Navigation – Plan du site
L’historien et les langues

Comment écrire une histoire plurilingue de la mission en Chine ?

Huiyi Wu
p. 63-71

Résumés

Dans l’historiographie de la mission jésuite en Chine, la question de la langue a longtemps été abordée à travers le prisme d’une incommensurabilité structurelle entre les langues indo-européennes et le chinois. Cette approche a porté ses fruits, comme l’illustre notamment le travail classique de Jacques Gernet, mais elle semble être aujourd’hui délaissée au profit d’une approche sociale. Cet article réfléchit sur la possibilité d’une lecture sociale du monde plurilingue de la mission à travers l’exemple de trois jésuites flamands au milieu du xviie siècle. Leurs sources sont écrites en latin, portugais, espagnol, flamand, etc., et suggèrent la connaissance du mandchou et de diverses formes de chinois, avec des phénomènes complexes d’hybridation entre ces langues. Un tel paysage linguistique invite à repenser l’œuvre de traduction des jésuites comme partie d’un plus long processus de circulation qui ne commence ni ne se termine aux frontières de la Chine et de l’Europe.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2022.

Plan

Gernet et l’incommensurabilité des langues
Diversité des langues de la mission
La polyphonie des missionnaires : l’exemple des jésuites flamands
La mosaïque des langues de la Chine du xviie siècle
Conclusion

Aperçu du texte

La question de la langue a longtemps été au cœur de l’histoire des rapports entre la Chine et l’Europe par l’intermédiaire de la mission, et ce, essentiellement au prisme de l’altérité. Les missionnaires, jésuites pour la plupart, installés en Chine à la fin du xvie siècle, ont popularisé dans leurs écrits la difficulté extraordinaire d’apprendre cette langue, sans commune mesure avec les langues de l’Europe, dotée d’une infinité de signes idéographiques et apparemment dépourvue de grammaire, « qu’il n’y a que pour Dieu qu’on puisse se donner la peine [d’]apprendre »…

Cette altérité linguistique est-elle formelle, ou bien en cache-t-elle une autre, plus fondamentale, touchant à la mentalité des Chinois ? Ces questions ont divisé les missionnaires lorsqu’ils ont tenté de traduire des concepts clés du christianisme en chinois. Les Chinois anciens ont-ils connu le Vrai Dieu, donc possédé un mot pour Le désigner ? Au début du xviiie siècle, le déroulement de la « querelle des rites chino...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Huiyi Wu, « Comment écrire une histoire plurilingue de la mission en Chine ? », Écrire l'histoire, 19 | 2019, 63-71.

Référence électronique

Huiyi Wu, « Comment écrire une histoire plurilingue de la mission en Chine ? », Écrire l'histoire [En ligne], 19 | 2019, mis en ligne le 01 décembre 2022, consulté le 27 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/elh/1874 ; DOI : https://doi.org/10.4000/elh.1874

Haut de page

Auteur

Huiyi Wu

Huiyi Wu a reçu son doctorat d’histoire en 2013 sous la cotutelle internationale de l’université Paris Diderot et de l’Istituto italiano di scienze umane de Florence. Elle est actuellement Senior Research Fellow au Needham Research Institute, Cambridge, et chercheure associée au Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine de l’EHESS. Auteure de Traduire la Chine au xviiie siècle. Les jésuites traducteurs de textes chinois et le renouvellement des connaissances européennes sur la Chine (1687-ca. 1740) (H. Champion, 2017), elle travaille sur divers aspects de la circulation des savoirs entre la Chine et l’Europe des xviie et xviiie siècles.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • Logo Université de Paris
  • OpenEdition Journals