Navigation – Plan du site
Révolution

Michel Foucault et le moment dynastique : de l’Ancien Régime à la Révolution française

Jacques Guilhaumou
p. 89-95

Résumés

Michel Foucault parle de la Révolution française dans ses premiers cours des années 1970 au Collège de France. Notre étude en ce domaine porte sur deux cours, La Société punitive (1972‑1973) et Il faut défendre la société (1976). Sur la base d’un fonctionnalisme historique, Foucault situe la continuité/discontinuité de l’Ancien Régime à la Révolution française au sein d’un continuum historique spécifié par des effets de savoir. Considérant le caractère fonctionnel des illégalismes, en particulier populaire, il décrit des rapports de force d’ordre dynastique à partir d’un savoir discursif sur les luttes. Il met l’accent sur les mécanismes révolutionnaires de l’inversion qui concernent tout autant les stratégies punitives (le sans-culottisme, les massacres de Septembre) et l’émergence conjointe d’une figure de l’ennemi social que l’avènement de la nouvelle figure de la nation (Sieyès).

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2021.

Plan

L’historicité des fonctions discursives d’ajustement. Le cours de 1971‑1972 sur les Théories et Institutions pénales
La fonction d’inversion de la Révolution française. Le cours de 1972‑1973 sur La Société punitive
Le cas Sieyès. Le cours de 1976, Il faut défendre la société

Aperçu du texte

Travailler avec Foucault sur la Révolution française exige une approche critique d’un auteur qui accorde une place limitée dans ses écrits publiés de son vivant à cet événement historique. Travailler sur Foucault et la Révolution française nécessite de prendre en compte à la fois ses publications et ses manuscrits, et tout particulièrement ses cours au Collège de France, désormais intégralement disponibles. L’objectif restreint de la présente étude est de circonscrire, d’un point de vue fonctionnel, l’enjeu d’un certain nombre de références à la Révolution française dans deux cours des années 1970, La Société punitive et Il faut défendre la société.

Dans ces premiers cours, Foucault s’intéresse à des fonctionnalités historiques spécifiques de la Révolution française, mais il le fait dans un cadre historique plus vaste, qu’il qualifie de dynastique. Il spécifie ce moment au sein d’une historicité qui s’étend de l’Ancien Régime à la Révolution française. Il situe en son centre la catég...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Guilhaumou, « Michel Foucault et le moment dynastique : de l’Ancien Régime à la Révolution française », Écrire l'histoire, 18 | 2018, 89-95.

Référence électronique

Jacques Guilhaumou, « Michel Foucault et le moment dynastique : de l’Ancien Régime à la Révolution française », Écrire l'histoire [En ligne], 18 | 2018, mis en ligne le 20 novembre 2021, consulté le 30 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/elh/1426 ; DOI : https://doi.org/10.4000/elh.1426

Haut de page

Auteur

Jacques Guilhaumou

Les publications de Jacques Guilhaumou, directeur de recherche au CNRS émérite en sciences du langage (UMR « Triangle », ENS-LSH Lyon), analyste du discours, historien du discours et des concepts, concernent en partie l’étude des langages de la Révolution française. Ses recherches actuelles portent sur Sieyès et la sociologie d’une part, Michel Foucault et le fonctionnalisme discursif d’autre part. Ouvrages récents : Discours et Événement. L’histoire langagière des concepts (Presses universitaires de Franche-Comté, 2006) ; Histoire et Subjectivation, en codirection avec Augustin Giovannoni (Kimé, 2008) ; Cartographier la nostalgie. L’utopie concrète de mai 68, avec la collaboration de Thomas Stehlin (Presses universitaires de Franche-Comté, 2013) ; Genre, révolution, transgression. Études offertes à Martine Lapied, en codirection avec Karine Lambert et Anne Montenach (Presses universitaires de Provence, 2015).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • Logo Université de Paris
  • OpenEdition Journals