Navigation – Plan du site
Révolution

« Étudier l’histoire, mépriser l’histoire. » Peut-on expliquer la Révolution ?

Paule Petitier
p. 59-67

Résumés

Alors que la plupart des histoires de la Révolution écrites au xixe siècle commencent par l’exposé des causes de celle-ci et la présentent comme le résultat d’un processus pluriséculaire, Michelet ouvre la sienne par une « Introduction » qui fait surgir l’événement d’une table rase. La lecture des cours donnés par l’historien au Collège de France de 1845 à 1847 montre comment ce choix s’ancre dans une réflexion sur le paradoxe qu’il y a à traiter l’événement révolutionnaire en l’expliquant par une chaîne de causes et d’effets, et comment la compréhension de la rupture qu’il implique mobilise le paradigme de l’intériorité.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2021.

Plan

Rupture dans l’histoire, rupture avec l’histoire ?
Histoire et intériorité

Aperçu du texte

Au début du xixe siècle, la Révolution française devient l’événement à partir duquel on repense l’histoire. Mais repenser l’histoire devient assez vite, sous la plume des historiens libéraux, expliquer l’histoire, et l’événement qui manifestait la possibilité de s’en libérer sous la forme de la tradition devient l’objet intellectuel qui asservit à elle d’une nouvelle manière, en prouvant l’inéluctabilité de son cours. Comment donc, quand on est historien, aborder la Révolution sans lui dénier sa force de rupture ?

Rupture dans l’histoire, rupture avec l’histoire ?

Les années 1845‑1847 voient une crise de la pensée historique chez Michelet.

Tout d’abord, il abandonne l’Histoire de France à la fin du tome VI. L’œuvre conçue au début des années 1830 à la faveur de « l’éclair de Juillet » devait conduire l’histoire de la nation jusqu’au point où celle-ci devenait souveraine, majeure, capable de se passer de l’intermédiaire des grands hommes – c’est-à-dire jusqu’en 1789 ou en 1830. Mais ent...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paule Petitier, « « Étudier l’histoire, mépriser l’histoire. » Peut-on expliquer la Révolution ? », Écrire l'histoire, 18 | 2018, 59-67.

Référence électronique

Paule Petitier, « « Étudier l’histoire, mépriser l’histoire. » Peut-on expliquer la Révolution ? », Écrire l'histoire [En ligne], 18 | 2018, mis en ligne le 20 novembre 2021, consulté le 08 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/elh/1402 ; DOI : 10.4000/elh.1402

Haut de page

Auteur

Paule Petitier

Paule Petitier est professeur de littérature française à l’université Paris Diderot et membre de l’équipe de recherches CERILAC. Spécialiste de l’historien Jules Michelet, dont elle a écrit la biographie (Grasset, 2006) et réédité avec Paul Viallaneix l’Histoire de France (Équateurs, 2008‑2009), elle consacre de façon plus large ses recherches à la représentation et à la pensée de l’histoire, et dirige avec Claude Millet la revue Écrire l’histoire (CNRS Éditions).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • OpenEdition Journals