Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19L’historien et les languesLes miroirs déformants des cultur...

L’historien et les langues

Les miroirs déformants des cultures linguistiques médiévales

Benoît Grévin
p. 99-107

Résumés

La reconstitution des cultures linguistiques médiévales, naguère apanage de la linguistique et de l’histoire de la littérature, est devenue un vrai thème de la recherche historique. Elle se heurte pourtant à différents obstacles. On vise ici à faire le point sur ces « miroirs déformants » et sur leur incidence concernant la recherche. Ils sont de divers types : persistance d’une approche téléologique qui minore l’impact des langues référentielles en continuant d’exagérer l’importance de l’avènement progressif des langues « modernes » ; tendance, liée à la précédente, à l’étude sectorielle des langues (champs protonationaux), qui freine la prise en compte des hybridations et des superpositions ; enfin, confusion anachronique dans l’utilisation des catégories de littéraire et de non-littéraire, qui masque la structure d’une grande partie des sources textuelles.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2022.

Plan

Persistance des téléologies et minoration du rôle du latin
Langues transnationales et champs nationaux
La séparation entre le littéraire et le non-littéraire
Conclusion

Aperçu du texte

La reconstitution des cultures linguistiques médiévales a longtemps été l’apanage des historiens de la littérature, des linguistes et des philologues. Il fallait, dans l’Europe romantique puis nationaliste, établir les canons littéraires des langues nationales, canons dont on cherchait l’origine dans les sources médiévales, parfois en les inventant (Ossian, manuscrits tchèques de Dvůr Králové et Zelená Hora), alors que commençait l’analyse scientifique de l’origine de ces langages via la linguistique comparée. Les liens alors étroits de la linguistique avec la philologie, l’abondance des sources latines, donnèrent par ailleurs un grand poids dans la constitution de ces sciences textuelles à une philologie rapidement érigée en science (Lachmann), quoique encore prisonnière de préjugés classicisants (jugements de valeur sur la latinité des textes ou sur les sources hybrides). L’historien dépendait donc vers 1950, dans son approche des cultures linguistiques médiévales, d’un ensemble d...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benoît Grévin, « Les miroirs déformants des cultures linguistiques médiévales »Écrire l'histoire, 19 | 2019, 99-107.

Référence électronique

Benoît Grévin, « Les miroirs déformants des cultures linguistiques médiévales »Écrire l'histoire [En ligne], 19 | 2019, mis en ligne le 01 décembre 2022, consulté le 05 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/elh/1920 ; DOI : https://doi.org/10.4000/elh.1920

Haut de page

Auteur

Benoît Grévin

Benoît Grévin, ancien membre de l’École française de Rome, est directeur de recherche au CNRS, affecté au Centre de recherches historiques (UMR 8558). Auteur d’une thèse sur la rhétorique d’État du bas Moyen Âge, d’un essai de recherche comparée sur les cultures linguistiques des mondes latins et musulmans médiévaux (Le Parchemin des cieux. Essai sur le Moyen Âge du langage, Seuil, 2012), il étudie la diffusion des cultures rhétoriques et stylistiques latines et non latines dans l’Europe de la fin du Moyen Âge, les interactions entre cultures arabes et latines, et plus généralement l’inscription des langages dans les sociétés médiévales, dans une approche à la fois sociohistorique, rhétorique et comparatiste. Il développe également une activité de traduction (japonais, hongrois) et de réflexion sur les frontières des catégories de littéraire et de rhétorique dans les sources médiévales.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • Logo Université de Paris
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search