Navigation – Plan du site
Révolution

Du Bicentenaire au 11 Septembre, comment filmer la Révolution ?

De La Nuit de Varennes (1982) aux Adieux à la reine (2012)
Florence Lotterie
p. 129-138

Résumés

À partir de deux films qui se situent chronologiquement aux deux bouts d’une période ouverte par le Bicentenaire et (provisoirement ?) refermée par l’impact du 11 Septembre, La Nuit de Varennes (1982) et Les Adieux à la reine (2012), l’article se propose d’analyser certaines variations de la représentation cinématographique de l’expérience révolutionnaire. Une question commune unit les deux œuvres : face à un moment de crise où se joue la reconfiguration d’ensemble de l’ordre social, qu’est-ce qui permet ou empêche d’y participer ? En se concentrant, en particulier, sur le pouvoir de fascination exercé par des personnages chargés de mythologie (Casanova, Marie-Antoinette), chacun de ces films se confronte aussi à un imaginaire du xviiie siècle (les raffinements de la « galanterie française ») et, en racontant l’histoire de ceux qui se soumettent, ou pas, à ses fétiches, interroge aussi la capacité à comprendre une histoire en cours en renonçant d’abord aux vieilles idoles. Mais entre 1982 et 2012, l’appréhension de la catastrophe historique a changé de nature : si Scola s’intéresse à la faillite d’une illusion (la sacralité du pouvoir), Jacquot dépolitise la question en suivant les étapes d’un désenchantement amoureux de « fan » pour une star (Marie-Antoinette).

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2021.

Aperçu du texte

En 2001, Jean Goulemot fait paraître un essai dont le titre pourrait ironiquement renvoyer à celui du livre acéré de Steven Kaplan paru en 1993. Il y rappelle en particulier à quel point la construction de l’objet historiographique « xviiie siècle », inscrite dans le procès historique des Lumières, en a d’abord fait « un siècle reconstruit à l’aune de la Révolution », dont l’esprit de contestation critique, fondamentalement destructeur, aurait été la porte ouverte à tous les excès révolutionnaires. Le nouage entre Lumières et Terreur est là pour longtemps, ainsi que son corollaire, l’identification de la Révolution à cette même Terreur. Même dans la lecture libérale des héritiers revendiqués de 89, la Terreur, moment de la « démagogie », consacre la rupture avec les Lumières et la raison politique au nom du peuple devenu « populace ». Ainsi, qu’il soit vilipendé ou qu’on cherche à le sauver, le xviiie siècle est toujours pris au piège d’un finalisme historique (il a « préparé » la R...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florence Lotterie, « Du Bicentenaire au 11 Septembre, comment filmer la Révolution ? », Écrire l'histoire, 18 | 2018, 129-138.

Référence électronique

Florence Lotterie, « Du Bicentenaire au 11 Septembre, comment filmer la Révolution ? », Écrire l'histoire [En ligne], 18 | 2018, mis en ligne le 20 novembre 2021, consulté le 28 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/elh/1457 ; DOI : https://doi.org/10.4000/elh.1457

Haut de page

Auteur

Florence Lotterie

Florence Lotterie est professeur de littérature française du xviiie siècle à l’université Paris Diderot. Spécialiste du tournant des Lumières (1750‑1820) et de ses auteurs, en particulier de Germaine de Staël, elle a consacré une part importante de ses travaux à la période révolutionnaire. Elle a notamment contribué au collectif dirigé par Aude Déruelle et Jean-Marie Roulin, Les Romans de la Révolution (1790‑1912) (A. Colin, 2014), et coédité, avec Fabienne Bercegol et Stéphanie Genand, les actes du colloque de Toulouse, Une « période sans nom ». Les années 1780‑1820 et la fabrique de l’histoire littéraire (Classiques Garnier, 2016). Elle anime, avec Sophie Lucet et Olivier Ritz, le séminaire « Imaginaires de la Révolution française (IMAREV) » au CERILAC (Paris Diderot).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • Logo Université de Paris
  • OpenEdition Journals