Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19L’historien et les languesLes langues médiévales de l’histoire

L’historien et les langues

Les langues médiévales de l’histoire

Catherine Croizy-Naquet
p. 17-26

Résumés

On connaît le clivage qui existe au Moyen Âge entre le latin, langue du savoir, et la langue vernaculaire, destinée aux illiterati, autrement dit à ceux qui ignorent le latin, les laïcs. Clivage, mais aussi lien de continuité. En ses origines, la langue vernaculaire se présente en effet comme la traduction des autorités latines considérées comme des sources historiques pour rapporter l’histoire ancienne et/ou antique. Les historiens sont d’abord et avant tout des translateurs, des adaptateurs qui ne se privent pas de détours interprétatifs et d’ajouts fictionnels au moyen de procédés qui s’épanouiront dans le champ romanesque. À partir du xive siècle, ils sont concurrencés par des traducteurs soucieux de la lettre latine et sensibles à l’altérité linguistique, comme Bersuire s’attelant à Tite-Live, avec une saisie nouvelle du passé romain. En parallèle, d’autres historiens adoptent spontanément le latin, tel Rigord retraçant le règne de Philippe Auguste, ou bien, au contraire, utilisent d’emblée la langue vernaculaire, comme les chroniqueurs de croisade ou les historiographes d’un règne.
À quoi tient la partition latin/langue vernaculaire, doublée dans la seconde d’une partition vers/prose ? Elle dépend de la formation des historiens, professionnels ou non, commandités ou non, et du public à qui elle s’adresse, et répond dans tous les cas à la mission de dire le vrai qui est assignée à l’histoire et à sa vocation didactique et idéologique. Elle met au jour la conscience aiguë que les historiens ont, tout au long de la période médiévale, du choix de la langue et de la forme qui conditionnent à leurs yeux le sens de l’histoire qu’ils relatent. Tous ces aspects appellent l’attention : ils montrent qu’il n’y a pas une langue, mais des langues et des formes pour écrire l’histoire selon les périodes et les milieux, et que la poétique qu’elles inspirent induit et éclaire des démarches herméneutiques contrastées.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2022.

Plan

Le latin, le savoir et l’histoire
La langue vulgaire, langue de l’histoire entre translatio et traduction
La prose vernaculaire à la naissance d’une nouvelle génération d’historiens

Aperçu du texte

Au xiie siècle, le clerc se trouve confronté au choix de la langue pour écrire l’histoire : soit le latin, instrument de la communication dans le domaine intellectuel et spirituel, medium « naturel » pour les clercs qui en apprennent la grammaire, soit la langue vulgaire, assignée à d’autres registres et à d’autres fonctions sociales. Cette partition, les clercs qui pratiquent les deux langues ne l’effectuent pas aussi clairement, au moins dans les commencements, la langue romane, à l’instar des autres langues vulgaires, naissant d’emblée comme langue littéraire, comme acrolecte. L’usage du latin ou du vernaculaire tient plus vraisemblablement aux contextes de production et de réception, qui font jouer nombre de paramètres : le matériau à disposition, le statut et la formation des historiens, le milieu géographique et le foyer culturel, la dépendance à l’endroit d’un commanditaire et/ou d’un destinataire, la sujétion aux attentes d’un auditoire ou d’un lectorat. Une cartographie som...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Croizy-Naquet, « Les langues médiévales de l’histoire »Écrire l'histoire, 19 | 2019, 17-26.

Référence électronique

Catherine Croizy-Naquet, « Les langues médiévales de l’histoire »Écrire l'histoire [En ligne], 19 | 2019, mis en ligne le 01 décembre 2022, consulté le 04 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/elh/1824 ; DOI : https://doi.org/10.4000/elh.1824

Haut de page

Auteur

Catherine Croizy-Naquet

Catherine Croizy-Naquet est professeur de littérature médiévale à l’université de la Sorbonne Nouvelle Paris 3 et directrice du CERAM (EA 173). Ses nombreux travaux portent sur la poétique du récit médiéval du xiie au xve siècle dans les romans et récits historiques en vers et en prose, et sur l’édition et la traduction. Elle s’intéresse, entre autres, à la réception et à la recréation de l’Antiquité, notamment dans la matière troyenne et dans le champ des histoires universelles, ainsi qu’à l’historiographie contemporaine de l’époque.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • Logo Université de Paris
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search