Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19L’historien et les languesLa gouvernementalité linguistique

L’historien et les langues

La gouvernementalité linguistique

Plaidoyer pour une nouvelle catégorie d’analyse dans l’histoire des langues
Paul Cohen
p. 73-81

Résumés

Qu’est-ce qu’une politique de la langue ? La vision de la politique linguistique comme simple expression de l’autorité étatique ne permet pas de rendre compte de l’ensemble des enjeux liés à l’utilisation d’idiomes précis pour la vie officielle. Afin de mieux appréhender la nature exacte du rapport entre langue et pouvoir, nous esquissons ici les prémices d’une nouvelle catégorie d’analyse des pratiques linguistiques étatiques, la « gouvernementalité linguistique ». Il s’agit de penser ensemble les variétés de « régimes de langue », d’y voir non pas le reflet d’« idéologies » politico-linguistiques, mais un exemple de ce que Michel Foucault appelle les « technologies de pouvoir ». Afin d’illustrer ce que peut apporter ce concept de « gouvernementalité linguistique », nous nous appuierons sur une étude de cas de la traduction judiciaire en milieu plurilingue dans les tribunaux royaux en France à l’époque moderne.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2022.

Plan

Proscription ou médiation ? Les politiques linguistiques en question
Langues de Navarre, institutions judiciaires et politiques linguistiques
Écrire une histoire de la gouvernementalité linguistique

Aperçu du texte

Qu’est-ce qu’une politique de la langue ? Quand un État intervient dans le domaine linguistique pour ériger une langue (voire plusieurs) en idiome(s) consacré(s) de l’administration et des affaires publiques, que fait-il précisément ? comment fait-il ? et que signifie cette incursion linguistique ? C’est à ces questions, en apparence simples et auxquelles l’historiographie a longtemps apporté des réponses simples, que cet article propose de réfléchir. À travers elles, il s’agit d’interroger la nature du rapport entre langue et pouvoir.

La vie administrative est bien sûr loin d’être le seul domaine où les États interviennent pour réguler la vie linguistique : ils agissent en mécènes pour promouvoir des vernaculaires précis ; ils établissent des institutions chargées de leur normalisation ; ils créent et gèrent des systèmes d’éducation qui les enseignent et les disséminent ; ils réglementent les usages linguistiques dans l’espace public. Plus encore, la politique étatique est loin d’êt...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Cohen, « La gouvernementalité linguistique »Écrire l'histoire, 19 | 2019, 73-81.

Référence électronique

Paul Cohen, « La gouvernementalité linguistique »Écrire l'histoire [En ligne], 19 | 2019, mis en ligne le 01 décembre 2022, consulté le 26 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/elh/1884 ; DOI : https://doi.org/10.4000/elh.1884

Haut de page

Auteur

Paul Cohen

Paul Cohen est professeur associé d’histoire de France à l’université de Toronto. Il a consacré ses recherches à l’histoire sociale de la langue en France et dans l’Amérique française à l’époque moderne. Ses recherches en cours portent sur l’histoire de la médiation linguistique entre Français et Amérindiens en Nouvelle-France aux xviie et xviiie siècles.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • Logo Université de Paris
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search