Navigation – Plan du site
Révolution

Les cendres et le brasier : ce que l’historien apprend au sociologue des révolutions

Federico Tarragoni
p. 69-79

Résumés

Les révolutions, en tant que discontinuités sociales, politiques et historiques, sont des phénomènes particulièrement difficiles à analyser en sociologie. Non seulement celle-ci peine à les définir avec exactitude, en raison notamment de la charge extrêmement polysémique et polémique du concept, mais, surtout, lorsqu’elle les analyse dans leur production contingente, en se penchant sur les révolutions actuelles ou en cours (comme les printemps arabes, par exemple), elle se heurte à un certain nombre d’écueils. Cet article en énumère trois – l’illusion idéologique, l’illusion téléologique et l’illusion étiologique – en montrant que l’histoire des révolutions, dans ses développements récents, livre au sociologue une méthode rigoureuse pour aborder les révolutions du temps présent.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2021.

Plan

Qu’est-ce qu’une révolution ?
Trois écueils des approches courantes des révolutions
L’illusion idéologique
L’illusion téléologique
L’illusion étiologique
La nouvelle histoire des révolutions comme sociologie du politique
Le canal institutionnel et le canal subjectif

Aperçu du texte

Souvent on distingue la sociologie et l’histoire par une propriété fondamentale du matériau empirique collecté : son caractère « vivant » pour la sociologie et « mort » pour l’histoire. Il s’agit, plus profondément, de différencier deux méthodes servant à objectiver le monde social : l’analyse interprétative et contextuelle des archives pour l’historien, et celle, menée in situ et de manière interactive, des entretiens et des observations ethnographiques pour le sociologue. Cette distinction, du reste fragilisée par les historiens du temps présent, ne remet toutefois pas en cause l’affinité épistémologique profonde entre la sociologie et l’histoire, en tant que disciplines analysant les formes de l’action sociale dans l’espace et dans le temps.

S’il y a un champ dans lequel cette affinité est particulièrement frappante, c’est bien l’analyse des révolutions. Révolution française, révolution américaine, Trois Glorieuses de 1830, printemps des peuples de 1848, révolution weimarienne pui...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Federico Tarragoni, « Les cendres et le brasier : ce que l’historien apprend au sociologue des révolutions », Écrire l'histoire, 18 | 2018, 69-79.

Référence électronique

Federico Tarragoni, « Les cendres et le brasier : ce que l’historien apprend au sociologue des révolutions », Écrire l'histoire [En ligne], 18 | 2018, mis en ligne le 20 novembre 2021, consulté le 15 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/elh/1409 ; DOI : 10.4000/elh.1409

Haut de page

Auteur

Federico Tarragoni

Federico Tarragoni est maître de conférences en sociologie et chercheur au LCSP (université Paris Diderot). Il travaille sur le populisme, les mobilisations révolutionnaires et les processus d’émancipation, entre l’Amérique latine et l’Europe. Lauréat du prix Schneider / Aguirre-Basualdo en lettres et sciences humaines de la Chancellerie des universités de Paris, il a publié en 2015 aux Prairies ordinaires L’Énigme révolutionnaire, qui a reçu le prix international « du jeune sociologue » de l’AISLF. En 2018 sont parus aux éditions La Découverte Sociologies de l’individu (coll. « Repères »), et un essai sur le populisme, intitulé Faut-il renoncer au populisme ? (coll. « L’horizon des possibles »).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • OpenEdition Journals