Navigation – Plan du site
Brèves d’histoire

L’enseignement de l’histoire au Japon : jusqu’ici tout allait (presque) bien

Christian Galan
p. 209-215

Résumés

Contrairement à l’idée que l’on en a souvent dans nos pays, l’enseignement de l’histoire dans les collèges et les lycées japonais, porté par des manuels scolaires qui reprennent les avancées de la recherche historique et intègrent les « sujets qui fâchent », se révèle, depuis la fin des années 1970, plutôt de qualité. Les manuels révisionnistes qui ont défrayé la chronique ces dernières décennies ne sont ainsi, jusqu’ici, jamais véritablement entrés dans les salles de classe. Cette situation connaît cependant aujourd’hui de profonds bouleversements qui rendent l’avenir incertain, sinon inquiétant. Les initiatives récentes du Parti libéral démocrate, du ministère de l’Éducation japonais et de l’actuel Premier ministre, Abe Shinzô, sont en effet en train de modifier en profondeur cet enseignement, en agissant simultanément sur les programmes, sur la fabrication des manuels ainsi que sur les modalités de sélection de ceux-ci par les autorités éducatives locales. Cet article évoque cette évolution en en détaillant les tenants et les aboutissants.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2020.

Aperçu du texte

La plupart des spécialistes de l’histoire du Japon s’accordent pour considérer que, contrairement à l’idée que l’on en a souvent hors de ce pays, l’enseignement de l’histoire dans les collèges et les lycées japonais se révèle correct et de qualité. Le malentendu qui subsiste vient en général de ce que l’on confond, lorsqu’on aborde ce sujet, deux choses complètement différentes, à savoir, d’un côté, l’existence d’un vrai et fort courant révisionniste et négationniste porté par des lobbies nationalistes et des hommes politiques de premier plan, appartenant notamment au Parti libéral démocrate (PLD), et, de l’autre, l’enseignement réel de l’histoire tel qu’il est mis en place dans les établissements scolaires et véhiculé par les manuels d’histoire. Si des manuels « purement japonais » sont ardemment désirés par les tenants de ce courant réactionnaire, lesquels ne se privent effectivement pas de défrayer régulièrement la chronique, l’enseignement de l’histoire tel qu’il se déroule dans...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Galan, « L’enseignement de l’histoire au Japon : jusqu’ici tout allait (presque) bien », Écrire l'histoire, 17 | 2017, 209-215.

Référence électronique

Christian Galan, « L’enseignement de l’histoire au Japon : jusqu’ici tout allait (presque) bien », Écrire l'histoire [En ligne], 17 | 2017, mis en ligne le 28 septembre 2020, consulté le 22 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/elh/1275 ; DOI : 10.4000/elh.1275

Haut de page

Auteur

Christian Galan

Christian Galan est professeur à l’université Toulouse – Jean-Jaurès, chercheur et directeur de l’antenne de Toulouse du Centre d’études japonaises de l’Inalco (CEJ, EA 1441). Il a notamment publié L’Enseignement de la lecture au Japon. Politique et éducation (PUM, 2001) ; La Famille japonaise moderne (1868-1926). Discours et débats (avec Emmanuel Lozerand (dir.), Ph. Picquier, 2011) ; et Individu-s et démocratie au Japon (avec Jean-Pierre Giraud (dir.), PUM, 2015). Dernière publication, en codirection avec Jean-Marc Olivier : Histoire du & au Japon. De 1853 à nos jours (Privat, 2016).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • OpenEdition Journals