Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19L’historien et les langues« Le plurilinguisme, objet d’hist...

L’historien et les langues

« Le plurilinguisme, objet d’histoire » ? Le royaume de Naples et Giovanni Pontano

Étude de cas linguistique
Florence Bistagne
p. 117-125

Résumés

L’article montre, à travers le fil rouge d’une pratique plurilingue, le développement d’un modèle intellectuel multimodal chez Giovanni Pontano, humaniste et homme politique de premier plan de la période aragonaise de Naples (1442-1503). Les phénomènes à l’œuvre ne peuvent en effet y être lus à la lumière de la téléologie traditionnelle de l’historiographie sur la questione della lingua, longtemps centrée sur Florence grâce à Bembo. On démontre ici l’existence d’un paradigme napolitain à la fin du xve siècle, à rebours des logiques nationales qui ont fini par triompher, où le (néo)latin est un outil de construction identitaire d’un monde lettré et d’une dynastie régnante exogène, mais où également les vulgaires ont une dignité tout aussi grande et sont utilisés de manière plurilingue.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2022.

Plan

L’« âge d’or » du règne d’Alphonse le Magnanime (1442-1458)
Un état des lieux des langues
L’insertion dans le débat sur la langue latine
La naissance du « Gran Pontano » : les « Trente Glorieuses » (1458-1494)
Pratiques linguistiques pontaniennes
Le plurilinguisme au quotidien : une multiglossie ?
La « crise » du modèle et la fin du rêve (1494-1503)

Aperçu du texte

Selon la définition du Conseil de l’Europe dans le cadre des politiques linguistiques, notamment dans le Cadre européen commun de référence pour les langues (CECR), le plurilinguisme est l’usage de plusieurs langues par un même individu ; il comprend donc le bilinguisme, cas le plus fréquent. Cette notion se distingue de celle de multilinguisme, qui désigne la coexistence de plusieurs langues au sein d’un groupe social. Une société plurilingue est composée majoritairement d’individus capables de s’exprimer à divers niveaux de compétence en plusieurs langues, c’est-à-dire d’individus plurilingues, alors qu’une société multilingue peut être majoritairement formée d’individus monolingues ignorant la langue de l’autre. On voit bien quels sont les enjeux politiques de la promotion d’une société plurilingue, car elle suppose évidemment une distribution fonctionnelle des langues, voire une hiérarchie entre les langues d’usage. Ce qui amène alors à utiliser un autre couple de mots-concepts,...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florence Bistagne, « « Le plurilinguisme, objet d’histoire » ? Le royaume de Naples et Giovanni Pontano »Écrire l'histoire, 19 | 2019, 117-125.

Référence électronique

Florence Bistagne, « « Le plurilinguisme, objet d’histoire » ? Le royaume de Naples et Giovanni Pontano »Écrire l'histoire [En ligne], 19 | 2019, mis en ligne le 01 décembre 2022, consulté le 26 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/elh/1944 ; DOI : https://doi.org/10.4000/elh.1944

Haut de page

Auteur

Florence Bistagne

Maître de conférences à l’université d’Avignon en études italiennes et membre junior de l’Institut universitaire de France, Florence Bistagne a soutenu une habilitation à diriger des recherches sur le plurilinguisme de la péninsule italienne à la fin du xve siècle entre latin et langues vivantes. Après avoir édité et traduit plusieurs ouvrages de littérature néolatine représentatifs de l’humanisme napolitain de la période aragonaise (1442-1503), dont le De sermone (2008) et les Dialogues (2019) de Giovanni Pontano, ses recherches portent sur la réception dans les littératures en langue vernaculaire des auteurs classiques et néolatins ainsi que sur la traduction au tournant du xvie siècle.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • Logo Université de Paris
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search