Navigation – Plan du site
Révolution

Quand l’histoire de la révolution russe s’écrivait au présent

Emilia Koustova
p. 117-128

Résumés

Perçue au moment des faits comme un bouleversement majeur, la révolution qui, en février 1917, avait aboli la monarchie en Russie fit immédiatement l’objet d’une mise en récit et en image, comme en témoignent aussi bien la presse, qui joua un rôle important dans la diffusion de la révolution et dans la construction de cet événement, que des dizaines d’ouvrages, parfois illustrés, qui, dès mars 1917, cherchèrent à reconstituer la chronologie des « journées mémorables de Février » et à en construire le sens. Malgré la diversité de leurs auteurs, éditeurs, formats et publics, ces premières histoires de Février eurent tendance à offrir un récit consensuel et didactique qui mit au centre l’idée d’une nation unie contre un ennemi commun, l’autocratie.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2021.

Plan

Une rapide mise en récit de l’événement
Le récit de Février : un mythe de l’unité nationale

Aperçu du texte

Beaucoup a été dit et écrit sur la construction du mythe de la révolution bolchevique, et le centenaire de 1917 a offert l’occasion d’y revenir à travers divers colloques, publications et expositions. Que ce soit en Russie ou à l’étranger, cette commémoration a témoigné, une fois de plus, de la centralité d’Octobre dans la mémoire de 1917, centralité qui a souvent conduit à laisser dans l’ombre la première secousse qui, en février 1917, avait renversé le tsarisme et lancé la séquence révolutionnaire.

Au moment des faits, pourtant, l’importance cruciale de ces quelques journées qui avaient balayé une autocratie séculaire fut reconnue de tous. Comme l’écrivait dès le 3 mars 1917 dans les pages d’un journal moscovite Nikolaï Oustrialov, professeur de droit et futur leader du mouvement Changement de jalons : « Quelque chose de colossal, de grandiose, d’inédit dans l’histoire russe vient d’avoir lieu. Le “nouveau pouvoir” correspond à une nouvelle période dans la vie de la Russie. Toute l...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emilia Koustova, « Quand l’histoire de la révolution russe s’écrivait au présent », Écrire l'histoire, 18 | 2018, 117-128.

Référence électronique

Emilia Koustova, « Quand l’histoire de la révolution russe s’écrivait au présent », Écrire l'histoire [En ligne], 18 | 2018, mis en ligne le 20 novembre 2021, consulté le 20 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/elh/1448 ; DOI : 10.4000/elh.1448

Haut de page

Auteur

Emilia Koustova

Maître de conférences en civilisation russe à l’université de Strasbourg, Emilia Koustova est membre du laboratoire GEO de cette université et membre associée au CERCEC (EHESS) et au CEFR (Moscou). Ses recherches portent sur plusieurs thématiques : la culture et les rituels politiques de la révolution russe, l’histoire du Goulag, la presse et la propagande durant la Seconde Guerre mondiale, les épurations soviétiques contre les individus impliqués dans les crimes nazis, les politiques de la mémoire en Russie. Elle a codirigé l’ouvrage collectif Le Spectacle de la Révolution. La culture visuelle des commémorations d’Octobre (Lausanne, Antipodes, 2017) et collaboré à l’exposition et au catalogue Et 1917 devient révolution… (BDIC/Seuil, 2017).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • OpenEdition Journals