Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19L’historien et les languesAvant-propos

L’historien et les langues

Avant-propos

Paule Petitier et Fabien Simon
p. 11-16

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2022.

Aperçu du texte

Les historiens de l’époque moderne, de Lorenzo Valla à Mabillon, voient dans l’analyse approfondie de la langue des sources un ressort fondamental de leur critique, notamment de la disqualification éventuelle des « faux ». Une forme d’archéologie linguistique permet de mettre au jour l’épaisseur historique de la langue.

Au-delà de cette (re)naissance philologique de l’histoire, ce dossier de la revue Écrire l’histoire vise à explorer la double dimension du rapport de l’historien aux langues, pensées comme outils (des historiens) et comme objets (d’histoire).

Les interrogations sur la langue mobilisée par les historiens ont été, tout d’abord, au cœur de l’élaboration, progressive, contradictoire et débattue, de la science historique.

De la fin des années 1960 aux années 1980, le linguistic turn – ou « tournant rhétorique », comme le nomme Carlo Ginzburg – a conduit certains penseurs, au premier rang desquels Richard Rorty, Hayden White ou Keith M. Baker, à prôner une lecture du « monde...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paule Petitier et Fabien Simon, « Avant-propos »Écrire l'histoire, 19 | 2019, 11-16.

Référence électronique

Paule Petitier et Fabien Simon, « Avant-propos »Écrire l'histoire [En ligne], 19 | 2019, mis en ligne le 01 décembre 2022, consulté le 28 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/elh/1685 ; DOI : https://doi.org/10.4000/elh.1685

Haut de page

Auteurs

Paule Petitier

Paule Petitier est professeur de littérature française à l’université Paris Diderot et membre de l’équipe de recherches CERILAC. Spécialiste de l’historien Jules Michelet, dont elle a écrit la biographie (Grasset, 2006) et réédité avec Paul Viallaneix l’Histoire de France (Éd. des Équateurs, 2008-2009), elle consacre de façon plus large ses recherches à la représentation et à la pensée de l’histoire et depuis 2008 dirige avec Claude Millet la revue Écrire l’histoire (CNRS Éditions). Elle a dirigé l’édition critique de l’Histoire de la Révolution française de Michelet dans la « Bibliothèque de la Pléiade » (Gallimard, 2019).

Articles du même auteur

Fabien Simon

Fabien Simon est maître de conférences en histoire moderne à l’université de Paris – Paris Diderot et membre du laboratoire ICT (EA 337). Il est spécialiste d’histoire des savoirs, en particulier de la part prise par les langues dans leur élaboration et leurs circulations (savoirs linguistiques, traductions…). Il a codirigé, avec Liliane Hilaire-Pérez et Marie Thébaud-Sorger, L’Europe des sciences et des techniques (xve-xviiie siècles). Un dialogue des savoirs (Rennes, PUR, 2016), et est l’auteur de plusieurs articles sur les projets de langues universelles du xviie siècle, ou encore sur les collections de langues de l’époque moderne (« Collecting Languages, Alphabets and Texts… », dans Florence Bretelle-Establet et Stéphane Schmitt (dir.), Pieces and Parts in Scientific Texts, Berlin/ New York, Springer, coll. « Why the Sciences of the Ancient World Matter », 1, 2018, p. 297-346).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • Logo Université de Paris
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search