Navigation – Plan du site
L’historien et les langues

Internationalisation de la recherche, prescriptions linguistiques et enjeux de la traduction

Franziska Humphreys et Anne Madelain
p. 45-52

Résumés

À l’instar des autres praticiens des sciences humaines et sociales, l’historien est confronté à l’injonction contemporaine de publier ses travaux en anglais. Or, les débats actuels se cristallisent souvent sur l’alternative : faut-il ou non lutter contre cette injonction ? Ils négligent souvent la variété des expériences d’écriture et de publication ainsi que les questionnements conceptuels et épistémologiques produits dans le processus de traduction. Sur un phénomène sur lequel les études quantitatives manquent, cet article se propose d’exposer la manière dont les débats se présentent dans l’espace universitaire français et l’importance de l’articulation entre prescriptions linguistiques et enjeux de la traduction. En effet, traduire ouvre un espace de pensée se tenant entre les langues, les concepts et les traditions scientifiques, qui reste souvent à défricher.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2022.

Plan

L’anglais choisi ou prescrit ? Entre normativité et conscience des écarts
Lingua franca ou pluralité des langues en sciences humaines
La traduction comme « remède » au globish

Aperçu du texte

L’anglais est devenu aujourd’hui la langue de choix de la communauté scientifique, peu importe le domaine. Depuis quelques années, à l’instar des sciences dures, l’incitation à publier dans cette langue, voire l’injonction de le faire, s’est généralisée aussi dans la recherche en sciences humaines et sociales. Si cette orientation est moins sensible dans la discipline historique, où l’édition en langue française – généraliste, grand public et même spécialisée – se porte mieux que dans d’autres disciplines, écrire ou se faire traduire en anglais devient une pratique courante dans les projets de recherche s’inscrivant dans une coopération internationale. Cette tendance a été accentuée par les programmes scientifiques de l’Union européenne, dans lesquels l’anglais est devenu dans les années 2000 la langue unique de rédaction des projets. La pratique semble aussi aller de soi dans certains champs du savoir tels que l’histoire globale ou les aires culturelles. Dans les revues scientifiqu...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Franziska Humphreys et Anne Madelain, « Internationalisation de la recherche, prescriptions linguistiques et enjeux de la traduction », Écrire l'histoire, 19 | 2019, 45-52.

Référence électronique

Franziska Humphreys et Anne Madelain, « Internationalisation de la recherche, prescriptions linguistiques et enjeux de la traduction », Écrire l'histoire [En ligne], 19 | 2019, mis en ligne le 01 décembre 2022, consulté le 03 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/elh/1848 ; DOI : https://doi.org/10.4000/elh.1848

Haut de page

Auteurs

Franziska Humphreys

Franziska Humphreys est lectrice d’allemand à l’EHESS et à la FMSH, où elle dirige le programme de traduction franco-allemand. Après des études en littérature générale et comparée, en lettres modernes et en histoire de l’art à Munich et à Paris, elle a fait une thèse intitulée Visages du langage. Michel Foucault face à la littérature (1961-1969). Sa recherche actuelle porte sur la valeur épistémologique de la traduction comme transfert culturel et dispositif de lecture privilégié. Dans ce contexte, elle a mis en place le programme « Penser en langues – In Sprachen denken » (www.penserenlangues.com / https://dedalus.blog/). Publications récentes : Im Antlitz der Sprache. Michel Foucaults Schriften zur Literatur (1961-1969), Berlin, Kadmos, 2016 ; « Without image – Refuge of all images. On some of Walter Benjamin’s dream narratives », Orbis Litterarum, vol. 14, no 1, 2019, p. 32-43, DOI : 10.1111/oli.12218 ; « Ausgelesene Dinge und Zustände – Ce que lire peut dire après Nietzsche », dans Isabelle Alfandary, Marc Goldschmidt (dir.), L’Énigme Nietzsche, Paris, Manucius, 2019.

Anne Madelain

Anne Madelain est docteur en histoire, chercheure associée au Centre d’études des mondes russe, caucasien et centre-européen (EHESS-CNRS), chargée des coopérations internationales aux éditions de l’EHESS. Elle a publié récemment « La place paradoxale de la traduction dans les revues françaises en sciences humaines et sociales » (Tracés. Revue de sciences humaines, hors-série no 18, 2018, p. 117-127) ; en mai 2019 paraîtront la monographie L’Expérience française des Balkans (1989-1999) (Tours, Presses universitaires François Rabelais) et le dossier (avec Frank Georgi) « Écrire l’histoire de la Yougoslavie socialiste : savoirs, représentations, usages et circulations » (Revue d’études comparatives Est-Ouest (RECEO), vol. 50, no 1).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • Logo Université de Paris
  • OpenEdition Journals