Navigation – Plan du site
Révolution

Énergie révolutionnaire

Déborah Cohen
p. 139-145

Résumés

Tous les grands acteurs de la Révolution française l’ont valorisée comme mouvement nécessaire à la destruction de l’ancien et à l’invention du nouveau. Ils l’ont pensée sous les modalités de l’énergie des paroles et des actes, pur processus non stabilisé. Mais tous ont aussi pensé les institutions nécessaires pour garantir la prolongation de cette énergie : entre mouvement et stase, ils ont été pris dans un paradoxe commun à toutes les révolutions. Chez les anonymes qu’on ne saisit que dans l’instant, ce paradoxe paraît s’évanouir, expliquant la fascination actuelle de l’historiographie pour ces acteurs-là.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2021.

Plan

Annexe :
Réseau d’énoncés autour du mot énergie dans L’Ami du peuple, 1789-1792
Les orateurs et l’énergie de la vertu
Liberté
Vertus
Vérité
Patriotisme et salut du peuple
Le peuple et l’énergie de l’action
Districts, sections, clubs
Citoyens, peuple
Manque de lumières
Liberté
Patriotisme, patriotique, civisme

Aperçu du texte

« Dégage » : la révolution tunisienne a commencé avec ce mot d’ordre en décembre 2010, et il s’est propagé de l’Algérie au Maroc, de la Syrie au Cameroun – « Ben Ali, dégage », « Système, dégage », « Article 19, dégage », « Biya, dégage », « Sassou, dégage ». « Dégage » est devenu ce qui lance les insurrections, et ce n’est sans doute pas un hasard : le mot saisit quelque chose d’essentiel à la révolution, où il s’agit de faire bouger ce qui est figé, d’enclencher un mouvement. Il y a de la mécanique dans la révolution, et l’on peut penser l’histoire politique comme une branche de la physique dont l’objet serait l’étude du mouvement, des déformations ou des états d’équilibre des systèmes et des affects politiques. La révolution serait donc un mouvement : en être, c’est participer à un élan, à une impulsion. L’entrée en révolution de Jean Rossignol commence ainsi, le 13 juillet 1789, quand il rencontre une foule armée qui lui demande s’il est du tiers état : « Je leur répondis que ou...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Déborah Cohen, « Énergie révolutionnaire », Écrire l'histoire, 18 | 2018, 139-145.

Référence électronique

Déborah Cohen, « Énergie révolutionnaire », Écrire l'histoire [En ligne], 18 | 2018, mis en ligne le 20 novembre 2021, consulté le 26 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/elh/1462 ; DOI : 10.4000/elh.1462

Haut de page

Auteur

Déborah Cohen

Déborah Cohen est maîtresse de conférences à l’université de Rouen-Normandie. Spécialisée dans l’histoire sociale des idées politiques populaires, elle est l’auteur de La Nature du peuple. Les formes de l’imaginaire social (Champ Vallon, 2010). Ses recherches actuelles portent sur les usages politiques de la dénonciation des « traîtres » et des puissants pendant la Révolution. Elle s’intéresse depuis longtemps à la question des usages contrôlés d’une comparaison passé/présent (ContreTemps, no 17, 2006).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • OpenEdition Journals