Navigation – Plan du site
Révolution

(Dis)Continuités et moments révolutionnaires

Cône sud, années 1960-1970
Eugénia Palieraki
p. 159-165

Résumés

Cet article analyse les années 1960-1970 argentines, chiliennes et uruguayennes, marquées régionalement par l’activité révolutionnaire, mais aussi par l’impossibilité pour la révolution de s’installer dans la durée. Bien qu’ils n’aboutissent pas à une transformation radicale des structures, ces « moments révolutionnaires » sont un terrain fertile pour penser la discontinuité en situation révolutionnaire et mènent à des conclusions inattendues. En effet, tandis que le militantisme révolutionnaire est surtout marqué du sceau de la continuité, la discontinuité apparaît dans le cadre de la répression et du deuil, ou bien de l’action collective inscrite dans un cadre institutionnel stable. La discontinuité n’est pas liée ici au caractère exceptionnel d’une révolution ou à l’acmé de l’événement ; elle résulte du choc ou de la rencontre avec l’Autre, quand la politique devient action quotidienne, accessible à tout un chacun.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2021.

Plan

Clamer la rupture, s’inscrire dans la continuité
Discontinuités biographiques : répression et révolution du quotidien

Aperçu du texte

Il n’est sûrement pas de question plus classique en histoire que celle du binôme rupture/continuité. Elle devient incontournable lorsqu’il s’agit de l’histoire des révolutions. En effet, une partie substantielle des débats historiographiques autour de ce phénomène marqueur de la modernité politique, dont la définition renvoie généralement à une rupture radicale avec l’ancien et à la création ex nihilo d’un ordre nouveau, porte sur la part de continuité et de rupture dans les révolutions.

Ici, nous nous référerons moins à des révolutions qu’à des « moments révolutionnaires ». La distinction tient à leur issue : nous aborderons des situations de crise révolutionnaire qui n’aboutissent pas à une transformation de l’ordre socio-économique et politique. Les moments révolutionnaires sont d’un grand intérêt pour l’analyse historienne, car ils permettent d’éviter de juger le phénomène en fonction de son seul résultat (soit les discontinuités radicales qu’une révolution aurait produites dans ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eugénia Palieraki, « (Dis)Continuités et moments révolutionnaires », Écrire l'histoire, 18 | 2018, 159-165.

Référence électronique

Eugénia Palieraki, « (Dis)Continuités et moments révolutionnaires », Écrire l'histoire [En ligne], 18 | 2018, mis en ligne le 20 novembre 2021, consulté le 21 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/elh/1472 ; DOI : 10.4000/elh.1472

Haut de page

Auteur

Eugénia Palieraki

Eugénia Palieraki est docteur en histoire de l’université Paris 1. Depuis 2010, elle est maître de conférences à l’université de Cergy-Pontoise. Elle a également été professeur invitée à la Pontificia Universidad Católica (Chili) et à l’université de Princeton. Elle est auteur de la monographie ¡La Revolución ya viene! El MIR chileno en los años sesenta (Santiago, LOM, 2014) et coauteur de Mobilisations sociales et Effervescences révolutionnaires dans le Cône Sud (PUF, 2015) et de Révolutions. Quand les peuples font l’histoire (Belin, 2017).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • OpenEdition Journals