po/bo), qui renvoie à la généalogie, à la partition musicale, au graphe ; qui tend à mettre l’accent sur ces liaisons subtiles qui relient tous (en sino-coréen, man 10 000 dit l’universel) les êtres (in). Un autre champ sémantique serait toutefois tout aussi pertinent pour donner une première idée de ces trente épais volumes de poésie, publiés entre 1986 et 2010, qui rassemblent quelque 4 000 poèmes et plus de 6 000 personnages. Concevoir en effet M...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ko Un, « Maninbo (Dix mille vies) », Écrire l'histoire, 17 | 2017, 147-163.

Référence électronique

Ko Un, « Maninbo (Dix mille vies) », Écrire l'histoire [En ligne], 17 | 2017, mis en ligne le 28 septembre 2020, consulté le 21 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/elh/1229 ; DOI : 10.4000/elh.1229

Haut de page

Auteur

Ko Un

Né en 1933 à Kunsan (Corée du Sud), Ko Un est l’auteur d’une œuvre considérable qui embrasse des genres variés : il a écrit des romans (Son en 1995 – dont le titre transcrit la prononciation coréenne du mot que l’on connaît dans sa prononciation japonaise Zen –, Petit pèlerin en 2005), des biographies (du peintre Yi Chung-sŏp notamment), des essais, des récits de voyage ; il pratique la peinture et la calligraphie. Mais il est surtout connu pour sa poésie, à commencer par Taebaeksan (1987-1994) dans le genre épique et Maninbo (Dix mille vies) (1986-2010) qui forme, en trente volumes, 4 000 poèmes et 6 000 personnages, le cœur rayonnant de son œuvre. Elle est marquée par la présence du bouddhisme et par la volonté de dire en poésie l’histoire troublée et traumatisée de la Corée au xxe siècle.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • OpenEdition Journals