Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19L’historien et les languesDictionnaire ou collection : les ...

L’historien et les langues

Dictionnaire ou collection : les formes contraintes de l’histoire conceptuelle

Autour du Dictionnaire des concepts nomades
Olivier Christin
p. 37-44

Résumés

En partant de l’expérience du Dictionnaire des concepts nomades paru en deux volumes entre 2010 et 2016, cet article revient sur les contraintes exercées en matière d’histoire des concepts ou d’histoire de la langue politique par les formes privilégiées qui ont été les leurs depuis les années 1970 et la vaste entreprise des Geschichtliche Grundbegriffe : le dictionnaire, l’enquête monographique, la collection d’études. Choisir l’une ou l’autre forme n’est en effet pas sans conséquence sur la nature de l’objet que l’on se donne, même si ce lien n’a pas toujours été interrogé précisément. On revient ici sur les critiques adressées à ces formes savantes, qui rendent parfois illusoire la poursuite des fins théoriques que ces travaux majeurs s’assignent en apparence.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2022.

Plan

Unités discrètes et changement épochal
Cartographies a priori et « nationalisme méthodologique »

Aperçu du texte

L’histoire de l’histoire des concepts et de la sémantique historique est aujourd’hui bien connue, grâce aux nombreux travaux récents qui en ont retracé les racines anciennes dans la pensée historique et philologique du xviiie et du xixe siècle et les premiers jalons dans la première moitié du xxe siècle, avant qu’elles ne s’épanouissent pleinement à partir des années 1970. C’est alors, en effet, que commencent à paraître les œuvres essentielles qui vont en déterminer les ambitions et les principes : les Geschichtliche Grundbegriffe, édités à partir de 1972 ; les Keywords de Raymond Williams, publiés en 1976 ; les textes de Quentin Skinner et John Pocock sur le contextualisme, la langue et l’histoire des idées ; ou encore les travaux du laboratoire de lexicologie politique de l’ENS de Saint-Cloud. En quelques années – et parfois, au début, dans l’ignorance mutuelle –, ces travaux de première importance vont jeter les fondements de l’historicisation critique des usages langagiers et i...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Christin, « Dictionnaire ou collection : les formes contraintes de l’histoire conceptuelle »Écrire l'histoire, 19 | 2019, 37-44.

Référence électronique

Olivier Christin, « Dictionnaire ou collection : les formes contraintes de l’histoire conceptuelle »Écrire l'histoire [En ligne], 19 | 2019, mis en ligne le 01 décembre 2022, consulté le 26 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/elh/1830 ; DOI : https://doi.org/10.4000/elh.1830

Haut de page

Auteur

Olivier Christin

Né en 1961, Olivier Christin est un historien moderniste, spécialiste de l’histoire religieuse du début de l’Époque moderne. Il est professeur d’histoire moderne à l’université de Neuchâtel, directeur d’études à l’École pratique des hautes études (EPHE) à Paris et directeur du Centre européen des études républicaines (CEDRE). Longtemps proche de Pierre Bourdieu, avec qui il a travaillé de nombreuses années, Olivier Christin anime un réseau de travail sur l’historicisation réflexive des concepts historiques, décrivant les enjeux propres à la circulation des mots entre les disciplines et les traditions linguistiques. Les premiers résultats ont fait l’objet d’un Dictionnaire des concepts nomades en sciences humaines. Il est auteur de plusieurs ouvrages, parmi lesquels Vox populi. Une histoire du vote avant le suffrage universel (Seuil, 2014).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • Logo Université de Paris
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search