Navigation – Plan du site
Brèves d’histoire

Les deux corps de Wilde

Gabrielle Houbre
p. 239-243

Résumés

L’exposition du Petit Palais consacrée du 28 septembre 2016 au 15 janvier 2017 à Oscar Wilde : l’impertinent absolu remédie à un manquement mémoriel étonnant puisque la France n’avait encore jamais mis à l’honneur l’écrivain irlandais, pourtant francophile convaincu et mort à Paris en 1900. Avant tout biographique, elle s’appuie sur de nombreux documents inédits en France et valorise les multiples facettes de l’activité littéraire de Wilde : journaliste, critique d’art, conférencier, auteur d’aphorismes, conteur, nouvelliste, essayiste, romancier, poète, dramaturge. On apprécie la dimension visuelle de l’exposition, avec la présentation de nombreux tableaux, caricatures, photographies (treize clichés de Sarony) et estampes (illustrations de Beardsley pour Salomé). On regrette toutefois son caractère souvent convenu au regard d’une personnalité et d’un talent qui ne l’étaient guère.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2020.

Aperçu du texte

Bizarrerie ou incongruité, Paris ni la France n’avaient encore jamais mis Oscar Wilde à l’honneur, pas même pour marquer le centenaire de la mort de ce francophile pratiquant, né à Dublin en 1854 mais mort à Paris en 1900. Le Petit Palais, en présentant quatre mois durant Oscar Wilde, l’impertinent absolu (28 septembre 2016 - 15 janvier 2017) à une foule de visiteurs se pressant dans ses salles exiguës, a remédié à ce manquement mémoriel. Cette rencontre entre Wilde et son public a été agencée un peu à la façon de la danse des sept voiles de Salomé, figure d’ailleurs névralgique de l’exposition. Ainsi, sept étapes biographiques dévoilent entrelacements et entrechoquements de l’homme, de son œuvre et, surtout, de leur réception par la société victorienne, jusqu’à la nue tragédie d’une mort qui le surprend en pauvre hère, exilé et paria. L’ordonnancement de ces séquences ne ménage guère de surprises, mais l’exposition a le mérite de présenter, parmi cent quatre-vingt-quatorze pièces, ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gabrielle Houbre, « Les deux corps de Wilde », Écrire l'histoire, 17 | 2017, 239-243.

Référence électronique

Gabrielle Houbre, « Les deux corps de Wilde », Écrire l'histoire [En ligne], 17 | 2017, mis en ligne le 28 septembre 2020, consulté le 22 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/elh/1286 ; DOI : 10.4000/elh.1286

Haut de page

Auteur

Gabrielle Houbre

Gabrielle Houbre, historienne, université Paris-Diderot-USPC, laboratoire CERILAC. Spécialiste d’histoire sociale et culturelle du xixe siècle et des problématiques de genre, elle a notamment publié La Discipline de l’amour. L’éducation sentimentale des filles et des garçons à l’âge du romantisme (1997), Histoire de la grandeur et de la décadence de Marie Isabelle, modiste, dresseuse de chevaux, femme d’affaires, etc. (2003), Histoire des mères et filles (2006), Le Livre des courtisanes. Archives secrètes de la police des mœurs (1861-1876) (2006), et a récemment codirigé Prostitutions. Des représentations aveuglantes (2015). Ses recherches actuelles portent sur la transidentité et la prostitution, et son prochain ouvrage, Histoire de la sexualité au xixe siècle. Normes et discordances, paraîtra prochainement aux éditions PUF/Frémeaux.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • OpenEdition Journals