Navigation – Plan du site
Révolution

Conjurer les discontinuités de la faculté de juger : le salut public par la communauté des affections

(Saint-Just, 1792-1794)
Sophie Wahnich
p. 105-115

Résumés

Face à l’incertitude subjective expérimentée en situation, Saint-Just souhaite instituer les affections au fondement du lien social. Il s’agit alors de conjurer les discontinuités produites par la lutte des factions ou d’une manière plus générale par la séquence de la terreur. La voix de la vérité était celle de l’intuition sensible, mais le carambolage des temps révolutionnaires conduit à une fragilité de l’expérience sur laquelle doit reposer la décision souveraine. L’intuition sensible comme boussole nécessaire peut être elle-même détournée, pervertie, abîmée. Pour autant, la responsabilité individuelle demeure le noyau valorisé de l’expérience sensible. Faire des sentiments sociaux des institutions civiles conduit à rendre les citoyens responsables même de leurs émotions. C’est à ce titre que l’expérience est vouée à être retraduite dans les lois et dans les mœurs.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2021.

Plan

Penser ensemble la discontinuité communale et l’unité du souverain
Des expériences discontinues, une sensibilité fragilisée, Saint-Just face à l’impossible
Conjurer la discontinuité, instituer les affections, instituer une communauté des affections

Aperçu du texte

Dès 1789 et les débats qui animent le comité de Constitution chargé de rédiger une déclaration des droits de l’homme et du citoyen, la dimension sensible de l’expérience de l’oppression est théorisée. La sensibilité est alors considérée comme une faculté à la fois divine et révolutionnaire. Comme chez le Rousseau des Confessions, il faut sentir pour savoir « en vérité ». Chez le premier : « Un cœur droit est […] le premier organe de la vérité ; celui qui n’a rien senti ne sait rien apprendre. » Chez Robespierre : « Je déclare moi, que je la discuterai [la question de la paix et de la guerre] selon ma conscience et le sentiment impérieux de ma liberté. »

Être vertueux, c’est donc écouter la voix de sa sensibilité et l’assumer même dans la solitude. Le 11 janvier 1792, Robespierre, solitaire dans le débat sur la guerre déclare : « Dans l’horrible situation où nous ont conduits le despotisme, la faiblesse, la légèreté et l’intrigue, je ne prends conseil que de mon cœur et de ma conscien...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Wahnich, « Conjurer les discontinuités de la faculté de juger : le salut public par la communauté des affections », Écrire l'histoire, 18 | 2018, 105-115.

Référence électronique

Sophie Wahnich, « Conjurer les discontinuités de la faculté de juger : le salut public par la communauté des affections », Écrire l'histoire [En ligne], 18 | 2018, mis en ligne le 20 novembre 2021, consulté le 24 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/elh/1444 ; DOI : 10.4000/elh.1444

Haut de page

Auteur

Sophie Wahnich

Sophie Wahnich est directrice de recherche au CNRS, spécialiste d’histoire de la Révolution française et plus particulièrement de ce que les émotions font au politique, et à l’histoire du politique. Derniers ouvrages parus : La Révolution française n’est pas un mythe (Klincsieck, 2017), Le Radeau démocratique (Lignes 2017).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • OpenEdition Journals