Navigation – Plan du site
Révolution

Voies de peuple dans la Révolution (mai‑juillet 1789)

Gérard Bras
p. 97-104

Résumés

En juin 89, Mirabeau propose de nommer l’Assemblée des communes « Assemblée du peuple français ». Il n’est pas suivi, la majorité des députés du Tiers percevant le piège : comme terme du déclassement, le nom de peuple ne peut supporter de signifier le Tout de la Nation. L’examen des polémiques engagées alors, comme l’élaboration théorique de la notion permettent de comprendre comment son ambiguïté servira sa promotion dans le vocabulaire politique moderne, selon deux voies possibles : celle de l’identification du peuple et de l’État, et celle de la « constitution du peuple ».

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2021.

Plan

Peuple pour la noblesse
Sieyès
Les discours de Malouet
Les discours de Mirabeau des 15 et 16 juin
Retour à Sieyès
Jean-Baptiste Crénière

Aperçu du texte

Le 16 juin 1789, les députés du tiers état sont réunis en Assemblée des communes. Ils ont procédé au contrôle des pouvoirs des députés. La plupart des délégués de la noblesse et du clergé ont refusé de s’y soumettre. L’enjeu : voter par tête et non pas par ordre, conformément au mandat reçu des électeurs du Tiers. Comment nommer cette assemblée qui refuse d’être divisée en ordres ? Deux propositions sont soumises aux voix : celle de Sieyès et de ses amis : « Assemblée nationale » ; celle de Mirabeau : « Assemblée des représentants du peuple français ».

L’énorme majorité des députés, 491 contre 90, trouve que cette dernière dénomination est un piège tendu au Tiers : ce serait reconnaître n’être qu’une fraction de la nation. Un regard rétrospectif nous la présente au contraire comme l’événement de langage qui réalise la promotion d’un terme sous l’égide duquel les masses interviendront dans la délibération publique.

Cette lecture repose sur une erreur de perspective qui aplatit les deux...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérard Bras, « Voies de peuple dans la Révolution (mai‑juillet 1789) », Écrire l'histoire, 18 | 2018, 97-104.

Référence électronique

Gérard Bras, « Voies de peuple dans la Révolution (mai‑juillet 1789) », Écrire l'histoire [En ligne], 18 | 2018, mis en ligne le 20 novembre 2021, consulté le 27 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/elh/1436 ; DOI : 10.4000/elh.1436

Haut de page

Auteur

Gérard Bras

Professeur (honoraire) de philosophie en première supérieure, directeur de programme au Collège international de philosophie (2001‑2007), président de l’Université populaire des Hauts-de-Seine, Gérard Bras travaille en esthétique (Hegel et l’Art, PUF, 3e éd., 2008) et en philosophie politique. Il a publié Les Ambiguïtés du peuple (Pleins feux, 2008) et participé aux volumes De la puissance du peuple, sous la direction d’Yves Vargas et du Groupe d’étude du matérialisme rationnel (Le Temps des cerises). Il a récemment fait paraître Les Voies du peuple. Éléments d’une histoire conceptuelle (Éd. Amsterdam, 2018).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • OpenEdition Journals