Navigation – Plan du site

19 | 2019
Les historiens et la langue

Ce numéro vise à explorer la double dimension du rapport des historiens aux langues, pensées comme outils (des historiens) et comme objets (d’histoire).

Les interrogations sur la langue mobilisée par les historiens ont été au cœur de l’élaboration, progressive, contradictoire et débattue, de la science historique, du tournant philologique de la Renaissance au linguistic turn des années 1960-1980. Insistant sur la « construction discursive du social », dans ses retranchements les plus extrêmes ce dernier courant historiographique a pu confiner à des positions « fictionnalistes », selon lesquelles l’histoire n’aurait pas eu de régime de vérité différent de la fiction.

A posteriori, il est pourtant possible de reconnaître au postulat du linguistic turn – la réalité dont traite la connaissance historique est inséparable du langage qui l’exprime – le mérite de relancer la réflexion épistémologique sur l’histoire. La langue a notamment été remise au centre des questionnements des historiens, et ce à travers une approche pluridisciplinaire, partagée avec les littéraires, les philosophes, les sociologues, ou les linguistes bien sûr.

D’un côté, les discussions ont pu porter sur la vocation narrative de l’histoire et la part de la mise en récit dans les opérations de véridiction de l’historien (I. Jablonka). Quelle doit être la langue de l’historien, son style adéquat ? Peut-il se rapprocher de celui de l’auteur de fiction pour emporter le lecteur dans sa mise en intrigue ou doit-il être volontairement sec et/ou neutre, comme gage de sa scientificité ? À quel point doit-il donner à entendre la langue de ses sources ?

D’un autre côté, les interrogations vis-à-vis de la langue ont permis d’introduire plus largement une forme de réflexivité des historiens sur l’historicité de leur propre langue et de leurs concepts. Les approches, entre autres, de John Pocock ou de Reinhart Koselleck et sa Begriffsgeschichte, ont invité à réfléchir aux circulations des mots des historiens : entre les langues, à travers des opérations de traduction, mais aussi entre les disciplines. Quelles sont les conséquences, par exemple, du recours grandissant à l’anglais comme langage « nécessaire » et normalisé de la communication scientifique internationale ? Comment l’histoire emprunte-t-elle et ré-acclimate-t-elle, en en transformant nécessairement le sens, certains concepts des autres sciences humaines et sociales ?

Le discursif étant perçu par les historiens non comme la totalité du social, mais comme l’un de ses éléments constitutifs, ils ont pu mettre au centre de leurs enquêtes la langue des sources et des acteurs historiques, en se montrant attentifs aux « représentations scripturaires du monde social » (Chr. Jouhaud), ou encore à une « histoire linguistique des usages conceptuels » (J. Guilhaumou).

Le romantisme, qui voyait dans la langue l’expression privilégiée du génie des peuples, incitait déjà les historiens du xixe siècle à y rechercher la vision du monde, les idéaux, les mœurs, les croyances des hommes du passé. Les historiens contemporains prolongent ces interrogations en abordant comment les langues constituent un élément majeur des identités, labiles, toujours multiples et jamais figées, des acteurs sociaux. Comment surtout, plutôt que de s’exclure l’une l’autre, elles en viennent à se superposer, à coexister, à produire des phénomènes de diglossie. La langue, y compris au singulier, est toujours un palimpseste où sont venus sédimenter des états antérieurs de celle-ci, d’autres idiomes avec lesquels elle a échangé ou échange encore…

Certains événements, bien que de natures très différentes, paraissent explicitement « linguistiques », moments paroxystiques de (tentatives de) modification de la langue, à la portée souvent idéologique, ayant pour but de dire autrement le monde. Et ce, par exemple, de la « politique linguistique » de la Révolution française vis-à-vis des « patois » à la « révolution linguistique », latinisation à marche forcée, imposée en Turquie par Mustafa Kemal Atatürk. Mais, au-delà, il s’agit aussi d’envisager tous les effets, y compris à bas bruit, du choix de tels ou tels langue ou langage par les acteurs, dans leurs interactions quotidiennes et les traces et documents qu’elles laissent.

Une histoire sociale et culturelle des langues a ainsi permis aux historiens de faire du langage un terrain d’investigation. C’est au pluriel des langues que l’histoire comme science sociale s’intéresse, en termes de conditions sociales de production comme de réception : il s’agit d’envisager la manière dont les acteurs mobilisent les langues en fonction de leurs ressources langagières propres, de leur capital linguistique, inégalement distribué dans telle ou telle société, sans cesse redéfini, négocié, individuellement et collectivement. C’est aux jeux et enjeux – littéraires, religieux, politiques, économiques… – de cette maîtrise des langues que ce numéro est consacré.

  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • OpenEdition Journals