Navigation – Plan du site
L’historien et les langues

Le travail réflexif du discours et l’ontologie historique du sujet. Entretien avec Jacques Guilhaumou

Par Gérard Bras, Florence Lotterie, Paule Petitier et Fabien Simon
Jacques Guilhaumou, Gérard Bras, Florence Lotterie, Paule Petitier et Fabien Simon
p. 53-62

Résumés

Au cours de cet entretien, Jacques Guilhaumou revient sur son parcours d’historien linguiste à l’approche pluridisciplinaire, dialoguant avec les travaux de Michel Foucault ou Louis Althusser, échangeant avec des linguistes, de Denise Maldidier à Sylvain Auroux et bien d’autres. Il y revient tant sur ses relectures de la tradition marxiste, nées des discussions avec Albert Soboul ou Michel Vovelle, puis Jean-Pierre Faye ou Florence Gauthier, que sur son intérêt pour l’apport des gender studies, grâce aux perspectives ouvertes par Lynn Hunt ou Judith Butler. Mais l’entretien est surtout, pour Jacques Guilhaumou, l’occasion d’expliciter son travail d’historien du discours, décrivant des événements discursifs, marqués par une langue empirique mobilisée par les acteurs, individuels et collectifs, et notamment les acteurs des mouvements sociaux, des « sans », de la Révolution à Mai 68.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2022.

Aperçu du texte

Historien et linguiste, spécialiste de l’analyse du discours et de l’histoire du discours et des concepts, Jacques Guilhaumou a suivi un parcours de chercheur marqué par la transdisciplinarité au sein du Laboratoire de lexicologie politique de l’ENS de Saint-Cloud et des UMR « Histoire des théories linguistiques », TELEMMe, TRIANGLE – rencontrant, au national et à l’international, la philosophie, la science politique ou la sociologie –, mais aussi par l’engagement civique, et ce, dès Mai 68, comme moment fondateur, remémoré dans Cartographier la nostalgie. L’utopie concrète de Mai 68 (2013). L’apport épistémologique de sa recherche relève de son attention à la réflexivité du discours chez des acteurs de la Révolution française politiquement et socialement différenciés, qu’il s’agisse du porte-parole, de la citoyenne révolutionnaire ou du législateur. Elle restitue des formes et des possibilités d’actions révolutionnaires, dans leur diversité, leur mobilité, leur véracité au titre d’...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Guilhaumou, Gérard Bras, Florence Lotterie, Paule Petitier et Fabien Simon, « Le travail réflexif du discours et l’ontologie historique du sujet. Entretien avec Jacques Guilhaumou », Écrire l'histoire, 19 | 2019, 53-62.

Référence électronique

Jacques Guilhaumou, Gérard Bras, Florence Lotterie, Paule Petitier et Fabien Simon, « Le travail réflexif du discours et l’ontologie historique du sujet. Entretien avec Jacques Guilhaumou », Écrire l'histoire [En ligne], 19 | 2019, mis en ligne le 01 décembre 2022, consulté le 10 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/elh/1866 ; DOI : https://doi.org/10.4000/elh.1866

Haut de page

Auteurs

Jacques Guilhaumou

Directeur de recherche honoraire au CNRS en sciences du langage, Jacques Guilhaumou est chercheur associé à l’UMR « Triangle » (ENS-LSH Lyon) et à l’UMR « Telemme » (MMSH, Aix-Marseille Université). Historien du discours et des concepts, il étudie le trajet discursif des auteurs et acteurs révolutionnaires au cours des Lumières tardives et de la Révolution française. Inscrits dans la tradition marxiste, ses travaux sur les mouvements sociaux s’étendent au discours de résistance à l’exclusion, et de manière plus générale à la parole des sans, au cours de la période actuelle. Derniers ouvrages parus : Cartographier la nostalgie. L’utopie concrète de Mai 68 (2013) ; Cognition et ordre social chez Sieyès. Penser les possibles (2018).

Articles du même auteur

Gérard Bras

Professeur (honoraire) de philosophie en première supérieure, directeur de programme au Collège international de philosophie (2001-2007), président de l’Université populaire des Hauts-de-Seine, Gérard Bras travaille en esthétique (Hegel et l’Art, PUF, 3e éd., 2008) et en philosophie politique. Il a publié Les Ambiguïtés du peuple (Pleins feux, 2008) et a participé aux volumes de De la puissance du peuple, sous la direction d’Yves Vargas et du Groupe d’études du matérialisme rationnel, (Le Temps des cerises). Il publie Les Voies du peuple. Éléments d’une histoire conceptuelle (Éd. Amsterdam, 2018) et codirige avec Chantal Jaquet La Fabrique des transclasses (PUF, 2018).

Articles du même auteur

Florence Lotterie

Florence Lotterie est professeur de littérature du xviiie siècle à Paris Diderot. Plus particulièrement spécialiste des rapports entre fiction et philosophie à l’âge des Lumières, de la période révolutionnaire, du groupe de Coppet et des questions de genre à l’âge classique, elle a notamment publié Le Genre des Lumières. Femme et philosophe au xviiie siècle (Classiques Garnier, 2013). Elle coanime à Paris Diderot, dans le cadre du Centre Jacques-Seebacher (CERILAC), le séminaire de recherches IMAREV 18-21, consacré à l’exploration des imaginaires de la Révolution française de 1789 à nos jours, avec Sophie Lucet et Olivier Ritz.

Articles du même auteur

Paule Petitier

Paule Petitier est professeur de littérature française à l’université Paris Diderot et membre de l’équipe de recherches CERILAC. Spécialiste de l’historien Jules Michelet, dont elle a écrit la biographie (Grasset, 2006) et réédité avec Paul Viallaneix l’Histoire de France (Éd. des Équateurs, 2008-2009), elle consacre de façon plus large ses recherches à la représentation et à la pensée de l’histoire et depuis 2008 dirige avec Claude Millet la revue Écrire l’histoire (CNRS Éditions). Elle a dirigé l’édition critique de l’Histoire de la Révolution française de Michelet dans la « Bibliothèque de la Pléiade » (Gallimard, 2019).

Articles du même auteur

Fabien Simon

Fabien Simon est maître de conférences en histoire moderne à l’université de Paris – Paris Diderot et membre du laboratoire ICT (EA 337). Il est spécialiste d’histoire des savoirs, en particulier de la part prise par les langues dans leur élaboration et leurs circulations (savoirs linguistiques, traductions). Il a codirigé, avec Liliane Hilaire-Pérez et Marie Thébaud-Sorger, L’Europe des sciences et des techniques (xve -xviiie siècles). Un dialogue des savoirs (Rennes, PUR, 2016), et est l’auteur de plusieurs articles sur les projets de langues universelles du xviie siècle, ou encore sur les collections de langues de l’époque moderne (« Collecting Languages, Alphabets and Texts… », dans Florence Bretelle-Establet et Stéphane Schmitt (dir.), Pieces and Parts in Scientific Texts, Berlin/New York, Springer, coll. « Why the Sciences of the Ancient World Matter », 1, 2018, p. 297-346).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • Logo Université de Paris
  • OpenEdition Journals