Navigation – Plan du site
Brèves d’histoire

Svetlana Alexievitch, Tchernobyl et l’histoire orale des catastrophes soviétiques

Tatiana Kasperski
p. 253-257

Résumés

À l’automne 2015, le prix Nobel de littérature a été décerné à l’écrivaine biélorusse russophone Svetlana Alexievitch. Ses romans, dont le célèbre ouvrage sur l’accident de Tchernobyl, racontent le passé tragique et complexe de l’URSS à travers les récits des citoyens soviétiques ordinaires. Son œuvre lui a valu de nombreuses critiques en Biélorussie et en Russie, où la nostalgie de l’époque soviétique et ses mythes héroïques sont utilisés afin de légitimer la consolidation de l’autoritarisme. Le prix Nobel récompense ainsi le combat mémoriel et politique de l’écrivaine, qui, avec son travail littéraire, apporte également de nouveaux éclairages à l’analyse sociohistorique des catastrophes soviétiques.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2020.

Aperçu du texte

Le 26 avril 2016 a marqué le trentième anniversaire de la catastrophe survenue à la centrale nucléaire de Tchernobyl, située actuellement en Ukraine. Dans la Biélorussie voisine, la commémoration de l’accident a été plutôt modeste, alors que les retombées radioactives y ont provoqué une contamination de longue durée sur plus d’un quart du territoire. Comme tous les ans depuis la fin des années 1990, le président Alexandre Loukachenko s’est rendu dans plusieurs villes et villages des zones affectées pour une visite rituelle. Il a évoqué le courage et la résilience du peuple biélorusse, délaissé par la communauté internationale, le succès de la politique de réhabilitation des territoires contaminés menée par l’État biélorusse et le retour à la vie des régions affectées grâce à l’amour de la terre natale, le travail et l’optimisme des Biélorusses. Tchernobyl apparaît ainsi dans la sphère publique comme l’histoire d’un triomphe. Dans l’imaginaire collectif biélorusse, il résonne avec la...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tatiana Kasperski, « Svetlana Alexievitch, Tchernobyl et l’histoire orale des catastrophes soviétiques », Écrire l'histoire, 17 | 2017, 253-257.

Référence électronique

Tatiana Kasperski, « Svetlana Alexievitch, Tchernobyl et l’histoire orale des catastrophes soviétiques », Écrire l'histoire [En ligne], 17 | 2017, mis en ligne le 28 septembre 2020, consulté le 19 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/elh/1289 ; DOI : 10.4000/elh.1289

Haut de page

Auteur

Tatiana Kasperski

Tatiana Kasperski est docteure en science politique de Sciences-Po Paris. Sa thèse, soutenue en 2012, s’intitule La Politique de la mémoire d’une catastrophe nucléaire : les usages de l’accident de Tchernobyl en Biélorussie (1986-2008). Depuis 2013, Tatiana Kasperski étudie les relations entre le public et le nucléaire civil en Russie et en Ukraine. Dernières publications sur ce sujet : « Nuclear dreams and realities in contemporary Russia and Ukraine », History and Technology, vol. 31, no 1, 2015, p. 55-80 ; et « Nuclear power in Ukraine: Crisis or path to energy independence? », Bulletin of the Atomic Scientists, vol. 71, no 4, 2015, p. 43-50. Elle travaille actuellement à l’université Pompeu Fabra à Barcelone en tant que membre du projet européen History of Nuclear Energy and Society (HoNESt).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • OpenEdition Journals