Navigation – Plan du site
Révolution

La révolution révolutionnée

Keith Michael Baker
Traduction de Sylvaine Herold
p. 37-58

Résumés

S’appuyant sur les bases de données des publications anglaises, états-uniennes et françaises des xviiie et xixe siècles, cet article montre que la révolution a été « révolutionnée » en 1789, en ce sens que la notion de révolution comme « fait accompli » cède le pas à une conceptualisation de la révolution comme acte en cours. Avec cette transformation, la « révolution » assume sa signification politique moderne et la Révolution française devient le texte à partir duquel les révolutionnaires à venir improviseront.

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduit de l’anglais par Sylvaine Herold.

Diplômée en sciences politiques et en études anglophones, Sylvaine Herold est traductrice indépendante, spécialisée dans les sciences humaines et sociales. <http://sylvaineherold.com/>

Notes de l’auteur

Cet article est une version abrégée du chapitre « Revolutionizing Revolution » que j’ai écrit dans Keith Michael Baker, Dan Edelstein (dir.), Scripting Revolution. A Historical Approach to the Comparative Study of Revolutions, Stanford University Press, 2015, p. 71‑102 (désormais cité Baker 2015), qui s’inspire également de mon article « Revolution 1.0 », Journal of Modern European History, vol. 11, no 2, 2013, p. 187‑219. Il est publié ici avec la gracieuse permission des éditeurs.

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2021.

Plan

La Glorieuse Révolution
Repenser la révolution
La Révolution de l’Amérique de Raynal
La révolution révolutionnée

Aperçu du texte

Dans cet article, je montre que le concept de révolution a été révolutionné en 1789, la notion de révolution en tant qu’événement cédant le pas à une conception de la révolution comme processus continu. Par ce changement, le terme révolution a pris sa signification politique moderne et la Révolution française est devenue le modèle selon lequel les révolutions à venir se sont inventées. Pour le dire sans ambages, il n’y avait pas de révolutionnaires en tant que tels avant la prise de la Bastille.

La Glorieuse Révolution

La Glorieuse Révolution de 1688 fournit un cas d’étude intéressant pour notre recherche, précisément parce que ceux qui y ont pris part, ainsi que ses observateurs, ne disposaient pas d’une conceptualisation claire du terme revolution en tant qu’événement politique collectif. Le mot revolution ne fournissait alors ni trame d’action ni source d’autorité ou de légitimation. C’est en effet ce qui ressort de l’analyse des données disponibles dans la base de données Early En...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Keith Michael Baker, « La révolution révolutionnée », Écrire l'histoire, 18 | 2018, 37-58.

Référence électronique

Keith Michael Baker, « La révolution révolutionnée », Écrire l'histoire [En ligne], 18 | 2018, mis en ligne le 20 novembre 2021, consulté le 18 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/elh/1365 ; DOI : 10.4000/elh.1365

Haut de page

Auteur

Keith Michael Baker

Keith Michael Baker est professeur d’histoire européenne à l’université Stanford. Il a auparavant enseigné à l’université de Chicago, où il a été pendant près de dix ans coéditeur du Journal of Modern History. Il a été directeur du Centre France-Stanford et président de la Société internationale d’étude du dix-huitième siècle. Parmi ses nombreuses publications, on citera Condorcet. From Natural Philosophy to Social Mathematics (traduction française : Condorcet. Raison et politique), Inventing the French Revolution (traduction française partielle : Au tribunal de l’opinion) et (en collaboration avec Dan Edelstein) Scripting Revolution. A Historical Approach to the Comparative Study of Revolutions.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • OpenEdition Journals