Navigation – Plan du site
La petite histoire
Lectures

L’Histoire du Zaïre entre peinture et écriture : le cas de Tshibumba Kanda Matulu

Johannes Fabian, Remembering the Present. Painting and Popular History in Zaire (1996)
Jan Blommaert, Grassroots Literacy. Writing, Identity and Voice in Central Africa (2008)
Xavier Garnier
p. 198-201
Référence(s) :

Johannes Fabian, Remembering the Present. Painting and Popular History in Zaire, Berkeley / Los Angeles / Londres, University of California Press, 1996, xv‑348 p.

Jan Blommaert, Grassroots Literacy. Writing, Identity and Voice in Central Africa, Londres / New York, Routledge, 2008, xvi‑219 p.

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2020.

Aperçu du texte

Dans les années 1973-1974, un jeune peintre zaïrois de vingt-sept ans, qui vit dans la province du Shaba (actuel Katanga, dans ce qui est devenu depuis la République démocratique du Congo), se lance dans une « Histoire du Zaïre » en 101 tableaux. On sait peu de chose sur l’œuvre antérieure de ce peintre autodidacte, originaire de la province du Kasaï, qui tente de vivre de la vente directe de ses tableaux dans la rue. Cette entreprise d’une fresque historique n’aurait pas vu le jour si Tshibumba Kanda Matulu n’avait pas rencontré l’anthropologue Johannes Fabian, alors en mission à Lubumbashi pour une recherche de terrain sur la culture populaire en Afrique centrale : le jeune peintre a désormais l’assurance de voir tous les tableaux de son projet achetés. À chaque nouvelle livraison, une séance de travail est enregistrée dans la maison de Fabian. Elle consiste en un commentaire du tableau par Tshibumba, suivi d’une discussion avec l’anthropologue sur ce même tableau, le tout en lang...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Xavier Garnier, « L’Histoire du Zaïre entre peinture et écriture : le cas de Tshibumba Kanda Matulu », Écrire l'histoire, 17 | 2017, 198-201.

Référence électronique

Xavier Garnier, « L’Histoire du Zaïre entre peinture et écriture : le cas de Tshibumba Kanda Matulu », Écrire l'histoire [En ligne], 17 | 2017, mis en ligne le 28 septembre 2020, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/elh/1258

Haut de page

Auteur

Xavier Garnier

Xavier Garnier enseigne les littératures francophones à l’université Sorbonne Nouvelle-Paris 3. Ses recherches portent sur l’évolution des formes narratives dans le roman africain de l’époque coloniale à nos jours. Il s’intéresse notamment à la question des littératures en langues africaines et a publié en 2006 un ouvrage sur le roman swahili (qui a été traduit en anglais en 2014). Il vient de publier un essai sur le romancier congolais Sony Labou Tansi : Sony Labou Tansi. Une écriture de la décomposition impériale (Karthala, 2015).

Articles du même auteur

  • Où est passé le Dragon ? [Texte intégral disponible en septembre 2019]
    Une lecture (accélérationniste ?) de la trilogie africaine de Chinua Achebe
    Paru dans Écrire l'histoire, 16 | 2016
Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • OpenEdition Journals